Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Gazon maudit ?

Gazon maudit ?

L’Italie s’émeut actuellement d’une malédiction qui frapperait sélectivement des anciens footballeurs pro du calcio. Une histoire proprement incroyable à vous glacer le sang.

Au début du mois de septembre, une émission spéciale diffusée sur la chaîne Sky Sport 24 révèle au grand public le cas de Stefano Borgonovo, un ancien footballeur pro, atteint à 43 ans de la maladie de Charcot, une pathologie rare, à caractère héréditaire, qui s’attaque au système nerveux central en paralysant les muscles. Autrement appelée SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique), cette maladie rapidement mortelle touche habituellement des personnes âgées de plus de 55 ans.

On se dit alors pourquoi pas un footballeur....tout autant qu’un notaire...

Sauf que dans le cas présent, il apparaît que le ratio de footballeurs professionnels de moins de 50 ans, touchés par cette effrayante maladie dans la péninsule, dépasse l’entendement.

L’histoire prend source au début des années 90, à l’heure des premières révélations de dopage entachant la série A du calcio.

La justice est saisie qui nomme le procureur Guariniello pour tenter de faire la lumière sur ces pénibles affaires qui nuisent à la réputation du sport italien.

C’est au terme d’une fastidieuse étude épidémiologique, une plongée au coeur du football professionnel, que l’incroyable chiffre tombe : un footballeur du calcio aurait sept fois plus de chance d’être un jour frappé par la SLA que le quidam de la rue.

La statistique a ceci d’implacable qu’elle recèle parfois des données qui confinent à la blague de mauvais goût : Il est démontré cette fois qu’un milieu de terrain y serait nettement plus exposé qu’un arrière latéral.

A en perdre son latin. Car, à première vue, foin de SLA dans le foot amateur transalpin, pas plus que dans d’autres sports sur gazon, en Italie comme ailleurs.

Le malin aurait donc choisi une cible étonnamment précise : le footballeur milieu de terrain pro, retraité de moins de cinquante ans, ayant joué exclusivement dans un club de série A transalpin. Une quarantaine de victimes en Italie contre un seul cas en Angleterre et deux en France dit-on, assez pour frapper l‘imagination d‘un peuple, grand amateur de foot devant l’éternel.

Ceci étant, en cherchant plus loin, on trouvera quelques cas isolés dans les milieux sportifs, en Amérique du Nord notamment, qui permettent d’établir des corrélations et quelques hypothèses, au demeurant tout aussi recevables que navrantes : combinaison de facteurs déclenchants...

Sont accusés en vrac, l’usage intensif de produits illicites, le gazon traité aux pesticides, l’engrais reverdissant et le surentraînement des joueurs de haut niveau.

On se perd quand même en conjectures, car s’il est établi que la maladie affecte plutôt les sportifs hyperactifs, et notamment ceux qui font usage d’anabolisants, alors pourquoi le calcio devrait-il à lui seul capitaliser la malédiction ?

La piste de la maladie agricole est donc pour l’heure privilégiée, pesticides, gazon maudit, mais les médecins restent encore sceptiques, la recherche étant loin d’être achevée.

Peu à peu, la panique gagne dans le petit monde du football professionnel, et notamment chez nos anciens expatriés et valeureux vainqueurs de France 98.

Les Zidane, Deschamp, déjà sur le grill des enquêteurs transalpins, ont tout lieu de se montrer inquiets, face à ce qu’il est convenu d’appeler une malédiction ciblée.

Nul dépistage n’évitant totalement le danger, il est préférable d’imaginer que pareille menace puisse déboucher sur une profonde remise en question de certaines pratiques et dérives déjà dénoncées dans le foot comme dans le sport de haut niveau.

Que nenni ! Pour l’heure, il semble que nos stars du ballon rond jugent plus opportun de s’en remettre au talent des chercheurs.

C’est ainsi que Canavarro, capitaine vainqueur de la dernière coupe du monde, aurait récemment suggéré de consacrer 1% des recettes du football à cette recherche très très ciblée.

 
Un match de solidarité pour Stefano Borgonovo était organisé le 8 octobre 2008 entre d’anciens joueurs du Milan AC et de la Fiorentina, les deux clubs où évolua le joueur malade. C’est la star italienne Roberto Baggio qui conduit Stephano Borgonovo dans son fauteuil pour le présenter aux équipes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • docdory docdory 28 novembre 2008 10:57

     @ Yohan

    Le même genre de bizarrerie statistique concerne la mortalité des cent derniers chefs d’état décédés : j’avais lu quelque part que 1/25 seraient mort de dysglobulinémie monoclonale maligne ( maladies de Kahler et Waldenström ) , alors que ces maladies ne font mourir qu’une personne sur 250 000 ! ( NB impossible de retrouver l’information )


    • Daniel Roux Daniel R 28 novembre 2008 18:51

      Un autre mystère médical : Il concerne les chefs d’état, de gouvernement et les ministres. Une vaste étude empirique sur leurs faits et gestes corroborés par la compilation de leurs discours publics et privés montrerait que :

      - 99% montrent des tendances MEGALOMANES ET PARANOÏAQUES.

      - 90% souffrent de troubles obsessionnels qui altéreraient leur jugement. Certains se croient même envoutés.

      - 80% pensent qu’ils sont immortels et insensibles aux pesticides.

      - 1% pensent que s’enrichir et enrichir ses amis n’est pas le but de son mandat. smiley


    • roOl roOl 28 novembre 2008 11:32

      Non, sans blague ...

      Les footballeurs dopés, quelle histoire.

      tout se paye... nos habitudes de consommation se repercute directement sur notre corps et ses pathologies.


      • JL JL 28 novembre 2008 11:34

        Qu’en est-il des pelouses synthétiques ? L’Italie en serait-elle plus équipée et depuis plus longtemps que d’autres pays européens ? Ce qui incriminerait ces dernières.

        Au contraire, si elle était moins équipée, ceci incriminerait les pesticides.


        • JL JL 28 novembre 2008 12:25

          Parce que, soyons clair : unmilieu de terrain court beaucoup plus qu’un arrière. De ce fait, il respire beaucoup plus de poussières, lesquelles poussières sont peut-être aussi nocives que l’amiante.


        • Vincent 28 novembre 2008 15:07

          Ne serait-ce pas tout simplement parce que le milieu de terrain , comme vous le dite doit courrir beaucoup plus, qu ’il doit se dopper beaucoup plus.
          Pauvre la Dechamp, dit La Dech, il risque la décheance à court terme.

          Enfin jusque une petite reflexion de sémentique, à l’attention de l’auteur, dans le cas d’une maladie ou autres avatars malancontreux , on ne parle pas de chance mais de risque.


        • Yohan Yohan 28 novembre 2008 15:58

          Oups exact. pire ce n’est même pas un mauvais jeu de mot smiley


        • Fergus fergus 28 novembre 2008 16:38

          Les joueurs pro jouent presque exclusivement sur des gazons naturels ! L’origine est à l’évidence à rechercher dans les pratiques de dopage. 


        • JL JL 28 novembre 2008 17:32

          @ Fergus : mais est-ce qu’ils s’entrainent sur des pelouses naturelles ? Il me semble que la question mérite autre chose qu’un bottage en touche. Qu’en est il des autres spoprts et sportifs sur gazon ? Qui saura répondre ?


        • JL JL 28 novembre 2008 18:05

          Franchement, qui peut croire une seconde que les pelouses naturelles soient en cause ? C’est absurde. Reste le dopage : mais pourquoi les footeux ? Qu’est-ce qui les distingue des atres ? Bien évidemment les pelouses synthétiques, c’est calir. Le nier c’est se réfugier dans l’autisme.


        • Fergus fergus 28 novembre 2008 19:01

          A JL. Oui, la plupart du temps, ils s’entraînent sur des pelouses naturelles. Et pour cause : s’iles effectuaient des tacles sur un terrain synthétique, ils se brûleraient les cuisses, parfois jusqu’au sang. Un problème que j’ai bien connu en tant qu’ancien gardien de but !


        • JL JL 28 novembre 2008 21:04

          @ Fergus : dit autrement, à part les footballeurs, et toutes choses égales par ailleurs, y-a-t-il d’autres sportifs qui soient en contact avec des pelouses synthétiques ?

          Parce que, soyons logiques, la médecine aujourd’hui se base essentiellement sur des statistiques. De deux choses l’une, ou bien cette démarche est justifiée, ou bien l’on se moque du monde. Or, voila un élément de différentiation qui semble être frappé d’omerta. Avouez que ça interpelle.


        • SANDRO FERRETTI SANDRO 28 novembre 2008 11:41

          Mourir sur le tapis vert...
          Bon polar, Yohan.


          • Yohan Yohan 28 novembre 2008 16:04

            @ Sandro Certes, Un polar taillé pour ta fine plume. A quand donc ?


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 28 novembre 2008 12:06

            L’hypocrisie qui règne dans le football professionel au sujet du dopage est encore plus grande que les bénéfices faramineux que ce "sport" génère. Il faut quand même savoir qu’il n’y a pas eu le moindre contrôle anti-dopage lors des 2 dernières coupes du monde alors que pour le cyclisme on fouille jusqu’aux poubelles des coureurs et les contrôles y sont systématiques.

            Donc le foot-pro = magouilles, tricheries, achats de match, utilisation des jeunes sportifs comme des citrons que l’on jette aux ordures s’ils ne tiennent pas leurs promesses, donc quasi esclavagisme comment peut-on appeler ça un sport ?

            Et comme la plupart des amateurs de foot télé sont alcooliques et ont des QI de mouche, il ne se posent bien sûr aucune question, s’il n’avaient pas leurs 2 ou 3 matchs par semaine à la semaine ils péteraient les plombs et se mettraient à tirer sur tout le monde avec leur fusils de chasse... 


            • LE CHAT LE CHAT 28 novembre 2008 12:07

              autre mystère , le nombre de mouettes et de pigeons tombés aux champs d’honneur à chaque match de l’équipe de France ! pourquoi Afflelou ne donne plus de paires de lunettes à nos attaquants ??? smiley


              • grangeoisi 28 novembre 2008 12:57

                Encore un coup des Verts !


                • ZEN ZEN 28 novembre 2008 13:56

                  @ Le Furtif

                  No Sport ? comme Churchill.
                  .Il a vécu vieux, tu as tes chances !


                • Gül, le Retour II 28 novembre 2008 13:36

                  Bonjour Yohan smiley

                  Loin d’être passionnée par le sport en général, j’ai pourtant lu cet article avec intérêt ! Drôle d’histoire...

                  Bien à toi.


                  • Johan Livernette Johan Livernette 28 novembre 2008 14:53

                    Exact, intéressant billet à la recherche de la vérité.
                    Derrière cette réflexion, il y a deux polémiques qui méritent débat et qu’on s’y penche d’un peu plus près : le dopage généralisé (ou non) dans le sport de haut niveau et les séquelles se répercutant ultérieurement sur les sportifs dopés. Deux sujets importants allant au-delà du culte de la victoire imposé par l’idéologie dominante.


                  • Yohan Yohan 28 novembre 2008 16:13

                    PS : merci à la rédaction d’AVox pour l’ajout de la video


                    • brieli67 28 novembre 2008 20:38

                      http://psy.psychiatryonline.org/cgi/content/full/46/1/91

                      Dans cet article M le Furtif vous vous retrouverez en terres connues.
                      SSRI voilà le sigle et non acronyme qu’il faut suivre pour trouver l’étiologie probable du SLA du sportif.

                      NB L’hécatombe des cyclistes pro autour de la cinquantaine cf Anquetil un mélange savant pour donner plus de coeur à l’ouvrage
                      mélange d’alcaloides digitaline de la digitale pourpre, de la sparteine du genêt-à-balais et de la strychnine du Semen ignatii in deutsch Sankt Ignaz-bohne in brittish Ignatius- bean bref la graine de la noix vomique.

                      Que de Jésuites, ils sont partout.....

                      Doctory d’Avox pourra nous confirmer - surtout dans sa région une Maladie Professionnelle récemment reconnue et indemnisée chez le viticulteur-vigneron.
                      Cancer primitif du cerveau chez le traiteur en sauces et diverses brumatisations de produits phytosanitaires dans l’élevage intensif de ceps de vigne.
                      Soit les produits antifongiques systémiques soit plus probablement les insecticides et les acaricides...
                      aussi présents dans vos bombes familiales et vos bombes de jardins.

                      Certains de ces produits sont utilisés à minima pour donner aux raisins des arômes ou du bouquet.
                      Les AOC ne sont pas épargnés loin de là.

                      Les cloportes, les ceux qui volent et les ceux qui rampent sur les terrains de foot chais-pas, crois-pas.




                    • furio furio 28 novembre 2008 19:31

                      On a eu droit à un reportage sur France 2 sur ces cas de SLA. Il y avait sur le plateau un footballeur français, genre mal à l’aise sur le sujet mais qui a évacué le sujet en disant "nous on est pas concernés" !! Eh ben tiens. Quand les autorités vont elles enfin se pencher sur le fléau du dopage ? Quand ? Rendez vous compte, ceux qui réussissent sont tous dopés ! Alors que le jeune de trés bon niveau qui refuse les saletés restera un petit amateur.
                      Vous allez voir que si une maladie terrible s’abat sur les footeux et autres drogués, ils vont venir réclamer à la société des dommages et intérêts !! ils en sont bien capables, les escrocs ! J’ai plussé. A+


                      • maxim maxim 28 novembre 2008 19:38

                        moi il y des gazons que j’aime bien fréquenter et même humer ,mais c’est pas sur un terrain de foot ...

                        ce pendant ,il faut être sélectif ,on peut y attraper des maladies également !


                        • Yohan Yohan 28 novembre 2008 19:45

                          Maxim
                          Es-tu sûr que ce gazon là n’est pas traité lui aussi au déherbant ? smiley


                        • Yohan Yohan 28 novembre 2008 19:42

                          Quand je regarde cette video, je lis la peur tout autant que la peine sur les visages des joueurs. 

                          Il est clair qu’au fil des années on est monté de plusieurs crans dans l’exigence physique. Le coeur est extrêmement sollicité et il y a d’ailleurs encore pas mal de décès sur les terrains chaque semaine. Le surentraînement va de pair avec la prise de substance plus ou moins licites pour rester au top. Face aux montants extravagants des salaires, des enjeux financiers, les joueurs sont forcément soumis car la carrière est courte, voire très courte . Le but est d’en prendre le plus possible avant d’être mis sur la touche Et là, je suis persuadé que les joueurs préfèrent occulter le fait de jouer autant avec le ballon qu’avec la santé.


                          • italiasempre 28 novembre 2008 21:07

                            Bonsoir Yohan smiley

                            Quand je regarde cette video, je lis la peur tout autant que la peine sur les visages des joueurs.

                            Ce fut la nuit des larmes et des etoiles et c’est en passe de devenir un drame national.


                            • brieli67 28 novembre 2008 23:42

                              c’est ou Sevéso ? en Lombardie
                              http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Seveso


                              Maintenant on sait où sont passé les fûts de dioxine dite de Séveso 2,3,7,8- TCDD
                              pour ratiboiser ça ratiboise l’Agent Orange.


                            • Yohan Yohan 29 novembre 2008 01:27

                              Bonsoir Italia, gül
                              le sujet n’est pas gai, mais l’affaire mérite qu’on s’y attarde.


                            • Yohan Yohan 29 novembre 2008 01:31

                              bonsoir Gül et Italia
                              le sujet est loin d’être gai mais il mérite qu’on s’y attarde


                            • dom y loulou dom 28 novembre 2008 23:31

                              je ne prétends pas savoir ce qui atteint ces messieurs, mais je me méfierais autant de ce genre de nouvelles complètement mystifiantes.

                              une piste peut-être... en tout cas à surveiller de près chez nous... on ne peut que vous recommander de filtrer l’eau que vous buvez, celles en bouteilles aussi. Fluoride et aspartame font de sacrés dégats.

                              http://fr.youtube.com/watch?v=RaI5xbN9Yuc&feature=related


                              • iomej 29 novembre 2008 09:03

                                S’il s’agissait de dopage généralisé, et seulement de ça, l’un ou l’autre des joueurs aurait déjà vendu la mêche. Sans doute une combinaison de facteurs.


                                • alberto alberto 29 novembre 2008 11:40

                                  Le foot a pris une autre tournure principalement en Italie dans les années 75/80 : les joueurs couraient à la même vitesse (et très vite) pendant 90 minutes, sans fatigue apparente, certains regards un peu "allumés", de l’agressivité à tout instant...Ces joueurs qui avaient 25/30 ans à l’époque, en ont 55/60 aujourd’hui.
                                  Des rumeurs ont depuis circulé, certains joueurs ont fait des confidences, vite démenties, mais je me souviens d’un gars qui déclarait :"ont avait une piqûre avant chaque match, mais je ne sais pas ce qu’il y avait dedans !"
                                  Bref, tout ça pour dire que si aujourd’hui beaucoup parmi ces garçons se retrouvent avec des problèmes de santé, je ne comprends pas que cela puisse étonner quiconque !
                                  Le seul regret est que l’omerta continue de fonctionner, et que de ce fait, aucune étude sérieuse sur les effets à termes des produits stimulants/dopants ne soit entreprise.
                                  Aujourd’hui, les niveaux de performances se sont à peu près égalisés, pour ce qui est du haut niveau de foot, que ce soit en Italie, Allemagne, Espagne...
                                  Que penser ? Les produits dopants d’aujourd’hui sont-ils mieux dosés qu’hier ? Des progrès ont-ils été réalisés pour atténuer les effets nuisibles à termes ?
                                  Ce que l’on peut constater, c’est que les quelques sportifs dont le dopage a été avéré, en athlétisme notament, ne vieillissent pas si sereinement !
                                  Merci, Yohan, pour cet article sur un sujet un peu tabou parmi la gente journalistique officielle, mais j’espère qu’on aura l’occasion d’en débattre sur AV.
                                  Bien à vous tous.


                                  • stephanemot stephanemot 30 novembre 2008 10:11

                                    cyclistes asthmatiques, footeux charcotiques, sprinters connaissant de surprenants acces de croissance...

                                    a la vitesse a laquelle l’homo sporticus evolue, les sauteurs en hauteur auront des ailes au siecle prochain et les footballeurs 2 paires de jambes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès