Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’ostéopathie en danger

L’ostéopathie en danger

Depuis le vote de la loi de mars 2002 reconnaissant la profession d’ostéopathe, les décrets d’application n’ont toujours pas vu le jour. Aujourd’hui, pressées par le temps, les grandes manoeuvres ont commencé. Elles voient des médecins, rejoints par certains kinésithérapeutes, manoeuvrer pour obtenir du gouvernement qu’il leur réserve la pratique de l’ostéopathie, éliminant par là-même une profession qui pense et considère le patient d’une manière différente.

Le débat n’est pas nouveau, car l’ostéopathie est née en 1874, créée aux Etats-Unis par Andrew Taylor Still, et arrivée en Europe en 1917 avec la création de la British School of Osteopathy en Angleterre. Aujourd’hui les ostéopathes DO (diplômés en ostéopathie) suivent un cursus de cinq ou six ans dans des écoles spécialisées, et sanctionné par un diplôme reconnu par le Registre des ostéopathe et la Collégiale académique qui a défini les programmes d’enseignement. La consultation de ce registre permet de trouver l’ostéopathe DO le plus près de chez vous.

Sans vouloir m’évader de mon sujet je voudrais ici souligner que l’ostéopathie s’appuie sur des principes fondamentaux quelque peu éloignés de l’allopathie, à savoir :

1- Unité de fonctionnement du corps humain
L’être humain est un tout. Il forme une unité complète biologique, émotionnel, spirituel. Le corps humain fonctionne bien totalement, ou fonctionne mal totalement. Toute perturbation se produisant dans une région déterminée du corps pourra se manifester dans n’importe quelle autre région du corps.

2-Autodéfense, autorégulation et autoguérison
Le corps possède par lui-même les moyens de surmonter la maladie tant que la relation "structure-fonction" est respectée. Le corps possède ses propres modèles de défense et ses propres systèmes d’alarme.

3-Interdépendance structure-fonction et fonction-structure
La fonction dépend de la structure : toute perturbation d’une articulation, par exemple, se répercutera sur son fonctionnement : limitations du mouvement, douleurs, etc.
La structure dépend de la fonction : par exemple, toute immobilisation prolongée d’une articulation va "enraidir" l’articulation et les tissus autour.

Ce sont justement ces spécificités de l’ostéopathie qui sont actuellement en danger avec le projet de décret en cours. Aujourd’hui se pose la question de la survie de cette science, de cet art et de cette philosophie des soins de santé. Son succès et son efficacité (de plus en plus de mutuelles prennent en charge une partie de la consultation) la fragilisent car elle devient l’objet de bien des convoitises et des récupérations. Si comme moi vous vous sentez concerné par la disparition programmée de l’ostéopathie telle qu’elle a été élaborée jusqu’à aujourd’hui, je vous encourage à prendre connaissance du texte ci-après cosigné par les groupes représentatifs de l’ostéopathie en France et appelant à réagir et à agir...

N.B. Une pétition est disponible en ligne sur et une manifestation est prévue le 6 décembre à Lyon, Marseille, Paris, Nantes et Toulouse.


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (251 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • krokodilo (---.---.18.142) 24 novembre 2006 15:46

    « . Aujourd’hui se pose la question de la survie de cette science, de cet art et de cette philosophie des soins de santé »

    L’ostéopathie n’est ni une science, ni un art, ni une philosophie, c’est de la pensée magique camouflée en philosophie des soins, de la magie labellisée, de la sorcellerie occidentale. Chacun de nous a besoin d’un peu d’irrationnel pour survivre dans ce monde, et si la loi n’a pas été suivie de décrets d’application, ce n’est pas seulement dû à l’opposition de la Faculté, mais peut-être aussi au fond de bon sens chez le législateur qui lui rappelle in petto que tout ça c’est pipeau, comme l’homéopathie, et que plus on accorde, plus le lobby demandera.


    • picokoa (---.---.78.247) 30 novembre 2006 20:35

      Vous affirmez sans savoir krokodilo ! L’ostéopathie n’est en aucun cas une science, c’est vrai, par contre c’est définitivement un art, au sens étymologique du terme, et il y a clairement une philosophie de l’ostéopathie. Rien de magique dans l’ostéopathie ! Nous nous basons sur l’anatomie et la physiologie du patient. La spécificité principale de notre approche est celle d’une prise en charge globale du patient, et non pas de son seul symptôme. Je travaille en lien avec des médecins, car dans certaines circonstances les approches sont complémentaires.

      Pour la notion de « pipeau » voir l’étude américaine en cours actuellement dont les résultats préliminaires ont été publiés, concernant la prise en charge ostéopathique de l’otite chez l’enfant : ostéo + allopathie sont plus efficaces qu’allopathie seule, avec notamment moins de recours chirurgicaux.

      Quand au « lobby » ostéo, laissez-moi rire : comment trois à quatre mille praticiens pourraient avoir autant de poids que les dizaines de milliers de médecins dont l’efficacité en terme de lobby n’est plus à prouver.....


    • Jaimz (---.---.101.8) 24 novembre 2006 16:22

      J’ai personnellement été pris en charge par un ostéopathe suite à un traumatisme lombaire et j’ai été agréablement surpris du résultat. La qualité du travail et la réelle pertinence médicale justifie une reconnaissance de cette profession.

      Là où le bat blesse, c’est que seul le 1er ministre (qui n’est pas élu) peut délivrer les décrets d’application de la loi. S’il ne le fait pas, pour des raisons qui lui appartiennent, il n’y a rien à faire. C’est l’abération de nos institutions, une loi votée n’est pas forcément une loi appliquée...


      • krokodilo (---.---.18.142) 24 novembre 2006 16:27

        je ne doute pas qu’il vous ait fait du bien, mais ça s’appelle aussi de la kinésithérapie, il n’est pas nécessaire de créer des pseudo-sciences avec leurs cursus et leurs demandes de reconnaissance.


      • Jo (---.---.185.253) 27 novembre 2006 10:01

        12 sceances de kine apres une fracture de l’humerus -> impossible de dormir sur l’epaule.

        1 sceance d’osto -> j’ai pu dormir sur l’epaule 3 jours apres et miracle, je peux courris chose que je ne pouvais plus faire depuis 3 ans suite a des problemes de genous. Des que j’essayais, je souffrais pendant une semaine, hier j’ai courru 7kms en 30mns.

        L’ostheopathie s’appelle cheropractor aux US, en Suisse. On ne fait pas la difference entre kine et osteopathie. Dans ces pays, la kine est un melange des 2 pratiques. C’est la France qui est en retard.


      • Jenariel444 (---.---.25.61) 30 décembre 2006 18:34

        Il n’y a pas des osteos non médecins qui font ce que vous dites. Il existe des médecins osteopathes, et j’en suis , il savent aussi travailler..


      • Jenariel444 (---.---.25.61) 30 décembre 2006 18:38

        N’oubliez pas qu’il existe des médecins osteopathes qui font tous les jours ce que vous dites. Ils ne font autant de pub comme les non medecins...


      • jedge (---.---.107.97) 27 mars 2007 22:05

        vous oubliez de preciser que vous faites une formation de 200 h, nous 2500h , vous faites minimum 5 morts par an avec vos techniques indirectes et qu’en tant que medecin vous n’avez aucune connaissance « pratique » du corps humain ( a part poser votre stetho et votre brassard a tension vous avez touché des patients en 7 ans...) heureusement pour vous, votre lobby vient de gagner, les femmes enceintes vont garder leurs douleurs, les tetes des bb et les cervicalgiques vous remercient d’avance


      • Bertrand Farabet 24 novembre 2006 17:43

        la Kinésithérapie est en faite assez éloignée de l’Ostéopathie, d’un point de vue approche du malade et du point de vue de sa mise en oeuvre. Les cursus de formation sont également, à ce jour, très différent. Un des points de l’article est de montrer que c’est le succès de l’Ostéopathie (20 millions de patient dans l’hexagone) qui fait qu’aujourd’hui elle est l’objet d’une tentative de récupération par la médecine majoritaire en France (et ce après que cette même médecine ait tenté pendant des années de faire interdire l’Ostéopathie !). Je vous renvoie pour plus de détails au site de l’ostéopathie : http://www.osteopathie-france.net/


        • Grouik (---.---.112.26) 24 novembre 2006 17:58

          Quelques précisions sur « qui récupère qui » :

          « Les principes de l’ostéopathie ont été formulés originalement par Andrew Taylor Still, M.D., en 1874, lorsque la science médicale était dans encore à ses débuts. Still croyait que les maladies étaient causées par une interférence mécanique entre des nerfs et de la circulation sanguine. Il croyait qu’elles pourraient être guéries par la manipulation des »os, nerfs et muscles déréglés ou déplacés« -en enlevant toutes les obstructions et en »remettant la machinerie vitale en marche« . Son autobiographie rapporte qu’il pouvait »secouer un enfant pour arrêter la fièvre scarlatine, le faux-croup, la diphtérie, et guérir la coqueluche dans trois jours en lui tordant le cou."

          Still s’opposait aux pratiques pharmacologiques de son temps et voyait la chirurgie comme un traitement de dernier recours. Rejeté comme objet d’un culte par la médecine organisée, il fonda la première école d’ostéopathie à Kirksville, au Missouri, en 1892.

          Comme la science médicale se développait, l’ostéopathie a progressivement incorporé toutes les théories et pratiques de la médecine moderne [2]. Aujourd’hui, à l’exception d’une légère emphase additionnelle sur des diagnostiques et traitements musculo-squelettiques, l’étendue de la pratique de l’ostéopathie est identique à celle de la médecine conventionnelle. Le pourcentage de praticiens qui utilisent occasionnellement des traitements par manipulation (OMT ou ’osteopathic manipulative treatment’) est constamment à la baisse."

          http://www.allerg.qc.ca/ostheopathie.html


        • Serpico (---.---.2.251) 25 novembre 2006 11:05

          20 millions de patients dans l’hexagone, sur une population d’un peu plus de 60 millions ? Mais d’où sortez vous ce chiffre ? 1/3 de la population consulterait des ostéopathes ?

          C’est purement fantaisiste, tout comme cette volonté affichée d’écarter les médecins et les masseur-kinésithérapeutes de la pratique de l’ostéopathie, enseignée, faut il le rappeler, dans certaines facultés de médecine sous forme de DIU.


        • picokoa (---.---.78.247) 30 novembre 2006 20:41

          Les chiffres que j’avais il y a deux ou trois ans faisaient état de 12 millions de français ayant déjà consulté un ostéopathe.

          une étude sérieuse effectuée par l’académie d’ostéopathie de france montre qu’environ 25% des nourrissons auraient vu un ostéopathe en 2006.... voir le site : academie-osteopathie.org


        • (---.---.234.205) 3 décembre 2006 22:50

          Ce que je trouve regrettable c’est la réaction des « NI-NI » (ni kinésithérapeute, ni médecin) qui préferre s’attaquer de front aux médecins et aux kinésithérapeutes en hurlant au scandale plutôt que de mettre en avant leurs connaissances théoriques et pratiques....

          Car l’ostéopathie n’est pas en danger.... je connais d’excellent Kinésithérapeute ostéo, comme d’excellent Médecin ostéopathe. tandis que je connais aussi d’exécrables pseudoconfrêres « D.O. » qui soigne leurs patients en 5 mn en les déchargeants de 50 euros.....

          — -

          Le problême , c’est qu’avec vous, on ne peut discuter sereinement.....

          L’ostéopathie évolueb et le D.O. n’est qu’une vaste fumisterie (car il n’est pas reconnu par l’Europe)....

          — -

          L’ostéopathie doit progresser pour le bien être de nos patients et pas pour nos petits intérêts égoïstes.

          Et comme on ne peut faire une révolution tout seul ; il vaut mieux s’associer avec d’autres interlocuteurs (comme les médecins) plutôt que de se laisser enfermer tout seul dans un coin.

          Evoluons Evoluons.... si on n’évolue pas, ce sont nous qui sommes en danger, pas l’ostéopathie.

          Et l’ostéopathie, comment va t elle ? très bien, merci

          (Merci Léopold BUSQUET smiley !!!)


        • ? (---.---.22.36) 3 janvier 2007 13:44

          Quel est le rapport entre diu et osteopathie stp ? Le sait tu seulement..


        • Ronny Ronny 24 novembre 2006 19:03

          Scientifique de formation - et biologiste de plus - j’avoue que l’ostéopathie me posait quelques problèmes. Mais scientifique on est, et scientifique on reste, en route pour l’expérimentation ! Le tout, après s’être largement renseigné sur les enseignements dispensés et les gens sérieux à qui confier son corps, via des médecins amis et des amis habitant l’étranger où cette pratique est reconnue.

          Des douleurs de la nuque me perturbaient depuis 10 ans. Les analyses ne révélaient pas de « cochonome », rien d’important, sauf la douleur... En cas de bobos intenses, l’aspirine et le doliprane fonctionnaient à fortes doses. La kiné donnait des résultats peu durables.

          En revanche l’ostéo a conduit à des résultats spéctaculaires. En cinq scéances, les douleurs ont disparu et j’ai retouvé une plus grande mobilité du cou, le tout sans médications, et avec une continuité de plus d’un an et demi déjà sans problème.

          J’ai même réussi récemment à faire disparaître des extrasystoles fréquentes, « investiguées » de manière classique et non dangereuses. L’ostéopathe a immédiatement perçu un problème de nerf vague, toujours au niveau du coup, soigné de façon rémanente en une seule scéance.

          Je ne dis pas que 2 exemples constituent une statistique valide. Ni que tout peut se soigner comme celà. Les ostéopathes sérieux ne le disent pas non plus. En revanche, je ne comprends pas que cette technique, sans danger lorsqu’elle est pratiquée par des gens bien formés, et largement reconnue dans de nombreux pays où les médecins adressent des patients aux ostéopathes, ne soit pas reconnue en France.

          Serait-ce le poids des labos pharmaceutiques, lobby fort, et ayant des relais auprès des représatants du peuple, qui ferait barrage ?


          • Machiavel (---.---.20.29) 24 novembre 2006 21:46

            Pourquoi ne pas réserver l’ostéo aux seuls médecins ? Ils sont formés pour répondre au mieux aux problèmes de santé contrairement à n’importe quel quidam qui en quelques dizaines d’heures reçoit un diplome alors qu’un médecin c’est minimum 7 années temps plein et plus 5 ou 6 pour une spécialité.


            • Krakra (---.---.177.41) 24 novembre 2006 23:04

              Réserver l’osteopathie aux seuls medecins qui crachaient dessus depuis des années !!! Quelle idée machiavélique...

              L’osteopathie est une pratique naturelle qui fonctionne, le seul problème est qu’elle entâchée par de nombreux charlatants.


            • Maciavel (---.---.20.29) 25 novembre 2006 19:36

              Ah bon ? et c’est la même chose pour l’homéopathie... il y a certains médecins qui n’apprécient pas l’ostéo et d’autre l’homéo mais certains autres utilisent l’une ou l’autre... Donc, il faut reserver la pratique aux seuls médecins.


            • Porphyrogénète (---.---.145.192) 27 novembre 2006 08:22

              Je reste confondu devant cette levée de boucliers contre une pratique reconnue, développée, enseignée et appréciée. Sans vouloir polémiquer, les études universitaires d’ostéopathie durent 6 ans et non pas quelques dizaines d’heures. De plus, tout médecin a commencé avant sa formation par être « n’importe quel quidam » et les longues années d’étude n’évitent pas les éventuelles erreurs...

              Quand les premiers kinésithérapeutes ont « opéré », ont-il été confrontés au même ostracisme avec lequel aujourd’hui, avec l’aide de certains médecins, ils traitent l’ostéopathie et les ostéopathes ? Est-ce là le retour du droit du premier occupant ? Il me semble que dans le domaine de la santé, tout doit être étudié, pensé et rien ne doit être imposé par certains corps institutionnalisés (ce qui ne garantit en rien leur valeur) qui ne supportent pas qu’on vienne empiéter sur ce qu’ils considèrent être comme leur domaine réservé, même au détriment de la santé des autres...

              Il serait temps que ceux qui se disent « scientifiques » agissent en scientifiques et qu’ils ne rejettent pas, pour d’obscures raisons, des pratiques différentes des leurs.

              Il serait temps aussi que le 1er ministre fasse enfin passer les décrets d’une loi votée par les élus du peuple et qui moisissent dans son bureau.


            • Nico (---.---.189.154) 1er décembre 2006 18:02

              Quelques dizaines d’heure pour un diplôme d’osteo.... Mais bien sur... (c’est 5 à 6 ans d’étude...)


            • PYB (---.---.134.56) 6 décembre 2006 09:48

              Justement c’est là le problème. La médecine et l’ostéopathie ne sont en rien compatible. Comment pouvez-vous croire qu’un médecin qui va apprendre pendant 7 ans (avec un droit à 25% d’abstention dans ses cours) à réagir à un mal symptomatique va réussir en une dizaine d’heures à prendre le corps humain dans sa globalité ? Croyez-vous qu’ils vont sans pratique réussir à sentir avec leurs mains les mouvements d’un foie ou d’une coté ? Car c’est bien le médecin qui aujourd’hui se forme n’importe comment à cette discipline. Un ostéo NI-NI se forme en 6 ans et commence la pratique en dispensaire avec des patients et un tuteur dès la 3ème année. Et durant ces 6 ans, pas d’abstention ! Se sont des semaines bien remplies et on attend pas le concours de 1ere année ou l’internat pour bosser. Pourquoi remet t’on en cause la faculté des ostéo NI-NI à faire un diagnostique, et pourquoi pas celle des médecins ? Pourquoi ne parle t’on jamais de statistique ? 20ans d’ostéopathie fait par n’importe quel péquin. 88 morts suites à de mauvaises manipulations. 88 cas concernant des praticiens sans cursus de formation NI-NI. Laissons aux médecins leurs médicaments et arrêtons de croire que la médecine française a le remède à tout. Laissons leur métier aux gens qui savent l’exercer.


            • yvanna (---.---.155.174) 6 décembre 2006 18:04

              je ne suis pas d’accord avec cet article, pour devenir ostéopathe aujourd’hui (sans etre kiné ou medecin) il faut suivre une formation de 6 ans c’est a dire quasiment autant de temps que pour devenir medecin généraliste et deux fois plus que pour etre kiné ; alors que pour etre ostéopathe en étant deja kiné ou medecin il suffit d’un un a temps partiel , pour certain organismes, (environ 12 stages de 3 jours, je pense donc que ces deux formations ne permettent pas d’obtenir un niveau égal a la fin du cursus.. Je pense donc a chacun son métier, (mais cela n’empeche pas que certain kiné deviennent ostéo en fesant une formation complete et en exerçant ensuite exclusivement l’ostéo, ainsi que pour les medecins)


            • Gecko Gecko 31 décembre 2006 12:17

              Le problème aujourd’hui n’est pas de savoir quels sont les intérets des praticiens à être les seuls à pouvoir exercer une profession ; mais celui du patient à être bien pris en charge.

              Le patient devrai pouvoir aller consulter un ostéopathe sans aucun risque et aujourd’hui ce n’est pas le cas : certaines personnes se déclarant ostéopathes n’exerçant cette profession que quelques jours par semaine ou par mois et ne se consacrant pas entièrement et uniquement à cette pratique.

              C’est là que se trouve la première revendication : que l’ostéopathie deviennent exclusive. Q’un ostéopathe ne fasse que de l’ostéopathie et non pas que pour des raisons financières (car on y reviens toujours au « fric ») un kinésithérapeuthe ou un médecin ou un garagiste (car aujourd’hui tout le monde peut mettre une plaque d’ostéopathe ds la rue) fassent de l’ostéopathie pour arrondir ses fins de mois ou parce que c’est à la mode de faire de l’ostéopathie.

              Par contre je ne vois personnellement pas de problème si un médecin ou un kinésithérapeuthe sont formés à l’ostéopathie, qu’il exerce cette profession mais uniquement celle-ci. Et c’est la que le bas blaisse, la majorité des kiné-ostéo suivent une formation en 12 week-end (en fait 3 h par week-end)et s’estiment dignes et suffisament formés pour etre ostéopathe). 36 h c’est peut-etre un peut pauvre comme formation. Et il en va de meme pour les médecins.

              D’uatre part, il y a d’autres points tres importants dans l’ostéopathie : c’est que l’ostéopathie ce n’est pas seulement des manipulations c’est aussi une philosophie : « considérer le patient dans sa globalité et non faire du symptomatique ». Il est important de savoir et d’investiguer quel tissus souffre mais surtout pourquoi il souffre. Une douleur de genou peut avoir énormémént d’étiologies qui vont dépendre uessentiellement du patient. Donc si un ostéopathe ne se soucie dans le cas présent du genou et effectue des manipulations au niveau de ce genou qui souffre, il ne fait pas de l’ostéopathie et n’est donc par conséquent pas ostéopathe. Il est juste « manipulateur ». Et dans ce cas présent, mon cher machiavèle ce titre ou cette profession de manipulateur je veux bien que vous vous vous la réserviez mon cher Machiavel.

              Pour ce qui est de notre formation en temps que Ni-ni comme vous vous plaisez à nous appeler je ne pense pas quelle diffère de la votre (on utilise les memes livres et nos professeurs sont médecins ou enseignants en faculté médecine pour les matières dites théoriques) si ce n’est que nous ne sommes qu’une quarantaine par promotions pour les cours théoriques et une vingtaine pour ce qui est des cours pratiques. Ce qui a mon sens est une bien meilleur condition pour apprendre que d’etre entasser à plusieurs centaines dans un amphithéatre.

              J’ai d’ailleurs pu constater lors d’un recent stage en radiologie les lacunes qu’avaient certains internes et externes en anatomie. Cela me fait rire étant donner qu’ils vont etre médecins dans peu de temps. Mais cela montre une seule chose c’est qu’en faisant des études à ralonges on oublie si on ne s’en sert pas ce qu’on a appris au début.

              Pour de plus amples informations et pour soutenir l’ostéopathie exclusive : http://www.osteopathieendanger.fr/index_fichiers/Petitiondesoutien.htm

              Pour ce qui est des informations complémentaires : http://www.osteopathie-france.net/plan.htm http://uneo.free.fr/

              Pour de plus ample


            • Sylvain (---.---.17.80) 25 novembre 2006 02:08

              L’ostéopathie n’a rien à voir avec la médecine générale alors pourquoi la réserver aux médecins ???

              En ce qui concerne du serieux des osthéopathes médecin ou non médecin. Demandez aux compagnies d’assurance !!! Les plus beaux cartons viennent de médecin ou kinésithérapeute qui pratiquent l’ostéopathie.

              Il existe des établissements de qualité pour former des ostéophates, cependant il ne suffit pas seulement d’une bonne école pour etre bon ostéopathe tout comme avoir son diplome reconnu de médecin pour etre un bon médecin.

              Je suis étudiant en médecine chinoise dans une école serieuse et reconnue. Le débat de la légalité de pratiquer cette médecine en tant que non médecin est identique à l’ostheopathie. En 3ème année je commence à pratiquer sur mes proches. Je met en application mes etudes et les résultats sont là. La majorité des cas que je rencontre sont des echecs de la médecine moderne. La phrase que j’entend le plus souvent est « Mon médecin m’a fait toutes les analyses, je prends tel médicament, ce me soulage mais j’ai toujours mon probleme ».

              Il faudrait peut etre que les médecins arretent de s’imaginer avoir la science absolue et que seuls eux peuvent aider les gens à guerir. Il existe d’autres méthode et l’othéopatie en est une.

              Au lieu de se battre pour savoir qui a le droit de faire quoi, il serait plus intélligent d’échanger les connaissances et de travailler ensemble.

              Pourquoi tant de mal à accepter et reconnaitre l’osthéopathie comme la médecine chinoise en France.

              Le jour ou ces thérapies seront enfin reconnues, il sera plus facile des les réglementer.

              Pourquoi la France est si en retard dans ce domaine ???


              • krokodilo (---.---.211.26) 25 novembre 2006 09:38

                Qu’il y ait des domaines encore inconnus de la médecine occidentale actuelle, c’est une évidence, à commencer par le cerveau (de mieux en mieux cartographié en fonctionnement) ; qu’il y ait des molécules actives inconnues dans les plantes, les labos le savent et se battent entre eux pour explorer la forêt vierge avant qu’elle ait disparu... mais si des dirigeants chinois chopent une pneumonie ou une insuffisance rénale, ils seront soignés exactement comme nous en France. Et laisseront la médecine chinoise traditionnelle aux millions de malheureux qui travaillent quinze heures par jour pour nous fabriquer des jeans ou des jouets pas chers.


              • Sylvain (---.---.102.238) 25 novembre 2006 10:24

                Je réagis juste au commentaire de kroko, Les dirigeants dont vous parler utilisent en effet la médecine moderne, mais ils ont aussi les moyens de voir un praticien de médecine chinoise 4 à 5 fois par an (changement de saison). Ce que les chinois ont compris c’est le mariage des deux médecines en reconnaissant les avantages de chacune. Une hémiplégie se soignera mieux en médecine chinoise qu’en allopathie, cependant une appendicite déclarée se soignera mieux en opérant. Pourquoi l’une serait elle meilleur que l’autre ? Une amie a un cancer de la plèvre. En alliant traitement chimio plus acupuncture les effets sont très encourageant à la surprise de ses médecins. Maintenant, la responsabilité est au choix de chacun sur la façon de se soigner. Quelle est la vocation d’un médecin ??? Aider les gens à se guérir ou à défendre son pain comme un financier défendrait sa rentabilité ?


              • krokodilo (---.---.223.170) 26 novembre 2006 12:25

                « Une hémiplégie se soignera mieux en médecine chinoise qu’en allopathie »

                Affirmation sans preuve typique du raisonnement de l’homéopathie et de l’ostéopathie, qui prétendent toujours avoir de l’effet dans les domaines où la médecine est impuissante et le reconnaît (du moins quand l’hémiplégie est une séquelle définitive) Donc, où sont les études comparatives qui prouvent vos assertions assez gonflées ? La médecine d’aujourd’hui, c’est de prouver ce qu’on avance, le temps des mandarins qu’on croyait sur parole, même quand ils se trompaient (ça arrivait...) est révolu, maintenant il faut des études cliniques, de préférence bien foutues car on peut bidonner les sattistiques. Seuls l’homéopahie et l’ostéopathie refusent cette évalution rigoureuse, pour une bonne raison : c’est le même effet que la kinésithérapie, et cette discipline existe déjà, ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas l’améliorer. Il n’y a aucune raison d’en faire une discipline à part entière, il faut plutôt préciser les rares cas où elle peut avoir une réelle efficacité et l’intégrer à la pratique des médecins et/ou des kinés. Au fait, ça soigne quelles pathologies, l’osétopathie ?

                Comme un message l’a rappelé, l’ostéo est née de la même façon que l’homéo, sur les théories, les constructions intellectuelles d’un type sincère mais d’une époque où les connaissances biologiques étaient sans commune mesure avec notre époque. Puis son raisonnement pseudo-philosophique et le vocabulaire utilisé ont été adaptés au fur et à mesure que les connaissances progressaient. C’est la survivance de fausses théories devenues des disciplines qui tentent de se faire reconnaître sur la foi du succès obtenu auprès de ceux qui apprécient un zeste de médecine dite naturelle. Chacun a besoin d’irrationnel, parfois un peu parfois beaucoup.


              • Phosphoros Phosphoros 26 novembre 2006 15:33

                Vous affirmez sans savoir, et c’est aisamment démontrable Krokodilo.

                Le coeur de cible de l’ostéopathie est le rétablissement du mouvement 3D d’une articulation. En effet, toute articulation présente une conformation spatiale spécifique , qui va lui autoriser une plage de mouvement, plage elle-même limitée par les structures fibreuses. Or il faut savoir qu’une articulation biologique n’est jamais parfaite : en effet, les deux surfaces articulaires opposées ne sont pas congruentes, ce qui implique que le cartilage est soumis à une alternance de contraintes, cette alternance permettant la régulation de la nutrition par imbibition dudit cartilage.

                On distingue ainsi deux mouvements (ou cinématiques). Un mouvement principal, définissant la fonction de l’articulation (flexion-extension pour le genou) et un mouvement secondaire, appelé mouvement intra-articulaire (ou MIA), qui représente l’ensemble des micro translations et rotations observables à l’échelle de l’articulation, et qui permettent l’alternance de contraintes évoquées plus haut.

                Un blocage articulaire, ou lésion ostéopathique, va se traduire par une réduction du MIA. L’articulation concernée va ainsi garder son mouvement principal, mais la lésion ostéopathique va impliquer une chaine neurologique de rétrocontrôle, qui va aboutir à une augmentation de la raideur musculaire, source de la douleur.

                Le rôle de l’ostéopathe sera alors de lever le blocage articulaire, ce qui va avoir pour effet immédiat de stopper la chaîne de rétrocontrôle, ce qui explique la fin, ressentie comme miraculeuse par le patient, des douleurs.

                Pour le rôle de la kinésithérapie, je vous laisse vous renseigner avec quelqu’un de plus qualifié que moi mais c’est, en gros, un rôle de rééducation principalement, ou d’accompagnement dans l’effort des structures musculo-fibro-suelettiques. Par ailleurs, l’ostéopathie est une pratique de première intention, le praticien étant apte à établir un diagnostic, alors que le kiné agit uniquement sur prescription.

                Essayez de vous renseigner sur, par exemple, des cas de lumbagos. Demandez à des patients la durée d’efficacité d’un traitement kinésithérapique (de l’ordre de la semaine) et celle d’un traitement ostéopathique (en général, lumbago soigné en moins de 3 séances avec disparition totale de la pathologie et de la douleur).

                J’attends de vos prochaines réponses un peu plus d’arguments et de sérieux quand à vos affirmations. Mais il est peu aisé de parler de quelque chose que l’on ne maîtrise pas et que l’on a jamais expérimenté.

                Cordialement.


              • (---.---.234.205) 3 décembre 2006 22:57

                « Les plus beaux cartons viennent des médecins et des kinésithérapeutes.... »

                Un lien pour affirmer vos dires ? merci
                — -

                Sinon, il faut savoir QU’AUCUNES ASSURANCES NE COUVRENT LES ERREURS DE TRAITEMENTS DES NI NI (ostéopathes ni médecin, ni kinésithérapeute)

                Si le patient devient paraplégique (fauteuil roulmant) ou aveugle lors d’un traitement ostéopathique mal fait chez un nini, AUCUNE ASSURANCE ne pourra l’indemniser... vu que la profession actuellement n’existe pas et n’est pas reconnu.

                seuls les médecins et les kinésithérapeutes sont couverts par une assaurance de type rcp.

                CQFD.


              • (---.---.29.16) 19 décembre 2006 15:06

                je veux juste réagir au commentaire de krokodilo qui nous dit que l’ostéopathie ne veut se soumettre a aucune étude. juste pour info des études sont en cours dans certaines écoles ostéopathiques afin de prouver l’éfficacité des techniques ostéo sur les différentes structures du corps humain.


              • Gecko Gecko 31 décembre 2006 12:26

                Aucunes erreur n’a à ce jour étés commises à ce jour par un Ni-ni ce n’est pas le cas des médecins ou des kiné. C’est peut etre pour cela qu’il n’y a pas d’assurance pour les nini.

                D’autre part, la formation des ninis nous permet aujourd’hui justement d’éviter de faire des erreurs.

                Par contre, si le décret passe tel que le veulent ces chers gens qui s’occupent du dossier ostéopathie au ministère de la santé : en nous conadanant à 2030 h de cours, il y a de forte chance pour que des erreures soient effectuées par des nini. C’est pour cela que nous manifestonts.


              • tibo (---.---.160.170) 4 janvier 2007 21:06

                ce que vous avancez est completement faux . je suis moi meme « nini » je sors d’une foramtion en temps plein de 6 ans et j’ai bel et bien une rcp : pour info je paye 135 euros par an . mes patients sont donc bel et bien assurés . presque toutes les assurances assurent aujourd’hui les osteopathes et notamment deux sont spécialisées dans les RCP pour osteopathes.

                la médicale de france et l’assurance longueville. de plus vous pouvez observer que la cotisation annuelle pour cette assurance est peu honéreuse ce qui montre l’absence de risques pris par les patients lorsqu’ils consultent un osteopathe formé en 6 ans .


              • Phosphoros (---.---.76.248) 26 novembre 2006 00:17

                Bonjour,

                Je suis moi-même étudiant en ostéopathie, et je vais me permettre de répondre à un certain nombre d’imprécisions (voire d’hérésies).

                Tout d’abord, l’ostéopathie est un ensemble de techniques manuelles, basées sur une philosophie, comme il est expliqué dans l’article. Ce n’est en rien un art, ou une médecine.

                Au sujet du sérieux de l’ostéopathie. Je signale, particulièrement à krokodilo, que l’état des lieux pour la loi Kouchner a été fait par un médecin, donc plutôt réticent à priori au charlatanisme. Il a, lors de son enquête, pris contact avec toutes les associations d’ostéopathie (représentant les praticiens et les écoles), et dressé un bilan avec elles, pour finalement en écarter un certain nombre et désigner d’autres comme représentatives. On peut donc penser que ce médecin a jugé que l’ostéopathie n’était pas tant une vaste blague que ça.

                Je rajouterais aussi que la formation qui m’est dispensée, qui n’est pas identique à toutes les autres écoles mais au moins à un certain nombre, contient une grande partie de biomécanique, de physiologie et autres disciplines médicales. Tout ce qui est affirmé l’est uniquement sur la base de fait scientifiquement démontrables.

                Pareillement, mon école (mais ce n’est pas un cas isolé) a par exemple un partenariat avec la SNCF pour l’amélioration de l’ergonomie des sièges de TGV, et avec Quechua (filiale de Décathlon) Pour l’optimisation des renforts sur les sacs à dos. Je doute, là aussi, que des entreprises de ce style jettent des dizaines de milliers d’euros par les fenêtres sans être sûres d’avoir affaire à des professionnels.

                Enfin, au sujet de réserver l’ostéopathie aux seuls médecins, je me demande si vous êtes suicidaires ??!!! Avez-vous déjà été voir un médecin ostéo et un ostéo exclusif ? Il faut savoir que la formation en ostéopathie d’un médecin est de 150 à 200h, théorie et pratique confondue. En pratique pure, la formation d’un ostéopathe exclusif est de plus de 2 500 heures. L’ostéopathie n’a rien à voir avec la médecine. Elle demande des connaissances importantes en bomécanique, dont les médecins ne disposent pas.

                Quand bien même un médecin parviendrait à diagnostiquer correctement une lésion ostéopathique, il devra effectuer correctement la manipulaion, et le danger est là. Une manipulation, pour être efficace et non dangereuse, doit être effectuée avec une grande précison : nous parlons tout de même, assez souvent, de manipulations cervicales !!! Etes-vous assez naïfs pour croire que l’on apprend, en moins de 100 heures, à développer la sensibilité de sa main suffisament pour détecter la lésion ostéopathique (qui correspond a un blocage articulaire), puis a effectuer correctement une manipulation ?? Je vous rappelle que le corps humain comporte 230 os, et que l’ostéopathe a une capacité d’actions sur une bonne partie des articulations de ceux-ci. Selon vous, un médecin peut apprendre correctement en moins de 100 heures comment manipuler autant d’articulations (et je ne vous parle pas d’ostéopathie digestive !!) ? Allez donc voir votre généraliste et demandez-lui qu’il vous explique la cinématique intra-articulaire du genou pour rigoler un peu.

                Il faut aussi prendre en compte le fait qu’un ostéopathe exclusif pratique l’ostéopathie tous les jours, à longueur de journée, alors qu’un médecin ostéopathe la pratiquera, au mieux, 1 heure par semaine. Metteriez vous le crâne de votre nourrisson entre les mains d’un homme qui a pratiqué 4 fois la manipulation qu’il s’apprête à faire, et qui n’a pas manipulé depuis plus d’une semaine ?

                Pour terminer, je tiens à préciser que l’ostéopathie n’est pas vraiment codifiée, et qu’il est difficile de généraliser sur tous les ostéopathe : un certain nombre de charlatans se réclament ainsi de l’ostéopathie, alors que certains d’entre eux n’ont même jamais effectué de manipulations. Alors avant de consulter un ostéo, pensez à vérifier ses diplömes.

                Bien cordialement.

                Phosphoros.


                • krokodilo (---.---.223.170) 26 novembre 2006 12:38

                  J’ignorais cette histoire de loi Kouchner, mais ça ne prouve rien : Kouchner est un grand bonhomme qui a fait beaucoup de choses, mais il a pris là une décision en tant que politique, et la politique c’est souvent l’art du compromis, la recherche de la paix sociale.

                  Un exemple similaire est donné par la justice, qui avait accordé une indemnisation à une plaignante attribuant sa maladie au vaccin contre l’hépatite B, alors que les experts mandatés par la justice avaient tous conclu à l’absence de cause à effet. C’était une décision de compassion, il est plus satsfaisant psychologiquement de trouver un responsable que d’attribuer sa maladie à la loterie génétique ou à une cause encore inconnue. D’ailleurs toutes les études internationales de différents pays ont ensuite confirmé cette absence de responsabilité du vaccin, pourtant la décision judiciare reste en vigueur. C’est pareil pour la loi Kouchner, elle n’a aucune valeur de preuve quant à l’efficacité de l’ostéopathie.


                • curiosman 26 novembre 2006 01:43

                  Bonne nouvelle, selon phosphoros, l’osteopathie est un ensemble de technique manuelle basée sur une philosophie et comme la philo c’est l’art de controverse, peut on en dédire que l’ostéopathie n’est plus en danger parce qu’il va se métamorphoser en fonction de chaque courant philosophique.

                  L’osréopathie ca craint vraiement, on ne vous soigne plus en fonction des données scientifiques mais l’humeur du jour.


                  • Xavier Lainé (---.---.186.113) 26 novembre 2006 06:23

                    En toutes matières, il me semble nécessaire de garder la tête froide, de ne rien affirmer sans connaissances.

                    Ce que je lis, à la suite de cet article interessant me semble affligeant : ainsi, nous en sommes encore là, dresser les uns contre les autres, les médecins contre les non médecins, les kinésithérapeutes contre les non kinésithérapeutes ?

                    La France de l’étroitesse d’esprit serait donc notre seule vitrine ?

                    Lisez donc ! Ouvrez, par exemple, le livre du Docteur Thierry Janssen (mais il n’est pas le seul à faire preuve d’ouverture d’esprit).

                    Quelle est la démarche scientifique ? Celle qui ne croit que ce qu’elle voit, qui n’affirme que ce qui est déjà connu, ou celle qui consiste, devant le mouvement complexe de la vie, à porter attention aux évènements, et à chercher inlassablement à comprendre ?

                    Que l’ostéopathie, comme toutes les médecines dites alternatives ne satisfasse pas le monopole des lobies pharmaceutiques (qui sont par ailleurs les seuls à accéder ouvertement au contenu des études médicales françaises), est une réalité lisible depuis longtemps. Que, formée par ces seuls lobies, la médecine d’aujourd’hui se ferme à toute démarche réellement scientifique, au nom du dogme pharmaceutique ambiant, est donc d’une logique absolue.

                    Or, il n’y a pas plus de vérité établie ici où là. L’être humain est suffisamment complexe pour que chaque manière d’en aborder les disfonctionnements puisse mériter d’être étudiée, d’être soumise à des recherches sérieuses.

                    L’étroitesse de vue laisse la porte ouverte au charlatanisme. Ceux-là sauront très bien contourner les obstacles et se reconvertir pour proposer leur soupe aux patients crédulisés.

                    Il me semble préférable de me confier à un ostéopathe bien formé, qu’il soit médecin ou non, qu’à un de ces goujats, qui ayant fait quelques week-ends de formation, prétendent utiliser l’ostéopathie dans leur pratique avec comme seule justification non avouée, le chèque de fin de séance (la plus courte possible). Les charlatans ne sont pas toujours où on le croit !

                    Ce qui manque à notre médecine, c’est l’humilité. Celle-ci ne peut s’apprendre que si l’esprit s’ouvre à toutes les dimensions de l’être.

                    On peut rêver de ce jour où nous saurons dire que l’humain est un système trop complexe pour avoir des certitudes, et que les approches pluridisciplinaires, sans sectarisme, seraient la meilleure façon de répondre à ses inquiétudes...

                    L’humilité et la curiosité seraient alors enfin la preuve d’une intelligence dont nul ne peut s’arroger le titre : c’est rigoureusement la voie inverse qu’ont choisi les kinés et les médecins en enfourchant leurs pouvoirs pour faire pression sur un gouvernement qui ne brille hélas pas par son ouverture d’esprit. Le décret qui va être pris n’est que le reflet de notre misère intellectuelle.


                    • Phosphoros Phosphoros 26 novembre 2006 11:17

                      Merci pour votre message Xavier Lainé. Voilà une réflexion intelligente !!

                      L’ostéopathie ne veut pas prendre la place de la médecine : il y a bien des pathologies ou l’ostéopathe est impuissant. Sa seule qualification est de redonner un mouvement 3D à une structure l’ayant perdu : loin d’être exhaustif.

                      Cependant, il est aussi idiot de céder au tout médical : un médecin est impuissant devant une migraine, alors qu’un ostéopathe pourra soigner un certain nombre d’ntre elles (histoire d’emboïtement des os crâniens, et de pression sur les structures sous-jacentes.

                      Un médecin ayant été formé 150 heures aux pratiques ostéopathiques ne peut pas raisonnablement affirmer maîtriser son sujet, et vous auriez raison de ne pas vous fier à lui sur ce point là.

                      Une seule profession de santé n’est pas capable de soigner toutes les pathologies : il serait donc malheureux de « fermer les portes » aux autres, et de mettre les médecins seuls garants de notre santé.

                      Curiosman => Votre commentaire frise le ridicule. Pour information, la médecine occidentale (ou allopatie) est elle-aussi basée sur une philosophie (ou conception du vivant) : quand un mal atteint l’organisme et que celui-ci ne parvient pas à s’en débarasser, seules des traitements « invasifs » (substance exogènes, comme les médicaments) sont à même d’y remédier. Philosophie qui montre ses limites par exemple dans les migraines, les lombalgies, etc...

                      La philosophie de l’ostopathie, que vous pourrez lire par exemple sur Wikipédia, est basée sur l’unicité du corps, les capacités d’autoguérison, le rôle de l’afflux sanguin et l’importance de la configuration tridimensionnelle d’un organe. Rien d’ésotérique ici, comme vous pouvez le voir. La philosophie vous a peut être traumatisé lors de vos études, mais ne criez pas au loup à chaque fois que vous apercevez ce mot.

                      Pour finir, je dirais qu’il est important de se renseigner avant d’affirmer : je doute que les détracteurs ayant répondu à cet article n’aie jamais consulté un ostéopathe diplômé. N’hésitez pas à aller en voir un lors de douleurs articulaires, vous seriez agréablement étonnés. Cette profession n’est pas devenue incontournable dans la préparation des sportifs pour rien.

                      Cordialement

                      Phosphoros


                      • curiosman (---.---.9.44) 26 novembre 2006 13:09

                        Medecine et philisophie,

                        C’est normal, a l’époque çà a commencé par une philosophie qui s’est confirmée par des faits solides scientifiques et des résultats probants. Certes il y encore des insuffisants et des améliorations à faire .....

                        A lorsque l’osteopathie reste figée dans sa philosophie de puis plus d’un siècle, sans aucune « preuve » . Certes il y a quelques résultats dans des domaines tres limités et qui n’ont rien à voir avec la dite philosophie...

                        Voila la différence entre médecine et ostéopathie sur le plan,disons , philosophique.


                        • curiosman (---.---.9.44) 26 novembre 2006 13:42

                          Ostéo et loi Kouchner.

                          Devant le nombre de plus en plus croissant de nos concitoyens ( mais pas 20 milions, un chiffres qui font rire mais c’est d’habitude chez les ostéopathes... ) qui recourent à l’ostéopathie, Kouchner a raison de faire voter la loi ou exactement l’art75 pour réglementer une pratique touchante à la santé.

                          Le problème c’est que le gouvernement n’a pas su faire un audit sérieux sur ces pratiques au lieu de recuiellir par ci par là les opinions des praticiens sur leurs méthodes bien peu objectives. C’est ce qu’on dit familierement « mettre la charrue devant les boeufs ». D’où des problèmes inextricables entre plusieurs types de pratiques et que tout le monde a raison smiley et que la discussion a duré plus de 4 ans.

                          Oui, il faut réglementer ( et non reconnaissance comme disaient les ostéopathes ) ces pratiques sur des éléments observables et validés et non sur des prétentions plus ou moins fantaisites.

                          Au lieu de « Ostéopathie en danger de mort » les ostéopathes ont intérêt à faire le ménage dans leur pratque. Oublier les trucs folkloriques et l’Ostéopathie aura sa place, qui est tout à faire justifiée, dans le monde de la santé. Mais c’est peu être trop tard... les décrets sont prévus pour 27-12-2006


                          • Phosphoros Phosphoros 26 novembre 2006 14:46

                            Vous faites beaucoup d’amalgames, curiosman.

                            L’ostéopathie est depuis toujours divisée en deux « factions », les cultistes et les scientifiques (ou les fluidiques et les biomécaniciens). Ces courants, bien que se réclamant de la même profession, ont une approche totalement différente (explicitée par les mots fluidiques et biomécaniciens).

                            C’est donc au gouvernement de déterminer quels sont les pratiques bénéfiques au patient, et de faire le tri dans le fourre-tout qu’est acuellement l’ostéopathie. Mais, comme je l’ai dit plus haut, balayer les possibilités de l’ostéopathie d’un revers de main, tout comme la confier aux seuls médecins, relève d’une vraie méconnaissance des résultats thérapeutiques et de la formation des praticiens ostéopathes.

                            Quand au débat réglementation/reconnaissance... Comment voulez-vous donner des règles à quelque-chose qui n’est pas censé exister ?? Mais cette question ne se pose pas, puisque le texte de lois, ainsi que les heures (rapports) des débats au Parlement mentionne explicitemnt la « profession d’ostéopathe ».

                            Pour votre affirmation de « quelques résultats dans des domaines tres limités et qui n’ont rien à voir avec la dite philosophie », là encore je vous renvoie aux partenariats entre l’école Ostéobio (je finis par la citer, vous pourrez vérifier de vous-même sur le site de l’école) et différentes entreprises, à l’obtention du prix ANVAR par une structure (Mécabio) parallèle à cette école, à l’attitude des différentes mutuelles vis-à-vis de la profession d’ostéopathie, ou encore à l’étude publiée dans « The New England Journal of Medicine » du 4 novembre 1999 au sujet de l’efficacité et la non-inocuité de la pratique ostéopathique.

                            Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès