Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Je vis sur une autre planète !

Je vis sur une autre planète !

Mon propos est de souligner un paradoxe géopolitique : au sein d’une Europe qui se veut moderne, laïque, égalitaire, mettant au frontispice de ses priorités la défense des Droits de l’Homme, il existe un petit pays qui représente à lui seul un condensé de paradoxes et de contradictions. Il s’agit de la principauté de Monaco.

Acceptée comme membre de l’ONU le 28 mai 1993, acceptée ensuite comme membre du Conseil de l’Europe le 5 octobre 2004, signataire du protocole de Kyoto en 2005 (un des derniers pays à avoir signé), la principauté de Monaco n’en accuse pas moins un retard vertigineux vis-à-vis de la majorité des pays européens, dans les domaines économique, politique, juridique et social. Je ne vais pas énumérer ici toutes les anomalies qui font de ce petit pays, par certains aspects, un bastion moyenâgeux, je me bornerai à un seul exemple qui met quelque peu en émoi la population locale. Évidemment, avec 7000 nationaux et à peine 32 000 habitants, l’actualité monégasque laisse le reste de la planète totalement indifférent, et c’est normal.

Mais le thème qui fait débat aujourd’hui dans les chaumières monégasques a pourtant de quoi mobiliser l’opinion des pays voisins, ne serait-ce que la France.

En peu de mots, voici ce dont il s’agit : sans doute l’ignoriez-vous, mais selon la loi en vigueur à Monaco, loi qui s’applique à tous ceux qui y résident, autochtones ou étrangers, l’avortement est illégal. Pas simplement l’interruption volontaire de grossesse, non, l’avortement médical également, connu sous le nom d’ITG, « interruption thérapeutique de grossesse ». Non seulement la pratique de l’avortement est punie par la loi, mais en plus la femme qui s’en rendrait « coupable » perdrait la garde de ses enfants en cas de divorce, et l’avortement lui-même serait d’ailleurs un motif suffisant pour que le mari demande et obtienne le divorce, aux torts de l’épouse.

Incroyable, me direz-vous, d’autant plus que géographiquement, la frontière monégasque est mitoyenne de la France, c’est une enclave !

Il y a cependant une explication : à Monaco, la religion catholique romaine est, selon la Constitution, religion d’État, et à ce titre, ce petit pays est dit « concordataire ». Cela signifie que l’Eglise est soutenue financièrement par l’État, et les religieux sont salariés, avec logements de fonction et véhicules de fonction. Disons-le avec des mots simples, être prêtre catholique à Monaco, c’est cool. Fort heureusement, la liberté de culte est néanmoins préservée et l’on trouve aussi à Monaco une église protestante, une église anglicane et une synagogue, même si, pour l’heure, il n’y a pas de mosquée.

Fort de cette situation de plein privilège, le clergé catholique bénéficie d’un grand pouvoir, se mêle d’un certain nombre d’affaires sociales et prend part à de nombreuses décisions, dès que la morale chrétienne peut avoir son mot à dire.

Comme notre Conseil national (nom du parlement monégasque comprenant 24 conseillers élus au suffrage universel pour une durée de 5 ans) a souhaité moderniser la loi sur l’avortement, et donc dépénaliser l’ITG, il s’en est suivi une levée de boucliers de la part du clergé, archevêque de Monaco en tête.

Ce dernier est en effet parti en campagne la semaine dernière, en allant d’église en église, avec un ton alarmiste, pour prévenir les fidèles du « danger » et leur demander de se mobiliser contre la légalisation de l’ITG. On se croirait revenu cinquante ans en arrière. Je vous rappelle que l’on parle bien d’ITG, et qu’il n’a jamais été question d’IVG, sujet qui n’est même pas à l’ordre du jour.

L’archevêque brandit haut et fort le sacro-saint principe de la « primauté de la vie » sur toute autre considération. Il existe d’ailleurs à Monaco un comité de soutien chrétien, issu de l’Eglise, destiné à accueillir les femmes enceintes pour les empêcher d’avorter. Il est bon aussi de rappeler l’attitude du pape Benoît XVI qui affirme que, je cite : « dans le cas de l’avortement, la peine de mort frappe quelqu’un d’absolument innocent ».

Pour tout arranger, quelques spécialistes du droit monégasque pensent que le projet de loi ne passera pas, à cause de la pression vaticane. En conséquence de quoi, les femmes enceintes qui souhaitent avorter continueront de la faire dans la plus grande discrétion, obligées de se cacher, en allant tout simplement en France.


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • nO (---.---.128.14) 16 mars 2006 11:43

    C’est avec stupeur que je vous lis, je ne pensais pas que cela puisse encore exister si pres de chez nous. Cela nous prouve encore que les integristes de tout bords ont encore les moyens de faire pression sur les gouvernements.


    • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 16 mars 2006 12:16

      Que cela vous étonne ne m’étonne pas. Il faut que vous sachiez que la politique du gouvernement princier, fermement assise par Rainier III et perpétuée par son fils et successeur Albert II, consiste à imposer un certain contrôle sur les médias pour que « les faits susceptibles de dévaloriser la Principauté ne fassent pas l’objet de campagnes de presse ».

      Ainsi, juste pour citer quelques exemples, la presse locale ne RELATE JAMAIS de faits divers négatifs : pas de vols, pas de crime, pas de viol, on ne parle pas non plus des « affaires » où des Monégasques vont en prison, bien entendu on ne parle pas non plus de pollution, ni de drogue dans les écoles, même si tout cela existe bel et bien. Seule la presse étrangère, en particulier la presse française, prend parfois à coeur de révéler quelques scandales, mais ça ne va pas bien loin. La presse locale « rattrape toujours le coup » en accusant la France de « jalousie » et autres bêtises du genre.

      Si vous avez vu le film « Bienvenue à Gattaca »... Les nouvelles sont toujours bonnes et tout va toujours très bien...


    • Mathieu Morel 16 mars 2006 13:11

      Attention, je ne suis pas anti-IVG (encore moins anti-ITG), je suis plutôt un « pro », prudent... Mais est-ce si aberrant que ça de considérer un foetus comme un être vivant, voire humain, dès les premiers instants de sa conception ? Est-ce vraiment inconcevable ? Ne faudrait-il pas alors, dans le doute, considérer les « antis » avec autant de respect que les « pros » ?


      • PJ-BR (---.---.220.140) 17 mars 2006 13:47

        Non !!!

        Les anti-IVG ne sont pas à mettre sur le même plan que les pro-IVG. Les anti-IVG veulent imposer leur mode de vie aux autres (puisqu’ils interdisent aux autres de choisir l’IVG). Aux dernières nouvelles les pro-IVG n’imposent pas aux autres de subir une IVG.

        Un fœtus n’est qu’un amas de cellule. Ce n’est pas un être vivant, pas plus qu’un ovule ou un spermatozoïde. Dire qu’un fœtus est un être humain c’est la rhétorique classique des anti-IVG pour transformer l’IVG en assassinat. Toutes les occasions sont bonnes pour y arriver (plaider la circonstance aggravante quand une mère perd son bébé dans un accident de voiture, faire monter la mayonnaise émotionnelle sur le sort des fœtus de l’hôpital Saint Antoine...).

        Les pro-IVG sont un ramassis de moralisateurs assez hypocrites pour refuser l’IVG au nom de la sacralisation de toute vie tout en prônant (pas toujours mais souvent) la peine de mort. Qu’ils nous lâchent un peu.


      • SebM (---.---.28.230) 16 mars 2006 13:13

        Euh ...... ils parlent de quoi alors dans cette presse locale ?!! Oups, c’est vrai, je suis peut-être un peu déformé par la presse française ....


        • (---.---.216.46) 16 mars 2006 13:45

          bein ils peuvent toujours commenter les faits et geste du roi (les princesses on évitera elles sont trop « débauchées ») voir son enfant naturel (il a pas fais avorté la mère :) ) enfin presque tout ce que tu touve dans la presse people et en plus ils peuvent critiquer la france et les autres voisins pour montrer que c ’est mieux a monaco.... il y a donc de quoi remplir les pages de la presse locale.... oups j ai failli oublier la météo des plages :)


        • Bartalin (---.---.186.204) 16 mars 2006 13:41

          Bref, une belle attaque de la religion catholique, mais qui ne dis pas son nom ! Allez faire un tour à cette adresse :

          http://www.priestsforlife.org/resources/photosbyage/index.htm

          Et là on reparlera de l’obscurantisme... !

          Bon vent les vieux !


          • (---.---.216.46) 16 mars 2006 13:50

            faut bien se défouler sur quelqu’un :)) les juifs sont tabou (c’est de l’antisémitisme), les musulmans sont dangereux (tu critique et tu te retrouve avec des bombes des menaces de morts des manifs etc... voir l’affaire des caricatures) les protestants sont divisés en + de 2000 église rien qu’au états unis (alors ils est dificile de les attaquer en bloc : ils ne sont même pas d’accord entre eux :)et en plus il n’y a ni doctrine ni hiérarchie alors.... Heureusement qu’il nous reste les cathos :) (en plus ils on l’habitude !)


          • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 16 mars 2006 14:12

            Contrairement à ce que dit « (IP:xxx.x6.216.46) » qui n’a pas laissé de nom, la presse locale n’est pas du tout people, mais effectivement il existe ce qu’on appellera plutôt une presse « légitimiste » qui se borne surtout à faire des reportacges très « clean » sur les soirées de bienfaisance... Pour le reste il y a matière : le sport, la météo, la vie des quartiers, les concerts, les conférences, les débats politiques internes, etc. (en fait du moment que l’on ne dit pas du mal des princes, tout baigne)...


            • ni-ni (---.---.216.46) 17 mars 2006 01:23

              ohé une pointe d’humour ne fait pas de mal !!!! désolé j avais oublié de mettre mon pseudo habituel.... en plus je connais ni monaco ni sa presse..... mais vu le ton du commentaire auquel je répondais (humoristique) je me permettai d ’en remettre une couche ... et ce sans AUCUN esprit d’animosité ... il faut dire que vue de france monaco n’existe pas en dehors de ses peoples (due a une fiscalité très interessante) et des frasques de la famille rainier (stéphanie caroline et « the king » :))... alors étant donné le reste des nouvelles du monde on peut rire de Monaco :)


            • hop (---.---.80.136) 17 mars 2006 01:55

              Il y a un 2ème pays dans ce cas, aussi jusqu’au-boutiste mais certes moins concerné pour lui-même tout en s’en mêlant partout où il peut, c’est ... le Vatican !

              En matière d’anachronisme, il se pose là.


              • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 17 mars 2006 10:16

                S’agissant du vatican, il faut quand même souligner qu’il s’agit d’un « état artificiel » créé par les accords de Latran avec Mussolini en 1929, et que son statut est très particulier car il ne confère pas de nationalité (la nationalité vaticane n’existe pas). La citoyenneté peut être accordée temporairement par le pape.

                Monaco, au contraire, est une nation réelle, dont l’existence est vieille de plus de 700 ans. Il existe un peuple monégasque réel, des citoyens, qui subissent une loi archaïque pas certains aspects. Au Vatican, les résidents y sont tous « volontaires », c’est là une énorme différence...

                Sur un autre point, le Vatican est également un cas très particulier, c’est sa représentation à l’ONU : C’est le Saint-Siège (ensemble des institutions de l’Église catholique romaine) et non l’État de la Cité du Vatican qui dispose d’un siège d’observateur à l’ONU. De ce fait, le catholicisme est la seule religion officiellement représentée à l’ONU (ce qui pourrait, à bon droit, poser un jour un sérieux problème avec les autres religions majeures de la planète, bouddhisme et islam).


              • Silent Bob (---.---.29.180) 19 mars 2006 15:41

                Etant un citoyen monégasque, j’admets que Monaco n’admet pas l’IVG sur SON territoire, mais en dehors il est tout à fait possible de le faire. Je pense que toute femme qui procède à un IVG ne l’affirme pas sur place public. Il en va de même à Monaco. Je ne pense pas que la vie soir si différente à Monaco qu’ailleurs, il ya des particularités plus ou moins choquantes (je suis pro IVG à 100%) pour les personnes qui n’y vivent pas. Mais justement ces personnes n’y vivent pas. J’ai vécu en dehors de Monaco plusieurs années, mais j’y suis né, j’y habite maintenant, et très honnêtement, la vie du quidam est la même qu’en france, il ya de la pauvreté (oui oui vous avez bien lu), il y a des gens qui travaillent et qui gagnent un salaire a peine supérieur aux salaires français, Monaco est une ville comme toutes les autres avec une catégorie de personnes qui en font la renommée et qui ne sont pas majoritaires.

                Donc oui l’IVG n’y est pas toléré, oui nous sommes un Etat catholique, mais au moins nous sommes moins idiots qu’en France et ce sur de nombreux points ! Bien sur tout n’y est pas parfait, mais notre économie se porte bien, elle est florissante, les banques ont fait de réels efforts sur l’argent sale si bien qu’il y en a moins qu’a Paris (je suis banquier je sais comment nous ouvrons des comptes), nous avons une ville propre, il y a bien plus de social qu’en france, alors oui vous vivez en france sur une autre planète que la mienne c’est certains, mais je préfère la mienne à la votre cela aussi j’en suis certain.


                • Silent Bob (---.---.29.180) 19 mars 2006 15:49

                  En ce qui concerne la presse, la presse monégasque est extrêmement minoritaire, bien sur il y a un comité de censure qui ne fait pas paraitre certains journaux people, mais bon les gens courent se les procurer au magazin de journaux à deux pas du côté français. La presse en elle même se compose de quelques magazines economiques sur la principauté et ses projets, et le Monaco matin qui lui dépend du Nice Matin. Alors effectivement il y a quelques vols à Monaco, oui il y a des choses parfois totalement répréhensibles qui ne sont pas dites, mais tout le monde le sait ici, Monaco est un Village et tout se sait très vite. Mais la sécurité y est bien meilleure qu’en france, cela ne fait aucun doute, alors vous savez attaquer 2 ou 3 journaux alors que 99,50% de la presse lue à Monaco est d’origine francaise ou Italienne, vous exagérez un peu je pense.


                • Silent Bob (---.---.29.180) 19 mars 2006 17:16

                  Excusez moi je n’avez pas vu ni votre site ni que vous étiez de Monaco, je pense que vous devez connaitre Monaco aussi bien que moi, mais vous semblez oublier que Monaco est une principauté, non pas une république, et que cela a des avantages comme des inconvégnants comme tout régime.


                  • Cop. (---.---.111.22) 19 mars 2006 17:48

                    Loin des clichés, la Principauté de Monaco connaît essentiellement comme presse et sources d’informations les télés, radios et journeaux français.

                    Le statut de ce micro-état se caractérise plus par un statut de protectorat français depuis les accords de Versaille qui définirent le statut de la Principauté.

                    Ce état ne peut avoir de politique extérieure antagonique à celle de la France, l’équivalent du premier ministre est français.

                    Ces dernières années ce micro-état a essayé doucement de s’écarter de cette tutelle.

                    Pour ce qui est de sa politique interieure les detenteurs de la nationalité monégasque sont très minoritaires et les Français sont très majoritaires dans la population.

                    Pour continuer, et à la louche, le prince est à l’initiative des lois et à la conclusion (si je puis dire). Et le pouvoir du parlement de cet état est + équivalent à celui du Sénat chez nous (c’est à dire pas grand chose) que de l’assemblée nationale des députés en France.

                    Le prince a un pouvoir décisif sur toute la politique interne (beaucoup plus puissant que le rôle d’un président ou d’un premier ministre dans une démocratie). Tout revient au fond à lui, du pouvoir législatif au pouvoir executif (les seuls terrains de partage sont avec la France et pas avec les représentations internes qui ont + une influence morale qu’autre chose).

                    L’interdépendance avec le département français voisin (les jeunes en provenance de Monaco vont souvent continuer leurs études en France) fait que pour beaucoup de choses, surtout dans le domaine des moeurs, on trouve de mêmes mouvements de liberation qui heurtent, il est vrai, de plein fouet la construction très catholiciste de ce micro-état. Et l’avortement ne fait pas exeption à la règle.

                    Le statut de la femme est en pleine évolution (il était, il y a peu de temps, très inégalitaire ) même si de profondes évolutions sont encore à attendre.

                    Un de nos amis citait les 30 000 habitants et les 7000 monégasques , et je pense qu’il faut rajouter à celà une chose importante : 40 000 salariés .

                    Ce dernier élément montre que les images people ou « rien ne va plus » sur Monaco ne correspondent pas aux images d’épinal existantes sur ce micro-état.

                    Etablissements financiers, ingénierie et bureaux d’études (par exemple de l’offshore pétrolier), petites usines (produits de beauté avec usines de L’Oreal à Lancaster, sous-traitance de pièces plastiques pour l’automobile, etc), établissements de santé de qualité, etc, sont autant d’activités qui donnent des sources puissantes de revenus à la Principauté en plus de l’immobilier, les jeux et le tourisme.

                    Et il existe des syndicats à la puissance non négligeable.

                    Il reste effectivement à couper le cordon ombilical avec l’église qui possede une puissance trop grande et à élargir l’obtention de la nationalité à une plus large proportion de la population, developper un parlement aux réels pouvoirs, élargir les libertés existantes.

                    Cop.


                    • miaou (---.---.102.1) 19 mars 2006 19:35

                      Je vis en Alsace-Lorraine, où « sévit » également cet épouvable concordat, en accord avec l’immense majorité de la population (>90%, pourcentage d’ailleurs en hausse ; voilà pour l’aspect démocratie). les membres des cultes catholiques, protestants et juifs sont rétribués (mais l’IVG a droit de cité ! !!) C’est que notre Concordat fait partie d’un droit local, qui accorde (entre autre) de meilleurs remboursement de la sécurité sociale, des jours fériés supplémentaires... Ceci est est un legs de l’Allemagne bismarkienne, sous le joug duquel nous étions entre 1871 et 1919 (donc nous ne sommes pas concernés par la loi de 1905). C’est d’ailleurs marrant que ce système (archaïque ?) est plus performant que le système français contemporain. Ainsi, toucher au Concordat serait vécu (et à raison) comme une brèche à nos acquis sociaux ; Je connais même des athées enragés (anticléricaux de base) qui refusent qu’on y touche, au nom d’un certain régionalisme.

                      Il existe un présupposé en France qu’un état démocratique doit être laîc. Il est facile de citer des états laïcs, mais non démocratiques (anciennes démocraties populaires, Cuba, la Chine, l’Irak de Saddam) ou des pays démocratiques, mais non laïcs (Royauume-Unis, Grèce et d’autres pays de l’UE qui ont une religion officielle). La laïcité (notion de définition extrêment floue) fait partie de l’histoire particulière de la France ; si elle peut être un « faciliteur » de démocratie dans certains cas (comme l’a été le catholicisme en Pologne, per exemple), il importe de ne pas généraliser.


                      • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 19 mars 2006 22:24

                        Eh bien je suis content de voir que ma prose suscite quelques réactions de la part de personnes qui habitent aussi Monaco. Chacun est libre d’exprimer son opinion et c’est très bien.

                        Remercions l’opportunité que nous offre Agoravox d’avoir cette liberté du « dire » que ne nous auraient offert ni Monaco-Matin, ni l’Observateur Monégasque, ni Monaco-Hebdo... Ni la presse française extérieure d’ailleurs, qui ne s’intéresse pas à Monaco, sauf pour alimenter les rumeurs idiotes concernant la famille princière, en ignorant totalement que Monaco existe aussi à travers un peuple.


                        • arf (---.---.2.219) 29 mars 2006 00:48

                          Euh, excusez-moi, quand on parle de paradis fiscal, je pense à la suisse, Lichtenstein pour les plus près de nous. On comprendra que pour un Français, par exemple, qui vient à Monaco mettre son fric dans les Banques « pseudos Monégasques » controlées par le Fisc Français, cela n’est pas vraiment intéressant puisque aussi tous les français sont obligés d’être déclarés dès leur ouverture de compte !

                          Non je dirais que Monaco est un beau paradis fiscal, pour les Monégasques surtout.

                          Maintenant en ce qui concerne la qualité de vie, on va dire qu’on n’a pas à se plaindre. Mais en ce qui concerne le progrès aussi bien technologique que législatif, je pense que certains pays, comme les anciens bastions communistes qui intégrent l’europe petit à petit, sont beaucoup plus en avance sur nous. Vive Monaconnerie et la mafia Française, la plus implantée par rapport aux autres.


                          • Scipion (---.---.242.126) 20 avril 2006 08:03

                            « Végétariste (végétarien militant), écosophe, alter-mondialiste, alter-consommateur, décroissantiste, naturiste, libre-penseur... »

                            Mort de rire ! Avec un tel pedigree, en forme de caricature des tartalacrèm’s de l’engagement « progressiste » contemporain, il crève les yeux qu’on ne saurait être domicilié sur notre bonne vieille Terre, au milieu de ses bons vieux humains... smiley)


                            • zoï (---.---.58.60) 20 avril 2006 10:54

                              Plutôt estimable, car végétariste et naturiste signifie que ce monsieur, contrairement à nombre de gens de gauche, ne se limite pas à des discours... L’art de vivre n’est pas forcément de droite.


                            • Daniel Milan (---.---.168.171) 20 avril 2006 11:17

                              Je ne fais que survivre dans mon quotidien, en France totalitaire. Une France, où sévit de fait, un racisme d’Etat, qui ne me reconnait aucun droit, comme du reste à la plupart de nos concitoyens !...


                              • faxtronic (---.---.183.158) 21 avril 2006 22:49

                                encore ce daniel milan, ce persecuté..... Va mourir en palestine et ne nous pollue plus.


                                • (---.---.177.214) 23 avril 2006 04:26

                                  Bravo la liberté d’expression ! On n’est pas en Israël ici même si c’est indirectement pareil.


                                  • anne-hélène (---.---.97.185) 1er décembre 2006 18:45

                                    Ayant vécu une IVG peu apres le vote de la loi Veil en France, je peux dire que les pro-IVG portent une forte responsabilite dans la mort de mon enfant plus d’un mois après sa conception dont le corps a été déchiqueté par une IVG par aspiration alors que son coeur battait déja. Jeune fille je croyais fermement les mensonges vehiculés par les pro-ivg à télévision. 1 que l’IVG etait un grand progrès pour les femmes. 2 que l’embryon n’était pas un enfant.

                                    A la naissance de mon premier enfant des années plus tard ; tout cela s’est écroulé et j’ai réalisé qu’il fallait avoir perdu tout espèce de bon sens pour penser aider une femme en l’aidant à détruire la vie de l’être le plus proche d’elle, celui qui portait dès la conception la moitié de ses gênes.

                                    Donc à celui qui ecrit : « Les anti-IVG ne sont pas à mettre sur le même plan que les pro-IVG. Les anti-IVG veulent imposer leur mode de vie aux autres (puisqu’ils interdisent aux autres de choisir l’IVG). Aux dernières nouvelles les pro-IVG n’imposent pas aux autres de subir une IVG. » Je repondrai qu’il ne peut donner son commentaire que parce que sa mere ne l’a pas avorte. Mon enfant n’a pas eu cette chance. La victoire des pro-IVG lui a impose une mort qu’il n’aurait pas choisi pour lui même et que je n’aurai pas choisi non plus si j’avais été mieux informée et mieux soutenue et si l’IVG n’avait pas été une option. Malheureusement cela ne s’est pas passé et je dois vivre depuis plus d’un quart de siècle avec le cauchemar et la douleur d’avoir fait supprimer mon premier enfant à naître et c’est une place que je ne recommande à personne.

                                    A la même personne qui écrit : « Un fœtus n’est qu’un amas de cellule. Ce n’est pas un être vivant, pas plus qu’un ovule ou un spermatozoïde. » il me semble avoir de grosses lacunes en génétique car dès le moment de la conception et de la fusion du spermatozoide et de l’ovule, l’être ainsi conçu a tous les chromosomes d’un être humain à la différence du sperme et de l’ovule qui n’en porte chacun que la moitié.

                                    Dans cette phrase « Les anti-IVG sont un ramassis de moralisateurs assez hypocrites pour refuser l’IVG au nom de la sacralisation de toute vie tout en prônant (pas toujours mais souvent) la peine de mort. Qu’ils nous lâchent un peu. » Je ne me retrouve pas sous l’insulte de moralisatrice hypocrite et je suis contre la peine de mort qui ne peut se justifier que dans le cas de la légitime défense.

                                    Mon pauvre bébé, qui n’attentait pas du tout à ma vie, est bien mort de manière totalement injuste et injustifiable. La dernière dignité qui me reste est de pouvoir parler en son nom et aux noms de tous les enfants à naître qui sont un peu plus que des amas de cellules en particulier dans le coeur de celles qui les ont portés ne seraient ce que quelques semaines, je pense à toutes les mères que j’ai rencontrées qui souffrent en silence et depuis des années d’un avortement passé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès