Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Des troubles de l’odorat pour prévenir la maladie d’Alzheimer

Des troubles de l’odorat pour prévenir la maladie d’Alzheimer

La perte de l’odorat autrement appelée anosmie, jusqu’ici peu connue, risque de gagner en intérêt scientifique. Il s’avère qu’une mauvaise reconnaissance d’odeurs pourrait être un symptôme de la maladie du vieillissement de la mémoire.

Pertes de mémoire, oublis de plus en plus fréquents et le diagnostic est souvent sans appel : Alzheimer. Jusqu’à maintenant, seuls ces symptômes permettaient de détecter le mal. Mais selon Laurent Vazel, ORL chef de clinique au centre hospitalier de Brest et spécialisé dans la chirurgie nasale, on pourrait dépister la maladie à partir de certains troubles liés à la reconnaissance d’odeurs.

«  Mais, ce n’est pas de la vanille que vous sentez, c’est du chocolat !  » Si cette « faute de goût » peut dans un premier temps faire sourire, elle permet d’établir une nouvelle hypothèse en matière de dépistage de la maladie d’Alzheimer. En effet, si aucun traitement n’a été à ce jour mis au point pour éradiquer la dégénération des cellules cérébrales, on peut néanmoins ralentir ses effets d’autant plus efficacement qu’elle est diagnostiquée précocement.

Or «  on s’est aperçu que des patients se trompant sur l’identification des odeurs étaient plus sujets à développer la maladie  » explique Laurent Vazel qui va bientôt rejoindre le centre de Fréjus où se développera en 2008 un pôle ORL dédié au dépistage d’Alzheimer.

Le dépistage précoce favorise le ralentissement de la maladie

Cette analogie entre certains profils et la pathologie confirme d’ailleurs les conclusions amorcées en 2004 par Pierre Bonfils, ORL à l’hôpital parisien Georges Pompidou. A travers un test olfactif nommé Biolfa, ce spécialiste en chirurgie cervico-faciale détermine le seuil olfactif et quantifie les facultés de reconnaissance. Pour le docteur Vazel, les résultats sont doublement intéressants : s’ils peuvent révéler des cas d’anosmie, ils peuvent aussi prévenir Alzheimer. Cette découverte a priori anodine prend tout son sens dans la mesure où ces patients sont généralement plus jeunes que ceux consultant pour des troubles de la mémoire. «  Il faut donc développer la collaboration entre le travail des gériatres, neurologues et spécialistes en ORL  » poursuit-il. La corrélation entre les deux sciences permettrait de détecter plus tôt Alzheimer et donc d’optimiser les traitements.

Un plan Alzheimer verra le jour en 2008

Cette méthode encore à ses balbutiements en France, a besoin d’autre part de davantage de moyens financiers, selon le docteur Vazel qui s’inquiète de l’augmentation du nombre de malades  : «  Aujourd’hui, 860 000 en France, ce chiffre pourrait atteindre les deux millions en 2040. Déclarée Grande Cause nationale de l’année 2007, cette maladie neurodégénérative touche de plus en plus de personnes chaque année, 225 000 nouveaux cas apparaissent chaque année.  » C’est parce qu’il devient urgent d’aider la recherche qu’un plan Alzheimer a été d’ailleurs mis en place. Début 2008, seront débloqués des fonds qui auront pour vocation de multiplier les tests et ainsi de parvenir à un diagnostic précoce et à un traitement plus efficace.

En plus que de favoriser la prévention, le plan Alzheimer permettra d’approfondir et d’accélérer les recherches concernant notamment une greffe de cellules. Notre système olfactif se régénérant tous les trois mois, les scientifiques étudient la possibilité de transplanter des cellules nerveuses fraîchement reconstituées sur des malades.

Ces découvertes et l’initiative gouvernementale ravivent les espoirs. Laurent Vazel se réjouit des progrès qu’elles entraîneront dans un futur proche. On ne considérera bientôt plus Alzheimer comme une fatalité.

Delphine Laure


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • JL JL 31 octobre 2007 10:28

    Vous mélangez les genres en écrivant : «  »Ces découvertes et initiative gouvernementale ravivent les espoirs. «  »

    Par ailleurs, je ne vois pas en quoi une greffe des cellules olfactives guériraient de la maladie d’Alzheimer ! Si j’ai bien compris, l’on ne guérirait qu’un symptôme.


    • La Taverne des Poètes 31 octobre 2007 10:34

      JL : ce n’est pas le symptôme qui est analysé ici mais l’odorat comme stimulateur de la mémoire.


    • La Taverne des Poètes 31 octobre 2007 10:35

      Si l’expérience est concluante, on espère qu’elle profitera à tous les malades sans disparités sur tout le territoire : aux odorats des villes et aux odorats des champs.


    • fleuve23 31 octobre 2007 11:03

      Je ne crois pas mélanger les genres, non. Si je me suis mal fait comprendre, je vous apporte quelques explications qui, j’espère, vous éclaireront.

      Je n’ai pas voulu faire d’amalgamme entre la recherche scientifque et le soutien financier apporté par le gourvernement (si c’est ce que vous sous entendez) mais simplement dire que les liens que l’on a découvert entre des troubles olfactifs et la prédisposition de certains de ces patients à développer plus tard la maladie d’Ahlzheimer méritent d’être sérieusement étudiés.

      Cette piste est très importante : elle permettrait de diagnostiquer précocément la maladie et d’optimiser les soins. Or pour pousser les recherches, il faut de l’argent. Le plan Alhzheimer permettrait plus de moyens.

      Ceci étant, je confirme : cette découverte approfondie par des moyens financiers plus importants promis pat ce fameux plans ne peut qu’accentuer les espoirs de traitement plus approprié voire même de guérison des malades.

      En espérant que mes précisions vous auront été utiles, Amicalement, fleuve 23


    • fleuve23 31 octobre 2007 11:13

      Cette réponse est l’attention de JL et non pas de La Taverne de Poètes ! Désolée pour la confusion...


    • Jojo2 4 novembre 2007 09:39

      Pour pouvoir optimiser un traitement, il faudrait qu’il en existe un d’efficace. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Votre titre induit en erreur.


    • La Taverne des Poètes 31 octobre 2007 10:32

      J’avais entendu parler de cette expérience. C’est intéressant de tirer profit du lien entre les sens et la mémoire. Peut-être cela peut-il aussi s’appliquer au goût. Merci pour votre article : Je ne savais pas que le système olfactif se reproduisait tous les 3 mois.


      • brieli67 31 octobre 2007 11:01

        http://lichtenberger.hautetfort.com/archive/2007/10/21/signes-precurseurs-de-la-maladie-d-alzheimer-anosmie-ou-dyso.html

        avec des liens et des références et pas DU BLABLA pseudo-scientifique.

        Un peu de rigueur les Mouettes !


        • O. Lichtenberger O. Lichtenberger 6 novembre 2007 03:34

          Merci brieli67 pour le commentaire.

          Dommage que votre pseudo ne renvoit qu’à une page de profil vide. Contactez moi donc.

          Je vais réagir à cet article qui est quand même le plus positif de tous ceux sur le sujet, en ce sens qu’il ne se contente pas de copier-coller ce qu’on voit beaucoup sur le web cette année où il y a eu deux publications sur le theme. Mais mon doute sur la possibilité d’utiliser le lien entre l’anosmie et l’alzheimer je l’étaye avec une expérimentation que vous pouvez trouver là aussi :

          http://soy.anosmia.soja.free.fr/historique_tests.html

          Pour résumer je dis que les spécialistes de l’olfaction savent qu’il ne comprennent pas grand chose aux problèmes de perte d’odorat. À mon sens, dirait-on qu’une déterioration de la dentition s’accelérant après cinquante ans serait un signe précurseur d’un alzheimer, cela n’aurait pas moins de pertinence mais convenons-en aucune utilité autre que diriger quelques vieux chez le dentiste.

          Olivier L.


        • haddock 31 octobre 2007 11:27

          Et comment ki font ti pour savoir si le patient se trompe d’ odeur ou se souvient plus de ce qu’ on lui a fait sentir ?

          J’ avais une autre question mais je la sens plus ...


          • brieli67 31 octobre 2007 11:37

            Le plan Alhzheimer -sic-permettrait plus de moyens.

            Consultez d’abord http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alzheimer.htm http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_d’Alzheimer qui vous donnera des sites d’aides

            Aux USA ces fondations Alzheimer drainent des sommes énormes comme le Téléthon chez nous et ce à chaque consultation électorale. Il est très facile d’avoir un budget recherche sans trop de critères scientifiques. C’est de l’ ARC en beaucoup plus tentaculaire en plus markéting. Une vraie plaie de la recherche dans les domaines biologiques !


            • TALL 31 octobre 2007 11:38

              A l’auteure,

              Bonne nouvelle pour les dames, le café soutiendrait leur mémoire.

              Vous pouvez taper « caféïne alzheimer » sur google aussi.


              • brieli67 1er novembre 2007 19:05

                l’alcool ...........OUI et un peu d’herbe de Nicot aussi.......

                http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alzheimer/sa_5913_cocktail_antialzhe imer.htm


                • farniente 1er novembre 2007 21:45

                  D’après « Sciences et Vie », il y aurait aussi le trouble du réveil brutal, avec gestes et paroles incontrôlés et incohérents.


                • farniente 1er novembre 2007 21:48

                  @ TALL,

                  et le café n’aurait aucune incidence sur la mémoire des Hommes.

                  Que des cas désespérés !


                • TALL 3 novembre 2007 10:33

                  Non, car la nôtre est trop forte, genre inoxydable smiley


                • brieli67 1er novembre 2007 22:11

                  un petit syndrome frontal style Louis de Funès c ksa met de l’ambiance dans les salles d’asile !

                  Tapez vos Jules Mes Dames mais évitez le front ! http://www.meimon-nisenbaum.avocat.fr/lexique/?mot=frontal-syndrome


                  • Tony Pirard 3 novembre 2007 19:07

                    Inquestionable,le meilleur stimulater pour retarder la Maladie de Alzheimer est lecture,ou quelque autre moyens d’excerciter les neurones et maintenir en constant activité.Diminution d’odorat serait plus qu’un simptôme.Étudier une langue différent par exemple.. !seul,de rest sont conjecture.. !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès