Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Dyane 35 revisité par un généraliste

Dyane 35 revisité par un généraliste

Tout d'abord, avant de vous dire un mot sur cet excellent anti-acnéique qu'est - qu'était - Dyane 35, une petite info en passant, qui vous fera comprendre le relatif intérêt des révélations récentes sur ce produit, et de l'hypermédiatisation qui s'en est suivi..

Le média médical egora.fr raporte à la date du 31/01/2013, une étude de la revue médicale indépendante Prescrire (la seule revue qui ne reçoit pas un centime de l'industrie pharmaceutique) sous le titre :

Médicaments : les effets secondaires à l'origine de 10 000 à 20 000 décès par an

Une étude de 1998 conclut que 0,12% des patients (soit environ 14.400) hospitalisés décèdent suite aux effets secondaires des médicaments. "On peut considérer que chaque année 20.000 patients ou invalides décèdent, en France, d'effets indésirables des médicaments", selon la revue indépendante Prescrire.

Tout ceci pour vous dire que ce brave médicament qu'est- qu'était- Dyane 35, qui faisait bien son boulot, avec ses 4 (malheureux) morts en 25 ans, fait bien pâle figure face à la concurrence.

Pendant que cet excellent anti-acnéique, qui, contrairement à ce que j'entends, ne m'a jamais été présenté que comme tel (même si les jeunes filles en fleurs de printemps appréciaient aussi ce produit en tant que contraceptif toléré par maman, et qui les rendait doublement séduisantes), que je n'ai jamais utilisé autrement, et brièvement jusqu'à guérison, massacrait sauvagement 4 personnes, la concurrence, dans le même temps, en avait descendu 14.400 x 25= trois cent soixante mille. En gros.

On comprend alors toute l'urgence qu'il y avait à se débarrasser de cet enfant de chœur qu'est Dyane 35, et qui n'a pas sa place dans la cour des grands. 

Mais le bon peuple est content, et Gerard Bapt, député PS de Toulouse, médecin-cardiologue, membre du conseil d'administration de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (dont on a souvent applaudi les exploits prédictifs), et qui n'a de façon certaine aucun conflit d'intérêt, pavoise sur ce formidable succès de la pharmacovigilance, et annonce à tout hasard un scandaleux 90% de détournement d'usage pour Dyane 35, ce qui me parait être un gros-gros mensonge à mon humble échelle. Il est vrai qu'un cardiologue ne prescrit pas souvent la pilule, pas plus que son compère Douste Blazy ne prescrit le vaccin anti Hépatite B. Ce qui leur donne à tous deux grande autorité pour en parler.

On ne voit pas bien pourquoi les filles auraient réclamé ce produit beaucoup trop dosé en tant que contraceptif, ni pourquoi les médecins l'auraient prescrit dans ce but, alors qu'il y a pléthore de pilules de deuxième génération qui avaient le même usage (par intuition sans doute, et parce que j'attends toujours dix ans avant de prescrire un produit nouveau, je n'ai jamais touché aux 3 et 4 ème générations de pilules, inutilement coûteuses et non remboursées SS : chat échaudé craint l'eau froide).

Maintenant, on peut se demander s'il n'y aurait pas, par hasard, une intention cachée là-dessous. Par exemple, et sans doute n'est-ce de ma part que l'expression d'un formidable délire imaginatif, de favoriser le grand anti-acnéique hyper dangereux, aux effets secondaires redoutables, qu'est la Vitamine A Acide. Parce que maintenant, c'est pratiquement tout ce qui nous reste. Je conseille d'en acheter des actions, ça va grimper.

 Il est vrai que j'ai un très mauvais esprit.

Mais quand même, cette affaire me donne des boutons...

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 2 février 2013 07:36

    Je me suis fait la même réflexion il y a quelques jours : 4 morts en 25 ans ), alors qu’on nous parle de 10 à 20.000 décès annuels dus aux effets secondaires des médicaments... C’est finalement un produit « fiable ». Je suis à peu près certain que l’aspirine a tué 1000 fois plus (?) ?
    Pourquoi tout le monde « embraye t-il là dessus ? La pilule Diane 35 serait t- elle de fabrication étrangère alors qu’un labo Français a trouvé un produit concurrent ? On a vu cela récemment pour je ne sais plus quel médicament, où le produit bon marché a été supprimé pour ne concerver que le médicament très cher ... mais de fabrication française.

    Ce qui est à peu près certain, c’est qu’on est encore en train de nous »enfumer"...


    • Shawford Shawford 2 février 2013 07:39

      Yep, c’est pour ça que j’ai envoyé la femme de ménage de pyra me chercher quelques winston hier soir à pas d’heure. smiley


    • Nangala 2 février 2013 11:19

      @ l’auteur :

      J’ai pris de la Dyane 35 pendant 4 ans. Elle m’a été prescrite comme un contraceptif anti-acnéique : une pilule contraceptive, d’abord, qui soulage les problèmes d’acné ensuite. C’est ainsi que je suis tombée enceinte, parfaitement enceinte, sans avoir oublié le moins du monde de prendre mon cachet. Et pour info, le jour où j’ai arrêté cette pilule, je n’ai plus été réglée pendant un an et demi. Cela m’a tellement mise à l’envers que je n’ai plus jamais repris de contraceptif oraux. ET je m’en porte pas plus mal... 

      Les pilules me faisaient 1/ grossir 2/ me mettaient à bout de nerfs 3/ détruisaient ma libido (envie de faire l’amour comme de me pendre). 

      Aussi je n’abonde pas dans le sens de votre article. Votre expérience n’engage que vous.

      Par contre je remarque ceci : il existait dans les années 90 des capes cervicales. Ce sont de minuscules capuchons en silicone qui se clipsent sur le col de l’utérus. Taux de couverture du contraceptif : 85 % (contre 95 % avec la pilule). Ils se peuvent se porter pendant trois jours consécutifs, ensuite ils se retirent et se lavent au savon... et c’est tout. Coût 7 euros... Durée : plusieurs années... Et là, ça ne passe pas : les labos ont arrêté la production au motif que ce n’était pas rentable... Est-il utilse qu’une chose soit rentable si elle sert à la contraception des femmes ???? 

      Donc oui, il y a bien des manipulations de la part des labos, qui font du lavage de cerveaux aux gynécos et détruisent systématiquement toute autre forme de contraceptifs que la pilule et les condoms. Ne vous ait-il jamais arrivé d’aller chez un gynéco pour demander des moyens de contraception alternatifs et vous entendre répondre qu’il y avait la pilule, la capote et rien d’autre ? NOUS AVONS TOUTES FAIT CETTE EXPERIENCE, et cela est COMPLETEMENT FAUX. Seulement, 20 millions de gourdes qui achètent tous les mois leurs tablettes rapportent infiniment plus que celles qui vont dépenser 7 euros tous les 5 ans...

      • doctorix doctorix 2 février 2013 12:14

        Dyane aurait du vous être présenté non comme un contraceptif anti-acnéique, mais comme un anti-acnéique accessoirement contraceptif. 

        Ni moi ni Bayer (qui se prend une claque non méritée sur ce coup, mais qui ne l’a pas volée avec ses néonicontinoïdes qui massacrent les abeilles, ce qui veut dire que je ne pleure pas sur son compte), ne sommes responsables de la mésinformation de votre prescripteur ni de la désinformation qui s’ensuivirent..
        Et nous somme bien d’accord, vous et moi, pour dire que la pilule n’est pas une panacée. Mais comme vous le soulignez, avec la cape cervicale, même selon vos chiffres, la protection contre une grossesse non désirée est trois fois plus faible.
         Encore que votre 95% pour la pilule soit contestable :
        Les échecs contraceptifs avec la minipilule ou pilule combinée, sont de 0,3 % en cas d’utilisation parfaite et de 8 % en cas d’utilisation typique. Les oublis sont très fréquents et à l’origine d’un grand nombre de grossesses.
        On ne peut pas accuser d’inefficacité un produit qu’on a oublié de prendre...
        Ces données rendent la cape cervicale non pas trois mais 50 fois plus risquée en terme d’efficacité qu’une pilule bien utilisée. Sans compter le désagrément du gel spemicide obligatoire. L’innocuité est un autre problème...
        Les inconvénients importants de Dyane 35, que vous décrivez bien, sont liés à son fort dosage. C’est pourquoi je ne comprends pas qu’un médecin puisse proposer ce produit à titre contraceptif alors que d’autres produits sont disponibles sans ces inconvénients, ni qu’une femme puisse l’accepter autrement que provisoirement, pour se débarraser d’un problème ennuyeux, en acceptant les désagréments en vue d’un bénéfice réél.
        C’est pourquoi je ne cois pas au 90% fantaisites de Gérard Bapt, qui ferait mieux de s’occuper de la tuyauterie et de sa réélection.

      • clostra 2 février 2013 11:41

        Votre article révèle toute la complexité de la question !

        Tout d’abord - et je connais la réaction - laissez donc les djeunes avec leurs boutons : ils auront moins besoin de contraception ! La nature ferait bien les choses.

        Ensuite de quoi dans le cas présent, il serait de bon ton de prescrire Dyane 35 aux filles qui auraient trop de testosterone les rendant pustuleuses « comme les garçons » à qui - malheureusement, on ne peut prescrire de Dyane 35.

        Eux - comme elles - on peut les soigner autrement sans passer par le redoutable - encore pour les filles ! - roacutane tératogène avant que d’être iatrogène, à qui on va durant le traitement, prescrire un contraceptif...

        Avec du Zinc

        Ensuite de quoi, vous dites - en bon Tartuffe - « parce que j’attends toujours dix ans avant de prescrire un produit nouveau », parce que pendant ce temps, il sera prescrit à des cobayes humains : c’est ça la science moderne, avec l’imprimatur de l’Académie de Médecine qui rejette toute chose n’ayant pas été prouvée...

        Ironie du sort, si les djeunes ne meurent généralement pas de leur acné, pour la preuve scientifique de cette médecine, afin d’établir le bénéfice/risque, on peut bien en sacrifier quelques uns.

        Ensuite de quoi, vous énumérez quelques autres aspects de la problématique liée au médicament : made in France ou pas. On peut y ajouter toutes ces personnes dont l’emploi dépend parfois du décès de quelques autres. Vous citez très bien l’autorisation maternelle de traitement de l’acné qui défigure fifille sans que papa sache bien que l’acné enlevé peut également lui enlever sa fille (à double sens) etc

        Je parie que les hommes médecins toutes disciplines confondues se sont permis de prescrire Dyane 35 (quel joli nom ! vendeur de plus !) s’improvisant gynécologue - tu diras à maman que c’est pour soigner ton acné - et celle de ton partenaire dont on sait que « baiser » réduit l’acné !

        Eh ! oui !

        Quand la médecine s’emmêle ce sont généralement les femmes qui trinquent car elles ont moins « besoin » de baiser que les « pustuleux ».

        La pilule comme chacun sait est une invention des hommes pour les hommes ! comment voulez-vous vous sortir des bras fougueux d’un djeune qui anéantit le sens des responsabilités des jeunes filles bien informées ?

        Plus sérieusement, relisez le Code de Nuremberg

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_de_Nuremberg


        • doctorix doctorix 2 février 2013 12:25

          Merci pour le Tartuffe, que je n’ai pas l’impression de mériter. Je suis même sur le point de passer devant le Conseil de l’Ordre pour avoir tenu des propos déplaisants sur les vaccins, suite à la dénonciation d’un cardiologue (décidément, entre Gérard Bapt, Douste Blazy et cet autre ostrogoth, je n’ai pas d’affinité...)

          Je ne reçois plus les visiteurs médicaux depuis 15 ans, lassé d’avoir supporté si longtemps leurs menteries. 
          Mais je ne suis pas pour autant un spectateur passif, comme vous le constatez.. 
          Ce que vous dites est parfaitement juste : je ne supporte pas que mes patients servent de cobayes : me me reprochez-vous ?
          Mais un bon point pour vous pour le Zinc.

        • clostra 2 février 2013 14:53

          @doctorix

          alors vous êtes l’illustration vivante des dilemmes actuels qui se posent probablement à bien des médecins qui, chacun, ont leur « façon de voir ».

          Une « façon de voir » peut être une entrée intéressante dans une pratiques avant tout adaptée à chaque patient (ce qui par exemple en temps d’épidémie de grippe vaut 5-10 mn allouées pour chaque patient qui, de plus, ne viennent pour beaucoup, que pour ça et que donc vous ne connaissez guère).

          Je sens qu’il va falloir développer encore la conscience des « usagers de la médecine » pour qu’il puisse vous appuyer dans vos démarches face à vos pairs.

          Ayant relu récemment la saga des « enfants de la terre » de Auel, une « fiction préhistorique » très documentée auprès des chercheurs, on y voit des « guérisseurs » qui connaissent les plantes de les avoir observées, expérimentées durant des générations, se passant leurs connaissances d’une génération à l’autre. Serions-nous victimes d’un « oubli collectif » ?

          Dans des temps pas si reculés, la pratique médicale s’appuyait sur des connaissances acquises bien souvent dans les « monastères ». Si on veut, par là, aborder la prise en compte « globale » du patient. (Va pour « Jouvence de l’abbé souris » qui n’a encore prouvé aucun méfait).

          Va aussi pour Hipocrate « Que votre alimentation soit votre premier remède » et

          Primum non nocere est une locution latine qui signifie : « d’abord, ne pas nuire »

          Evidemment, les assermentés d’Hipocrate vous diront que ce sont leurs « partenaires » alchimistes, anciennement apothicaires qui sont responsables de tous ces maux. S’il y a un peu de sorcellerie dans tout ça et certainement beaucoup d’apprentis sorciers, :

          Revenons donc à nos moines - qui devraient se préparer à suppléer le manque de médecins, et l’absence de motivations en conséquence de ce que vous savez ou allez savoir - qui parcourraient la lande et à nos curés qui cultivaient leur jardin du même nom : soyons raisonnables ! offrons-leur une seconde jeunesse !

          Hanhemann, curé de profession, n’a rien prouvé que sur lui-même et si Boiron veut bien dans son entreprise citoyenne, ne pas trop augmenter les prix, nous entrerons de façon intelligente dans la médecine du XXIème siècle, celle de toujours ! celle que l’on ne comprend pas encore !


        • doctorix doctorix 3 février 2013 01:02

          Dans ma prochaine vie, si l’idée de refaire une carrière médicale me prend encore, il est bien certain que je ne choisirai pas la voix chimique quant à la thérapeutique. Elle aura probablement disparu d’ailleurs.

          Non, je pense qu’il y aura des écoles d’homéopathies, car c’est vraiment la voie royale, et que Benveniste sera reconnu pour ses magnifiques travaux. Ce type extraordinaire est mort de chagrin, injustement calomnié par les imbéciles. Il a démontré la réalité des hautes dilutions, prouvant que ce qui restait après disparition du poison initial (les remèdes homéopathiques sont par définition des poisons à la base) était de nature électromagnétique, que l’eau était son support, qu’on pouvait recueillir et stocker cette information sur une clé USB, et la transmettre par internet à des milliers de kilomètres. Cela peut paraître extravagant, mais c’est ainsi : on peur par exemple accélérer un coeur à des milliers de km en utilisant certaine information transmise.
           Avec un peu de chance, dans cette autre vie ,les sorciers africains n’auront pas disparu, et j’irai auprès d’eux apprendre les vertus des plantes qu’ils connaissent si bien. Actuellement, nous allons piller leurs trésors, et nous nous empressons de purifier la substance active des plantes dont ils nous ont appris les vertus afin d’en commercialiser le principe actif, sans rien leur donner en retour, pas même un merci. C’est une grossière erreur, car la puissance de ces principes actifs n’est pas atténuée par la somme des autres composants de la plante : c’est la plante entière, qui est le bon remède, et non son principe actif visible, et c’est elle seule qui ne peut être dangereuse si elle est bien maîtrisée.
          Yvette Parès, Docteur en science et en médecine, a fait ce courageux parcours à plus de 50 ans. Pendant 15 ans, elle a suivi un maître africain, qui a commencé par lui dire qu’elle ne savait rien, qu’elle devait se taire, observer, écouter. Au bout de quelques années seulement elle a eu le droit de poser des questions.
          Elle a fondé l’hôpital traditionnel de Keur Massar à Dakar. Et je peux vous dire en confidence qu’elle guérit toutes sortes de maladies, avec de simples décoctions sans aucun effet indésirable, y-compris le Sida, que nous comprenons, nous, funambules de la chimie et champions de la fatuité, si mal. Pour cela, elle se lève à 5 heures tous les matins, pour aller faire sa récolte dans la forêt.
          Nous avons fait griller nos sorcières, qui étaient de grandes guérisseuses parce qu’elles connaissaient les simples (si bien nommés), c’est-à-dire les plantes et leurs vertus. Nous les avons remplacées par les Diafoirus ,et leurs cortèges de descendants , et l’espèce n’en a pas encore disparu, mais commence à s’auto-détruire, à force de nier les évidences et de persister dans l’erreur.
          Bravo pour vos rappels sur les bactériophages et sur les vertus du jeûne. Ce sont de bonnes pistes, qui devraient être des autoroutes : ce sera pour le jour où la sagesse perdue d’Hippocrate nous reviendra.
          Un dernier mot : ce qu’on appelle les progrès fantastiques de la science, et leurs magnifiques résultats, sont très majoritairement dus à trois choses : une bonne alimentation, une eau saine et une bonne hygiène. Un peu moins de misère, un peu moins de travaux harassants, un peu moins de toxiques et nous serons tous centenaires.


        • velosolex velosolex 2 février 2013 13:03

          Moralité
          Mieux vaut être bien vivant avec une tête fleurie
          Que cadavre sans acné !

          Si un antibiotique est parfois indispensable, sa distribution à la mitrailleuse à généré des souches résistantes complexes. On semble découvrir avec étonnement que les corps réagissent de la même façon que les surfaces agricoles, pourries par les pesticides, et les traitements prophylactiques, si délirants, qu’ils embrayent sur des catastrophes sanitaires, les pesticides d’hier s’avérant maintenant inutiles, au vu de l’adaptation des insectes.

          Bien des baudruches restent à démystifier, qui font la fortune des labos : Prenez par exemple les traitements anti cholestérol, très couteux pour la collectivité, tel le Tahor. Le lien qu’on a fait entre cholestérol et l’athérosclérose est une fumisterie.
          Uffe Ravnskov, médecin et chercheur danois, parle à ce propos de mythe, entretenu par « l’argent, le prestige, et la bêtise »
          Patrick Even, tout de même ancien doyen de la faculté de médecine, ne dit pas autre chose : Le fait que le taux de cholestérol soit sans rapport avec la maladie cardio vasculaire, n’embarasse ni les industriels, ne les revues scientifiques, ne les cardiologues, ni les industriels de santé.

          Au delà de l’aspect anecdotique, commence dans l’opinion à régner une réelle suspicion envers les médocs.
          Tant mieux : Trop de gens croient prendre en toute impunité une petite pilule capable de régler leurs problèmes, leurs maux passagers, et surtout leur bêtise : Mangez moins, faites de l’exercice, arrêtez de fumer, et même pourquoi pas de boire comme un trou !


          Les pays de l’est, parce qu’ils étaient coupés des intérêts financiers des labos, ont su mettre jour des alternatives intéressantes au tout médicament.

          Les bactériophages, par exemple : A partir de souches atténuées de virus, afin de lutter contre les infections et les maladies neusocomiales, dont les antibiotiques s’avèrent maintenant inopérants. Sans aucun risque, ni effet secondaire, avec sans doute le risque que ça ne marche tout de même pas à tous les coups. Le miracle n’existant pas. Mais aTsibili, en Georgie, tout un centre hospitalier fournissait en bactériophages toute l’URSS...Certains médecins font maintenant le voyage à Tsibilli, pour se pourvoir.

          Le jeune, a aussi été très développé dans les pays de l’est, et le reste encore, ainsi qu’en Allemagne, dans de multiples cliniques. Rien de sectaire ! Le jeune déclenche dans l’organisme une réaction de stresse, et stimule des hormones naturelles, et des réactions antiinflammatoires, susceptibles d’apporter un bien considérable, aux personnes atteintes de rhumatismes, ou l’ashtme, par exemple. Il va de soi que ce doit être un jeune encadré, pas sauvage !....Mais bien des alternatives s’avèrent intéressantes.

          Si vous ne dormez pas, la belle affaire, prenez simplement un bouquin !
          Pas n’importe quel : Renoncez à ces foutus magazines dans lesquels vous ne vous trouverez jamais « beau en ce miroir », et au contraire paré de tous les pêchés. Les publicités pour les crèmes amincissantes, et autres stupidités, fleurissent sur la honte, sur la névrose.
           On en arrive ainsi à ce que des jeunes filles se croient difformes, alors qu’elles sont ravissantes.
          Si elles ne sont pas, tant pis, elles sauront se faire apprécier pour d’’autres qualités, et cette capacité pourquoi pas de se moquer de la norme, et des régimes en tous genres, sur lesquels vivent les aigrefins et les vautours !

          Dites vous que le risque pris avec ces saloperies de somnifères est bien trop grand, en terme d’accoutumance, voir de troubles du comportement.
          Faites de la sophrologie, de la méditation, du vélo, respirez.
          Reprenez la conquête de votre pays !


          • Shawford Agoranymous443 2 février 2013 21:53

            Ou chez Pastèque en effet, mais le bouzin y sent le renfermé smiley smiley


          • pierrot pierrot 2 février 2013 16:14

            La Diane 35 reste prescrit à l’étranger.

            Certes le nombre de décès induit par la prise de ce médicament est faible mais c’est toujours hypocrite que le producteur concerné (Bayer) ait demandé une autorisation de mise sur le marché contre l’acné et savait que ce médicament était usuellement prescrit comme médicament anticonceptionnel.


            • antonio 2 février 2013 16:30

              Chaque jour, les médias « sortent un truc  » qui va affoler une partie des citoyens ; peu importe le sujet, ce qui compte c’est inquiéter, affoler......assujettir les gens par la peur doit sans doute faire partie de leurs objectifs de base.....et ça marche !


              • poubellelavie poubellelavie 2 février 2013 16:45

                Pour une fois , il ne s’agit pas de complot ni de connivence , juste d’incompétence et d’anorchidie.
                Non, le Roaccutane , ne peut remplacer Diane 35 . Il n’a aucune action antihormonale définitive et les femmes qui ont ce genre d’acné rechutent quelques mois après l’arrêt.

                Quant à la prescription hors AMM, GROS MENSONGE en effet , Diane permettait seulement de faire d’une pierre deux coups (si j’ose dire ..)
                A les entendre il aurait fallu prescrire Diane+une autre pilule qui à l’AMM ?
                Le labo a juste essayé de se défausser en parlant de prescription hors AMM comme pour le Médiator.
                Je suis désolée pour nos patientes défigurées par ce genre d’acné.J’espère qu’il ne va pas leur passer par la tête de supprimer ce fameux Roaccutane , qui a transformé la vie de milliers d’ados. .
                Bien confraternelleemnt.
                PS : au fait, pourquoi un Y à Dyane ? Pour le côté antiandrogénique ou en mémoire notre belle industrie automobile française. ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès