Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Grippe A : un bilan plutôt complaisant de la gestion de la pandémie

Grippe A : un bilan plutôt complaisant de la gestion de la pandémie

Un rapport parlementaire tire les leçons de la gestion de la crise en évitant soigneusement les questions qui fâchent et en continuant de diaboliser les contestataires. Les conditions pour rétablir la confiance des Français dans la politique vaccinale ne sont donc toujours pas réunies aujourd’hui.

Dans son rapport sur la gestion de la campagne de vaccination contre la grippe A rendu public cette semaine, la commission d´enquête parlementaire présidée par Jean-Christophe Lagarde révèle que la couverture vaccinale s’est élevée à 5,36 millions de personnes au 1er juin 2010, soit moins de 8,5 % de la population totale. Par ailleurs, la campagne de vaccination « a occasionné une perte de plus de trois millions de doses de vaccins, une quantité qui représente plus de la moitié du nombre de personnes vaccinées ».

Globalement, le rapport fait le bilan de l’organisation de la campagne de vaccination, en la qualifiant de « trop rigide » et en regrettant qu’elle ait reposé « essentiellement sur des centres de vaccination dont le principe même était contesté ».

Pour le reste, « l’appareil d’État s’est globalement remarquablement mobilisé » et les pouvoirs publics ont fait « une application responsable du principe de précaution qui les a conduits à décider d’une vaccination massive de la population et à négocier des contrats de commande de vaccins dans des conditions délicate  ».

Bref, un satisfecit sans vergogne qui permet de prédire bien des difficultés aux pouvoirs publics pour rétablir la confiance des Français dans leur gestion de la prochaine pandémie.

Un seul bémol à ces compliments, la communication institutionnelle a été trop classique, inadaptée aux mentalités d’aujourd’hui. Trop confiante, elle n´a pas su prendre la mesure des réactions du public, et tout particulièrement des expressions sur Internet : « Les folles rumeurs sur internet, les attaques violentes du lobby anti-vaccin ou encore les annonces spectaculaires de pseudo-experts en quête de gloire médiatique auront sans doute laissé des traces. Le sensationnalisme a prévalu sur les faits documentés ; la parole officielle a été décrédibilisée par des acteurs sur les motivations desquels on s’interroge encore ».

Lobbys anti-vaccinaux

Le web est une nouvelle fois présenté comme un vilain petit canard, un repaire pour de dangereux contestataires : « La question se pose de la motivation des divers intervenants sur internet. Certains avaient pour objet de contester le recours à une campagne de vaccination collective – ce qui était légitime car il s’agissait de discuter d’orientations stratégiques ; en revanche, d’autres se sont appuyés sur ce nouvel outil de communication, très efficace, pour faire valoir des opinions tout à fait contestables. On doit ainsi citer les lobbys anti-vaccinaux qui contestent le principe même du recours à la vaccination et qui ont pris une certaine ampleur depuis la campagne de vaccination contre l’hépatite B. Leur stratégie consiste généralement à nier l’efficacité et la sûreté des vaccins dont les risques d’effets secondaires seraient sous-évalués. Ils se fondent en général non sur de la documentation scientifique mais sur des témoignages, ce qui frappe bien évidemment les esprits ; ou bien ils procèdent par extrapolations hasardeuses, raccourcis et citations tronquées de travaux et d’études pour parer leurs arguments d’une aura scientifique. Ils ont, avant même la disponibilité des vaccins, puis lors de la campagne de vaccination, fait amplement valoir leurs positions qui constituent une régression scientifique et médicale non seulement scandaleuse mais dangereuse.  »

Or, en parlant de "lobby anti-vaccinal", le rapport déforme les faits. La plupart des associations visées ne sont pas forcément CONTRE les vaccins mais POUR la liberté vaccinale. Elles sont amplement constituées de membres de la profession médicale. Leurs arguments sont étayés par de nombreuses références scientifiques incontestées, etc. Certes, ces associations choisissent sans doute de mettre en avant les données qui vont dans le sens de leur vision. Mais ni plus ni moins que ne le fait la communication/propagande officielle...

En présentant les contestataires comme de mauvaise foi, en refusant un débat public avec eux, les rapporteurs perdent donc de la crédibilité aux yeux des citoyens.

Vers des états-généraux de la vaccination ?

A ce « brouillard médiatique » qu´ils dénoncent, les parlementaires auraient préféré un « débat d’experts dans une instance exclusivement composée de scientifiques – par exemple autour de l’Académie nationale de médecine, référence « parlante » pour beaucoup de Français –, au cours d’une grande conférence médiatisée qui aurait permis de délivrer un message traduisant le consensus scientifique sur les incertitudes, le risque lié à la pandémie et la vaccination ».

Or, aujourd’hui, réserver le débat sur les questions sanitaires aux seuls scientifiques serait le meilleur moyen de démobiliser les populations et d’augmenter encore leur méfiance envers les politiques institutionnelles.

Mais peut-être arriverons-nous un jour à de meilleures constructions collectives ? Les rapporteurs écrivent qu’il serait « sans doute opportun d’organiser, comme cela a été le cas pour la bioéthique, des états généraux sur les enjeux de la vaccination en général qui permettraient à un panel de citoyens représentatifs de la population, préalablement formés à la question, de mener un débat éclairé par les scientifiques sur la politique vaccinale en France. »

Le rôle des firmes pharmaceutiques

Autre faiblesse de ce rapport, toute la lumière n’a pas été faite sur la campagne de vaccination : « On ne trouvera pas dans le présent rapport, préviennent les députés, d’analyses approfondies sur le rôle de l’Organisation Mondiale de la Santé et notamment de ses experts, la façon d’être ou de trouver plus expert que les experts, la question des liens d’intérêts susceptibles d’exister entre experts et laboratoires, les plans de continuité d’activité, l’efficacité et les modalités d’utilisation des antiviraux ou la pertinence des procédures d’autorisation de mise sur le marché retenues pour les vaccins pandémiques. Ces questions sont importantes mais il n’appartenait pas à votre rapporteur de les traiter, le seul sujet de l’organisation de la campagne de vaccination étant au demeurant suffisamment complexe pour éviter toute dispersion ».

Peut-être en saura-t-on quand même un peu plus avec les conclusions que la commission d’enquête du Sénat sur le rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion par le gouvernement de la grippe A devrait rendre le 28 juillet ?
 
>> Article paru une première fois sur Ouvertures.

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 15 juillet 2010 13:12

    Aussi décrédibilisés qu’ils soient, les scientifiques défenseurs de cette tentative de vaccination générale, « continuent de bouger » et de défendre leur gagne-pain. Toute honte bue.
    D’abord, le dernier « rapport » est largement orienté vers la réalisation de la campagne de vaccination, ses manquements et ratages ... pour faire oublier que celle ci ne se justifiait pas.
    Si l’efficacité et surtout l’innocuité des vaccins est toujours « sujette à discussion », cette grippette ne saurait justifier cette panique sanitaire.

    Seuls gagnants, in fine, l’industrie pharmaceutique et ses manières de prédateurs.


    • gommette 15 juillet 2010 13:47

      Voir cette vidéo de la co-fondatrice (avec le juge Halphen) d’ANTICOR, notamment le passage sur Bachelot.


      • paul 15 juillet 2010 14:15

        Bilan de pandémie annoncée : entre 1 et 1,5 Mds d’euros , contre 700 millions prévus par Bachelot
        (cour des comptes).
        La commission Santé du conseil de l’Europe a fait état « d’un grave manque de transparence dans
        les prises de décisions liées à la pandémie, qui soulève des préoccupations concernant l’influence
        de l’industrie pharmaceutique ».

        Comme l’indique SJBM, association de jeunes biologistes médicaux, ce bilan de la gestion si peu
        médiatisé, aurait pu être l’occasion d’assainir les relations structurelles entre l’état français ,
        les laboratoires pharmaceutiques ( +5% pour Sanofi-Aventis), et l’OMS .
        Et éviter d’agir dans l’urgence et sous influences .


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 15 juillet 2010 15:32

          Ben vous vous attendiez à quoi ? Des parlementaires bien assis dans leurs sièges, ils vont vous dire que les méchants c’est forcément les rumeurs, et Internet, et les vilains pas rasés, et que les politiques ils ont tout bon, sauf ceux du camp d’en face. C’était même pas la peine de le lire, leur truc.


          • idky idky 15 juillet 2010 18:06

            et le syndrome de Guillain-Barré ??
            J’ai un cas dans ma rue (8ans le mome), il a été vacciné contre la grippe A.

            Je pense qu’on est pas pret de savoir le nombre de cas avant et aprés vaccination !!

            Bienvenue dans « le meilleur des mondes »....



            • friedrich 15 juillet 2010 21:13

              Affirmatif. Parcontre pas besoin de PQ car c’ est du caca cosmique, ce qui préserve l’ environnement.


            • Christoff_M Christoff_M 16 juillet 2010 08:15

              Ras le bol de ces commissions nommées par le pouvoir actuel qui ne font que donner un avis modéré et qui sont juste la dans un role purement démagogique !!

              Moi je propose de faire payer l’ardoise à tous ces connards de consultants en haut lieu qui trouvent que c’est pas si mal de perdre des millions quand le pays va si mal !!!

              Sans compter les camions de vaccins inutilisés qui vont partir à la benne, qui n’ont jamais été revendus et qui vont encore nous être facturés sans nous demander notre avis...
              quelle belle démocratie à la française ou on nous fait payer des projets sur lequels nous n’avons même pas été consultés !!

              Dans d’autres pays, il y a longtemps que la mère Bachelot et son dadet de fils devraient etre mis en examen pour détournement de fond public !!!

              Dire que les sommes gaspillées correspondaient à la remise en état de la grande majorité de nos hôpitaux publics !! comment laisser faire une bande d’ânes batés pareils, qui vont nous annoncer des fermetures et des licenciements pour compenser leur connerie et leur mauvaise gestion !!!

              s’il y a autant de licenciements dans le monde et de casse il faut bien voir la un rapport avec la décadence des pseudo élites" et gestionnaires ou conseils d’administration incapables de prendre une décision sérieuse en cas de conjoncture nouvelle !!

              En attendant après le sport et les hopitaux, la pharmacienne bourgeoise est toujours la avec ses équivalentes dans le domaine de la niaiserie et l’inefficacité, Pécresse, Lagarde et Mam !!
              on comprend pourquoi certains ont fini par décapiter des gens qui ne bougeaient plus le cul de leur siège alors qu’une crise terrible régnait dans le pays !!!


              • Christoff_M Christoff_M 16 juillet 2010 08:23

                a l’auteur vous croyez sérieusement que la commission d’enquête va déboucher sur quelque chose, tout ça n’est que paperasserie et réunions inutiles sous prétexte d’amélioration et d’audit, mais ça en France on est les rois des réunions qui brassent du vent pour aboutir à un compte rendu modéré qui ne fera rien bouger....

                Dans un pays ou on a osé faire une paradie de justice pour redonner de l’argent à Tapie, on peut s’attendre à tout,même à une décoration de Bachelot, mieux vaut en rire, jaune certes, vite j’ai le teint pale, il faut que j’aille me faire examiner, prendre une pilule bleue et peut-être me faire vacciner... j’aurais peut etre une ristourne sur les piquouzes presque perrimées...


              • Leviathan Leviathan 16 juillet 2010 09:36

                Primum Non Nocere - H1N1 et Démocratie

                « La COBEMA présente son documentaire sur la gestion hasardeuse de la pseudo grippe meurtrière de grippe A H1N1. Grippe fantomatique au budget astronomique : 2 milliards d’euros pour un simple shoot !

                Ce documentaire se propose de décortiquer cette affaire et de la mettre en perspective, dans son contexte paradigmatique pharmacochimique. On a été les premiers, avec quelques autres, à crier à la supercherie, on a organisé des conférences avec le Dr Marc Vercoutère par exemple. A l’époque certains nous croyaient fous... Les évènements nous ont donné raison et heureusement que la vaccination a été un flop total car il faut savoir que le concept même de vaccination est très loin de faire l’unanimité dans le milieu médical.
                Je vous laisse maintenant découvrir ce travail.

                Bonne visualisation à tous.

                L’Equipe COBEMA. »

                Lien récent et très intéressant pour comprendre la force que représente Big Pharma à l’OMS :
                http://www.la-croix.com/Nouvelle-controverse-a-l-OMS-apres-la-fuite-d-un-rapport-con/article/2419766/4077

                Source :
                http://www.lelibrepenseur.org/index.php?option=com_content&view=article&id=50:primum-non-nocere&catid=35:sante

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès