Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

On vous le répète à longueur d’antennes : 5 fruits et légumes par jour.
Cette « règle absolue » serait la garantie de nous maintenir en bonne santé.
Sauf qu’il y a légume et légume !

Ceux qui nous sont proposés viennent pour la plupart de grandes exploitations dans lesquelles on ne mégote pas avec les insecticides, les pesticides et autres joyeusetés.

La France est en tête du bataillon des empoisonneurs européens avec 75000 tonnes de pesticides par an.

103 tonnes de pesticides parmi les plus dangereux et donc illégaux ont été découverts, et devraient quitter nos assiettes avant la fin 2009.

Le bio dont tout le monde parle reste dans notre pays à l’état d’épiphénomène avec seulement 2% des terres cultivées, alors que nos voisins espagnols et italiens sont dans les 15%.

Et quand bien même le consommateur choisisse le bio, il reste menacé par les pesticides depuis qu’une enquête d’AirParif a révélé qu’entre 25 à 75 % des pesticides épandus en Beauce, se retrouvent dans l’air de l’Ile de France, portés par le vent jusqu’à Paris.

François Veillerette, président de l’association MDRGF a lancé l’alerte, avec d’autres depuis des années, sans que cela fasse trop réagir les gouvernements qui se suivent et se ressemblent.
(Pesticides, révélations sur un scandale français, éditions fayard 2007)

Le raisin, la poire, et le poivron décrochent le pompon des légumes et fruits les plus pollués : jusqu’à près de 20 % pour le raisin.

Ils reçoivent pour certain (la pomme) jusqu’à 27 traitements avant d’être proposés à la consommation.
Laver et peler fruits ou légumes ne change rien, car certaines mollécules dangereuses peuvent pénètrer dans ceux-ci jusqu’à 8 millimètres de profondeur.

Une bonne partie de ces pesticides se retrouvent dans le sol, puis dans la nappe phréatique.
En Isère, j’ai constaté pendant plusieurs années un dépassement de la norme autorisée en pesticides, sans que cela ait provoqué ni l’arrêt de la distribution d’eau, ni des mesures de dépollution.

Les pesticides, comme par exemple l’arsenic de soude, utilisé pour le traitement de la vigne, est un cancérogène reconnu.
La commission européenne est montée sur ses grands chevaux et annonce un contrôle plus sévère…. à partir de 2011.

Mais en même temps, l’Union Européenne a modifié le 1 septembre la LMR (limite maximale en résidus de pesticides) : elle devient 40 fois supérieure à celle pratiquée en France auparavant.
http://www.mdrgf.org/news/news280808_LMR_pesticides.html

Une autre conséquence des pesticides est tout aussi dramatique, puisqu’ils sont responsables de la féminisation des espèces (voir mon article « ou sont les hommes ? ») et sont responsables de la diminution parfois de moitié du nombre de spermatozoïdes chez l’homme.

Pour ceux qui choisiraient de ne consommer que des fruits et des légumes en provenance de nos lointaines colonies, il faut vite les en dissuader.

En effet, la Chlordécone a fait des ravages là-bas. (Voir mon article « régime dur pour les bananes  »).
Ce pesticide a été pulvérisé abondamment sur les bananeraies depuis des années.
On estime qu’aux seules Antilles, il en aurait été répandu 1250 tonnes, et qu’il faudra au moins 7000 ans pour nettoyer le terrain, et les rivières.
Ce pesticide interdit aux Etats Unis depuis 1976, à été utilisé en France depuis 1981. il n’a été interdit qu’en 1990, les Antilles ayant obtenu une dérogation, pour prolonger son utilisation jusqu’en 1993. (pourtant le Chlordecone est classé cancérigène possible depuis 1979).

Le problème n’est plus lié seulement à la seule contamination des bananes, mais aussi à celle du sol et des autres végétaux, lesquels continuent d’absorber les pesticides : les plus touchés sont ceux qui poussent dans la terre, Manioc, Patates douces, igname, mais aussi les cucurbitacés contaminés, à dose moindre, il est vrai.

Le cancer qui, rappelons le, touche un Français sur trois, coûte entre 3000 et 6000 € par mois et par patient à la sécurité sociale.

Raison pour laquelle, en toute discrétion, le gouvernement vient de publier un décret limitant le remboursement des soins aux cancéreux dans certaines conditions.
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020315160
http://www.legifrance.gouv.fr:80/jopdf//jopdf/2009/0227/joe_20090227_0044.pdf

Car comme disait un vieil ami africain : « ce sont les gens qui cherchent les problèmes, et pas le contraire ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 6 mars 2009 15:26

    Oui.
    Vous n’allez pas me croire, mais....

    Il fut un temps ou les fruits et légumes étaient bons ET mûrs en supermarchés. Mais c’était il y a 20-30 ans, lorsqu’ils devaient montrer qu’il pouvaient être aussi bon que le petit commerce.
    A cette époque, existait une certaine concurrence.
    Maintenant, les supermarchés peuvent se faire 80 % de bénéf..... et ont une clientèle CAPTIVE.
    J’ai parlé de prise d’otage... ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 6 mars 2009 16:55

      Plancherdesvaches,

      et oui, et maintenant que les petits commerces ont quasi disparu, ils font ce qu’ils veulent...
      il reste les marchés, à condition de n’acheter qu’aux producteurs, et que ceux ci ne traitent pas trop,
      sinon c’est kif kif...
      ou alors ne manger que sa propre production,
      ce qui n’est pas à la portée de tous.


    • civis1 civis1 6 mars 2009 16:20

      Vous avez vu le site ridicule et même pas en français de la responsable européenne de la sécurité alimentaire ?
      On est bien gardé avec çà !
      Il y avait un temps où empoisonner les gens à petite dose et voler à grandre échelle était considéré comme des délinquants.
      La plus grande fortune mondiale c’est les Walton, (hard discount du pauvre) les plus grandes marges bénéficières faites sur le dos du plus grand nombre et le plus grand nombre ce sont des pauvres et les clients de la pauvreté ne manquent pas. 


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 mars 2009 16:58

        civis1,

        et pendant ce temps m’ame boutin s’interesse a faire fermer les open bars, et empêcher les dégustations de vin dans les foires,
        quoique sur ce point, ils soient en train de reculer,

        c’est ce qu’on appelle des erreurs de priorité,
        sauf que là, y a pas de gendarme pour sanctionner.


      • Bobland59 Bobland59 6 mars 2009 16:21

        Votre discours est intéressant et surement vrai ! Mais comment font les urbains que nous sommes pour se nourrir sans stresser à chaque bouchée, si on pense que ce l’on va avaler va nous rende malade ?????
        Alors manger infecté fait mourir ........ mais ne pas manger à votre avis cela fait quoi ? Demandez donc aux pauvres comment ils doivent faire pour survivre . Et cela pas seulement en Afrique ou ailleurs, mais chez nous .


        • olivier cabanel olivier cabanel 6 mars 2009 17:01

          Bobland59,

          évidemment, çà laisse peu d’alternatives,
          comme disait pierre Dac :
          "vaut mieux etre riche et en bonne santé, que pauvre et malade"
          on va peut etre mourir à petit feux, mais il nous reste la possibilité d’en rire.


        • jcm jcm 6 mars 2009 18:06

          Bonne question : comment font.... la plupart d’entre nous en fait !

          Mais si la plupart d’entre nous s’était réveillée il y a déjà quelques années et avait tapé sur la table au sujet des méthode utilisées par l’agriculture nous n’en serions peut-être pas là !!!

          Et les raisons de taper du poing ne manquent pas dans ce domaine !!! (comme dans bien d’autres...).



        • olivier cabanel olivier cabanel 6 mars 2009 18:42

          jcm,
          bien sur, il aurait fallu réagir dans les années 50,
          et maintenant pour revenir à un état plus naturel, il va falloir s’armer de patience, à condition de pratiquer dès aujourd’hui à des pratiques plus respectueuses de l’environnement,


        • foufouille foufouille 6 mars 2009 18:52

          si on est pauvre et con et bete, on achete
          sinon on peut trouver des fruits sans traitements, des pates sans colorants ni conservateurs
          suffit de lire les etiquettes
          on peut aussi manger des pates et des patates........
          il y a des camions frigo qui passe pour vendre des legumes en direct
          mais la plupart des gens sont pas informer et ne lisent pas les etiquettes


        • jcm jcm 6 mars 2009 19:36

          "il aurait fallu" ???

          Non, il FAUT TOUJOURS (mieux vaut tard que jamais), et pourtant on constate que les réactions sont très clairsemées, de petite ampleur, sans grands effets....

          S’armer de patience : oui d’autant plus que les réactions (les nôtres) seront molles... (que l’on s’entende, je ne prêche aucune violence !).


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 07:37

          Foufouille,

          je pense effectivement qu’une personne pauvre va acheter "ce qu’elle pourra", pour elle, il faut d’abord se nourrir, même si c’est au dépens de la santé, plus tard...
          ceci dit, en milieu rural, il existe des "paniers de paysans", ou ceux ci proposent des produits du terroir, de qualité, la plupart du temps non traités,
          et bien sur, je conseille à tout le monde d’acheter bio, pour quelques centimes de plus, çà vaut la peine d’éviter un cancer, celui ci coutera bien plus cher plus tard,
          mais comme je l’ai écrit dans l’article, les pesticides portés par le vent retombent avec la pluie un peu partout, y compris sur les terrains de l’agriculture bio...
          on a d’ailleurs le meme probleme avec la radioactivité : lorsqu’elle retombe, elle ne fait pas de cadeaux, et peut aussi bien tomber sur une parcelle bio.


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 07:39

          JCM,

          bien sur, même s’il est un peu tard, il faut réagir !
          c’est notre santé qui est en jeu.
          et peut etre aussi notre pérénité sur cette terre, puisqu’il est prouvé que les pesticides s’en prennent à notre fertilité.


        • amipb amipb 8 mars 2009 10:48

          Une bonne solution, un brin difficile : devenir végétarien. Avec une alimentation équilibrée, vous ne vous en sentirez que mieux. Evidemment, vous ne passerez pas outre les pesticides des fruits et légumes, mais vous éviterez la concentration importante de ceux-ci dans la viande, dernier maillon de la chaîne alimentaire.


        • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 2009 20:48

          bobland

          je vous invite, pour appuyer votre commentaire, de lire mon article : "tous végétariens"
          paru il y a quelques temps,
          merci de votre intervention


        • Frabri 7 mars 2009 01:04

          L’agriculture bio étant moins subventionnée que l’agriculture chimique elle se développe moins, mais elle se développe quand même un peu.
          Ce qui se développe assez rapidement ce sont les AMAP(Associations pour le Maintient d’un Agriculture Paysanne), il n’y a pas de d’intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs.
          http://alliancepec.free.fr/Webamap/index1.php


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 07:42

            Frabri,

            a l’évidence, si l’agriculture bio était encouragée, subvention ou autre, elle se développerait mieux,
            il faudrait lui appliquer les décisions qui ont été prises au niveau européen pour favoriser les énergies renouvelables, et là il y aurait de réels changements.


          • Bernard 05 7 mars 2009 08:21

             
            @Tous

            L’auteur ressasse toujours la même absurdité :

            "Le cancer qui, rappelons le, touche un Français sur trois, coûte entre 3000 et 6000 € par mois et par patient à la sécurité sociale. "

            Si ces chiffres étaient vrais, les dépenses de santé pour soigner le cancer s’élèveraient à plus de la moitié de notre PIB.

            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 10:09

              bernard05,
              et à tous,

              bernard05 est l’un des lobbyste pro-nucléaire, et conteste régulièrement le nombre de cancers en France,
              c’est pourtant une information qui est tout sauf un scoop :
              il y a quelques années le chiffre avancé par les experts était de un français sur trois, et une française sur quatre, il semble qu’il y ait dans ce domaine une parfaite égalité des sexes...

              mais pour calmer les ardeurs de cet actif (radio ?) militant pronucléaire, voici ci dessous un lien qui devrait le calmer
              http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/cancer/01_les-statistiques-du-cancer-aujourd-hui.php3

              cordialement


            • Néwick 7 mars 2009 12:02

               Attention aux chiffres !
              "Un homme sur deux et une femme sur trois sont concernés." veut dire qu’un homme sur deux et une femme sur trois aura un cancer dans sa vie. Mais actuellement, il n’y a pas 20 millions de cancer en France, ce que vous semblez dire ("Le cancer (...) touche 1 français sur 3") Il faudrait dire "touche ou touchera 1 français sur 3"

              L’incidence (nb de nouveau cas / an) du cancer en France est de 620/100 000 hommes et 434/100 000 femmes (attention, ce n’est pas la prévalence, qui elle est difficile à calculer).

              D’autre part, j’aurai bien aimé avoir un lien vers les sources que vous citez dans votre article, notamment sur l’enquête d’AirParif car je n’ai pas retrouvé ces chiffres.

              "j’ai constaté pendant plusieurs années un dépassement de la norme autorisée en pesticides" de combien ? avec quelles mesures ? faites par qui ? Ca manque d’information !

              C’est un article sur un sujet très intéressant, mais il mériterait beaucoup plus d’informations et surtout de sources.


            • Patapom Patapom 7 mars 2009 13:17

              Pfff...
              Avec tout ce qui se passe de partout, y a encore des imbéciles pour critiquer "les chiffres".
              On s’en tape de vos chiffres exacts ! On mourra de toute façon toujours beaucoup trop !
              Et quand on voit que c’est par la faute d’empoisonneurs publics soutenus par des montagnes de pognon, dont la voix est amplifiée par les médias qui véhiculent des idées mortifères et empêchent les gens de se reconnaître et se rassembler pour faire en sorte que tout cela cesse, comment voulez-vous que vos PUTAINS DE CHIFFRES aient encore un sens !!??

              Réveillez-vous ! C’est la merde ! Partout ! Et on n’y peut rien. Alors emportez vos chiffres et bouffez-les, il sont aussi empoisonnés que tout le reste !


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 14:53

              Newick
              voici une des infos qui m’a servi a faire cet article,
              mais je suis surpris que vous ne trouviez pas les sources,
              elles sont nombreuses, et faciles à trouver,


              Le rapport Cancer des Académies de Médecine et des Sciences, et du Centre International de recherche contre le Cancer (CIRC) : un document qui occulte la relation environnement -santé !

              Paris le 14 septembre 2007 : Un Comité composé de membres du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), des Académies nationales des sciences et de médecine et de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer a rendu public, jeudi 13 septembre, un nouveau rapport sur le cancer et ses causes. Ce rapport fait porter une très grande responsabilité aux facteurs de risque individuels ( alcoolisme, tabagisme, sédentarité…) et minimise outrageusement les causes environnementales de la maladie, qui ne seraient responsables que de 0,5% des cas de cancer !

              « L’Alliance pour la Planète s’insurge contre cette sous estimation des causes environnementales des cancers. Malgré les affirmations du CIRC l’épidémie de cancer est là et elle est vécue dramatiquement par la population. Le cancer touche aujourd’hui 1 homme sur 2 et une femme sur 3 et il n’y a pas d’autres solutions pour arrêter cette épidémie que d’éliminer de notre environnement les facteurs de risque cancérogènes. Ce sont ces mesures de préventions que l’Alliance pour la Planète défendra avec force dans le cadre du Grenelle de l’Environnement » s’indigne François Veillerette, Président du MDRGF et coordinateur groupe de travail ‘Santé Environnement’ de l’Alliance pour la Planète.


              vous avez aussi un lien que j’ai donné a un commentateur précédent (bernard05)

              a votre disposition pour d’autres sources.


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 14:56

              patapom ,

              merci pour ce "coup de gueule" justifié,
              ceci dit, j’ai donné a plusieurs commentateurs les liens afin qu’ils puissent vérifier les chiffres donnés dans l’article,
              mais sur le fond, vous avez raison,
              nous avons un vrai problème avec les pesticides (et le nucléaire, et la pollution electro-magnétique, et les dioxines etc...)
              a quoi bon se voiler la face et discuter les chiffres,
              il vaudrait mieux agir.
              encore merci


            • Bernard 05 7 mars 2009 11:54

              @Olivier Cabanel

              J’ai regardé votre lien. Ca ne me calme pas vraiment.

              Et manifestement, vous ne savez pas lire le français.

              Donc,
              1) lisez ce qu’il y a écrit sur votre lien,
              2) relisez vous et
              3) on en reparle.


              • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 14:59

                bernard05,
                je ne sais pas ce qu’il faut pour vous convaincre,
                voici un autre lien,

                Le rapport Cancer des Académies de Médecine et des Sciences, et du Centre International de recherche contre le Cancer (CIRC) : un document qui occulte la relation environnement -santé !

                Paris le 14 septembre 2007 : Un Comité composé de membres du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), des Académies nationales des sciences et de médecine et de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer a rendu public, jeudi 13 septembre, un nouveau rapport sur le cancer et ses causes. Ce rapport fait porter une très grande responsabilité aux facteurs de risque individuels ( alcoolisme, tabagisme, sédentarité…) et minimise outrageusement les causes environnementales de la maladie, qui ne seraient responsables que de 0,5% des cas de cancer !

                « L’Alliance pour la Planète s’insurge contre cette sous estimation des causes environnementales des cancers. Malgré les affirmations du CIRC l’épidémie de cancer est là et elle est vécue dramatiquement par la population. Le cancer touche aujourd’hui 1 homme sur 2 et une femme sur 3 et il n’y a pas d’autres solutions pour arrêter cette épidémie que d’éliminer de notre environnement les facteurs de risque cancérogènes. Ce sont ces mesures de préventions que l’Alliance pour la Planète défendra avec force dans le cadre du Grenelle de l’Environnement » s’indigne François Veillerette, Président du MDRGF et coordinateur groupe de travail ‘Santé Environnement’ de l’Alliance pour la Planète.

                évidemment çà doit vous etre difficile de reconnaitre vous etre planté,
                un mot d’excuse doit vous couter,
                question d’honneur ?
                clémenceau disait ;
                "l’honneur c’est comme la virginité, çà ne sert qu’une fois",
                j’en conclu que c’est trop tard pour vous ?


              • Bernard 05 7 mars 2009 15:35

                Néwick vous a très bien répondu. Je n’ai rien à rajouter.


              • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2009 18:50

                bernard05

                çà confirme la petite phrase de Clemenceau...


              • Bernard 05 8 mars 2009 15:27

                Celle qui vous va si bien ?

                Vous voyez, on finit par être d’accord...


              • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 2009 20:36

                bernard05
                nous ne sommes pas dans une cour d’école.
                vous manquez d’imagination,
                ce n’est pas si compliqué d’admettre que l’on se trompe.
                pour vous, manifestement, ç’est le cas,

                plus vous allez agiter vos jambes,
                dans vos sables mouvants nucléaires,
                plus vous allez vous enfoncer.

                ce n’est plus mon problème,
                je vous espère plus attentif, plus ouvert, plus crédible, sur un autre article,
                parce que le rêve et l’optimisme font partie intégrale de mon monde,


              • Bernard 05 9 mars 2009 06:27

                Néwick vous a déjà répondu : vous confondez "être concerné" et "être malade". Ce n’est pas du tout la même chose. quelqu’un qui fume un paquet par jour est concerné par le cancer du poumon, cela ne veut pas dire qu’il est cancéreux, fort heureusement.

                Nous sommes tous concernés par la mort. Mais nous ne sommes pas tous morts. Toi avoir compris ?


              • Scloud 9 mars 2009 08:24

                Cet article étant essentiellement inspiré d’un papier passé dans un récent numéro de l’hebdo "Le Point",je me bornerai donc à transmettre ce qu’avait été mon commentaire :
                http://lepoint.antisearch.net/cgi-bin/redirect ?TYPE=URL&PARAMS=pesticide&C=163&ARG=&AGENT=&CID=&TARGET=http ://www.lepoint.fr/content/societe/article?id=320885

                """Les produits phyto, ce n’est pas de l’eau bénite, il faut en convenir. Affirmer qu’ils ne présentent pas de risques serait irresponsable. (risque=conjugaison d’un danger X l’exposition à ce danger.) Parmi les risques, il faut considérer le "risque utilisateur" et le "risque consommateur". Pour les utilisateurs, des règles d’utilisation strictes doivent être respectées. Quand je vois la photo qui illustre l’article du "Point" (édition papier), j’en viens à m’étonner qu’il y ait encore des viticulteurs survivants aux applications par atomiseurs, le masque que porte ce monsieur ne permet en aucune façon une protection efficace, il ne porte pas de gant et sa protection de visage est nulle. En une journée, il est certain qu’il absorbera plus de produits que n’importe quel consommateur en une vie... Il n’y a aucun rapport entre le risque aigu des applicateurs et les risques supposés chroniques des infra-doses que l’on retrouve ici ou là, ce qui n’empêche pas de tout faire pour les réduire au minimum. Nous connaîtrons les résultats de l’enquête AGRICAN dans quelques mois. Quelles que soit ses conclusions, elles ne concernera pas les consommateurs qui sont à l’écart du "risque utilisateur", aujourd’hui, il est impossible d’affirmer objectivement "qu’il y a des poisons dans nos assiettes" sans faire des amalgames ou des citations incomplètes dites "journalistiques", de celles qui sont destinées à faire peur et vendre du papier. Lors d’un traitement herbicide, on ne "crache" pas une pluie de désherbant, on le pulvérise, ce qui est déjà moins impressionnant. Quant à dire le pourcentage de cette pulvérisation qui part dans les nuages, il faut être bien audacieux pour annoncer de tels chiffres (25 à 75 % des volumes qui se retrouveraient au dessus de la tête des parisiens !). Mieux vaudrait en rire, le fait est qu’il faut lire 25 à 75 % des molécules utilisées peuvent être identifiées dans l’air de la capitale. Cela se compte en nanogrammes par mètre cube d’air. A ce niveau, les quantités sont exprimées en ppb, parties par milliard. (A titre de comparaison, 1 ppb sur la distance Paris-Perpignan, c’est 1/10e de millimètre.) Je ne finirai pas ce commentaire sans relever la définition tronquée donnée pour la phrase de risque R40. L’auteur nous dit R40 : à effet cancérogène suspecté, il faut ajouter : preuves insuffisantes. Les molécules R40 sont en général de vieux produits pour lesquels les études de térato. n’étaient pas demandées pour l’homologation, ces molécules tombées dans le domaine public ne pouvaient plus supporter les frais d’études toxico extrêmement onéreuses, les industriels ont donc pris le parti d’abandonner leur production (cas de l’atrazine par exemple) ce qui revient à dire que l’on remplace des produits non rentables par de nouveaux qui sont dans tous les cas mieux évalués. Un mot sur l’arsenic. Il ne faut pas écrire "arsenic de soude", mais "arsénite de soude", ce produit était utilisé en repos végétatif pour lutter contre des parasites s’attaquant au bois.""""


                • Christoff_M Christoff_M 9 mars 2009 09:32

                  A condition de trouver autre chose que des produits importés plein de flotte et non saisonniers sur nos rayons !

                  la quantité de merde importée augmente, la qualité baisse ou se paye, à moins d’avoir des petits circuits locaux mis en place !!


                • JONAS JONAS 9 mars 2009 10:08

                  @ TOUS :

                  Certains commentaires contradicteurs sont ridicules :

                  Et je pense que l’Auteur a parfaitement raison de tirer la sonnette d’alarme.

                  À vous Messieurs qui buvaient de l’eau ! Depuis les 1960, vous êtes en train de perdre votre virilité, votre fertilité et de vous féminiser…. !

                  Vous ingurgiter pour la plupart de la Progestérone est autre hormones féminines qui ne sont pas éliminées par les stations d’épurations et cela comme pour les pesticides et les métaux lourds.

                  Certains pesticides, dont les formules chimiques complexes (je ne vais pas vous faire un cours de chimie), seront encore présents dans la nourriture dans 50 ans, comme le célèbre DDT.

                  Souvent lorsque nous mangeons du pain, on oublie que le pain, c’est de la farine de blé, entre autres.

                  Les chaînes alimentaires, font que des doses apparemment inoffensives, concentrées, dans les viandes, dans les préparations industrielles, finissent par affecter la santé humaine.

                  En tant que pompier spécialisé NBC (Nucléaire, Bactériologie, Chimie), je crois pouvoir je crois donner mon avis.

                  Il est certain par contre, que l’on ne peut pas nourrir la bombe démographique, sans utiliser ces produits, surtout sur les grandes exploitations agricoles, les céréalières, les vinicoles et arboricoles, entre autres comme le mentionne l’Auteur.

                  En réalité, vos négations sont l’émanation de votre peur inconsciente.

                  Bonne journée à vous Tous.

                  Et amicalement à Olivier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès