Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Des antioxydants contre la rouille qui nous ronge

Des antioxydants contre la rouille qui nous ronge

Alors qu’on nous fait miroiter une médecine spectaculaire de science-fiction, la lenteur des progrès de la recherche est parfois bien décevante sur l’essentiel. Henri Laborit, confronté aux pathologies de la plongée sous-marine comme jeune chirurgien des armées, avait été un des premiers à mettre en évidence les dangers du stress oxydatif. Dix ans après sa disparition l’importance des radicaux libres ne fait plus aucun doute dans le vieillissement et de très nombreuses maladies mais un récent colloque devait déplorer le peu de cas que la médecine en faisait encore.

On le sait bien, l’oxygène est vital, fournissant une bonne part de notre énergie (avec le sucre), mais il se révèle aussi très destructeur lorsqu’il submerge les antioxydants du corps, laissant circuler des « radicaux libres », porteurs d’oxygène, qui sont très réactifs à cause de leur nombre impair d’électrons et s’attaquent donc aux cellules environnantes. Le stress oxydatif est le premier responsable du vieillissement et des maladies dégénératives, véritable rouille qui nous ronge, s’en prend à l’ADN, produit inflammations, nécroses, cancers, diabète, athérosclérose, cataracte, etc.

“ (Lu sur sante.net :)

Lucien Israël et Luc Montagnier, se sont succédés à la tribune des 3èmes journées de la Société Française de Médecine et de Physiologie du Vieillissement (SFMPV) le samedi 18 juin 2005. Organisée à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, cette journée a été divisée en deux sessions : la première s’est concentrée sur le stress oxydant et le cancer, avec une analyse critique des facteurs environnementaux et hormonaux ; la deuxième s’est attachée à décortiquer les mécanismes d’action des antioxydants dans la régulation métabolique.

Déterminer le statut de stress oxydant d’un individu devient actuellement un sujet de priorité en terme de prévention de maladies car de nombreuses études montrent qu’il existe une association étroite entre l’affaiblissement des systèmes de défense antioxydants et le développement de plus de 200 pathologies différentes (de l’athérosclérose au cancer en passant par le Sida, les maladies inflammatoires, le diabète) et l’accélération du processus du vieillissement.

Pour le Pr Luc Montagnier, le stress oxydant est une composante constante des maladies infectieuses chroniques, comme le Sida, et, comme rappelle le Pr Lucien Israël « ...il va bientôt être impossible de dresser des plans stratégiques destinés à contrôler, à stabiliser ou à faire régresser des affections chroniques sans y intégrer un traitement anti-radicalaire au long cours... ».

Hélas, selon le Dr Robert Nataf du laboratoire Philippe Auguste à Paris, même si l’importance du Stress Oxydatif dans la pathogénie de nombreuses affections dites dégénératives est aujourd’hui bien établie « son utilisation diagnostique dans l’évaluation du risque individuel est toujours en panne ».”

Note : Les principaux antioxydants sont les vitamines E (huile d’olive, amandes, noisettes) et C (fruits et légumes, frais donc pas trop oxydés), les caroténoïdes, surtout le lycopène (carottes, melons, tomates), les polyphénols, principalement les flavonoïdes (raisin ou vin, thé vert, soja, le chocolat, bleuets). Les oméga-3 sont aussi de très bons antioxydants et le ginkgo biloba un des plus efficaces (avec la papaye fermentée et le raisin, puis le melon, les haricots rouges, les tomates, les myrtilles, les amandes et même les artichauts ou les escargots !). Les bienfaits du raisin et du vin viendraient principalement du « resveratrol ». Il faut savoir que si l’activité physique est très bénéfique (au moins 20mn de marche par jour), elle augmente malgré tout le stress oxydatif alors que la réduction des calories (et de l’alcool) dans l’alimentation le diminue en proportion.

Jean Zin 21/06/05


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Véronique ANGER-de FRIBERG (---.---.37.142) 23 juin 2005 13:17

    Merci à Jean Zin pour cet article intéressant. A propos du stress oxydatif, si je peux me permettre de renvoyer vos lecteurs vers cette interview du Pr Montagnier, à propos du stress oxydant : « TRAITER A TITRE PREVENTIF PLUTOT QU’EN ETAT DE CRISE : UN CONCEPT NOUVEAU D’UNE MEDECINE PROSPECTIVE ». Lire en particulier la réponse à la question 4.


    • Véronique ANGER-de FRIBERG (---.---.37.142) 23 juin 2005 13:18

      Hum... lire : stress « oxydant » et non « oxydatif » évidemment, mais vous aurez rectifié de vous-même je pense !


      • Jean Zin (---.---.77.173) 23 juin 2005 16:50

        Merci Véronique,

        On pourrait effectivement discuter sur le fait de savoir si « stress oxydant » est plus correct que « stress oxydatif », sans doute influencé par l’anglais « oxydative stress » mais il y a aussi les deux termes en anglais. En tout cas ce n’est pas une erreur. Le titre du colloque était bien « Stress oxydatif : mythes et réalités ». Les deux formes sont utilisées et, pour ma part, je préfère le terme « stress oxydatif » qui me semble plus spécifique que « stress oxydant » mais les deux sont utilisés.

        Amitiés


        • edith (---.---.97.111) 16 janvier 2006 20:20

          MERCI ! Vos articles sont variés et très intéressants. Bravo ! Et merci aussi pour votre humanité

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès