Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La nouvelle culture de la mort face à la mission du médecin

La nouvelle culture de la mort face à la mission du médecin

La prestigieuse institution composée d’experts et de chercheurs de haut niveau reconnus mondialement dans toutes les disciplines de la médecine déconseille une nouvelle loi sur la fin de vie, puisque le cadre de la loi Leonetti est suffisamment général pour traiter toutes les situations de manière pragmatique.



La réflexion sur la fin de vie a fait récemment l’actualité avec le jugement concernant Vincent Lambert. Une nouvelle pierre a été apportée au débat public par la prestigieuse Académie nationale de médecine sur sa position concernant la fin de vie.

Localisée depuis 1902 au 16 rue Bonaparte, dans le 6e arrondissement de Paris, l’Académie de médecine fut créée par une ordonnance royale de Louis XVIII le 20 décembre 1820 avec notamment pour mission de « répondre aux demandes du gouvernement sur tout ce qui intéresse la santé publique ».

Mais l’Académie a peur que le gouvernement ne lui demande pas son avis sur la fin de vie, car ce dernier croit déjà le connaître, qui n’irait pas dans le sens qu’il aurait souhaité, à savoir la légalisation d’une « assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité » (autrement dit, l’euthanasie active) comme voudrait l’imposer le Président François Hollande. Une dignité dont la définition étrange ici se réduirait à tuer.

Si bien que le lundi 20 janvier 2014, l’Académie de médecine a pris les devants en réaffirmant son souhait de « ne pas être tenue à l’écart du débat annoncé par [Marisol Touraine] au soir du 16 janvier » et a donc publié un communiqué de presse pour rappeler sa position sur la fin de vie.

L’Académie rappelle d’abord la mission des médecins : « Il n’est pas dans la mission du médecin de provoquer délibérément la mort. Aucun médecin ne saurait consentir à donner la mort. Aucun médecin ne saurait se voir imposer par la loi de transgresser cet interdit fondateur. ».

Eh oui, c’est un interdit fondateur ("Tu ne tueras point") et il n’est pas seulement admis par les croyants (comme l’ont rappelé les évêques de France le 16 janvier 2014). Il est aussi admis par tous les citoyens français (entre autres), par le Code pénal qui interdit et sanctionne tout homicide depuis plus de deux siècles.

D’ailleurs, cette position reprend aussi celle de l’Association médicale mondiale qui regroupe 102 pays ; elle avait réaffirmé sa position en mai 2005 à Divonne-les-bains : « L’euthanasie, c’est-à-dire mettre fin à la vie d’un patient par un acte délibéré, même à sa demande ou à celle de ses proches, est contraire à l’éthique. Cela n’interdit pas au médecin de respecter la volonté du patient, de laisser le processus naturel de la mort suivre son cours dans la phase terminale de la maladie. ».

yartiEuthaMedecin02

Une fois ce préalable posé, l’Académie de médecine s’oppose à tout acharnement thérapeutique et à toute obstination de soin et préconise « l’accompagnement de la fin de vie, désormais imminente et inévitable ».

Elle précise : « La démarche médicale de l’accompagnement est le soulagement de la douleur, la sédation. Elle doit également comporter un accompagnement humain, affectif et spirituel, tant de la personne que de son entourage. ».

Oui, il faut aussi savoir s’occuper des personnes proches des patients. Pour elles, l’accompagnement dans la maladie de la personne qu’elles aiment peut aussi devenir un véritable calvaire, tant psychologique que physique aussi.

L’Académie évoque en particulier les très nombreux traumatismes cérébraux et médullaires liés aux accidents de la route : « Dans ces circonstances, la personne devenue, de façon définitive, physiquement totalement dépendante, survit grâce à des soins constants et très lourds, dispensés dans un cadre institutionnel spécialisé ou dans leur entourage, avec générosité. ».

Pour l’Académie, il est essentiel de respecter la volonté du patient lorsqu’il est capable de l’exprimer et recommande d’appliquer au mieux la loi Leonetti du 22 avril 2005 qui est applicable selon les deux cas, que le patient puisse ou pas exprimer sa volonté.

Celle loi propose notamment : « Reconnaître le fait qu’il ne s’agissait que d’une survie. Accepter la décision de substituer aux soins prolongés, légitimement obstinés, mais sans doute devenus déraisonnables, le meilleur accompagnement possible du terme différé de cette survie. ».

Le souci reste entier quand la volonté ne peut être exprimée : « Les questionnements les plus délicats surgissent des situations telles que celle de Vincent L. La dépendance physique est totale, mais en l’absence de toute communication, l’incertitude demeure sur la persistance possible d’un certain niveau de conscience. Cette situation dite "pauci relationnelle" rend impossible le recueil de l’expression de la volonté de la personne. ».

Pour sortir de cette difficulté, l’Académie estime superflue l’adoption d’une nouvelle loi car la notion de "directives anticipées" est déjà incluse dans la loi Leonetti et devrait être plus largement évoquée dans la société : « Dans les situation d’urgence, s’imposent la sincérité et la transparence des informations données d’emblée (au patient ou à sa personne de confiance [qu’il aura désignée], ou à sa famille) sur les traitements entrepris, leurs succès escomptés, mais aussi les échecs toujours possibles, et leurs conséquences probables. ».

yartiEuthaMedecin03


Espérons que le gouvernement ne soit pas sourd ni aveugle à ce conseil sage et très avisé de l’Académie nationale de médecine dans une période où les parlementaires belges sont, de leur côté, en train d’élargir monstrueusement le champ d’application de leur législation sur l’euthanasie active à l’ensemble des enfants, sans même de limite d’âge. Jamais un pays ne serait allé aussi loin dans cette forme d’eugénisme.

Je ne souhaite pas que la France suive cette voie fort regrettable où les valeurs sont réduites à des slogans qui vident la signification réelle des mots, comme le mot "dignité" ou l’expression "assistance médicalisée".

Si cette nouvelle culture de la mort devait faire son entrée dans les hôpitaux français, elle ne pourrait que se propager d’autant plus facilement que les six derniers mois d’une vie coûtent une fortune à la société, et les impératifs comptables se substitueraient alors à toute réflexion éthique. Attention danger !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 janvier 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La dignité et le handicap.
Communiqué de l'Académie de Médecine du 20 janvier 2014 sur la fin de vie (texte intégral).
Le destin de l'ange.
La déclaration des évêques de France sur la fin de vie du 15 janvier 2014 (à télécharger).
François Hollande.
La mort pour tous.
Suicide assisté à cause de 18 citoyens ?
L’avis des 18 citoyens désignés par l’IFOP sur la fin de vie publié le 16 décembre 2013 (à télécharger).
Le Comité d’éthique devient-il une succursale du PS ?
Le site officiel du Comité consultatif national d’éthique.
Le CCNE refuse l’euthanasie et le suicide assisté.
François Hollande et le retour à l'esprit de Valence ?

L’avis du CCNE sur la fin de vie à télécharger (1er juillet 2013).
Sur le rapport Sicard (18 décembre 2012).
Rapport de Didier Sicard sur la fin de vie du 18 décembre 2012 (à télécharger).
Rapport de Régis Aubry sur la fin de vie du 14 février 2012 (à télécharger).
Rapport de Jean Leonetti sur la fin de vie du 28 novembre 2008 (à télécharger).
Loi Leonetti du 22 avril 2005 (à télécharger).
Embryons humains cherchent repreneurs et expérimentateurs.
Euthanasie : les leçons de l’étranger.
Euthanasie, le bilan d’un débat.
Ne pas voter Hollande pour des raisons morales.
Alain Minc et le coût des soins des très vieux.
Lettre ouverte à Chantal Sébire.
Allocation de fin de vie.

yartiEuthaMedecin04






 

 

 


 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • viva 24 janvier 2014 10:08

    Le débat sur la fin de vie est mis en avant pour des raisons purement économique.

    La dépendance coute de l’argent, et il en faut beaucoup pour continuer à donner une rente aux financiers et des aides aux entreprises.
    A terme, l’objectif est de diminuer la vie de toutes les personnes non productives, surtout de celles qui n’ont pas les moyens de payer leur dépendance, cela est déjà sur les rails ?
    Comme pour toutes les mesures sociétales, il y a une vision et des projets à long terme. 
    C’est la méthode des petits pas, une loi en emmène une autre qui en emménera une autre, toujours dans le sens de plus de radicalité.

    • christophe nicolas christophe nicolas 24 janvier 2014 10:40

      Si cela peut vous éclairer sur la mort et l’agonie.

      Ceux qui sont dans les fausses doctrines deviennent fous devant la mort, ils ont besoin d’une piquouse. Pour eux, le médecin c’est comme un curé. Alors voyons voir, sédatif, antalgique, opium, curare, oreiller, baignoire, défenestration, gégène, que de choix... Il va falloir habiliter les médecins au CATS (certificat d’aptitude à tuer en sécurité), le coup de la baignoire demande un minimum de formation, l’eau doit être bien tiède, l’oreiller est le plus écologique mais demande de la poigne, ils faut donc s’y mettre à plusieurs, il y a toujours un sportif en convalescence dans un service qui peut donner un coup de main charitable... Au fait, ce sera remboursé par la sécu... sinon on pourrait faire cela démocratiquement, qui vote « oui » pour finir pépé.

      « Seul celui qui ne croit pas doit se sentir désolé par une mort ». Il faut craindre la mort de l’âme or notre gouvernement s’évertue à nous le faire oublier et nous propose donc la piquouse. Tout à l’envers, l’enfumage habituel.


      • bibou1324 bibou1324 24 janvier 2014 11:10

        Vous parlez d’éthique. Pour moi, l’éthique, c’est un concept qui évolue avec la société, c’est ce qui est acceptable par le plus grand nombre. Demandons donc au plus grand nombre ce qui est acceptable !


        Réponse : 92% des français sont pour l’euthanasie active, sous certaines conditions, bien entendu. Cela choque certains médecins ? Pas de problème, ne leur demandons pas de mettre fin aux jours des patients. D’autres médecins ayant des valeurs morales différentes s’en chargeront et sans aucune contradictions avec leurs croyances.

        • laertes laertes 24 janvier 2014 19:14

          @l’auteur : vous dites : « Eh oui, c’est un interdit fondateur ( »Tu ne tueras point« ) et il n’est pas seulement admis par les croyants (comme l’ont rappelé les évêques de France le 16 janvier 2014). »
          Il y a un autre interdit qui lui a été oublié par les évêques de France pendant très longtemps qui est « tu ne commettras pas d’acte sexuel avec les enfants car c’est une abomination aux yeux de l’éternel »...
          Que ces Jeanfoutre de catholiques scrutent d’abord le comportement abominable de compromissions de leur hiérarchie pendant les décennies passées avant d’oser éructer un mot de jugement moral sur les autres.
          De quel droit ces abrutis hypocrites et non chrétiens osent-ils dicter la bien pensance aux autres.
          S’ils veulent que leurs rejetons, moitié, ancêtres n’avortent pas ou restent des légumes sous assistance pen,dant de longues années libre à eux. Mais je ne tolérerai pas que ces pseudo chrétiens viennent nous dire ce que nous on doit faire !


        • bibou1324 bibou1324 24 janvier 2014 11:12

          L’académie nationale de médecine, n’est pas compétente pour se positionner sur le sujet. Le sénat, l’assemblée générale et tout le contingent politique, encore moins. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas un sujet de médecine. Ce n’est pas un sujet de politique. C’est un sujet de société, où tout le monde est concerné sans exception. C’est à la société de parler. Pas aux médecins. Pas aux politiques.


          • viva 24 janvier 2014 13:29

            Ce n’est surtout pas à la société de parler, ce serait la porte ouverte à toutes les dérives porté par du lobbying intensif. Il s’agit d’un problème individuel, que chacun se doit de régler en amont.
            Le principe foncdamental de toute société c’est le droit à la viue pour tous, y compris pour les personnes malades et agées.


            La société au contraire doit être un frein aux dérives actuelles.

            Je confirme qu’ilm y a une volonté de faire des économies sur le dos des personnes agées, des personnages influents tel Minc, Atali ont déjè annoncé la couleur et leurs objectifs. Le but n’est pas de faire cesser la souffrance, mais de faire des économies en éliminant des personnes insolvables.
            Aucune société digne de ce nom ne doit mettre le doigt dans cet engrenage qui ne s’arrêtera pas, puisque l’objectif caché est d’obtenirque les personnes soient sortie du circuit dès lors qu’elles auront atteint un certain age, cela ne consernera que les individus insolvable, la machine est en route


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 janvier 2014 14:04

              Eh oui, c’est un interdit fondateur (« Tu ne tueras point ») et il n’est pas seulement admis par les croyants (comme l’ont rappelé les évêques de France le 16 janvier 2014). Il est aussi admis par tous les citoyens français (entre autres), par le Code pénal qui interdit et sanctionne tout homicide depuis plus de deux siècles.


              Hippocrate avait aussi imposé aux médecins le fait de ne pas nuire à leurs patients.

              Mais qu’est-ce que « ne pas nuire ? »

              L’acharnement thérapeutique est une nuisance.

              Mais même sans, si un patient est atteint d’une pathologie sans espoir est douloureuse, le laisser juste sans soins pour « laisser la nature suivre son cours », n’est-ce pas une nuisance aussi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès