Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Faut-il sanctionner les clients de grossesse Pour Autrui (GPA) (...)

Faut-il sanctionner les clients de grossesse Pour Autrui (GPA) ?

Faut-il sanctionner les clients de G.P.A. ? Faut-il punir les clients des prostituées ? Le sujet fait débat actuellement.et permet de soulever quelques points que les initiateurs du projet ne semblent pas avoir envisagés. Vouloir punir pénalement les bénéficiaires d’une activité licite, car la prostitution est autorisée par la loi, est pour le moins paradoxal : Accepterait-on des amendes infligées aux fumeurs alors que la vente de tabac est autorisée ? Il est vrai que dans le cas des fumeurs l’état prend son obole à la source en taxant lourdement le tabac, ce qui parait plus difficile à réaliser en matière de relations sexuelles, car il faudrait obliger les prostituées à tenir un registre (identique à celui de la T.V.A ?) où elles pourraient noter leurs différentes prestations, ou les équiper d’un compteur (mais où le situer ?) afin de pouvoir taxer chaque acte selon sa tarification.

Le problème n’est donc pas simple, et devant la difficulté de pouvoir opérer une taxation fiable à lasource, le législateur opte pour la facilité en envisageant une taxation post relationnelle par l’amende infligée au client. Mais si cette proposition devient effective, l’état devra alors envisager de punir les bénéficiaires d’une grossesse pour autrui, taxation pénale qui elle pourrait se justifier car la G.P.A. est interdite en France, et on peut envisager la G.P.A. comme étant une forme de prostitution, la pire peut être. Sur le plan éthique, le fait de louer son corps pour des pratiques sexuelles, s’appelle de la prostitution. La location d’un utérus ne saurait y échapper. Dans ce cas il ne s’agit pas du simple usage d’une cavité physiologique a des fins récréatives moyennant finances, mais bien pire puisque cet usage est destiné à la procréation, activité dont les aboutissants sont beaucoup plus complexes et qui ont des répercussions sur la vie des intervenants.

Ainsi lorsqu’on affirme comme le fit M.Berger patron du journal « Le Monde », lors d’une manifestation en faveur du mariage homosexuel en décembre 2012 à Paris : « louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? », c’est faire preuve soit d’un manque évident de culture scientifique, soit d’une fausse naïveté destinée de banaliser un problème pour mieux le faire accepter. Autant louer ses bras pour actionner une machine, ou son vagin pour des plaisirs sexuels ne crée pas de lien biologique durable entre les différents partenaires, autant la location d’un utérus fait intervenir d’autres facteurs.

Le développement du placenta au cœur même de l’utérus provoque chez la mère de très nombreuses réactions hormonales et immunologiques visant entre autres, à ne pas expulser cet œuf forcément différent d’elle-même, car contenant des chromosomes étrangers. Le fœtus dispose pour cela d’un système immunologique qui empêche les cellules maternelles de le considérer comme un corps étranger et donc de le détruire, mais ce n’est là qu’un des aspects de cette relation mère-embryon extrêmement complexe, sur le plan immunologique, biochimique, et hormonal, et dont chacun gardera la trace.

Toutes les études récentes prouvent l’importance de ces liens intimes (que la mère soit génétique ou non), pendant la grossesse qui perdurent même après l’accouchement, chez la mère comme chez le nouveau né. La location d’un utérus à des fins gestationnelles me parait être un acte beaucoup plus lourd, car chargé de conséquences, que la location momentanée à des fins récréatives d’autres cavités naturelles, pourquoi alors cet usage échapperait-il aux sanctions que l’on veut imposer aux autres ?

Dr. J-M Lacroix 04/10/2013


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • pissefroid pissefroid 5 octobre 2013 11:48

    Accepter la gpa (gestation pour autrui)
    c’est accepter que la femelle de l’espèce humaine
    n’existe que pour fabriquer des enfants.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 octobre 2013 02:44

      Je ne vois pas en quoi les deux sont liés.


      Après tout, la reproduction est une possibilité, non une obligation. Si une femme ne veut pas d’enfant, c’est un libre choix qu’elle exerce.

    • COLRE COLRE 5 octobre 2013 12:52

      Mais faites-donc, la nouvelle bien-pensance a toute sa place ici… Après les tennismen « arboricoles » ou les blagues nazillonnnes hyper-drôles sur le « gaz », ou les « Dieudonné n’est pas antisémite puisque son banquier est juif », votre opinion taquine sur les « races inférieures » peut occuper une place de choix… 

      Il y a juste de la concurrence, je ne vous promets pas les premières places.


    • foufouille foufouille 5 octobre 2013 12:17

      article non libéral et surtout « homophobe ». c’est pas bien. les homos vont hurler


      • buratino buratino 5 octobre 2013 14:38

        le saigneur est mon berger


        • Shawford Shawford42 5 octobre 2013 14:48

          T’as écrit ça après avoir vu et disserté sur les paroles de ça j’espère.


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 octobre 2013 17:31

          Bonjour Dr. Jacques-Michel Lacroix,

          " La location d’un utérus à des fins gestationnelles me parait être un acte beaucoup plus lourd, car chargé de conséquences, que la location momentanée à des fins récréatives d’autres cavités naturelles, pourquoi alors cet usage échapperait-il aux sanctions que l’on veut imposer aux autres ? "

          Nous vivons dans une société dépourvue d’éthique ... rappelez vous le premier clonage avec DOLLY ... Aujourd’hui c’est devenue de la routine ... cela sert avant tout d’augmenter la productivité (rendement plus élevé de viande et lait) tout en agissent contre un développement naturel !

          Avons nous vraiment besoin de la GPA ?
          En début de cette année nous étions 7 milliards d’humains.
          En 2050 on prévoit 9 milliards d’humains
          En 2075 on prévoit 12,5 milliards d’humains

          Les conséquences de cette prolifération exponentielle des humains seront insupportables pour l’environnement et ce n’est pas par le soit disant progrès de la science, enfin ce que certains qualifiant pour le progrès, que nous allons faire face aux problèmes.


          • eric 5 octobre 2013 18:26

            Tout a fait d’accord. Certaines gauches veulent pénaliser les clients de la prostitution et légaliser la PMA. C’est toujours dans les absurdités apparente d’une pensée qu’on peut découvrir sa vérité vraie. Si on part du principe que les gens sont rarement fous et méchant, alors c’est dans ce que l’on comprend le moins dans leurs logique que se trouve le fond de leur cohérence.

            Pour faire vite, je dirai que votre exemple montre que les pensées de gauches restent marquées par un anti humanisme, en ce sens que la dignité ultime de l’homme n’y est pas un absolu, mais bien un élément complétement contingent et dépendant de mécanismes sociaux abstraits et intellectuellement construits. L’homme reste un instrument et non une fin en soi. Ce n’est pas nouveau, mais cela reste assez effrayant.


            • François1972 5 octobre 2013 22:44

              Monsieur Lacroix 

              Peut-être avez-vous une certaine légitimité pour parler de la prostitution mais vous semblez n’en avoir aucune pour parler de la GPA.
              Si vous connaissiez le sujet, vous comprendriez la joie et la fierté des femmes (et de leurs maris) qui ont porté des enfants pour d’autres couples. 
              Quant à apparenter la GPA à de la prostitution, c’est une représentation que vous êtes libre de faire. Mais l’on peut avoir exactement le même type de raisonnement dans des tas de situations : un commercial se prostitue auprès de ses clients, un docteur auprès de ses patients, un jeune diplômé auprès de son futur employeur. Non, ce n’est pas parce qu’il y a de l’argent dans une relation que celle-ci est forcément laide.
              Enfin allez rencontrer des adultes nés par GPA et vous nous direz s’ils sont moins heureux que d’autres. Vous verrez que votre raisonnement n’est en rien fondé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès