Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Ile de La Réunion : le chik toujours d’actualité

Ile de La Réunion : le chik toujours d’actualité

Comme la métropole, l’Ile de La Réunion a célébré, le 31 novembre, la fête de la Toussaint. Tous les saints ou presque. A l’exception peut-être de Saint Bertrand. Alors que le ministre de la Santé homonyme effectuait sa quatrième visite dans l’île, les habitants étaient invités à ne pas arroser les fleurs dans les cimetières pour éviter le développement des larves de chikungunya. Un an après le début de l’épidémie, le membre du gouvernement a dû reconnaître que, contrairement aux promesses, il n’avait dans ses bagages ni vaccin, ni médicament contre le chik.

« Et votre promesse de médicament, Monsieur Bertrand ? », titrait dans son édition du 30 novembre Clicanoo.com, le support numérique du Journal de l’Ile. L’amertume des Réunionnais est compréhensible. Si les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent, elles suscitent immanquablement de l’espoir. Ils attendaient de bonnes nouvelles, ils ont eu droit à un discours à la Churchill. Charisme et panache en moins. Xavier Bertrand venu sur l’île à l’occasion de l’opération « Kass’ moustik » a seulement appelé à la vigilance et à la mobilisation. La question du médicament a soigneusement été évitée. Le mot d’ordre des autorités est bien aujourd’hui la démoustication.

Enfonçant des portes ouvertes, Xavier Bertrand a insisté sur l’importance « que chacun prenne bien conscience que c’est le moustique le vecteur du chikungunya ». A l’inverse, le ministre a été très évasif sur les avancées de la recherche, déclarant seulement que Sanofi-Pasteur était intéressé par le développement industriel du vaccin anti-chik et que cinq années de recherches avaient été gagnées en récupérant un vaccin expérimenté aux États-Unis. Un vaccin qui, à ses yeux, est une priorité à moyen ou long terme.

Pas plus rassurant, le ministre a habilement esquivé la question du délai de mise à disposition d’un médicament préventif et curatif contre le chik, pourtant promis depuis Paris pour fin 2006, début 2007. Officiellement les tests sont loin d’être terminés, faute d’un nombre suffisant de patients pour réaliser les essais cliniques... Les Réunionnais ont apprécié.

Mais, en fin politique, le ministre était venu avec sa botte secrète. Un contact aurait été pris avec les autorités indiennes pour tester le médicament et ainsi gagner du temps. De quoi faire écrire à l’éditorialiste de Clicanoo.com, pas dupe pour deux sous, à l’image des insulaires : « Bonne chance, Monsieur le ministre ! »

Documents joints à cet article

Ile de La Réunion : le chik toujours d'actualité

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Arnes (---.---.42.253) 2 novembre 2006 13:59

    Encore une fois, ras le bol de la desinformation. Comment font les habitants des iles voisines : Maurice, Seychelles et Madagascar confrontes au meme moustique ? S’il est stupide de la part d’un ministre de s’engager sur le developpement d’un medicament, il est criminel de la part des autorites locales de ne pas se mobiliser pour mettre les reunionais au travail et demoustiquer correctement l’ile. au lieu de se prendre en main comme dans les iles voisines on en appelle a Paris alors que l’on a sur place un prefet de region et un prefet de departement avec chacun plethore de fonctionnaires mobilises (?) sur les problemes de sante. Quand allons nous cesser d’infantiliser ces peuples des DOM TOM et leur donner leur autonomie en arretant les scandales des surremunerations fonctionnaires et des roitelets locaux.


    • Panama (---.---.198.59) 2 novembre 2006 15:31

      +1

      Les réunionais ont tendance à accuser de tous leurs maux les métropolitains.

      « Aide-toi, etc. » comme dit le proverbe.


    • génial (---.---.96.25) 2 novembre 2006 16:42

      Comment crier qu’il faut du chlorure de magnésium ? Si on (et en premier les services de santé) n’en veulent pas pour cause d’efficacité !


    • sandy (---.---.80.154) 2 novembre 2006 18:08

      la réunion demande de l’aide à la métropole tout simplement parce que c’est une ile française !!! si madagascar ou maurice étaient aussi des dom, ils en auraient fait de même ! pour reprendre votre citation « aidez-vous..... » je crois que que la réunion se porterais on ne peut mieux sans toutes ces personnes qui viennent travailler ici, tout en sachat qu’ici, il y à + de 30% de chômage ! et la plupart des fonctionnaires sont des métros (je parle de la prime de vie chère). de toute façon, dès qu’on a besoin d’aide de la métropole il n’y a plus personne, pourtant personne ne rejette les métros qui viennent ici pour trouver le peu de travail qu’il y a ici ! et après on dit qu’il n’y a pas de racisme en métropole !.......


    • bourriquette (---.---.7.106) 3 novembre 2006 08:53

      c’est pas un proverbe mais une citation biblique ! rendez à césar... ! ...à moins que la société actuelle qui veut gommer toute référence religieuse ait déjà effacé les fondements historiques de notre civilisation si bien que personne ne sait plus d’où vient tel ou tel propos ...


    • Panama (---.---.198.59) 3 novembre 2006 10:39

      Oui Bourriquette, c’est exact : la citation vient du Nouveau Testament, mais l’expression est passée dans le langage populaire, comme « rendez à César ».


    • nono mulder (---.---.160.74) 4 novembre 2006 10:52

      la promesse (d’un médicament efficace contre le chikungunya) non tenue, alors qu’elle avait été faite avec force trompettes dans les médias officiels (« la fin de l’année » devait voir la victoire de la médecine française sur l’épidémie, au pire cette victoire était programmée à coup sûr pour : « début 2007 ») n’est-elle pas à mettre en lien avec le manque d’intérêt de la métropole pour les pathologies régnant sous les tropiques ? Alors que le moustique anophèle répand la malaria en Afrique (et pas seulement) sans que la métropole s’en émeuve, nos « autorités sanitaires » resteraient-elles impassibles si des cas de malaria (ou de chik, ou de dengue, toutes transmises par les moustiques) se déclaraient en métropole ?


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 5 novembre 2006 12:41

        Sur les moustiques en général, j’ai ma petite connaissance : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=8291

        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=7022

        J’aimerais bien faire un commentaire sur la situation là bas, mais résidant en Métropole,et n’étant pas sur place pour voir, évaluer, juger,afin de voir exactement ou en est la situation actuelle dans l’ensemble de l’île sur le plan prévention, surveillance et destruction des gîtes larvaires , ben ça ne serait pas sérieux de ma part que d’émettre un quelconque commentaire !

        Monsieur Agoravox, si vous pouvez pistonner P@py auprès du Premier Ministre pour l’envoyer sur place,... ben à mon retour je vous ferais un topo détaillé

        @+ P@py


        • (---.---.211.187) 19 décembre 2006 13:01

          une réaction concernant « l’aide » . les gens ont l’air de croire que la reunion est un lieu « arriéré » sur le plan médical. c’est faux, il existe des hopitaux, une proportion de profession de santé par rapport à la population générale plus élevés que dans bien des départements ( professionnels de santé attirés entre autres par des rémunérations plus elevées, un système fiscal et social ( URSAFF) plus favorable que la métropole. La population est largement couverte (un taux de CMU très suppérieur à la métropole et des mutuelles tout comme en france ) pour les depenses de santé. l’aide dont la reunion avait besoin est avant tout une aide technique pour la lutte antimoustique, qui a été fournie par l’état. Le cout de cette lutte antimoustique va entrainer une hausse de nos impot locaux, mais bon c’est le prix a payer de la douceur de vivre tropcale.

          une deuxième reaction, concernant la réaction des autorités face au problème : comme pour la canicule, le premier reflexe à été tenté de museler l’information. Puis on a vu des gesticalations forcenés d’hommes politique chacun prétendant en faire plus que l’autre dans la lutte contre le chic : comme la canicule vous dis-je, aucune lecon tirée. autre point commmun avec la canicule, le pourcentage de décès similaire : 200 mort pour 700 000 reunionais, 15000 mort pour 60 millions.

          quand au cout du chik pour la réunion, il reste enorme.200 mort.la moitié (dont moi) !! de la population allitée pendant une semaine, cloué au lit par une fièvre type grippe. 5 à 10 % atteint de douleurs articulaires pendant plusieurs mois (j’ai des amis d’une trentaine d’année qui pouvaient dire si il allait pleuvoir selon l’evolution de leur douleurs , comme des vieux perclus de rhumatismes). un tourisme effondré genre -80% ( auquel j’ai participé déconseillant à toutes mes connaissance de venir en période epidémique).

          Autre constatation : l’affolement de la population, le recours aux charlatans (multipliés par l’occasion), voire aux sorciers, devant l’impuissance (reelle) de la médecine : rien de neuf depuis le moyen age. Ne riez pas avant d’etre confronté a une situation comparable !!

          Reste la situation actUelle (Le 16/12/06) ouf on respire !il reste quelque cas sporadiques (moins de 10 par semaine), mais le chick est déja sorti des conversations, ne fait plus la une des journaux.Il faudra attendre le mois d’avril (fin de la saison des pluies) pour etre fixé sur les possibilité d’une nouvelle epidémie, mais je n’y crois guère (bien que le virus puisse muté facilement : virus a ARN. Bref la population sera immunisé contre une nouvelle maladie et l’épidemie se transformera vraisemblablement en maladie a « bas bruit ».

          un zoreil installé depuis 3 ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès