Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’argent colloïdal pour vaincre les bactéries résistantes (...)

L’argent colloïdal pour vaincre les bactéries résistantes ?

Dû à la montée des bactéries résistantes contre lesquelles les antibiotiques traditionnels rencontrent de grandes difficultés, l'argent colloïdal fait son grand retour.

Les antibiotiques synthétiques ou semi-synthétiques ont de plus en plus de mal à venir à bout des bactéries. Si les états, docteurs et institutions s’en inquiètent, ils oublient qu’il existe d’autres alternatives aux antibiotiques. Ainsi, l’argent colloïdal serait un antibiotique naturel qui pourrait, selon le Docteur Margraf et son article paru en 1978 dans Science Digest, venir à bout de plus de 650 pathogènes. L’argent colloïdal pourrait donc être qualifié d’antibiotique à très large spectre.

L’argent colloïdal : un produit millénaire remis au goût du jour

Depuis des millénaires, l’argent est connu pour ses vertus thérapeutiques et protectrices. En Mésopotamie, en Grèce ou d’autres contrées, on avait coutume de se soigner avec l’argent ou de fabriquer des ustensiles à base d’argent pour préserver la qualité des mets et des boissons.

L’argent reprend du service car les antibiotiques d’aujourd’hui n’arrivent pas toujours à être convaincants et ont souvent des effets secondaires importants. L’argent est un puissant antiseptique, un antifongique remarquable et un antibiotique naturel qui vient à bout des virus et des bactéries. 

Si les antibiotiques de synthèse peuvent entrainer la dégradation des enzymes utiles à l’organisme, l’argent colloïdal n’a pas d’effets secondaires. Il va, au contraire, stimuler le système immunitaire et renforcer tout l’organisme du patient. Les français redécouvrent aujourd'hui ce produit, et les médias traditionnels leur emboîte le pas comme en témoigne cet article de MarieFrance au sujet de l'argent colloïdal.

L’argent colloïdal soumis à de nombreuses études

L’argent colloïdal, efficace sur les bactéries ? Oui, mais également sur les virus et les champignons. Et ceci a pu être largement prouvé par diverses études.

C’est ainsi qu’en 1998, Zhao et Stevens, deux chercheurs travaillant sur l’argent colloïdal en sont arrivés au constat suivant : « Avec l'essor des bactéries résistantes aux antibiotiques, l'argent refait son apparition en tant que médicament moderne parce qu'aucun organisme pathogène n'a réussi à développer une immunité contre lui".

Plus précisément, ils se sont penchés sur la bactérie Escherichia Coli B – mise en cause lors des cas de vache folle - et ont pu constater la grande capacité des ions d’argent à arrêter la croissance de cette bactérie.

Très peu de résistance associée à l’utilisation de l’argent colloïdal

Très rares sont les cas où l’argent colloïdal s’est avéré inefficace sur les bactéries, car l’argent vient à bout de plus de 650 pathogènes.

Déjà en 2002, le chercheur britannique Lansdown faisait remarquer que « les produits à base d'argent ont deux avantages majeurs : ce sont des antibiotiques à large spectre et il n'y a pas encore de résistance associée". De nombreuses maladies d'origine infectieuse comme la maladie de Lyme sont combattues efficacement par l'argent colloïdal.

Aux Etats-Unis, les études menées par Lucian Lucia, professeur agrégé de chimie et George Jean, chimiste renommé du City College de New York, les ont conduits aux conclusions que les bactéries ne peuvent résister face aux nanoparticules d’argent, contrairement aux antibiotiques. Ceci serait dû au fait que les nanoparticules d’argent attaquent non seulement la bactérie mais détruisent en même temps la structure de la cellule. Tandis que l’antibiotique inhibe la cellule, les nanoparticules d’argent tuent la structure même de cette cellule.

Réalisant des études poussées avec son équipe, entre 1978 et 1985, le Docteur Becker souligne au terme de ses recherches qu’ils ont « redécouvert le fait que l'argent tuait les bactéries, ce qui était connu depuis des siècles... II tue même les souches résistantes aux antibiotiques et est aussi efficace contre les mycoses. Il guérit les infections les plus tenaces provoquées par toutes sortes de bactéries et stimule la cicatrisation de la peau et d'autres tissus mous. » 


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 22 avril 13:49

    La SCENAR-thérapie est une méthode non invasive (ne provoquant aucune lésion) de traitement agissant sur l’organisme sans médicaments. L’action du SCENAR est dirigée vers l’activation des forces internes de l’organisme, la régulation des échanges de substances, la circulation sanguine, la normalisation du travail du système nerveux.

    En se basant sur l’activation des propres réserves potentielles de l’organisme et sur l’optimisation des capacités d’autorétablissement, une thérapie aussi variée n’a pratiquement aucune complication ni aucun effet secondaire négatif et a très peu de contre-indications. Maîtrisant les possibilités étonnantes de traitement et étant efficace, le SCENAR reste un moyen d’action extrêmement délicat qui utilise les « propres » impulsions électriques de l’organisme uniquement à la surface de la peau.


    • foufouille foufouille 22 avril 13:50
      Quels sont les effets de la SCENAR-thérapie ?
      • l’amélioration significative de l’état général accompagnée de plus grandes possibilités d’adaptation de l’organisme ;
      • la normalisation des fonctions perturbées ;
      • l’accélération et la diminution de l’expression des processus pathologiques ;
      • un effet antalgique ;
      • un effet anti-inflammatoire ;
      • un effet anti-oedémateux ;
      • un effet anti-allergique ;
      • un effet de normalisation de l’hématopoïèse (fabrication du sang) et des vaisseaux ;
      • une réponse endocrino-immunitaire de l’organisme ;
      • la normalisation des processus d’échange.

      Dans la SCENAR-thérapie, la fonction est parfois accessible même en l’absence de substratum anatomique et morphologique correspondant. Notons que dans la SCENAR-thérapie, le rétablissement de la fonction devance généralement la dynamique des indicateurs anatomiques et morphologiques, ainsi que celle des indicateurs cliniques en laboratoire. Au début, l’organisme compense la fonction qui, en s’adaptant efficacement, apparaît plus importante pour lui que les structures anatomiques et physiologiques avec l’aide desquelles cette fonction est atteinte. C’est la normalisation des fonctions perturbées, et non l’ensemble symptomatique des plaintes qui changent au cours du traitement et des indicateurs cliniques en laboratoire, qui est pour le SCENAR-spécialiste le principal indicateur de l’efficacité du traitement commencé.


      • foufouille foufouille 22 avril 13:51

        La SCENAR-thérapie a pour particularité d’obtenir des effets régulateurs généraux en agissant localement (guérison de la stérilité d’origine hormonale incurable par thérapie médicamenteuse en traitant un furoncle sur la jambe ; guérison d’un ulcère à l’estomac en traitant une ostéochondrose, etc.).

        La SCENAR-thérapie n’a aucun effet secondaire négatif.

        Parmi les effets secondaires positifs, on peut citer notamment une meilleure condition physique générale, la normalisation des échanges de substances, la fin de l’état de stress, la disparition du syndrome de fatigue chronique.

        La SCENAR-thérapie ne peut pas être menée efficacement si le patient prend en même temps des médicaments très forts (en particulier des hormones, des antibiotiques, etc.), s’il a un traitement physio-thérapeutique lourd, s’il corrige sa « bio-énergie », si sa colonne vertébrale est massée manuellement. Cependant, des médicaments même forts sont possibles et permis en combinaison avec le SCENAR si le patient en est dépendant.


        • foufouille foufouille 22 avril 13:53

          Au cours de la SCENAR-thérapie, il est impossible de prédire la réaction de l’organisme du patient. Elle dépend de nombreux facteurs (degré de mauvaise coordination du travail de ses mécanismes d’autorégulation, engorgement des voies d’information, présence dans l’organisme d’autres processus pathologiques « qui sommeillent »...). Le processus pathologique doit passer les différentes étapes de son cycle de développement, « boucler la boucle », mais si le début du traitement a lieu avant une crise ou lorsque la maladie est déjà chronique, une «  aggravation », c’est-à-dire un redoublement des plaintes, peut survenir. Une compréhension active et une aide du patient sont alors nécessaires pour passer avec lui cette étape le plus vite possible et avec le moins de douleurs. Il est important d’attirer son attention sur le fait que le redoublement des plaintes (et l’apparition de nouvelles) est lié à l’amélioration de la fonction (c’est généralement ce que l’on observe avec la SCENAR-thérapie) et cet indicateur est pour nous important. Les plaintes ne sont que le dialogue entre l’organisme et nous, le moyen par lequel l’organisme nous communique où et comment il attend notre aide et c’est en ce sens qu’elles nous sont précieuses. Lors du « dialogue », elles changeront de façon dynamique et disparaîtront à la fin du traitement.

          Le patient doit être prêt à ce que lors du changement dans le travail des mécanismes d’autorégulation, d’autres processus pathologiques qui sommeillaient dans son organisme depuis des années se réveillent. Au fur et à mesure que les réactions adaptatives s’améliorent et que le travail des mécanismes d’adaptation s’optimise, des progrès positifs seront observés. Une petite action complémentaire du SCENAR orientée vers un but précis est suffisante (parfois inutile) pour que le malade soit débarrassé à jamais d’une autre maladie qui le faisait souffrir depuis des années (on traite un mal, on en guérit un autre...).


          • foufouille foufouille 22 avril 13:53

            Comme l’a dit Hippocrate, « la maladie n’est pas (l’état) d’un organe isolé, mais celui de tout l’organisme et tout l’organisme se reflète dans chaque maladie ». Étant donné que chaque organisme est différent, la SCENAR-thérapie ne propose pas et ne peut pas proposer de « recettes » uniques pour traiter des processus pathologiques concrets. Et pour finir, le continuum médical n’est pas composé uniquement du SCENAR et de l’organisme du patient. Il existe un troisième élément : la personne qui tient dans ses mains le SCENAR, prolongement de sa personnalité. Chaque procédure à l’aide du SCENAR est toujours une création et comme dans n’importe quelle création, la personnalité de son créateur (le SCENAR-thérapeute) se reflète. Chaque SCENAR-spécialiste a sa propre technique de travail avec l’appareil qui reflète sa personnalité, son «  schéma » d’interaction avec l’organisme du patient. Pour que l’équipe réussisse, les qualités personnelles de chacun de ses membres sont aussi importantes que les relations et interactions qui existent entre eux. L’équipe composée du SCENAR-thérapeute, de l’appareil et de l’organisme est un triangle avec des côtés qui coopèrent.

            Perspectives d’utilisation de la SCENAR-thérapie

            La SCENAR-thérapie est aujourd’hui une méthode idéale d’électrostimulation. Ses principales qualités par rapport aux autres méthodes de traitement sont la simplicité et la commodité d’utilisation, le petit nombre de contre-indications, la quasi-absence d’effets secondaires négatifs. Des milliers de médecins de diverses spécialités dans le monde entier utilisent chaque jour le SCENAR. Des centaines de milliers de malades sont passés entre les mains de SCENAR-thérapeutes et ont apprécié cette méthode de traitement qui permet de repousser les frontières des maladies « incurables ». Le premier principe de la SCENAR-thérapie est « de traiter le malade et non la maladie », parce que le SCENAR est un régulateur universel des fonctions vitales de l’homme. Tel un accordeur d’instruments de musique, le SCENAR règle le travail des organes et des systèmes de l’homme. La SCENAR-thérapie combinée à d’autres méthodes de traitement permet de traiter efficacement en totalité. Nous sommes convaincus que bientôt la SCENAR-thérapie sera accessible à tous.


            • foufouille foufouille 22 avril 13:55
              Le rôle actif du patient

              La SCENAR-thérapie se différencie de la médecine par les rapports entre le SCENAR-thérapeute et son patient. Elle considère le patient comme « son assistant » dans la lutte que le médecin mène contre la maladie (il facilite la prise de décisions lors de l’établissement du diagnostic), mais le médecin peut très bien se passer de lui, notamment dans les étapes suivantes du traitement. La SCENAR-thérapie n’est pas possible sans le concours actif du patient dont l’organisme doit « guérir par lui-même », le SCENAR et le SCENAR-thérapeute ne faisant que corriger et collaborer à ce processus. Il est très important que le patient fasse confiance à la SCENAR-thérapie, mais aussi à l’appareil et au spécialiste. Dès le début, il est indispensable d’expliquer au patient sa position et sa mission. Le patient doit arrêter « d’avoir peur » et de compter sur un médecin magicien. Il doit commencer à « travailler » (et non à lutter). Prenant part au processus au même titre que le SCENAR-thérapeute et le SCENAR, il doit analyser comment son propre état général, ses plaintes et ses fonctions changent. Tout cela reflète les processus d’autorégulation et dicte la tactique à employer pour la suite du traitement.


              • foufouille foufouille 22 avril 13:56
                L’objectif du SCENAR-thérapeute

                Le SCENAR-thérapeute ne s’occupe pas uniquement de la pathologie. Il soigne tout l’organisme. « Soigner le malade et non la maladie », c’est ce que la médecine nous invite à faire depuis des siècles et le SCENAR-thérapeute le met en pratique. Dans la SCENAR-thérapie, l’établissement d’un diagnostic précis et l’anamnèse ne jouent pas un rôle décisif dans la détermination de la tactique à adopter pour le traitement (comme c’est le cas dans la médecine conventionnelle). Les plaintes du patient, les modifications indiquant la dynamique du processus pathologique, le lieu et le moment de l’action optimale sont au centre de l’attention. La principale mission de l’équipe composée du spécialiste, du SCENAR et du patient est pour le SCENAR-thérapeute de déterminer où, quand et comment agir. Au cours de la SCENAR-thérapie, il est impossible de prédire la réaction de l’organisme du patient par rapport à l’action du SCENAR. Elle dépend de nombreux facteurs (degré de mauvaise coordination du travail de ses mécanismes d’autorégulation, engorgement des voies d’information, présence dans l’organisme d’autres processus pathologiques « qui sommeillent »...). La compensation des fonctions perturbées est le critère du cours normal du processus de rétablissement.


                • foufouille foufouille 22 avril 13:57
                  Les étapes du processus pathologique

                  Le processus pathologique doit passer les différentes étapes de son cycle de développement, « boucler la boucle », mais si le début du traitement a lieu avant une crise ou lorsque la maladie est déjà chronique, une « aggravation », c’est-à-dire un redoublement des plaintes, est inévitable. Une compréhension active et une aide du patient sont alors nécessaires pour passer avec lui cette étape le plus vite possible et avec le moins de douleurs. Il est important d’attirer son attention sur le fait que le redoublement des plaintes (et l’apparition de nouvelles) est lié à l’amélioration de la fonction (c’est généralement ce que l’on observe avec la SCENAR-thérapie) et cet indicateur est pour nous important. Les plaintes ne sont que le dialogue entre l’organisme et nous, le moyen par lequel l’organisme nous communique où et comment il attend notre aide et c’est en ce sens qu’elles nous sont précieuses. Lors du « dialogue », elles changeront de façon dynamique et disparaîtront à la fin du traitement.

                  Le patient doit être prêt à ce que lors du changement dans le travail des mécanismes d’autorégulation, d’autres processus pathologiques qui sommeillaient dans son organisme depuis des années se réveillent. Au fur et à mesure que les réactions adaptatives s’améliorent et que le travail des mécanismes d’adaptation s’optimise, des progrès positifs seront observés. Une petite action complémentaire du SCENAR orientée vers un but précis est suffisante (parfois inutile) pour que le malade soit débarrassé à jamais d’une autre maladie qui le faisait souffrir depuis des années (on traite un mal, on en guérit un autre...).


                  • foufouille foufouille 22 avril 13:58
                    Que soigne le SCENAR et y a-t-il des contre-indications ?

                    De nombreuses questions sur le SCENAR d’ordre théorique et pratique n’ont pas de réponse définitive et la méthode n’est pas la panacée permettant de débarrasser chaque homme de n’importe quelle souffrance. Aujourd’hui, des témoignages sur son utilisation couvrent pratiquement tout le spectre des nosologies de la médecine conventionnelle. Il n’existe pratiquement aucune contre-indication absolue et les contre-indications relatives sont excessivement peu nombreuses.

                    Quelques statistiques sur l’efficacité de la SCENAR-thérapie

                    L’efficacité de la SCENAR-thérapie seule est en moyenne de 90% (dans 60% des cas, on obtient une guérison clinique totale et dans 30%, une dynamique positive) [cf. A.N. Revenko, La SCENAR-thérapie, Ekaterinbourg, Maison d’édition « Philanthrope », 2004]. L’effet clinique arrive vite, souvent après la première procédure. On ne remarque pratiquement pas de complications ni d’effets secondaires négatifs. Tout ce qui a été énuméré ci-dessus, ainsi que l’amélioration significative de l’état, de l’humeur et du tonus vital du patient observée lors du traitement d’une « pathologie locale » (« les effets secondaires positifs ») montrent que cette méthode agit, en effet, sur les processus d’autorégulation de l’organisme, en aidant le travail des mécanismes d’adaptation et en garantissant un effet « d’autoguérison » (« aider son corps à s’aider »). TRAITEMENT ou GUÉRISON ?


                    • foufouille foufouille 22 avril 13:59
                      Que traite le SCENAR ?

                      Le SCENAR est utilisé à n’importe quel stade lors du traitement des affections :

                      • du système nerveux (diverses affections de la colonne vertébrale avec des troubles secondaires de l’activité nerveuse, des troubles statiques et dynamiques de la colonne vertébrale, des déformations de la colonne vertébrale ; radiculites, névrites, troubles de la circulation sanguine du cerveau et ses conséquences, maladies du système neurovégétatif, etc.) ;
                      • du système osseux et musculaire (myosites, arthrites, arthroses, contusions des tissus mous lors de fractures à un stade différent du processus) ;
                      • du système respiratoire (trachéites, bronchites, maladies infectieuses virales des voies respiratoires, pneumonie, pleurésies, asthme bronchique) ;
                      • du système cardio-vasculaire (ischémie myocardique, hypertonie, hypotonie, diverses formes d’arythmies), des vaisseaux des membres (endartérites, varices, troubles des microcirculations, ulcères trophiques) ;
                      • des organes de la digestion (gastrites, entérites, colites, cholécystites, hépatites) ;
                      • du système génito-urinaire (pyélonéphrite, cystites, dérèglements du cycle, ovarites, stérilité, toxicoses chez les femmes enceintes) ;
                      • des dents (parodontose, parodontite, suppression des inflammations et complications après une pulpite ou une périodontite, élimination des névralgies).


                      • foufouille foufouille 22 avril 14:00
                        Contre-indications
                        • l’intolérance individuelle (se rencontrant très rarement) ;
                        • la présence d’un stimulateur cardiaque chez le patient (il est théoriquement possible que le SCENAR puisse perturber le fonctionnement de l’appareil) ;
                        • l’utilisation par une personne ivre pour se soigner (il existe un risque d’aggravation du degré d’ivresse) ;
                        • les maladies infectieuses graves dont le diagnostic n’est pas clairement établi (une procédure de SCENAR-thérapie peut modifier l’état du malade et compliquer ainsi l’établissement du diagnostic) ;
                        • l’ensemble des symptômes d’un mal au ventre nécessitant de se rendre à l’hôpital ;
                        • les maladies psychiques graves.

                        Toutes ces contre-indications sont relatives.

                        Le SCENAR est un intermédiaire et un aide sûr pour corriger le bilan énergétique, aider l’organisme à compenser les fonctions perturbées. Sur ce plan, les possibilités de l’organisme sont illimitées. L’effet du SCENAR peut être accentué s’il est combiné à d’autres régulateurs non spécifiques, par exemple la couverture médicale multicouche (réf. OLM – 01). En outre, il est bien de combiner la SCENAR-thérapie à l’homéopathie. En effet, l’homéopathie (qui améliore le travail des processus de rétablissement et de maintien de l’homéostasie) et le SCENAR s’entraident. La SCENAR-thérapie est aussi associée avec succès à l’acupuncture et à la physiothérapie qui peuvent être pratiquées parallèlement. Leur complémentarité avec la SCENAR-thérapie permet de diminuer les éventuelles complications, accélère l’obtention de l’effet clinique et augmente la spécificité de l’effet.


                        • foufouille foufouille 22 avril 14:01
                          Les principales différences entre la SCENAR-thérapie et les autres méthodes de traitement

                          Parmi toutes les méthodes de traitement par électrostimulation, la SCENAR-thérapie est celle qui a le plus grand nombre d’applications.

                          Le traitement par SCENAR est le plus inoffensif pour l’organisme humain. Ses impulsions, proches des signaux électriques dans les fibres nerveuses et d’une durée si courte que même avec une énergie importante, il est impossible d’endommager les cellules de la surface traitée. Le SCENAR ne dégage pas de chaleur.

                          La SCENAR-thérapie ne présente pas d’effets secondaires négatifs inévitables lors d’un traitement habituel médicamenteux ou physiothérapeutique.

                          La SCENAR-thérapie se différencie des autres méthodes de traitement par électrostimulation ( Tens, Acuhealth et autres), car elle permet actuellement de résoudre le problème d’adaptation de façon plus optimale. Grâce à l’existence d’un « biofeedback  » et selon le changement de l’impédance de la peau, les impulsions de l’appareil dont la forme est la plus proche des impulsions du système nerveux, changent de façon à ce que l’impulsion suivante soit toujours différente de la précédente. Combiné à une action de grande amplitude et ne provoquant aucune lésion, cela entraîne une meilleure réaction adaptative, accompagnée de l’activation des structures régulatrices de l’organisme.



                          • foufouille foufouille 22 avril 14:04

                            SCENAR-NT (édition professionnelle)


                            Neuro-stimulateur électrique transcutané avec indications graphiques, lumineuses et sonores pour identifier les zones optimales et le temps nécessaire à la stimulation thérapeutique.

                            Les caractéristiques techniques :

                            • production continue d’impulsions de courte durée d’une manière régulière, avec une régulation fine du taux de répétition d’impulsion de fréquence sélectionnable dans la gamme de 15 Hz à 350 Hz ;

                            • régime « fréquence variable », c’est la modulation de fréquence suivant les paramètres : plage de 30-120-30 Hz ;

                            •  modulation d’amplitude ( les séries des impulsions entrecoupées de 1 sec. jusqu’à 5 sec., avec la pause de 1 sec.) ;

                            • quatre régimes des impulsions amorties (Dmp) ;

                            • la forme d’onde modifiée (Dmp – var) ;

                            • régime « thérapie intensive » (intensité de l’action, paquet de 1 à 8 impulsions) ;

                            • l’intervalle de temps entre les impulsions de chaque paquet (de 10 à 80 unités) ;

                            • régime de la modulation combinée (Swing) ;

                            • un seul paquet de 1 à 8 impulsions de grande amplitude (mode BEE) ;

                            • deux algorithme de l’action de diagnostic ;

                            • deux régime de « screening » ; c’est le régime de la mesure de la conductibilité électrique sur les points d’acupunctures ;

                            • affichage graphique de la dynamique de la réaction initiale et de la vitesse de son changement ;

                            • l’écran LCD avec le rétroéclairage ;

                            • mémorisation de 5 ensembles de paramètres personnels actifs en cours ;

                            • chronomètre ;



                            • foufouille foufouille 22 avril 14:06

                              Marie G., 23 ans

                              J’ai eu des problèmes avec le cœur, apparemment c’était au niveau des nerfs. Je me sentais mal depuis quelques mois, à compter du septembre-octobre et jusqu’au mois de mars-avril. Pourtant j’ai eu plusieurs consultations en France et personne ne pouvait établir la bonne cause et par conséquent le bon diagnostic. En plus, je ne pouvais pas me débarrasser de la trouille hantante que quelque chose puisse se passer avec moi dans la rue et que je sois capable de rien faire. 

                              Cet appareil a déterminé la cause et l’endroit de mon corps qui suscite le malheur. Seulement quelques procédures du SCENAR m’ont aidée à surmonter la maladie ou plutôt cette hantise de maladie. Je me sens beaucoup mieux maintenant, j’ai vraiment la joie de vivre. Si quelqu’un me demande, je dirai sans contrainte que l’appareil de scenar aide vraiment ! C’est une nouvelle méthode incroyable !!! Au moins, je n’en ai jamais entendu parler avant. Alors c’est une découverte magique pour moi.

                              Moi, assez sceptique par rapport à l’autosuggestion, peux avouer que ces procédures ont donné un très bon résultat concernant tous mes problèmes de santé ce qui m’a rendue heureuse et pétillante de vie.



                              • foufouille foufouille 22 avril 14:07
                                Dissolution de kystes mammaires et autres améliorations générales (Ginette BEAU, 74 ans)
                                Témoignage : 

                                En juillet 2004, quand Monsieur et Madame KOZYREV sont arrivés chez moi, je souffrais de l’épaule et du bras droit à cause d’une atteinte de la coiffe des rotateurs et d’une rupture des ligaments des muscles sus et sous épineux.

                                Une rééducation en piscine et des anti-inflammatoires m’ont donnée 50  % de ma mobilité, mais dès que j’arrêtais les médicaments, la douleur revenait encore plus vive.

                                Monsieur et Madame KOZYREV m’ont fait des scéance de SCENAR qui m’ont permis d’arrêter totalement les médicaments et de retrouver 80% de mes gestes sans douleur.

                                Le 23 Mars 2005, je suis allée passer une mamographie de contrôle et le docteur a découvert une anomalie qui justifiait une biopsie. J’ai fait appel au SCENAR et le jour du prélèvement le docteur n’a plus retrouvé de traces.

                                Le 14 Avril 2005, je suis allé passer une échographie de la thyroïde suite à une découverte, il y a 6 ans, de nodules : 3 sur la partie gauche, 4 sur la partie droite. Au dernier examen, il y a 2 ans, ils étaient encore là. Le jour de l’échographie, ils n’ont rien trouvé à gauche et une grosse dinimution de ceux de droite. J’avais fait appel à SCENAR depuis 3 mois. 

                                Mon cholestérol qui était toujours en excédent est redevenu normal. Depuis 3 mois, je ne prenais plus qu’un demi comprimé au lieu d’un avec l’accord de mon médecin car je n’avais plus aucun trouble. 

                                Cela fait beaucoup de coincidences pour ne pas croire en cette méthode, mais moi je ne me suis jamais sentie aussi bien depuis des années et je fais confiance en SCENAR.


                                • foufouille foufouille 22 avril 14:09

                                  Madame BEAU Ginette

                                  Née le 10 juillet 1930

                                  Objet : Témoignage et reconnaissance du bienfait du « SCENAR »

                                   

                                    Depuis quelques moins je perdais mon tonus et je souffrais énormement des articulations, des épaules et des genoux.

                                   J’avais des sortes de crampes douloureuses aux biceps et à la face interne des genoux qui me laissaient des grosseurs importantes et un sérieux handicap pour la marche et le geste de tous les jours.

                                  Je me suis donc décidé de faire appel à M. Kozyrev et son SCENAR.

                                  En 2005 il m’avait fait disparaitre 2 nodules au sein.

                                  Dès la 1 séance les grosseurs aux muscles ont disparu. Après plusieurs séance j’ai retrouvé mon énergie et 70% de ma mobilité de mes épaules et de mes genoux.

                                  Je peux à nouveau marcher et faire les gestes de le vie courante sans trop de douleur.

                                  Mon taux de fer qui montait à chaque contrôle a diminué à la dernière analyse.

                                  De près que « grabataire » je suis devenue jardiniere, je m’occupe de mon jardin, c’est ma passion.

                                  Conclusion : Pour moi le SCENAR m’a apporté une seconde vie que je mord à pleine dents avec les possibilités de mes 83 ans.

                                  Merci « SCENAR »



                                  • foufouille foufouille 22 avril 14:11

                                    Le système SCENAR est l’acronyme de Self Controlled Electronic Neuro Adaptive Regulator fut développé dans les années 1970 en Russie en secret pour la recherche spatiale par une équipe de scientifiques dont. l’ingénieur le professeur A. Karasev et le professeur de neurologie A. Revenko qui a mis au point les nombreux protocoles d’utilisation du Scenar.

                                    Le Scenarest agréé en Europe comme un appareil médical pour le traitement de la douleur et de l inflammation en autre, il a reçu l’agrément CEE Médical. Certains ont comparé le Scenar à un TENS pour le traitement de la douleur, il n en est rien, confirmé par plus de 30 années de recherche et d’expérimentations le Scenar représente un saut quantique dans la technologie par rapport aux traitements TENS pour traiter la douleur et améliorer les fonctions.


                                    • foufouille foufouille 22 avril 14:22
                                      The SMALLEST COSMODIC

                                      C-DOVE (or COSMODIC DOVE) is the smallest device incorporating the COSMODIC® technology.

                                      This is the case when the size really doesn’t matter —
                                      it is just as powerful as the “bigger” models.

                                      Even though the C-DOVE was designed for home use, it can be extremely helpful both at home and in professional practice. It is fully automated in action and operation.

                                      The C-DOVE boasts cutting-edge miniaturization know-how providing for high efficiency and a capacity to incorporate the very sophisticated COSMODIC ® technology into a remarkably compact space. Due to the difficulty of the process, LET Medical produced only limited quantity of C-DOVEs, and right now it is almost a rarity.

                                      HOW MUCH does this wonder-device cost ? C-DOVE – $2,195 USD

                                      • foufouille foufouille 22 avril 14:30
                                        Qu’est ce que l’argent colloïdal ?

                                        Hésiode dans sa Théogonie (VIII° s. av. J.-C.) raconte la succession des diverses races apparues sur la terre. Les cinq races énumérées s’ordonnent selon une échelle de valeur représentée par des métaux commençant par l’or et l’argent. Le fer, en dernière position, était réservé à l’Humanité. Ainsi l’Alchimie reconnaît sept métaux (correspondant aux 7 planètes alors connues) dont deux sont dit parfaits : l’Or et l’Argent. L’Argent dominé par la Lune ☽ est un métal blanc et précieux, il est noté Ag selon les conventions modernes.



                                        • foufouille foufouille 22 avril 14:32
                                          Danger ?

                                          La principale attaque que font les autorités de santé et pharmaceutiques à l’encontre du colloïde d’argent dans la médecine est l’effet toxique de l’argent sur la santé humaine. En effet, l’absorption régulières de sels d’argent par la peau ou les muqueuses entraine une maladie chez l’homme  : l’argyrie. Cette maladie a pour principaux symptômes une peau bleue gris, une dyspnée, des palpitations et des œdèmes.



                                          • foufouille foufouille 22 avril 14:35

                                            Le générateur d’argent colloïdal Dr. Silver Mini vous permet de réaliser votre propre argent colloïdal chez vous avec tout type d’eau potable par un procédé d’électrolyse.

                                            Disponibilité :

                                            En stock

                                            Prix :

                                            97.00 €


                                            • foufouille foufouille 22 avril 14:44
                                              Cas rapportés chez l’homme

                                              Une affaire récente a défrayé la chronique, celle de Stan Jones (en), un homme politique du Montana, candidat libertarien au Sénat des États-Unis en 2002 et 2006. Jones a été atteint d’argyrisme après avoir absorbé un produit fait-maison à base d’argent qu’il avait fabriqué, de crainte que le passage informatique à l’an 2000 rende les antibiotiques indisponibles6. La coloration particulière de sa peau a été la raison majeure de la couverture médiatique importante de sa campagne et de l’échec de sa candidature, même si Jones soutient que les photographies de lui les plus connues7 ont été « falsifiées6. » Jones a juré qu’il n’avait pas utilisé la couleur argentée de sa peau comme gadget publicitaire. Il continue à promouvoir l’usage de l’argent colloïdal comme remède familial6. Il a prétendu que sa bonne santé, si l’on excepte la teinte inhabituelle de sa peau, était le résultat de l’absorption d’argent colloïdal6.

                                              De même, le 20 décembre 2007, une partie de la presse internationale a publié l’histoire de Paul Karason. Ce californien, dont la peau tout entière est devenue progressivement bleue, avait absorbé de l’argent colloïdal qu’il avait fabriqué lui-même avec de l’eau distillée, des sels et de l’argent, utilisé comme baume pour le visage dans le but de soigner ses problèmes de sinus, de dermatites, de reflux acide, et d’autres symptômes8,9,10.



                                              • foufouille foufouille 22 avril 17:11

                                                Applications des traitements mercuriels :

                                                • Ils pouvaient être appliqués en frictions des membres une à deux fois par jour et durant une semaine29 « jusqu’à ce que les dents commencent à s’agacer »27. L’apparition d’une salivation anormale (signe habituel de toxicité aiguë) était alors jugée bénéfique et supposée être un signe de l’évacuation du « virus vérolique »27 ;
                                                • Le mercure pouvait aussi être appliqué sur la peau en emplâtres, sur les ulcérations, mais ces emplâtres provoquaient souvent des érythèmes pustuleux nécessitant l’arrêt de ce traitement29.
                                                • Il pouvait être utilisé en lavages (dans un sublimé corrosif mélangé d’eau)29
                                                • Il a enfin été très utilisé en fumigation : des « parfums mercuriels » étant jetés sur des braises dans une cabine/étuve (une sorte de grande boîte en bois dite « archet  » d’où ne dépassait que la tête du malade, parfois elle-même couverte) où le malade respirait les vapeurs de mercure, parfois durant 20 à 30 jours29. Ce traitement dégradait notamment tout l’intérieur de la bouche du malade, provoquant des « glossites mercurielles » (pouvant fortement déformer la langue30) avec parfois la chute des dents29. Certains auteurs ont attribué cette glossite à la syphilis elle-même31.

                                                Même les nouveau-nés sont traités au mercure, en bains tièdes de sublimé, ou per os par absorption de la « liqueur de van Swieten » mélangée à du lait, voire en traitant la nourrice (onguent mercuriel appliqué sur le corps) de manière à ce que son lait contienne du mercure.
                                                Des ânesses ou chèvres produisant le lait donné aux bébés ont aussi été traités au mercure pour la même raison.
                                                Peu à peu le nombre et la forme des traitements se diversifiaient, toujours sans preuves de résultats.


                                                • foufouille foufouille 22 avril 17:14

                                                  Rhazes, savant persan du premier siècle, préconisait déjà le mercure contre les problèmes intestinaux mais également en onguent pour traiter la gale. Sachant que c’est une maladie parasitaire et que le chlorure de mercure devait tout décaper sur son passage… Il est probable que ce remède ait fonctionné.

                                                   


                                                  • foufouille foufouille 22 avril 17:15

                                                    Une des premières utilisations du mercure était le laxatif. Le mercure était alors la solution ! Ou pas…

                                                    En réalité, c’était le calomel (c’est à dire du chlorure mercureux Cl2Hg) qui était prescrit. Parfois prescrit en complément des saignées, ce traitement a du tuer plusieurs constipés…
                                                    Ce principe du purgatif était aussi utilisé pour traiter la Malaria. A cette époque on pensait que cela venait d’une infection bactérienne intestinale et que seul un lavement pouvait la traiter.



                                                    • adrien 9 juin 11:52

                                                      on utilise déjà des nanopoudres d’argent sur les revêtements de matériaux métalliques (poignées de porte, conduits aérauliques, filtres des climatiseurs, carrelages, interrupteurs électriques …) ou en ajout aux peintures intérieures et de façade, qui procurent une propriété antibactérienne ou antifongique : http://www.officiel-prevention.com/formation/securite-btp/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=94&dossid=524

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès