Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Des éleveurs chassent la mauvaise graisse

Des éleveurs chassent la mauvaise graisse

Aux portes de Rennes, des éleveurs produisent un lait naturellement riche en acides gras oméga3. Pour y parvenir, ils exploitent les vertus du lin et de la luzerne, aliments traditionnels.

Dans la nature, la vache donne le meilleur de son lait lorsqu’elle broute de l’herbe. Les connaisseurs le savent, le lait d’été fait les meilleurs fromages et le bon beurre. Aujourd’hui, les scientifiques confirment le bien-fondé de cet empirisme. La composition des lipides animaux est toujours dépendante de l’alimentation qu’ils reçoivent, affirment-ils, analyses à l’appui. Le lait des vaches qui se repaissent d’herbe contient plus d’acides gras « oméga 3 » que celui de vaches nourries au maïs et moins d’acides gras « oméga 6 ». La composition de notre alimentation en ces acides gras est déterminante pour notre santé. Les nutritionnistes recommandent un rapport « oméga 6 / oméga 3 » voisin de 5 et un apport en oméga3 de 2 g par jour pour un adulte (OMS-AFSSA). De 1960 à 2000, notre consommation journalière par adulte et par jour est passée de 78g à 105g d’acides gras, principalement par augmentation des huiles végétales (15%) et des produits laitiers (6%). Malgré cette augmentation,  nous ne consommons que 0,15 à 0,2 g d’oméga3 quotidiennement et notre rapport alimentaire « oméga3 / oméga 6 » s’est élevé de 5 à 12 pour les acides gras totaux et de 6 à 23 pour leurs précurseurs ! Cette détérioration entraîne de nombreuses conséquences funestes sur notre santé et serait à l’origine de l’obésité infantile précoce. Le fameux rapport dans le lait maternel est passé de 5 à 20 en 20 ans ! Celui du profil moyen des lipides végétaux consommés en France est de 32 ! Et celui du lait d’une vache nourrie au maïs de 8 ! A l’origine de ce déséquilibre, la surconsommation d’huile de tournesol (au détriment du colza) et l’industrialisation de l’élevage autour du modèle maïs-soja.

A Vern-sur-Seiche, dans la banlieue de Rennes, des éleveurs comme Claudine et Albert Richomme, ont bien compris l’enjeu de santé publique de l’agriculture. Avec dix autres collègues, ils se sont engagés dans la production de lait naturellement riche en oméga 3. Pour que leurs vaches produisent toute l’année cette qualité de lait, Claudine et Albert complètent l’alimentation de leur troupeau avec un produit à base de lin et de luzerne lorsque l’herbe se fait rare. Cest-à-dire de fin août à début avril. La graine de lin contient 190 g d’acides oméga3 au kilo. Une substitution de 5% du soja au profit d’un produit à 58% d’oméga3 dans les acides gras totaux permet d’obtenir un lait contenant 1,2 % des lipides sous forme oméga3 et dont le rapport « oméga3 / oméga6 » est inférieur à 4. La démarche des Richomme s’inscrit dans l’initiative de leur coopérative Coralis. Dès 2004, elle décide de se lancer  dans la fabrication de beurre demi-sel, riche en oméga 3. Chaque semaine sous la marque Agrilait, elle en produit une tonne. La relance de la culture du lin est le fait de l’association Bleu-Blanc-Cœur, reprenant à son compte les recherches qui ont prouvé les effets positifs des oméga3 sur la fertilité des animaux, leur immunité et leur vigueur. En 1999, les chercheurs prennent un virage vers la nutrition humaine et confirment l’excellente assimilation par l’homme des oméga3 élaborés par les animaux (lait, œuf, viande porcine et bovine) et leur meilleure saveur, révélée par l’analyse sensorielle.

 

Ces projets sont révélateurs du renouveau de l’agriculture vers plus d’autonomie, plus de traçabilité, plus de responsabilité. Les Richomme ne font qu’appliquer des principes agronomiques de bon sens que la modernité des années soixante-dix avait balayé. Depuis une dizaine d’années, la vache folle est passée par là et bien des éleveurs en ont tiré des leçons. La plus simple, la plus évidente : des animaux bien nourris donnent de bons produits. Avec une production de 200 000 litres de lait par an, les Richomme sont de petits éleveurs. Mais heureux. Si la ration de leurs vaches « lin - luzerne » leur coûtent plus cher que du maïs et du soja, la bonne santé de leur animaux leur évite des frais vétérinaires. Leur lait est mieux payé. Ils estiment que leur marge brute est de 5% supérieure à ce qu’elle était avant cette conversion. Au final, le bilan est positif. Pour le consommateur aussi.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre An Alré (---.---.99.164) 26 juin 2006 23:03

    Bonjour

    Voici une autre pub déguisée, cette fois c’est pour un groupe bien connu dans la région Rennaise.

    Quand est-ce que les paysans délaisseront définitivement les coopératives pour des modes de commercialisation qui les préservent davantage ?

    Les coopératives font des profits importants pendant que les paysans ont du mal à survivre. Les paysans sont des individus isolés face à des monstres économiques. Coralis qui est une naine dans le paysage Français des coopératives, fait pourtant 295 millions d’Euros de chiffre d’affaire, soit 340 000 Euro par employé.

    Un paysan fait lui 12 000 Euros de chiffre d’affaire. Il faut presque 30 paysans pour faire autant de chiffre d’affaire qu’un employé de coopérative.

    Les coopératives contribuent pourtant à l’empoisonnement des nappes phréatiques soit directement (par les rejets de la transformation du lait), soit indirectement en favorisant l’élevage intensif, en faisant produire du mais pour l’alimentation animale alors que le mais consomme quatre fois plus d’eau que le blé qui lui sert à l’alimentation humaine.

    Il serait opportun de donner de l’autonomie à des groupes de paysans :
    - Par le biais de l’éducation, rare sont ceux qui ont un DUT ou un BTS.
    - Par la formation continue, il devrait y avoir une pyramide de la formation continue des paysans, de la formation consulaire, aux DUT jusqu’à l’INRA comme c’est le cas dans les autres domaines.
    - Par le groupement de paysans pour réduire les coopératives à leur rôle de transformateur et redonner aux paysans le contrôle de leur destinée en leur permettant enfin de négocier avantageusement les prix des matières produites auprès des coopératives.

    Jean-Pierre


    • gratgrat (---.---.20.7) 27 juin 2006 11:23

      Bonjour Voici une autre pub déguisée, cette fois c’est pour les DUT...

      grat-grat-


    • chansiaux (---.---.34.164) 27 juin 2006 18:57

      Je ne suis pas d’accord avec vos remarques. Les coopératives appartiennent aux paysans et ce sont eux qui les administrent. Les paysans sont donc les responsables de la gouvernance de leurs outils. S’il arrive que des coopératives soient mal gérées ou se « coupent de leurs bases » les agriculteurs peuvent toujours se retourner vers le privé. Quant au niveau de formation des agriculteurs, il ne cesse d’augmenter. Le niveau de formation n’est pas un gage de compétence (pensez un peu aux énarques qui nous gouvernent !).


    • Jean-Pierre An Alré (---.---.104.240) 28 juin 2006 22:43

      Bonjour

      Merci de votre remarque sur le statut coopératif. Par contre je ne vois pas exactement avec quoi vous n’êtes pas d’accord, vous n’êtes pas d’accord avec le fait que les paysans sont exploités par les coopératives ? Il me semble que la lecture des bilans des coopératives est suffisament révélatrice. Une coopérative de transformation agricole en france possède un chiffre d’affaire par employé supérieur à celui d’une multinationale ! En face il y a des gens qui travaillent très dur et sont pourtant dans une certaine pauvreté, en tout cas ils sont plus pauvre qu’un salarié au SMIC qui lui n’a pas à payer les factures de l’entreprise qui le fait vivre. Est-ce bien équilibré, est-ce juste ?

      Ce n’est pas parce qu’on est membre d’une coopérative qu’on en a réellement eu le choix. Par exemple les agriculteurs cités auraient-ils pu adhérer à : UNION PRODUCTEURS LAIT ILLE DE BRETAGNE (Pacé) Sinon quelle autre possibilité aurait-ils eû ? Non les agriculteurs n’ont actuellement aucun choix.

      Par contre il ne tient qu’à eux qu’à ce que ça change, je préconise juste que la collecte ne se fasse plus par la coopérative, et que celle ci soit cantonnée à la transformation. Le but étant de renverser le rapport de force et de faire en sorte que la coopérative de transformation soit cliente et non plus régente. Il suffit d’un gros frigo et de louer un camion citerne régulièrement...

      Incidemment les coopératives sont issues de la volonté de l’état, dans ce contexte je me demande comment il faut prendre votre remarque sur la capacité de nos gouvernants ?  smiley)

      Jean-Pierre


    • Jean-Pierre An Alré (---.---.124.107) 27 juin 2006 14:53

      DUT est cité une seul fois et la concurrence (BTS) aussi.

      Par contre « grat » est cité deux fois dans votre commentaire

       smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès