Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’incompréhensible grogne des chirurgiens

L’incompréhensible grogne des chirurgiens

Il parait assez hallucinant que les chirurgiens soient dans la rue pour dénoncer l’avenant no 8 portant sur la « réglementation » des dépassements d’honoraire. En effet, la ministre, Marisol Touraine, avait, sur ce dossier, déjà avalé son chapeau en renonçant en pratique à plafonner les dépassements d’honoraires tout en accordant aux médecins quelques avantages inespérés. Mais qu’est-ce qui ne vas pas chez les médecins ?

Rappelons quelques notions à ceux qui, comme moi, ne sont pas des spécialistes de la santé. Les actes médicaux font l’objet d’une nomenclature très précise et pour chacun d’eux la sécurité sociale a fixé un tarif forfaitaire. Les médecins libéraux[1] qui acceptent ces tarifs oeuvrent dans le secteur 1. Ils ne sont pas très bien payés, il faut le reconnaître. Certains actes, comme la reconstitution d’un sein après une ablation par exemple, n’ont pas été revalorisés depuis des décennies et sont ridiculement bas. En revanche, leurs actes sont un peu mieux remboursés que ceux des médecins qui pratiquent des dépassements. Et surtout leurs charges sont payées par la sécurité sociale. C’est un avantage qui est loin d’être négligeable. 

JPEG - 880.3 ko
François Hollande et Marisol Touraine
En mars 2012 François Hollande est en campagne à l’hôpital de Romans, avec sa future ministre de la santé.

Il y a un second secteur dit « secteur conventionné à honoraires libres » et c’est précisément celui qui pose problème actuellement. La philosophie acceptée implicitement par tous les acteurs à l’origine (en 1981) était la suivante : les tarifs du secteur 1 sont trop bas ; on permet aux médecins de pratiquer des dépassements, mais avec « tact et mesure », notion difficile à défendre devant un tribunal. En échange, ces médecins continuent à bénéficier de l’essentiel des avantages du conventionnement.

Les premières années, cela a plutôt bien fonctionné. Les médecins étaient mieux payés et les assurances complémentaires absorbaient la différence. Bien sûr, ce sont bien les assurés qui supportaient le coût supplémentaire in finé ; mais la ponction s’effectuait de façon presque indolore. Sauf bien sûr pour ceux qui n’avaient déjà pas de mutuelle…

Malheureusement, la situation s’est fortement dégradée, le nombre et les montants des dépassements ayant littéralement explosés ces dernières années. A l’image de la société tout entière, le rapport des médecins à l’argent s’est décomplexé et ils sont devenus de plus en plus gourmands. Avec la crise économique, toutes les conditions étaient réunies pour que la partie la plus fragile de la population ne puisse plus accéder à la médecine libérale. Actuellement 11 % des généralistes, 40 % des spécialistes et 85 % des chirurgiens pratiquent des dépassements d’honoraires. Surtout, les écarts sont de plus en plus importants. 200, 300 et même 400 % de dépassement sont de plus en plus courants…

L’accord signé le 25 octobre dernier était censé mettre un frein à cette dérive. Or, c’est loin d’être le résultat obtenu, bien au contraire. Le préambule de ce texte[2] fixe une limite de dépassement de 150 %, mais en précisant qu’il s’agit d’un repère qui pourra d’ailleurs, « dans certaines zone géographique (…) faire l’objet d’adaptation ». L’avenir de ce vœux pieu sera le même que le « tact et mesure » avancé lors de la création du secteur 2. Les médecins vont s’asseoir dessus.

Non seulement aucun plafond n’a été mis en pratique pour modérer les dépassements, mais cet accord fait tout pour achever le secteur 1 et inciter tous les médecins libéraux à pratiquer des dépassements. Le texte prévoit en effet la mise en place d’un fumeux « contrat d’accès aux soins » dans lequel les praticiens sont invités à modérer leur tarifs et leur dépassements, à pratiquer les tarifs « sécu » pour les situations d’urgence et pour les patients modestes, notamment ceux qui bénéficient de la CMU. En échange, les signataires obtiennent :

1/ Un remboursement des actes avec dépassement sur la même base que les praticiens du secteur 1.

2/ Un remboursement de 5 € supplémentaires par consultation pour les patient âgés de plus de 80 ans.

3/ Un meilleur remboursement également pour le suivi des patients qui viennent d’être hospitalisés pour certaines pathologies.

4/ Et surtout la prise en charge des cotisations sociales par l’Etat, comme pour les médecins du secteur un.

D’emblée, un examen rapide de l’impact de ces mesures sur la sécurité sociale a été estimé à 400 millions d’euros. Mais surtout la mise en œuvre de ce texte ne pourra qu’aboutir à une ponction accrue des patients. On se demande en effet ce qui va bien pouvoir retenir les médecins libéraux d’abandonner le secteur 1, au profit du 2 nouvelle manière, où ils auront les mêmes avantages, plus la bénédiction de l’Etat pour pratiquer les dépassements.

On se demande aussi comment les chirurgiens, grands spécialistes des dépassements +++, osent défiler dans la rue en prétendant que Marisol Touraine va achever la médecine libérale ! Sans doute ont-ils perçu la fragilité de cette ministre de la santé bien peu inspirée et qui ne semble pas avoir une vision très claire de ce qu’il faudrait faire dans ce secteur. Pourquoi lui fallait-il à tout prix un accord ? Les syndicats de médecins ne voulaient rien lâcher ? Et alors ? Une loi aurait tranché dans le vif, en imposant un plafond de 150 % de dépassement autorisé. Et aurait pu consacrer les 400 M€ qui vont être jetés par la fenêtre à revaloriser les actes des médecins qui s’accrochent au secteur un. Je veux parler de ceux qui se soucient encore de leurs patients…



[1] Les praticiens hospitaliers, qui sont des salariés, ne sont bien sûr pas concernés par ce débat.

[2] En pièce jointe, l’intégralité de ce texte.

PDF - 808.3 ko
Avenant conventionnel no 8
Le texte de l’accord du 25 octobre dénoncé par les chirurgiens et pourtant si favorables à leurs intérêts

Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

137 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 15 novembre 2012 10:01

    des dépassements, mais avec « tact et mesure »

    L’arbitraire, quoi...dans de nombreux cas.
    Pour une prothèse de hanche, de 1000 à 10.000 euros, selon un chirurgien, entendu hier soir
    Opéré pour cela il y a dix ans, j’ai déjà payé 600 euros, mais j’avais confiance en l’expérience de ce chirurgien, recommandé par mon médecin dans mon cas.
    Bien sûr, le chirurgien est tenu à prévenir son patient et à tenir compte de ses ressources
    C’est moins hypocrite que les anciens « dessous de table ».
    Mais il arrive que ce soit : payer ou aller voir ailleurs...
    Les patients-otages sont arrivés...


    • Yohan Yohan 15 novembre 2012 10:37

      Marisol Touraine a un frère médecin qui pratique les dépassements d’honoraires. Elle même, pratique le dépassement de revenus puisque qu’elle est assujettie à l’impôt sur la fortune. la ministre de gauche caviar est fort mal placée pour faire la leçon aux grévistes


      • appoline appoline 15 novembre 2012 17:30

        Il est maintenant reconnu que le gouvernement pratique le social sans en avoir un échantillon sur eux.

        Ces décisions ne se prennent pas à la légère et doivent être parfaitement étudiées, le système de santé doit être remanié dans son intégralité. Mais pour cela, il faut des études sérieuses et surtout pas faites par des fonctionnaires, trop déconnectés de la réalité. Décemment on ne peut pas demander non plus à un type qui a fait 12 ans d’étude d’opérer pour des nèfles, il faut donc réduire le gaspillage pour payer correctement ceux qui oeuvrent.

        Touraine est une bécasse qui n’a jamais mis les pieds dans la réalité, la gestion ça s’apprend, ça ne s’improvise pas

      • 1871-paris 1871-paris 16 novembre 2012 14:23

        ta raison appoline la gestion permet tout...

        explique moi comment fait alors un retraite qui ne peut se payer de mutuelle pour se payer les services de ces medecin aux demandent completement achronique ?!?!
        tres bientot ils finiront par soigner vraiment pour des nefls lorsque nous serons tous fauche !

      • Traroth Traroth 16 novembre 2012 17:58

        « la ministre de gauche caviar est fort mal placée pour faire la leçon aux grévistes » : Quelle remarque d’une intelligence profonde ! Je vous signale qu’un ministre représente la nation, pas juste elle-même ! C’est en notre nom qu’elle parle, pas en son nom propre.


      • T.REX T.REX 16 novembre 2012 20:29

        Les revenus des anesthésistes sont les plus élevés, en moyenne 15 000 € par mois alors que les chirurgiens sont à 12 000 € ! Incroyable non ?

        Les anesthésistes n’ont pas fait plus d’années de thèse pourtant et les Chirurgiens aussi peuvent facilement tuer leurs patients et paient des primes d’assurances importantes à ce titre.
        Le boulot de Chirurgien est autrement dur , ils en font des heures de bloc pendant que les premiers dorment avec leurs patients ! Et pourtant ils prennent encore plus de dépassement !

        ça dépasse les bornes et l’entendement !

        Enfin on va pas les plaindre tous ces nantis et j’estime que le Gouvernement est bien trop tendre sur ce coup là ... comme sur bien d’autres d’ailleurs !

        Il faut qu’il cesse de faire dans la demi-mesure sous prétexte qu’un remède de cheval à tous nos maux pourrait tuer le malade !! les demies mesures sont inefficaces et ne font que des mécontents : les « pour » car ils en veulent plus et les « contre » parce qu’ils en veulent pas du tout !

        En clair, sur ce coup là, comme sur celui de la TVA, le gouvernement se met tout le monde à dos. La demie Mesure ou mesurette est le meilleur moyen de n’obtenir aucun résultat positif et de se rendre impopulaire. Un billet pour la sortie !!

        Quand une idée est bonne on y va à fond ! Quand elle est mauvaise on ne la conserve pas !    


      • Constant danslayreur 15 novembre 2012 10:49

        La grogne suite à l’accord n’est pas que... chirurgicale, elle concerne aussi les internes des CHU :

        « Etre interne, c’est »1.500 euros par mois  smiley , bac +6 et 70 heures par semaine« , a affirmé Mikaël Agopiantz du syndicat Isnih.

        C’est proprement scandaleux et à même de mettre plus d’une vie en danger.

         »Les médecins sont pointés du doigt comme des bandits et des voyous qui profitent de la maladie des gens", témoignait dans le cortège un jeune interne en ORL de Marseille.« 

        Hélas oui, un peu le »combat" de l’auteur...

        http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2012/11/12/Les-medecins-et-les-internes-en-greve-et-dans-la-rue-expriment-leur-colere


        • Constant danslayreur 15 novembre 2012 10:52

          Quant à Copé qui soutient les grévistes et dénonce une politique des boucs émissaires... pu... gonflé le gus


        • voxagora voxagora 15 novembre 2012 11:16

          .

          A ne jamais oublier quand un médecin vous balance ses X années d’études :
          à partie de la 3ème année, elles sont rémunérées.

          C’est la différence, maintenue par un vocabulaire ni vu ni connu j’t’embrouille,
          entre les étudiants qui font « leur internat » et ceux qui font « des stages » : certains sont payés, d’autres pas.

        • Croa Croa 15 novembre 2012 15:12

          Le sujet de l’article c’est les dépassements.

          Il y a du coté de l’hôpital de véritables problèmes et les internes sont moins culottés dans leurs revendications, le problème est que tout ça se mélange.

          Coté patients (potentiellement nous tous) ça ne peut que se dégrader. Comme la corporation médicale est solidaire sur tout nous ne pouvons qu’être déçus par ces gens qui voudront bien nous soigner... à condition de raquer ! smiley


        • appoline appoline 15 novembre 2012 17:42

          @ Vox,


          Allez donc bosser comme externe ou interne dans un hopital, vous verrez le nombre d’heures pour le peu que vous toucherez, il faut avoir la foi. Heureusement qu’ils sont un peu payés, vous iriez gratter gratuitement vous.

          D’ici quelques années vous pourrez vous plaindre, croyez moi. Fini le temps où les médecins privilégiaient leur vie professionnelle à la vie de famille, terminé. Les infirmières, terminé le temps où elles embrassaient la vocation, un nombre non négligeable le font car c’est la branche où il y a encore un peu de travail, le problème c’est que la grande majorité sont de fieffées bécasses et vous allez leur confier votre vie, ne l’oubliez pas. Il faut compter aussi sur la politique de l’hopital voulant à toutes fins prôner la réussite et la bonne ambiance en facilitant par les concours internes l’avancée de chacun, sauf que les copies sont décachetées avant correction, ben oui la formation coûte cher, faut pas redoubler. Voilà, la réalité mais d’un âne on ne fait pas un cheval de course

        • voxagora voxagora 16 novembre 2012 10:31

          C’est sûr qu’un médesaint, 

          valant beaucoup plus que les ânes et autres fieffées bécasses,

          doit être reconnu dans sa différence et rémunéré en conséquence. 

          Je ne sais pas ce qui me choque le plus : la division du monde entre ânes et chevaux de courses,

          ou la légère et délicate touche à peine en rapport avec la retenue du public envers le monde médical :
          « N’oubliez pas qu’ils tiennent vos vies entre leurs mains »



        • tesla_droid84 16 novembre 2012 15:39

          Question, je ne connais pas le sujet. Je ne savais déja pas qu’il etait remunéré dès la 3eme année, j’imagine donc qu’il commence à cotiser pour la retraite aussi alors, ce qu’il fait qu’au final il finira avant un ingénieur et ses 5 ans d’etudes ... qqun pour confirmer ?


        • Traroth Traroth 16 novembre 2012 18:10

          Lors d’une des traditionnelles manifestations de médecins pour obtenir plus de notre pognon (ça revient tous les quelques ans, et bizarrement, on ne parle jamais de « prise en otage »...), il y a quelques années j’ai entendu un urologue se plaindre sur France-Info parce qu’il ne gagnait « que » 12000 euros par mois. Et le type il raconte ça aux smicards et aux chômeurs qui écoutent la radio. Il y a certaines personnes qui n’ont aucun sens des réalités ni aucune décence !


        • Romain Desbois 16 novembre 2012 20:51

          Bah vu que la plupart iront dans le libéral, je ne sais si ils commencent à cotiser.


        • Romain Desbois 15 novembre 2012 11:03

          Il est bon de rappeler que les dentistes n’ont pas le droit de faire des bénéfices sur les prothèses dentaires (ou tout autre produit utilisé).
          Pourtant ils se font une marge pouvant aller jusqu’à sept fois le prix d’achat des prothèses.

          On accuse la sécu de mal rembourser mais en fait elle se base sur le prix acheté et pas le prix vendu.

          L’Etat le sait et laisse faire !

          C’EST UN SCANDALE !!!!!


          • Salade75 15 novembre 2012 12:18

            En tout cas, quand les commerciaux du placement financier doivent donner le coup de rein final pour atteindre leurs objectifs, c’est vers ces personnes qu’ils se tournent : en ces périodes de baisse généralisée de la capacité d’épargne, ils font partie des seuls à encore pouvoir placer en toute hâte quelques centaines de milliers d’euros d’un coup.
            Ils sont bien à plaindre !


            • Yvance77 15 novembre 2012 12:36

              Salut,

              Un interne mensuellement ca gagne en gros 1800 euros avec toutes les contraintes et risques à sa belle profession. Garde jusqu’à plus d’heure, repos quand c’est possible vacances élastiques etc... et il sauve des vies, cela fait des recherches, ils sont utiles... merci à eux

              Un trader (un patron du CAC40, d’administration ...) ça branle rien, cela pille des nations, des familles, des villes, cela gagne des millions d’euros sur la misère d’autrui...

              Cherchez l’erreur !


              • Croa Croa 15 novembre 2012 15:29

                Le sujet c’est pas l’hôpital mais les dépassement d’honoraires !


              • antyreac 15 novembre 2012 12:49

                Un chirurgien gagne 15 000€ par mois

                Comment peuvent ils se plaindre encore avec de tels salaires 
                c’est une honte

                • Constant danslayreur 15 novembre 2012 18:28

                  Faux, un chirurgien gagne 10 833 € par mois (130 000 par an), http://www.studya.com/formations_metiers/sante_social/chirurgien.htm

                  Et alors et d’un, Ibrahimovic touche en un mois le salaire de Hollande en 7ans et demi (Un septennat et des poussières) et le salaire d’un chirurgien en 10 ans et 4 mois, ça fait cher le but chirurgical en pleine lucarne, ça fait cher surtout la goutte de sueur, quand il y en a ...

                  http://www.lefigaro.fr/sport-business/2012/07/18/20006-20120718ARTFIG00542-salaire-ibrahimovic-touchera-90-fois-plus-que-hollande.php

                  Et de deux, il faut entre onze et treize ans d’études APRÈS le bac pour être chirurgien, vous n’allez tout de même pas comparer à un modeste ouvrier ayant arrêté ses études entre 11 et 13 ans AVANT le bac. Si comparaison il devait y avoir, ce devrait être avec les hauts fonctionnaires des impôts par exemple, n’essayez pas ça vous déprimerait à vie.

                  Et de trois et alors m...e à quoi vous attendiez-vous, que le chirurgien passe 18 heures de suite à essayer de sauver l’un de vos proches si ce n’est vous même après un grave accident puis une fois rentré chez lui, emprunter au voisin de quoi payer la facture EDF ? Non mais ho !


                • roro46 16 novembre 2012 19:38

                  « Faux, un chirurgien gagne 10 833 € par mois (130 000 par an), http://www.studya.com/formations_me... »

                  130.000€ / an environ, en fonction de sa spécialité.

                  C’est, disons, une base, ou moyenne peut-être...
                   Mais... les dépassements d’honoraires, ça ne vous dit rien ????? smiley


                • etonne 15 novembre 2012 13:01

                  Il y a un mot qui n’apparait pas dans les discours concernants les médecins : je vous préviens c’est un gros mot : COMPETENCE. Et pourtant ce devrait être le plus important.

                  10000 décès en France pour erreur médicales. Alors quand on parle de leur responsabilité immense je rigole. Si les conducteurs de train participaient à un tel carnage que dirait-on ?

                  quand un médecin parle de sa notoriété là encore je rigole car c’est de l’auto-évaluation.

                  un conseil : quand un médecin vous demande un complément de rémunération, acceptez-la. Il vous demande 100€ prenez 1 billet de 100, déchirez le en deux, vous lui en donnez une moitié et vous lui dites l’autre moitè vous l’aurez si je suis satisfait de votre travail. Je vous promet un moment de grand bonheur en voyant sa tête ! Je l’ai fait, mais j’ai changé de médecin (par prudence).


                  • cassios 15 novembre 2012 13:25
                    Houla houla il faut modérer un peu son jugement sur les médecins et réfléchir un peu.
                    Les médecins, comme les chomeurs, ont un faible pourcentage de personnes qui abusent du système mais ils sont une minorité.
                    Les dépassements sont de manière générale responsables mais ils y a des abus à sanctionner.
                    Le problème n’est pas là, il vient du fait qu’à la base la sécurité sociale n’a pas revalorisé beaucoup d’actes pendant 20 voire 30 ans et n’a même pas suivi l’inflation !!
                    Du coup, pleins de médecins du secteur 1 ont vu leur pouvoir d’achat baisser de manière arbitraire et ils recommandaient eux même aux étudiants en médecine de ne pas venir en secteur 1 !!
                    Les medecins ne veulent plus se retrouver arrimés aux honoraires fixés par la sécu du coup, ils n’ont plus confiance.
                    De plus, un médecin de secteur paye l’intégralité de ses charges contrairement à un médecin du secteur 1.
                    Il faut savoir que l’année passée, un plafond a été fixé pour les médecins du secteur 1 limitant leur réduction de charge (les médecins de secteur 1 font de l’abattage) ce qui fait que ceux-ci ont diminué leur activité (pas rentable de bosser après ce plafond) et donc les patients ont du se tourner vers le secteur 2...
                    Il faut savoir aussi que ce sont les politiques qui ont créé le numérus clausus pour limiter l’accès aux soins des patients (créer un parcours du combattant pour se soigner pour dissuaderles gens de s’en servir...)
                    C’est aussi l’état qui a fermé des hopitaux en nombre alors que ceux-ci servent aussi à former les médecins. Donc augmenter le numérus clausus ne règlera rien....

                    Les mutuelles de leur coté ont un taux de redistribution très faible et ont accumulé un trésor de guerre en grande partie immobilier car elles ne peuvent faire de bénéfices (pour une future privatisation je suppose). Elles font aussi de couteuses campagnes de pub et je suppose que si on regardait les liens entre les boites de pubs et les dirigeants des mutuelles, on aurait beaucoup de surprises.

                    Pour moi, il y a actuellement 3 voleurs en ordre de grandeur :
                    1) l’état qui veut limiter l’accès aux soins des patients tout en clamant le contraire.
                    2) les mutuelles qui ont un taux de redistribution très faibles et ne veulent plus payer les dépassements alors que leurs adhérents payent très cher.
                    3) les médecins qui pratiquent des dépassements d’honoraires scandaleux.

                    Et c’est la technique habituelle, les 2 gros voleurs font en sorte que l’attention se focalise sur le plus petit voleur pour qu’on les oublie.
                    Normalement on devrait taper sur les 3 voleurs à hauteur de leurs méfaits respectifs....

                    Accessoirement, si on interdit les dépassements d’honoraires aux médecins du secteur 2, que va t-il se passer ? Hé bien, ils vont tous passer en secteur 3 vu la pénurie (et ne participeront plus au trou de la sécu) mais du coup l’accès à des soins rembousés par la sécu va se restreindre à peau de chagrin.
                    On interdit le secteur 3 ? L’Allemagne l’a fait, elle a perdu 25000 médecins en 5 ans et elle doit en faire venir de l’étranger (et ils sont beaucoup moins bons par manque de formation). Tout cela l’état oublie de le dire....

                    Autant fonctionnariser les médecins, les amphis de médecine sont pleins à 60% de femmes et elels sont souvent demandeuses de ce statut. Elles seront prêtes à échanger une partie de leur salaire contre une meilleure vie de famille. Mais si c’est pour ne pas avoir de vie de famille quand même mais pour un bas salaire, elles ne prendront pas.
                    Un médecin qui se fait 10000 euros nets par mois, c’est souvent avec un boulot proche de 70 heures par semaine, ce qui fait donc 5000 euros par mois sur une base 35H. 
                    Ca fait tout de suite beaucoup moins scandaleux. Moi quelqu’un qui a ma vie entre les mains et qui gagne bien sa vie, ça ne me choque pas. S’il est mal payé, je me doute qu’il ne prendra pas beaucoup de temps pour m’examiner (la médecine en URSS était réputée pour sa nullité...)

                    bref un sujet complexe qu’il faut bien examiner et surtout, il faut mettre à la porte les démago.

                    • cassios 15 novembre 2012 13:29

                      Ah un petit détail. Le vieillissement de la population fait aussi exploser les coûts donc la question se pose : Où trouver de nouvelles ressources financières pour payer ?

                      De plus, dans quelle mesure le coût doit-il être partagé entre cotisants/patients et corps médical.
                      Autant d’angles du problème qui ne sont jamais étudiés.

                    • ffi ffi 15 novembre 2012 13:39

                      Même si quelqu’un a « ta vie entre ses mains », il ne fait que son travail. Il est financé par la société entière, par des institutions qui gèrent les prélèvements obligatoires afin de réaliser effectivement notre droit.
                       
                      Désolé, mais quelqu’un qui gagne entre 10 000 et 15 000 euros, c’est déjà énorme, et bien plus que suffisant... Il y en a qui, avec des boulots particulièrement ingrats et exténuants, gagnent cela en une année... Que je sache, ce sont encore les ouvriers qui vivent le moins longtemps...
                       
                      Avec un tel salaire, en 3 ans, tu as acheté une maison, et donc, tu n’as même plus de loyer à payer ! L’ouvrier, il lui faut 30 ans.
                       
                      Non, franchement, ces médecins, ils abusent.


                    • cassios 15 novembre 2012 14:06

                      Attention, attention, un médecin qui gagne 10000 euros par mois pour 35H, c’est de l’abus. Mais s’il fait 70H pour ce salaire, ça fait du 5000 par mois pour 35H et là ce n’est pas de l’abus pour moi.

                      Et ce point, tout ceux qui disent que les médecins gagnent trop bien leur vie n’en parlent pas.

                      Mais c’est comme d’habitude, une minorité abuse et c’est toute la profession qui prend.

                    • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 15 novembre 2012 14:11

                      Je partage l’avis de Cassios. Chacun des acteurs cités à sa part de responsabilité. L’état devrait revaloriser fortement la plupart des actes de la nomenclature. Comme cela ne se fait pas, il laisse les médecins se débrouiller. Il pourrait au moins lutter contre les abus les plus criants. Mais la corporation fait peur. Tout comme les pharmaciens d’ailleurs. Quant aux mutuelles, l’esprit mutualiste y a disparu depuis longtemps. Le seul acteur qui n’a pas grand-chose à se reprocher, c’est le patient. A chaque nouveau coup de boutoir, il est le seul à trinquer.

                      Cassios oublie cependant un acteur : l’homme politique, qui, en matière de santé, reste depuis des décennies bien planqué derrière son administration. Je comptais sur la gauche pour remettre un peu d’ordre et de justice. Mais je vois que malheureusement dans ce domaine de comme dans bien d’autres, les vieux réflexes perdurent. Une fois que les échos des effets de tribune ont cessé de raisonner, les socialistes oublient bien vite les combats qu’ils devaient mener. Le pouvoir n’intéresse pas ces gens. Les apparences du pouvoir et les menus avantages afférents leur suffisent amplement. Vous me direz, les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent et vous n’aurez pas tort. L’occident dans son ensemble est entré dans une phase de grande décadence…


                    • ffi ffi 15 novembre 2012 15:06

                      En attendant une véritable étude sur les horaires des médecins, car je ne m’étonnerais pas que ceux qui gagnent le plus travaillent le moins, signalons que rares sont les ingénieurs ou les docteurs en sciences qui gagnent 5000 euros par mois (c’est l’équivalent de 75 000 franc par mois)... C’est déjà le haut du panier...
                       
                      J’en connais plein des ingénieurs qui sont contents avec 4000 euros, et ils ne comptent pas leurs heures. De manière générale, le cadre ne compte pas ses heures : c’est parce qu’il est cadre. Son traitement n’est pas compté en heures, il ne pointe pas.
                       
                      Donc 5000 euros par mois, ça me semble largement suffisant, même à 70 heures par semaines.


                    • Croa Croa 15 novembre 2012 15:35

                      « ont un faible pourcentage de personnes qui abusent du système  »

                      FAUX
                      , il existe des spécialités où il est très difficile de trouver un praticien non gourmand.

                      On voit que vous n’avez pas de problème de dos !  smiley


                    • Romain Desbois 15 novembre 2012 23:29

                      La France a réussi à marier un système communiste (la sécu) à un système capitaliste (les médecins libéraux). En fait c’est le système communiste qui nourrit les capitalistes.


                    • aspic aspic 16 novembre 2012 05:10

                      Bien dit !
                      Mon fils viens de démarrer comme interne:il n’a pas encore eu le temps de finir de déballer ses cartons !
                      (l’internat commence en novembre)
                      60 h par semaine : 1O h par jour+ gardes en urgences (24h d’affillé en semaine, je crois en WE gardes d’environs 18 h d’affilé) Minimum deux gardes par mois.
                      Médecins de service gentils mais complètement débordés, premier décès le deuxième jour...
                      Les urgentistes tellement écoeurés que dans cet hôpital, 11 sur 12 démissionnent (ils sont les bien-venus en Suisse) ou dans le privé !
                      8 sur 1O internes environs sont des femmes. Six mois par service, puis changer ensuite de lieu (parfois 200 km plus loin).


                    • voxagora voxagora 16 novembre 2012 10:44

                      aspic,

                      si « interne » était un métier, il est certain que ces conditions de travail et leurs difficultés seraient inacceptables 
                      (enfin tout est relatif car il y a des métiers très pénibles et aussi délicats et plus mal payés),
                      mais « interne » est une formation, et dans ce cas les choses sont différentes.
                      D’ailleurs s’il y a autant de monde pour tenter sa chance, c’est qu’ils sont les premiers à le savoir.

                    • Romain Desbois 16 novembre 2012 21:36

                      Les internes sont exploités en contravention des lois, du code du travail et plus grave de la sécurité des patients.

                      Les hôpitaux comme les beaucoup d’autres employeurs n’ont pas respectés leur part de contrat des 35 heures et malgré cela l’État continue à les indemniser. Ho c’est vrai qi’on n’est plus à quelques dizaines de milliards près  !!!


                    • simir simir 17 novembre 2012 08:56

                      « la médecine en URSS était réputée pour sa nullité »

                      Vous avez des liens sérieux pour écrire cela ? Rapports de l’OMS par exemple.
                      Moi ce que je sais c’est que l’expérience de vie des hommes a chuté de 10 ans depuis la fin de l’URSS
                      Ce que je sais c’est que les premières tentatives d’utiliser les rayons laser de basse intensité en médecine en URSS ont eu lieu dans la seconde partie des années 60 quand les médecins ont pu disposer des premiers laser à gaz et tout particulièrement ceux à l’hélium-néon .La mise au point de cette base théorique a permis un développement rapide de l’utilisation des lasers dans la médecine. Actuellement, sur tout le territoire de l’ancienne URSS, les équipements lasers de basse intensité sont largement répandus dans la médecine au quotidien
                      La résonance magnétique nucléaire découverte en URSS par Zavoisky a eu aussi de nombreuses retombées dans la médecine.
                      Faut arrêter avec la caricature ou alors ils sont complètement fou ces russes de regretter (pour les anciens qui ont connu les 2 systèmes) un mode de fonctionnement ou rien n’était bon.

                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 15 novembre 2012 13:36

                      Les riches ne sont pas assez soutenus sur ce site . 


                      C ’est bête parce qu’ un jour vous pourriez le devenir ... smiley

                      • Romain Desbois 16 novembre 2012 21:39

                        c’est tout ce que je vous souhaite !

                        « Si l’argent fait pas le bonheur alors rendez-le !! » Coluche


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 15 novembre 2012 13:39
                        Pour moi, il y a actuellement 3 voleurs en ordre de grandeur :
                        1) l’état qui veut limiter l’accès aux soins des patients tout en clamant le contraire.
                        2) les mutuelles qui ont un taux de redistribution très faibles et ne veulent plus payer les dépassements alors que leurs adhérents payent très cher.
                        3) les médecins qui pratiquent des dépassements d’honoraires scandaleux.

                        C ’est oublier la SNCF qui vend les billets et ensuite ils font grêve ! 

                        un vrai scandale .

                        • Romain Desbois 15 novembre 2012 23:43

                          J’en profite pour dire que les cheminots sont à 100% et pourtant leur sécu (la caisse de prévoyance) est toujours bénéficiaire. Il arrive même quelques fois qu’elle reverse son excédent à la sécurité sociale.

                          Pourquoi ne serait pas possible aussi avec la sécu ?


                        • Yohan Yohan 15 novembre 2012 13:47

                          Voilà deux figures du socialisme bien pensant dans toute sa splendeur. Touraine + Hollande, ont les revenus de 200 ouvriers du BTP. A côté, Sarko est un pauvre chez les riches

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès