Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Journée Mondiale des Toilettes 2016

Journée Mondiale des Toilettes 2016

UNE SITUATION CONTRASTEE AU MAROC DE L’ACCES DE LA POPULATION A L’HYGIENE, L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT

Le 19 novembre est la journée mondiale de sensibilisation pour un meilleur accès de tous à l’hygiène, l'eau et l'assainissement, principalement avec des toilettes dignes de ce nom. Deux chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sont impressionnants à cet égard : 2,5 milliards de personnes dans le monde n'ont pas de toilettes personnelles. Parmi eux, près d'un milliard n'ont même aucun accès à des toilettes, la plupart habitant dans une dizaine de pays comme l’Inde ou le Nigéria. Le Maroc lui connaît une situation contrastée en ce domaine

UNE HYGIENE ET DES INFRASTRUCTURES ENCORE LARGEMENT INSUFFISANTES AU MAROC 

Même si des progrès ont été enregistrés toutes ces dernières années, 25 % des marocains ne disposent pas dans leurs logements d’un assainissement correct (WC, latrines dalle, latrines à fosse ventilée, toilette compost) selon le mouvement français « Coalition Eau ». 6 000 écoles, en zone rurale surtout, manquent d’équipements sanitaires et hygiéniques de base, en particulier de toilettes, selon une étude en 2015 de l’Unicef, ce qui provoque un abandon de l’école par des jeunes filles pour des raisons de pudeur compréhensibles. De plus, l’entretien et l’hygiène des toilettes publiques, quand elles existent dans les hôpitaux, les écoles, les cafés, les restaurants et autres lieux, sont encore bien défaillants et sources potentielles de maladies.

 Au-delà des toilettes, c’est aussi le système d’accès à l’eau potable et à l’assainissement qui est en question. Les progrès ont été considérables pour la disponibilité en eau potables : aujourd’hui, il est de 100% dans les villes et de 94,5% dans le milieu rural contre seulement 20 % globalement, il y a 20 ans.

L’assainissement reste par contre un sujet de préoccupation majeure : s’il est prévu qu’en milieu urbain en 2018, le taux de raccordement à l’assainissement soit de 80% et que l’équipement en traitement des eaux usées s’y développe assez rapidement, le milieu rural reste toujours le « parent pauvre » avec un taux de raccordement inférieur à 10% tandis que le taux de dépollution des eaux usées ne dépasse même pas 3% !

Quand les eaux ne sont pas traitées, les pollutions organiques (matières fécales humaines et animales en suspension dans l’eau), chimiques (agricoles, industrielles) ou les résidus médicamenteux nuisent gravement à la qualité des eaux (notamment des nappes phréatiques sensées nous fournie une eau potable), des écosystèmes et à la santé.

 

LES RISQUES INFECTIEUX DEMEURENT ET LA VIGILANCE EST DE MISE

Les maladies infectieuses sont en nette diminution au Maroc sans être éradiquées complètement pour les plus sérieuses d’entre elles.

On appelle "péril fécal" l'ensemble des infections qui peuvent être transmises lorsque l'eau, les aliments (en particulier les légumes) ou les objets (poignées de porte, lunettes de toilettes, par exemple) sont contaminés par des germes présents dans les déjections humaines. Ces infections peuvent être à l'origine de diarrhées virales et bactériennes, de typhoïde, d'hépatites, de maladies parasitaires, de poliomyélite, etc. On notera le rôle important des insectes dans ces transmissions comme les mouches qui, collectent sur leurs pattes des résidus de substances fécales et des pathogènes et les déposent sur les aliments, les mains, les visages…

La salissure des mains reste aussi un des moyens privilégiés de transmission. Rappelons que pour se laver les mains de façon efficace, il faut : enlever ses bagues et autres bijoux, se mouiller complètement les mains, prendre du savon et bien le faire mousser, se frotter les mains, les poignets, les avant-bras et entre les doigts, pendant au moins 15 secondes, se nettoyer le dessous des ongles, rincer abondamment, se sécher les mains avec une serviette personnelle, jetable de préférence, ou sous le séchoir et éviter de toucher des surfaces souillées en quittant les toilettes.

 Rappelons enfin que ne pas utiliser des toilettes quand on est hors de chez soi par peur de contamination est aussi un problème : une vidange trop rare ou incomplète est en effet une cause d’infections urinaires !

Au total, on voit donc que des efforts importants restent à accomplir dans notre pays pour ce droit basique et de justice sociale qu’est l’accès de tous à des services appropriés d’assainissement et d’hygiène, assurance d’une meilleure santé et qualité de vie. 

A l'occasion de cette journée, l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) a soutenu et s’est associé à la marche qu’a organisée l’association EWA (Environmental Women Association) à Casablanca, le 19 novembre 2016, pour célébrer cet événement. 

Casablanca, le 19 novembre 2016

 

Dr Khadija Moussayer

Spécialiste en médecine interne et en gériatrie

Présidente d’AMMAIS

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • armand 19 novembre 17:30

    Bonjour, nous aurons surement besoin de vos services en 2017 smiley


    • genrehumain 19 novembre 17:52

      Merci pour cet excellent article.


      • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 19 novembre 21:18

        @genrehumain


        Bonsoir
         
        C’est moi qui vous remercie beaucoup de votre appréciation

      • sarcastelle 19 novembre 19:48

        Je n’ai pas de toilettes et utilise à la place les recoins de mon terrain, au fin fond de la France profonde. Si, si, je le jure sur la tête de Fillon. 

        .
        Attendu que c’est dans le tiers-monde qu’on a le plus d’absence de toilettes, je me demande si une riche Française (pilotesse d’ulm, motarde, etc.) qui trouve drôle de n’avoir pas de commodités doit être considérée comme insultant la misère des contrées miséreuses ? 

        • HELIOS HELIOS 20 novembre 04:06

          @sarcastelle
          Je peux faire une remarque... peut etre pas tres élégante, certes, sous forme de question ?


          Vous ne mettez pas de culotte, pour aller plus vite - sur votre terrain ! et malgré le froid, le vent... ???

          Bon, je me retire, il est presque minuit 10 ici... dormez bien braves gens c’est bientôt l’heure, chez vous.

        • sarcastelle 20 novembre 08:58

          @HELIOS

          .
          J’utilise une tinette qui sert d’intermédiaire. Et connaissez-vous la liqueur de Labarraque ? 

        • HELIOS HELIOS 20 novembre 13:40

          @sarcastelle


           ??? ... je connais l’eau de javel, cela doit y ressembler beaucoup selon mes souvenirs d’étudiant.

          Si c’est cela dont vous voulez parler, il est de plus en plus difficile d’en trouver a un bon dosage et sans additifs destinés plus a en augmenter le prix que l’efficacité.

        • cétacose2 20 novembre 08:42

          Aujourd’hui dimanche ,on vote ,et nous avons 7 crottes à éliminer .Mais nous n’avons ,en France,pas de chasse d’eau assez efficace pour les éliminer......


          • Le421 Le421 20 novembre 17:59

            @cétacose2
            On vote...
            Vous votez !!

            Je ne travaille pas au Sictom, je ne suis pas un spécialiste du tri des ordures...


          • jjwaDal jjwaDal 20 novembre 19:59

            L’accès à des toilettes dignes de ce nom et l’accès à l’eau potable sont deux sujets cruciaux et liés surtout dans les pays dont la ressource en eau (surtout potable) est limité et la richesse des sols en matière organique un soucis.
            Les WC à chasse d’eau semblent la pire solution, gaspillant à la fois la ressource en eau et la matière organique censée retourner au sol avec les minéraux prélevés.
            Les toilettes sèches sont une formule qui utilisent un minimum d’eau. Un peu technique car il faut éviter les pontes d’insectes, la méthanisation est aussi une formule à développer.
            Evidemment on peux imaginer que les entreprises occidentales sont aux aguets pour reproduire notre imbécile système qui gaspille à la fois la ressource organique et l’eau et coûte très cher en dépollution/traitement.
            Développer et faire connaître les alternatives est crucial.
            Incidemment ici en France et en ville (avec un bon jardin), les toilettes sèches sont une alternative. Alors pourquoi pas en Afrique et ailleurs ?...


            • sarcastelle 20 novembre 21:40

              @jjwaDal

              .
              Les toilettes sèches, il paraît que c’est l’avenir écologique de même que le bifteck d’insectes. 
              Avez-vous une troisième chose encore qui soit aussi appétissante que ces deux-là ? 
              .
              Pour mémoire on rappellera que l’eau n’est jamais détruite par ses usages, qu’elle est indéfiniment recyclable et qu’en dehors d’une disette saisonnière ici où là, son économie n’a aucun sens à part faire dire des sottises aux écologistes. 


            • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 21 novembre 00:17

              @jjwaDal
              Bonsoir

              Je suis tout à fait d’accord avec vous surtout que le Maroc a des problèmes hydriques.
              Les toilettes sèches s’y développent un peu

            • jjwaDal jjwaDal 21 novembre 20:05

              @sarcastelle

              Vous connaissez peu le sujet sans doute.Il faut énormément d’eau en circulation pour évacuer des millions de pipis/cacas. Les stations d’épuration traitent les rejets urbains et donc au final vous mélangez produits chimiques et organiques et vous encaissez une énorme évaporation au niveau de centrales qui sont des complexes très coûteux.
              Tout ça pour séparer ce qui n’aurait jamais dû être mélangé (un engrais précieux pour les sols depuis 200 millions d’années et de l’eau potable en occident). Vous trouvez cela sensé ? Nous non, pas plus que des rapports internationaux faits sur le sujet.
              L’aspect dans notre salle de bain est celle d’un bac remplis de copeaux de bois humide ou paille de lin. Aucune odeur, aucun insecte.
              En deux ans de maturation au jardin en tas de compost on obtient un terreau typique de sous-bois.
              La méthanisation est meilleure mais nécessite des investissements pour avoir au final un meilleur compost et du méthane, donc de l’énergie. Nous on a choisis l’épandage de boues organiques chargés en résidus de polluants sur les sols, le gaspillage de l’eau et les coûts élevés pour un confort dérisoire.
              Et merci à l’auteur pour cet article smiley


            • jesuispascontent jesuispascontent 21 novembre 11:29

              La main gauche et d’l’eau il a dit Momo, les toilettes c’est un truc d’occidentaux décadents.


              • streamavf streaming vf 23 novembre 04:59

                 Merci, 

                 @Dr Khadija Moussayer
                Je me demande s’ils ont pris le sujet au sérieux à COP22 à Marrakech ?
                par ce qu’ au Maroc ont sait qu’il n ya pas une intervention gouvernementale vigilante, pour développer les infrastructure ...d’après vos statistiques, et les attentats très timides des responsables, les pauvres seront la catégorie la plus cibler par ces types de maladies .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès