Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La perte de poids par la perte de stress

La perte de poids par la perte de stress

Jamais dans l'histoire de l'humanité, l'être humain n'a été autant confronté à un surpoids aussi fort et durable. Bien sûr il y a toujours eu des gens gros, mais c'était soit génétique pour les obéses, soit par abus et plaisir des festins et autres orgies.

Mais le monde change et la technologie qui devait servir l'être humain l'a mis à son service à elle... C'est donc l'homme qui voulait travailler moins qui travaille autant ou plus, et celui qui voulait apprendre dans la forêt qui apprend devant un écran...

Ainsi, en l'espace de 150 ans, les progrès les plus merveilleux sont apparus dans tous les domaines, transportant dans leur valises énormes l'autre revers de la médaille et le prix à payer pour toujours plus de richesse, de connaissance et de pouvoir...

Il y eut bien des maux associés aux progrés mais un mal l'emporte sur tous les autres au point que l'on appele le "mal du siècle", j'ai nommé : le Stress.

Ainsi, le travail n'a jamais été aussi stressant pour l'Homme qu'à notre époque. Et cela touche la masse de l'humanité. Des pauvres des bas-fonds de pays du tiers monde au armées d'ouvriers des pays riches. Ou de chômeurs...

Il y a bien des moyens de se détendre... Les vacances, le sport, les cures, les médicaments... La nourriture... Hèlas c'est vrai, la nourriture a changé de fonction. Elle ne servait qu'à nous permettre de fonctionner en bonne santé. Elle est devenue source de plaisir, puis source de réconfort. On se prend un verre pour se détendre, une barre de chocolat pour calmer une faim insistante, un gâteau pour affronter une contrariété qu'on ne sait pas affronter seul... La nourriture nous apaise avec son plaisir instantanné. Les industriels d'aujourd'hui l'ont bien compris... Tous les plats regorgent de sucre industriel, de sel cachés, de conservateurs, de colorants et tout le pack complet de chimie infâme pourvu qu'on ai sa dose de réconfort et qu'on la paie cher...

La nourriture est donc devenue un moyen rapide de se faire du bien. Rapide et pas cher pense-t-on... Hélas ! rien n'est moins vrai...

Non seulement cela coûte trés cher à l'achat, mais en plus cela coûte une fortune à l'état pour soigner les malades qui souffrent du surpoids et de ses conséquences.

Avec tous les régimes que le monde a connu, aucun ou bien peu se sont concentré sur le véritable problème de la personne qui mange trop : Le stress. L'homme est l'espece la plus évoluée et pourtant, seul l'Homme peut grossir, devenir en surpoids et en mourrir. Aucune girafe n'est obèse, aucun singe trop gros. L'Homme lui, a tout un tas de stress qui participent aussi à l'écriture de sa vie.

Des stress liés à un événement particulier que l'on peut dater, des stress quotidiens (métro boulot dodo) et des stress plus profonds d'ordre médical. Pourtant, si tous les stress peuvent donner plus envie de manger, on peut certainement changer ces comportement en s'occupant des angoisses de la personne plutôt que de lui dire " pour maigrir arrêter le pain le soir..."

Je pense donc qu'en aidant un peu les gens à se comprendre et à se poser les bonnes questions sans pour autant faire de psychothérapie, on peut vraiment les sortir de l'accoutumance à la nourriture, de l'addiction au sucré et bien d'autres petits dysfonctionnements alimentaires. Bien évidemment, je ne parle pas de véritables désordres comportementaux comme la boulimie ou l'anorexie qui doivent faire l'objet d'un vrai suivi psychiatrique.

Dans la méthode Maigrir Heureux par exemple, on demande à une personne de répondre à certaines questions. Pourquoi je mange ce plat trop important ?

Ais-je si faim ? Ais-je envie de me protéger ? Ais-je envie de me remplir ? Ais-je envie de me punir ? Cette technique d'auto-analyse est similaire par endroit à la technique du mindfullness. La personne se regarde avant d'agir et se questionne. Elle prend conscience que quelque chose ne va pas. Elle le sait inconsciemment mais le refoule. Ici, elle le vit et commence à le comprendre. Puis on lui pose d'autres questions. Par exemple, pourrais-tu te passer de la dernière bouchée ? Peux-tu remplacer un morceau de pai par un légume ? Non ? pourquoi ? Pourquoi cet aliment putôt qu'un autre ? Que t'évoque-t-il ?

Voila un rapide résumé de cette idée qui préfére apaiser la source du problème que juste le symptôme des gens qui mangent beaucoup. Prendre en compte l'humain avec son esprit plutôt que son corps simplement.

Les résultats sont exceptionnels. La nourriture ne devient plus un but en soit. Elle re-devient un outil et on retrouve peu à peu sa liberté.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • berry 11 juin 14:52

    Le footing, c’est un bon moyen pour perdre du poids.
    En même temps, ça détend.
     


    • Jeekes Jeekes 11 juin 17:59

      C’est un « publi-reportage » ?


      Dois-je en déduire que les américains (champions toutes catégories de l’obésité) sont plus stressés que le paysan syrien ou le couturier indien ?


      Moi qui pensait que l’obésité venait essentiellement de la malbouffe.
      Qui nous a d’ailleurs été importée par nos grands amis d’outre-atlantique !

      Comment ai-je pu me tromper à ce point ? 



      • Felgrand Felgrand 11 juin 20:42

        @Jeekes
        Ne faisons pas de généralités, mais je pense qu’on peut légitimement supposer cette thèse comme valide.
        Nos sociétés occidentales consomment le plus de médicaments psychotropes. Peut-être parce qu’on en a les moyens. Peut-être parce qu’on a créé le marché. Mais aussi parce que des gens en ont besoin, hélas (même si je pense que c’est souvent des rustines et que le mal est plus profond).
        En tout cas, cet article me semble aller dans la bonne voie.
        Peut-être manquait-il un peu de précision mais AgoraVox n’est pas une revue scientifique.


      • Felgrand Felgrand 11 juin 20:32

        Bien que je pense que la nourriture ait toujours été une source de plaisir, il n’empêche que, comme vous le dites, de nos jours, elle sert à essayer de combler un vide psychologique ; mais précisément parce que ce vide est psychologique, il n’est pas résolu par la nourriture : il est seulement repoussé à quelques heures.
        Donc je plusse votre article !
        Je vous remercie de nous avoir fait partager votre réflexion qui est un bon début.


        • Vipère Vipère 11 juin 20:37

          @Felgrand

          Si vous avez tout compris, pouvez vous m’expliquer, car je n’ai rien compris depuis le début, c’est à dire à partir du titre ?

          Perdre du poids pour perdre du stress...


        • Vipère Vipère 11 juin 20:45

          .../...

          La perte de poids par la perte de stress

          * Est ce que l’on doit perdre du poids d’abord ?

          * Ou perdre du stress avant la perte de poids ?

          * Ou perdre du poids et du stress simultanément ?

          * Ou alors dés que l’on a perdu du poids, on perd automatiquement du stress ?

          Sachant que ni l’un ni l’autre n’est bon pour la santé, j’attends votre réponse !


        • Felgrand Felgrand 11 juin 20:55

          @Vipère
          C’était plutôt se déstresser pour perdre du poids.
          Tenez, je vous suggère de visionner cette vidéo, car je la trouve assez intéressante à ce propos.


        • Felgrand Felgrand 11 juin 21:00

          @Vipère
          Je pense, comme je le disais, qu’il s’agissait de se déstresser pour perdre du poids. Notre langue française est raffinée, par comme l’anglais, et effectivement, certaines formulations hasardeuses ou commerciales ne fonctionnent pas... c’est de la faute de l’auteur. Son site a une apparence trop commerciale et puis il y a une section « Boutique »... :S
          Je crois qu’il y a des souffrances psychiques qui nous accablent. Mais au lieu de se poser, d’y réfléchir et éventuellement, de détruire le mal, nous ne faisons que le différer par des sorties, des fausses relations, des films et, aussi, la nourriture.
          La nourriture, de nos jours, est comme le dit l’auteur. Riche en promesses d’aller mieux mais au bout du compte, on est autant voire plus misérable qu’avant. Et vu que la nourriture en question est pauvre en ce qu’il nous faut réellement, nous sommes conduits à manger davantage. Mais je ne parle pas des poisons présents qui ont sûrement un rôle néfaste sur notre métabolisme.


        • Vipère Vipère 11 juin 21:08

          @Felgrand

          « Bien que je pense que la nourriture ait toujours été une source de plaisir »

          Si pour vous et moi, la nourriture est une source de plaisir, pour les anorexiques elle ne l’est pas, j’ai même lu que certains grands mystiques se nourrissaient de prana, autrement dit de presque rien et de beaucoup de spiritualité et de méditation  ?

           


        • Felgrand Felgrand 11 juin 23:04

          @Vipère
          Pour les anorexiques, c’est à cause d’un certain désordre (comme diraient les Anglais) non pas du fait de la nourriture en elle-même, à mon humble avis.
          Pour les renonçants, c’est parce qu’elle nous rattache à ce monde qu’ils s’en séparent, en espérant se rattacher au spirituel. Mais par là, ils avouent bien qu’elle est source de plaisir.


        • Enabomber Enabomber 12 juin 06:19

          Le meilleur conseil est peut-être celui de Candide : il faut cultiver son jardin au sens propre, quand on en a la possibilité (nous ne sommes pas encore tous citadins). Ça règle les problèmes de stress, d’exercice physique et de malbouffe. Et tout ce qu’on peut soustraire à un système économique vampire est le bienvenu.


          • tashrin 13 juin 12:11

            Prenez une carte geographique de la repartition des cas de cancers et d’obésité
            Prenez une carte géographique représentant l’activité des multinationales de l’agroalimentaire et le lieu de situation de leurs consommateurs
            Le stress a certainement un rôle... Mais c’est peanuts par rapport à ce que nous font bouffer les empoisonneurs publics
            Le reste, c’est de la littérature


            • Fredbelgium (---.---.214.79) 17 juin 20:02

              Après avoir perdu 25 kgs, je pense que je peux largement valider le contenu de ceci : https://www.youtube.com/watch?v=xsM6afDjsKs .


              Le stress est acidifiant donc il fait grossir. Prendre de jus de légumes maison et bio aident le corps à éliminer ces déchets. Avec le temps, la connexion au nerf vague se fait aussi.

              Bref, maigrir durablement en se goinfrant c’est possible : il suffit d’en rester aux légumes fruits et noix volonté ! Et une santé au top en prime smiley

              Moi je l’avais fait pour être en forme, pas pour maigrir...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

davidcz

davidcz
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès