Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Grenelle 2 et pesticides

Grenelle 2 et pesticides

En effet, alors que le Grenelle 2008 demande la réduction de 50 % de l’utilisation des pesticides dans l’agriculture d’ici 2018, un article du Grenelle II a choqué beaucoup d’écologistes car il ne peut que freiner cette évolution. Cet article précise que la restriction ou le retrait d’un pesticide sera désormais soumis à "une évaluation des effets socio-économiques".

François Veillerette, porte-parole du MDGRF, le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures, s’insurge :

"Cette mesure est contraire à la réglementation européenne ! L’évaluation des pesticides repose sur deux piliers : l’innocuité et l’efficacité ; il n’a jamais été question d’y ajouter un pilier économique !"

Pourtant, alors que la présence de résidus de pesticides dans les fruits et légumes européens est passée de 40% en 2000 à 50% en 2008 et que la France reste le premier consommateur européen de pesticides, des pays comme le Danemark ou la Hollande ont bien diminué la leur. Mais, en France, le milieu agricole fait de la résistance.

Sur le site de la FNSEA, aucune déclaration pour ou contre la réduction des pesticides mais dans une lettre ouverte à Chantal Jouanno et Jean-Louis Borloo, le syndicat écrit :

"Il est encore plus contradictoire d’imposer aux agriculteurs des mesures dites environnementales et sanitaires pour les bienfaits de tous et de continuer à aligner le prix des denrées alimentaires sur un cours mondial où le Grenelle n’a pas droit de cité..."

www.pleinchamp.com/article/detail.aspx

Autre syndicat : la Confédération Paysanne. Là, le ton est différent et le sujet est clairement abordé sur le site internet :

"La Confédération Paysanne revendique une redéfinition de la politique agricole vers un développement durable qui favorise des pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme et qui passe par la réduction de l’utilisation des pesticides."

www.confederationpaysanne.fr/pesticides_91.php

Au fait, pourquoi la majorité des agriculteurs français continuent-ils de suivre la FNSEA alors que la situation de l’agriculture française n’a cessé de se dégrader ces dernières années ? Je ne dis pas que la FNSEA en porte la responsabilité mais, quand un syndicat ne réussit pas à apporter des solutions à une crise, on peut peut-être en essayer un autre...

Pour finir, autre article adopté au Grenelle II et qui n’est pas passé inaperçu : la publicité pour les pesticides à l’usage des jardiniers amateurs sera autorisée, ce qui n’est pas l’idéal pour inciter les gens à y renoncer au profit d’autres techniques à découvrir (paillage des sols, utilisation de produits naturels...). L’industrie phytosanitaire a encore de beaux jours devant elle. Mais j’ai entendu dire que, pour le bien du pays, il fallait relancer la consommation et la croissance...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • BisonHeureux BisonHeureux 14 mai 2010 13:16

    France 2009,3600 exploitations agricoles se sont converties à l’agriculture biologique,soit autant que les sept années précédentes !Bonne nouvelle,non ??
    Le meilleur moyen de lutter contre l’utilisation de ces poisons est de consommer biologique ou c’est encore mieux bio-dynamique !


    • Krokodilo Krokodilo 14 mai 2010 17:12

      Pestivcies, pyralène, nitrates, nous sommes la honte de l’Europe de l’ouest en matière d’environnement. Bien sûr, certains pays sont pires, certaines villes balancent toutes leurs eaux usées dans la Méditerranée, mais quand on se la pète comme meneurs de l’UE, il faudrait peut-être faire mieux...


      • Daniel Roux Daniel Roux 14 mai 2010 18:54

        L’étude économique du retrait ou du maintien d’un pesticide est logique dans un pays ou les profits de la classe dominante passent avant la vie humaine.

        J’écris une vie humaine parce qu’il est avéré que les pesticides, herbicides, insecticides, fongicides, tuent les gens qui les emploient et ceux qui les mangent, par le cancer ou d’autres maladies aussi dangereuses.

        Pour Sarkozy, Borloo, et la FNSEA la comparaison est valable : Combien vaut une vie humaine ? Combien rapporte un pesticide.

        Si une vie humaine vaut moins que le profit alors le profit l’emporte et l’on peut déverser les pesticides dans la nature.

        Sarkozy n’a t-il pas dit : "La protection de l’environnement : ça va comme ça !«  Sous entendu » Entre la santé des Français et le profit des les riches actionnaires rentiers, je choisis.. les rentiers.« 

        Évidemment, le prix d’une vie est différent s’il s’agit d’un très vieux, d’un chômeur, d’un grand patron ou d’un président de la République. Cela va de »Pas grand chose" selon Alain Minc à exorbitant.


        • TerreMerAir TerreMerAir 14 mai 2010 19:48

          Grenelle bidon sous l’influence des industriels de la chimie et de la FNSEA. Quand on éradiquera ces ordures et les sénateurs et députés bien corrompus on arrivera peut être à parler réellement d’environnement dans ce pays infesté de conflits d’iontérêts !


          • Pierrot Pierrot 17 mai 2010 19:39

            Le problème est que les aliments bio en France proviennent de l’étranger, surtout d’Italie, car les surfaces cultivées en France sont trop faibles pour le marché.
            Les produits livrés par les AMAP ne sont pas souvent adaptés et parfois de médiocre qualité.

            En fait, heureusement beaucoup d’agriculteurs font des cultures sans pesticides mais ne possèdent par l’estampile BIO.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès