Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Fukushima, l’ignorance, c’est la force

Fukushima, l’ignorance, c’est la force

Cette expression, empruntée à George Orwell, a été reprise récemment lors du COIN (COllège International du Nucléaire) qui s’est tenu à Paris, en novembre 2015, puisque c’était l’intitulé d’une de ses conférences.

C’est dans le célèbre roman d’Orwell, « 1984 », que l’on pouvait trouver cette phrase : « la guerre, c’est la paix, La liberté c’est l’esclavage, l’ignorance, c’est la force  ». lien

C’est aussi ce que reprennait Cécile Asanuma-Brice, chercheur au CNRS, l’une des invitées de l’émission « Terre à Terre », de Ruth Stégassy du 19 décembre 2015, en rappelant que ce concept avait un nom : l’agnotologie, la science de l’ignorance, science régulièrement utilisée par les lobbys, qu’il s’agisse du tabac, de l’amiante, de la chimie, voire du nucléaire, notamment à Fukushima.

Il s’agit donc de « fabriquer de l’ignorance » soit en masquant la vérité, soit en freinant l’enquête.

C’est aussi ce qu’évoque Stéphane Foucart, dans son livre « la fabrique du mensonge », comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger. (Édition Denoël). lien

Dès 1953, des liens avaient été établis entre le tabac et le cancer du poumon, mais les cigarettiers dans l’ombre, avaient préparé une stratégie afin de retarder le mieux possible la communication sur ce sujet, acceptant finalement en 1998 de dévoiler l’ensemble de leurs archives afin de clore les poursuites engagées contre eux par 46 états américains.

Documents passionnants démontrant avec quel machiavélisme, les cigarettiers ont instrumentalisé la science, en produisant du doute, de façon à ralentir les procédures, et à empêcher une communication objective.

Mais le tabac n’est pas seul en cause, les mêmes pratiques ont été développées pour l’amiante, et aujourd’hui pour le nucléaire. lien

Annie Thébaud-Mony, sociologue et directrice de recherches honoraires à l’Inserm (institut national de la santé et de la recherche médicale), expliquait entre autres dans l’émission « Terre à Terre », pour quelles raison, on n’avait pas trouvé de plutonium autour de la centrale de Fukushima  : tout simplement parce qu’on ne l’a pas cherché…alors que chacun sait que d’importantes quantités de ce dangereux élément radioactif ont été relâchées après la catastrophe nucléaire, puisque le réacteur n° 3 dont le cœur à fondu, fonctionnait au mox, (lien) produit dont la base est du plutonium. lien 27’00’’

Quant à la documentation que produit l’IRSN, elle est seulement la traduction des documents émanant de TEPCO sans qu’une contre-expertise puisse être conduite.

On peut découvrir cette « culture de l’ignorance » dans un document récent de l’IRSN, qui, tout en publiant une étude mettant en évidence « des défauts morphologiques sur des populations de pins japonais autour de la centrale de Fukushima », invitent à la « prudence quand au lien de causalité avec le niveau de radioactivité ambiant  ». lien

Cette courte vidéo prouvant que 2+2=5 est l’exemple parfait de cette culture de l’ignorance.

Aujourd’hui, au Japon, les autorités font le forcing, campagne de propagande à l’appui, détournant la vérité de la situation, afin de convaincre les populations à revenir en 2017, dans les zones évacuées après la catastrophe nucléaire.

Pour encourager les populations à revenir vivre dans la zone évacuée, les normes ont été largement relevées, mais comme l’on sait, la norme n’empêche pas le danger.

Aujourd’hui, officiellement on comptabilise 2,5 millions de gros sacs noirs remplis de déchets radioactifs, stockés pour une durée de 30 ans, délai largement insuffisant pour permettre au césium 137 de perdre la totalité de sa radioactivité, puisque la période (ou demi vie) de cet élément est de 30 ans : la sagesse serait donc d’attendre au moins un siècle avant de libérer toute cette terre contaminée…lien

Certains sites sont situés au bord de l’Océan, à la portée du prochain raz de marée…et le Pacifique qui a déjà reçu largement au dessus de l’acceptable, ne devrait pas s’en réjouir.

En effet, une grande partie de l’Océan Pacifique a été impactée par la catastrophe nucléaire japonaise, et les études menées en continu par l’AIEA sont tout, sauf rassurantes. lien

Mais concernant ces milliers de sac entassés, les comptes ne sont pas bons.

Au delà de la vingtaine de millions de déchets radioactifs entassés à la hâte sous de simples bâches dans la campagne environnante, il y a erreur sur les chiffres.

En septembre 2015 il y avait déjà 900 millions de tonnes entassées sur plus de 100 000 sites dans la seule préfecture de Fukushima, et 138 000 tonnes de ces 900 millions, ont un taux de radiation supérieur à 8000 becquerels par kg, et pour les autres préfectures, on comptabilise 166 329 tonnes de déchets radioactifs supérieurs à 8000 becquerels par kg.

Une chatte n’y retrouverait pas ses petits. lien

De plus, nombre d’experts s’indignent de l’incinération des tonnes de déchets radioactifs dans une douzaine d’installations, sachant qu’incinérée ou pas, la radioactivité n’est pas pour autant détruite.

Ajoutons pour la bonne bouche que les comptes ne sont pas bons non plus sur la quantité de déchets incinérés : sachant que ces 12 incinérateurs traitent chacun 500 tonnes par jour, on arrive à la conclusion assez facile qu’un peu plus de 2 millions de tonnes seront traitées en une année…soit près de 9 millions de tonnes depuis le début de la catastrophe.

Difficile alors de justifier les déclarations des autorités affirmant que sur les 43 millions de tonnes à traiter, il ne resterait plus que 9 millions de tonnes. lien

C’est au compte goutte, et toujours tardivement, que Tepco, distille quelques nouvelles informations, nous apprenant récemment qu’il n’est plus question de donner une date de « fin de démantèlement » de la centrale dévastée.

C’est en effet ce qu’a déclaré, le 20 décembre dernier, Masuda Naohiro, responsable du chantier de la centrale, à l’agence Associated Press, estimant qu’il est impossible aujourd’hui de prévoir la date de la fin des travaux, tout autant que le coût de la sécurisation du site.

Il dit travailler en « zone de guerre », affirmant que les débris des réacteurs sont impossibles à localiser, que les nappes phréatiques continuent d’être polluées jour après jour, ignorant si les nouveaux robots seront capable d’examiner les réacteurs fondus, ajoutant que les cuves inondées contenant le combustible atomique génèrent une chaleur d’environ 100°c. lien

On se souvient pourtant que les autorités japonaises avaient décrété sans hésitation au début de l’année 2012 « l’arrêt à froid » de la centrale dévastée. lien

Au sujet des nappes phréatiques, c’est le 9 décembre 2015 que Tepco a annoncé que la radioactivité en césium 134/137 des eaux retenues dans les fondations à gravement augmenté depuis l’an dernier.

Il s’agirait de 420 tonnes d’eau contaminée pour laquelle des mesures effectuées ont révélé 92 millions de Bq/m3 en ce qui concerne le césium 134, et 390 millions de Bq/m3 pour le césium 137, soit 4000 fois plus qu’en 2014. lien

L’exploitant ne pense pas que cette eau ait pu fuir à l’extérieur de la canalisation, mais on n’est pas à l’abri de surprises…

Et puis, ce n’est que le 17 décembre 2015 que nous avons appris que, vers le 15 mars 2011, les réacteurs 2 et 3 ont relâché d’énormes doses de radioactivité directement dans l’atmosphère (100 Sieverts/h). lien

Pour se faire une idée des conséquences de ce lâcher, il faut savoir qu’on estime que 10 000 millisieverts en une seule fois correspondent à une mort certaine dans les semaines qui suivent l’exposition. lien

Quittons le Japon pour la Russie, ou l’on apprend discrètement qu’une centrale nucléaire connaitrait quelques soucis.

Là aussi, on est en pleine agnotologie, puisque le rédacteur de l’article ajoute en sous titre : « si on n’en parle pas, ça n’existe pas ».

C’est à la centrale nucléaire de Leningrad, à 80 km de Saint-Pétersbourg, que, le 18 décembre 2015, une tuyauterie du circuit primaire a explosé laissant échapper des vapeurs peut être radioactives provocant la mise à l’arrêt du réacteur n°2 afin de stopper le flux de vapeur. lien

Les avis sur la radioactivité de cette vapeur qui s’est échappée ne fait pas l’unanimité : les responsables locaux affirment en chœur qu’il n’y a pas de problèmes, ce qui est étonnant, puisque cette vapeur passe directement au contact du combustible dans le cœur du réacteur.

Rappelons au passage que cette centrale, située à proximité de Sosnovy Bor est du même type que celle de Tchernobyl, et qu’elle comptabilise 40 longues années d’existence. lien

Quant aux habitants du secteur, ils se sont rués dans les pharmacies et ont dévalisé le stock de pilules d’iode, apparemment peu rassurés par le discours officiel…ils n’ont manifestement pas oublié Tchernobyl.

Affaire à suivre donc, car comme dit mon vieil ami africain et Anatole France : « on croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels  ».

L’image illustrant l’article vient de libre-infos.eklablog.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Au pays du soleil, le Vent !

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

La France a peur

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

Fukushima, l’en pire Japonais

Le mensonge nucléaire de sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Fukushima, les limites du cynisme

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

L’hallali nucléaire

Fukushima, la stratégie de l’oubli

Fukushima s’enfonce-t-il ?

Fukushima hors contrôle

Fukushima, le pire des scénarios

Fukushima, le tonneau des Danaïdes

Fukushima, réaction en chaîne à ciel ouvert

Fukushima, le mois de tous les dangers

Fukushima, la loi du silence

Fukushima, l’illusion d’une solution

Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ?

Fukushima, un désastre illimité

Courage, fuyons

Fukushima, 4 longues années

Fukushima, tout le monde descend


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 24 décembre 2015 09:56

    Salut Olivier, ce matin sous les projecteurs de russia today ,

    La France arrête un réacteur de la centrale nucléaire de Flamanville

    bon je retourne lire.. smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 24 décembre 2015 10:32

      @howahkan Hotah
      merci de l’info...apparemment, il n’y a pas eu de retombées dangereuses...

      je serais tenté d’ajouter : « comme d’hab » !
       smiley

    • gaijin gaijin 24 décembre 2015 10:40

      @olivier cabanel
      en tout cas pas de retombées médiatiques ç’est au moins un point dont on peu être sur ................ smiley


    • sarcastelle 24 décembre 2015 13:47

      @howahkan Hotah


      Tenez, brave Indien, allez donc à la bonne source : l’Autorité de Sûreté Nucléaire. 


      Vu l’opinion qu’ont de l’ASN nos ingénieurs atomistes d’Agoravox, vous avez probablement confiance en ce qu’elle dit, je suppose ? 

    • sarcastelle 24 décembre 2015 13:54

      @olivier cabanel


      « comme d’hab »

      Caramba, encore raté. Toujours pas de catastrophe. Pas même un petit tapis d’iode. 

      Demandez à la presse de vous informer de chaque panne d’un des éléments d’un système électrique précisément redondant dans les centrales thermiques à combustible fossile. Comment ? Tout le monde s’en fout ? Eh ben alors ?...




    • gaijin gaijin 24 décembre 2015 15:48

      @sarcastelle
      ben en effet vous avez raison un incident d’alimentation dans une centrale ce n’est rien .............
      au fait savez vous qu’à foutushima aussi les choses ont commencé par un incident d’alimentation ( le tsunami a noyé le batiment dans lequel se trouvait centralisé l’alim de la centrale et les générateurs de secours ) suite a cet « incident » les génies de la science aux commandes de la centrale ont perdu le controle de la situation ce qui a provoqué les inoffensives explosions d’hydrogène dont on nous a parlé a l’époque
      mais bien sur vous vous souvenez de cette glorieuse époque ou vous nous certifiez que les coriums n’étaient pas en ballade et que la situation était stable

      heureusement que depuis des années vous êtes là pour lutter contre la désinformation portée par ce dangereux boboécolofaschniste d’olivier


    • sarcastelle 24 décembre 2015 16:35

      @gaijin


      Oui, je comprends. Les sécurités ont fonctionné ; c’est un non-événement ; et un non-événement dans le nucléaire c’est inacceptable. 

    • gaijin gaijin 25 décembre 2015 09:05

      @sarcastelle
      non ce sont les évènements qui sont inacceptables
      et pour les éviter il n’y a qu’une solution ............................


    • olivier cabanel olivier cabanel 26 décembre 2015 19:37

      @sarcastelle
      j’aime votre optimisme.

       smiley

    • gaijin gaijin 24 décembre 2015 10:24

      salut olivier
      c’est un joli mot agnotologie je ne connaissais pas, mais peut être qu’il vaudrait mieux l’orthographier : agneautologie....................vu que c’est en rapport avec l’art de conduire les troupeaux de moutons..........

      après tout on a bien le droit de faire novlangue aussi puisqu’ on est en desmotscratie


      • olivier cabanel olivier cabanel 24 décembre 2015 10:33

        @gaijin
        agneautologie... je prends.

         smiley

      • Electric Electric 24 décembre 2015 12:00

        Salut Olivier,

        l’impact de Fukushima sur la Pacifique nord est en passe de créer le premier écocide à l’échelle d’un océan. La radioactivité voyage d’ouest en est et vient buter sur la côte ouest US.

        Tout crève. Les saumons cette année ont disparu, après les sardines, les harengs, les étoiles de mer, les oursins, les micro faunes et flores. En conséquence, les oiseaux et mammifères marins crèvent de faim. La pêche aux crabes est interdite pour soi disant une algue toxique (une probable mutation).

        http://enenews.com/journalist-talks-about-fukushima-anymore-almost-fish-ocean-dying-terrifying-govt-warns-public-expect-alarming-increase-deaths-along-west-coast-fish-hard-find-sign-chaos-below-surface-offic

        Les lions de mer échouent sur les plages, la peau sur les eaux. On a aussi un nombre anormalement élevé de tortues et baleines échouées.

        Voilà ce qui se passe : d’abord, ce sont les bactéries, virus, planctons qui sont impactés. Nombreuses mutations ou disparitions. Ensuite, en remontant la chaîne alimentaire, les petits poissons (sardines, alevins, harengs, anchois), puis les gros, et enfin les mammifères marins et autres oiseaux marins. Après, ça vient attaquer les mammifères terrestres près des côtes (ours, élans, ...)

        Enfin, c’est notre tour.

        Et voilà qu’on finit en beauté avec une bouilloire popov hors d’âge qui nous pète à la tronche.

        Quelques photos valent mieux qu’un long discours : photos de l’estran du Pacifique nord, avant et après Fukushima. Toutes les espèces marines sont mortes à l’exception de ces algues vertes qui prolifèrent :

        http://www.rense.com/general96/bcbefnaft.html

        Photos de l’écologiste Dana Durnford, dont le matériel a été confisqué et qui vit actuellement un harcèlement inouï des autorités.

        Quelques clics sur son site ne pourront donc lui faire que du bien :

        http://www.thenuclearproctologist.org/

        A vot’ bon cœur M’ssieurs dames !


        • olivier cabanel olivier cabanel 24 décembre 2015 13:32

          @Electric
          bonjour Electric

          le tableau que tu brosses est inquiétant, et par beaucoup de points réaliste,
          ceci dit, les échouages de baleines ne sont peut être pas liées à cette monstrueuse pollution nucléaire...certains penchent pour un dérèglement magnétique du à notre utilisation intensive des réseaux wi fi, lesquels pourraient perturber le déplacement de ces mammifères.
          mais qu’importe.
          merci aussi d’avoir évoqué le harcèlement de Dana Durnford, qui est dans la logique de la « théorie de l’ignorance », qui, comme on l’a vu, consiste à empêcher des réalités génantes d’aboutir, d’être médiatisées...
          ça m’amuse toujours de découvrir des « écolos » convaincus parler de « sauver la planète », mais la planète s’en fout !
          lorsque nous aurons disparu de sa surface, il ne lui faudra que quelques milliers, voire millions, d’années, pour digérer toutes les saloperies que nous avons semé sur son sol, mais elle s’en débarrassera en fin de compte, sauf que nous ne serons plus là . 
          merci de ton commentaire.

        • Electric Electric 24 décembre 2015 14:54

          @olivier cabanel

          J’étais resté sur un commentaire 100% nuke, pour ne pas affoler.

          MAIS, il y aussi la géo ingénierie : depuis 4 ans, les masses d’air humides sont détournées de la côte ouest US, ce qui provoque une descente d’air froid le long des côtes sous le courant jet, avec remontée d’air chaud sur la côte est (temps estival sur NYC, blizzard dans l’est).

          http://www.rense.com/general96/pacstorms.html

          Les flux de micro-ondes utilisées pour manipuler le climat provoquent des trous dans la couche d’ozone.

          Conséquence : les UVC arrivent au sol pour la première fois et tuent la vie.

          https://www.youtube.com/watch?v=0-WrJc7Et5I

          Nous sommes potentiellement tous en danger de mort au soleil.

          Fukushima + géo ingénierie = mort de la vie

          http://www.geoengineeringwatch.org/geoengineering-and-the-ozone-layer-recovery-lie/

          Pour les sceptiques, le manuel déclassifié datant de 1978 et rapportant toutes les techniques de manipulation du climat est en ligne :

          http://www.geoengineeringwatch.org/category/geoengineering/documents/

          Tout est officiel. Les modifications climatiques ont commencé à la fin du XIXème siècle. C’est une science maintenant mature.

          Le Pacifique tué, les causes plurielles : Fukushima, chemtrails, HAARP, sonars militaires, déchets plutonium largués en haute mer :

          http://www.geoengineeringwatch.org/catastrophic-pacific-ocean-die-off-the-us-militarys-all-out-assault-on-the-web-of-life/

          Il est possible que Fukushima soit utilisé pour cacher les autres horreurs des dingos aux manettes.

          Mais, à la fin, on arrive inévitablement à la conclusion : John est dans le coffre (Ne nous fâchons pas) ou encore : Pacific is dying, Pacific is almost DEAD !

          ça fait belle lurette que tous les docs déclassifiés permettent de se prononcer rationnellement sur le weather warfare théorisé par Brzezinski dans son « grand échiquier » :

          http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/08/14/21789769.html

          http://fas.org/spp/military/docops/usaf/2025/

          Il n’y a même plus l’ombre d’un micro doute.

          Vue l’échelle du phénomène, nous pouvons clairement parler de projet de terraformation, associé au transhumanisme, une aube nouvelle (golden dawn) va se lever, et un être synthétique va voir le jour.

          Nous sommes les humains du passé.

          Dans 50 ans, une race cybernético-humaine dominera la planète (probablement déjà dans les labos). Cette nouvelle race sera apte à la conquête de l’univers en supportant des conditions extrêmes. Ce qui n’est pas le cas actuellement, on est des terriens.

          Une hypothèse parmi d’autres, mais fort bien théorisée par le futurologue Raymond C. Kurzweil qui annonce ce « break event » pour 2080.

          Tout est montré, rien n’est caché.


        • olivier cabanel olivier cabanel 24 décembre 2015 15:37

          @Electric
          cruel constat, je le partage.

          merci

        • sarcastelle 25 décembre 2015 19:22

          @olivier cabanel


          je le partage 

          Et je vous y encourage, car partager les théories d’Electric ne pourra que renforcer votre crédibilité. 

        • Layly Victor Layly Victor 26 décembre 2015 10:45

          @olivier cabanel
          comme vous l’avez si bien dit, l’ignorance, c’est votre force.

          J’ai aussi entendu parler d’un très grand dérèglement du à la dégustation intensive des saucisses de Montbéliard. Peut-être un article à suivre ?
          Ne pas oublier les pruneaux d’Agen et les berlingots de Carpentras.

          Pour en revenir au terrible accident de Flamanville, l’arrêt d’un réacteur, c’est une chose courante.
          Comme disait Fernand Reynaud, c’est étudié pour. Ceci dit, ce n’est pas très pénalisant, puisque le facteur de charge des réacteurs nucléaires en France, arrêts pour inspection et rechargement compris, est de 80%.
          Au fait, le facteur de charge des éoliennes, c’est combien ? Secret défense, car ce qui manque est abondé par le fioul et le charbon.

        • olivier cabanel olivier cabanel 26 décembre 2015 17:08

          @Layly Victor
          je retiens pour une fois une vérité que vous nous proposez :

          l’arrêt d’un réacteur, c’est une chose courante.
          pas sur que vous réalisiez ce que vous avez écrit, car perso, je ne me réjouirais pas d’une voiture qui tombe toujours en panne.
           smiley

        • Layly Victor Layly Victor 27 décembre 2015 20:50

          @olivier cabanel
          Abruti total

          une voiture s’arrête à la station pour faire le plein (votre théorie de l’énergie libre n’a pas encore d’application). En plus, il y a les révisions, les plaquettes, les disques, l’embrayage, les pneus.
          Toute grande installation industrielle a des pièces localement défaillantes, ce qui ne porte pas forcément atteinte à la sûreté.
          En France, après plus de quarante ans de fonctionnement du parc nucléaire et des centaines de milliards de MWh produits, il n’y a jamais eu un seul incident touchant la population. Aucune activité industrielle dans le monde n’a ce palmarès (à part, bien sûr, les horlogers).
          Ce n’est pas le cas pour vos amis et commanditaires pétroliers avec AZF, Bohpal, Seveso, Bâle, etc
          C’est bizarre, vous n’en parlez jamais. Et les mineurs de charbon qui meurent chaque année dans des catastrophes, ce n’est pas intéressant pour les bobos illuminés ?

        • Doume65 24 décembre 2015 13:22

          « on n’avait pas trouvé de plutonium autour de la centrale de Fukushima : tout simplement parce qu’on ne l’a pas cherché »

          Cela me rappelle un certain 11 septembre, pour lequel les autorités ont déclaré ne pas avoir trouvé de traces d’explosif !


          • sarcastelle 24 décembre 2015 14:12

            @ Olivier Cabanel 


            on n’avait pas trouvé de plutonium autour de la centrale de Foukouchima : tout simplement parce qu’on ne l’a pas cherché

            Bien sûr. On n’a pas trouvé de sans sur la scène du crime parce que la police ne l’a pas cherché. On n’a pas trouvé de cadavres autour de l’avion écrasé parce qu’on n’en a pas cherché. Plus c’est délirant et mieux ça va passer !

            Bon, ce n’est pas de chance : c’est en contradiction avec ce que vous nous avez balancé une autre fois en nous faisant trembler : on avait disiez-vous trouvé à cent kilomètres de Foukouchima dans l’air la dose inquiétante de 137 nanobecquerels de plutonium par mètre cube un méchant vous répondait alors après calcul que ça faisait par mètre cube UNE désintégration tous les TROIS MOIS). 

            Mais je confonds peut-être : au lieu de nBq, c’étaient peut-être des mSv que vous n’aviez jamais dit être des millisieverts ? 

             smiley


             

          • sarcastelle 24 décembre 2015 14:22

            @sarcastelle


            Correction à la première ligne : « on n’a pas trouvé de sanG », bien sûr.

          • Doume65 24 décembre 2015 13:25

            « stockés pour une durée de 30 ans, délai largement insuffisant pour permettre au césium 137 de perdre la totalité de sa radioactivité, puisque la période (ou demi vie) de cet élément est de 30 ans : la sagesse serait donc d’attendre au moins un siècle avant de libérer toute cette terre contaminée »

            Un siècle me parait tout aussi arbitraire que 30 ans. Au bout d’un siècle, la radioactivité de ces sacs ne sera plus qu’un dixième de celle d’aujourd’hui. En soi, cela ne suffit pas pour dire que ce ne sera pas dangereux.


            • olivier cabanel olivier cabanel 24 décembre 2015 13:36

              @Doume65
              oui, un siècle ne sera pas suffisant, c’est un fait.

              je voulais seulement dire que trente ans était largement insuffisant.
              une autre donnée que je n’ai pas évoqué cette fois çi, c’est la pérennité de ces fameux sacs.
              il semble qu’ils ont une durée de vie assez limitée.
              il faudra donc sous peu les remplacer.
              la seule bonne nouvelle, c’est que ça va créer des emplois... emplois dangereux, mais emplois quand même.
              dans l’émission terre à terre, un des invités évoquait « la viande à rem »
              belle et cruelle expression. 
              merci de ton commentaire.

            • sarcastelle 24 décembre 2015 16:46

              @Doume65


              Remarque juste, mais que Cabanel connaisse la période d’un radio-élément n’implique nullement qu’il sache dire quelle radioactivité reste au bout d’un nombre de périodes donné. Tenez, vous allez voir :
              .
              TEST : 
              Olivier Cabanel !
              En un lieu règne une radioactivité qui fait absorber à un homme un équivalent de dose de 1 mSv à l’heure. Le rayonnement est dû à du cobalt 60. Au bout de combien de temps ne recevra-t-on plus en ce lieu que 10 mSv par an ? 
              Il y a dans Wikipedia tout ce qu’il faut pour répondre !

            • sarcastelle 24 décembre 2015 14:20

              L’IGNORANCE C’EST LA FORCE 


               smiley Venant de vous, Cabanel, celle-là je l’encadre !!!!   smiley

              Il est certain que lorsque vous parlez de nucléaire vous ne devez pas être d’une faiblesse exagérée. 



              • sarcastelle 24 décembre 2015 14:50

                Oilivier Cabanel a écrit : 


                Il faut savoir qu’on estime que 10 000 microsieverts en une seule fois correspondent à une mort certaine dans les semaines qui suivent l’exposition (lien)

                Pas de bol : le lien dit 10 000 millisieverts, pas 10 000 microsieverts. Ce qui fait 10 sieverts, ou 1000 rems, et là je suis d’accord avec le lien. Quant à vous...

                Bourde atterrante !
                Mais cette fois. je vous excuse pour l’obstination peu commune avec laquelle vous aviez un jour nié un jour avoir parlé de millisieverts lorsque vous écriviez mSv, alors qu’il s’agissait en fait dans votre source d’alors de microsieverts. 

                Comment ne pas vous excuser ? Vous démontrez par la récidive que vous ne comprenez pas la différence entre micro et milli. 

                C’est grave ? Bah, pour vous on s’en moque, mais en vous trompant d’un facteur mille vous embourbez avec vous ceux qui ne sont pas au départ plus informés que vous. Pour le coup, vous pouvez dénoncer le culte de l’ignorance. 

                • christophe nicolas christophe nicolas 24 décembre 2015 15:44

                  @sarcastelle


                  Si 10 sleverts en une seule fois tuent son bonhomme alors les 100 sleverts par heure mesurés ne font pas du bien. Avouez tout de même que l’erreur fort justement relevée ne détruit pas complètement le raisonnement. 

                  Fukushima a une chance dans son malheur, c’est le sens de rotation de la terre qui fait que la pollution va vers l’est. Mieux vaut en tirer la leçon puisque la fusion froide offre l’opportunité au lobby nucléaire de se reconvertir en tirant avantage de son expertise s’il ne fait pas sa forte tête.

                • sarcastelle 24 décembre 2015 15:59

                  En effet je ne dis rien sur l’information des 100 Sv/h. Je relève une fois de plus une bourde déjà faite dans le passé, la même, du type Cabanel habituel, qui ne comprend pas ce qu’il lit. Cela n’aurait d’ailleurs fait aucune différence dans ses écrits si les 100 Sv/h avaient été toute autre valeur même moindre. 


                • olivier cabanel olivier cabanel 26 décembre 2015 17:13

                  @sarcastelle
                  merci de votre pugnacité, et d’avoir remarqué cette erreur, corrigée depuis, 

                  le lecteur, comme vous, aura ouvert le lien, ce qui lui aura permis de rectifier.

                • rhea 1481971 24 décembre 2015 16:14

                  Aldous Huxley dans nouvelle de l’auteur préface de le réédition du meilleur des mondes en 1946 qu’avec l’ère nucléaire nous allons être dans des dictatures par omission d’informations.


                  • wawa wawa 24 décembre 2015 16:22

                    ah un article de notre magicien des ordre de grandeur, des patates atomiques et de l thermodynamique réunifiées un 24 decembre et les commentaires associés


                    quel beau cadeau de noel !! miam miam.
                    je vais laisser mijoter pour demain se sera a point pour 1/2 h de rigolade

                    menu de ce soir : huitres de foutushima, l’iode leur donne a ce qu’il parait un gout exquis.

                    • joletaxi 24 décembre 2015 18:26

                      @wawa

                      oui, dans ce monde « déréglé » les articles du Mage , par leur caractère répétitif et tellement attendu, ont un côté rassurant, c’est paradoxal.

                      et chaque fois, il s’arrange pour nous gratifier d’une petite friandise

                      certains penchent pour un dérèglement magnétique du à notre utilisation intensive des réseaux wi fi, lesquels pourraient perturber le déplacement de ces mammifères.

                      fou hein, flipper est connecté , il est sur fessbook.

                      merci oh Mage, sans vous, que nous resterait-il sur vomigorax, envahi par la propagande de Vlad

                      joyeux Noel, à tous,, enfin, .... peut-être pas à tous finalement


                    • raymond 2 25 décembre 2015 00:56

                      @joletaxi
                      Quel blaireau ce joe.


                    • Pyrathome Pyrathome 25 décembre 2015 19:30

                      @raymond 2

                      N’insultez pas les blaireaux !! smiley
                      Il valent bien mieux que cette merde......


                    • Shawford Shawford43 25 décembre 2015 19:41


                      Salut les blaireaux : Noyeux Joël à tou(te)s : smiley smiley smiley


                    • Yanleroc Yanleroc 27 décembre 2015 11:32

                      @raymond 2
                      Blaireau et maso !


                    • julius 1ER 25 décembre 2015 09:07

                      en regardant cette jolie photo bien « clean » de tous ces sacs empilés, je n’ai pu m’empêcher de penser que la photo (ou les photos sont trompeuses) c’est un bel effet c’est alignement digne d’un camp romain..


                      c’est révélateur du décalage qui existe entre la version officielle aseptisée qui dit que tout est sous contrôle et la réalité qui est minimisée .....
                      cet empilage de sacs me fait penser à cette pollution visuelle qui existe autour de Naples(là-bas il s’agit d’ordures ménagères) tout aussi condamnable puisque l’incurie des pouvoirs publics associée au pouvoir de la mafia aboutit à un résultat aussi dramatique cad pollution des nappes phréatiques empoisonnement de l’éco-système par les métaux lourds et divers polluants et finalement re-apparition de maladies qu’on croyait éliminées et pour finir fragilisation de l’être humain ....

                      tu as raison de souligner ce malentendu qui existe et perdure par ce concept « de sauver la planète »
                      alors que c’est l’humain qui est en péril, mais ce péril est aussi en train de broyer la vie animale... c’est un peu comme une réaction en chaîne puisque le sujet est le nucléaire !!!!

                      enfin une bonne nouvelle qui nous vient d’Eifage ou d’un autre fabricant de bitume qui nous promet de couvrir les routes de panneaux solaires d’un type nouveau résistant à tout et qui dans les conditions actuelles du réseau routier produirait l’équivalent de ce que produisent tous nos réacteurs nucléaires ....

                      alors si les bétonneurs commencent à nous dire que le nucléaire est obsolète, acceptons en l’augure !!

                      c’est la meilleure nouvelle de cette fin d’année !!!

                      • olivier cabanel olivier cabanel 25 décembre 2015 09:23

                        @julius 1ER
                        merci de ton commentaire que je partage...

                        au sujet de la planète, au moment ou j’écrivais « la terre s’en fout », paru il y a quelques temps, une musique m’arrivait...c’est en train de devenir une chanson avec un titre tout trouvé.
                        la terre s’en fout
                         smiley

                      • olivier cabanel olivier cabanel 25 décembre 2015 10:16

                        @ tous

                        chacun sait que le plus gros problème que peut rencontrer un réacteur nucléaire, c’est la perte de son refroidissement....arrivé à un certain moment de montée de température, il y a un point de non retour...donc attention aux fuites...surtout pour le réseau primaire.
                        c’est ce qui vient d’arriver en Belgique. ici

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès