Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Génériques, contrefaçon et chômage dans la pharmacie

Génériques, contrefaçon et chômage dans la pharmacie

La combinaison de la chasse au gaspi de nos caisses d’assurances maladie et de la fin des brevets des médicaments les plus demandés de l’industrie pharmaceutique mondiale va se traduire peu à peu par la destruction de milliers d’emplois dans ce secteur. Alors que les effectifs dans cette industrie en France n’ont pas arrêté de monter depuis 1995 à 2 % par an. Cela se fera au profit des fabricants de médicaments génériques qui sont malheureusement Indiens ou Israéliens.

Un étude récente à la demande du syndicat de l’industrie pharmaceutique montre qu’en fonction du scénario plus ou moins optimiste, on perd entre 8 et 28 % des emplois soit entre 10 000 et 22 000 emplois !Canalblog058 Encore faudra-t-il se battre pour maintenir les 105 000 emplois du scénario le plus optimiste.

Car la France est le numéro un européen de la production de médicaments avec pas moins de 220 usines sur notre territoire. L’expérience des arrivées récentes de génériques sur le marché montre qu’avec l’aide des recommandations de la Sécurité sociale et des pharmaciens, la substitution du médicament classique par le générique est beaucoup plus rapide que prévue. Ce sont respectivement 8 000 emplois dans la production, 7 000 en recherche et développement et 6 000 chez les visiteurs médicaux qui disparaîtront !

J’avais eu l’occasion dans différents messages de vous faire part de mon inquiétude à l’annonce de la décision de la Sécurité sociale de pousser les génériques à fond parce que je savais que diminution de ventes et de bénéfices se termine toujours par restructuration et perte d’emplois. Nous approchons de la matérialisation de ces craintes. Les Indiens et Israéliens s’en frottent déjà les mains.

Autre menace sur l’industrie pharmaceutique et sur la santé publique, la montée des contrefaçons encore favorisées par la commercialisation sans contrôle des médicaments sur internet. Savez-vous que les premiers exportateurs vers l’Europe de médicaments contrefaits sont l’Inde - c’était attendu -, et... la Suisse ! 40 % des médicaments saisis par les douanes aux frontières extérieures de l’Union européenne proviennent de ce pays, suivie de 35 % de produits indiens et de 5 % des Emirats arabes unis. Les saisies à l’entrée du territoire européen ont par contre tendance à diminuer pour être compensées et au-delà par les ventes sur internet et les envois de petits colis par La Poste ou les messageries rapides. Autant dire que le contrôle des flux de courrier est inexistant !

Des perspectives inquiétantes donc pour notre industrie.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 3 juin 2008 11:43

    Tiens, un lobbyiste de Pfizer ?...


    • foufouille foufouille 3 juin 2008 12:02

      la pharmacie est une profession liberale les labos aussi.........bien fait pour leur tronche

      dommage que les prix ne baissent pas


      • cpt.kirk cpt.kirk 3 juin 2008 12:03

        Honnêtement l’industrie pharmaceutique se goinfre sur les compte de sécu depuis trop longtemps.
        Et ces respectables commerçants qui refusent toute réforme toute remise en cause de leur privilèges et de leurs status tandis que nous malade n’avons aucun choix et devons nous soumettre à leur prix (je parle bien sur de médicament sans ordonnance).
        Habitant à la campagne mais travaillant en ville je peux vous assurer que le pharmacien de mon petit bled ne se gène pas pour abuser de son monopole.
        Moi les branche d’activités qui refusent depuis toujours toutes formes de remise en cause désolé mais leur problème ne me touchent vraiment pas.
        Et puis ce statuts de commerçant dont la plus grosse partie des revenus vient de l’états ça me gène, pas vous ?


        • ZEN ZEN 3 juin 2008 12:19

          On trouvera ici un site de pharmaciens et médecins , qui ont une autre approche que l’auteur...(qui, entre parenthèses, ne répond jamais aux posts...)

          A consommer sans modération :

          http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/


          • JL JL 5 juin 2008 08:33

            Merci Zen pour ces liens. Cependant j’aimerais faire une remarque concernant les effets secondaires : il est dit dans les reportages que les effets secondaires sont minimisés.

            Pour se prémunir contre des procès éventuels, il est plus simple d’imiter l’industrie du tabac qui a carrément écrit sur les emballages "Fumer tue". L’on dit souvent que tout ce qui est excessif est insignifiant, c’est pourquoi sur de nombreuses notices, les effets secondaires sont une longue, longue liste à la Prévert.


          • Deneb Deneb 3 juin 2008 14:04

            L’industrie pharmaceutique empêche les gens de pays pauvres à accéder aux soins, en interdisant aux industries locales de produire certains medicaments, parce que, disent-ils, la recherche coûte chér. Ce qu’ils oublient de dire c’est qu’ils utilisent ces mêmes populations comme cobayes pour tester les nouvelles mollecules.


            • La Taverne des Poètes 3 juin 2008 14:11

              Envoyez le générique !

              Le scénario serait bolliwoodien...

              La faute à Pharma Copé ?

               


              • JL JL 3 juin 2008 16:03

                çadérange est-il en train de nous dire qu’il faut des malades pour faire vivre les pharmaciens et non pas des pharmaciens pour soigner des malades ?

                Si l’industrie pharmaceutique perd des emplois en France, elle ne fera que subir le même sort que de nombreuses autres industries, non ?

                Pour les ventes sur internet : le plus étonnant est ce site tombezmaladeaujourdhui.com avec un "z" ! On lit sur la page d’accueil : "demain il sera peut-être trop tard" !

                 


                • Trashon Trashon 3 juin 2008 17:17

                  Vous touchez le point sensible de l’industrie pharmaceutique : peut-elle se permettre de nous garder en bonne santée au rique de se saborder ou doit-elle nous nous rendre malade afin de réaliser des profits ?


                • Lisa SION 2 Lisa SION 3 juin 2008 16:33

                  La vache, alors là c’est grave !

                  Y vont se rabattre sur le tiers monde et se venger...ça va faire mal !

                  Ce qui les sauve, c’est qu’ils vendent certaines mlécules 1000.000 le kilo. Qui dit mieux !


                  • melanie 3 juin 2008 19:27

                    Plusieurs choses

                     

                    Oui, la stratégie du tout profit des laboratoires en tant qu’Industrie et lobby hyperpuissant qui gave médecins et arrose les élus pour obtenir des prix sur les molécules faussement novatrices est à vomir,

                    oui ,le budget alloué à la recherche est moitié celle allouée à la promotion des médicamment auprès des médecins,

                     

                    oui, les grands majors sont éccoeurants dans leur recherche obsessionnelle du tout profit et uniquement sur les secteurs hautements solvables occidentaux - pas de fond pour la recherche sur un médicament pouvant soigner " la maladie du sommeil" qui tue des milliers d’enfants africains...ils ne sont pas solvables , mais sur le e Viagra si...-,

                    oui , l’Industrie Pharmaceutique est à gerber à considérer que l’Afrique est une poubelle destinée à voir écouler leurs stocks pérmés - je l’ai vu aux Commores où des médicament à base de sang de boeuf étaient encore commercialisés contre l’anémie après leur interdiction suite à la crise de la vache folle- ,

                    oui, c’est misérable de faire tester à leur insu des mollécules à des populations africaines non informées..

                    ...LA LISTE EST SANS FIN des TURPITUDES DE l’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE..

                    MAIS :

                    Je sais, en tant qu’ex déléguée médicale, que la variable d’ajustement de la perte éventuelle de profits , je dis bien éventuelle car dès qu’un médicament est déremboursé et en vente libre , le prix flambe et le laboratoire - qui veut encore et toujours faire plus de marges augmente son prix de vente au pharmacien de 40 %...- est les emplois....

                    Faire plus d’argent en licenciant et en appelant de ses voeux une mise en vente libre de produits déremboursés tout en virant les milliers de délégués médicaux - qu’on continue à former dans les Fac de pharma et les écoles Sup de Co...puisque la formation génère ses propres profits - qui se retrouvent sur le carreaux pour ne parler que d’eux ..

                    Ca Dérange a raison dans le sens où, oui, les génériques - commercialisés avec backchich auprès des pharmaciens - sont un facteur massif de chômage dans le secteur de l’Industrie Pharmaceutique.

                    L’Industrie, elle , en tant que poids lourd s’en tire puisque les chiffres de la médication familliale liée à la promotion par le gouvernement de l’automédication, sont florissants...

                    Ce qui l’est moins , ce sont les milliers d’emploi perdus : Pour ne parler que des délégués médicaux - qui certes poussaient un peu, beaucoup à la prescription -, 5000 sont destinées à se retrouver chômeurs chaque année .....Je suis très mal payée - en allocations misérables - pour savoir qu’un ancien visiteur médical se " vend " très mal sur le marché du "commercial pur" puisque c’était un métier d’information et non de vente.

                    Après tout le sujet n’était pas :"C’est bien fait pour la gueule de l’Industrie Pharmaceutique" ..Elle s’en fout, elle a toujours rebondi et c’est la seule a avoir toujours progressé depuis toutes les crises et ralentissements économiques... Le sujet était la perte d’emploi et là Ca Dérange a vu juste...

                    Pour la recherche, elle est en majorité au point mort dans la découverte de nouvelles molécules - sauf en cancérologie- et de nombreux scandales sanitaires n’arrangent rien : Retrait du Vioxx, anti-inflammatoire, de l’Accomplia contre l’obésité.

                    A Montpellier centre de recherche de Sanofi Adventis, ils licencient des chercheurs...ça craint. Mais les génériques, pour le coup n’y sont pour rien.


                    • Dolores 3 juin 2008 20:11

                      Quand un brevet vient à expiration que se passe-t-il pour l’industrie pharmaceutique ?

                      RIEN et pourquoi ?

                      Parce que l’industrie pharmaceutique est prévoyante :

                      Avant même l’expiration du brevet elle "concocte" un "nouveau médicament" avec la même molécule que le précédent mais en changeant un ou deux excipients.

                      Ce médicament ancien "relooké" devient un "nouveau médicament" qui sera revendu au prix fort alors qu’il n’ a nécessité aucune recherche. Y’a bon bénéfices !

                      La question que je me pose, moi, est de savoir pourquoi les pouvoir publics acceptent ce tour de passe-passe si ce n’est de favoriser cette industrie au détriment de la SS.


                      • melanie 3 juin 2008 20:54

                        @ Dolores

                         

                        Pour la prévoyance de l’Industrie Pharma, c’est bien sûr exact.

                        Pourquoi l’état accepte ces magouilles au détriment de la sécu ???

                        L’industrie pharmaceutiques est un lobby hyper puissant qui lie médecins - conseil de l’ordre "arrosé" depuis toujours - et formés par les labos pour la pharmacologie , pharmaciens - conseil de l’ordre des pharmaciens hyper influent - et industrie pharmaceutique qui paie ses implantations sur le territoire nationnal et a joué longtemps le chantage à l’emploi - un comble -.

                        Pourquoi l’état fléchit-il systématiquement - surtout gouvernement de droite - devant les pressions systématiques des syndicats de spécialistes pour obtenir des augmentations ???

                        Ils paient des charges importantes à l’état qui sait être reconnaissant et plier devant les grèves "utiles" - à savoir qui minent le fonctionnement du pays -.

                        Mais ça bouge un peu : Les labos qui étaient exclusivement fabriquants de phlébotoniques - tous déremboursés- et qui n’avaient pas de solution de rechange se sont pliés aux volontés d’économies de l’état et ont perdus beaucoup, car ces produits sont progressivement un peu moins achetés.


                      • Marc Bruxman 3 juin 2008 20:31

                        Quel bel article de propagande !

                        Tu pleures parce que tu n’as plus droit à tes brevets ? Ben tant pis. Tu y as eu droit pendant 20 ans, il fallait investir à ce moment la dans de nouveaux médocs.

                        La sécurité sociale ne peut pas toujours servir à subventionner des sociétés peu efficaces.

                        Et si il vous reste de la thune, ben faites produire des génériques en Chine, importez les ici et utilisez le profit généré pour faire de la R&D sortir des nouveaux médocs et poser de nouveaux brevets.

                        Aujourd’hui la valeur ajoutée d’une boite c’est sa R&D pas sa capacité à produire. Si vous n’en êtes pas capables, game over !


                        • Piotrek Piotrek 4 juin 2008 11:06

                          Il est certain que les industries pharma se gavent, l’apparition des generiques en est une consequence directe.

                          Cependant penser qu’un generique est une copie conforme d’un medicament est naif. Posez la question a un medecin (ou une infirmiere anesthesiste comme je l’ai fait) Vous allez etre surpris, voire meme choques.

                          Les generiques sont souvent des bricolages pour reduire les couts a tout prix. Et penser que les producteurs de generiques sont les Zorros de l’histoire releve de la meme naivete.

                          L’industrie des generique, c’est l’industrie pharma, c’est notre sante contre de l’argent... mais en plus cheap


                          • JL JL 5 juin 2008 08:29

                            Il est dit par certains : ""Les generiques sont souvent des bricolages pour reduire les couts a tout prix.""

                            La réduction des coûts sur les génériques se fait essentiellement sur les droits de propiété industrielle. Si vous voulez être crédibles, faites donc une comparaison de coûts, dites combien ces coûts représentent dans le prix final, et par rapport à la différence constatée entre les génériques et les autres

                             


                            • appoline appoline 9 juin 2008 19:56

                              Vu que les labos se sont fait un fric fou et ce depuis des lustres, je ne vais pas pleurer sur ces marchands de misère. De toutes façons, dites-vous bien que dans nos pays riches, nous sommes même un peu trop nantis et quand le système va se casser la figure (c’est juste une question de mois), se sont les moins nantis qui arriveront à s’en tirer. On finira tous au même endroit, alors ne vous en faites pas.


                              • Dolores 16 juin 2008 16:16

                                 

                                Vous aurez remarqué que ces "bons laboratoires" ne font de la recherche que si il y a un nombre important de malades qui sont suceptibles de les acheter dans la durée.

                                Souvenez-vous que les laboratoires n’ont pas vocation à soigner mais uniquement à faire du fric : rappelez-vous les dépôts de plaintes contre l’Afrique du sud qui avait copié des médicaments contre le sida. 

                                Leur devise d’alors était plutôt : qu’ils paient d’abord et s’ils n’ont pas l’argent, qu’ils crèvent ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès