Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La Belgique donne le choix de l’euthanasie aux enfants

La Belgique donne le choix de l’euthanasie aux enfants

Ce 13 février, la loi sur l’extension du droit à l’euthanasie (voté en 2002) aux mineurs est approuvée. 86 voix pour, 44 contre et 12 abstentions : c’est une première mondiale puisque même les Pays-Bas n’autorisent pas l’euthanasie aux patients de moins de 12 ans. La loi belge ne prévoit aucun âge minimum bien qu’elle requiert la capacité de discernement de l’enfant et de ses parents.

 

Voici le fait qui a relancé le débat à travers le monde sur l’euthanasie. Beaucoup de pays ont été scandalisés, comme la Russie qui envisage de « sanctionner » la Belgique en interdisant l’adoption d’enfants1. Des réponses au vote considérées comme ridicules, mais qui néanmoins mettent au grand jour le problème moral que pose le suicide assisté.

L’âge n’est qu’un prétexte pour parler du problème sous-jacent : l’euthanasie. Il ne s’agit, pour les Belges, que de la continuité d’une législation en vigueur depuis des années pour les adultes. Pourquoi interdire à un adolescent ce que l’on permet à un jeune adulte ? Et pourquoi l’interdire à un enfant de 6 ans ? Il existe un degré de douleur qui met sur un pied d’égalité tout individu. L’euthanasie est donc une solution envisageable au Benelux, dans un cadre légal très encadré. Mais ce n’est pas encore le cas partout dans le monde.

Les opinions majoritaires et dissidentes revendiquent des positions différentes à partir parfois d’une même notion. En étant favorables à la légalisation du suicide assisté, les « pro-euthanasies » disent que la vie devrait inclure la mort. Dans un héritage direct du déontologisme de Kant, le respect de la personne en tant que fin en soi demande le respecter de son autonomie et de sa dignité humaine.

Mais dans ce même héritage, et dans une seconde lecture (plus orthodoxe) du déontologisme, les opposants fondent leur argument en disant qu’il y a un caractère sacré à la vie humaine et tout citoyen a le droit d’être protégé de tout "abus".

Le débat n’avance pas dès lors qu’une même notion s’interprète différemment, c'est pourquoi les opposants sortent les arguments de types utilitaristes (quoique souvent fondés sur aucune véritable statistique). Existent-ils des cas abusifs d’euthanasie au Benelux ? Des études sont menées régulièrement dans ces pays et sont libres d’accès : http://www.belgium.be/fr/actualites/2012/news_rapport_2012_commission_euthanasie.jsp.

L’argument est plus intéressant lorsqu’il qu’il avance que des pays ayant légalisé le suicide assisté, dévalent sur une pente raide et assouplissent leurs critères d’acceptation (la Belgique autorisant l’euthanasie sur les enfants est un bel exemple). Dans une optique de « théorie du complot », on envisage qu’avec la dévalorisation sociale des personnes âgées ou des personnes handicapées, cela amène au massacre.

Avec de tels liens de causalités, l’argument tombe dans un faux dilemme. Si cela est vraiment la cause d’une gérontophobie, alors pourquoi ne pas repénaliser le suicide puisqu’il amène directement à l’euthanasie ? Enfin, si l’euthanasie est acceptée comme une norme au Benelux, c’est que cela s’en suit de nombreux débats publics qui ont donné lieu à des mesures législatives.

Il existe des adultes qui n’ont jamais fait face à la situation de la mort et qui n’auront jamais le niveau de maturité des enfants qui y sont confrontés. La question du discernement peut se poser, mais la décision est aussi prise par les parents et le médecin. De plus, le recours à l’euthanasie est réservé aux enfants dont la situation est sans issue et qui sont confrontés à des souffrances physiques constantes.

 Il y a de solides arguments utilitaristes ou déontologistes en faveur de la légalisation du suicide assisté. Il y a davantage d’utilité à accéder à la requête d’un patient qui souffre sans plus aucun espoir, puisqu'il s'agit de sa volonté ? Cela rentre, de plus, dans l’objectif de respecter son autonomie. Après tout, toute personne saine d’esprit et de corps a le droit de se suicider et la possibilité de le faire. Pourquoi enlever cette liberté à une personne physiquement incapable ?

 

1) http://www.lesoir.be/470146/article/actualite/monde/2014-02-17/russie-envisage-sanctionner-belgique-pour-vote-sur-l-euthanasie-des-mineurs

Autres sources :

http://www.lemonde.fr/europeennes-2014/article/2014/02/13/belgique-l-extension-de-l-euthanasie-aux-mineurs-mettra-fin-a-une-hypocrisie_4366270_4350146.html

http://www.larecherche.fr/idees/entretien/peter-singer-ethique-revisitee-01-10-2000-69111

http://www.lalibre.be/actu/sciences-sante/la-belgique-legalise-l-euthanasie-pour-les-mineurs-52fd00fe3570c16bb1cc4335

http://www.liberation.fr/monde/2014/02/13/la-belgique-legalise-l-euthanasie-pour-les-mineurs_980038

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 22 février 2014 11:32

    "Dans une optique de « théorie du complot », on envisage qu’avec la dévalorisation sociale des personnes âgées ou des personnes handicapées, cela amène au massacre.« 

    10 000 morts en GB

     »Après tout, toute personne saine d’esprit et de corps a le droit de se suicider et la possibilité de le faire"

    vouloir se suicider n’est pas sain d’esprit

    le mieux serait de fermer les hôpitaux, les soins seraient du niveau moyen âge. époque ou on ne savait pas soigner grand chose et ou on aurait donc du euthanazier de nombreux patients


    • Pepe de Bienvenida (alternatif) 22 février 2014 21:26

      « vouloir se suicider n’est pas sain d’esprit ». Relis Camus, poufiasse.


    • Furax Furax 22 février 2014 13:01

      Le plus ahurissant est que cette « loi » est approuvée par 70% des Belges.
      A quand un sondage sur l’euthanasie des wallons en pays flamand et réciproquement.
      Mais, amis belges, si vous tenez à vous poster à la pointe du « progrès », avant de liquider vos enfants, amusez vous un peu, légalisez la pédophilie ! Vous serez encore plus premiers et Dutroux fera un excellent expert !
      Chez nous, hélas, les forces « rétrogrades » se sont opposées au « progrès » :
      http://24heuresactu.com/2013/01/02/quand-libe-le-monde-et-la-goche-morale-defendaient-la-pedophilie/


      • LA FRANCE EUHANASIE EN DOUCE : LES ANCIENS DANS LES EHPAD OU MOUROIRS DE 2ème CLASSE ILS SONT GAVES DE MEDICAMENTS ET PIQURES .........CE QUI LEUR FAIT FAIRE DES INFARCTUS OU DES AVC
        et DECEDER....1 OU 2 PAR SEMAINE... !!!!

        CERATINS EHPAd ET PEUT ETRE BEAUCOUP SONT A LA LIMITE DE LA MALTRAITANCE....TOILETTE DE CHATS...MENAGE. TRES RAPIDE. oubli des anciens dansLEURS CHAMBRES POUR LES REPAS D OU JEUN.ABANDONS DE GROUPES DANS LES COULOIRS OU CHAMBRES ils jeunent et les dits NOTABLES FONT DES ECONOMIES DE REPAS...HONTE A EUX !!!!!!!!!!!!!!!

        je suis effaré qu AGORA ne veille pas d’articles a ce sujet POUR NE PAS DEPLAIRE AUX NOTABLES QUI SE PRESENTENT BIENTOT AUX ELECTIONS ??????????????
        NE LES ELISEZ PAS SANS LEUR DEMANDER DU PERSONNEL POUR LES EHPAD.. (30% d’effectif en plus) !!!!!


      • foufouille foufouille 22 février 2014 14:31

        « La loi belge ne prévoit aucun âge minimum »

        ben donc un bébé choisi le suicide


        • Prudence Gayant Prudence Gayant 22 février 2014 14:38

          La douleur non plus n’a pas d’âge minimum.


          • oncle archibald 22 février 2014 14:49

            Et alors ?

            La prise en charge de la douleur est inscrite dans le code de la Santé publique, et la loi Leonetti autorise l’utilisation de médicaments permettant de limiter la souffrance des patients en fin de vie même s’il existe un risque d’abréger leur existence : « si le médecin constate qu’il ne peut soulager la souffrance d’une personne, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, qu’en lui appliquant un traitement qui peut avoir pour effet secondaire d’abréger sa vie, il doit en informer le malade, sans préjudice des dispositions du quatrième alinéa de l’article L. 1111-2, la personne de confiance visée à l’article L. 1111-6, la famille ou, à défaut, un des proches. La procédure suivie est inscrite dans le dossier médical. ». Le patient peut refuser ces soins.

          • foufouille foufouille 22 février 2014 16:06

            « Le patient peut refuser ces soins. »

            pour l’instant. bientôt un euthanaziste viendra te dire que c’est mieux, la mort


          • oncle archibald 22 février 2014 16:20

            Vous en connaissez beaucoup des cancéreux en phase terminale qui disent je souffre comme un damné mais je vous en prie, surtout pas de morphine, je jouis de ma douleur et je veux en jouir jusqu’au bout ...


          • foufouille foufouille 22 février 2014 16:50

            si c’est la dernière, vaut mieux refuser.


          • Prudence Gayant Prudence Gayant 22 février 2014 17:57

            Oncle archibald

            Je pensais spécifiquement aux jeunes et très jeunes enfants qui sont atteints de maladies incurables. Et alors ??

          • oncle archibald 22 février 2014 18:24

            Et alors, croyez vous que les parents et les médecins soient des monstres ? La loi Leonetti bien appliquée permet tout, vous le savez très bien.

            Quand un médecin sait que quoi qu’il fasse le petit enfant qui est son patient va perdre la vie, qu’il en a parlé avec ses parents, qu’ils ont tous vu que cet enfant souffre terriblement et « pour rein », ce médecin donne une dose de sédatifs exceptionnelle pour traiter une douleur exceptionnelle en sachant très bien ce qu’il fait et en accord avec les parents.

            Est-il besoin de légiférer davantage puisque la loi Leonetti le permet ? A votre avis quel serait l’intérêt d’une nouvelle loi et comment devrait-elle être rédigée pour éviter des abus ?

          • oncle archibald 22 février 2014 18:25

            « pour rien », excusez mon lapsus de clavier.


          • foufouille foufouille 22 février 2014 18:27

            si tu les tuent, tu es sûr de ne jamais réussir a les soigner. incurable, c’est jamais a 100%. ensuite, il faudrait que ton gamin comprenne que la mort est définitive. tu peut toujours lui dire qu’il ira au « ciel »


          • foufouille foufouille 22 février 2014 18:29

            « Quand un médecin sait que quoi qu’il fasse le petit enfant qui est son patient va perdre la vie, »
            un médecin, un vrai, ne te diras jamais cela mais il a peu de chance de survit

            on peut pas éviter les abus. un patient est souvent trop faible pour résister a un petit bourrage de crane, surtout en phase terminale


          • Prudence Gayant Prudence Gayant 22 février 2014 18:34

            Oncle Archibald,

            Peut-être est-ce à moi que votre commentaire s’adresse ?
            Ce que je voulais souligner uniquement, c’est que la douleur malheureusement et les maladies incurables frappent dès les premiers moments de la vie sur terre ; Légiférer est le pouvoir des adultes. Bavarder également sur ce qui et sur ce quoi, les adultes savent si bien le faire. 
             


          • foufouille foufouille 22 février 2014 18:47

            les maladies incurables qui l’était hier ne le sont plus aujourd’hui pour certaines. mais pour cela, il a fallu des gens qui veuillent vivre et pas se suicider


          • oncle archibald 22 février 2014 19:08

            @ Foufouille : « « Quand un médecin sait que quoi qu’il fasse le petit enfant qui est son patient va perdre la vie, » un médecin, un vrai, ne te diras jamais cela mais »il a peu de chance de survie« .

            Ca c’est le language convenu pour ne pas choquer la famille ou une solution de fuite pour ne pas traiter le problème. Je parle des »vrais« médecins, ceux qui sont bons, qui savent ce qui va se passer, qui n’ont pas que l’argent en tête, qui n’ont aucune envie de tuer qui que ce soit mais qui n’ont pas peur de prendre leurs responsabilités et qui cherchent ce qu’ils pourraient faire de mieux pour traiter la douleur, à défaut de soigner vraiment. Si-si, ça existe ! Et beaucoup plus qu’on ne le croit .. Ils sont souvent médecins hospitaliers. 

            Ceux là savent très bien s’il y a une chance de survie ou pas, avec quelles séquelles le patient pourrait éventuellement survivre et pendant combien de temps. Ils savent très bien aussi ce que sont les douleurs que subit leur patient ... Ils sauraient comme d’autres »faire vivre par force à l’état de légume« un patient qui n’arrive plus à communiquer avec ses proches, ça n’est pas très difficile actuellement. 

            Ces »vrais médecins à l’ancienne" qui ont souvent fait un bac philo en terminale et non pas un bac scientifique, savent instaurer un vrai dialogue avec le mourant si c’est possible, ou avec sa famille, ou avec les deux, ils sont doués pour l’écoute et la compassion, ils agissent en fonction des souhaits qu’ils ont recueillis et en assumant leurs gestes cliniques. A défaut de guérir lorsque c’est impossible, ils font en sorte que leur patient ne souffre pas au delà du tolérable, quitte à abréger ses jours. Et je trouve cela très très bien.

          • foufouille foufouille 22 février 2014 20:03

            Ces »vrais médecins à l’ancienne" qui ont souvent fait un bac philo en terminale et non pas un bac scientifique,

            mdr !
            la médecine n’est pas une science exacte. donc non, un médecin ne te dira jamais que tu n’as aucune chance mais qu’elle très faible. un mauvais médecin te diras que tu n’as aucune chance de survivre a un coma profond (ou autre) car c’est très rare et on ne sait même pas comment tu as fait pour survivre

            si ton médecin n’a jamais souffert réellement, il ne pourra que imaginer ta douleur. rien de plus


          • foufouille foufouille 22 février 2014 20:05

            "Ceux là savent très bien s’il y a une chance de survie ou pas, avec quelles séquelles le patient pourrait éventuellement survivre et pendant combien de temps."

            encore moins. il ne peut que te donner une moyenne. cela dépend de ta volonté et de ton entourage.


          • foufouille foufouille 22 février 2014 20:08

            je me souviens encore de la tête de mon médecin (une femme de l’âge de ma mère, a l’époque) me proposant une autre piqure de morphine. vu ses yeux, j’ai refusé


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 février 2014 21:33

            Pepe ,ton com mériterait l’empreinte des mes pompes dans ta gueule .


          • foufouille foufouille 22 février 2014 21:42

            mes rangers dans ta tronche. pas les newrock, tu aurais plus de dents
            tu me prêtes tes bras ?
             smiley


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 février 2014 21:48

            No blème Foufouille ,t’auras le coup de pompes définitif .


          • foufouille foufouille 22 février 2014 21:49

            ceci dit, il y a des cours de chirurgie en ligne. et c’est pas magique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès