Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > De quoi les électrosensibles sont-ils les victimes ?

De quoi les électrosensibles sont-ils les victimes ?

L’hypersensibilité aux champs électromagnétiques fait l’objet, pour la première fois en France, d’une prise en charge médicale. Des « centres investigateurs » vont être ouverts dans l’ensemble des régions. Première réaction immédiate à cette nouvelle de Next-Up Organisation Bioinitiative (association contre les champs électromagnétiques de toute nature et de toute sorte) : il s’agit d’une « vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique » (source : AFP).

Pourquoi une réaction si violente face au lancement d’une étude organisée, de manière transparente, par le corps médical et les agences sanitaires officielles ?

L’étude lancée est issue d’une table ronde où tous les acteurs qui le souhaitaient ont été consultés (associations, victimes, entreprises, médecins etc.). Elle vise à étudier la « sensibilité des patients vis-à-vis de leur exposition aux champs électromagnétiques ainsi que leur état de santé et leur qualité de vie ».

Cela semble tout à fait légitime pour un mal dont la diversité des symptômes et les cas ont de quoi laisser la quasi-totalité des médecins perplexes, du moins jusqu’à aujourd’hui.


L’électrosensibilité, un mal imprécis pour les médecins et les victimes

Pour le Professeur Choudat (de l’AP-HP), qui dirige l’étude, la nature et gravité des symptômes présentés sont très variables : maux de tête, vertiges, douleurs abdominale, troubles du sommeil, de la concentration. De plus, il n’est pas possible d’établir des liens entre ces symptômes et/ou des organes particuliers, comme le Professeur l'a expliqué à l'occasion d'une interview sur RTL, le 15 février 2012.

Ces constats médicaux sont recoupés par des personnes se déclarant électrosensibles, comme le montre les deux témoignages, diffusés dans l’émission « les auditeurs ont la parole » sur RTL, le 15 février 2012 (écouter à partir de 07:45).

A l’antenne, Amélie puis Suzanne qui témoigne pour sa fille font état des maux suivants : pics dans la poitrine ou dans le corps, tachycardie, problèmes dans le bas du ventre, problèmes de règles, chutes de tensions, épilepsie, pertes de mémoire. Pour les deux, IRM, scanner, encéphalogramme ou examens sanguins ne permettent d'apporter aucune réponse médicale aux maux dont elles font part.

Aujourd’hui le mal de ces personnes est reconnu mais il n’existe encore «  aucun argument médical et scientifique pour déterminer un lien de causalité » avec les ondes. Le professeur Choudat explique que « les patients ont eux-mêmes établis un lien » et l’étude lancée vise justement à vérifier scientifiquement l'existence d'un tel lien.

Face à ce constat partagé et l'objectif modeste de l'étude, la réaction outrancière de « vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique » exprimée par Next-up Bioinitiative est surprenante mais elle est loin d’être une première dans ces débats sur les ondes.


Des activistes contre les ondes hyper actifs et outranciers

Next-up Bioinitiative et d’autres organismes, avec lesquels il existe des liens de personnes ou du moins d’intérêts (comme Robin des Toits, Priartem ou la Criirem), ont pris l’habitude depuis quelques années de faire feu de tout bois en la matière, via des discours et des images qui ne s’embarrassent pas de nuance.

Pour eux, sont en cause wi-fi, antennes-relais, téléphones portables, ordinateurs ou câbles électriques dans les appartements. Toute source d'ondes serait de nature à créer des risques sanitaires effrayants sur les systèmes hormonaux de l’ensemble de la population, causant cancers, tumeurs, leucémies etc.


La « référence » suprême des anti-ondes : un rapport contesté

Le point commun entre tous ces acteurs ? La même source de référence à leur argumentaire « scientifique » : le rapport Bioinitiative, datant de 2007, et dont le sérieux est mis en doute par des institutions telles que le programme européen de recherche et de développement technologique, le Danish National Board of Health, l’Office Fédéral Allemand de Radioprotection, le Conseil de Santé des Pays-Pays ou l'agence de l'environnement US.

De plus, Jean-Paul Krivine de l’Association Française pour l’Information scientifique soupçonne Cindy Sage, éditricie de ce rapport. d'un conflit d’intérêt. En effet, cette dernière est également la propriétaire d’un entreprise de conseil commercialisant des solutions pour « caractériser ou atténuer les impacts champs électromagnétiques ».


Le marché florissant de l’électro-protection

Cindy Sage est loin d’être la seule à prospérer économiquement sur ce mal, non prouvé, des ondes. Il suffit de saisir « protection électromagnétique » sur un moteur de recherche en ligne, pour se voir proposer des produits aussi divers que : film à coller sur les vitres, peintures de blindage, détecteurs, casquettes blindées, cotte de maille façon burqa, ou patch à coller au dos du téléphone.

Ainsi, pour vendre ces produits, dont le sérieux est souvent mis en doute (voir : Le journal de la Santé, France 5), ces commerçants n’hésitent pas, au même titre que les associations, à jouer sans nuance sur les peurs, comme le montre l’exemple de certains films publicitaires.

De plus, la plupart de ces vendeurs "d'électro-protections" prennent aussi comme unique caution scientifique le rapport Bioinitiative contesté. C’est le cas, par exemple, de la boutique en ligne de Claude Bossard, l'expert qui a rencontré et conseillé Amélie, la première auditrice à avoir témoigné sur RTL.


Une autre vision du problème : « Le Manifeste électrosensible »

Au-delà des polémiques scientifiques et campagnes commerciales outrancières, Samuel Moulin, avec une série de photo et son « Manifeste électrosensible » apporte vision décalée artistique et philosophique de la question.

D’après lui, « l’électrosensibilité est une sorte de virus métaphysique (comme n’importe quelle autre forme du prêt à penser) qui s’attrape dans le réseau et reprogramme les individus comme les virus traditionnels reprogramment les ordinateurs ».

Et donc, la propagation de ce virus serait accélérée par la vitesse de la circulation de l’information sur internet. Samuel Moulin explique ainsi que « si ce n’est pas une imprégnation en ondes, ce sera une imprégnation en information ».

Il ajoute que l’objectif serait idéologique : « éclairer l’ensemble de l’humanité sur les risques auxquelles elle s’expose en utilisant les nouvelles technologies, et forcer le gouvernement à reconnaître la vérité » (comme le fait Next-Up en dénonçant une « vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique »).

Pour ce qui est des protections anti-ondes, comme la combinaison qu’il caricature dans sa série de photographies, elles ont «  autant pour fonction de repousser les ondes que d’accrocher les regards » (une telle remarque peut être également appliquée à la publicité sur le patch). Avec de telles solutions, « nous ne voyons pas les ondes rebondir, mais seulement les regards se fixer, attirés, et les interrogations levés ».

Photo de Samuel Moulin, 2009

Ainsi pour Samuel Moulin, l’électrosensible serait d’abord victime de l’information propagée par ses pairs, plutôt que d’une maladie reconnue et prouvée par le corps médical, et il explicite son approche en ces termes :

Comment l’électrosensible « aurait-il pu cerner ce mal vague, dont le syndrome contient une infinie variété de symptômes communs à nombre de maladies, s’il n’en avait pas été informé au préalable par le témoignage d’autres électrosensibles, diffusés justement sur le réseau (surtout que dans ce cas, c’est toujours le malade qui établit le diagnostic, contre le médecin, c’est-à-dire l’ignorant contre le savant) ? ».


En définitive, il semble que l'électrosensibilité soit, en l'état des connaissances scientifiques, davantage une peur irrationnelle faisant l'objet de manipulations des esprits et des consciences qu'une maladie à laquelle la médecine serait en mesure d'apporter des traitements.


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • krolik krolik 27 février 2012 12:30

    Ils ont intérêt à commencer à s’intéresser aux habitants du voisinage de la Tour Eiffel. Tour Eiffel qui supporte plus de 110 émetteurs toutes fréquences, toutes puissance..

    c’est dans les années 3 qu’un habitant du coin se plaignait d’entendre « Radio paris » lorsqu’il fermait la bouche ; En fait il avait deux couronnes dentaires en opposition d’un métal différent chacune. Et le contact des deux couronnes se comportait comme une diode de détection (poste à galène dans la même lignée). Il a donc fallu qu’il se fasse changer ses couronnes et il a eu la paix..

    on peut aussi s’intéresser au voisinage de la Tour Montparnasse. Si vous êtes déjà monté au sommet de cette tour, vous avez que l’ascenseur vous emmène au 56 ème étage, et qu’ensuite si vous voulez monter sur le toit, vous devez vous payer deux étages à pieds !!

    Pourquoi ces deux étages à pieds ? Et bien tout simplement parce que sur ces deux étages ce sont les faisceaux de communication de la Défense qui sont installés, et le passage d’un ascenseur métallique gènerait la transmission de ces faisceaux, donc vous êtes bon pour la corvée à pieds au final. D’ailleur ce centre de télécom militaire est la seule raison qui a poussé à la construction de cette tour, anomalie architecturale dans Paris à l’époque de la Guerre froide et dont la décision de construction a été prise sous Pompidou !

    Y a-t-il des « électrosensibles » qui sont déjà montés sur la Tour Montparnasse et qui ont du se faire hospitaliser au moins ?

    @+


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 février 2012 13:12

      Assez curieusement, il n’est pas possible de retrouver l’histoire du gars qui disait capter la radio avec les dents, ni même de trouver des témoins.

      Hoax probable.

      D’autant plus que cela ne dit pas comment il pourrait « entendre » sans amplification du signal et conversion de ce dernier en ondes sonores, fautes d’ aimants et de hauts parleurs.


    • krolik krolik 27 février 2012 19:08

      oh, dans les bouquins de radio-électricité des années 30, non publiés sur internet, on ne passait pas de hoax, ce n’était pas la mode.

      Par contre ils justifiaient, ce fait par le parcours emmêlé de nerf auditif sur un nerf sensitif du maxilaire inférieur.. !!

      Mais vous deviez bien connaître les particularités de, la Tour Montparnasse dans ses applications « télécom », et ceci bien que l’info ne se trouve pas sur internet ..Hoax ou pas hoax ?

      @+


    • JFC JFC 27 février 2012 21:00

      Il ne manque pas de récits de personnes qui déclarent entendre de la musique ou des voix. 
      par exemple :
      Musical hallucinations have been induced by aspirin, alcohol, triazolam and propranolol. Of course, recreational drugs such as L.S.D., mescalin, marijuana and others have also been known to evoke auditory hallucinations for some users.
      etc
      http://www.audiologyonline.com/askexpert/display_question.asp?question_id=98

      le même lien cite aussi le cas de personnes supposées recevoir une station de radio du fait de métal dans le crane : Radio broadcasts being received through dental fillings and even through shrapnel fragments embedded in the skull of a Vietnam veteran.
      Boza RA et Liggett Pseudohallucinations Radio-Reception through schrapnel fragments. Am J Psychiatry 1263-1264 September 1981

      voir aussi : 
      December 4, 1992  It is possible to hear radio broadcast through your teeth ?  http://www.straightdope.com/columns/read/657/is-it-possible-to-hear-radio-broadcasts-through-your-teeth

      Pour la tour Montparnasse, peu importe l’ascenseur. De toute façon l’immeuble est construit en béton armé jusqu’en haut... De plus, les faisceau Hertziens ne traversent jamais les immeubles ! il y aurait beaucoup trop d’atténuation. ils sont toujours placés en vue directe. 


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 28 février 2012 12:24

      L’anecdote est crédible. Quand j’étais petit un livre de sciences nous expliquait comment construire un récepteur radio à l’aide d’une simple diode au germanium et d’un haut-parleur de téléphone. Tout le reste était du câble, et aucun apport de courant extérieur n’était requis.

      Dans le cas de ce monsieur, la mandibule actionnée par les nerfs a de quoi se comporter comme une caisse de résonance, et convoie les vibrations jusqu’à l’oreille.

      Bien entendu, le type d’émission dont on parle ici est la modulation d’amplitude (AM), pas la modulation de fréquence (FM), qui elle nécessite un démodulateur.


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 28 février 2012 12:36

      En ce qui concerne les immeubles, les faisceaux hertziens de nos jours sont plus ou moins tous modulés selon des techniques variantes de la modulation de fréquence : PSK (décalage de phase), etc. Mais le support de la modulation est toujours une variation périodique de fréquence.

      Ceci les rend sensible aux phénomènes dits de la « cage de Faraday » : pour récupérer l’onde émise, la longueur de l’antenne (et chaque multiple de celle-ci) est déterminante pour que la fréquence porteuse du signal reçu soit en résonance avec le système dans ce qu’on appelle une gamme de fréquence. Ceci permet de recevoir le signal avec le maximum d’énergie, mais en contrepartie, le système antenne se comporte comme un filtre pour tout ce qui se trouve immédiatement derrière lui. Or, les bâtiments en béton armé sont plus ou moins tous traversés d’armatures métalliques de toutes les longueurs dans tous les sens qui se comportent comme des antennes, atténuant de ce fait la réception du signal dans l’espace dont ils délimitent le périmètre.

      C’est pourquoi les antennes de réception, tout comme les paraboles, sont placées sur les toits ou sur les murs extérieurs des bâtiments, et jamais à l’intérieur ; mais c’est aussi la raison pour laquelle il est plus sain du point de vue de l’environnement électromagnétique de se trouver dedans que dehors.

      Après, si le bâtiment contient une profusion de points d’accès wifi et de téléphones DECT en son sein, je ne suis pas sûr que le bénéfice soit évident. Mais ceci est une autre histoire.

      Bonne journée smiley


    • le libère-terre le libère-terre 29 février 2012 17:22

      @p m baty

      Vous soulevez un problème : celui de la conduction des fréquences des antennes à travers le bâtiment. Le risque, c’est que justement une partie de la puissance soit absorbée par les armatures de béton, faisant que loin de disperser les ondes cela les conduisent, obligeant par ailleurs l’antenniste à augmenter la puissance pour compenser la perte...

      il y a aussi les interférences sur la modulation de phase, et c’est ce qui génère des fréquences parasites en cause pour les portables. et là peut importe la fréquence, c’est la phase modulée qui compte soit l’émission pulsée des trains d’ondes des portables. c’est un effet cellulaire causé par le résiduel du hachage des ondes qui est alors en cause....


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 février 2012 12:54

      La grande variété des symptomes, alors qu’une cause unique aurait forcément des conséquences uniques ( un empoisonnement fera rendre tripes et boyaux à tous, et ne provoquera pas de cors aux pieds chez certains, par exemple), le fait que malgré tous les examens pratiqués chez une multitude de patients, AUCUN effet organique ou chimique n’a pu être décelé chez ces derniers, montre bien le caractère psychosomatique de a chose.

      Des riverains de nouvelles antennes relais se sont plaints de symptomes alors que les antennes n’étaient pas encore en service, faute d’alimentation électrique !

      Ces mêmes personnes ne se sont jamais plaintes alors que les rayonnements induits par les antennes militaires (utilisées aussi par la police, la gendarmerie, les pompiers et le samu), situées souvent aux même emplacement, ont fonctionné pendant des décennies sans que nul n’y retrouve à en dire, émettant pourtant des rayonnement plus intenses que les antennes du réseau cellulaire.

      La preuve est faite : mis à part un effet psy, deux générations d’usagers sont là pour témoigner de l’innocuité des ondes.


      • ottomatic 27 février 2012 14:27

        « La preuve est faite : mis à part un effet psy, deux générations d’usagers sont là pour témoigner de l’innocuité des ondes. »


        La preuve est faite que vous ne savez pas de quoi vous parlez. Contrairement a ce que vous dite, il n’y a pas de recul scientifique vis a vis de l’exposition au ondes pour la simple raison que les rayonnements électromagnétiques sont en constante augmentation à cause des évolution technologique. 
        La densification des réseaux GSM et des réseaux wifi date d’il y a très peu de temps, impossible donc d’avoir 2 générations de cobayes soumis au rayonnement actuel.

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 février 2012 00:51

        Je repose la question que vous avez éludé.

        Pourquoi ces personnes ne se sont jamais plaintes alors qu’elles étaient soumises à des ondes radio d’ intensité plus forte, fréquences utilisées par les militaires, les pompiers, les gendarmes depuis les années 50 ?

        Pourquoi, d’ailleurs certaines autres se plaignent de leur « exposition à des champs électromagnétiques » alors qu’elles vivent sur une planète dotée naturellement d’un champ électomagnétique ?

        Avez vous donc si peur de ces deux questions que vous les évitez comme la peste ?


      • Alpaco 28 février 2012 03:43

        La radio depuis les années 50 est en HF, en Grande Onde qui couvre plus de surface.
        Actuellement, les militaires, pompiers, gendarmes utilisent la VHF en courte distance, et toujours la HF en longue distance. Aussi la SHF quand il faut passer par des satellites.
        Marvin, tente de mettre ta tête dans une antenne SHF qui émet, pour voir si ça te chauffe la caboche ou pas. (ne tentes pas)

        Marvin, c’est quoi les fréquences du wifi, du blue touth, des portables ?
        Et au delà des fréquences, leur intensité a-t-elle augmenté durant ces vingt dernières années ?

        C’est aux scientifiques, après études sur la durée nécessaire, de nous dire s’il y a des effets secondaires ou pas liés à ce genre de rayonnements.


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 février 2012 14:08

        Des dizaines d’études en double aveugle ont été menées déjà. Toutes ont montré une chose : les participants sont incapables de déterminer correctement si ils sont exposés à des champs électromagnétiques ou pas, se plaignant de symptomes quand ils ne sont pas exposés, ne ressentant rien quand ils le sont.

        Ce simple fait démontre l’origine psychosomatique du mal dont ils sont victimes.


      • tiloo87 tiloo87 27 février 2012 13:14

        « La preuve est faite : mis à part un effet psy, deux générations d’usagers sont là pour témoigner de l’innocuité des ondes »..
        ça ressemble à une prière, cette phrase...

        N’avez-vous pas regardé les autres articles de ce « enjeux électriques » ?
        Quelle est l’argument des électro machins pour affirmer que ces centres investigateurs sont une « vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique » ?
        Pas trace d’une explication dans cet « article », qui est donc exclusivement à charge.

        S’il n’y a que ces méthodes pour discréditer les « électrosensibles », c’est que c’est loin d’être si simple que vous voulez nous (vous ?) faire croire


        • Enjeux Electriques Enjeux Electriques 27 février 2012 14:57

          - « l’argument des électro machins pour affirmer que ces centres investigateurs sont une »vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique «  ? »

          Il suffit de lire la dépêche AFP, en lien : "Cette étude procède d’une stratégie négationniste et a simplement comme finalité la prise en charge psy des personnes concernées« 
          et de la comparer avec l’objet de l’étude  :  » étudier la sensibilité des patients vis-à-vis de leur exposition aux champs électromagnétiques ainsi que leur état de santé et leur qualité de vie.« 

          - »S’il n’y a que ces méthodes pour discréditer les « électrosensibles », c’est que c’est loin d’être si simple que vous voulez nous (vous ?) faire croire "

          Quelles méthodes ? Une étude médicale qui vise à vérifier scientifiquement un mal dont « les patients ont eux-mêmes établis un lien » ?

           


        • tiloo87 tiloo87 27 février 2012 15:23

          « Il suffit de lire la dépêche AFP, en lien : »Cette étude procède d’une stratégie négationniste et a simplement comme finalité la prise en charge psy des personnes concernées«  »

          Oui, ben vous l’auriez mis dans l’article, vous auriez eu plus de crédit, l’article aurait été plus complet et j’aurais fermé ma gueuleuh.

          Mais vous ne le mîtes pas...


        • ottomatic 27 février 2012 14:21

          « En définitive, il semble que l’électrosensibilité soit, en l’état des connaissances scientifiques, davantage une peur irrationnelle faisant l’objet de manipulations des esprits et des consciences qu’une maladie à laquelle la médecine serait en mesure d’apporter des traitements. »


          Superbe phrase qui mérite une petite analyse : « il semble ...en l’état des connaissances scientifiques ».
          Donc les scientifiques n’ont pas d’explication donc ça n’existe pas... si après ça y’en a qui doute encore que la science soit une religion chez certains, je ne vois pas trop quoi dire.
          « une vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique »
          Je ne sais pas si vous vous rendez compte du non sens de vos propos : quel serait l’intérêt de l’état de se lancer la dedans ? se mettre a dos orange, beton télécom et SFR ? creuser encore plus vite le trou de la sécu ? reconnaitre ne pas avoir respecter le principe de précaution ?

          Signé par un electrosensible.

          • tiloo87 tiloo87 27 février 2012 15:32

            « se mettre a dos orange, beton télécom et SFR ? »

            Et je dirais même plus : se mettre à dos une majorité (écrasante chez les moins de 30 ans) de la population.
            Pour avoir posé de nombreuses fois la question de leur réaction face à une découverte qui prouverait la dangerosité de certaines ondes (par exemple  : téléphonie mobile induirait des cancers), la grande majorité des réponses sont du style « je préfère mourir d’un cancer en téléphonant que d’autre chose sans téléphone mobile... » : la situation semble irréversible, le téléphone leur est aussi vital que l’eau ou l’air...
            ...et ça fait un peu peur, non ?


            • Enjeux Electriques Enjeux Electriques 27 février 2012 15:55

              Et que répondrait les plus de 30 ans, si on leur demandait, dès demain, de vivre sans pétrole ? Impossible !

              Pourtant, la nocivité pour l’environnement et la santé de l’or noir est prouvée, elle.
              De plus son prix exponentiel va faire qu’il va avoir tendance à disparaître de notre quotidien dans les années à venir.

              ... ça fait un peu peur, non ? C’est pourtant là un problème réel et prouvé !!


            • tiloo87 tiloo87 27 février 2012 16:05

              « Et que répondrait(aient) les plus de 30 ans, si on leur demandait, dès demain, de vivre sans pétrole ? »
              Perso, je dirais chiche, et je voterais pour un programme qui engagerait toutes les ressources humaines du pays pour trouver des alternatives à chaque utilisation du pétrole dans notre société...

              Mais d’accord avec vous : la majorité (la même qui se serait opposé à l’arrivée de l’electricité) dirait que c’est impossible !


            • sagesse 27 février 2012 20:48

              Bonsoir à tous,

              Les personnes électrosensibles souffrent le martyr au quotidien, dans un isolement total pour certains. Ils ne sont pas dépressifs, ni fou, pourtant la prise en charge médicale proposée est en.... psychiatrie.
              Et vous trouvez étonnant qu’ils refusent cette aide, qui par ailleurs a tant tardé à venir, et qui les traite de cette façon ?
              Il leur est demandé de se rendre à l’hôpital pour faire des examens alors qu’ils ne peuvent même plus sortir de chez eux, vous trouvez cela cohérent ?
              Comme ils refusent de souffrir et mourir en silence, une vaste campagne de désinformation les concernant est lancée :
              « ...circulez braves gens et ne cherchez pas à comprendre, ça pourrait nous faire perdre de l’argent... »
              Je conseille à l’auteur de rencontrer via une association des électrosensibles, ça vous serait utile pour ce genre de papier...


              • JFC JFC 27 février 2012 22:40

                Bonsoir Sagesse
                Que les personnes se disant « électrosensibles » souffrent n’est nié par personne. La question est de savoir d’où vient le problème et comment soigner ces personnes ? Il faut comprendre la perplexité du corps médical lorsque des électrosensibles entrent dans leur cabinet en établissant d’entrée de jeu le diagnostic ! c’est ca et c’est PAS autre chose !

                D’où vient le problème ?
                Comme le sujet est complexe, à part celles et ceux dont c’est le domaine de compétence, quasiment personne ne peut juger par lui même de la question. Alors on va accorder notre confiance à tel ou tel en utilisant notre intuition, notre bon sens, oui mais est-ce bien raisonnable le bon sens et l’intuition ?

                Donc
                -Soit on accorde sa confiance dans la science officielle pour laquelle la vérification expérimentale n’a pas permis d’établir de lien de cause à effet entre ondes et électrosensibilité. 
                 
                -Soit on accorde sa confiance aux scientifiques militants donc non officiels (Le Ruz, Belpomme, Johansson, etc) aux associations militantes pour qui les ondes ont un rapport de cause à effet avec l’électrosensibilité.

                Un débat intéressant pourrait être : pourquoi accorde t-on sa confiance plutôt à la science officielle ou plutôt à celles et ceux qui la dénoncent. ? Ce qu’il faudrait surtout éviter (en plus des noms d’oiseaux) est l’attaque personnelle si répandue sur les forums : déclarer que l’autre n y connait rien, qu’il devrait s’informer un peu, qu’il est bien naif etc. bref des arguments de gens persuadés de détenir la vérité. 


              • epicure 27 février 2012 22:11

                En fait il y a une méthode scientifique pour mesurer la réalité de l’électrosensibilité.

                Il « suffit » de construire un lieu de vie isolé pour les électrosensibles, mais avc une partie « aveugle » pour les électrosensibles où il y aurait des appareils pouvant émettre des ondes, activables, et des docteurs pour observer et gérer.
                Le test c’est de déclencher/éteindre les appareils en aveugle de façon aléatoire, et noter les réactions des patients et les éventuelles concordances.
                SI le phénomène est réel, les patients devraient avoir de problèmes quand les antennes sont activées, même s’ils ne savent pas qu’elles le sont, et bien sûr ne rien sentir quand elles sont éteintes.

                Et puis il faut voir aussi si c’est une question de fréquences, parce que toutes les fréquences n’ont pas forcément les mêmes effets, les matériaux organiques ou pas peuvent réagir à certaine fréquences et pas d’autres selon leur composition. Par exemple les micro-ondes de nos fours modernes fonctionnent sur cette interaction, alors que d’autres onde n’interagissent pas avec l’eau ou les matières biologiques qui composent notre corps.
                DOnc certaines plages d’ondes peuvent être plus dangereuses que d’autres.


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 mars 2012 18:45

                  C’est déjà fait. Et le résultat a été éloquent : aucune corrélation entre exposition aux ondes et aux champs n’a provoqué de réaction systématique.


                • clodius clodius 28 février 2012 00:59

                  Je suis électrosensible. J’ai eu la chance de trav. avec des sources de RF/magnetron dans des labos.(il y a 20 ans)
                  Quelques années plus tard je sentais des malaises en passant devant des antennes au bord de
                  l’autoroute. Dans quelques années les sensibles il y en aura des millions.
                  On en rediscutera. On trouve déjà des monteurs d’antennes qui en souffrent.
                  Vous avez déjà vu leurs habits de trav. ...
                   


                  • docdory docdory 28 février 2012 11:37

                    @ Enjeux électriques

                    Les prétendus « électrosensibles » sont avant tout victimes de leur imagination, soigneusement entretenues par des officines obscurantistes.
                    Une anecdote amusante :
                    Il y a une trentaine d’années, je faisais fonction d’interne dans un service de médecine du CHU de Rouen. Une vieille dame très pugnace devait bénéficier d’un électrocardiogramme en raison des symptômes, et refusait mordicus cet examen depuis trois jours ,car, alléguait-elle, elle était « allergique à l’électricité » !
                    Le jour de la visite du patron, celui-ci commença à râler , en disant « qu’est-ce c’est que ces conneries ?? ». Se tournant vers moi, il me dit « trouvez moi une solution et vite ». Je lui répondit « ça y est , je viens d’en trouver une, attendez deux minutes » .
                    Je partis chercher l’appareil à ECG, entrai dans la chambre et informai la patiente que j’allais lui faire passer un gazocardiogramme, que mon appareil marchait au gaz, ce qui allait donc être totalement inoffensif pour elle.
                    Le patron et quelques externes, tordus de rire, sortirent précipitamment de la pièce pour masquer leur hilarité. La patiente se laissa faire sans broncher, et ne présenta évidemment aucune manifestation allergique ou autre !
                    L’important, ce ne sont pas les choses, c’est l’idée qu’on s’en fait ...

                    • sagesse 28 février 2012 14:37

                      @ docdory,
                      Vous rencontrez une patiente folle et vous en concluez qu’ils le sont tous : intéressante votre façon de voir les choses !
                      Ma voisine a erré pendant 2 ans dans un désert médical, et ce n’est que par regroupement des différents symptômes qu’elle a elle même trouvé la cause de son mal.
                      On ne peut trouver que ce que l’on cherche....


                      • sagesse 28 février 2012 14:44

                        Pour info, en Allemagne (pays modèle comme nous le savons tous) les antennes sont moins puissantes qu’en France : la loi impose un seuil maximum bien en dessous des nôtres. Curieux non ? et personne ne se demande pourquoi ?


                        • JFC JFC 28 février 2012 21:25

                          En Allemagne les antennes ne sont pas moins puissantes, ce sont les mêmes équipements normalisés qu’en France et la même règlementation qui s’applique :

                          http://www.radiofrequences.gouv.fr/IMG/pdf/Comparaison_reglementations_UE.p df

                          Selon http://www.radiofrequences.gouv.fr/spip.php?article44
                          La grande majorité des pays membres de l’Union européenne suit la recommandation du Conseil de l’Union européenne 1999/519/CE du 12 juillet 1999 relative à l’exposition du public aux champs électromagnétiques soit en l’intégrant dans sa réglementation nationale (Allemagne, Autriche, Espagne, Estonie, Finlande, France, Hongrie, Portugal, République Tchèque, Slovaquie, Roumanie) soit sous forme de recommandations (Danemark, Irlande, Lettonie, Malte, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède).

                          Toutefois, des approches différentes sont appliquées dans certains Etats membres avec l’introduction de limites plus restrictives dans des « lieux de vie » (Belgique, Italie, Luxembourg, Grèce, Pologne, Lituanie, Bulgarie, Slovénie). C’est aussi le cas pour la Suisse et le Liechtenstein. Les valeurs choisies par ces Etats reposent sur l’application du principe de précaution face à d’éventuels risques sanitaires liés à l’exposition aux champs électromagnétiques, et les valeurs limites d’exposition ont été dans la majeure partie des cas fixées de manière arbitraire.

                           


                        • le libère-terre le libère-terre 29 février 2012 16:44

                          Je trouve votre sujet passionnant en débat bien que je partage modérément le point de vue.

                          Mais je crois qu’avant tout il faut savoir de quoi on parle. Les ondes des portables, par exemple, sont dans la gamme des micros-ondes, et ce qui est décrié pour ces dernières, outre les énergies en jeu, c’est surtout le type d’ondes qui interfère (on n’en a de plus en plus de certitude) sur la cellule... pas seulement pour l’échauffement des ondes (effet thermique propre aux micro-ondes) mais bien pour le parasitage du fonctionnement cellulaire, qui utilise des courants électriques basse fréquence.

                          Pour le reste, il suffit juste quand même de savoir que l’électricité fournit un champ magnétique/électromagnétique... et qu’il est réversible. c’est de la physique simple. La dangerosité des hyper-champs (et des lignes à haute tension) est pour ainsi dire déjà prouvée.

                          Quand aux champs E.M. les hautes fréquences elles génèrent donc des champs magnétiques et électriques. Et en plus il y a du fer et du cuivre dans le corps.

                          On pourrait penser que la puissance des antennes est plus qu’insuffisante pour générer des effets. Sauf à courte distance, or le nombre d’antennes de faible portée se multiplient. Or n’est pas pris en compte la notion d’interference à plusieurs champs qui (c’est bien connu en radio fréquence) génère des fréquences parasites aux effets surprenants.

                          Ajouter à ceci qu’il y a déjà eu le cas (inexpliqué à ce jour) de personnes pouvant dire si oui ou non un appareil émetteur (portable, caméra...) était allumé, alors que normalement il était impossible que la personne à distance puisse le savoir. Et ce avec un taux de réussite de 100% et en indiquant exactement le moment de la mise en marche...

                          Dans un premier temps j’ai été sceptique devant le problème, et sûrement la plupart du temps les ondes ne sont pas nocives vu la puissance résiduelle, par exemple dans une pièce construite avec du béton armé. Mais devant la profusion des antennes et quelques témoignages percutants, je serais plus réservé sur le sujet.

                          En en fait, il ne faut jamais dire jamais... Maintenant le nombre de cas réels est peut-être bien moins important que le nombre de cas déclarés aussi...

                          Je me contente de faire remarquer qu’il y a en permanence une tension électrique bien réelle dans l’environnement (parfaitement mesurable j’en ait fait l’essai) et qui s’additionne avec le nombre de fréquences. je pense qu’une seule fréquence isolée ne pose pas de problème mais que l’ensemble lui n’est pas étudié : c’est peut-être du brouillard E.M. qui vient le problème de certains.

                          J’avais même vu une ébauche d’explication quelque part (mais où ?) disant que le corps s’habitue très bien à ce brouillard, sauf pour quelques malheureux pour qui un mécanisme inflammatoire inconnu se met en place. Mais ça cette info là reste sous réserve...

                          Bref, il y a juste un doute, comme un ovni médical...


                          • JFC JFC 29 février 2012 21:58

                            Bonsoir Libère-Terre.
                            c’est surtout le type d’ondes qui interfère (on n’en a de plus en plus de certitude) sur la cellule... pas seulement pour l’échauffement des ondes (effet thermique propre aux micro-ondes) mais bien pour le parasitage du fonctionnement cellulaire, qui utilise des courants électriques basse fréquence.

                            Vous faites allusion au caractère pulsé de ces ondes qui pourraient avoir une action à partir d’effets non thermiques. L’hypothèse avait été soulevée en 1997 avec l’étude Repacholi sur des souris prédisposées au cancer. Mais l’étude Repacholi a été invalidée par deux réplications plus précises. Il s’agit donc d’une hypothèse qui, à ma connaissance n’a pas été démontrée. Ces impulsions ne se différencient pas d’ailleurs de celles de la télévision qui émet depuis 50 ans des impulsions (entre autre) avec la synchronisation des trames.

                            On pourrait penser que la puissance des antennes est plus qu’insuffisante pour générer des effets. Sauf à courte distance, or le nombre d’antennes de faible portée se multiplient. Or n’est pas pris en compte la notion d’interference à plusieurs champs qui (c’est bien connu en radio fréquence) génère des fréquences parasites aux effets surprenants.

                            heu ? des « effets surprenants » ??? pour moi si plusieurs champs interfèrent ils génèrent alors des intermodulations, ce qui est un grand classique de la radioélectricité. si l’on prend par exemple une fréquence de 400 MHz et une autre de 500 MHz, il pourra se produire des fréquences parasites de 500+400 et 500-400 soit 900 et 100 MHz lesquelles sont susceptibles de parasiter des récepteurs travaillant à ces fréquences. Et comme les choses ne sont pas simples, le produit de ces intermodulations peut aussi se combiner et engendrer encore d’autres fréquences parasites.  

                            Ajouter à ceci qu’il y a déjà eu le cas (inexpliqué à ce jour) de personnes pouvant dire si oui ou non un appareil émetteur (portable, caméra...) était allumé, alors que normalement il était impossible que la personne à distance puisse le savoir. Et ce avec un taux de réussite de 100% et en indiquant exactement le moment de la mise en marche...

                            Si vous avez une référence ca m’interesse, parce que je n’ai pas connaissance d’une seule expérience validée ayant permis à quelqu’un de dire si un matériel distant émettait ou non des ondes (en environnement civil bien entendu).

                            Dans un premier temps j’ai été sceptique devant le problème, et sûrement la plupart du temps les ondes ne sont pas nocives vu la puissance résiduelle, par exemple dans une pièce construite avec du béton armé. Mais devant la profusion des antennes et quelques témoignages percutants, je serais plus réservé sur le sujet.

                            On comprend que c’est une façon de parler mais le terme « d’ondes nocives » n’a pas d’existence scientifique. Ce n’est pas l’onde en soi qui peut être nocive, c’est la dose. Et l’effet produit varie selon la fréquence. On a donc déterminé des valeurs d’expositions qui varient en fonction de la fréquence. Par exemple la bande de fréquence la mieux absorbée par le corps humain est comprise entre 10 et 400 MHz, au delà la pénétration est moindre d’ou des normes d’exposition plus basses entre 10 et 400MHz. etc...

                            Je me contente de faire remarquer qu’il y a en permanence une tension électrique bien réelle dans l’environnement (parfaitement mesurable j’en ait fait l’essai) et qui s’additionne avec le nombre de fréquences. je pense qu’une seule fréquence isolée ne pose pas de problème mais que l’ensemble lui n’est pas étudié : c’est peut-être du brouillard E.M. qui vient le problème de certains.

                            Pas étudié ? mais si bien sûr ! et depuis très longtemps mais pas au départ pour des questions d’interrogations de santé publique. Ce qu’on n’appelait pas encore Compatibilité électromagnétique existe depuis le début de la radiodiffusion dans les années 20, lorsqu’on a commencé à antiparasiter les allumages des automobiles, les moteurs électriques etc.. qui provoquaient d’épouvantables brouillages radioélectriques. Pour en revenir à l’idée de brouillard d’onde, c’est en partie un mythe parce que les champs électromagnétiques ne s’additionnent pas comme le pense le sens commun. Quand il y a plusieurs émissions, les ondes ne s’accumulent pas de manière algébriques mais quadratiques, c’est à dire que 2+2 ne font pas 4 mais 2,8. Le rapport SUPELEC 2003 écrit d’ailleurs que  : « la décroissance rapide entraine qu’en utilisation normale, avec une distance de l’ordre de 1m entre chaque antenne de portable, il n y a pas d’effet cumulatif, seule compte l’exposition de l’utilisateur au champ généré par son propre équipement radio. » (étude de dosimétrie Jean-François Viel 2009)


                          • le libère-terre le libère-terre 1er mars 2012 13:56

                            @JFC

                            ce que vous dites est très intéressants, toutefois les ondes des portables diffèrent bien des autres, il s’agit de trains d’impulsions numériques (0,1), qui diffèrent dans la forme de l’onde. il n’y avait pas d’équivalent avant l’avènement numérique.

                            « des intermodulations » : ce que je veux dire pour être plus précis, c’est que ces modulations en questions ne sont pas stables par essence et donc avec un effet aléatoire. en effet, les modulations successives s’ajoutent ou se soustraient en définitive comme vous le décrivez.

                            « Si vous avez une référence ca m’interesse » : malheureusement il s’agit d’une enquête d’arté d’il y a quelques années pas sûr qu’elle ne soit disponible même en payant. mais en effet les études sur le sujet sont très rares et controversées. J’ai eu juste la chance d’en voir une (ça ne c’est pas reproduit depuis). En ce qui me concerne c’est ce qui me fait garder un point d’interrogation.

                            Et comme d’ailleurs cela vaut pour pas mal de maladies veuves et orphelines ou le même scepticisme est de rigueur... ou c’est finalement qu’une histoire de témoignage... on croit ou pas les gens les souffres ... au moins par respect pour eux..

                            mais le terme « d’ondes nocives » n’a pas d’existence
                            mais bien entendu... puisque personne ne vas trouver rentable de faire ces études ! question de définition ! on ne définit pas ce qui n’a pas été trouvé... sauf les malades.

                            « que les champs électromagnétiques ne s’additionnent pas comme le pense le sens commun »
                            évidemment, sinon là ce serait un vrai problème, et d’ailleurs le ciel étoilé serait dangereux... gare aux radiations.....

                            « quadratiques » : exact, et heureusement sinon la vie n’existerait pas ni l’univers non plus...

                            « la décroissance rapide entraine qu’en utilisation normale » ...
                            c’est bien pour cela que justement le problème ne saurait se résumer à une seule antenne mais le problème n’est pas lié à la puissance (sauf minimale peut-être).

                            « il n y a pas d’effet cumulatif » ..... là non,vous vous caricaturez, les ondes ne s’additionnent pas mathématiquement, mas il il a quand même « cumul », surtout pour des antennes de même nature (même type d’onde).

                            Là on serait plutôt dans la statistique d’objets mathématique complexes, qui donne justement au final ce brouillard... (mais encore c’est de la définition).

                            « Pour en revenir à l’idée de brouillard d’onde, c’est en partie un mythe »

                            Non pas si on considère cela comme un ensemble mathématique d’ondes en interaction aléatoire dans un milieu qui n’est même pas figé et qui interagit, notamment les humains en se connectant. C’est une sous application parfaite d’une variabilité aléatoire dans un champs qu’on peut à peu près décrire par le calcul.

                            Qu’il y aie un support d’onde à peut près stable, encore....mais il en va différemment des fréquences générées, des inter-modulations.

                            Il existe aussi un effet électrostatique dont on n’a pas parlé. Les fréquences se convertissent en courant qui se conduit très bien dans le corps humain. je ne suis pas sûr qu’il faille limiter les électrosensibles qu’aux ondes EM elles-mêmes mais aussi aux champs magnétiques et électriques induits par les ondes voir peut-être par l’environnement proche et non la personne elle-même... même si elle est sensible et pas d’autres.

                            A l’image d’un quidam qui touche une antenne passive et qui se prend une décharge. je ne suis pas sur non plus qu’on cherche dans la bonne direction en accusant les ondes EM directes. je pense aussi aux courants induits et perdus (style Foucault ou hystérésis).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès