Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La journée du SIDA ...

La journée du SIDA ...

Hier au soir, comme par hasard ...

Monsieur Christophe Dechavanne, chez Laurent Ruquier, s'est rappelé à mon mauvais souvenir.

J'avais bien tenté de fuir, impossible ...

Je vais vous compter une aventure de vie, le genre de vie où tout se paye cash !

Pas de détour, n'essayez même pas de de tourner autour.

C'est la réalité.

Je tiens une nouvelle fois à tirer mon chapeau.

Ces deux personnes précedemment citées ( Laurent et Christophe ), m'ont fait un "bien fou".

Drôle d'expression mais quand l'on a une épine dans le pied, il faut la sortir.

Sous peine d'infection ...

Alors bien sur, ce n'est que du média, une certaine façon de se donner bonne conscience.

Je suis un peu abrupt et je pense que vous allez me comprendre.

 


Qu'en est-il de la vraie vie ?...

La vie de gens normaux, le lieu où les états d'esprit sont réels ?

La question du sang remonte loin dans les cultures et quand le vôtre est doublement impur (vih , vhc ) de vieux réflexes conditionnés remontent à la surface.

Nous avons appris la séropositivité de ma femme quand nous avons mis en route un deuxième enfant, en 1988.
Le médecin a d'abord commencé par l'engueuler.

Son passé, ses conneries de jeunesse la plaçait de fait , en position d'une irresponsable imbécile.
Nous étions en face du choix terrible d'un avortement thérapeutique et le seul soutient était la réprimande et le mépris.
Il est certain que si elle avait eu une belle maladie bien propre.

Celle qui entre dans les bonnes cases, la réaction des médecins eusse été différente.

Le choc fut évidemment digne de ce que l'on peut imaginer et maintenant il fallait savoir si ce virus était aussi passé par moi et mon fils.
Heureusement, Ce ne fut pas le cas ( CCr5 ).

Après ... Arriva le temps de l'annonce aux proches, qui avertir et comment le faire ?
Je me rappelle d'une longue séance de pleurs, quand nos plus vrais amis en furent affranchis.
Les autres ... on va dire ceux du deuxième cercle, ont tout simplement fui, oh bien sur pas réellement mais la fuite peut prendre divers visages.

Devant ces réactions, en un sens salutaires, nous avons changés de procédé.
Nous n'avons plus rien dit à personne et surtout rien à la famille.

Sauf pour ma soeur qui de par son métier dans la santé, était plus à même de comprendre.

Le déni des proches avertis, devenu un état de fait et allant plutôt en s'accentuant.
La décision fut donc prise de tout quitter et de partir assez loin pour recommencer autre chose avec d'autres personnes.
Décision très difficile mais il était encore plus difficile de vivre avec des gens, quand on sait que l'on ne peut rien attendre d'eux.

Apprendre que l'on a le SIDA est déjà très dur, en perdre un enfant n'arrange rien mais en plus quand tout le monde vous tourne le dos, cela devient une épreuve insurmontable.
Nous avons donc coupé les ponts ...
Evidemment, cette décision ne fut pas comprise et nous fûmes qualifiés d'instable, etc ...
Comment pouvaient-ils admettre que l'on quitte la situation ( en général ) que l'on a toujours souhaité.   

La suite fut une longue course en avant, comme pour fuir cette réalité où l'homme est un loup pour l'homme.
Cette course en avant n'était pas un délire de plus mais un changement radical de vie au profit de notre bien être en laissant de côté la prétendue réussite sociale propre aux bien pensant.
Des amis, nous en avions alors une méfiance profonde, la confiance ne revint jamais vraiment.
Plus tar , l'annonce du VHC pour nous trois fut presque une formalité.
Cela nous incita à nous soigner et ma femme commença sa trithérapie chose qui de part notre parcours, elle avait longtemps occulté.

Cependant, il arriva un temps où son état de santé s'agrava sérieusement et je pris donc la décision d'en avertir sa famille.
Avec l'expérience, je n'attendais rien d'eux mais leur réaction alla au delà de ce que j'imaginais.
Ils n'avaient déjà pas compris notre changement de vie mais alors là !...
Même dans un téléfilm, les scénaristes n'oseraient aller aussi loin ...

Quand j'avertis son frère ...

Celui-ci s'empressa de la fustiger au prétexte qu'elle dérangeait la quiétude de la famille.
De toute façon, elle l'avait bien cherché et oui ... avoir glissé à 16 ans ne se pardonne jamais.

Même si à cet âge, il doit exister de causes réelles .

Quand j'avertis sa mère de son état final en réanimation.

Elle me dit que ça tombait mal : "l'anniversaire de sa patronne était prévu pour le lendemain" elle fêtait ses 40 ans, l'âge de sa fille.

Quand la mère de ma femme est enfin venue pour son décès, elle ne m'a posé qu'une seule question :
"Alors !?... elle est morte de cette maladie ?... "


Cette maladie que l'on ne peut même pas nommer tellement elle représente la pire des choses.
En comparaison , le vhc , c'est la Rolls des MST.

Bien sur ...
Ceci n'est qu'un tout petit aperçu.
Des exemples !... J'en ai plein mon ressenti.
Si je voulais en raconter plus, le temps ne me suffirait pas.
Et puis je ne suis pas maso, il est des choses qu'il vaut mieux oublier.

Le sujet malgré les années de bons sentiments, n'a pas beaucoup changé.
Cette maladie est sale, même moi, qui a toujours été là pour elle et qui suis passé miraculeusement à travers, je me suis protégé.
Je m'explique : quand elle est partie, j'ai demandé à mes amis de ne pas dire qu'elle était morte du sida mais d'un cancer. Ce qui n'est pas faux mais pas totalement vrai.
Je ne suis pas dupe non plus, la rumeur coure vite ...
Pourtant j'ai horreur du tabou et du mensonge.
Avec le temps, ma décision devient moins formelle et puis il faut se reconstruire.

J'ai appris la vie à l'état pur, celle qui ne fait pas de cadeaux, et pourtant ...

J'aime.

Et j'essayes de vivre comme si rien ne s'était passé.

C'est très difficile .

Mais quand il y a un geste, un regard, un mot, un ami qui vient.

C'est beaucoup plus facile.

Et j'ajouterais : laisser la haine aux autres, cela pourrait entraver nos ailes.

Ne croyez pas que je raconte cela pas plaisir, ce n'est jamais facile de se vider les tripes et j'ai longtemps hésité avant de le faire.
La vérité n'est jamais facile à dire.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 2 décembre 2013 13:36

    Bien triste aventure...mais pour survivre dans ce monde de fous....c’est l’ignorance des autres...Ne pas attendre quoique ce soit des gens...Nous vivons dans un monde de tordus...alors faut pas s’attendre a de la reconnaissance (surtout avec le sida en plus)...Votre entourage est un assemblage de cons...passer à autre chose sans eux...

    Cordialement.

    • claude-michel claude-michel 3 décembre 2013 09:38

      Pas grand monde a répondre a cet article.. ?
      Encore une preuve que pour la majorité des gens le sida fait encore peur... !
      Une simple forme de racisme supplémentaire.... !


      • Caveman Caveman 3 décembre 2013 10:37

        Pourquoi ? Parce qu’il n’y a jamais eu de véritable débat scientifique sur la question (la pensée scientifique dissidente n’a jamais fait l’objet d’un seul débat ) il ne faut donc pas vous étonner de l’inexistence des interventions sur le sujet, la messe ayant été dite une fois pour toutes.
        Le dogme : On a identifié le le virus, et il faut se traiter, point barre, circulez, y a plus rien à voir !
        Ni peur, ni racisme là dedans ( vous voyez du racisme partout ? ) simplement ceux qui avaient autre chose à dire n’ont pas été consulté mais ridiculisé. Là dessus aussi les médias ont failli !


        • claude-michel claude-michel 3 décembre 2013 10:55

          Désolé de vous contre dire...mais il existe des milliers d’informations sur le sujet...même une journée du sida...Les médias depuis des dizaines d’années en parle régulièrement...c’est sans doute votre désintérêt de la chose qui vous pousse a dir

          e ces idioties.. ?Le racisme a plusieurs formes renseignez vous donc.. !
          Le sida se transmet par le sperme et le sang...
          La préventions se transmet par la bouche les yeux et les oreilles
          La solidarité se transmet par le coeur...P.Geluck.


        • keiser keiser 3 décembre 2013 11:55

          @ Claude-Michel

          Je ne suis pas Jean Valjean et je ne suis pas venu témoigner dans le genre Caliméro .
          Je voulais juste expliquer la réalité du Sida , je pense même qu’il a des cas bien plus terrible .
          Car contrairement à ce que tu penses ma famille a toujours été présente , j’ai un fils fantastique et le amis que j’ai gardé depuis longtemps , sont de la meilleure essence .
          Je dois dire aussi que le service des maladies infectieuses de Toulouse est exemplaire , j’ai pour eux un profond respect .
          Heureusement que nous sommes en France .

          Des crétins , il y en a partout , je pense qu’il est inutile de lutter , on ne peut empêcher le vent de souffler .
          Je garde mon énergie pour d’autres choses .

          J’ai beaucoup appris , je tire quotidiennement une grande force de cette expérience .
          J’espère ( quel joli mot ) , qu’un jour les mentalités seront plus souples et que l’on arrêtera des stigmatiser des personnes qui ont juste eu la malchance de chopper cette saloperie de merde qu’est le Sida .
          Quand à la pénurie de commentaires , franchement cela m’arrange car j’ai encore beaucoup de mal à m’étendre sur le sujet .

          Cordialement et bon vent à tous .


          • claude-michel claude-michel 3 décembre 2013 12:24

            Par keiser....Bizarre votre réponse...dans votre billet vous parlez du désintérêt de votre famille ou de votre entourage.. ?


          • keiser keiser 3 décembre 2013 12:29

            La famille de ma femme seulement et c’est déjà bien suffisant .
            C’était quand même elle la première concernée .
            Rien de bizarre là dedans .


          • keiser keiser 3 décembre 2013 12:37

            En plus il ne me semble pas devoir me justifier de quoi que ce soit .
            Essayes de lire l’article plus attentivement , tout y est dit .
            Il faut que tu trouves de la nuance dans tes propos .
            Ceci , bien sur , en toute cordialité .


          • claude-michel claude-michel 3 décembre 2013 13:06

            Par keiser....Des nuances dans mes propos...j’en suis conscient bien sur...mais c’est ma façon de penser...direct sans détour..Un chat est un chat...Les gens on tendances a se formaliser pour un un mot sans essayer de le comprendre...ou peut être de ne pas en connaitre le sens...J’ai horreur du mensonge..donc je ne vais pas changer de si tôt.. !

            Cordialement...(J’ai assisté a l’agonie aux USA de mon meilleur pote pendant des années de 79 a 83...donc je connais bien le problème).

          • keiser keiser 3 décembre 2013 13:14

            Je m’en doutais un peu .

            Bonne route à toi .


            • Caveman Caveman 3 décembre 2013 14:00

              @ l’auteur

              Croyez que je compatis pleinement car j’ai eu à vivre la même expérience que vous, jusqu’au bout, par contre je n’ai eu aucun jugement ni soutien bien sûr ou présence de la part de sa famille ! Là il faut être solide sinon ...
              J’ai mis ça sur le compte de la peur et de l’ignorance, on pourrait à coup sûr rajouter le manque d’amour qui en découle ou l’inverse.

              Aujourd’hui, on fait dans le compassionnel à date fixe avec les différents artistes ou animateurs, on en est réduit à commémorer des anniversaires pour sensibiliser l’opinion (qui ne se sent pas concerné d’ailleurs ), à réclamer des baisses de TVA sur les préservatifs (Dechavanne a eu gain de cause, quelle avancée extraordinaire ! ) alors qu’on a toujours pas compris de quoi il s’agit.

              Bonne route cher ami

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès