Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Santé > La gueule de bois : entre idées reçues et réalités

La gueule de bois : entre idées reçues et réalités

Selon une récente étude menée par le site Drinkaware, les salariés britanniques iraient au travail avec la gueule de bois 3 fois par mois en moyenne. Cette nouvelle donnée confirme que la gueule de bois, pourtant considérée comme un sujet trivial, est un phénomène extrêmement fréquent et impactant.

Pourtant, la gueule de bois est un sujet qui prête souvent à sourire. Elle est quasiment ignorée par les scientifiques, et les informations qui circulent sur elle sont souvent incorrectes.

Et comme c’est souvent le cas pour des sujets jugés « légers », de nombreuses idées reçues circulent à son sujet. La première est que la gueule de bois serait due à une déshydratation. Or, un dérèglement du système immunitaire apparaît lors d’une gueule de bois, ce qui n’est pas le cas lors d’une déshydratation. De plus, les symptômes d’une déshydratation sont différents de ceux d’une gueule de bois. 

La seconde idée reçue est que la gueule de bois traduirait un manque d’alcool. Là encore, les changements hormonaux et hémodynamiques observés lors d’une gueule de bois sont différents de ceux observés lors d’un manque alcoolique. De plus, alors que le manque d’alcool atteint un pic après 1 à 5 jours d’abstinence, la gueule de bois atteint sont maximum d’intensité quelques heures après la consommation d’alcool. 

Les idées reçues concernant les remèdes contre la gueule de bois sont également monnaie courante. De nombreux consommateurs d’alcool utilisent des médicaments inadaptés pour se soulager ou se prémunir contre la gueule de bois, notamment le paracétamol, l’aspirine, et l’ibuprofène. Ces produits sont connus pour leur potentielle interaction avec l’alcool. Le paracétamol a une interaction médicamenteuse avec l’alcool et les AINS (aspirine, ibuprofène,…), en association avec l’alcool, risquent de provoquer des brûlures d’estomac ou des reflux acides.

Et la méconnaissance de ce trouble ne concerne pas uniquement la France. Dans la liste des remèdes « exotiques », le magazine National Geographic a mené une enquête à travers le monde sur les remèdes utilisés contre la gueule de bois dans certains pays. Ceux-ci sont plutôt originaux, voire étranges : la flagellation par des branches de bouleau en Russie (supposée stimuler la circulation sanguine), la soupe de tripes en Roumanie, le jus de cornichons en Pologne… Aucune étude n’a été réalisée sur ces méthodes, et il semble peu vraisemblable que leur efficacité puisse être démontrée un jour.

La gueule de bois est un très bon support aux idées reçues, mais qu’en est-il réellement ?

Tout d’abord, il convient de définir le terme. La gueule de bois est une sensation inconfortable qui apparait après une consommation de boisson alcoolisée, lorsque l’alcoolémie diminue, et qui atteint un maximum lorsque l’alcoolémie redevient nulle. Elle peut survenir dès la consommation du premier verre, et au-delà de 5 verres, presque tout le monde est concerné par la gueule de bois.

C’est également un problème très répandu. En considérant que plus de 5 verres d’affilés donnent la gueule de bois, sauf chez les 30% de personnes résistantes, on peut déduire que 26% des adultes ont la gueule de bois au moins une fois dans l’année et que 10% des adultes ont la gueule de bois au moins une fois par mois (en France).

Concernant les causes de la gueule de bois, les scientifiques s’accordent à dire qu’il s’agit d’un trouble complexe, causé par 3 substances :

  • l’éthanol (ou alcool pur),
  • l’acétaldéhyde,
  • les congénères (substances ajoutées pendant la production, principalement dans les alcools bruns). 
Source : http://gueuledebois.info


Sur le même thème

Un 51, sinon rien !
Fumer, boire et baiser pendant la coupe du Monde ?
Gâtés, fermentés ou pourris...
Guérir ou mourir en mangeant
Violence


Réactions à cet article

  • Par alizée (---.---.---.108) 26 août 2010 17:30

    Bonjour,
    intéressant votre article ; donc si j’ai bien saisi, la gueule de bois n’est pas due au fait que le corps puise dans les réserve d’eau au niveau du cerveau, ce qui amène une très légère déformation et qui donne cette sensation de « bois » ?
    le problème se situerait plus sur le système immunitaire comme vous le mentionnez dans votre article..
    ça m’intéresse beaucoup car travaillant ds le milieu médical, je suis férue de bio et autres sujets anatomiques, métaboliques.

    a bientot !

    • Par Deenox (---.---.---.224) 26 août 2010 17:39

      Bonjour, 


      Merci pour votre message, et voici quelques précisions : l’éthanol inhibe bien l’hormone anti-diurétique, ce qui provoque une déshydration (on retrouve dans une publication que la consommation de 5 verres provoquerait la perte de 1,5l d’eau !). Mais les scientifiques s’accordent à considérer que la déshydratation n’est pas à l’origine de la gueule de bois : si quelqu’un arrête de boire de l’eau et se retrouve en état de déshydratation « pure », il ne présentera pas les caractéristiques typiques de la gueule de bois. 

      Par contre, il est intéressant de constater que la gueule de bois ressemble beaucoup aux effets indésirables des interleukines (molécules du système immunitaires) thérapeutiques ! Et que des pics d’interleukines sont effectivement observés pendant une gueule de bois...

      A votre disposition si vous voulez encore des détails !
  • Par djeclex (---.---.---.181) 26 août 2010 21:44

    hyper interessant c’est vrai qu’on en parle jamais sérieusement de ce problème

    Edouard Loue

  • Par alizée (---.---.---.108) 30 août 2010 16:11

    Bonjour,
    Merci pour vos précisions sur ce sujet intéressant car nous sommes tous concernés. je comprend bien la première partie sur la déshydratation et les effets sur le corps, du coup cette geule de bois reste encore mystérieuse au sujet de sa cause.. mais je ne comprend pas ce que sont les interleukines thérapeutiques ? quels rôles ont-elles au sein de notre système immunitaire ?
    Merci pour vos réponses doc !
    Alizée

    • Par Deenox (---.---.---.2) 30 août 2010 17:59

      Bonjour Alizée,


      Et merci pour votre message. Les interleukines sont des molécules produites par le système immunitaire et qui agissent sur le système immunitaire. Une dizaine a été identifié, et certaines sont utilisées en thérapeutique. Par exemple l’interleukine-2 est utilisée dans le cancer du rein. Cet interleukine provoque très fréquemment chez les patients les effets indésirables suivants : anorexie, confusion, vertiges, maux de tête, tachycardie, nausées... qui sont très proches d’une gueule de bois ! Des scientifiques ont ainsi soulevé cette coïncidence.

      A votre disposition !
  • Par alizée (---.---.---.142) 30 août 2010 21:05

    Bonsoir Deenox,

    merci pour vos réponses très intéressantes sur le sujet... du coup je me suis renseignée un peu sur les interleukines ; si je vous suis bien, ces messagers entre cellules seraient activés lors de la gueule de bois comme réponse immunitaire à la présence d’éthanol dans le sang ?

    Dans le même registre, est-ce qu’un parallèle peut être fait avec le THC car j’ai pu lire que la cytokine était mentionné dans les problèmes immunitaires liés au THC ?
    la coïncidence est troublante dans la mesure où les effets sont tout à fait semblables à ceux de la gueule de bois même si chaque individu est différent, nous ressentons tous cet état..

    En relisant votre message, il semble que nous profitons que des effets indésirables de cet interleukine, il n’y a pas de bienfaits à sa présence lors de consommation d’alcool ?

    je m’arrête là Doc car je me rend compte que je vous noie de questions !
    Merci pour votre disponibilité Doc !

    Alizée

  • Par Deenox (---.---.---.2) 31 août 2010 08:35

    Bonjour Alizée,


    Quelques brèves réponses à vos nombreuses questions ;)
    - ces interleukines seraient effectivement « activées » ou plutôt sécrétées à cause de l’éthanol mais aussi des congénères
    - concernant le THC, je n’ai pas connaissance de ces informations, mais voici une publication qui parle de cannabis et de gueule de bois, sans évoquer tout de fois d’aspect physiologique : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed
    - Effectivement il semblerait que lors d’une gueule de bois, l’organisme subisse les pics d’interleukine et n’en tire aucun bénéfice

    A bientôt !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires