Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Déjà 260 morts avec le Praxada

Déjà 260 morts avec le Praxada

L’info

(http://sideeffectslawsuitsnews.com/pradaxa-deaths-now-stand-at-260/)

Boerhinger Ingelheim a confirmé que son Praxada a été associé à 260 morts dans le monde. Cet aveu constitue un changement majeur avec il y a un mois, quand l’entreprise disait que le nombre de morts était probablement d’environ 50.

Le vice-président pour la médecine Klaus Dugi déclare dans un communiqué sur le site Internet de l’entreprise, que Boehringer « prend très au séreux tous les rapports sur des effets secondaires et des morts, et continue de surveiller l’usage de tous ses médicaments, dont le Praxada ».

Boehringer a été autorisé cette année à vendre du Praxada en Europe, et (en octobre) de l’année dernière aux Etats-Unis, pour les patients qui ont de la fibrillation atriale (un rythme cardiaque irrégulier qui augmente la possibilité de faire un infarctus). Le nombre de mort est très inférieur à ce qu’on aurait pu imaginé après l’essai clinique appelé RE-LY, selon l’entreprise.

Le Spiegel Online a écrit que l’Agence de Médecine Eropéenne a été notifiée de 256 décès dans le monde à cause du Praxada, dont 21 en Europe.

 Ma réflexion

260 morts en 1 an ? Mais ils attendent quoi pour interdire ce médicament ?

D’avoir battu un record peut-être…

En plus, ils disent que c’est bien parce que ça fait moins que ce qu’ils pensaient ! Comment ont-ils pu vendre cette saleté ? Qui leur a donné l’autorisation ? Des incapables ? Des complices ?

Quelques complices et beaucoup d’incapables, sans doutes. Les complices signent, les incapables ne se posent pas que question dans ils voient qui a signé.

Pourquoi on en parle pas en France, alors qu’on parle tellement de la maladie mentale de DSK, des trous de mémoire de Chirac, de la grippe du cochon, et du Mediator ?

Parce que même 10.000 morts, ça sera toujours moins intéressant qu’un ministre de l’économie vivant avec une vedette et surpris dans une partouze, qu’un ancien président qui se rappelle pas qui il a sauté, qu’un ministre de la santé qui fricote avec des représentantes de laboratoires pharmaceutiques. Le sexe fait vendre, ça ne changera jamais.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Muriel74 Muriel74 17 décembre 2011 11:11

    Un des excipients du Pradaxa est une nanoparticule : le dioxide de titane ( même combat que l’amiante) http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=pradaxa%20vidal&source=web&cd=2&ved=0CCYQFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.vidal.fr%2FMedicament%2Fpradaxa-85668.htm&ei=tWTsTqPdHYqLhQesvtivCA&usg=AFQjCNHS45QE067cEhDe1yEUXQC7-MNF1w&cad=rja
    Il n’est pas seulement employé en cardiologie mais en prévention des maladies thromboemboliques soit après une intervention comme une prothèse de hanche, voir la pharmacovigilence de l’Affsap
    Merci pour votre article, on ne sait pas à combien de morts on arrête de jouer ni quand l’équipe d’incapables déclare forfait mais on a un bel aperçu du jeu de dupes

     


      • jymb 17 décembre 2011 17:44

        Les anticoagulants sont des médications dangereuses. Le but du Pradaxa n’est pas d’être inoffensif, mais moins dangereux que les anti vitamines K ( type Previscan )actuellement à l’origine d’un taux d’accidents trés élevé. Il sera sans doute impossible d’obtenir un risque zéro avec ce type de médications, par ailleurs precrites dans des indications vitales.
         Le Pradaxa coûte beaucoup plus cher que le Previscan. S’il n’est pas à l’origine d’un bénéfice avec moins d’effets secondaires graves, il ne restera pas longtemps disponible !


        • La Mangoustine 23 décembre 2011 17:16

          Je me suis inscrit spécialement pour répondre à cet article, dont le niveau d’irresponsabilité m’a choqué.
          Tout d’abord, je précise que je fais partie des futurs utilisateurs potentiels du médicament grossièrement mis en cause par Zorroman, le nouveau justicier masqué.
          En quelques formules toutes faites, ce joyeux personnages sème le trouble dans les esprits, en croyant dénoncer un scandale sanitaire de plus, une exaction criminelle de plus de l’industrie pharmaceutique.
          Saut qu’il n’a rien compris. Mais alors vraiment rien de rien.

          Ce que dit le document de Boehringer, ce n’est pas que 260 personne sont mortes parce qu’elles ont pris du Pradaxa, ce qui serait en effet terrifiant. Ce qui est dit, c’est que ces 260 personnes prenaient du Pradaxa, médicament destiné à éviter les AVC, et qu’elles ont ou bien fait un AVC mortel, ou bien une hémorragie (risque majeur lié à tous les anticoagulants, y compris, voire surtout les anticoagulants « classiques » comme le Previscan). Cela ne veut pas dire que le médicament a provoqué l’un ou l’autre, cela veut dire que le médicament n’a pas empêché l’AVC (il n’a pas eu l’efficacité qu’on espérait). Tout au plus peut-on imputer au médicament la survenue des hémorragies chez certains patients. Mais ce n’est pas, tant s’en faut, une spécificité du Pradaxa.
          Partant de données qu’il ne comprend pas, que fait Zorroman ? Il nous ressort une théorie fumeuse de la criminalité de l’industrie pharmaceutique, qui ne craint pas de faire mourir des gens en masse, pour leurs profits. Sauf que, si Pradaxa n’existait pas, de très nombreux malades (bien plus de 260 ! 60 000 morts par AVC par an en France, ça fait du monde, et ce serait bien de faire baisser ce chiffre, non ?) seraient morts : le médicament est efficace, c’est à dire qu’il permet à des gens à fort risque d’AVC de ne pas faire d’AVC (ce n’est pas une variante de l’aspirine ou du paracétamon, que tout le monde prend à pu près sans contrôle). Malheureusement, le médicament n’est pas efficace dans tous les cas (mais aucun médicament ne l’est). Il a des effets secondaires (comme tous les médicaments). Et son usage ne se répandra pas au-delà des gens bien précis qui peuvent tirer un profit de son utilisation (il coûte cher : 160 € par mois, m’a dit mon cardiologue, au lieu des 5 € que coûte à la Sécurité sociale mon traitement Previscan (+ 15 € pour un contrôle sanguin) : les conditions de prescription seront sévères ! On n’en trouvera pas chez le parapharmacien).
           
          Que Zorroman se rassure : personne n’a intérêt que les malades meurent : le labo souhaite vendre des médicaments, et pour lui un bon malade, contrairement aux Indiens, est un malade vivant, continuant à prendre ses bons cachets toute sa vie.
          Je ne commente pas ses prises de position politiques finales : elles n’en valent pas la peine. Je voudrais juste qu’il comprenne que son article, que des malades encore vivants peuvent lire (pour les autres, désolé, c’est trop tard) est porteur d’un niveau de stress insupportable pour celui qui ne sait pas voir qu’il n’est qu’un tissu d’aberrations sans fondement, reflet de l’inculture de son auteur. Avant d’écrire, il faut apprendre à penser et savoir sortir des schémas de pensée simplistes (« l’industrie du médicament, c’est tous des méchants capitalistes qui cherchent le profit à n’importe quel prix » : avec une telle idée, on est loin du prix Nobel d’économie ! J’aime beaucoup aussi la formule « le sexe fait vendre, ça ne changera jamais » : je la propose au César des brèves de comptoir).


          • adel671 7 mai 2013 10:16

            « Un bon malade est un malade vivant » allez dire sa à la secu ou à la caisse des retraites tiens ! Et cela va encore s’accentuer avec l’arrivée des mutuelle obligatoire !

            Effectivement les risques sanitaires des médicaments me font peur. Je suis loin d’être un inquisiteur des médicaments, mais j’en vient sérieusement à m’interroger sur l’irreprochabilité (ce n’est pas français je sais) des sociétés pharmaceutiques ; Et ceux d’où quels viennent.

            Certes ces sociétés ne sont pas soumis, moralement, au serment d’Hippocrate, mais au vu des profits générés par ce secteur et de sa rentabilité, je pense que sans être hypocrite, on peut s’interroger à propos de nombreux conflits d’intérêts.

            Décidément vivement qu’on remette tout à plat avec la VIe République, par chez nous !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Zorroman


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès