Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Dépenses de santé : l’assurance maladie part à la chasse au gaspi (...)

Dépenses de santé : l’assurance maladie part à la chasse au gaspi !

En matière de contrôle des dépenses de santé, il y a les discours, souvent très volontaristes, et puis il y a les résultats, généralement peu brillants !

On le sait, malgré l’augmentation des taxes et la création de nouveaux impôts (CSG ou autres RDS), tous destinés à combler le "trou", le déficit de la Sécurité sociale ne cesse de se creuser.
Le rapport 2007 sur les dépenses de santé remboursées à Lyon ne déroge pas vraiment à cette règle. Mais pour les médecins en charge de ce service, les nouveaux outils statistiques permettent d’analyser plus finement les secteurs où "çà va mal" et les contrôles seront "encore plus rigoureux" durant l’ année 2008.

3 500 000 euros par jour pour la médecine de ville
La CPAM de Lyon a remboursé en 2007 la somme de 3,28 milliards d’euros, dont environ 2 milliards pour les hôpitaux publics et privés et 1,292 pour les dépenses de médecine de ville (!). Soit pour cette dernière environ 3 500 000 euros par jour ! La médecine de ville enregistre d’ailleurs une progression de 4,66%, supérieure à la moyenne nationale, et en tous les cas bien au-delà des objectifs fixés nationalement. Cela est dû en grande partie, selon les responsables de la CPAM, à "la non-perception du ticket modérateur pour les bénéficiaires exonérés au titre d’une maladie chronique".
Les transports sanitaires
Mais il existe d’autres postes, comme les transports sanitaires, où la dépense a aussi fortement augmenté. La diminution du nombre de jours d’hospitalisation et le traitement "de jour" ont fait exploser la demande de taxis et autres ambulances (+7,92%). Les autres postes qui ont connu une très forte augmentation sont les soins infirmiers, les frais de kinésithérapie. A l’autre bout du tableau on note une baisse des actes de radiologie et des visites à domicile.
Des objectifs fixés nationalement
En 2007, la Sécurité sociale avait fixé huit objectifs, dont la maîtrise des arrêts de travail, le développement des médicaments génériques ou encore la réduction des frais liés au transport. Parmi tous ces thèmes, seul le passage aux médicaments génériques, une action qui dépend directement des assurés, a eu un résultat positif.
La baisse du chômage pourrait entraîner une hausse des arrêts de travail
Pour les indemnités journalières du fait des arrêts de travail, l’objectif était 0%, le résultat est de +11,1 % (quand l’augmentation nationale est de 5,9%). Selon Georges Dorme, directeur général de la CPAM de Lyon, cela pourrait être dû à une donnée mathématique : "La baisse du chômage pourrait s’accompagner automatiquement d’une hausse des arrêts de travail". Mais il y a certainement d’autres facteurs en jeu dans cette augmentation des licences médicales. Les données chiffrées, par âge et par zones géographiques, montrent que certains emplois très pénibles, comme le travail dans les centres d’appel, donnent lieu à des arrêts plus généralisés.
Et la responsabilité des professionels de la santé ?
Au-delà des données statistiques, il semble tout de même étonnant que la caisse s’attaque très modérément au "noyau dur" des dépenses de la Sécurité sociale. Les professionels de la santé, qui sont les prescripteurs, sont "contrôlés", certes, mais le résultat est assez anecdotique. Sur plusieurs milliers de médecins de ville, huit seulement ont été placés sous "contrôle préalable" en 2007. Une mesure très efficace selon le Dr Nadine Agosti, médecin conseil chef au service médical de l’Assurance maladie, qui concerne des médecins ayant largement dépassé le plafond moyen de dépenses. En clair, ils doivent demander la permission à la caisse avant d’engager une dépense comme un arrêt de travail...

En 2008, les contrôles seront renforcés
Mais en 2008, c’est promis, les contrôles seront accrus dans tous les domaines d’action de la CPAM : contrôles des médecins prescripteurs, contrôle des assurés et aussi actions de prévention dans les "entreprises pathogènes".
La CPAM renforcera aussi sa collaboration avec les services de répression des fraudes. Car en la matière, l’imagination est au pouvoir : des ordonnances déposées en double par des pharmaciens qui conservent les cartes vitales aux chirurgies esthétiques "maquillées"... On a même vu le cas d’une fausse entreprise créée par un agent de la Sécu, et qui facturait des arrêts de travail pour de vrais faux employés !

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 31 mars 2008 10:24

    Il convient de savoir que de vrais bizness se sont créés autour de la CPAM

    A commencer par les "ambulances" qui coutent plus cher qu’un TAXI (j’en avais fais l’expérience voici quelques années) et en plus c’est de la très grosse magouille en surfacturation de course qui ne nécessite pas de passer par une "ambulance"

    A l’époque l’ambulance qui m’a racompagné devant mon domicile m’avait "tapée" 750 francs ! pour 15 km alors que l’infirmière m’avait dit que je n’avais rien à payer !

    Il faut y aller à la hache car c’est une vrai vache à lait et des dépenses qui ne vont pas aux malades mais dans les poches de corrompus et de corrupteurs

     

     

     


    • fiftyone 31 mars 2008 11:49

      Mon dieu, encore un +1 pour monsieur lerma

      Et que dire de ces médecins condescendants qui signent à tout va des arrets maladies fictifs, de peur de perdre leur chere clientele. Il faudrait effectivement grandement renforcer les contrôles la dessus aussi.


    • chmoll chmoll 31 mars 2008 12:33

      et allez une égnième rustine pour la sécu


      • foufouille foufouille 31 mars 2008 15:06

        bientot si on n’a pas de cotisations a jour : aller hop, banque d’organes pour les riches


        • foufouille foufouille 1er avril 2008 11:09

          de toute maniere ca tellement longtemps que les pauvres ont du mal a faire soigner autre qu’un petit rhume....


          • foufouille foufouille 1er avril 2008 16:39

            vu tout les scandales medicaux, il bcp de gens qui n’iront plus se faire soigner.

            il parait que la france manque de 45000 radiophysiciens en cancerologie


            • foufouille foufouille 1er avril 2008 17:23

              tuons aussi les chomeurs car ya pas de boulot. tuons tout ceux qui.....

              le mieux ca serait une grosse bombe H au pole nord. et hop la terre bascule, tsunami, l’atlantide remonte et on retourne a l’age de mad max


            • citoyen citoyen 1er avril 2008 21:35

              Cher Gilles, votre article touche juste et vous ne savez pas à quel point car dans le contexte actuel d’un déficit public de 2007 à hauteur de 2,7%, et il est fort probable que vous découvriez, peut-être pas vous mais certainement nombre de nos concitoyens que l’hôpital celui qui est au coin de leur rue, celui de leur ville est en déficit, et que la seule manière d’y remédier c’est de supprimer des effectifs. Eh oui, il n’y a pas que dans les écoles que l’effort sur la dépense publique va peser, mais aussi sur la santé, mais rassurons-nous les cliniques privées pourront toujours vous offrir une prise en charge chirurgicale à très bon prix. Alors, allez voir l’IGAS, sa solution est simple "interdire les déficits" !!!, fallait y penser. Sauf que dans les hôpitaux publics comme dans les écoles, la part la plus importante de la dépense est constituée par les dépenses de personnel (70% à 80% dans les hôpitaux, 90% dans l’éducation nationale). Or qui fixe l’évolution des dépenses de personnel dans la fonction publique ? L’employeur comme dans toute entreprise ! C’est à dire l’Etat qui décide des augmentations salariales, qui négocie des protocoles de revalorisation des carrières, etc ... le tout induisant que la masse salariale de l’année N (=M) augmente de x % en année N+1 (M+x% = M1). La difficulté c’est que ce même employeur est celui là qui octroye le budget de fonctionnement à la hiérachie intermédiaire et là quand celle-ci explique que le budget ne tiendra pas du fait des augmentations de salaires et des revalorisations, on lui répond "ne vous inquiétez pas, tout cela est dans le budget annuel octroyé", voilà comment on crée des déficits. D’un côté on gère la paix sociale au niveau nationale en octroyant des revalorisations et de l’autre on explique aux rouages intermédiaires que les finances publiques étant exangues "tout est dans le budget", sauf que dans la fonction publique on ne ferme pas comme chez Mittal, pas de plan social, alors voilà le déficit public qui se creuse et on se demande encore pourquoi !?


              • Rosemarie Fanfan1204 5 avril 2008 22:11

                Bodidharma, aussi loin que je me souvienne on nous parle du trou de la sécu. Je me pose des questions :

                - y a-t-il des chiffres qui donnent précisément le montant (en € et en %) et en évolution dus dépenses pures de médicaments ?

                - quel est le % des frais hospitaliers ?

                - quel celui lié au vieillessement de la population ?

                - quel celui lié aux "nouvelles" maladies telles les génétiques, l’asheimer, le SIDA ?

                - l’évolution des recettes (soi disant non perception de plusieurs milliards) ?

                En gros j ’aimerai savoir la vérité. Et que l’on arrête de nous culpabiliser.

                Bien à vous.


              • Rosemarie Fanfan1204 6 avril 2008 10:27

                Merci Bodidharma, c’est tout à fait près de chez moi en effet. Je connais assez mon département. Suis amenée à fréquenter un peu un endroit dont je me serais bien passé, Avicenne.

                Demain je lirai vos liens.

                Bien à vous.

                Fanfan


              • Rosemarie Fanfan1204 6 avril 2008 22:35

                Merci Bodidharma, cela ira. Je viens de vous lire sur l’autre fil. J’ai noté les références du livre de M. Salmon. Merci. Quand reviendrez-vous sur Agora ?


                • lavalle lavalle 14 avril 2008 11:50
                  ALLONS ; ALLONS ; il y en a assez d ’ entendre , de lire , toujours les mêmes choses en ce qui concerne la sécurité social !
                  La faute à qui ? si l ’ on ouvrait les tiroirs à fond , on y verrais plus clair et la vérité sortirait de la boîte et l ’ on pourrait connaitre d ’ où vient le gaspille .
                  Et du gaspille il y en a à GOGO , et il faut également connaitre ce que la sécu arrose en remboursements de toutes natures , dont certains devraient être rayés de ces remboursements.
                  LA SECU , c ’ est l ’ assurance maladie , l ’ accident de travail , les handicapés , les naissances.....
                  Tout ce qui ne touche pas à ces closes devraient êtres obligatoirement faire parties d ’ une caisse mutuelle à part , ( exp : les vacances aux sports d ’ hiver qui coutent la peau des fesses à celles ci en arrêts de maladies , d ’ indemnités journalières , de frais d ’ hôpitaux , de réeducations etc....... ;le foot et tous les sports qui génèrent des frais hors normes , ne font pas partis du système .
                  Le gaspille des maisons de retraites , trop de consultations , trop de prescriptions inutiles non utilisées qui croupisses dans des sacs , trop de patients qui consultent pour un petit bouton , pour du superflu , les cabinets médicaux regorgent de ces patients qui apportent aux médecins des revenus très confortables , encore là des prescriptions que le soit disant malade ne prendra pas et que la sécu remboursera inutilement .
                  Le remboursement devrait être en rapport avec le degrés d ’ affection et il est certain qu ’ à partir de ce moment , les choses changeront , refaire payer les médicaments aux patients , il y aurait moins de gaspille du côté délivrance de ceux ci , bien souvent le traitement est mis à la poubelle .
                  Ne plus faire rentrer le traitement des drogués dans l ’ assurance maladie , remboursement du " subutex " et aussi par les mutuelles , c ’ est une honte , de plus les médecins encaissent une consultation uniquement pour la rédaction d ’ une ordonnance et non par un acte médical .
                  Supprimer , les ordonnances doubles , et les changements de traitements pour les sorties d ’ hôpital , les traitements qui coûtent des milliers d ’ Euros délivrés la veille qu ’ malade ne décéde le lendemain , les prescripteurs me comprendrons... réviser les traitements de femmes stériles qui coûtent à la société une fortune .
                  Les Vsl , ambulances , qui je pense sont employés en veut tu en voila , qui sont un gouffre pour la Secu , et une mine d ’ or pour les propriétaires de ce genre de société , ce ne sont pas leurs employés qui en profitent , c’ est plutôt le genre de travail négrier .
                  LE GROS POISSON ! Les hôpitaux .
                  Alors là , c ’ est le pompon , malades qui occupent un lit quinze jours en attente d ’ un examen , rentabilisation des lits vides donc fausses facturations , c ’ est même de séquestration, frais d ’ analyses , analyses faites et refaites pour rien , de radiologies , d ’ IRM ou de scanner pour des petits bobos , enfin la liste est trop longue.......NON , la vérité , c’ est que ça arrange tout le milieu médical de toucher plein de fric au nom des soit disant ( malade surtout les faux )les laboratoires pharmaceutiques qui s ’ en mettent plein les poches , c ’ est , L’ INDUSTRIE du profit de ce monde de la santé .
                  La Sécurité Social finance trop de secteurs qui ne l ’ à concerne pas , voir aussi l ’ agriculture !!!!et tout le reste .
                  Voir les dentistes ce n ’ est pas triste , les kinés , pas mal non plus , soins qui ne servent à rien .
                  Augmentations des prix des consultations pour les généralistes qui si cela continent , dépasseront les prix d ’ un spécialiste , pour ce qu ’ ils font 23 euros est dèja trop payé
                  La non gratuité des soins pour tous les politiques , y compris ceux étrangers...
                  A savoir que celle ci devrait régler en totalité les frais de lunettes , dentaires , mais l ’ état préfère se désolidariser en passant la main aux mutuelles , mais là et encore la facture est toujours pour les mêmes , le consommateur .
                  Enfin ! il n ’ y a pas besoin d ’ être ministre pour remettre les choses en places de plus les ministres sont toujours à côté du problème et bien souvent aggrave celui ci en pourrissant un peu plus l ’ engrenage
                  Ceci n ’ est qu ’ un aperçu de ce qui ne va pas ....
                  C ’ est mon opinion.....
                   
                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LYonenFrance


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès