Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Dépistage VIH généralisé : Bachelot en rêvait, la FDA l’a (...)

Dépistage VIH généralisé : Bachelot en rêvait, la FDA l’a fait

En 2010, la ministre de la Santé de l’époque Roselyne Bachelot rêvait de facilitier au maximum le dépistage du VIH en le rendant gratuit voir en mettant les kits de dépistage rapide en vente libre, de manière à ce que chacun le fasse chez soi, un peu comme les tests de grossesse. Voir cet article pour plus d’information.

La FDA américaine vient de passer ce nouveau Rubicon et de permettre la vente libre de tests de dépistage rapide de la marque OraSure Technologies. Un Rubicon car ce dépistage est tout sauf anodin et repose sur une arnaque massive, celle qui fait croire au public que les tests de séopositivité, qui mesurent en fait la présence d’anticorps non spécifiques (et cela est indiqué en toutes lettres dans les notices des tests classiques type ELISA et Western Blot), indiquent véritablement une infection au VIH – un état de séropositivité qui, selon la doxa médicale actuelle, dégénérera un jour ou l’autre en SIDA et nécessite donc la mise en place d’un traitement aux anti-rétro-viraux (ARV, ou tri-thérapies).Traitement qui est éminemment rentable pour les laboratoires pharmaceutiques évidement. Cette théorie de la causalité entre un hypothètique VIH jamais isolé et le SIDA est depuis longtemps remise en cause et ce blog y a consacré de nombreux articles, mais restons sur la ligne orthodoxe.

De l’aveu même du fabricant et de la FDA, ce nouveau test (OraQuick In-Home HIV) génère un nombre important de faux positifs (résultats infirmés ensuite par les tests plus élaborés type ELISA / Western Blot effectués en laboratoire) mais également de faux négatifs ce d’autant si la “contamination” présumée date de moins de trois mois. Malgré tout la FDA espère détecter près de 4000 nouveaux cas annuellement, sur une population séropositive estimée à 1,2 million de personnes aux USA – et dont 240 000 ignoreraient leur état de séropositivité. 240 000 personnes qui donc se portent fort bien (sinon elles auraient été testée en cas de signes suspects) mais que la FDA veut néanmoins “détecter” afin de les mettre sous ARV car, toujours selon la doxa dominante, les ARV réduisent de 96% le risque d’infection de ces séropositifs envers les partenaires. Ces personnes n’appartenant pas aux groupes à risques (essentiellement les homosexuels mâles “fast track” et les drogués), elles ne sont pas touchées par les plans de dépistage visant ces populations – d’où l’idée du test do-it-yourself. Mais revenons un instant aux chiffres. Selon la doxa dominante toujours, le risque d’infection entre personnes sérodiscordantes ayant une relation sexuelle “classique” est de l’ordre de 0,03% – soit de 1 sur 3000. Ce risque passe à 3% pour les relations dites à risque (anal réceptif). Comment mesure t’on une diminution de 96% d’un risque évalué au départ à 0,03% ? Cela a t-il seulement un sens ? D’autant plus que de nombreux facteurs, hors l’imprécision des tests eux-même, peuvent induire de faux positifs.

On peut donc prévoir que des dizaines de milliers d’américains voulant faire “the right thing” en achetant le test OraQuick vont se retrouver face à un résultat positif, vont devoir courir vers un vrai labo pour un test de confirmation (de type ELISA ou Western Blot, selon les endroits) qui confirmera (a priori dans 90% des cas vu que le taux d’incertitude de OraQuick semble être de 10% par rapport aux tests “sérieux”) leur descente aux enfers.

Pour les faux positifs, ils en seront quitte pour la frayeur de leur vie et l’acquittement d’une petite centaine de dollar (test OraQuick+ test de confirmation). Vive la politique de la peur, et si elle permet d’enrichir encore plus l’industrie pharma (qui contribue largement à la corruption publique, même si elle se fait parfois taper sur les doigts). c’est tout bénéfice.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • cathy30 cathy30 11 juillet 2012 10:41

    Qui va payer une telle somme pour un test aléatoire ? Les pauvres aux Etats-unis ? Les français pour qui les tests sont gratuits ? Je ne comprends pas le but.


    • gaijin gaijin 11 juillet 2012 11:08

      qui va payer ?
      peut importe avec une bonne campagne de pub (genre vaccin anti grippe : « dit papy tu va pas mourir ? ») il y aura de toute façon un gros marché
      donc des bénéfs
      il faut également penser que ce n’est qu’une étape dans un plan marketing a long terme
      deuxième étape commercialiser des tests améliorés( plus simples plus fiables plus fun .....)
      dernière étape : quand la population sera majoritairement devenue hypocondriaque avoir un produit de test a commercialiser pour en rendre l’usage obligatoire ......
      et la ......
      JACKPOT !!!!!!!
      ( bien sur quand ce sera généralisé aux états unis les autres pays suivront .....)
      je résume un peu mais c’est l’idée .....


    • cathy30 cathy30 11 juillet 2012 11:24

      gaijin
      j’ai bien suivi l’idée, surtout quand la santé en France sera totalement privatisée.


    • johnford johnford 11 juillet 2012 17:12

      Ce test n’est pas moins aléatoires que les autres ; en attendant que Luc Montagnier nous avoue finalement tout sur la grande imposture.


    • Agerate Agerate 5 mai 2015 18:39

      @cathy30 Un test de DEPISTAGE ne nécessite pas d’être précis. Ce n’est pas ce qu’on lui demande et ce n’est pas le but.

      En effet on ne fait jamais de DIAGNOSTIC avec un test de dépistage.

      Si vous ne savez pas ça (niveau bac+1 des études dans le domaine de la santé), je ne vois à au nom de quoi vous vous permettez de porter publiquement des jugement sur une politique de santé.

      C’est vrai pour vous, mais c’est aussi vrai pour la quasi totalité des commentateur et pour l’article également.

      C’est vraiment le café du commerce ici.


    • Alpo47 Alpo47 11 juillet 2012 11:32

      Pour mieux comprendre ce qui se passe dans le domaine de la santé, il vaut mieux intégrer d’abord le fait que TOUTES les décisions sont prises pour favoriser les intérêts de « BIG-PHARMA ». Il y a longtemps que la devise « primum non nocere » est passé aux oubliettes.

      La formation continue des médecins est aux mains de l’industrie, les services gouvernementaux occupés par des gens qui sont rémunérés par elle, les décideurs -y compris ministres- souvent médecins eux mêmes (ou pharmacien pour Roselyne) ne décideront que de ce qui profite à l’industrie pharmaceutique.

      La médecine est juste devenue un autre moyen de faire de gigantesques profits. Le patient ... un client.


      • Agerate Agerate 5 mai 2015 18:40

        @Alpo47 C’est bien, vous avez bien appris votre texte.


      • Jean Umber 11 juillet 2012 13:22

        Tant qu’ici et ailleurs, personne ne cherchera à comprendre comment sont étalonnés ces tests, tout le monde sera abusé par les fabricants et les autorités sanitaires (qui sont souvent elles-mêmes abusées).

        En effet, ce test n’est pas étalonné par rapport à la présence ou non du VIH, mais par rapport au taux de protéines particulières (P24, GP120, etc...) associé à la maladie sida.

        Par des méthodes statistiques, on a défini un seuil pour le taux de ces protéines, au delà duquel on est séropositif. Ce seuil est déterminé grâce à des plasmas considérés comme séronégatifs et séropositifs. Puis la donnée issue du test (index) est obtenue en divisant le résultat du test par la valeur du seuil (par exemple une absorbance).

        C’est ainsi qu’une personne obtenant un index de 0,9 est considérée comme séronégative, celle obtenant un index de 1,1, séropositive. La plupart des gens sains ont un index de 0,3. Les index très élevés (8, voire plus de 10) correspondent bien sûr à des malades du sida.

        Les chimistes ont trouvé des substances qui ne se colorent que lorsque l’index est supérieur à un. Mais réfléchissez bien au fait que ce type de test se rapproche plus d’un test métabolique (PSA par exemple), que d’un test viral qui devrait être du type blanc/noir (oui/non)


        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 11 juillet 2012 14:51

          Bonjour Jean,


          Et c’est encore une fois toute l’ambiguïté de l’affaire : un test positif PEUT être un indicateur d’un problème, et d’un problème de déficience immunitaire en particulier, mais ne dit rien sur la CAUSE dudit problème. 

        • Agerate Agerate 5 mai 2015 18:41

          @Jean Umber Un test de DEPISTAGE ne nécessite pas d’être précis. Ce n’est pas ce qu’on lui demande et ce n’est pas le but.

          En effet on ne fait jamais de DIAGNOSTIC avec un test de dépistage.

          Si vous ne savez pas ça (niveau bac+1 des études dans le domaine de la santé), je ne vois à au nom de quoi vous vous permettez de porter publiquement des jugement sur une politique de santé.

          C’est vrai pour vous, mais c’est aussi vrai pour la quasi totalité des commentateur et pour l’article également.

          C’est vraiment le café du commerce ici.


        • Leo Le Sage 11 juillet 2012 13:27

          @AUTEUR
          Toujours de très bons articles comme d’habitude...

          Je pense que ceux qui gagneront de l’argent, hormis l’entreprise qui va fabriquer le matériel, ce seront les avocats, les huissiers, les banquiers, ...

          Le test ELISA étant même gratuit dans certains pays pauvres je m’interroge vraiment...

          Whats wrong in america ? disait une propagande...


          • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 11 juillet 2012 15:01

            Merci :)


            America est entre les mains d’une mafia qui contrôle le fameux Etat Profond (Deep State) contre lequel Eisenhower, déjà, mettait les américains en garde dans les années 50... C’est le Deep State qui a assassiné JFK, prolongé la guerre du Vietnam afin d’organiser le marché de la drogue aux USA, déclare et profite des aventures guerrières US, a inventé la cause virale du SIDA (comme ce fut le cas pour le cancer), a organisé le racket bancaire de 2008-2009, et détruit nos enfants à coups de vaccins, drogues, malbouffe et publicités débiles. Ce n’est pas par hasard que tellement d’enfants aujourd’hui souffrent d’asthme, d’autisme, de troubles du comportements : les doses de vaccins, souvent composés d’un bonne partie de mercure, ont fait et continuent à faire des dégâts énormes. 

          • Leo Le Sage 11 juillet 2012 15:21

            @Par Vincent Verschoore (xxx.xxx.xxx.133) 11 juillet 15:01

            Vous dites :
            « a organisé le racket bancaire de 2008-2009 »

            Pour ne pas polluer votre article je vais rester dans mon fil...

            Si je savais que beaucoup de choses viennent des USA par les intérêts de cropuscules criminelles US, je ne m’imaginais pas que c’est le même groupe, même si on me le disait.
            [complexe industrialo militaire je présume]
            Donc c’est à ce point ?
            Mais nous sommes plus que mal barrés dites moi.
            Même ce que je dis dans mon dernier article sur l’économie est faux...
            Je parlais des taux négatifs... !


          • cathy30 cathy30 11 juillet 2012 15:36

            bonjour Vincent
            j’ai lu il y a quelques années de ça, qu’il n’y avait pas de contamination entre partenaires hétérosexuels, mis à part pour les femmes quand leur conjoint était toxicomane, comment peut-on expliquer ce phénomène ?
            Y aurait-il dans les drogues des substances contaminantes qui influenceraient le système immunitaire ?


            • Jean Umber 11 juillet 2012 18:14

              Pour vous contredire, il y a cette revue du Dr Anand Pant, de l’université de Berlin :

              http://www.fu-berlin.de/presse/informationen/fup/1999/fup_99_226_bak.html

              où il indique (bas de la page) que :

              "Noch paradoxer fiel der Befund für das sexuelle Übertragungsrisiko aus, das 20 Studien an zusammmen knapp 12.000 Drogenkonsumentinnen und –konsumenten anlaysiert haben. Drei Viertel aller Studien kommen zu dem Resultat, dass sexuell aktive Kondombenutzerinnen und –benutzer deutlich höhere Infektionsraten als Kondomverweigerer aufwiesen."

              A savoir que les drogués qui utilisent un préservatif ont une plus grande probabilité de provoquer une séroconversion que ceux qui ne l’utilisent pas.

              Et pourtant, c’est un ponte, cet Anand... Enfin, en dehors du fait qu’il renie les statistiques apprises à l’université et en cherchent d’autres qui donneront un résultat plus conforme à la théorie


            • cathy30 cathy30 11 juillet 2012 21:30

              jean umber

              je ne parle pas allemand... et c’est une question pas une affirmation.


            • Jean Umber 12 juillet 2012 09:00

              Voici la traduction :

              Il est encore plus paradoxal de constater que la revue concernant les risques de contamination sexuelle a échoué, revue incluant 20 études englobant 12000 consommateurs et consommatrices de drogues. Trois quart de ces études concluent que les utilisateurs de préservatifs sexuellement actifs ont taux de séroconversion plus élevé que ceux qui évitent les condoms.


            • m1m1 11 juillet 2012 16:15
              En complément d’information (VIH, SIDA, tests, ....) : l’excellent documentaire « House of Numbers » :

              http://www.dailymotion.com/video/xgp768_house-of-numbers-vostfr-1-9_tech

              • kiouty 11 juillet 2012 17:27

                Et c’est reparti sur le négationnisme du SIDA.

                Bon, alors comme tous les sceptiques dans votre genre, je vais vous inviter à avoir des relations sexuelles avec quelqu’un dont la « doxa » indique qu’elle est explicitement séropositive. Relation non protégée bien entendu. Vous ne risquez rien puisque le SIDA n’est qu’un’ « hypothèse », une « vue de l’esprit », même pour ceux qui sont encore plus avancés que vous sur votre chemin.

                Bon, vous faites ça et on en reparle après, hein.
                Vous serez plus crédible une fois que vos positions ne seront plus des postures, mais qu’elles auront fait l’objet d’un vécu.


                • Guilhaume 11 juillet 2012 18:10

                  Ce que j’ai compris des différents articles de l’auteur c’est justement qu’il ne remets pas en cause l’état « SIDA » d’une personne... Mais le lien entre le virus « VIH » et l’état « SIDA ». C’est quand même assez éloigné du « négationnisme du SIDA », étant donné qu’il a dit et répété que cet état existe bel et bien et peut-être causé par de multiples facteurs...


                • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 12 juillet 2012 22:15

                  @Mascarille


                  Faites qques recherches et vous verrez à quel point la relation entre « avis de la communauté scientifique » et vérité scientifique est ténue. La science, la vraie, n’est pas une affaire de consensus. Durban fut un acte de manipulation politique, pas de la science. Et la politique a besoin du VIH car cela permet de faire porter le Sida africain à un virus, plutôt qu’aux causes réelles que sont les conditions sanitaires de l’exploitation minière, la malnutrition, le manque d’hygiène, le stress de guerres à répétition.. 

                • keiser keiser 11 juillet 2012 18:30

                  Je tiens d’abord à féliciter Agoravox , on se fait chier à écrire un texte et hop ... gros bug .
                  Le texte à disparu .

                  Ensuite , le Sida est une affaire de pognon .
                  Si certains ne l’on pas bien compris , inutile d’aller plus loin .

                  On ne fait pas un test HIV comme un test de grossesse sur son chiotte .

                  Mais quand on veut vendre du Truvada à 500 euros la boite , tout les prétextes sont bons .

                  Je vais vous donner un exemple de ce buisiness mondial .
                  C’est un texte que j’ai déjà fait passer sur AV .

                  Les labos occidentaux ont commencés à mettre la pression sur les indiens depuis 1995 , quand ce pays s’est ouvert au marché mondial En dix ans et à grand renfort de menaces , ils ont réussis à bloquer les exportations de génériques destinés aux pays pauvres .
                  Certainement une forme de sélection naturelle qui en arrange certains .

                  Les médicaments produits en Inde sont parmi les moins chers au monde. Ceci est dû au fait que, jusqu’à janvier 2005, l’Inde ne delivrait pas de brevets sur les médicaments.
                  L’Inde est l’un des rares pays en développement à disposer d’une capacité de production qui lui permet de fabriquer des médicaments essentiels.
                  En produisant des versions génériques moins chères de médicaments sous brevets dans d’autres pays, l’Inde est devenu une source clé pour la production de médicaments essentiels à prix abordable, comme par exemple pour les anti-rétroviraux permettant de traiter le VIH/sida.

                  En tant que membre de l’OMC, l’Inde a dû se mettre en conformité avec les règles édictées par l’OMC.
                  Une de ces règles est l’accord Adpic (accords internationaux sur la protection des droits intellectuels, Trips en anglais) qui oblige les pays membres de l’OMC à accorder des brevets pour les produits technologiques, incluant les médicaments.
                  Pour être conforme avec cette obligation internationale, l’Inde a changé sa loi sur les brevets en 2005 et a commencé à accorder des brevets sur les médicaments à partir de cette date.
                  Par conséquent, si un brevet est accordé pour un médicament, l’Inde ne peut plus produire de version générique moins chère , ce qui aura un impact non seulement sur le marché indien mais aussi sur tous les pays qui importent des génériques indiens.

                  C’est à dire : les pays en voie d’expansion , bien que le Brésil avec Lula , vient de prendre des dispositions intéressantes et pourrait devenir leader en la matière .

                  A suivre ...


                  • chmoll chmoll 11 juillet 2012 18:48

                    ont l’a échappé belle avec la bachelot ,elle aurait acheté des 100centaine de millions de kit pour dépistage

                    elle est gentille la bachelot avec les ami(es) du labo ou des labos


                    • BlackMatter 12 juillet 2012 01:05

                      Avez-vous envisagé de consulter ?

                      Votre cas me parait très grave.

                    • chmoll chmoll 12 juillet 2012 08:32

                      normal t’es dans ton monde , tsé t’es un veinard


                    • BlackMatter 12 juillet 2012 01:11

                      Le 11 septembre n’a pas eu lieu, le VIH n’existe pas, l’homme n’a jamais marché sur la lune et tous ces complots sont fomentés par des juifs maçonniques au nez crochus. Ai je assez bien résumer la pensée de certains intervenants ici ?


                      • keiser keiser 12 juillet 2012 01:27

                        Et ta pensée propre !?

                        J’aimerais assez que tu la résumes .

                        MDR !...


                      • BlackMatter 12 juillet 2012 10:02

                        Ma pensée propre ?


                        Le 11 septembre a eu lieu et tous les argumentaires complotiste ont été infirmés maintes et maintes fois.
                        Le lien entre VIH et Sida ne fait aucun doute pour la très grand majorité des scientifiques et je peux vous assurer que la contamination sexuelle n’est pas un leurre. J’ai un ami qui s’est fait contaminé il y a quelques années et qui a aussi contaminé son ami.
                        L’homme a bien marché sur la lune et d’ailleurs des éléments des missions lunaires restés sur la lune ont été photographié par satellite dernièrement.
                        Des juifs sont certes lobbyistes mais la plupart des juifs sont des gens modestes, honnête loin de toutes ces histoires. Quand au franc-maçon, on leur prête un pouvoir qu’il n’ont pas...

                      • Jean Umber 12 juillet 2012 11:29

                        « Le lien entre VIH et Sida ne fait aucun doute »

                        Tout-à-fait d’accord avec vous. Cependant, le VIH est-il la cause réelle ou bien simplement un marqueur de la maladie. Car dans ce cas-là il y a effectivement un lien. Mais pas de cause à effet. En réalité, ce lien de causalité n’a jamais été montré. Tout au plus montre-t-on que 4 à 6% de la perte des CD4 peut être expliquée par la présence d’ARN du VIH

                        http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17003398?dopt=AbstractPlus

                        Il existe autre chose que les virus qui soit capable de faire tomber malade du sida. Fondamentalement, c’est la présence de composés chimiques identiques dans de nombreuses circonstances qui peuvent paraître totalement indépendantes qui me semble être la cause réelle du sida, le VIH n’étant qu’un marqueur légèrement infectieux car il synthétise lui aussi ce composé chimique.


                      • slipenfer 12 juillet 2012 02:21

                        merci Vincent
                        gloire à toi 


                        • mortelune mortelune 12 juillet 2012 12:05

                          Le Sida pour la reproduction, les Ogm pour l’alimentation, les nuages toxiques pour la respiration, les napes de pétrole pour la baignade, le nucléaire, le terrorisme, le réchauffement climatique, le cancers, les guerres, le mondialisme, (...), tout cela nous donne envie de vivre... sur une autre planète plus propre. Mais qui nous fait vivre dans ce dépotoir ? Il ne fait aucun doute qu’en prenant conscience de toute cette merde il semble nécessaire de s’en remettre à son psy pour qu’il nous refile des antidépresseurs, des anxiolytiques, des somnifères, des antistress, et beaucoup d’autres ’produits’ qui nous transforment en légumes. Les généticiens vont modifier l’adn des légumes que nous serons pour que nous devenions résistants à tout et même au pire. 


                          • RBEYEUR RBEYEUR 12 juillet 2012 13:55

                            De mortelumière (mortelune), le 12 juillet à 12h05 :

                            « ….Le Sida pour la reproduction, les Ogm pour l’alimentation, les nuages toxiques pour la respiration, les napes de pétrole pour la baignade, le nucléaire, le terrorisme, le réchauffement climatique, le cancers, les guerres, le mondialisme, (...), ….
                            ….. Mais qui nous fait vivre dans ce dépotoir ? Il ne fait aucun doute qu’en prenant conscience de toute cette merde il semble nécessaire de s’en remettre à son psy pour qu’il nous refile des antidépresseurs, des anxiolytiques, des somnifères, des antistress, et beaucoup d’autres ’produits’ qui nous transforment en légumes…. 
                             ».

                            Il y a mieux : LE CORAN, outil de lobotomisation, d’obscurantisme  et d’asservissement de l’être humain le plus performant qu’est connu l’humanité (que le bolchevisme n’a jamais pu égaler malgré son génocide de cent millions de morts) conçu et élaboré il y a 1.400 ans par un chef de guerre bédouin génial.

                            C’est la meilleure réponse à l’apocalypse décrit par mortelumière (mortelune) …

                            En effet, dès le 6° siècle, le guerrier bédouin de génie avait tout prévu dans son CORAN, il suffit de le suivre à la lettre pour vivre dans le paradis d’Allah…

                            L’apocalypse décrit par mortelumière (mortelune) n’est que le résultat d’un cumul de dérives par rapport aux prescriptions du CORAN.

                            Donc, suivons à la lettre les prescriptions du CORAN  pour ramener la planète en l’état où elle se trouvait au moment où le guerrier bédouin de génie l’a rédigé.

                            Alors, pas besoin de psys, d’antidépresseurs d’anxiolytiques, etc.    

                            On peut en voir l’exemple dans le continent islamique constitué d’un milliard cinq cent millions de musulmans…


                            • mortelune mortelune 13 juillet 2012 02:37

                              @Rbeyeur le brailleur

                              Que vient fiche le Coran dans cette histoire ? Vous délirez monsieur le brailleur. Entre ceux qui stigmatise les juifs et les autres qui s’en prennent aux musulmans je vois surtout des gens qui trouvent des coupables bien faciles. Les sionistes vous les donnent en pâture et vous foncez tête baissée comme des ahuris ridicules de naïveté. Jusqu’à quand allez vous rester dans le nuage de la surconsommation, des profits et du travail à outrance sans relever la tête et regarder où est le vrai problème. Que les peuples soient musulmans, juifs, bouddhistes, chrétiens, hindouistes ne posent pas de soucis particuliers si les intérêts économiques et la soif de pouvoir de certains ne venaient pas troubler la quiétude des gens ’simples’. Si vous voyez des coupables dans les peuples alors soit vous êtes idiot soit déjà trop manipulé. Dommage pour vous !

                            • RBEYEUR RBEYEUR 13 juillet 2012 19:54

                              Surtout, pas touche au CORAN.
                              Je ne savais pas qu’il existait des ayatollahs féminins.... 


                              • Agerate Agerate 5 mai 2015 18:33

                                J’adore ces dizaines de commentateurs qui ne connaissent strictement rien à la médecine mais qui se permettent de donner leur avis sur tout, et surtout sur ce qu’ils ne connaissent pas (sinon c’est pas drôle).

                                Comme vous êtes incultes, vous ne connaissez pas la définition médicale de « dépistage ».

                                Qui parmi vous - chers commentateurs - sait ce que signifie la « spécificité » ou la « sensibilité » d’un test ? Qui sait ce qu’est une « valeur prédictive négative » ou une « valeur prédictive positive » ?

                                Visiblement personne, sinon vous vous rendriez compte de la connerie de cet article (et de vos commentaire). En effet, ce que vous reprochez au test de dépistage c’est.... d’être un test de dépistage. Bravo les gars !

                                Ben oui, un test de dépistage est fait pour dépister, et non diagnostiquer. C’est pour ça qu’il connait des faux négatifs et des faux positifs.... Sinon ça ne serait précisément pas un dépistage mais un diagnostic. Bravo les lumières !

                                Mais à aucun moment un médecin ne fait de diagnostic sur la seule base d’un dépistage. Vous gobez vraiment n’importe quoi ! smiley Si je vous dis qu’on rajoute exprès des maladies dans les vaccins pour infecter les gens, vous allez me croire aussi ?? Et même - vous savez quoi, la nuit, à l’hôpital, on s’amuse à retirer des organes dans le sommeil des patients pour les greffer sur d’autres (et les facturer très cher pour payer nos piscines et nos voitures de sport !). Qu’est-ce qu’on se marre !

                                Évidemment les dépistages sont utiles et nécessaire. Si les méchants labo (pour reprendre le vocabulaire de votre idéologie) contrôlaient tout, leur intérêt serait d’EMPECHER les campagnes de dépistage, afin que le maximum de personnes soient contaminées et de vendre des trithérapies qui coutent extrêmement chères, sans compter tous les traitements annexes.

                                Je rejoints le commentaire précédent : si vous êtes convaincu que le VIH ne donne pas de maladie, je vous encourage à coucher sans capote avec le plus possible de personnes déclarées contaminées « par la doxa dominante ».

                                Ensuite, on en reparle.

                                Bien cordialement les zozos.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès