Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’espérance de vie : un indice peu fiable ?

L’espérance de vie : un indice peu fiable ?

Donnée statistique parmi les plus utilisées au monde, l’espérance de vie moyenne d’une population est censée signifier le niveau de développement d’un pays ou d’une région, in extenso mesurer la qualité de vie des autochtones. Pas sûr qu’il faille donner tout ce crédit à cette mesure scientifique...

D’après un rapport de l’OMS paru fin mai 2009, c’est (*roulement de tambours*) au Japon que l’espérance de vie moyenne est la plus élevée. "Une petite fille née au Japon, commente l’Associated Press, célèbrera problablement son 86e anniversaire." Derrière, les principautés d’Andorre et Saint-Marin font bonne figure, aux côtés des régions administratives d’Hong-Kong et Macao, autonomes quoique rattachées à la Chine.
 
Focalisons-nous sur le Japon. Réputé pour abriter le plus grand nombre de centenaires (notamment sur son île d’Okinawa), l’archipel est la deuxième puissance économique mondiale. Un tel classement tend-il à "valider" la statistique de durée de vie des ressortissants ? La corrélation existe, c’est une certitude, mais elle ne coule pas de sources : les USA, première puissance économique mondiale, ne s’établissent ainsi qu’au 45e rang mondial en terme d’espérance, avec une moyenne légèrement inférieure à 80 ans. Un premier indice qui laisse entrevoir la relation ambigue entre le développement d’un état et la qualité de vie qu’il est susceptible d’offrir.
 
D’autres statistiques viennent mettre à mal la portée de l’EV. Le taux de suicide, notamment. Au Japon, il est de 24 pour 100 000 habitants (données 2004), ce qui en fait le 8e pays le plus affecté au monde. Dans ce classement peu glorieux, les premières places sont ’trustées’ par des pays ayant appartenu au bloc soviétique : Lituanie (39 suicides pour 100 000 habitants, un record !), Biélorussie, Kazakhstan, Hongrie, Ukraine...
 
L’augmentation du nombre de cancers est une autre donnée significative. Le cancer est une maladie aux origines encore nébuleuses, en tout cas multiples (et la maladie elle-même prend diverses formes). Sa naissance semble liée avant tout à l’hygiène de vie, une autre notion floue regroupant, pêle-mêle : l’alimentation, l’environnement, la consommation de tabac ou de stupéfiants, etc., soit autant de facteurs qui influent plus ou moins chez les personnes, selon leur âge, les capacités de leur système immunitaire, ... Toutefois, la relation entre la création par l’organisme de cellules cancéreuses, et l’état psychologique de l’individu est, sans être avérée, fortement considérée par les spécialistes. 
De deux choses l’une : d’abord l’OMS admet que l’évolution du nombre de cancer dans les pays développés va exponentielle (au Japon, le cancer de l’estomac représente la 6e cause de mortalité, selon l’organisme) . En est-il de même dans les pays en voie de développement ou pauvres ? C’est la première question. Ensuite, le taux de cancer est particulièrement élevé dans les civilisations contraintes d’adopter notre mode de vie : les indiens d’Amérique du Nord parqués dans des réserves, les Inuits au Canada forcés de quitter leurs terres arctiques, les peuples des déserts contraints d’assurer leur subsistance dans les villes... Un constat qui, bien sûr, fustige la politique des états envers ces civilisations, mais met en cause aussi, directement, notre propre mode de vie.
 
 
Une telle réflexion suscite une interrogation profonde autour du calcul de l’Espérance de vie. Une remise en cause non pas scientifique... mais bel et bien philosophique. Car ce calcul trahit la faiblesse mathématique. Mathématiques qui, s’ils peuvent déterminer aisément une quantité, peinent à saisir et mesurer la notion de qualité.
Or, ne cherche-t-on pas à vivre le mieux possible, et non pas le plus possible ?
L’Espérance de vie a ceci de traître qu’elle sous-entend mesurer la qualité de notre existence, le confort de notre société. Quelle motivation à vivre longtemps si c’est pour être soumis à plus de maladies, vivre qui plus est une vieillesse "scénilisante" nous privant de notre indépendance, parfois même de notre dignité.
 
L’homme est-il destiné à vivre aussi longtemps ? N’est-il pas plus enviable de vivre moins longtemps, mais plus sainement ?
L’espérance de vie, en fait, est un calcul tronqué, "validant" notre mode de vie (l’EV progresse d’année en année) alors qu’il n’est pas apte à nous épanouir. Tronqué, car incomplet : son utilité serait en effet avérée s’il était confronté à une autre donnée, consacrée exclusivement à la qualité de nos vies. Exercice complexe, qui pourrait toutefois prendre en compte le taux de suicide, bien sûr, mais aussi le nombre d’individus affectés par des maladies d’origine non-virales, le nombre de patients pris en charge pour dépression, le taux ’d’addiction’ d’une population (l’addiction ne se résumant pas à la dépendance à l’alcool, au tabac et aux drogues), etc.
 
Et nous nous apercevrions peut-être alors que, dans nos pays développés, la durée de la vie ne garantit pas sa qualité. Mais cela, est-on prêt à l’entendre ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 25 juillet 2009 14:00

    « N’est-il pas plus enviable de vivre moins longtemps, mais plus sainement ? »

    L’important c’est de faire un beau cadavre.


    • Deneb Deneb 25 juillet 2009 14:03

      Imaginez ce discours au 18ème siècle, quand l’espérance de vie était de 30 ans.


      • Le péripate Le péripate 25 juillet 2009 14:13

        Un indice vaut ce qu’il vaut.

        Ce graphe animé, mieux qu’un long discours, montre la relation entre le revenu et l’espérance de vie. Faire « play ».


        • krolik krolik 25 juillet 2009 16:08

          Effectivement l’EV est un indice peu fiable.
          Je me suis intéressé à comparer les EV de la Russie de l’Ukraine, de la Biélorussie, pour les mâles. Trois pays très « soviétiques » de culture et buveur de vodka comme de l’eau d’Evian en France.
          On trouve ces valeurs, pour chaque pays dans le monde sur le site de la CIA (www.cia.gov) dans les « worldfacts », une véritable Bible de la géographie politico-économique.
          Et bien pour la Russie : 59 ans, pour l’Ukraine : 62 ans et pour la Biélorussie 64 ans.
          Dans la mesure où tout les hommes boivent en moyenne une bouteille de vodka par jour, ce n’est pas là qu’est la différence.
          Ce qui doit faire la différence c’est la proportion de territoire contaminé par Tchernobyl. Plus le territoire a étté contaminé en proportion plus grande est l’espérance de vie..
          Normal, c’est l’hormésis, les bienfaits thérapeuthiques des « faibles doses » tels qu’on les explotent dans les stations de cure...
          Vous voyez le genre de conclusion que l’on peut en tirer..

          Les Japonais meurent plus de cancers de l’estomac alors qu’en France il y a eu une chute verticale de ce type de décès, voir la conférence du Pr Tubiana sur les évolutions de l’origine des cancers en France depuis 50 ans : http://www.dailymotion.com/video/x7rlmk_pr-tubiana-enquete-sur-les-causes-d_tech
          En fait le cancer de l’extomac est du à une bactérie, bactérie peut résistante aux antibiotiques, et les antibiotiques que les Français prennent pour un oui ou pour un non ont au moins cette vertu. D’autre part cette bactérie est véhiculée dans les salaisons et les poissons. L’arrivée massive du réfrigérateur a endigué la consommation des salaisons, d’où un autre motif à cette chute drastique.
          Les Japonais ont d’autres spécialités, comme par exemple les radiographies, ils s’en font faire poiur un oui et pour un non environ 5 fois plus qu’un Français en moyenne.. Y a-t-il une relation avec les cancers de l’estomac ? Mystère et boule de gomme.

          Mais que le nombre de cancers augmente ne veut pas dire que l’on en meurt plus, il y a bon nombre de cancers qui détectés plus tôt ont un pronostic qui s’est nettement amélioré, comme par exemple les cancers de la thyroïde, dont le nombre détecté augmente mais dont les décès diminuent.
          Maintenant on ne meurt plus de tuberculose, de variole, de scarlatine, et autres, alors on meurt plus vieux.. Mais il faut se résoudre à cette constatation : il faut bien mourir de quelque chose..

          Mais l’EV dans tout cela ?. beurf ça donne quelques idées, mais ça ne fait pas la synthèse du problème.

          @+


          • Radix Radix 25 juillet 2009 18:55

            Bonjour

            Les statistiques ! Bof !

            Statistiquement si un milliardaire entre dans un resto du coeur, tous les convives sont millionnaires !

            Ca leur fait une belle jambe !

            Radix


            • eugène wermelinger eugène wermelinger 25 juillet 2009 19:25

              Salut Radix : ici tu es impayable, et je viens d’éclater de rire sur ce sujet très sérieux. Merci à toi. 


            • Radix Radix 25 juillet 2009 20:54

              Bonjour Eugène

              Merci !

              J’ai développé un esprit caustique et un sens du raccouçi dans un bureau d’étude de dessin industriel où, sans lever le nez de la planche (ni le crayon), nous répondions du tac au tac (avec humour sinon celà tombait à plat) aux discussions sur les sujets les plus divers. Celà nous permettais de passer le temps pendant que nous dessinions la dernière merveille du monde qui allait vous permettre (ho chanceux que vous êtes) de déguster une bouteille de Cointreau sans vous posez la question : « Mais qui c’est le gremlins qui a posé le ruban rouge sous le pontet et qui rentre dans la capsule ! »

              Cette activité m’a permis, entre autre, de développer une certaine vivacité d’esprit qui, si elle a satisfait un certain temps mon égo (que j’ai surdimensionné) m’a nuit dans certains de mes rapports à autrui !

              Donc si j’ai choisi comme emblème le hérisson, c’est que s’il pique un peu il se fait souvent écraser !

              Radix


            • vinvin 19 septembre 2009 04:31

              Moi, mon rêve d’ espérance de vie, c’ est soit de mourir un 31 février, soit de fêter mon centième anniversaire, et d’ être arrêté et condamné pour viol le lendemain de la fête !



              Cordialement.




              VINVIN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Wakka

Wakka
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès