Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La franchise selon Nicolas Sarkozy

La franchise selon Nicolas Sarkozy

En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc les « responsabiliser », c’est à dire les pénaliser financièrement pour « qu’ils consomment moins » ou, au minimum, pour que « la Sécu rembourse de moins en moins ».

Déremboursements incohérents, augmentation du « ticket modérateur » sur des soins courants, généralisation des dépassements tarifaires pour les médecins spécialistes, invention du forfait de 1€ par acte de soins ou de biologie, du forfait de 18 euros sur les actes supérieurs à 91€, l’actuelle majorité a multiplié les atteintes à la prise en charge solidaire des soins.

Mais si elle a augmenté le reste à la charge des patients, le déficit de l’assurance maladie n’en a pas été comblé pour autant.

Aujourd’hui Nicolas Sarkozy va plus loin, beaucoup plus loin, en annonçant que s’il est élu il mettra en place une FRANCHISE c’est-à-dire un seuil annuel de dépenses en dessous duquel l’assurance maladie ne remboursera rien.

Rien du tout.

Franchise qui, pour mieux jouer son rôle de dissuasion de la consommation, ne sera pas remboursable par les assurances complémentaires, au moins dans un premier temps.

À la convention Santé de l’UMP, en juin 2006, après l’habituel couplet sur les abus et les fraudes (parfait pour désespérer la population de la notion de solidarité), Nicolas Sarkozy pose LA question : « Nous parlons d’assurance maladie... Y a-t-il une seule assurance sans franchise ? ».

Escamotant habilement le mot « solidaire », il traite la protection sociale comme une simple question d’assurance commerciale. Mais se garde d’avancer un chiffre. Car la franchise sur les remboursements modifierait profondément le système de protection sociale. L’entourage néolibéral de l’homme qui cite Jaurès pour appliquer le programme de Thatcher le sait bien : un système de franchise « forfaitaire et acquittée chaque trimestre » aurait des effets dramatiques pour les patients aux faibles revenus, mais pas assez pauvres pour en être dispensés. Certains d’entre eux amputeraient leur train de vie modeste pour pouvoir accéder aux soins. D’autres tenteraient de les retarder, y renonceraient. Tous seraient fragilisés, et cette précarité dans le domaine fondamental qu’est la santé les rendrait plus « flexibles » encore.

LA « FRANCHISE », UN THEME RÉCURRENT POUR NICOLAS SARKOZY.

La « franchise » ce n’est pas un mot lâché un peu vite dans un discours de campagne mais bien une constante (une des rares !!!) de la pensée politique de cet admirateur des « néo conservateurs » américains ( USA = le plus haut niveau de dépense par habitant, mais 40 millions d’américains sans assurance maladie et un résultat sanitaire déplorable).

Dès 2001, dans son livre Libre :

« Je crois utile qu’un système de franchise soit mis en place comme pour tout processus d’assurance. Ainsi les 500 premiers francs (76,22 €) de dépenses de santé annuelles des assurés sociaux ne seraient pas remboursés afin de responsabiliser ceux-ci ».

Mais étrangement, devant le panel venu récemment l’interroger sur TF1 - et près de 9 milllions de téléspectateurs - Nicolas Sarkozy livre un tout autre chiffre : sa franchise n’est plus de 50, 76 ou 100 euros, mais... représenterait seulement « les 5 ou 10 premiers euros de dépense de santé chaque année » ; puis, dans un autre entretien, « quelques centimes à quelques euros pour chaque acte ».

Nous, professionnels de santé, acteurs du monde associatif ou médico-social, universitaires, représentants des usagers et/ou usagers du système de santé dénonçons les RISQUES MAJEURS D’UNE TELLE FRANCHISE.

Nous refusons l’instauration d’une telle « FRANCHISE », socialement injuste, économiquement inefficace et dangereuse pour la santé publique. Rejoignez-nous afin d’exiger des candidats à la présidentielle une clarification de leur position face à cette menace inacceptable sur l’accès aux soins en France.

Christian Lehmann - Martin Winckler - Philippe Sopena.

Le site pour continuer le combat.


Sarkozy
envoyé par manifestesante

Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (270 votes)




Réagissez à l'article

118 réactions à cet article    


  • Fred (---.---.20.123) 30 mars 2007 13:13

    Bon ça ne fait qu’une raison de plus de ne pas voter Sarko. A vrai dire , je n’en manquait déjà pas...

     smiley


    • (---.---.70.132) 30 mars 2007 21:23

      des raisons en veux tu ,en voilà .

      i) http://www.changer-le-ps.com/article-6221186.html

      J’inclinerais, pour ma part, à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie. Il y a 1 200 ou 1 300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés ! Mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable.

      ii) http://www.dailymotion.com/relevance/search/sarkozy%2Bmarchandise/video/xmfqa_lhomme-nest-pas-une-marchandise

      pour Sarkozy l’homme n’est une marchandise comme les autres sous entendu que l’homme est quand même une marchandise .

      et ecoutez cet autre joli lapsus http://www.youtube.com/watch?v=4RSZiRgc9wc

      pour lui on ne forme pas les gens on les fabrique !! smiley


    • dégueuloir (---.---.195.203) 1er avril 2007 18:26

      Voici le texte du communiqué de la Société des Journalistes de France 3 : Nicolas Sarkozy se verrait-il déjà à l’Elysée ? Trépigne-t-il déjà en s’imaginant bientôt disposer des pleins pouvoirs ? Sans doute grisé par les sondages qui le placent en tête du premier tour, le candidat UMP s’est récemment laissé aller à une petite crise d’autorité dans les locaux de France 3. Une sorte de caprice régalien que l’on croyait appartenir à d’autres temps, ceux de la vénérable ORTF. M. Sarkozy a en effet menacé de « virer » notre direction. Comme ça, sur un coup de tête. Parce qu’elle n’a pas daigné lui dérouler le tapis rouge et accourir immédiatement à sa rencontre lorsqu’il est venu, le 18 Mars dernier, participer à l’émission France Europe Express, présentée par Christine Ockrent. A peine arrivé, Monsieur le Ministre-candidat se laisse d’abord aller à quelques grossièretés, estimant que cette émission « l’emmerde » et qu’il n’a pas envie de la faire ! Ensuite, le voici vexé de devoir attendre dans les couloirs de France 3 pour être maquillé, d’autres invités occupant déjà les lieux (et oui, France 3 ne dispose que d’une salle de maquillage). Coupable de ce « crime de lèse-Sarkozy », voici notre direction sur la sellette. « Toute cette direction, il faut la virer », a lâché le candidat UMP, comme le rapporte le Canard Enchaîné du 21 Mars 2007. « Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ca ne va pas tarder ». Les Français sont désormais prévenus ! L’une des priorités de Nicolas Sarkozy s’il est élu président de la République sera de couper des têtes à France 3. A la trappe ces directeurs qui tardent à exécuter les courbettes. Le Ministre-candidat avait déjà habitué notre rédaction à ses poses agacées, à ses humeurs dans nos locaux, face à une rédaction qui ne lui semble manifestement pas suffisamment docile. Comme cette récente provocation gratuite à l’adresse d’un journaliste du service politique « ça ne doit pas être facile de me suivre quand on est journaliste de gauche ! ». Désormais, c’est à la direction qu’il veut s’en prendre ? La Société des Journalistes de la Rédaction Nationale de France 3 ne peut qu’être scandalisée par une telle attitude de la part d’un candidat à la plus haute magistrature de France. Nous nous inquiétons que M. Sarkozy puisse afficher sans aucune gêne un tel mépris pour l’indépendance des chaînes de service public. Non, Monsieur Sarkozy, les journalistes de la Rédaction Nationale de France 3 ne sont pas et ne seront jamais vos valets. Ils résisteront à toute menace pesant sur leur indépendance. Si nous devons des comptes, ce n’est pas à un ministre-candidat, mais aux millions de téléspectateurs, qui regardent chaque jour nos journaux d’information. Par respect pour eux, pour leur intelligence, nous n’accepterons jamais aucune forme de mise sous tutelle politique. Ni de votre part, ni de la part d’aucun autre candidat. A bon entendeur. La Société des Journalistes de France 3. Le 23 Mars 2007


    • phyletta (---.---.51.91) 8 avril 2007 09:46

      Bonjour, c’est facile pour les journaistes d’avoir des états d’âme maintenant !mais franchement, ils l’ont cherché non ? les médias dont ils sont ont tout fait pour « présélectionner » à l’attention de ces braves électeurs les candidats qu’ils voulaient voir au second tour, façon pour eux d’éviter un « remake » de 2002. Se poseraient ils la question de savoir s’ils n’ont pas été un peu fautifs dans ce qui est arivé en portant, avec force reportages sur l’insécurité, Le pen au second tour (très bonne émission documentaire « le poison d’avril ») ? mais non ! c’est ce pauvre électeur basique qui pense mal et qu’il faut donc remettre dans le droit chemin en choisissant à sa place les vrais « bons » candidats. ceux par exemple qui font amia ami avec les magnats de la presse....hé oui, vous journeaux ou chaînes nationales sont rachetés (donc achetés)et vous ne faîtes pas la fine bouche dans ces cas là (voir Libération par exemple).Alors maintenant, par ce que le « bon » candidat a piqué sa crise dérangeante dans les coulirs feutrés de FR3, les états d’âme ressortent ? trop tard !même si je veux bien admettre que FR3 n’est pas le pire des médias, cette chaîne a participé à la surmédiatisation du candidat de Neuilly, je n’arrive pas à les plaindre ; Et de toute façon, tous ont remis le couvert : la gare du Nord, l’insécurité ambiante (au fait qui était ministre de l’Intérieur pendant ces 5 dernières années ?)...heureusement, le sincidents (ou bavure) de Mont St Aignan sontà pour rappeler que la police pour être respectable doit être respectueuse aussi....qui leur a inculqué cette manière d’agir avec les jeunes avec ce discours « guerrier » ? bref, à part le canard encaîné, je ne vois pas qu’est ce qu’il reste de libre en France, au titre de la presse..les émissions sont consensuelles, on demande au candidat si les questins peuvent être posées avant (De gaulle était plus franc : « messieurs le journalistes, préparez vos questions à mes réponses » disait il).il y avait un ministère de l’info.On l’a supprimé, et c’était une bonne chose, au nom de la liberté de la presse. mais le système qui peu à peu l’ a remplacé est bien pire, car invisible et ultra dangereux pour la liberté de penser des citoyens : c’est l’autocensure qui s’est invitée sournoisement,à force de faire se fréquenter les gentils médias avec les gentils hommes politiques (qui a besoin de l’autre pour exister ?)la bénédiction suprême étant le passage obligé chez Drucker, le dimanche, plus les affinités jusque dans les liens affectifs avec le milieu politique... ;combien de journalistes « fréquentent assidüment » les hommes politiques ? Et la séparation des pouvoirs y perd tout pouvoir justement au nom de la liberté individuelle...mais tout cela est très symptômatique d’une presse française qui est malade de ses accointances d’un côté avec ceux qui la financent, de l’autre, avec ceux qu’elle fréquente parfois de trop près...Cela me fait doucement sourire qu’une B. SCHOENBERG(dont on a vanté le professionnalisme) ou M. DRUCKER aient quitté leurs postes quelques mois ou semaines avant les élections ;Et la déontologie alors ? j’aimais mieux l’attitude d’une A. SINCLAIR qui a délibérément abandonné sa brillante carrière de journaliste, hors élections, pour cause de vie privée (quoiqu’en tant que femme, je trouve que ce n’est pas forcément le plus brillant des deux qui s’est sacrifié). Allons messieurs les journalistes, pas d’états d’âme, car votre âme (et votre crédit), il y a longtemps que vous l’avez perdu, sans bruit, sans porte qui claque, insidieusement mais sûrement, et ce n’est pas parce qu’un candidat a fait du bruit en piquant sa crise dans vos couloirs qu’il faut maintenant vous draper dans votre dignité égarée depuis fort longtemps ; je suis un citoyen de base, un de ceux qui refusent de se laisser manipuler et qui essaie, avec ses maigres moyens, de faire face comme il le peut....cetarticle vous déplaira sûrement, mais quoi, personne ne vous l’a déjà dit ? pensez à l’affaire des caricatures, dîtes moi combien au départ étiez vous à soutenir le dircteur deCharlie hebdo (que je n’achète pas d’ordinaire), rappelez vous vos commenatires emprients d’une si bienveillante « neutralité » (envers qui ?). Et le désaveu du recteur d’académie de LYON ? Un sujet hautement sensible, passé comme une brève dan vos commentaires....rien sur la laïcité...pas plus d’étonnement que cela à voir un ministre de l’intérieur omnipotent s’emparer d’une affaire qui relevait du ministère de l’EN ? voyez ces silences troublants, comme ils en disent long, et réfléchissez un peu sur ce que vous avez fait de votre liberté...et de votre responsabilité. Si vous vous sentez humiliés et traités comme des laquais, c’est peut être parce que de vous mêmes,vous avez abaissé votre condition...et votre métier à ce niveau. salutations.


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 30 mars 2007 14:46

      Ben voyons ! Une petite franchise pour « responsabiliser » le citoyen, une « modération » des dépenses, un coup de pression sur les médecins, et... (je vais un peu exagérer pour me faire comprendre) la première réaction, c’est : les assurés se sont fait avoir, vite, il faut signer une pétition contre la franchise ?

      Mais non, vous n’y êtes pas du tout, l’objectif est de proposer des nouveaux contrats entièrement privés, concoctés par Axa et autres boîtes d’assurance, qui bavent devant ce fabuleux marché. Ces compagnies exclueront d’emblée les cancéreux, les dépressifs, hypertendus, et autres handicapés, carrément non rentables (bref, on excluera les malades de ces assurances maladie, qu’on appellera d’ailleurs « assurances santé »). Ces rebuts du système, à qui on expliquera que c’est bien de leur faute (ils ne se seront pas conformés aux régimes préconisés, ni fait suivre préventivement depuis leur naissance et peut-être même avant), ils pourront toujours aller mendier au système public et mutualisé, qui perdra tous ses fonds rapidement, faute d’équilibrer les comptes.

      Et il ne restera plus que les contrats privés, qui se lanceront dans des campagnes de « low-costing », en imposant aux médecins telle ou telle prescription ou tel traitement sous peine d’exclusion de garantie. Et les « rebuts », ? Ah oui, on voudra bien les prendre, mais vous comprenez, il y aura une surprime spéciale due à leur scandaleux état de santé, sinon, ben tant pis pour eux.

      Et on aura entièrement recréé le système américain chez nous. Ne nous trompons pas de combat, ni d’objectif : l’important, ce n’est pas la franchise, c’est ce que la franchise prépare.

      Il n’est pas étonnant que ce soit Sarkozy qui nous balance les prémices d’un tel système.


      • christian lehmann (---.---.73.190) 30 mars 2007 14:49

        Vilain petit canard...

        apparemment, vous n’avez pas bien lu...

        vous croyez VRAIMENT que nous n’avons pas compris tout cela dès le début ?

         smiley)

        Je vous conseille d’aller jeter un oeil sur le site

        www.appelcontrelafranchise.org

        où tout cela est décortiqué.


        • roumi (---.---.74.206) 30 mars 2007 15:18

          vive inquietudes aussi de la fédération des mutuelles francaises ;http://www.mutualite.fr/web/frameset.nsf/home . voir la page « actu »

          rappel 58 millions de personnes protégées par ce systeme .

          « le flou de la déclaration » serait dus au débat interne a L’UMP !! sic !

          à un mois du vote il vas leur falloir réagir vite .

          sinon smiley puis smiley


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 30 mars 2007 15:55

          A Christian

          Je vais faire un tour sur votre site. Oh je me doutais bien que vous y pensiez, mais ce point aurait mérité un petit développement, alors je m’y suis collé.

          Ca fait un bien fou de s’exprimer !


        • christian lehmann (---.---.73.190) 30 mars 2007 15:25

          Merci de ces infos sur le site de la Mutualité, infos qui montrent l’embarras du candidat et de son think-tank, qui avancent maintenant masqués...

          On peut signer l’appel ( je vous y invite smiley

          sur

          www.appelcontrelafranchise.org


          • ExSam (---.---.200.190) 1er avril 2007 11:12

            Excellente initiative.C’est signé.


          • wranglercrabe 30 mars 2007 15:57

            Bonjour, utilisateur intermittent du systeme du systeme de soins medicaux,comme tous,mais aussi professionnel de sante en tant que medecin,j’observe de tels abus,ou plutot de telles mauvaises habitudes de consommation medicale,au jour le jour, « qu’écoeuré »,je ne m’oppose pas à une franchise sous reserve d’une discussion consensuelle préalable à la determination de circonstances justes . Un exemple les certificats rembourses pour des activites sympas et ludiques type marathon des sables qui n’ont rien a voir avec des problemes de sante ou des consultations recurrentes mensuelles pour ordonnance qui pourraient etre reconduites pour six mois,ou le nomadisme medical lié à l’anxiété,le plus souvent et qui n’a pas pas faibli malgre la reforme du medecin traitant


            • cl4ud3 (---.---.74.87) 30 mars 2007 20:28

              bonjour,

              étant malade depuis 15 ans, j’entretiens avec mon médecin généraliste une agréable relation mensuelle car il n’est pas possible de prescrire certains produits au dela d’une fois renouvelable.

              secretaire d’une association de soutien de malades, j’ai pu constater que la plupart des patients nomades l’étaient parce que la possibilité de dialogue avec leur médecin était très réduite et ils sont en recherche d’un diagnostic expliqué avec pédagogie.

              ceci-ci dit, j’ai froid dans le dos en ce qui concerne le plan de ce cher nicolas, en effet beaucoup de malades chroniques ont été obligés de quitter leur activité professionnelle et vivent souvent avec un revenu dérisoire. souvent, ils n’ont pas de mutuelle. on s’achemine de plus en plus vers une médecine à 2 vitesses.


            • jps (---.---.2.14) 1er avril 2007 11:25

              Le déficit de la sécurité sociale subsiste et s’amplifiera très certainement à l’avenir car Douste-Blazy a cédé à la pression exercée par les syndicats libéraux qui revendiquaient la qualification de spécialiste, et, par la même d’obtenir, un alignement de leurs tarifs. Je rappelle qu’il n’y a jamais eu autant de médecins qu’aujourd’hui : 3,4 médecins par millier d’habitants en France en 2005. Les consultations médicales, entre 2002 et 2007, chez le médecin généraliste sont passées de 15 euros à 22 euros et vont prochainement passer à 23 euros. Cela représente une augmentation de salaire brut de 53 %. Entre 1990 et 2004, le revenu des médecins spécialistes a progressé trois fois plus vite que celui des salariés, ( Haut conseil pour l’avenir de l’assurance-maladie - Hcaam). L’augmentation est encore plus forte pour les médecins hospitaliers. Mon propos ne consiste pas à dire que « les médecins gagnent trop ». Seulement, force est de constater que les efforts sont portés, presque exclusivement, sur les assurés. (A voir absolument : http://poly-tics.over-blog.com/ )

              Parallèlement, la France investit peu dans ses hôpitaux publics qui se détériorent, malgré le plan « hôpital 2007 ». Il y a en France dix fois moins d’appareils d’imagerie par résonance magnétique nucléaire qu’au Japon [...] le gouvernement actuel se glorifie de la maîtrise relative et heureuse des dépenses de santé en 2006 - elle dissimule des horreurs. En effet, l’essentiel de la réforme Douste-Blazy de 2004 a consisté à transférer 50 milliards d’euros aux générations futures. Et cela n’a pas suffi : la Cour des comptes estime avec bienveillance que le déficit cumulé de la Sécurité sociale en 2008 sera d’au moins 37 milliards d’euros. (Jean de Kervasdoué est ancien directeur des hôpitaux, professeur au CNAM - LeMonde). La réforme de l’hôpital, dans son organisation, son fonctionnement et son financement a été délaissée.

              Le candidat sortant sarkozy ne dit mots à ce sujet. Je m’enquérais de ses propositions dans ce domaine sur son site et .... Son projet 15 points en 20 lignes sans aucun contenu ! Mais rien sur ce problème. Sarkozy n’a rien à cirer du sida (Association Aides - sur son site) et il en est de même des conditions de vie des personnes âgées (par contre thème que l’on retrouve chez olivier Besancenot) en général, sarkozy n’a rien cirer de la santé des Français. Au sujet des suicides sarkozy a une analyse déconcertante « Il y a 1 200 ou 1 300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés ! Mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable ». (entretien entre Sarkozy et Michel Onfray paru dans « Philosophie Magazine » en mars. ) Vous avez bien lu : Pour le candidat, et ancien Ministre d’Etat, Nicolas Sarkozy, les jeunes qui se suicident le font parce qu’ils sont dégénérés.

              Sarkozy n’a pas une approche humaine mais uniquement comptable des problèmes de santé (alors que Ségolène prend en considération tous les aspects de ce problème comme énoncé ci-dessous). Ainsi sarkozy propose d’instaurer une « franchise » sur les dépenses de soins, une somme qui s’ajouterait au ticket modérateur. Cette mesure, qui s’ajoute aux déremboursements de médicaments, devrait contribuer à accroître la participation des patients. Nicolas Sarkozy se garde bien de porter atteinte aux intérêts des firmes pharmaceutiques : la franchise ne s’appliquera pas au médicament, car, selon Nicolas Sarkozy « ça pénalise celui qui est très malade » (« j’ai une question à vous poser », émission sur TF1 le 05 février 2007). Pas de doute, la France conserverait sous Nicolas Sarkozy sa première place mondiale en terme de consommation pharmaceutique.

              Sarkozy veut instaurer une franchise dont le montant varie suivant le moment. Elle n’est plus de 100 euros, mais... représenterait seulement « les 5 ou 10 premiers euros de dépense de santé chaque année » (« j’ai une question à vous poser », émission sur TF1 le 05 février 2007), puis, dans un autre entretien, « quelques centimes à quelques euros pour chaque acte ». (Le Quotidien du Médecin, 9 février 2007). Difficile de le suivre soit il ment, soit il se contredit, soit il change...gageons que s’il est élu ce soit 200€. Ce projet est plus profond car il a pour but de discréditer l’utilité de ce système de mutualisation de la protection sociale et par suite de justifier une délégation au privé. Ce projet de forfait de sarkozy aurait pour effet de ne plus rembourser, par la sécurité sociale, 27% de la population, chaque année (tout en continuant à cotiser). Ceci « pourrait fragiliser l’adhésion à l’assurance-maladie obligatoire » et justifier une gestion dévolue entièrement aux assurances privées. C’est une manière discrète d’atteindre le but poursuivi de longue date par les néolibéraux (y compris pour Bayrou), tandis que dans leur ombre les assurances attendent de relever « les défis des réformes à venir qui transformeront profondément l’intervention des acteurs complémentaires, notamment dans le domaine de la santé, pour jouer un rôle de premier plan dans l’amélioration des services de protection sociale. »( Guillaume Sarkozy, président de Mederic, lors de sa prise de fonction de Délégué Général, le 1 Septembre 2006, www.mederic.com ). Voter lepen aurait les mêmes conséquences.

              En ce qui concerne Bayrou, c’est toujours nébuleux. Il est toujours difficile de déceler du contenu dans ses propos. J’ai effectué la même démarche, à savoir déceler dans des propositions sur son site qui ne recèle aucun projet. Si ce n’est que, comme à l’accoutumée, Bayrou reprend les idées des uns et des autres, notamment les mesures à prendre contre la désertification médicale dans de nombreuses régions de Ségolène. Alors ma prospection s’est faite auprès des représentants de son parti. Jean-Marie Vanlerenberghe (UDF), estime qu’« il y a des marges de productivité à l’hôpital », autour de "5 milliards d’euros d’économies possibles (lesechos.fr 15 mars 2007). Cela promet ! Déjà que les services hospitaliers sont dans une situation financière tendue.

              S’agissant de Ségolène, c’est limpide, empreint d’humanisme et cohérent, et ce, tout en préservant l’équilibre financier. Elle analyse toujours la situation avant de proposer des solutions issues de sa réflexion ou qu’elle a pu entendre, entre autres, lors des débats participatifs. « Pourquoi les familles modestes viennent-elles aux urgences des hôpitaux ? Parce que c’est gratuit et parce qu’elles sont reçues tout de suite. Il faut réinventer de nouvelles structures de santé, dans les quartiers. Elles sont à imaginer avec des médecins salariés. Il y a des médecins qui seraient favorables à un statut de salarié pour offrir la médecine au long cours, gratuite, pour les actes les plus élémentaires de la vie, et notamment pour la médecine des enfants. Il faut une médecine gratuite de proximité dans ce qu’on appelait autrefois des dispensaires, qu’il faudrait sans doute moderniser, dans des maisons de santé, avec des personnels médicaux diversifiés, un service de secrétariat commun. » (Premier débat télévisé pour l’investiture du Parti socialiste, LCP AN-Public Sénat, 17 octobre 2006) « Enfin, je souhaite soutenir les initiatives permettant d’améliorer la santé au travail. Je veillerais à encourager la prévention des maladies professionnelles et à accélérer les mesures d’indemnisation, notamment pour les malades de l’amiante » ". (Lettre à Nicolas Hulot, 5 janvier 2007).Ségolène veut la santé pour tous. Volonté qui a été décliné dans son pacte présidentiel de la manière suivante : - Mettre en œuvre un grand plan de prévention et de recherche des maladies graves (cancer, SIDA, Alzheimer, maladies orphelines) - Assurer de façon pérenne le financement de l’hôpital public, de manière à lui permettre de faire face à toutes ses missions en veillant à l’égalité territoriale d’accès aux soins- Créer des dispensaires, notamment dans les zones rurales- Mettre en œuvre une carte santé jeune 16/25 ans ouvrant droit à la gratuité d’une consultation par semestre. Contraception gratuite pour les jeunes femmes de moins de 25 ans- Renforcer les moyens de la médecine scolaire et universitaire, et de la médecine du travail- Réaffirmer le droit à la CMU et sanctionner les refus de soins- Adapter les conditions d’attribution de l’allocation adultes handicapés (AAH) aux maladies évolutives à diagnostic incertain- Mettre en œuvre une politique de lutte contre l’obésité, fondée sur une détection précoce et des actions sur la qualité de l’alimentation- Rétablir les moyens supprimés par la droite pour les soins aux étrangers en situation irrégulière, pour des raisons de dignité et de santé publique- Négocier avec les partenaires sociaux le renforcement de l’indépendance de la médecine du travail- Développer le maintien à domicile des personnes âgées.

              Pour financer tout ceci Ségolène préconise une hausse de la CSG sur tous les revenus, alors que Sarkozy et Bayrou penchent plutôt en faveur d’une augmentation de la TVA. (lemonde.fr 12 mars 07)

              A voir absolument : http://poly-tics.over-blog.com/


            • James (---.---.121.116) 6 avril 2007 19:17

              Concernant la sécu ; il y a des économies trés importantes à faire . Notamment en ce qui concerne les transports sanitaires . A Marseille il y a eu un accord entre les sociétés de transports sanitaires pour supprimer les ( v.s.l) ceci afin d’obliger les médecins à prescrire les ambulances . C’est une véritable mafia . Est-il normal que l’argent public enrichisse des sociétés privées ? En Allemagne ce service est géré par les municipalités ; donc l’argent retourne à la collectivité . Pourquoi ne sommes nous pas capable d’en faire autant ?


            • roumi (---.---.74.206) 30 mars 2007 16:36

              il faut aussi rappeler qu’il existe l’UNOCAM qui s’interpose entre le duo assurance maladie / syndicats de médecin .

              www.senat.fr/commission/soc/soc051212.html

              l’UNOCAM est une troixieme voie qui se fait entendre dans le systeme de la régulation des systemes de soin .

              vous auriez du en parler aussi pour un complément d’info .

              dedans on y retrouve : les complémentaires santé dont les mutuelles ( crées avant la sécurité sociale ! )

              maintenant , il yas l’arrivée sur le marché du secteur banquaire et assurrances ( le privé )

              la mutualitée compose la majoritée de cette union et jean michel LAXALT ( président de la MGEN ) est président de l’UNOCAM .

              c’est un état des lieux des acteurs qui vont peser en façe du discours politique .

              et bien savoir qui vas faire le poid dans les négotiations .

              cordialement smiley


              • roumi (---.---.74.206) 30 mars 2007 16:46

                tout cela est extrait de valeur mutualiste .

                qui informe très bien .


              • ExSam (---.---.200.190) 31 mars 2007 09:06

                Roumi

                En fait pas des tonnes quand même..Bcp de choses sans intérêt dans VM et difficile de connaître le pourquoi des positions MGEN. Même chose quand on doit voter pour l’élection des représentants locaux, il n’y a aucune profession de foi : devant ce vote « bloqué », indigne d’un organisme censé oeuvrer pour la santé et dans une optique humaniste-citoyenne, je ne vote pas.

                Faut qd même pas pousser, avec notre argent, faut-il le rappeler.


              • christian lehmann (---.---.142.94) 31 mars 2007 09:10

                Les premiers signataires de l’appel contre la franchise ont contacté les mutuelles solidaires... Quelques signatures à titre personnelle commencent à arriver...


              • roumi (---.---.74.206) 31 mars 2007 20:34

                mon cher exsam

                j’attend une quelconque argumentation de ta part avec un lien constructif .

                ça serait nouveau .

                 smiley


              • (---.---.234.94) 30 mars 2007 16:37

                Là, il y a quelque chose qui m’échappe :

                Comment Supermenteur peut-il parler de franchise ?


                • ExSam (---.---.234.248) 30 mars 2007 17:08

                  Ben oui, franchement le petit prince de Neuilly nous gonfle et grâve.

                  Cette affaire de franchise - légèrement déplacée dans la bouche de celui qui jura ses grands dieux de garder EDF-GDF sous contrôle étatique, comme il jure aujourd’hui qu’il n’a pas favorisé l’entreprise Lasserre, qu’il n’a que très peu bénéficié d’une facture « préférentielle », que ça sent tellement l’abus de bien qu’il n’y aucun juge dans ce pays pour le foutre en examen, alors qu’on vient de couper carrément l’herbe sous le pied, sous un prétexte à la con (il se dit candidat « des maires » sur ses affiches), évidemment, de Schivardi ; Schivardi du P.T. qui parle sans arrêt des 36000 communes et qui est bien soutenu par beaucoup de maires, même si plus ultra-gauche tu meurs, MAIS qui veut nous sortir de l’UE, une idée qui n’est pas tout à fait débile, et même, aujourdh’ui, particulièrement lucide, trouveje - qui vient s’ajouter au matraquage médiatique du ministère sur l’auto-médication.

                  D’après les matraqueurs, l’auto-médication c’est surper-bien.

                  Soit Clément est bon pour trois patés et deux avers, de pinard, soit j’ai mal entendu.

                  De mes oreilles qui croient, en effet, encore ouïr clamer les méfaits de l’auto-médication par le docteur qui casse les palaces pour ses scènes de ménage et sans Jennifer Aniston au casting.

                  L’auto-médication, c’était pas bien, cra-cra, danger, l’enfer et la schtouille au bout du médoc en contrebande, au temps ils ont commençé à nous parquer avec les médecins-référents qui représentaient notre boussole, ceux qui nous tenaient la laisse, des fois cons se laisseraient aller à quelques petites pillules sans ordo.

                  C’était évident, et même sur, à l’époque : l’auto-médication c’était du risque Tchernobyl sur l’échelle de la Sécu.

                  Donc, aujourd’hiui, même Kersauzon va pas y retrouver ses oignons. Virage à 360. Il FAUT s’auto-médiquer, c’est bien, on est grands maintenant, ça fait deux ans, et on est prêt à aider ce gouvernement.

                  Aider à faire rentrer du pognon dans les caisses des Hypers qui vont devenir pharmacie. Au moins pour les petits médocs, les trucs pas grave, qu’on peut s’auto-médiquer avec. Déjà, les Muleyes salivent à pas mettre un paraploï dehors et les caisses des pharmacies dansent le bingo..Oh, si.

                  Non, je suis mauvaise langue. C’est que pour notre bien que Clément (pas Jean-Baptiste)nous pousse à nous demmerder avec les médocs, et pour boucher le trou, le trou...Celui qu’on a pas creusé, mais que les CAC 40 et autres ministres, qui achètent à millions d’euros des machines à voter dont personne à demandé qu’elles soient là, nous ont allègrement agrandi pour leur petit train de vie modeste, pour prendre des décisions de représentant modèle autocratique.

                  Donc, Christian Lehmann, il a fortement raison et je dirais même plus.

                   smiley


                  • cyrkar (---.---.89.20) 30 mars 2007 17:46

                    bonjour christian, je t’écoutes souvent sur RMC et souvent je trouve que tes remarques vont dans le bon sens . Mais je mets quand même les pieds dans le plat. Et si le trou de la sécu était en partie dû au milieu médical, souvent très imbu de son soit-disant savoir et qui, reconnaissons le, facture parfois des actes à des prix exhorbitants. Comment la médecine peut-elle être libérale alors qu’elle est payée par les deniers public ? Les medecins d’aujourd’hui souhaiteraient une position sociale encore plus favorable que celle de leurs ainés mais sans en asssumer réellment la charge ni l’implication. Médecin ne devrait pas être un métier comme un autre. Je ne vise pas bien sur les quelques medecins encore très attachés à leur serment et qui continuent à prendre les gens pour des patients et pas des clients. Conscient que je vais me « faire plomber » avec ce genre de remarques, digressives de plus (mais j’aime le débat), je note quand même que je suis tout à fait d’accord avec toi sur le sujet de l’article, pas de franchise entrainant immanquablement un deficit de soins chez les plus fragiles économiquement.


                    • wawa (---.---.216.151) 30 mars 2007 17:57

                      Etant professionnel de santé et voyant tous les jours les effets dévastateurs de la gratuité totale sur les mentalités, je pense que la franchise est le seul moyen de maitriser les dépense de santé et de maintenir le systeme dans sa forme actuelle. En effet une partie de la population semble avoir « oublié » que la « ressource systeme de santé » a un cout et tape dessus sans compter. et tous les milieux sociaux sont concernés !! La franchise permettrait une « piqure de rappel » de l’existence du cout pour la societé (et la société c’est chacun d’entre nous) du systeme de santé. et une piqure ça fait mal !

                      Pour ma part, la fanchise la plus juste, ou plutot la moins injuste serai etablie ainsi : Generalisation de la CMU, avec taux de reboursement qui augmente progressivement quand le quotient familial diminue, mais qui n’atteint jamais 100% (pas de gratuité totale) 5% (par exemple) resteraient à la charge de l’utilisateur dans la limite de 100 euros (toujours par exemple). Dans ce cas, un acte coutant plus de 100 euro resterai facturé 5 euros a l’utilisateur. Ces 5% ne pouvant etre remboursée par quelque organisme que soit !

                      Ce systeme entrainerait de fait la disparition des mutuelles et limiterai le risque que la sécu soit privatisée. les quelques % economisé sur les rembousements sont a mon avis secondaires par rapport à l’economie réalisé avec le changement de mentalité. La progressivité supprimerai un seuil, ou trappe a pauvreté, qui dissuade de se remettre a travailller (déclaré) de peur de perdre la cmu pour un dépassement de quelques euros. les exceptions a donner a la gratuité totale sont peu nombreuses : les cas où le benefices est plus communautaire qu’individuel : vaccination de masse, tuberculoses, etc. En vue a court terme, il ferai accessoirement baisser mon chiffre ! mais permettrai peut etre la perrenité de la sécurité sociale, ce dont je suis actuellement pessimiste.


                      • cl4ud3 (---.---.74.87) 30 mars 2007 20:36

                        dans quelle région vivez vous ? car même en alsace-moselle où la sécurité sociale rembourse 90% des soins et médicaments, et dans le cas où l’on est couvert par une mutuelle, il arrive qu’il reste à devoir sur les soins, examens ou médicaments (n’oublions pas que de nombreuses molécules ont été dernièrement déremboursées parce que trop anciennes, et ce, au profit de nouvelles plus chères, mais pas forcément plus performantes...)

                        alors la médecine totalement gratuite, je demande à voir...


                      • (---.---.140.77) 31 mars 2007 22:54

                        A mon avis, cher wawa, les dérives qui plombe la sécu viendraient plutôt de praticiens peu scrupuleux qui facture leurs actes de façon irraisonnées voire frauduleuses. Un exemple, qui fait d ailleurs l objet d une enquête par l inspection de la sécu, c est la surfacturation des prothèses (ex :hanche, genou etc.), facturation à la sécu de prothèses(mammaires et autres) destinées à de la chirurgie esthétique non remboursée.... La liste et longue !

                        C eest vrai qu il est beaucoup plus aisé de culpabiliser l asssuré que de sanctionner les praticiens peu scrupuleux !

                        Qu en pensez-vous cher confrère ?


                      • (---.---.140.77) 31 mars 2007 23:02

                        De plus, les médicaments déremboursés ont augmentés pour la plupart de 50% !!!


                      • L’Expat (---.---.57.112) 30 mars 2007 18:45

                        Je pense que ceux qui sont pour la franchise confondent parfois responsabiliser le patient et sanctionner les abus.

                        La personne qui va chez son médecin une fois tous les 5 ans paiera la franchise comme celui qui va chez son médecin toutes les semaines au moindre petit bobo, comme celui qui va chez son médecin toutes les semaines parce qu’il a une maladie grave qui nécessite un suivi. Le 1er et dernier cas sont-ils des irresponsables ?

                        Le système de la sécu est basé sur la mutualisation (et je suis pour, non pas pour les assurances privées) mais si on pousse le raisonnement de la franchise on peut avoir en retour le ’je vais chez mon médecin une fois tous les 5 ans, mais en attendant je n’ai pas de franchise de cotisation sur ma fiche de paye. Pourquoi payer pour les autres ou payer pour quelque qui ne me rembourse pas quand j’en ai besoin’


                        • JJ Bourdin N Co (---.---.189.130) 30 mars 2007 19:16

                          uhuhuhh M. Lehmann, pathétique une fois de plus...Critiquer au lieu de proposer ; c’est ce qui s’appelle avoir des c*******...


                          • cdg (---.---.240.108) 30 mars 2007 22:18

                            le systeme de franchise prenalisera celui qui est jamais malade qui pour une fois va voir un docteur et ne sera pas rembourse.

                            par contre celui qui profite a fond du systeme ne vera quasiment rien changer car pour la franchise sera qu un faible % de ses depenses.

                            Question a 2 centimes, qui est dans le remier cas et qui est dans le 2eme ?

                            1 cas : jeunes en bonne sante qui vote souvent pas UMP

                            2 cas : les personnes agees grosses consomatrices de soins et electrices traditionnelles de l UMP (feux le RPR)


                            • (---.---.140.77) 31 mars 2007 23:12

                              Cdg, expliquez moi ce qu est un malade qui « profite à fond du système » ?

                              Serait-ce des assertions de la même veine que les profiteurs du chômage, du RMI et autres ?

                              J attend vos arguments ?


                            • petit comptable (---.---.209.196) 9 avril 2007 17:48

                              « le systeme de franchise prenalisera celui qui est jamais malade qui pour une fois va voir un docteur et ne sera pas rembourse. »

                              Vous avez tout compris : ces personnes ne bénéficieront plus d’aucun remboursement venant de la sécurité sociale.

                              Il s’agit en fait de pousser les jeunes adultes salariés sans enfants à quitter le système de sécurité sociale, et à adhérer à des assurances-santé privées. Par cela, on met un coin de plus dans la solidarité inter-générationnelle. Avec Sarkozy, la privatisation de la protection sociale est en marche.


                            • jojjolacreme (---.---.178.16) 30 mars 2007 22:26

                              Bonjour,

                              Deux façons diamétralement opposées de voir les choses :
                              - la vôtre : NS se fout du monde (entre nous pourquoi ?)
                              - l’autre il parle avec franchise de la .. franchise

                              En tant que responsable associatif (sport) je me suis aperçu que tout ce qui était gratuit n’était pas respecté ! Triste mais vrai !!!! Matériel saccagé... A partir du moment où on fait payer un peu les membres de l’association le matériel mis à disposition subit une usure normale. Si l’on pouvait obtenir le même résultat avec la sécurité sociale NS aurait raison. Est-ce que ce sera le cas ??? L’avenir nous le dira. Pour le moment ni la gauche ni la droite n’y sont parvenus. Et je ne vois personne qui propose quelque chose de véritablement constructif ; c’est ce qui me parait inquiétant !! Cordialement.


                              • (---.---.38.189) 31 mars 2007 00:06

                                L’on ne peut financer la fraude et l’installation de l’immigration clandestine tout en continuant de maintenir pour les citoyens des niveaux de prestations toujours équivalents.

                                Vous avez voulu une france métissée et colorée, une france terre d’acceuil, une france mère nourricière de la misère planétaire, alors supportez en les contraintes et le nivellement pour tous vers le plus bas !

                                Les restrictions évoquées sont peut être une dernière chance. Celle de faire comprendre aux sots leur sottise en les pinçant là ou cà fait le plus mal...au porte monnaie et à la restriction de leurs petits privilèges mesquins.


                                • christian lehmann (---.---.142.94) 31 mars 2007 09:07

                                  Avoir accès aux soins quand on est malade est un privilège mesquin dont je vous souhaite de pouvoir bénéficier le jour où cela sera nécessaire.


                                • (---.---.140.77) 31 mars 2007 23:27

                                  189, c est fou ce que les nantis peuvent envier (jalouser ?) les chômeurs, RMistes, CMUistes, jeunes des cités et clandestins. Proposez leur vos avantages contre les leurs !!!


                                • cl4ud3 (---.---.202.149) 31 mars 2007 23:33

                                  à (IP:xxx.x40.38.189) du 31 mars 2007 à 00H06

                                  mais c’est vous le roi des sots !

                                  je souhaite que ni vous, ni une personne que vous aimez, n’ayez vraiment à devoir consulter le corps médical pour une raison valable...

                                  comme si les passages répétés à l’hopital ou sur les tables d’examens étaient une sinecure !!! y’en a j’vous jure, qui feraient mieux de se faire reconnecter les neurones !


                                • ExSam (---.---.200.190) 31 mars 2007 09:10

                                  A l’auteur

                                  L’internet citoyen, ça veut dire auteurs citoyens.

                                  Les auteurs répondent, normalement, en citoyens aux commentateurs qui ont fait un message à propos de leur article.

                                  Nous la jouerais-tu diva Christian ?

                                  Le contenu idéologique comme tes choix politiques devraient pourtant t’interdire ce genre de posture.


                                  • christian lehmann (---.---.142.94) 31 mars 2007 09:16

                                    Fais moi rire. J’étais hier sur le DEL de Guy Birenbaum où il y a eu près de 200 messages. Et, internet citoyen ou pas, ma consultation a fini vers 20 heures. Ouvre la fenêtre, regarde, il y aussi une vraie vie dehors smiley

                                    Pourquoi toujours privilégier l’explication qui avilit l’humain ( il n’en a rien à foutre) et pas une explication plus neutre ( il est peut-être occupé ailleurs) ?


                                  • ExSam (---.---.200.190) 31 mars 2007 16:26

                                    Christian Lehmann

                                    Du calme, Christian je t’interpellais, je te taquinais à peine. Alors de là à « t’avilir » y a une marge, camarade.

                                    Ce qui serait assez incohérent avec le post que je t’ai fais plus avant, qui va abondamment dans ton sens.

                                    Quand à ma vie, ni plus belle ni plus moche que la tienne, sans doute, elle n’est pas que de forum, ce qui, de toute façon ne te regarde nullement.

                                    Alors la pédale douce pour les leçons, ok ?..


                                  • Christian Lehmann (---.---.142.94) 31 mars 2007 19:11

                                    Ok smiley Pédale douce sur les leçons. relis ton commentaire précédent smiley

                                    a plus

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès