Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’hôpital public en danger !

L’hôpital public en danger !

Depuis que le nouveau directeur est en poste, un climat de crainte s’est installé à l’hôpital de Melun.

Il est vrai que lorsque les bouches s’ouvrent, les mesures coercitives arrivent à la vitesse grand V.
Monsieur Liot, ancien chef de pôle du SSUR (SAMU 77 SMUR Melun URGENCES REANIMATION) a constaté qu’il était dangereux de trop l’ouvrir !
Ayant émis quelques critiques justifiées sur la pénurie en moyens, il a été démis de ses fonctions immédiatement alors que son professionnalisme était et est reconnu de tous.

Dans l’hôpital public, rien ne va plus, à Melun ou ailleurs : c’est la restriction budgétaire, la suppression de postes et de lits et des directeurs puissants qui sont là pour qu’il n’y ait pas de contestation.

 

UNE CONTINUITE DANS LES POLITIQUES « SANTE » DES GOUVERNEMENT !

J’ai repris, ici, le titre de l’article paru en 2009 sur le blog de la députée socialiste Monique Iborra.

Celle-ci dans l’opposition d’alors avait repris le texte du discours qu’elle avait prononcé à l’Assemblée Nationale le 11 février 2009.

 

http://www.moniqueiborra.net/article-28123379.html

 

Elle dénonçait avec force et de nombreux arguments le projet de loi Hôpital, patients, santé et territoires

Et notamment le volet d’organisation nouvelle de l’hôpital public.

Je livre quelques extraits choisis :

« L’hôpital en effet est déjà organisé d’une manière trop verticale, trop technocratique, trop administrative au regard des services de soin, qui sont les unités de base au plus près des malades. Vous allez aggraver considérablement cet état de fait, pourvoyeur de dysfonctionnements, en donnant tout pouvoir à un directeur tout puissant mais sur un siège éjectable niant par la même que l’hôpital n’est pas n’importe quelle entreprise, que la communauté médicale n’est pas constituée de simples techniciens venant éclairer les décisions d’un PDG, qui désormais peut ne plus être issu de l’école nationale de la santé, en rentrant dans le carcan d’abord financier du contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens. Oui vous voulez mettre au pas les médecins, comme les chercheurs, comme les enseignants de l’éducation nationale, comme les juges, comme les élus conformément à la pensée sarkozyste.

Ce n’est pas d’un « patron tout puissant », ni d’une organisation pyramidale comme vous le proposez, dont l’hôpital a besoin, c’est de plus de souplesse, de transversalité ou plus près des réalités des malades et donc des services de soins.

Le Conseil de surveillance remplaçant le conseil d’administration est de ce point de vue très instructif.

Mais l’hôpital a également besoin de moyens : Vous consentez enfin à l’affirmer, sous la pression, contredisant d’ailleurs les affirmations du Président de la République. Qui croire ? »

 

Le reste de son intervention est du même tonneau : c’est clair, et net…..

Malheureusement, aujourd’hui, sous l’ère Hollande-Valls, rien n’a changé ou presque.

Le gouvernement actuel n’a pas touché à la loi Bachelot et à tout le dispositif mis en scène par la droite et les politiques qui, hier, comme cette députée défendaient des analyses pertinentes se taisent aujourd’hui.

 

Les personnels en ont assez de la pénurie, de la technocratie.

Ils témoignent comme ici, certains de l’hôpital de Melun le font :

 

http://www.cdafal77.fr/samu.html

 

Il paraît que la direction de l’hôpital ne nous aime pas car nous parlons trop !?

Nous n’avons comme seul intérêt, Monsieur le Directeur, celui des patients et la qualité du service public !

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 mars 2015 20:04

    Bonsoir Chalot,
    Le budget de la France est sous tutelle, des coupes sombres doivent être faites dans les budgets des services publics.
    Pour mieux les faire mourir à petit feu et les privatiser, mon enfant !
    C’est ce que l’ OCDE expliquait pour détruire l’ école.


    « Les réformes structurelles » demandées par Bruxelles veulent la fin des services publics, la fin de la Sécurité sociale, la mise sous tutelle des professions libérales et des professions médicales, par les mutuelles pilotées par les banques.

    C’est ça l’ Europe de la prospérité, c’est la fin du modèle social français.
    Peu importe qui est la marionnette au pouvoir.


    C’est écrit en rouge dans le tableau des Grandes Orientations de Politique économique. pour les 28 pays européens. préparées par la Commission européenne.

    Si vous ne comprenez pas l’anglais (c’est la langue européenne) , voici la traduction pour la France.


    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 26 mars 2015 04:27

       Quand l’hôpital public aura disparu et sera remplacé par des entreprises, les cliniques ou hôpitaux privés, une grande partie de la population ne pourra plus se soigner. C’est ce que nos responsables appellent le progrès, les réformes modernes. Moi, j’appelle cela de la régression. Le nombre de morts faute de soins ne sera même pas publié, par contre les gains des dividendes seront à la une dans la rubrique boursière.

      Eh, le peuple ! Ce sont tes enfants qu’ils veulent aider à mourir plus vite. DEBOUT !


      • COVADONGA722 COVADONGA722 26 mars 2015 06:56

        yep je vous invites a venir voir la régression a l’accueil de la Timone ou de l’hôpital Nord de Marseille .Toute une foule ne payant rien , une foule exigeant injuriant agressant les infirmières et les docteurs , récusant les docteurs femmes pour les hommes et les docteurs hommes pour les femmes ;Cette foule que vous les éduqués tel que vos avez invité a venir impunément partager mes boulot mes quartiers mes service tout en nous faisant payer à nous le partage !Bordel que le système s’écroule que l’on cesse de payer pour des parasites ! S’il faut payer plus pour moi et les miens en ayant l’assurance que je cesse comme prolos de payer pour la racaille marseillaise pour les milliers de roms et kosovars qui mettent ce pays en coupe réglé je le veux bien.S’il faut payer plus pour les loisirs des miens en ayant l’assurance que je ne paierais plus pour les spectacles d’éduqués de gauche m’expliquant journellement que je dois me repentir d’être blanc et français de souche je le veux bien.Enfin si c’est une perte de droits que de cessez de sponsoriser par mes impôts les associations comme celle de l’auteur dont certaine appelle a désobéir aux lois dont certaine publie les photos de famille de policiers JE VEUX QUE CELA CESSE ! Je bosse en usine depuis 43 ans pour toute une frange d’éduqués à statut protégé qui me crache à la gueule pour mon bien !Vous et vos semblables êtes les petits marquis de cette démocrasouille , votre propension à l’indignation est la bonne conscience que s’offre cette société en échange de votre statut protégé A nous vos leçons de bienpensances a nous la terreur économique a nous l’envahissement du sol !Malgré vos dénégations vous procédez de ce monde le maintien de ma classe dans le partage mondialisé est la garantie que se perpétue votre statut protégé . Vous êtes les nobliaux du système !Mais lisez bien les soubresauts que dissimule le jeu de dés pipés du vote .La grande jacquerie sociale et identitaire ne saurait tarder ! au menu nos tourmenteurs capitalistes apatrides ,les aliens envahisseurs et les collabos de l’intelligentsia.Pensez 50 ans de morale partageuse on a eu le temps de se souvenir de la gueule des donneurs de leçons !

        hé hé le dormeur c’est éveillé ! 
        ainus : ne varietur 

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 mars 2015 08:00

          @COVADONGA722
          Tu payes aussi à la place des entreprises du CAC 40 qui délocalisent leur bénéfices dans les paradis fiscaux.


          Tu ne te demandes pas où sont passés les 50 milliards de fonds européens pour les Roms ?

          Tu payes aussi à la place des 173 milliards de niches fiscales aux entreprises.

          Tu payes aussi aux banques pour les 50 milliards par an d’intérêts de la dette, alors que pendant longtemps, l’Etat et les Collectivités locales se finançaient à 0% auprès de la Banque de France.

          Payer pour les pauvres ne me choque pas, n’importe qui peut devenir pauvre et malade du jour au lendemain. Mais si je comprends bien, payer bien davantage pour les riches ne te choque pas ?

        • fred.foyn Le p’tit Charles 26 mars 2015 08:08

          L’Hôpital est en danger depuis la loi scélérate de Aubry sur les 35 heures...çà fait un « BAIL ».... ?


          • fred.foyn Le p’tit Charles 26 mars 2015 16:40

            @Le p’tit Charles...heu je suis dans le milieu..donc je sais de quoi je parle...Aubry est tout juste bonne à camoufler l’amiante...Un boulet en politique.. !


          • Ruut Ruut 26 mars 2015 14:59

            C’est simplement la mise en œuvre du programme du PS pour la santé publique.
            Il faut lire avant de voter.


            • jean-marc D jean-marc 26 mars 2015 20:37

              @ Chalot


              Bonsoir,
              L’hôpital public n’est pas le seul concerné, c’est tout le système de couverture sociale qui est en cause.....et çà n’est pas la seule santé qui est en cause.

              Maintenant comment déméler le vrai du faux.......sur le problème de la santé.
              En hôpital public :
              - ma mère, victime d’un AVC, a été admise la matinée d’un certain jour, 12 heures après je l’ai vu dans un fauteuil roulant, sanglée en raison de son agitation, en route pour passer scanner et IRM........à ce stade, c’est déjà foutu, mais bon elle avait 79 ans.....elle peut crever, la vieille, c’est pas urgent vu son âge,
              - victime d’un accident de circulation, après 5 heures d’attente pour interpréter une simple radio du thorax (côtes fêlées), je suis sorti en ambulance pour faire interpréter ladite radio par mon médecin traitant qui lui n’a pas eu besoin de 5 heures pour poser le diagnostic,
              - mon épouse, victime d’une infection nosocomiale, a attendu 14 heures dans un couloir avant qu’on ne programme une opération en urgence le lendemain matin alors qu’un TDCMF est pris en urgence absolue apparemment, parce qu’il avait voulu se suicider en sautant du rez-de-chaussée, victime d’une simple foulure,
              En clinique :
              - victime d’un accident, j’ai eu la main gauche profondément ouverte : prise en charge immédiate, sortie dans les 2 heures qui ont suivies,
              - toujours suivi par les mêmes médecins, à l’inverse du public qui réserve pour ce faire le secteur privé de l’hôpital public (comprend pas un secteur public qui pratique le secteur privé !), 
              - arrivé en consultation pour un simple contrôle cardiologique, je suis temporairement hospitalisé durant 1 heure, 
              - lié à une perfusion multiple, attaché aux monitorings, on m’amène le rasoir et la bombe de mousse, mais on ne m’apporte pas de bassin d’eau, on me lave mais on le rince au bout d’une heure......

              La prochaine fois, j’irais me faire soigner par mon vétérinaire, çà ne sera pas pire ! Et en plus, je n’aurais pas à raconter mon passé médical......soit il me soigne, soit il me pique. !

              Sur ce, j’aime vos interventions passionnées,en ce qui me concerne, la passion associative n’est passée (62 ans, 25 ans d’associatif m’ont suffit pour comprendre, mais j’admire ceux qui y croient encore).

              Bien à vous,











              • jean-marc D jean-marc 27 mars 2015 14:22

                @jChalot


                Je me suis aperçu qu’une partie de mon texte original n’a pas été copié dans mon commentaire d’hier (erreur de ma part).
                « Ceci pour vous dire que le problème qui touche l’hôpital public touche également l’hôpital privé (dont les cliniques) ; qui assure également une mission d’ordre public. Les moyens manquent partout, et les nouvelles restrictions budgétaires, décidées avec l’accord (voire sa propre volonté) de MST ne vont pas améliorer la situation. C’est en grande partie rendre l’hôpital responsable du déficit de la SS, et se voiler la face en ce qui concerne les abus manifestes du lobbying pharmaceutique......pour cause d’intérêts ?
                Autre problème : jusqu’à quand le personnel médical (chirurgiens, médecins, urgentistes, infirmiers, brancardiers) supportera des horaires de plus en plus lourds et contraignants pour pallier aux manques de moyens ? »

                Désolé de cette omission.

                Bien à vous ;

              • CNAFAL 27 mars 2015 23:37

                Bien à vous aussi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès