Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La filière agro-alimentaire : un risque pour la santé publique (...)

La filière agro-alimentaire : un risque pour la santé publique ?

Cette dernière affaire de la viande de cheval vendue sous l’appellation de viande de bœuf illustre l’éthique de ceux qui « fabriquent » notre alimentation. Non pas que le cheval soit toxique…ou dangereux, mais une telle mascarade dénote d’un état d’esprit inquiétant et dangereux. L’étonnement des pouvoirs publics est une toute autre mascarade !

Quid du principe de précaution ?

Alors que le « principe de précaution » envahit, parfois avec abus, notre existence, alourdit les procédures et restructure nos modes de vie (Cf. certaines directives européennes), il est inexistant là où se jouent des choses bien plus importantes : comme l’alimentation et la santé. D’un côté l’exigence avec à la clef de juteux marchés (Cf. la mise aux normes des ascenseurs dans les habitats collectifs) de l’autre le laisser faire parce qu’il s’y joue beaucoup d’argent encore. Les lobbies de l’agro alimentaire sont extrêmement puissants et ont su préserver leurs mannes financières.

Ils agissent aussi bien à Paris au Palais Bourbon, qu’à Bruxelles dans les couloirs de la Commission européenne. Et ce travail de lobbying se fait au grand jour, on ne peut plus officiellement. On peut consulter la liste des de ces sociétés d’avocats, agissant pour le compte de grands groupes, accréditées par les services de la Commission aux fins d’accéder plus facilement aux parlementaires et aux fonctionnaires européens.

Attention : Danger !

« Il faut sortir de ce brouillard, parce qu’on pourra toujours revendiquer une traçabilité, fixer des règles où chacun est responsable de l’application de la règle, mais si le système est à ce point brouillé, si le brouillard est tellement épais que plus personne ne s’y retrouve, on finira par avoir de gros problèmes » déclare Stéphane Le Foll, notre ministre de l’agriculture, la plus haute autorité en la matière… après Bruxelles.

Pourquoi faut-il que les constats soient toujours établis en période de crise ? Comme si les « spécialistes » ne savaient pas cela depuis longtemps. Il y a une certaine hypocrisie à faire l’étonné à chaque incident. N’empêche que le mot est lâché : on va avoir de gros problèmes. Bigre … je me demande si cela a bien été entendu par tous. Le danger est là et ce n’est pas un hippie, un bobo ou un écolo qui le proclame, mais le ministre de l’agriculture, certes socialiste, mais on a entendu un ex de l’UMP Bruno Lemaire confirmer la chose (Il est bien temps de le dire aujourd’hui, que n’a-t-il fait le nécessaire lorsqu’il le pouvait ?).

Danger… suivons avec intérêts ce que seront les propositions à venir pour y remédier.

Sauvons nous nous mêmes.

Comme il y a fort à parier que « les mesures « tarderont à venir, le mieux est que chacun d’entre nous, dûment mis en garde, prenne ses propres mesures de précautions.

Le pouvoir du nombre peut être tout aussi fort que celui des multinationales…quant il n’est pas assujetti aux incitations de ces dernières. Certes nos modes de vies, le manque d’argent conduisent le plus grand nombre d’entre nous dans les super marchés…dans l’illusion de faire rapidement et à moindre coût ses courses. Il existe pourtant des alternatives à la fatalité de la malbouffe. Fruits et légumes, produits laitiers, viandes sont accessibles avec un meilleur contrôle dans les marchés.

Si nous faisions l’effort de boycotter les grandes surfaces pour faire nos achats auprès de petits producteurs, nous maitriserions un peu mieux ce qui est dans nos assiettes.

Cela veut dire un peu d’effort, cuisiner prend du temps, mais cela donne du goût à ce que nous mangeons et nous protège un peu mieux des affairistes de l’agro alimentaire.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 12 février 2013 20:17

    Cela veut dire un peu d’effort, cuisiner prend du temps, mais cela donne du goût à ce que nous mangeons et nous protège un peu mieux des affairistes de l’agro alimentaire.

    Bien évidemment. Personne ne nous oblige à acheter des plats tout préparés dont on sait que, même s’il n’y a pas de cheval dans le hachis de bœuf, il y a beaucoup d’autres ingrédients qu’on ne voudrait certainement pas manger à la petite cuillère. De même qu’on peut boire de l’eau pour se désaltérer, les sodas, sirops et autres canettes ne sont absolument pas indispensables à la vie humaine, seulement aux profits des géants agroalimentaires. Il est non seulement facile mais agréable, une fois qu’on a retrouvé le geste, d’éplucher des carottes ou des patates, de les faire cuire pendant qu’on met le couvert, de faire griller du bœuf ou du cheval au dernier moment, ce n’est ni plus long ni plus cher que d’acheter des barquettes dont le goût varie à peine de l’une à l’autre, au moins on sait ce qu’on met dans son assiette.

    L’approvisionnement n’est pas toujours facile au quotidien pour les citadins, surtout depuis qu’ils ont abandonné le petit commerce pour les grandes surfaces où ils sont sollicités par d’autres achats non-indispensables et négligent la nourriture qui n’est plus un budget prioritaire.

    Il n’y a que quand on se retrouve avec des ressources minimes qu’on commence à réaliser à quel point on a pu gaspiller argent, temps et plaisir en remplissant un caddy d’emballages attrape-nigaud, de pack de boissons sucrées, de préparations insipides ou de friandises décevantes : quand on est obligé de choisir, on reprend un peu de dignité et de bon sens.


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 février 2013 20:34

      @Parle moi d’amour vous parlez Or.... merci pour ces rappels, si élémentaires et que tant de gens ont oublié.




    • jef88 jef88 12 février 2013 21:17

      ecran de fumée ....
      les british ont lancé cette affaire alors que le scandale de l’hôpital de Shafford est en train de dégénérer.
      sur un autre plan le petit commerce a perdu sa place il y a 40 50 ans parce qu’il y avait trop d’intermédiaires c’est la grande distribution qui a gagné ....
      maintenant un retournement de situation redevient possible !


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 février 2013 21:48

        @Jeffe88,


        je ne sais pas si un tel retournement est encore possible, la clef est entre les mains des consommateurs.



      • Fergus Fergus 13 février 2013 09:28

        Bonjour, Jean.

        Globalement d’accord avec toi. A titre personnel, je n’achète d’ailleuirs quasiment plus aucun produit alimentaire en supermarché depuis des années.

        Pour autant, il faut se garder de la paranoïa. Ce qui est avant tout catastrophique en supermarché est la qualité gustative des produits vendus, car sur le plan sanitaire, n’en déplaise à ce qui est affirmé ici et là, notre alimentation est nettement plus sûre que dans les années 60, marquées par des excès de sel, des carences en vitamines et des risques de botulisme notamment.

        Ajoutons à cela que les produits vendus sur les marchés ou chez des artisans locaux peuvent eux-mêmes n’être pas exemplaires en matière d’usage de produits phytosanitaires ou de conditionnement dans des locaux douteux.

        Bref, rien n’est simple. Mais il faut faire des choix, et le rejet des filières industrielles est évidemment le bon à mes yeux. C’est pourquoi je plusse bien volontiers ton article.

        Cordialement.


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 13 février 2013 10:19

          Bonjour fergus,


          Certes le monde n’est ni noir, ni blanc il est relativement gris...acheter ses produits sur les marchés ou les artisans locaux ne dispense pas d’un minimum de prudence.
          Il ne faut pas faire de paranoia excessive, mais c’est
           bien entre les mains des consommateurs que se trouve la solution. Moins de supermarché et de plats cuisinés = une meilleure santé pour tous, même si cela exige du temps et des efforts.

          Bien à toi.


          http://jmpelletier52.over-blog.com/


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès