Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Gueule de bois pour les Entreprises du Médicament

Gueule de bois pour les Entreprises du Médicament

« L’industrie du médicament est aujourd’hui très proche du point de rupture. » Christian Lajoux président du syndicat de l’industrie pharmaceutique française, les Entreprises du Médicament (LEEM).

Quand en 1938 Arthur Neville Chamberlain revînt de Munich, il déclara à la foule qui l'acclamait à Londres : « Mes bons amis, voici la seconde fois que nous rentrons d’Allemagne à Downing Street avec une paix honorable. Je crois qu’il s’agit de la paix pour notre temps. Nous vous remercions du fond du coeur. À présent, je vous conseille de rentrer chez vous, et dormez en paix. » Churchill lui répondit à la Chambre des Communes : « L’Angleterre a eu le choix entre la guerre et la honte. Elle a choisi la honte, et elle aura la guerre ».

Comment ne pas établir un parallèle entre cette décision dramatique d'un premier ministre anglais et celle qu'a pris le LEEM lorsqu'éclata l'affaire du Mediator ?

Dès le début, pour s'attirer les grâces de Xavier Bertrand, le LEEM, pourtant un syndicat professionnel représentant toute la profession, a choisi avec panache et courage d'exclure Servier, un de ses membres en difficulté, une première du genre, pour un scandale qui comme nous le voyons, chiffres à l'appui, se dégonfle de jour en jour - Lire notamment à ce sujet les déclarations d'Erik Rance, directeur de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (Oniam) dans la dépêche APM du 14 juin 2012 (4° paragraphe !).

L'Histoire ne donna raison ni à Chamberlain en son temps, ni à Christian Lajoux, président du LEEM, aujourd'hui. Conserver calme et sang froid face à un ministre en pleines manoeuvres aurait été courageux pour un syndicat qui pèse 50 milliards d'euros. Ce n'est pas l'option qu'il retînt. Et cette affaire n'était-elle pas l'occasion de se débarasser à moindres frais d'un concurrent et surtout de mettre enfin à exécution les demandes réitérées des maisons mères de tailler dans les effectifs ?

Où en sommes-nous aujourd'hui ?

Dans son bilan, le LEEM dresse le constat.

"En 2011, le chiffre d’affaires des médicaments en ville s’est élevé à 21,6 milliards d’euros (en prix fabricant hors taxes), soit + 0,3 % par rapport à 2010, après + 0,3 % en 2010 et + 2,4 % en 2009. Les unités de médicaments remboursables ont décru de 0,4 % entre 2010 et 2011. Le marché hospitalier a stagné. En 2011, les exportations de médicaments ont significativement décru, de près de 9 %, soit un montant global d’exportations de 22 milliards d’euros. Cette décroissance s’explique par une dégradation de la conjoncture des pays acheteurs de médicaments ainsi que par la publication d'une liste de médicaments placés sous surveillance renforcée sans aucun accompagnement par la puissance publique, de surcroit dans un contexte polémique lié à la crise du Mediator."

La crise du Mediator ! Nous y voilà !

Sur toutes les lèvres, la crise du Mediator est la cause de tous les maux de l'industrie du médicament en France. Ce prétexte régulièrement utilisé à l'égard de la maison mère (souvent américaine) pour justifier les "performances" médiocres de la filiale française a bon dos.

"Au vu de ces données internationales, les Entreprises du Médicament (Leem) ont déploré que les évaluations des autorités françaises, en réaction à l’affaire Mediator, aient été peu compréhensibles en 2011. En effet, la commission de transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS) s’est inscrite en décalage avec les évaluations américaines et européennes, puisqu’elle n’a accordé, en 2011, que 23 ASMR, dont 1 seule ASMR 1, 5 ASMR 3 et 17 ASMR 4."

Des autorités peu compréhensibles... Nous avons sacrifié une vierge mais les dieux en veulent plus !

Pour justifier son bilan économique, Christian Lajoux liste les mesures prises par les pouvoirs publics à l'encontre de l'industrie pharmaceutique : baisses de prix, génériques, référentiels de bon usage et Capi,...

"Succédant à une année 2010 marquée par des engagements nationaux forts en matière de crédit impôt recherche, d’autonomie des universités et de réorganisation de la recherche publique, l’année 2011 demeurera, pour beaucoup, l’année de la refondation. Tirant les enseignements de la crise du Mediator, les pouvoirs publics ont initié une vaste réforme fondée sur une exigence renouvelée de sécurité sanitaire. Les industriels ont largement accompagné cette réflexion avec, pour le Leem, une préoccupation constante : préserver la lisibilité internationale du système français, et veiller à ce que des mesures court-termistes ne viennent pas dévoyer le sens de la réforme."

Et toujours ce satané Mediator...

"En outre, la publication irraisonnée par le Gouvernement d’une « liste des 77 médicaments sous surveillance renforcée » (mélangeant plan de gestion du risque de l’EMA et suivi de pharmacovigilance), et la confusion qui s’est ensuivie, ont eu des effets délétères sur les exportations françaises vers certains pays, notamment en Afrique ou en Asie."

Mais à la parution de cette liste, le LEEM s'est vu contraint de garder le cap qu'il s'était fixé et de suivre sans broncher et avec le sourire, (certes un tantinet crispé) les agitations du ministre.

En courbant ainsi l'échine face à Bertrand et en lui offrant en sacrifice l'un des siens, le LEEM pensait éviter la guerre. Il lui offrait bien au contraire tous les moyens de la légitimer auprès de l'opinion publique et de la gagner à la veille des élections présidentielles.

L'industrie pharmaceutique emploie directement 103 000 personnes. Les enjeux sont importants. En 2 ans, le secteur a perdu 2 600 emplois et ce n'est que le début.

Ironie du sort, Sanofi dont le président n'est autre que Christian Lajoux lui-même, a annoncé en décembre l'une des plus grandes charettes du secteur : 917 postes.

Le 16 juillet prochain, Lajoux rencontrera la nouvelle Ministre de la Santé, Marisol Touraine. Signera-t-il cette fois-ci le traité de Versailles ou de nouveaux accords de Munich ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 3 juillet 2012 16:49

    On y croit. smiley


    • malandir 3 juillet 2012 17:23

      bon bah reste plus qu’à rapeller roselyne bachelot, la meilleure lobbyiste de ces 10 dernières années pour les entreprises pharmaceutique en recherche de trésorerie ...


      • volpa volpa 3 juillet 2012 18:12

        Ils emploient aussi de très belles visiteuses médicales pour fournir leur merde.

        Ils ont un gros budget pour aller plusieurs fois par semaines dans les restaurants les plus chers avec les médecins qui acceptent gentiment.


        • le poulpe entartré 3 juillet 2012 18:32

          Tout à fait exact Volpa ! Il y a même un laboratoire qui s’est spécialisé dans les visiteuses avec du 100 B voir du 110B, voir D.

          Qu’est ce qui faut pas faire pour refiler des suppositoires et la merde qu’il y a dedans. C’est nullard, accablant, affligeant mais ce sont des pratiques régulières.

          Tout est dans l’art de la présentation de la vitrine. 


        • jallatte 8 juillet 2012 09:30

          oui tu as raison rien n’a changé . Les budgets se sont juste un peu déplacés - Tu as une idée du coût du marketing des Labos ? Tu connais une boîte qui n’intègre pas son coût de promotion au prix du produit ? Combien ça coûte à la Sécu ? Tu sais que les Délégués Médicaux touchent des primes ? Tu sais que les primes sur CA sont interdites en VM ? Tu sais que les Labos n’envoient personne sur le terrain sans ROI ?


        • le poulpe entartré 18 juillet 2012 22:43

          Jallatte, si tu savais tout ce qui se passe sur le « terrain » tu n’en dormirais plus la nuit. Bien sur, il y a l’ordre des médecins qui veille à la déontolo......Nan, tu plaisantes ? Cela fait longtemps que ce mot n’a plus aucun sens chez certains.
          L’ordre en question, dont l’acuité visuel, fiscale voir comptable est plus proche de celui d’une taupe que de celle d’un aigle. Hélas, last but not least, cet ordre est sourd comme un beetoven. « Comprend que prout et entrave que dalle » pourrait être sa devise et pourtant c’est revendiqué nul part.
          Les médecins (en théorie) ne sauraient en aucun cas accepter des « cadeaux » de la part des laboratoires et producteurs de médoc (ex : Smithklein Bitcham, Wyeth Lederle, Glaxo, etc, etc). Moh...bien zur ! Evidement lorsqu’ils participent (tous frais payés : vols+navettes+hotels+restaurants+congres+buffets+soirées en boite+taxi+extras) à des congrès (présence obligatoire que le premier jour pour émarger) à Houston, Miami, Atlanta, Los Angeles, San Francisco, Londre ou Madrid, pour une durée de cinq jours (avec l’option épouse ou maitresse (c’est selon) pour un prix dérisoire (180€)) c’est évidement pour faire avancer ses connaissances en oncologie, etc, etc. On va faire semblant de le croire parce que cela arrange bien beaucoup de monde. Progresser la médecine ? Il est peu probable que le reste du séjour passé sur les plages fasse faire des pas en avant à la science médicale.

          Au final qui paye la note ? J’ai comme l’intuition que ces congrès à la con mais pas pour tout le monde, se retrouvent inclus dans le prix des médicaments dont un grand nombre sont remboursés par la sécu. Autrement dit, qui supporte au final ces conneries que certains pourraient appeler « corruption des prescripteurs » ?

          La sécurité sociale fondée dans un tout autre esprit (cherchez un peu svp).


        • ottomatic 3 juillet 2012 18:22

          Suffit d’abaisser encore le taux de cholestérol « normal » pour relancer l’industrie !


          • benedicte_gab 3 juillet 2012 19:16

            Je ne vais pas pleurer sur l’industrie chimico-pharmaceutique, qui invente des maladies, prétend médicaliser la vie pour s’assurer des rentes de situation et abouti a multiplier les pathologies et maladies, fait un profit fou, a noyauté l’OMS (ah la fausse pandémie qui a permis de se faire des milliards en vendant des vaccins non-testés et que l’on a cherché à imposer de force aux populations) et les agences nationales de santé, pour vivre sur les systèmes de remboursement des assurances sociales et surtout de leurs assurés ou usagers ... c’est à dire sur les finances publiques tout en détruisant et empêchant toute politique de santé publique d’intérêt général.
            Ces entreprises sont criminelles sur bien des plans, leurs pratiques sont mafieuses ... et leurs prétendues découvertes la plupart du temps mensongères, quand on ne s’aperçoit pas quelques années après qu’elles tuent ou rendent plus malades qu’elles ne guérissent.
            Alors les simagrées et jérémiades de leurs dirigeants et gros actionnaires je m’en fous, ces firmes qui travaillent à nous rendre malade peuvent bien disparaître et à ce moment là peut-être pourra-t-on bâtir une recherche médicale et un système de santé publique digne de ce nom et dont l’objectif sera de nous permettre de vivre mieux.
            Je ne donne pas de lien, il suffit de chercher sur le net et la plupart des personnes dénonçant les pratiques de ces firmes, les problèmes liés aux multiples vaccinations de masse dès la naissance, à l’inutilité voire la nocivité des dépistages multiples de cancer, la surmédicalisation de la vie et des personnes en bonne santé en utilisant un marketing de la peur digne du Dr Knock (tout bien portant est un malade qui s’ignore) martelé en permanence, sont des médecins, bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être médecin pour être conscient du problème.
            Quand au chantage à l’emploi, concernant des entreprises à l’action nuisible socialement, elle me fait toujours penser à ce vieux film de Jean Yanne ’Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil".


            • chantecler chantecler 4 juillet 2012 10:39

              J’applaudis à votre commentaire .
              Quand on sait que cette industrie en France tire la majorité de ses énormes bénéfices par le remboursement sans limite de la sécurité sociale qui est en faillite (15 milliards à ce jours je crois) .
              Le prix excessif de certains médicaments qui n’ont de mérite autre que d’être récent ou nécessaires et qui rapportent des milliards à ces m^mes entreprises , qui ont oublié que leur finalité n’était pas que de faire du fric mais contribuer à la santé publique .
              En Allemagne , notre modèle parait il , cela fait longtemps que ce pays a limité les dépenses , l’inflation du nombre de médicaments par ordonnance , et aussi mis au pas les appétits des médecins .
              Qui s’en sortent très bien tout de même , ne soyez pas inquiet .

              Notre pays est assiégé par les lobbies qui font leur pub directement dans les médias , sans limites...

              Les derniers : les lobbies de l’immobilier privé et locatif qui attaque sur des chiffres discutables et pas discutés , les ceux qui habitent dans les logements sociaux avec 300 ou 400 000 tricheurs potentiels . Mon oeil !

              Ce matin sur F. Inter : le lobby des pétroliers qui hurlent à une surtaxation ! Et qui toucherait le raffinage : mon oeil encore ! Total : 15 milliards de benef pour les dirigeants et les actionnaires .
              Et leurs misérables justifications des hausses spéculatives récurrentes qui mettent les utilisateurs obligés de voiture à genoux .

              Après nous allons être invités à pleurer sur les tarifs gaz, edf, eau , autoroutiers , téléphoniques ...jamais suffisants pour ces rois de la ponction , qui ont racheté pour des misères les entreprises publiques .

              Et l’industrie automobile , sidérurgique qui ont touché des milliards d’aides pour soutenir leurs activités ce qui ne les empêche pas de fermer et délocaliser leurs sites .

              Après on nous dira : c’est le système qui veut ça .On ne peut rien faire .

              Le souci c’est que le système c’est eux qui l’ont mis en place et qui en tirent les ficelles et les bénéfices . Il n’est pas arrivé de la planète Mars .


            • jef88 jef88 3 juillet 2012 19:17

              on vient d’essayer une relance
              le H1N1 serait plus grave que prévu !

              TREMBLEZ BONNES GENS ! ! ! ! ! !


              • Blé 4 juillet 2012 05:55

                Lorsque les anciens avaient une bonne grippe ou un gros rhume, ils prenaient de l’ aspro, un grog ou une tisane et surtout il restait 24 ou 48 heures au lit pour se reposer. Le meilleur remède pour la grippe, c’est le repos surtout quand on a une forte fièvre ce qui est fréquent en cas de grippe. Les médecins le savent bien, l’ organisme a tout ce qu’il faut pour lutter contre les virus à condition qu’on le lui permette. Les médicaments ne pourront jamais remettre sur pied un organisme fatigué. L’épuisement rapporte plus aux rentiers de la pharmacie que la bonne santé, l’article le dit assez bien.


                • mortelune mortelune 4 juillet 2012 10:23

                  A force de faire la fête sur le dos des contribuables il est bien normal que les fabricants de médicaments finissent par avoir la gueule de bois.

                  Pour ceux qui ont un peu de temps je joins cette page généraliste sur l’état de santé de la santé vous y verrez en autres une vidéo sur le marketing de l’industrie pharmaceutique et aussi le marketing du médicament
                  La médecine traditionelle a pris un bon coup dans l’aile depuis quelques années et il ne faut pas se demander pourquoi les français sont si mal soignés avec des médicaments qui sont de simples placébos quand ils ne sont pas des poisons (ref le médiator)






                  • le-Joker le-Joker 4 juillet 2012 13:02

                    « L’industrie du médicament est aujourd’hui très proche du point de rupture. »


                    Ce n’est pas très grave avec les maladies iatrogènes qui tuent 8% de la population mondiale chaque année, ils ne font que se mettre au diapason de leurs victimes sur lesquelles on n’entend pas de procès comparable à l’amiante ou autre décès à imputer aux industries irrespectueuses de la planète et par conséquent de l’être humain aussi. Ce n’est qu’un juste retour des choses après tout...

                    A quand le « pharmathon » à l’instar du Téléthon pour sauver cette industrie en péril ?....  smiley

                    • nilasse nilasse 4 juillet 2012 15:36

                      j’ai presque envie de pleurer pour cette pauvre industrie pharmaceutique. il faut a tout prix organiser une collecte auprès des gens aux rsa,chomages et travailleurs précaires,sinon,comment les pdg de ces groupes feront ils pour continuer a percevoir leur miserable salaire de 1 a 4 millions d’euros par an. j’en appelle donc a la générosité de chacun.


                      • schuss 5 juillet 2012 20:11

                        si les labos plongent ce sera l occasion de refonder le secteur de la santé qui est aujourd’hui hui complétement biaisé par les industries pharmaceutiques. De mémoire je cite un auteur qui a travaillé dans les industries pharmaceutiques comme directeurs de production en étant médecin de formation :
                        80 pour cent des médicaments du marché Français sont inutiles et dangereux
                        14 pour cent sont en partie efficaces mais présentent des effets secondaires importants
                        les 6 pour cent restant sont efficaces et peu ou pas dangereux pour la santé !
                        en France il existe approximativement 4500 réf de médicaments contre 500 aux pays bas ! soit 4000 de trop qui stimule la demande, car la demande suit l offre commerciale...
                        la vérité , c est que le corps dispose de sa propre pharmacie pour faire face a toute les situations de maladie a condition de le laisser faire . ce que le corps produit les industriels ne le vendent pas. ils ont donc tout intérêt à faire croire que les médicaments dépassent en efficacité la capacité d auto guérison du corps qui est gratuite ! Faire croire que nous ne pouvons plus nous passer de la chimie pour se soigner est un mensonge qui ne profite qu aux seules industries pharmaceutiques. je ne me souvient pas du dernier médicament que j ai pris car cela remonte à très loin dans le temps et pourtant je suis toujours vivant ... simplement je me soigne sans médicament et cela marche très bien... il suffit juste de connaitre les techniques appropriées...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès