Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Je vais vomir un peu et je reviens

Je vais vomir un peu et je reviens

Le malheur est dans nos assiettes, car pour des raisons discutables, l’industrie alimentaire est prête à nous faire avaler toutes les couleuvres, pourvu que çà lui profite.

Au moment où le salon de l’agriculture ouvre ses portes, c’est l’occasion de faire le point sur ce que nous proposent nos ingénieux commerçants.

Lorsque vous allez acheter votre steack quotidien, pour ceux qui le peuvent encore, des surprises se préparent.

Tout le monde connait (?) la pratique de la « remballe  » qui consiste à enlever les parties périmées d’un morceau de viande afin de redonner à l’entrecôte une seconde jeunesse, et en broyant les parties enlevées, votre boucher « remballeur » en fait d’éventuelles merguez bien épicées. vidéo

Mais il y a pire.

Certains bouchers peu scrupuleux n’hésitent pas à nettoyer la viande avariée avec de l’acide sulfurique, tel ce marseillais mis en examen en 2007. lien

En 2008, les autorités chinoises ont découvert une pratique peu encourageante : de l’eau est injectée dans la viande, afin d’augmenter la marge bénéficiaire, puisque l’eau coute moins cher que la viande.

Mais le plus inquiétant c’est que de la formaline peut y ajoutée (solution à base de formol) afin de la « désinfecter » et de lui redonner un "bel aspect" . lien

Les enquêteurs chinois ont relevé plus de 70 000 cas de fraude.

Plus de la moitié de la viande vendue dans leurs grandes surface est concernée par cette pratique, et le danger est d’autant plus important que des antiseptiques peuvent être injectés en même temps, et que des produits chimiques, tel l’atropine sont utilisés pour dilater les veines des animaux afin d’injecter une plus grande quantité d’eau. lien

Cette pratique ne se limite pas manifestement à la Chine. lien

Les anglais, gros consommateurs de poulets (1 million de tonne par an) ont découvert que ceux-ci, provenant souvent de Hollande, comportent près de la moitié d’eau.

Ce même poulet se vend aussi en France, et un vendeur de l’entreprise en cause avoue : « nous y rajoutons un peu d’eau, et plus on ajoute de l’eau, plus le prix devient intéressant. L’eau coute moins cher que le poulet ».  lien

Certaines fabricants proposent même un mélange de produits chimiques que vous pourrez injecter dans vos viandes, pour leur donner « du gout » avant de les passer au barbecue, ( lien) et pour donner du gout aux poulets, saucissons, poissons, fruits de mer, les industriels de la viande nous suggèrent d’y intégrer des phosphates, (lien) alors que d’ingénieux industriels proposent d’intégrer des fibres végétales qui permettent « une amélioration de la texture et plus de croquant ». lien

Et que dire de l’aspartame (E951) : il se retrouve dans au moins 6000 produits de consommation courante.

Alors que David Hattan, toxicologue à la FDA, affirme qu’il est sans danger, un autre spécialiste l’a donné à manger à des bébés souris et à observé les mêmes dégâts cérébraux produits par l’acide aspartique. vidéo

Après le lait frelaté à la mélamine, (lien) et celui du porc contaminé au clenbuterol, l’imagination des commerçants ne connait pas de limite. lien

On en vient à se dire qu’il ne faudrait plus prendre le risque de consommer des produits transformés.

Ecœuré, le consommateur se tourne donc vers les légumes, et les fruits, croyant échapper ainsi à ces pratiques dangereuses.

Mal lui en prend.

Les belles pommes rouges qu'il trouve chez son commerçant reçoivent en moyenne 27 traitements.

Plus de 50% des fruits, légumes et céréales consommées en France contiennent des résidus de pesticides, 7% des échantillons dépassant même les LMR (limites maximales en résidus). lien

Les raisins de table posent aussi des problèmes.

Une grande enquête menée par 5 ONG européennes sur 124 échantillons de raisins dans des magasins appartenant à 16 enseignes différentes est inquiétante.

Un seul échantillon ne comportait aucune trace de pesticides.

99,2 % des raisins contenaient des résidus de pesticides, et 4,8% des échantillons dépassaient la LMR. lien

C’est l’occasion de rappeler que la norme n’empêche pas le danger, car même si le produit consommé ne la dépasse pas, les pesticides ingérés s’additionnent dans notre corps, et auront fatalement des conséquences pour notre santé.

Il est plus que probable que tous les autres fruits connaissent le même problème.

Oublions donc les fruits, et optons pour les légumes.

Inutile de s’attarder sur les OGM, technique qui consiste à intégrer les pesticides dans la plante, de façon a tuer les insectes prédateurs qui auraient le malheur de s’y aventurer, mais c’est oublier que si ces pesticides OGM sont dans les fibres de la plante, ils se retrouveront aussi dans nos assiettes. lien

Pour ceux qui ne l’ont pas encore visionné, c’est le moment de découvrir l’émission d’Elise Lucet et Lionel de Coninck « pièces à conviction  » : « assiettes tous risques : manger peut nuire à la santé » (4, 5, 6) mais aussi cette vidéo « des toxiques dans nos assiettes  », et ce documentaire d’Eric Guéret, avec Isabelle Saporta diffusée le 16 février 2011 sur FR3. lien

Une bonne nouvelle quand même : le conseil d’état vient de condamner le Cruiseur, mais il reste d’autres pesticides qui menacent notre santé, et celle des abeilles dont on constate aujourd’hui l’effarante mortalité. lien

Une technique fait fureur aujourd’hui : l’irradiation des aliments. Pour ne pas effrayer le consommateur, vous ne verrez pas ce mot apparaitre, il est remplacé par celui « d’ionisation », mais le résultat est le même.

Il s’agit donc de soumettre les aliments à un rayonnement radioactif afin de tuer les bactéries qui pourraient les abimer, d’empêcher la germination (oignons, pommes de terre), et de ralentir le murissement des fruits. lien

Même nos herbes aromatiques sont irradiées.

En France, 80% de nos fruits et légumes subissent ce traitement. lien

Pour ceux qui se demandent quel est le danger d'une telle pratique, il leur suffit de cliquer sur ce lien

Les contrôles sont rares ou quasi inexistants : entre 100 et 200 échantillons par an, et ne concernent quasiment que les aliments importés.

Cette technique discutable est pourtant tout à fait légale, en vertu d’un accord passé entre la FAO (Food and Agriculture Organisation) et l’AIEA (agence internationale de l’énergie atomique).

Un collectif français s’est crée contre l’irradiation des aliments, et vous pouvez les rejoindre sur ce lien.

Devant cette avalanche de mauvaises nouvelles, il ne reste que peu d’alternatives au consommateur : acheter directement à un producteur, en se limitant aux fruits et légumes de saison, en s’étant assuré qu’il ne traite pas, ou encore mieux acheter bio.

Ceux qui rétorquerons qu’il coute un peu plus cher, on peut répondre que notre santé à un prix, et qu’il est bien plus onéreux de traiter un cancer (entre 2000 et 6000 € par mois).lien

Et puis, les légumes et fruits non traités ont du gout, et ont une supériorité nutritionnelle à ceux issus de l’agriculture industrielle.

De nombreuses études l’ont prouvé, même s’il faudrait en réaliser une sur le long terme pour le prouver définitivement. lien

La BIO, considérée longtemps comme l’apanage des bobos de gauche vient d’être considérée par la FAO comme une réelle solution.

Elle est présente dans 120 pays, recouvre 31 millions d’hectares, et représente un marché de 40 milliards de dollars. lien

La FAO a reconnu que l’agriculture biologique permet de freiner, voire d’arrêter, la stérilisation du sol, évitant ainsi le recours aux engrais chimiques, réduisant ainsi l’utilisation des carburants fossiles, en permettant aussi une meilleure production en terme de gout,

La FAO dans un rapport des 3/5 mai 2007 le conclut ainsi :

« l’agriculture biologique est un mode de gestion globale de la production qui exclut l’utilisation d’engrais et de pesticides de synthèse et d’organismes génétiquement modifiés, réduit au maximum la pollution de l’air, du sol et de l’eau, et optimise la santé et la production des communautés interdépendantes de végétaux, d’animaux et d’être humains ». lien

Et pourtant le BIO est menacé. lien

Les privilégiés sont ceux qui ont leur jardin, et leurs arbres fruitiers à condition bien sur qu’ils ne traitent pas chimiquement le sol, et la production.

En effet, des études ont prouvé que certains jardiniers, espérant une meilleure production, dépassent souvent la dose prescrite, rendant du coup celle-ci plus dangereuse que celle que l’on trouve dans le commerce. lien

L’idéal est de se contenter d’apports naturels, en fabriquant son propre compost, ce qui réduira d’autant le contenu de sa poubelle, et contribuera doublement au développement durable.

Il ne faut pas non plus oublier cette nouvelle technologie, le BRF (bois raméal fragmenté) qui permet de cultiver sans arrosage, et qui recrée de l’humus. lien

Tout n’est donc peut-être pas perdu.

Comme disait mon vieil ami africain :

« La mère est celle qui prend le couteau par la lame ».

 

L’image illustrant l’article provient de « eleveducobu.centerblog »

Emission à venir : « notre poison quotidien  » prévue pour le 15 mars 2011 à 20h40.

Autres articles :

OGM : l’Amérique s’inquiète

L’Amarante, plante espiègle,

Globalement mauvais, 

Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

Mets de l’huile ? surtout pas !


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

189 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 19 février 2011 03:37

    Utiles rappels
    Au sujet des pesticides, une excellent émission mercredi soir sur FR3, trop tardive pour avoir été suivie par un grand public


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 07:10

      ZEN
      oui, çà me semblait important de récapituler un peut tout çà, au moment du salon de l’agriculture...
      merci d’avoir rappelé aussi l’émission sur les pesticides, qui graçe a internet peut être vue et revue avec profit,
      à+


    • Alpo47 Alpo47 19 février 2011 14:10

      Tout cela est répugnant et ... très inquiétant pour notre santé.

      Personnellement, ce que j’ai trouvé de pire dans le récent reportage télévisé, ce sont les conditions de vie de ces élevages porcins. Des animaux coincés dans une cage d’environ 0,80mX 1,50m, qui peuvent à peine se lever et n’en sortiront jamais, sinon pour être abattus ...

      Beuuurrrkkkkk ... Et ces éleveurs qui insistent sur l’hygiène dans la porcherie .. forcément, ces animaux sont très fragilisés ...
      Bon, c’est la même chose pour le poulet , les oeufs « premier prix » ... et le reste.
      Ce matin, j’ai fait mes courses pour la semaine ... tout cet étalage de viande me répugnait ...

      On mange vraiment trop souvent de la m.... !


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 17:09

      Alpo,
      devant chez moi, mon voisin qui élève un ou deux cochons les met en liberté dans son près, au milieu de quelques moutons,
      pas de doutes, ils préfèrent la liberté.
      et puis ils adorent brouter l’herbe tendre.
      un plaisir à voir.


    • antonio 19 février 2011 08:14

      Merci pour votre article ;
      Il est grand temps que le « consommateur » s’éveille enfin...


      • BOBW BOBW 19 février 2011 11:47

        @ olivier :Même avis que antonio .


      • zelectron zelectron 19 février 2011 08:55

        Olivier,
        On en est à la bile, il n’y a plus rien d’autre à vomir !


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 09:10

          zelectron,
          à moins d’avoir un potager, et de cultiver sans engrais chimiques...
          quant je vois le monde agricole s’émouvoir d’une affiche magnifique qui dénonce cruellement le danger des OGM, se plaignant qu’on va leur « gâcher leur beau salon de l’agriculture », y a de quoi en rire pour ne pas pleurer.
          merci de ton commentaire.


        • brieli67 19 février 2011 22:34

          chacun sa merde !

          le kilo de farine de blé à 29 cents d’euro 
          ça en fait des nouilles et des pâtes... et du pain

          vous avez tout dans votre cuisine 
          des machines performantes 

          avec quelques règles d’hygiène que votre maîtresse à l« école vous a appris se laver les mains
          vous pouvez faire des merveilles 

          voir aux USA WELCOME 


          un kg de soja = 60 litres de lait

          ici automate pour sa boisson hygiènique 10 litres de »cervoise" 

        • Croa Croa 19 février 2011 22:41

          « le monde agricole s’émouvoir d’une affiche magnifique qui dénonce cruellement le danger des OGM, »

          Ils se sentent morveux, tiens ! smiley

          Ce qui aurait été étonnant c’est qu’ils ne se fâchent pas ! smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 23:18

          croa,
          quand un message dérange, c’est qu’il touche là où çà fait mal,
          il en faudrait beaucoup d’affiches comme çà,
           smiley
          je me demande si le petit prez aura reçu au moins une tarte à la crème ce matin ?
          la punition serait modérée.
           smiley


        • JL JL 19 février 2011 09:08

          Non contents de nous empoisonner, ces pratiques dans le cadre de la mondialisation libérales tuent les économies vivrières des pays pauvres, et leurs populations qui auparavant étaient pauvres deviennent misérables (*). Ces miséreux n’ont qu’une solution d’avenir : nous envahir.

          La mondialisation libérale est le cancer de la planète. Nous vivons une « expérience de Milgram inversée » à l’échelle de la population mondiale.

          Les spécificités d’une expérience de Milgram inversée sont les suivantes :

          - Les « victimes présumées » sont réelles et souffrent abominablement ;

          - Les « cobayes tortionnaires » ce sont, les consommateurs occidentaux qui croient bien faire et sont convaincus qu’il n’y a pas de victimes, nulle part, ou alors, font mine de le croire, parce qu’ils nont pas d’autre choix, et aussi parce qu’ils sont égoïstes et impuissant à changer les choses, ce qui fait d’eux des otages ;

          - Enfin et surtout, les « expérimentateurs menteurs » sont les lobbies des prédateurs et qui dispensent la pensée unique du libre échange « gagnant gagnant » dans leurs puissants médias mainstream grâce à leurs complices corrompus que sont les éditocrates, les politiques et les économistes libéraux.



          L’on comprend que l’Etat libéral se débarrasse de ses fonctionnaires : il ne veut pas que des inspecteurs au service de l’intérêt public empêchent de piller en rond.


          (*) La misère c’est la pauvreté sans les moyens de subsistance.


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 09:12

            JL,
            c’est effectivement cette approche que privilégient les promoteurs des OGM, en prétextant à tort que celà pourrait éviter les famines dans les pays qui souffrent.
            honteux.
            merci de votre commentaire.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 19 février 2011 12:04

            Par JL (xxx.xxx.xxx.25) 19 février 09:08
            ces pratiques dans le cadre de la mondialisation libérales tuent les économies vivrières des pays pauvres, et leurs populations qui auparavant étaient pauvres deviennent misérables

            Les milliardaires vous remercient
            Par
            JL (xxx.xxx.xxx.180) 29 juillet 07:13
            « Quant au monde non occidental, du fait de la mondialisation libérale, non seulement les paysans n’arrivent plus à
            vendre leur production [NdR : vivrière ?] mais de plus, ils perdent leurs terres qui sont exploitées par les multinationales occidentales, quand elles ne sont pas achetées par des Etats en manque ».
            Les milliardaires vous remercient
            Par
            JL (xxx.xxx.xxx.180) 29 juillet 08:50
            « Plus sérieusement,
            le propre d’une agriculture vivrière est précisément que çà ne se vend pas : çà va directement du producteur au consommateur, par le troc si besoin est, ou le don !  »


            J-P LL :
            Bien évidemment, il n’y a absolument aucune contradiction dans toutes ces affirmations péremptoires...


          • JL JL 19 février 2011 12:27

            Admirons la mémoire phénoménale de JP Llabrès lequel JPL arrive à citer ici des propos tenus par un quidam, il ya 8 mois !

             smiley

            Ceci dit, je ne vois pas où est la contradiction dénoncée : ce que je dis c’est que la mondialisation tue les agricultures locales pauvres, qu’elles soient vivrières ou d’échange.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 19 février 2011 13:24

            Par JL (xxx.xxx.xxx.25) 19 février 12:27
            je ne vois pas où est la contradiction dénoncée : la mondialisation tue les agricultures locales pauvres, qu’elles soient vivrières ou d’échange.
            Par JL (xxx.xxx.xxx.180) 29 juillet 08:50
            le propre d’une agriculture vivrière est précisément que çà ne se vend pas : çà va directement du producteur au consommateur, par le troc si besoin est, ou le don !

            J-P LL :
            1)
            Contradiction ?
            a) Au départ, vous ne parliez que d’agriculture vivrière sans mentionner les échanges.
            b) Ce que vous dites est faux concernant l’agriculture d’échange
            Mondialisation : Méfaits, Neutralité et Bienfaits !
            2)
            Je dois faire amende honorable.
            En effet, j’ai omis de citer votre (il)logique et (il)légitime dénonciation de la spéculation sur les produits vivriers puisque, selon vous (cf. supra), ils ne sont ni vendus, ni commercialisés.
            Comment, dance cas, peut-il y avoir spéculation ?...
            QUOTE
            Bulles financières et famines dans le monde
            Par
            JL (xxx.xxx.xxx.52) 5 février 11:14
            La spéculation est un jeu typiquement capitaliste lequel, on le sait, fonctionne auusi bien sur la demande que sur la rareté !

            UNQUOTE


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 19 février 2011 13:38

            Par JL (xxx.xxx.xxx.25) 19 février 12:27
            Admirons la mémoire phénoménale de JP Llabrès lequel JPL arrive à citer ici des propos tenus par un quidam, il ya 8 mois !

            J-P LL :
            Il est des « perles » qu’il convient de conserver précieusement surtout quand elles n’ont pas de date de péremption...


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 13:41

            jp Labres
            en accord,
            je retiens surtout le troc.
            pratique indéniablement citoyenne qui pourrait faire des dommages dans le système actuel si chacun veut bien se donner la peine de ne pas le considérer comme « accessoire »
            merci et à +


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 19 février 2011 13:50

            Par olivier cabanel (xxx.xxx.xxx.63) 19 février 13:41
            je retiens surtout le troc.

            J-P LL :
            Désolé, mais je ne crois pas que le troc puisse constituer un avenir prometteur pour les agricultures « vivrières » ou « de rente » des pays dits « en développement ».
            Les produits vivriers doivent devenir des produits de rente !

            Bulles financières et famines dans le monde...

            Par Jean-Pierre Llabrés (xxx.xxx.xxx.82) 5 février 08:24

            Les tensions sur les prix des marchés mondiaux de produits alimentaires, céréales notamment, seraient bien moindres si, dans les pays importateurs, du tiers-monde notamment, les agriculteurs se trouvaient en situation de donner la pleine mesure de leur potentiel de capacité de production.

            Pour cela, il faudrait qu’ils puissent entrer dans le cercle vertueux de l’accroissement de leur revenu permettant l’investissement dans leurs moyens de production afin d’augmenter leur productivité ce qui accroîtrait leur revenu et les autoriserait à renouveler ce cycle.

            Cela serait possible s’ils maîtrisaient le calendrier du stockage et de la commercialisation de leurs récoltes afin de pouvoir engranger des marges plus substantielles qui leur échappent depuis beaucoup trop longtemps (Exemple : De l’aide au SOUS-développement du Burkina Faso).

            Or, il est affligeant de constater que, depuis des décennies, les efforts consentis [en particulier par les bailleurs de fonds d’Aide Publique au Développement (APD) (Économique ?)] pour créer des réseaux de stockage et de commercialisation se sont fracassés sur l’ineptie des stratégies de sécurité alimentaire, de stockage et de commercialisation préconisées par les mêmes bailleurs de fonds et les gouvernants des pays bénéficiaires.

            À ce jour, il est probable que nul ne sait combien de milliards d’Euros, pendant des décennies, ont été « investis », gaspillés, dans ces « pseudo-stratégies ».

            Pauvres agriculteurs et habitants du tiers-monde...


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 13:52

            jp llabres
            du coup, je pense que dans les jours à venir, je vais proposer un article sur le Troc
            l’occasion de démontrer que c’est loin d’être une solution marginale.
            amicalement
             smiley


          • JL JL 19 février 2011 14:42

            @ Olivier Cabanel,

            « Les tensions sur les prix des marchés mondiaux de produits alimentaires, céréales notamment, seraient bien moindres si, dans les pays importateurs, du tiers-monde notamment, les agriculteurs se trouvaient en situation de donner la pleine mesure de leur potentiel de capacité de production... etc. » (JPLL)
             
            Olivier, n’avez-vous pas fait éditer récemment ici un article sur le « parler creux » ?

             smiley


          • JL JL 19 février 2011 14:45

            Pour fermer le bec des prétentieux thuriféraires de la spéculation, cette citation de Jean Ziegler :

            « L’investissement produit l’avenir dont la spéculation ferme au contraire les possibilités "


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 17:11

            JL
            oui, mais c’est mon coté consensuel.
             smiley
            je n’aime pas me fâcher, à moins qu’on me pousse...
             smiley


          • JL JL 19 février 2011 19:18

            Désolé Olivier,

            nous n’avons pas les mêmes valeurs.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 19 février 2011 19:22

            Par JL (xxx.xxx.xxx.25) 19 février 14:42

            Je ne manie peut-être pas la langue française selon vos supposés canons « d’élégance » (forme & fond) mais, fort heureusement, par ailleurs, et contrairement à vous, je suis bien incapable d’affirmer une chose puis son exact contraire (cf. supra).

            Par JL (xxx.xxx.xxx.25) 19 février 14:45
            prétentieux thuriféraires de la spéculation

            Je ne suis absolument pas concerné par ces qualificatifs car je ne nie pas la spéculation ni n’en fais l’apologie.

          • JL JL 19 février 2011 19:57

            Coué ?

            Mais qu’est-cre qu’il dit !

             smiley


          • oncle archibald 19 février 2011 09:11

            Merci Olivier pour ce rappel qui ne m’apprend rien parce que j’ai le privilège d’avoir un grand jardin plein d’arbres fruitiers et un coin de potager, mais combien parmi les enfants citadins auront encore le privilège de cueillir en se levant une reine Claude bien mure encore toute froide de la nuit et de la croquer en faisant attention au jus qui dégouline sur le pyjama .. 

            J’ai acheté une vielle maison de viticulteur avec grand jardin, cave, écurie, etc .. il y aura bientôt quarante ans .. Il reste encore quelques arbres dans le jardin qui étaient la avant nous .. quand il en meurt un nous sommes furieux car leur fruits, souvent moches, tordus,piqués par les insectes pleins de taches, sont proches de la perfection gustative .. Je ne traite pas, ou alors juste l’hiver en période d’arrêt de la végétation pour essayer (en vain) de détruire les prédateurs hivernants sous l’écorce .. 
            Du coup il y a très peu de fruits qui arrivent à maturité, mais quel goût .. J’ai le sentiment d’être hyper privilégié pour avoir accès à ce type de « merveilles » auxquelles sans doute ceux qui sont habitués aux fruits esthétiquement parfaits des supermarchés ne donneraient même pas un coup d’oeil ... J’ai moi aussi planté des arbres et des pieds de vigne en raisins de table pour essayer d’avoir des fruits au jardin de mai à novembre ... Les arbres jeunes ou bien les espèces que l’on trouve actuellement à acheter dans les jardineries ne donnent pas de fruits aussi savoureux que ceux des très vieux arbres ... Ce sont peut être mes petits enfants qui se régaleront après moi ... 

            Mes petits enfants qui ont chacun « leur arbre » planté pour eux à leur naissance ... L’olivier d’Olivier, l’arbousier de Nicolas, le pommier de Lucie, le cerisier de Paul, l’amandier de Mathieu, l’abricotier de zoé .. J’attends l’arrivée de mon septième petit enfant pour la fin du mois de mars .. ce devrait être une fille, ses parents choisiront l’espèce , comme d’habitude ... En milieu rural la vie est quand même moins stressante qu’en ville ... J’envisage de restaurer le poulailler et d’y mettre quatre poules, c’est largement suffisant parait-il pour ne plus acheter d’œufs ...

            • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 09:19

              oncle archibald
              je suis moi aussi un privilégié
              j’ai même des champignons qui poussent dans mon bois...
              pour les poules, j’ai arrêté, les renards en sont la cause....
              mais 3 ou 4 poules suffisent amplement.
              par contre, il est essentiel que les poussins aient été élevés sous la mère poule, afin qu’ils gardent l’instinct de couver, et essentiel aussi d’avoir un coq.
              je crois savoir que le pouvoir nutritif d’un oeuf avec le germe est plus important que le contraire.
              essentiel aussi que les poules soient en liberté, car elles aiment choisir leur alimentation, et sont de redoutables charognards, et de bonnes prédatrices de vipères.
              sinon, je m’amuse beaucoup a trouver des arbres fruitiers abandonnés : vignes, pommiers, et dont je suis sur qu’ils ne sont pas traités.
              au sujet des arbres, je conseille le plaqueminier, qui permet de manger des kakis en plein hiver, et le neflier plein de vitamines c.
              merci de ton commentaire.


            • BOBW BOBW 19 février 2011 19:06

              Nous avons un chef voisin qui stocke aussi les « poules » smiley


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 19 février 2011 09:22

              si ça se trouve on devrait ravaler son vomi , qui lui n’ est pas traité .... smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 10:06

                capitaine, mon capitaine !!!
                remarque, si l’on se souvient qu’il existe une thérapie qui s’appelle l’urinothérapie, peut-etre que çà marche avec le vomi.
                 smiley
                http://www.casafree.com/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=35205
                bon je vais boire un peu d’eau fraiche.


              • ZEN ZEN 19 février 2011 13:29

                Le capitaine a des nausées
                Normal, on parle de mauvais pain...


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 13:47

                ZEN
                sur le chapitre du pain,
                il m’a fallu quelques temps pour comprendre les astuces de sa fabrication,
                mais une fois qu’on sait, on trouve çà tellement simple qu’on se demande comment on a pu attendre si longtemps avant de le faire soi-même.
                je suis prêt à me déplacer si c’est pas trop loin, pour en faire la démonstration
                sinon par mail.
                ou même sur ce fil.
                 smiley


              • Razzara Razzara 19 février 2011 16:04

                @Owen

                Pour faire du pain soit même, rien de plus simple ! Pas besoin de machine à pain, mais
                un bon four qui monte à 260 °C est indispensable (électrique, à gaz, bois, peu importe).

                Donc, voici pour environ 5 - 6 baguettes :

                1 Kg de farine (Type 65 c’est pas mal), 3,5 cuillères à café de sel, 3,5 cuillères à café de sel,1,5 cuillères à café de levure sèche active que l’on mélange dans 700 ml d’eau chaude (pas plus de 37 °C !). On peut rajouter aussi des graines diverses selon son goût. Ces quantités sont données comme repère, avec un peu de pratique on fait ça ’à vue’ facilement.

                Bien malaxer à la main le tout dans un grand récipient 10 à 15 minutes jusqu’à que cela ne colle plus. Laisser alors reposer la pâte plusieurs heures (2 est un minimum) en couvrant d’un torchon pour que la levure fasse son oeuvre.

                Quand la pâte est levée, couper délicatement des parts pour confectionner vos pains sur une plaque destinée au four. C’est cette étape qui est à mener avec soin et ’amour’ dirais-je ... Il ne faut pas brusquer la pâte mais bien la manipuler avec tendresse. Ne pas oublier le petit coup de lame qui va bien sur le dessus !

                Reste à enfourner dans le four chaud et à laisser cuire. Faite cuire correctement votre pain, avec une belle croute bien foncée, craquante, il n’en sera que meilleur et digeste. (J’ai horreur de cette manie de citadin qui consiste à aimer un pain à peine cuit ... Remarque les boulangers sont content, ils économisent du courant. Mais aucun de ceux que je connais ne mange du pain comme ça ! Pas vrai Rocla ? )

                Une petite remarque de fin : les enfants aiment assez participer à ce genre d’activités, on peut aussi se faire une pizza dans la foulée .... On peut congeler des pains petits format et les passer au four après décongélation. Mangés rapidement ça le fait. Voila, voila, ’y a qu’à’ comme dirait l’autre.

                Razzara

                PS 1 : j’alterne ça avec du pain de l’AMAP du village pour varier les plaisirs, et Dieu sait que le bon pain en est un ! Ma préférence : pain de seigle super cuit, croute noire, un régal avec fromages, pâtés en tout genre, et autres cochonnailles.

                PS 2 : Rocla, si je respecte ta qualité de boulanger, encore que je n’ai jamais eu le loisir de gouter le fruit de ton travail pour en juger, Il faut bien dire que ton commentaire c’est de la merde. D’ailleurs ils sont bien rares ceux qui n’en sont pas .... Un très lamentable tableau !


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 17:24

                Owen
                j’ai vu qu’en dessous, Razzara y est allé de ses bons conseils,
                je vais faire un peu plus simple.
                perso j’achète de la farine bio complète, de la 110.
                dans mon récipient plastique (qui peut etre fermé hermétiquement) je met un peu d’eau de source (je donne pas volontairement la quantité)
                du gros sel marin gris, de la levure de boulanger fraiche ou lyophilisée (je n’en aurais besoin qu’une fois, puisqu’ensuite, il me restera de la matière du pain précédent)
                une heure après j’y reviens, et je mélange avec ma farine.
                je vais en mettre jusqu’au moment ou le mélange tient autour de la cuillère.
                cette pate
                elle doit être souple, pas trop sèche et faire une boule compacte.
                je couvre avec mon couvercle hérmétique et je ne m’en occupe plus.
                l’idéal est de la faire le soir, et de la reprendre au matin.
                (l’opération n’a duré que quelques courtes secondes)
                le matin, elle a levé.
                je graisse le récépient dans lequel je vais mettre le pain à cuire. (huile d’olive pour ma part)
                je farine le fond.
                puis je m’occupe de ma pate : je la fait retomber, en y rajoutant un peu de farine :
                c’est le moment essentiel
                il faut que la boule faite reste souple, et ne colle pas au doigt : c’est pour çà qu’il faut rajouter la farine petit à petit jusqu’à l’obtention de cette souplesse.
                quand on pense que c’est pret, on vérifie en enfonçant un doigt dans la matière.
                l’empreinte du doigt doit disparaitre, la boule gardant sa forme initiale.
                il n’y a plus qu’ a mettre dans le récipient qui a été préparé et laisser remonter la pate
                elle doit avoir au moins doublé de volume.
                à ce moment, on allume le four (j’ai la chance d’avoir un four à bois qui chauffe des 4 cotés)
                mais un four banal fait aussi l’affaire.
                à 180/200 degrés on enfourne, cuisson 40 minutes environ.
                on sort le pain du four quand çà sent bon !
                travailler à l’odeur, c’est l’idéal.
                je démoule, et je laisse le pain devenir froid avant de déguster.
                bon appétit.


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 19 février 2011 17:30

                Razzara

                Il faut bien dire que ton commentaire c’est de la merde. D’ailleurs ils sont bien rares ceux qui n’en sont pas .... Un très lamentable tableau !

                Enchanté , ici Rocla ...... smiley


              • eugène wermelinger eugène wermelinger 19 février 2011 17:51

                Bonjour Olivier. Excellent comme d’hab ton article.
                En ce qui concerne Amaroli (urinothérapie) je pense que tu devrais changer d’opinion négative.
                Pour le pain, ai-je le droit de renvoyer à mon article : Machine à pain - voir dans mes articles sur AV.

                Cordialement. 


              • eugène wermelinger eugène wermelinger 19 février 2011 17:54

                le lien : 


                mes excuses, cela avait du mal à passer .

              • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 2011 18:13

                Eugène
                bien sur ton article est le bienvenu
                au sujet de l’urinothérapie, je ne critique pas, mais il faudrait que j’essaye d’abord, et j’en ai pas trop envie.
                 smiley
                pour la machine à pain, par contre, je suis assez réservé,
                j’ai quelques amis qui en ont, et je trouve le résultat un peu décevant,
                çà ne vaut pas, à mon humble avis, un pain cuit au four.
                mais... pourquoi pas ?
                 smiley
                à+ amicalement


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 19 février 2011 18:27

                Si  vous cherchez un chargé de miction pour   tester la cacathérapie je signale ma non-candidature ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès