Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Du Cannabis en Pharmacie mais à quel prix !

Du Cannabis en Pharmacie mais à quel prix !

En réaction à la sortie du placard des cannabis social club français (des associations de producteurs de cannabis thérapeutique et récréatif) qui réclament la légalisation de la culture de cannabis et qui ont décidé de se déclarer auprès des autorités et à l'impressionnant battage médiatique orchestré par le coordinateur de ce mouvement Dominique Broc.

Notre ministre de la santé Marisol Touraine vient de faire part de sa requête auprès de l'ASM d'étudier rapidement l'autorisation de mise sur le marché du Sativex, un spray lingual à base d'extraits naturels de cannabis hautement concentré afin de permettre une meilleure prise en charge des patients atteints de schlérose, tout en réaffirmant dans le même temps son inconditionnelle opposition à toute forme de légalisation du cannabis.

Dans un monde idyllique, où l'argent ne serait pas le seul moteur de l'humanité la décision de notre ministre de la santé, bien que d'une logique plus que baroque puisqu'il faut du cannabis pour faire du Sativex et que la loi française interdit l'importation, la production ou encore la détention de cannabis et que Marisol Touraine ne souhaite pas changer cette loi donc de fait souhaite que le Sativex ne soit pas produit en France mais certainement importé malgré la conjoncture économique et les déficits commerciaux abyssaux de la France ainsi que des beaux discours de son confrère Arnaud Montebourg sur le patriotisme économique. Pour faire court malgré l'incohérence de cette déclaration que je pourrai résumer de la sorte la ministre de la santé Marisol Touraine souhaite que l'on plante du cannabis pour faire du spray au cannabis appelé Sativex mais pas en France car c'est la loi.

Cette décision de continuer d'interdire aux malades de produire du cannabis pour se soigner ne devrait donc plus s'appliquer pour les Big Pharmas comme le géant du médicament Almirall détenteur du brevet du Sativex pour la zone Europe afin qu'ils produisent et vendent du cannabis en spray à prix d'or en situation de monopole à un marché captif de personnes malades jusqu'à l'instinction du brevet et la mise sur le marché de générique à peine moins onéreux pour les consommateurs mais toujours très lucratif pour les industriels alors que ces malades pourraient simplement planter du cannabis. Je ne peux m'empêcher de m'interroger sur lequel des deux entre l'actionnaire d' Almirall ou du malade chronique se réjouit le plus de la déclaration de notre ministre.

 

C'est donc la mise sur le marché imminente du Sativex qui devrait permettre aux malades de pouvoir enfin se soigner sans avoir à cultiver du cannabis ou dépendre d'organisations mafieuses, pourtant il n'en est rien ! L'Allemagne a essayé c'est une solution qui ne fonctionne pas car ce "nouveau" médicament aux propriétés avérées comme le sont celles du cannabis sous sa forme naturelle est maintenant protégé par des brevets aux mains de groupes pharmaceutiques aussi puissants que peu recommandables aux agissements parfois mafieux comme nous le prouve fréquemment l'actualité, ces industriels du médicament qui ont flairé le bon filon ont décidé de pratiquer des prix de vente exorbitants pour pas dire prohibitif qui vident les caisses des assurances santé des malades qui en ont et privent ceux qui n'en ont pas d'un traitement adapté à leur pathologie.

Le prix de vente de ce traitement en France n'est certes pas encore établi ni son possible taux de remboursement, toutefois, dans les pays ou sa prescription est déjà autorisée son coût annuel représente plusieurs milliers d'euro et restent souvent à la charge des malades qui n'ont pas les moyens de se l'offrir et cultivent donc leur cannabis car par ce biais le coût de leur traitement ne dépasse pas la centaine d'euro annuellement ou se tourne vers le marché noir malgré les risques sanitaires car les prix sont plus bas qu'en pharmacie. En Allemagne, ce pays voisin pilier européen souvent cité en exemple par nos différents gouvernements successifs, le Sativex est présent sur le marché depuis plusieurs années et de nombreux patients s'insurgent contre son prix prohibitif. La justice allemande a d'ailleurs pris position à ce sujet en affirmant qu'on ne pouvait pas autoriser des patients à prendre du Sativex et leur interdire de produire du cannabis pour s'en faire des tisanes si ils n'étaient pas en capacité financière de se procurer ce médicament en pharmacie. Les patients à faible revenu disposant d'une ordonnance mais n'ayant pas de couverture santé ou dont la couverture santé ne rembourse pas le Sativex sont donc autorisés à cultiver leur propre cannabis.

Pourquoi notre ministre ne suit elle pas l'exemple de nos voisins jusqu'au bout en autorisant par arrêté ministériel les patients qui disposent d'une ordonnance pour du sativex qui n'est rien d'autre que du cannabis mélangé à une soluté alcoolique de cultiver le cannabis dont ils ont besoin ? Les malades tout comme la sécurité sociale lui en seraient infiniment reconnaissant, les lobbyiste de l'industrie du médicament un peu moins mais ce ne sont pas eux qui ont placé son parti aux responsabilités, je présume donc qu'elle n'a pas de compte à leur rendre et que par sa fonction elle n'a comme objectif que l’intérêt général.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 11 mars 2013 12:05

    c’est deja un debut
    le reste suivra certainement


    • Denzo75018 11 mars 2013 15:38

      Vivement que de la pharmacie cela passe aux pharmacies chez Leclerc !!!!


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 11 mars 2013 15:49

        Bonjour,

        " Marisol Touraine ne souhaite pas changer cette loi donc de fait souhaite que le Sativex ne soit pas produit en France mais certainement importé « Tout le système de la prohibition est établi sur la piraterie. On dit même que les habitations en bois de Terre neuve ont été construites avec du bois de caisse d’alcool anglais et irlandais.  » permettre aux malades de pouvoir enfin se soigner sans avoir à cultiver du cannabis " simplement cultiver du chanvre apporte déjà un bien être et une sensibilité certaine... Il nous importe avant tout une transition pharmaceutique comme le droit de cultiver celle ci : http://www.phytomania.com/pervenche.htm

        http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/03/17/1459637_selon-michel-drucker-cancer-considerable-enjeu-economique.html
        Privatisation = privation = piratisation... !


        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 11 mars 2013 16:17

          Pour se laisser interdire par l’Etat de cultiver une plante dans un pot chez soi, il faut qu’un peuple ait atteint un niveau d’asservissement extrême ! Pourquoi pas aussi une taxe sur les éternuements ? Ou sur les orgasmes ? 


          • colza 11 mars 2013 17:39

            les labos ont trouvé un bizness plan pour le cannabis, ce qui va le rendre présentable.

            On respire !

            • Sword 11 mars 2013 23:07

              On a bien compris la manœuvre, mais en France dès qu’on évoque le Cannabis, c’est toujours la Fiction qui dépasse la Réalité.. Et , un jour pas fait comme un autre, elle nous tombera dessus...

              Le trafics de Cannabis rapportent beaucoup d’argent entre commerces et corruptions, cette emprise trentenaire, ne permet pas à nos gouvernements de revenir à une autre forme de politique qu’une prohibition, qui entretient (et aggrave) le juteux marché clandestin du Cannabis.

              Mais, nos concitoyens , exaspérés d’êtres criminalisés et de pas pouvoir accéder à leur bien-être autrement qu’auprès des trafics, ont décidés de « se légaliser » en auto-produisant leur propre culture.. Un direct producteur-consommateur (sans l’argent comme moteur) , une initiative citoyenne qui semble déplaire à l’état autant qu’aux trafiquants, qui depuis ce début 2013, menacent les Cannabis Clubs de France.

              Mais le gouvernement ne semble ni résolu, ni pressé à se débarrasser des trafics, et s’il entendus ses concitoyens bien en mal à préserver leur santé, il se contentera de préserver « l’interdit » donc les trafics, et, la manipulation adroite, de trouver un médicament (hochet) à la place de la plante naturelle (en plus produit à l’étranger, alors qu’on a l’un meilleurs Cannabis d’europe).

              Hors, notre ministre de la santé se tire une balle dans le pied, car le gouvernement à oublié que les millions de Français usagers de Cannabis, adultes et parents, refusent d’êtres punis pour leur choix personnels de santé et faire les frais de son choix politique, alors qu’ils mettent déjà en place la seule « solution » de mise en déclin des trafics.

              A présent, les 400 structures existent et ne souhaitent plus demeurer clandestines, ni sous la menace de trafiquants, ni celle de la justice, alors que nos concitoyens auto-producteurs son porteurs d’un devoir d’endiguer la criminalité et de protection de la santé publique, que l’état devrait encourager dans sa mission de servir le bien-être des Français.

              Son refus lui fera porter la responsabilité de la hausse de la criminalité, l’inflation des condamnations, puis de la montée en puissance des trafiquants qui s’empareront des productions Françaises et l’usager sera encore victime de la justice et du Cannabis frelaté des trafiquants.

              Dans moins de deux ans, presque tous les usagers de Cannabis en France, auto-produiront chez eux, et même si ces lois « débiles » sont toujours là, il faudra compter deux fois la dette de notre pays pour faire condamner un tiers de la France qui arrose ses fleurs..
              Mais sans doute notre gouvernent attends-il que les millions d’usagers soient enchantés du miracle de jeter les fleurs à la mer et courir chez le pharmacien ?
               
              Il n’y aurait donc plus de trafics, mais je gage bien que nombreux sont ceux (état, justice, police, douanes..) que cette abstinence n’arrangera pas vraiment, même si le Sativex remboursé par la sécu, coute plus cher au gramme que le meilleur « Cannabis made in France » du pays.
               


              • Ruut Ruut 12 mars 2013 06:15

                La TV est une drogue.


                • lionel 12 mars 2013 09:35

                  Excellent article. Entièrement d’accord pour ma part avec Gaspard de la nuit. 


                  Merci.

                  • captain beefheart 12 mars 2013 10:15

                    Le mot drogue vient du néerlandais « drogen » ce qui veut dire « secher ». Tous les medicaments à base de plantes sechées s’appellent drogues.Sampiero fait semblant de ne pas comprendre que sans les drogues il n’y aurait pas de médécine possible. L’opium est à travers l’histoire de l’humanité la drogue qui a le plus soulagé des gens par ses qualités anaesthésiantes.
                       Mais bon ,c’est sûrement mieux de tuer les 80 % de l’humanité qui consomment de la drogue à fin d’éviter que son fils rentre les yeux rouges avec un problème ,que de commencer à penser par soi-même.... 


                    • foufouille foufouille 12 mars 2013 11:16

                      le paracetamol est une drogue
                      sampiero est juste incapable de supporter la douleur


                      • foufouille foufouille 12 mars 2013 13:04

                        c’est la meme chose
                        aucune difference entre un fumeur de joins et un accro aux pillules
                        des effets secondaires dans les 2 cas
                        et les pillules rendent accro plus que le shit


                        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 12 mars 2013 13:49

                          Sampiero, que proposez-vous concrètement ?


                          • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 12 mars 2013 15:55

                            La question devrait être traitées entièrement et uniquement d’un point de vue médical. 


                            D’une part, certains produits « interdits » peuvent avoir une fonction médicale.

                            D’autre part, les personnes en dépendance sont des malades (et non des pervers qui doivent être punis)

                            Quand au trafic et ses conséquences destructrices sur l’individu et la société, tout cela n’existe que parce que des produits sont interdits au lieu d’être mis à disposition à prix coûtant par l’Etat - ce qui ferait diminuer et non augmenter le nombre de personnes dépendantes, car plus aucun trafiquant n’aurait intérêt à développer sa clientèle. Les économies ainsi réalisées permettraient d’organiser une véritable politique de prévention contre toutes les dépendances. 



                            • foufouille foufouille 12 mars 2013 18:33

                              « un drogué ne prend pas de la coke comme médicament parce qu’il a mal quelque part. »

                              sissi, c’est surtout psychique, mais ca peut etre physique
                              le shit calme bien la douleur


                              • airspeed 17 mars 2013 00:12

                                intervention intéressante du forum de RMCTALK :
                                http://www.rmctalk.fr/fr/dossiers- [...] =reactions
                                 
                                 
                                 
                                Bonjour
                                 
                                Il me semble que sur un problème de société tel que l’utilisation du cannabis,
                                 il ne faut pas utiliser, comme vous le faite, des avis, des pensées personnelles,
                                 des clichées, ou des croyances infondées. 
                                Il faut des faits et des actes vérifiés par les Pères de chacune des disciplines traitées.
                                 C’est uniquement par cette démarche de contrôle qualité des informations,
                                 et de validation des résultats par des chercheurs mondialement reconnu dans leurs spécialités respective que l’on peut se forger 
                                une opinion non biaisée et verdict.
                                 
                                 
                                Savez-vous qu’en France l’article L630 interdit de présenter sous un jour favorable 
                                toutes substances inscrites sur la liste des stupéfiants.
                                 Ainsi vous ne trouverez pas d’études Française objective sur le cannabis,
                                 car aucune n’a pu démontrer sa dangerosité, et donc indirectement ces études présentaient cette substance sous un jour favorable,
                                 ces publications sont donc systématiquement refusé de parution.
                                 Il ne reste donc qu’une vision non objective et étriqué, car seul un point de vue a le droit d’être exprimé.
                                 C’est pour cela que l’on ne retient que le côté négatif, car celui-ci est le seul autorisé.
                                 
                                En revanche, dès que l’on sort des instituts Français, vers des instituts de recherche internationaux, 
                                ou par des études commanditées directement par le gouvernement,
                                 on peut enfin se faire un avis objectif sur la question, car là, des données réelles existent.
                                Pour ne pas trop encombrer mon discours, je vous invite à aller les lires les différents rapports existant sur la dangerosité de cette substance :
                                 
                                - Classification de Lewis 1924
                                 
                                - Classification de Delay et Deniker 1957
                                 
                                - Classification Pelicier et Thuillier 1991
                                 
                                - Classifications Peters 1991
                                 
                                -Classification de l’OMS 1971
                                 
                                -Classifications Peletier 1978
                                 
                                -Classifications Rocques 1998
                                 
                                L’ensemble de ces rapports sont unanimes quant aux effets et dangerosités aussi bien sociale que physique du cannabis,
                                 elles sont très faibles, et incomparable avec d’autres substances légale telle que l’alcool, le tabac,
                                 les médicaments hors prescription, et ceux en prescription (BZD, substance de substitution, anti dépresseurs, etc… et la liste est longue).
                                 Et bien évidement, les centaines de milliers de substance naturelle ou de synthèse non référencé comme stupéfiant, et d’une facilité d’accès déconcertante.
                                 
                                Comment expliquer ces aberrations et ces manques ?
                                 
                                 
                                Les recherches récentes vont même bien plus loin, démontrant l’implication des cannabinoïdes (Substances extraites du Cannabis sativa L.) dans notre propre corps et cerveau. Comme un système aussi important que celui de la dopamine.
                                 Il s’agit du système cannabinoïdes endogène, capable de générer des endocannabinoïdes de type THC,
                                 pour que la psyché et le corps physique supporte certains types d’événements, mais également impliqué dans la sensation de bonheur, de bienêtre et d’apaisement.
                                Tous cela crédités par les recherches de Chercheurs spécialisé dans le domaine,
                                 et accessible au public par des revue de vulgarisation scientifique tel « La Recherche » (juste quelques exemple) :
                                 
                                http://www.larecherche.fr/content/ [...] e ?id=15704
                                 
                                http://www.larecherche.fr/content/ [...] le ?id=5453
                                 
                                « Le débat sur le cannabis est passionné et confus. Pourtant, la recherche a beaucoup progressé,
                                 sur tous les fronts. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la plupart des scientifiques sont d’accord entre eux.
                                 C’est ce consensus que nous présentons ici, en prenant le parti de répondre aux questions que tout le monde se pose. »
                                 
                                "Mais sur la question du cannabis, cet effet de brouillage est d’autant plus regrettable qu’il masque un consensus scientifique relativement solide.
                                 Voilà un sujet sur lequel, en réalité, les scientifiques sont en gros parvenus à se mettre d’accord au cours des années récentes.
                                 C’est ce consensus que nous allons présenter. Il s’exprime au travers d’imposants rapports collectifs de synthèse. »
                                 
                                « Il n’y a pas de risque d’overdose. Aucun décès directement lié au cannabis n’a jamais été rapporté.
                                 En revanche, une forte dose de D9- THC peut avoir des effets adverses significatifs : dépersonnalisation, distorsions visuelles et auditives, erreurs d’appréciation du temps et de l’espace, délire, symptômes psychotiques. 
                                Dans la plupart des cas, ces troubles disparaissent deux heures après la prise, 
                                mais ils peuvent aussi se prolonger et justifier une hospitalisation.
                                 En raison de la tachychardie entraînée par la prise de D9- THC, le cannabis est déconseillé aux cardiaques. »
                                 
                                Il est bon de souligner que parmi les critères de définition d’un stupéfiant,
                                 il y à la notion d’addiction physique, psychologique, d’overdose, et d’action sur la psyché.
                                 Seul ceux possédant les 3 sont stupéfiant, classification de l’ONU 1961 tableau I et II. 
                                Dès lors, le cannabis ne répondant pas à ces spécifications, ne peut être considéré comme stupéfiant,
                                 mais passe alors dans la catégorie psychotrope, Convention ONU 1971. Mais apparement, cela ne choqie personne au gouvernement.
                                 
                                « La dépendance* fait aujourd’hui l’objet d’une définition psychiatrique sophistiquée. 
                                Disons, pour simplifier, que c’est le fait, pour le consommateur, de ne plus pouvoir se passer de sa drogue, même s’il le souhaite.
                                 Mais il existe plusieurs formes de dépendance.
                                 Beaucoup de drogues, en particulier les drogues dites dures, mais aussi le tabac et l’alcool, entraînent, lorsque la consommation cesse,
                                 un fort syndrome de sevrage*, avec troubles physiologiques. 
                                Ce n’est pas le cas du cannabis, pour lequel un syndrome de sevrage n’est observé que chez de gros consommateurs au long cours, pendant quelques jours seulement et sous des formes bénignes n’exigeant pas, par exemple, un arrêt de travail. 
                                La plupart des drogues entraînent aussi un phénomène de tolérance*.
                                 Ce n’est pas ou très rarement le cas chez l’enfant et l’adolescent consommateur de cannabis.
                                 Chez l’adulte, contrairement à ce qui se passe avec les drogues dures, il ne débouche pas, en général, sur la recherche de doses plus élevées. Au contraire, nombre d’usagers réguliers atteignent l’effet recherché avec des doses plus faibles. »
                                 
                                « De fait, selon l’OFDT, les expérimentateurs de cannabis semblent essayer assez rarement d’autres produits.
                                 Le Sénat canadien se range à l’avis de la fondation britannique Drugscope, pour qui « la très grande majorité des usagers du cannabis ne progressent jamais vers des drogues comme le crack ou l’héroïne. » Alors que plus de 30 % de la population générale canadienne a expérimenté le cannabis au moins une fois dans la vie, moins de 4 % a consommé de la cocaïne, et moins de 1 % de l’héroïne. »
                                 
                                http://www.larecherche.fr/content/ [...] e ?id=17598
                                 
                                « Le cannabis ne sert pas qu’à voir la vie en rose. Ses vertus thérapeutiques sont nombreuses.
                                 Trois nouvelles viennent d’être ajoutées à une liste déjà longue : il inhiberait la prolifération des cellules tumorales dans le cancer du sein, protégerait des accidents vasculaires cérébraux, et serait un anesthésique local. »
                                 
                                http://www.larecherche.fr/content/ [...] e ?id=19824
                                 
                                « la Recherche, qui s’y entend en médiatisation, avait diffusé un communiqué très alarmiste, lui, citant une phrase du rapport... qui n’y figure pas.
                                 Renseignements pris, il apparaît que ce rapport, demandé à l’origine par le secrétariat d’Etat, a connu quelques métamorphoses.
                                 Une première version arrivée sur le bureau du ministre a été renvoyée, jugée pas assez scientifique.
                                 Et entre le moment où la version finale, plus jargonnante, a été entérinée par les « contributeurs », et la publication finale, quelques modifications subreptices étaient apparues, une coupure ici, un ajout là, qui donnent au rapport une tonalité ambiguë. 
                                Aujourd’hui encore, certains des rapporteurs ne savent pas qui a procédé aux ultimes retouches. Peut-être le secrétaire d’Etat lui-même ? A croire que The Lancet a raison, pour qui le cannabis est devenu « l’enjeu d’une partie de football politique » (3) . On ne connaissait pas ce passe-temps aux académiciens. »
                                 
                                De quel côté se situe la manipulation de l’opinion, chez les pro légalisation ou chez les anti légalisation, qui est de mauvaise foi ?
                                 
                                http://www.larecherche.fr/content/ [...] le ?id=6709
                                 
                                « Le cannabis n’induit pas le besoin de produits plus forts. Bertrand Lebeau, médecin addictologue à l’hôpital Saint-Antoine à Paris et au centre de soins spécialisés en toxicomanie La Mosaïque à Montreuil, le dit tout net : « Plus personne ne défend cette théorie parmi les spécialistes de la dépendance.
                                 Elle a surtout été un instrument de combat dans un débat passionnel . » Exit donc l’escalade, « théorie » dénuée de toute base scientifique. »
                                 
                                http://www.larecherche.fr/content/ [...] le ?id=9228
                                 
                                Et tout cela ne représente qu’un très faible éventail de ce que l’on peut trouver à ce sujet.
                                 Donc les données et les statistiques existent, elles sont juste exempt de nos informations grand public car allant à l’encontre de la LOI.
                                 Mais, n’importe qu’elle personne sensé et assez honnête pour ce faire une vision objective de la question peut trouver ses réponses.
                                 
                                A ce titre, les cannabinoïdes ont montrés des effets fortement supérieurs à tous les autres traitement, dans certains type de maladies comme la maladie de Parkinson, la sclérose en plaque, l’anorexie, la boulimie, l’obésité, la traitement palliatif au VIH, le traitement de la phase SIDA déclaré, l’amélioration de la qualité de vie atténué due à des traitement anti cancer, le glaucome, la fibromyalgie etc… Et la liste est longue, voici un livre que je vous conseil, écrit par des médecins, des psychiatres et autres scientifiques :
                                 
                                http://www.editions-indica.com/
                                 
                                Quant aux problèmes de santé publique, là encore il s’agit d’une belle hypocrisie, nombre d’addictologue, de psychologue et de sociologue,
                                 signalent que les dealers se fichent éperdument de l’âge du consommateur tant que celui-ci à l’argent pour payer le produit.
                                Le dealer se fiche également de l’endroit où il vend, il va là ou est sa clientèle (devant les écoles, les facs, en boite de nuit etc...),
                                 le dealer ne vois qu’une portée économique à son trafic, dès lors il faut maximiser le rendement, et tant pis si pour cela il doit couper son produit. 
                                Et pour ce qui est du passage aux drogues dures, évidement qu’il est facilité par le dealer qui ne vend pas que du cannabis (bien que les statistiques montrent que les dealers de cannabis ne vendent en générale que du cannabis) et fait donc petit à petit tomber ces clients dans des drogues plus dures. Sans parlé des risques pour les consommateurs d’aller dans certaines cité contrôlé par des caïds (sans compter les désagréments pour les résidents).
                                 
                                Alors que si le produit est légalisé, il sera vendu en officine (sécurité du lieu de vente), uniquement à des majeurs (demande de la carte d’identité), personnes venu de leur propre grée et donc non sollicité, le produit sera de qualité, non coupé, et les officines ne délivrerons aucune autres substances donc pas de passage vers les autres drogues. On peut de plus penser à faire de la prévention directement dans ces officines pour déclencher une remise en question et un arrêt de la consommation (ce que ne fera pas un dealer). De même, pour obtenir une meilleure lisibilité, des rencontres pourront avoir lieu directement dans ces officines afin de toucher directement le public ciblé. Il ne s’agit en rien de mes arguments mais des faits observer dans toutes l’Europe au niveau des pays l’égalisateur. Qui remarque également une nette chute du trafic, et paradoxalement de la consommation.
                                 
                                http://www.touteleurope.eu/fr/acti [...] rogue.html
                                 
                                Sans compter que la tranche d’âge le plus touché par la consommation de cannabis se situe entre 14 et 24 ans.
                                 En officine, on pourrait donc enrayé la consommation chez les 14-18 ans, ce qui fera donc logiquement baissé la tranche 18-24 ans, dont la première prise remonte à leur période mineure. (Chen & Kandel, 1995)
                                 
                                Quant aux problèmes lié à la consommation de cannabis, ils existent vraiment, il ne faut pas se voiler la face et savoir être honnête dans les deux sens. 
                                A ceci près que les problèmes liés au cannabis sont rare, contrairement à d’autres substances légale ou non Comme le montre l’étude de l’OMS de 1997,
                                 Ou encore l’étude du Dr V. Pinzani du Centre d’évaluation et d’information sur la pharmaco dépendance(CEIP) en Languedoc-Roussillon.
                                 Toutes ces études soulignent également qu’aucune mort par ingestion/inhalation de cannabis n’a été rapportée, même chez des animaux traité avec des doses jusqu’à 1000 supérieures à la normale et de manière continue sur 2ans.
                                 
                                 
                                A ce jour, plus de 137 000 publications scientifiques vont dans ce sens. Il ne faut cependant pas négliger non plus les effets indésirable du cannabis,
                                 à ceci près que ces problème apparaissent exclusivement chez les sujets dont le cerveau est en cours de construction au niveau des interactions sociale,
                                 professionnels, et personnels, donc chez les jeunes.
                                La légalisation règlerait ce problème car les jeunes ne pourraient pas s’approvisionner de manière aussi simple qu’aujourd’hui.
                                 Car qui dit légalisation, dit également renforcement de la lutte contre le trafic, avec des peines extrêmement lourdes afin de dissuader tout contrevenant (un peu comme pour l’alcool et le tabac).


                                • Ruut Ruut 17 mars 2013 06:04

                                  Le cannabis ça te ronge le cerveau.
                                  ça te transforme en zombis souriant.
                                  Ce n’est pas un truc que je recommanderais a mes enfants.


                                  • Irina leroyer Irina leroyer 17 mars 2013 06:05

                                    @ airspeed,


                                    excellent commentaire valant un article a lui seul !

                                    Irina

                                    • njama njama 17 mars 2013 12:59

                                      Je le kiffe bien aussi ce commentaire d’@irspeed
                                      Complétement d’accord Irina

                                      L’utilisation du kif remonte à des temps immémoriaux

                                      « Hama Srir, à demi couché près de moi, tira son matoui (petit sac en filali pour le kif) et sa petite pipe. […]. Nous commençâmes à fumer. »
                                      Isabelle Eberhardt


                                    • gaijin gaijin 17 mars 2013 08:04

                                      a l’auteur
                                      " Les malades tout comme la sécurité sociale lui en seraient infiniment reconnaissant, les lobbyiste de l’industrie du médicament un peu moins mais ce ne sont pas eux qui ont placé son parti aux responsabilités "

                                      je suppose qu’une telle phrase est une forme d’humour  ???

                                      les lobbys arrosent les partis sans discrimination de sorte qu’ils sont toujours gagnants , eux .....


                                      • Pierre Lair 17 mars 2013 13:00

                                        Au risque de choquer, je me permet d’affirmer que le cannabis ne rend pas schizophrène.

                                        Depuis les années 60 les statistiques prouvent que le nombre de consommateur de cannabis a augmenté de façon phénoménale en France comme partout ailleurs dans le monde alors que dans le même temps celui des schizophrènes en particulier et des malades psychiatriques en général eux ont stagné.

                                        De plus si ont en croit la société GW pharmaceutical qui a mis au point le sativex, le cannabis pourrait, au contraire de ce que vous affirmez, aider au traitement de la schizophrénie de l’anxiété et de la dépression.

                                        Il est possible que votre ami s’isole simplement car il préfère être seul qu’accompagner de gens comme vous ,assis sur leur certitude et sans compassion pour le reste de l’humanité.


                                      • Pierre Lair 17 mars 2013 13:52

                                        Les seuls commentaires repliés, sont ceux qui ne respectent pas la charte. La bien séance est de mise sur Agoravox dois je vous le rappeler ?


                                      • Pierre Lair 17 mars 2013 14:21

                                        A votre avis ?


                                      • njama njama 17 mars 2013 14:33

                                        La schizophrénie n’a pas attendu l’usage du cannabis pour exister. A l’époque où le mot est forgé par un psychiatre zurichois (en synonyme de « démence précoce » ) il n’y avait pas de trafic de cannabis

                                        De quelle schizophrénie parlez-vous ? paranoïde, catatonique, hébéphrénique, dysthymique, pseudo-psychopathique ...

                                        On met tout et n’importe quoi derrière ce mot ...
                                        Un p’tit joint vous détendrait sûrement, prenez des vacances dans le Rif et allez discuter avec les p’tits vieux là-bas qui fument le kif . Vous nous direz en revenant s’ils sont schizophrènes

                                        Votre argument de la schizophrénie est une coquille vide ... sans préciser plus votre pensée, vous risquez de rester incompris


                                      • Pierre Lair 17 mars 2013 14:49

                                        Vous me reprochez quoi au juste ?

                                        Je n’ai fait que rédiger un article relatant l’actualité, je n’ai même pas donné mon opinion sur le sujet !

                                        Je n’ose imaginer que votre attitude inquisitrice à mon égard soit liée au fait que je me sois permis d’informer les lecteurs d’Agoravox sur la mise sur le marché probable d’un médicament de sa composition et de ses vertues validées parle monde médicale.
                                        Si vous souhaitez vous forger une opinion sur un sujet scientifique, je vous conseille de consulter des documents récents, votre vidéo non seulement date de 30 ans mais en plus ne relate pas le résultat d’une étude mais est une hypothèse émis par un scientifique qui exercait pendant la préhistoire des neuro-sciences, je vous conseille donc de consuler le site IACM il est actualisé mensuellement, c’ est une véritable mine d’or en ce qui concerne les études concernant les propriétés avérées et supposées du cannabis en médecine.voilà le lien IACM.


                                      • foufouille foufouille 17 mars 2013 15:14

                                        ton pote aurait pris de l’alcool, ca aurait ete pareil


                                      • Pierre Lair 17 mars 2013 15:14

                                        Je ne pousse personne à consommer du cannabis ! Je vous demande donc de cesser vos inepties.
                                        Si vous êtes allergique à l’information, je ne peux rien pour vous à part vous conseiller d’éteindre votre ordinateur et de rallumer votre téléviseur sur le canal 1.


                                      • Pierre Lair 17 mars 2013 15:46

                                        Je vous ai prouvez statistiquement que le cannabis ne crée pas la schizophrénie et vous ai informé qu’il est envisagé de prescrire du sativex soit des extraits de cannabis à des patients atteints de pathologie psychiatrique.
                                        Quoi de choquant en cela ?
                                        Pouvez vous m’expliquez en quoi ces propos constituent ils une incitation à la consommation de cannabis ? Cette affirmation pourait vous coûter chère,c’est un délit d’accuser quelqu’un en public d’un délit qu’il n’a pas commis, c’est passible d’une lourde amende et de prison, je suis donc en droit de vous attaquer en diffamation si vous ne retirez pas votre propos sur le champs.


                                      • njama njama 17 mars 2013 15:59

                                        @ julius32
                                        Si vous n’avez pas compris, je vous reproche de pousser à l’usage d’une drogue que vous ne connaissez pas scientifiquement ...

                                        ça c’est l’approche théorique. Au plan pratique, il faut expérimenter (au moins une fois pour savoir de quoi l’on parle). Certains scientifiques l’ont-ils fait à votre connaissance ?
                                        Je vous rassure, au cas où vous feriez le pas, ça ne transmet pas la vérole, ni le SIDA. C’est 100 % sans risque de ce côté-là.


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 16:05

                                        Je vois que nous avons sur Agoravox dans la personne de julius32 un immense spécialiste de l’intox et de la propagande officielle.


                                      • Pierre Lair 17 mars 2013 16:15

                                        Je vous averti, ayez la sagesse de plus me calomnier cela vous évitera bien du tracas.


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 16:31

                                        Julius32 : Si quelqu’un te traite de parano, demande-toi si tu l’est assez. Tu me dis que je traque les multis, et pourtant je ne t’ai jamais accusé de ça. A moins que si, mais lorsque tu avais un autre pseudo.
                                        Je suis intrigué par ton pseudo, julius32. Pourquoi 32 ? Le nombre de neurones en fonctionnement ? Ah non, ca ne doit pas être ça, ce serait largement surestimé. En tout cas, le choix de ta photo démontre que tu es un amateur du cinéma comique pompier, friand de navets. Quelle culture, encore bravo !


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 16:34

                                        Julius32 : « mon expérience personnel et celle de plusieurs médecins... »

                                        voilà qu’il se prend pour un toubib. Bientôt le prix Nobél, j’imagine.


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 16:45

                                        essaie « les feux de l’amour », c’est bien aussi


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 16:49

                                        julius32 : « j’ai vu les effets de prêt sur mon meilleur ami »

                                        Ton ami devrait arrêter de fréquenter les banquiers


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 17:29

                                        « mais arrête vraiment là parce que sinon je vais devenir méchant. »

                                        chiche. Vu que les insultes n’abaissent que ceux qui les profèrent, à ta guise...


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 17:43

                                        Bon JL, tu n’es pas contente parce que tes fesses sont trop larges ? Il y a des hommes qui aiment ça, tu sais.


                                      • JL JL 17 mars 2013 17:47

                                        Julius32,

                                        qui que vous soyez, je suis avec vous sur ce coup là : Deneb est un parano avéré. Et une ordure par le fait et de surcroit.


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 mars 2013 17:48

                                        Parfaitement , les pharmaciens sont d’ honnêtes personnes 

                                        sans arrières pensées . Ils sont là uniquement pour notre
                                        bien , ainsi que l’ industrie pharmaceutique , que des personnes altruistes eu géïne.

                                      • JL JL 17 mars 2013 17:50

                                        Et con en plus, parce qu’il insulte et dans le même temps profère sa sentence fétiche : ’’les insultes n’abaissent que ceux qui les profèrent ! Amen !’

                                         smiley


                                      • Deneb Deneb 17 mars 2013 17:53

                                        JL, tu changes d’IP plus vite que ton ombre..

                                        sinon, un peu plat tes insultes. Pas très en forme, le poète. Allez, du nerf, exprime ta créativité ! J’adore la poésie, la vraie, celle qui rage au fond des entrailles !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

PGL


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès