Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La psychiatrie ( auto-proclamée ) est morte

La psychiatrie ( auto-proclamée ) est morte

Beaucoup d’entre les lecteurs de longue date de ce site gardent peut-être le souvenir étrange d’un article au secours de la psychiatrie, nommé « Carla Bruni sauvons la clinique », et signé Karim Sarroub. Dans le détail, cet article qui a peut être cumulé dix ou vingt mille visites, a été, fait participant à la surprise de tous, doté de 936 votes, et chose curieuse, il en affiche aujourd’hui 309 ? Ce qui n’est pas coutume. Même l’article le plus lu depuis la naissance du site, ( + de 400,000 visites ), le premier du fondateur Carlo Revelli, ne totalise que 1628 votes. Étant moi même lecteur assidu depuis 2007, je ne peux prétendre sonder 100 % des textes et fils quotidiens, mais n’ai pourtant jamais trouvé la moindre explication à cette question.

C’est peut-être Bernard Accoyer qui vient d’y répondre, expliquant ainsi le buzz autour du livre d’Onfray, relatif à cette empoignade médiatique actuelle et le ramdam de l’article en question. Parmi les surprises les plus vexantes qu’il a suscité, voir tous les participants habituels reconnus pour la modération acquise de la plupart de leurs propos, pour la qualité générale de leurs avis et le ton cordial de leurs interventions, le fait de s’être vus repliés au delà des 15 avis défavorables du système de l’époque et surtout, la plupart jusqu’à - 50 votes a choqué. Cette guillotine brutalement tranchée, exactement comme celle que pratique le célèbre Lucilio avec le nouveau système, et qui sévissait généralement envers les trolleurs invétérés, a touché en plein amour propre tous les acteurs du jour, le 14 juillet 2008. Avant même d’avoir seulement déclaré un violent désamour pour cette médecine du mental, sans même n’avoir jamais insulté la première dame de France. Toutes les lumières du site qui éclairent, jour après jour, d’opinion mesurées avec des propos étayés et souvent lucides et désaffectés, ont été poubellisées comme de vulgaires terroristes et internettoyés sans ménagements, façon Audiard. Que s’est il passé ? Peut-être que certains ont depuis ce jour, obtenu et diffusé leurs conclusions sur les fils que je n’ai pas eu la chance de lire, toujours est il que c’est pour cette simple raison que j’ai continué de chercher à comprendre, et c’est Bernard Accoyer qui a m’a aidé à résoudre l’énigme.

La psychanalyse pratique l’auto proclamation, un peu comme des personnes qui ont maintes fois parcouru les couloirs des hôpitaux prétendent parfois pouvoir être capable d’être médecins ou pharmaciens, j’en ai connu. Il s’agit là d’une médecine qui ne touche pas au physique du patient, mais bien sa patience précisément. Je dis cela parce qu’il faut être patient pour parler des années à un mur sans aucune réponse ni approbation, car c’est le mécanisme intrinsèque de ce principe médical qui en régit les véritables remèdes. Il faut effectivement parler de soi jusqu’au plus profond de son être, de ses souffrances et complexes, pour les découvrir et les mettre à jour et enfin pouvoir crever l’abcès. Par ce biais direct, l’extraction de l’inconscient par la mise en mots sur le divan, on peut donc commencer à en prendre conscience, et espérer alors entrer en voie de guérison. En cela, la réponse ne viendra pas du psychiatre ou psychanalyste mais du fait qu’il ait ouvert son cabinet et vous avoir invité à y dérouler le fil de votre vie pour y découvrir par vous même, tous les nœuds.

Les souffrances psychiques vécues mais contenues depuis la jeunesse ou l’enfance, le sont par manque de soutien familial, par fragilité de la structure environnementale, ou par manque d’oreille disponible, ou d’ami tout simplement. Le fait de reconstituer le fil de sa vie mot par mot devant un tiers entraine à ressortir ces nœuds, à pleurer un bon coup devant un être neutre que l’on aura pas à croiser tous les matins au petit déjeuner. On est définitivement guéri quand on est dégagé d’affect et que l’on peut enfin rire de nos accidents divers. On a accumulé les souffrances d’enfance quand on a pas trouvé de bras pour se consoler d’une chute ou d’une tristesse, et on est libéré d’un affect trop sensible quand on ne trimballe plus ces traumatismes internes au point de pouvoir parler de son dernier accident sans pleurer. En un mot, on est enfin bien dans la vie quand on a pardonné tout les manquements au devoirs de ses parents. C’est cette faille qu’occupent aujourd’hui les nouvelles sectes psychologiques qui retournent les enfants contre leurs parents respectifs, quitte à profiter de la faiblesse des sujets fragilisés pour inventer un éventuel viol ou inceste...d’où l’intérêt de réguler ces professions.

Il est donc permis à toute personne s’étant faite longuement analyser d’être considérée comme bac + 7, après sept ans d’analyse et d’ouvrir un cabinet, si tant est qu’il ait fait une ou deux années de psychologie en prime, en faculté ou en cours privés. Il n’en est pas de même avec la psychiatrie et pourtant, la tendance s’est transfusée. bien de simples philosophes, théologiens ou psychologues croient prétendre tout autant avoir les capacités ou facultés suffisantes pour établir un cabinet, et la seule position citadine avec pignon sur rue principale fait office de crédibilité suffisante. C’est ainsi que bien des plaques dorées des beaux quartiers de Paris s’avéraient douteuses, car bien des études mènent à divers métiers parallèles et connexes et la tendance actuelle à la mode est de se croire avocat. En effet, avec un bon assistant qui a fait les études adéquates, toutes les grandes gueules peuvent désormais aisément plaider, d’autant plus s’ils ont déjà eu maintes fois recours à la justice dans leur passé. Je ne vise personne...

Dans d’autres domaines, des plombiers / électriciens / dépanneurs pratiquent cet amalgame sans difficulté, les propriétaires d’une simple camionnette blanche font de façon efficace illusion en temps que transporteurs routiers sans aucun autre diplôme qu’un permis B. On peut même se demander si certains hommes politiques ne font pas de même et notamment, le porte parole du parti dominant français et son chef indirect, qui, bien que placé au plus haut de la tour d’ivoire du parti des dominants, ne manquent pourtant pas à de nombreuses occasions, de très mal s’exprimer dans notre langue commune. S’ils manquent, c’est sûr, d’instruction, ils comblent par un entourage compétent et toute la gamme adéquate d’outil de communication performants.

Bien moins attaché à faire la une de tous les médias et à faire retentir sa nouvelle telle les trompettes de la renommée, Bernard Accoyer, quatrième personnage de l’État, nous a humblement renseigné samedi soir dernier, dans l’émission de Ruquier. Notre président de l’assemblée n’est entré en politique qu’après une carrière de trente ans comme oto-rhyno-laryngologiste, et au cours de cette excellente émission, glissé sans aucune fierté ni prétention, mais pas sans une certaine satisfaction discrète, a déclaré avoir enfin bouclé LE dossier, fruit de onze ans de travail. Il se réjouissait d’avoir abouti à la restauration de cette profession, afin d’en nettoyer tous les acteurs auto proclamés apte à la fonction de psychiatre, mais il a aussi déclaré qu’il allait falloir recommencer avec la profession de psychanalyste, et c’est là que le bât blesse. En effet, la psychanalyse de Lacan est le transfuge de la psychiatrie de Freud. Il n’y a peut-être aucun lien étroit, mais pourtant, mon intuition me dit que l’engagement de notre président de l’assemblée pour la restauration de cette profession, avec les moyens d’autorité que son poste lui confère, a dû entrainer une résistance soutenue par les auto proclamés en péril. « L’appel des appels », dont j’ai pris connaissance avec l’article de Karim Sarroub, pourrait en être la preuve concrète, et les réactions dans le fil pourraient aussi déclarer l’urgence à ce que soit lancée la protestation sans aucune entraves, et les réactions clouées contre les internautes d’Agoravox de bonne volonté en ont été les frais payées sans factures ni service après vente.

Si telle est la vérité, elle est facile à vérifier, car dans la pétition qui accompagne « l’appel des appels » figurent nommément une grande majorité de psychiatres et psychanalystes c’est-à-dire en deux mots que la profession de psychiatre étant restaurée, et celle de psychanalyste à venir, nul doute que viendra le temps de faire de même avec une nouvelle profession non encore réglementée...

 

dessins tests psychologiques

L’article sur la page de l’auteur


La longue liste des signataire

En cas de difficulté, kit de survie

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Massaliote 4 juin 2010 12:05

    N’oublions pas les paroles de Freud à ses compagnons de voyage alors qu’ils se préparaient à accoster à New York : « Ils ne le savent pas mais nous leur apportons la peste » 


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 14:51

      Certes, toute mauvaise interprétation de la définition des méandres de l’esprit devient vite un véritable cancer mental, et la transmission par la parole le rend encore plus contagieux puisqu’elle pourra entrainer de nouvelles interprétations... 


    • LE CHAT LE CHAT 4 juin 2010 13:28

      je vois des femmes nues dans les taches , est ce grave , docteur ? smiley


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 14:53

        Ha bon ! où ça, faites voir... ...non, je vous rassure, c’est un insecte connu sous le nom de partouzien.

        Merci pour cette tâche qui n’aurait pas fait tâche pour illustrer mon article.


      • slipenfer 4 juin 2010 17:24

        @ Le chat

        Mince moi aussi, c’est surement contagieux . les boulles !!!!!!!!! smiley


      • Radis Call 4 juin 2010 19:34

        @ chat : non c’est plutôt signe de guérison...Par contre si tu vois des rats ou des insectes recouvrir ton lit il vaut mieux arrêter la boisson ou faire un dépistage de syphilis (m’était contée...) smiley


      • sisyphe sisyphe 4 juin 2010 15:49

        Rien compris à l’article ; ni le rapport avec le titre... 

        Si la psychiatrie est morte, vive le retour aux séances de jet d’eau, aux électro-chocs, aux cures de sommeil, à tous les traitements chimiques, aux camisoles, aux quartiers d’internement...

        Bientôt les saignées et les sangsues ? 


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 16:19

          vous méritez par votre combat personnel que je vous explique. Le titre fait référence à une parole de Bernard Accoyer, citée au cours de l’émission de Ruquier à propos de la psychiatrie « auto-proclamée » contre laquelle il lutte depuis onze ans avec succès.

          La psychiatrie « auto proclamée » est morte, celle qui sévissait dans les beaux quartiers de beaucoup de villes, et qui profitait des failles laissées ouvertes par une législation hasardeuse. 

          A propos des traitements que vous rapportez, puis je vous rappeler que c’est le fer de lance de la scientologie naissante qui a la première lutté contre ces pratiques légales, nées de la dernière guerre, et fondamentalement inhumaines.


        • sisyphe sisyphe 4 juin 2010 16:35

          OUi, et alors ? 

          Parce que la scientologie a lutté contre ces pratiques, ça veut dire qu’elles sont bonnes ? 

          Quand à la psychiatrie « auto-proclamée », je ne vois vraiment pas à quoi vous faites allusion, puisque, pour être psychiatre, il faut avoir fait un cursus d’études de médecine, puis de psychiatrie. 

          Pour les psychologues, qui ne sont même pas vraiment reconnus, il faut au minimum un doctorat ou un diplôme de 3ème cycle. 

          En fait, il n’y a que pour les psychanalystes qu’il n’y a , effectivement, pas besoin de diplôme, mais d’une analyse entreprise, terminée, et une formation chez un analyste déjà en place, qui demeure comme « tuteur » de l’analyste promu.

          On peut, certes, en discuter, même contester ces titres par « cooptation », pour certaines « branches » de la psychanalyse ; mais ça n’a rien à voir avec la psychiatrie. . 


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 18:46

          « Parce que la scientologie a lutté contre ces pratiques, ça veut dire qu’elles sont bonnes ?  »

          Voici la vocation première de cette « église », bien avant la dérive où elle s’est enterrée :

          « Choyées par le dictateur allemand Bismarck, puis par Hitler et les nazis, la psychiatrie et la psychologie ont servi de bases philosophiques aux massacres généralisés de la Première et de la Seconde guerre mondiale. La psychiatrie utilise les electrochocs la psychochirurgie, qui constitue à mutiler le cerveau, et les médicaments psychotropes. Elle détruit les gens pour les rendre « dociles et calmes », en prétendant qu’il s’agit là de « traitements médicaux ». L’église condamne les traitements psychiatriques qui reviennent à faire de la boucherie sur des êtres humains et à détruire irrémédiablement leurs facultés mentales. Les scientologues essaient de construire un monde sans guerre, sans démence et sans criminalité. Le psychiatre cherche à créer un monde dans lequel l’homme serait réduit à l’état de robot végétatif et drogué, rendu ainsi plus facile à contrôler. Les scientologues ne pensent pas que les psychiatres devraient dire à leurs patients ce qui, à leur avis, ne va pas chez eux. Cette façon de procéder introduit des mensonges, ou des opinions qui ne sont pas vraies pour l’individu, violant ainsi son intégrité. Les scientologues sont convaincus que l’individu devrait découvrir lui-même la source de ses problèmes, car cela restaure son aptitude à améliorer sa vie et son environnement. La Scientologie et la psychiatrie seront toujours en désaccord. La Scientologie est une religion et considère l’homme comme un être spirituel, alors que les psychiatres le voient comme un animal. La psychiatrie s’oppose farouchement à toutes les religions parce qu’elle ne reconnaît pas, même vaguement, la nature spirituelle de l’homme. Les scientologues s’opposent énergiquement aux méthodes psychiatriques brutales et destructrices que sont l’internement forcé, l’administration forcée de médicaments à forte dose, les électrochocs, la lobotomie et autres opérations du cerveau. Selon le Credo de l’Eglise de Scientologie, le traitement des maladies d’origine mentale ne devrait pas être admis dans les domaines non religieux. En effet, les thérapies violentes de la psychiatrie engendrent des traumatismes spirituels. Au mieux, la psychiatrie refoule les problèmes de la vie ; au pire, elle cause de graves préjudices, des séquelles irréversibles dans la vie de quelqu’un, voire la mort. »

          Vous dites : « On peut, certes, en discuter, même contester ces titres par  »cooptation« , pour certaines »branches" de la psychanalyse ; mais ça n’a rien à voir avec la psychiatrie. " Il a fallu balayer des pratiques de transfuge tâche à laquelle Bernard Accoyer semble avoir réussi.


        • sisyphe sisyphe 4 juin 2010 21:00

          Si je comprends bien, vous êtes scientologue ? 


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 23:07

          Je ne suis absolument pas scientologue mais vous prouve par ce texte que je me suis penché sur ce sujet comme sur bien d’autres, les thèmes de ma page d’auteur fait foi.

          Mon but est d’exprimer que la psychiatrie subit aussi des dérives malsaines, qu’elle peut être un organe au service de l’État pour faire taire des opposants au pouvoir, et que toute erreur dans ces médications officielles donnent naissance à des mouvements parallèles aux motivations premières crédibles. Des sectes et autres églises se glissent dans ces failles pour apporter des remèdes humains à des problèmes sociétaux mal gérés par les autorités. Il y a douze millions d’usagers réguliers et quotidiens de psychotropes, véritables camisoles chimiques, dont trois de mes amis.

          Je ne suis donc pas indifférent à tous ces problèmes et vous remercie d’avoir apporté quelques lumières à mon article incomplet. L.S.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 16:33

          Pour vus aider, voici la page de rediffusion de l’émission : http://on-n-est-pas-couche.france2.fr/


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 30 août 2010 00:41

            petite précision : Les sectes délaissent les gourous pour les formateurs

            TF1 - LCI , 24 janvier 2007

            Elles misent sur des stages de formation professionnelle ou de réinsertion sociale pour recruter leurs adeptes, selon un rapport rendu public mercredi.


          • Radis Call 4 juin 2010 16:40

            Effectivement quel méli mélo !

            « Les souffrances psychiques...le sont par manque de soutien familiale.... »

            Non il existe des familles ( très ) pathologiques , qui n’en ont que très rarement conscience , au sein desquels se noue toute la gamme des pathologies mentales...Le manque de « soutien » fait des dégâts relativement mineurs...Le manque d’amour davantage....

            Quant aux parents vraiment dérangés n’en parlons pas (à noter qu’ils n’arrivent à fonctionner qu’en faisant de grands dégâts dans leur entourage sans en avoir conscience , ou comme au travail cf les petits chefs tyranniques, etc....)

            Tout cela c’est l’approche environnementaliste , remise en question par les neuro sciences qui cherchent des désordres métaboliques, génétiques , etc et propose des thérapies « modernes » d’origine américaine ou des soins purement neurochimiques

            « Psychanalyse de Lacan et psychiatrie de Freud » ?

             L’un est un pionnier qui a ouvert une voie de recherche pour des générations de cliniciens , de thérapeutes , allant de la simple psychothérapie ,à la psychanalyse ,aux thérapies de couple, aux thérapies familiales et systémiques où le malade est considéré comme le symptôme d’un groupe défaillant qu’il convient d’essayer de soigner , si ce groupe a pris suffisamment conscience des malaises, troubles et conséquences du déséquilibre, ce qui n’est pas acquis à l’avance . (Je vous laisse faire des recherches et approfondir si cela vous intéresse vraiment )

            L’autre un des gourous/chefs de file d’une certaine intelligentsia que l’on pourrait qualifier de bobo et qui a laissé des textes , des écrits , des comptes rendus de conférences à la Sorbonne ,au collège de France et ailleurs, qui a fondé une école et qui a défrayé les chroniques à travers des propos et des horaires extravagants...

            Mais là aussi il est possible d’approfondir , car je ne pense pas que le personnage soit sans intérêt .

            Bon le problème de la psychanalyse...Pas envie d’y revenir...Il y a de bons psy, des mauvais , des bons résultats et des non résultats . Chacun est libre de se soigner comme il l’entend et aussi de ne pas se soigner , mais tant pis dans ce cas pour l’entourage ! cf l’introduction.

            J’ai entendu récemment qu’on allait légiférer au sujet des psys pour éviter que des branques, ayant vécu une légère analyse , ou lu quelques bouquins , puissent poser une plaque de ( psy) chothérapeute ou chanalyste ....

             Effectivement , il serait temps de règlementer un peu tout ça . Car tomber sur un barge, ça ne pardonne pas.

            Je dirais au passage que des émissions TV comme le Divan de Clapier où de confessions ou d’exhibition médiatiques ,ont largement contribué à tromper les esprits...Mais l’esbrouffe est payante ....

            Enfin quand aux archives sur agx , je suppose ,vous pouvez retrouver un lot d’articles avec 1/20 éme des commentaires initiaux. Les petits nains travaillent jours et nuits.


            • Radis Call 4 juin 2010 16:47

              des honoraires (et des horaires aussi)


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 19:17

              En effet, il ne m’a pas été facile de faire un article clair en partant de la question posée par cet étrange ramdam de 2008 créant le doute sur ces métiers et même sur avx...

              « Le manque de »soutien « fait des dégâts relativement mineurs...Le manque d’amour davantage... » C’est je pense le meilleur remède à toutes les maladies, et d’abord en matière de prévention. Les troubles sociaux que l’on constate peuvent provenir du fait qu’un être fragile vient chercher réconfort contre une épaule rassurante et que celle ci en profite.

              J’ai entendu que le meilleur remède au vacarme mental consistait à écrire. en cela, on peut sans une aide psychologique faire un travail soi même de mise à plat, et tout porte à croire que le net, ses blogs, les sites comme celui-ci, etc... peuvent participent à lever le voile sur soi même et les lièvres du métier.


            • Radis Call 4 juin 2010 19:29

              Bien sûr l’écriture (une correspondance aussi ) permet une mise à distance et de structurer un peu les choses...

              L’art aussi est un moyen d’expression et de sublimation :la littérature , la peinture , etc ne manquent pas d’exemple de gens qui s’en sont sortis ou ont eu une vie acceptable ...

              Une part de la souffrance est complétement métabolisable si l’on n’est pas trop atteint...

              Et puis il y a le fameux problème de résilience de B. Cyrulnick qui doit reposer sur des bases crédibles....


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 19:39

              Par «  manque de soutien familial » j’entendais, manque de cellule réconfortante où se réfugier en cas de milieu social malaisé.


            • slipenfer 4 juin 2010 18:06

              Ma vision de la psychiatrie
              j’ai suivi un chemin plus bizarre ,Un peu freud, beaucoup plus c.g.Jung
              franchement Stanislav Grof .Il semblerait que les chose bougent un peu (dans mon optique)
              un psychiatre français, le Dr Chambon, vient de faire paraître aux Editions Les Arènes (2009) un ouvrage intitulé « La médecine psychédélique-le pouvoir thérapeutique des hallucinogènes », qui montre les travaux scientifiques fait ces quinze dernières années montrant l’utilité thérapeutique des hallucinogènes en médecine et psychiatrie et dénonce les mythes sur ces médicaments potentiels !!
              Vidéo 1     Vidéo 2
              chacun sa vision des choses, je précise, je ne recrute pas pour une secte
              un supplément et hop
              Psychothérapie intégrative 
               Lien



              • slipenfer 4 juin 2010 18:20

                J oubliai toute la bande de L’INREES

                Les nouveaux membres d’honneur 

                Comptant déjà de nombreux chercheurs célèbres, des médecins et d’autres grands noms, le club des membres d’honneur de l’INREES s’agrandit en accueillant :

                Pim van Lommel, Médecin
                Dr. Serge Tribolet, psychiatre
                Priscilla Telmon, exploratrice
                Lolita Lempicka, créatrice
                Jeremy Narby, anthropologue
                Bernadette Blin, psychologue

                TOUS LES MEMBRES D’HONNEUR
                Tous les membres d’honneur
                Soutien côté professionnels de santé
                Stéphane Allix avec Stan Grof
                Stéphane Allix avec Stanislav Grof

                Roberta Colasanti
                Roberta L. Colasanti

                Le travail de psychiatres et de psychologues éminents a permis depuis plusieurs décennies de révolutionner le regard que nous portions sur les expériences extraordinaires. Plusieurs de ces pionniers soutiennent l’INREES :

                Dr. Stanislav Grof, psychiatre
                Kenneth Ring, psychologue
                Evelyn Elsaesser-Valarino, écrivain
                Dr. Bruce Greyson, prof. psychiatrie
                Dr. Charles T. Tart, psychologue
                Dr. Serge Tribolet, psychiatre
                Bernadette Blin, psychologue
                Martine Gercault, psychanalyste
                Christina Grof, psychothérapeute
                Dr. Roberta L. Colasanti, psychothérapeute
                Dr. David Lukoff, psychologue
                Dr. Carlos S. Alvarado, psychologue
                Benny Shanon, psychologue
                Patrick Baudin, docteur en médecine
                Dr. Patrick Clervoy, psychiatre
                Dr. Jeffrey D. Rediger, psychiatre
                Dr. Patrick Lemoine, psychiatre



                • slipenfer 4 juin 2010 18:24

                  Jan Kounen Vidéo D’autres mondes (Chamanisme - Ayahuasca) Lien


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 19:27

                    Je vais tout de suite consulter...enfin vos liens.


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 23:30

                    Réponse absolument probante, commentaire tout à fait enrichissant, maillon bien solide dans la chaine solidaire de la connaissance, pas de coquille, merci slipenfer.


                  • Aspiral Aspiral 4 juin 2010 19:13

                    Le concept de maladie mentale est une fiction aussi nécessaire que celle qui dit que les astres s’attirent en fonction de leur masse et se repoussent en fonction du carré de leur distance ( Loi de Newton). C’est utile, même si, en réalité, cela ne veut rien dire.


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2010 19:26

                      Content de vous voir toujours à l’œuvre.

                      Extrait : " Si on observe les gens comme je le fais depuis 30 ans, aucun d’entre eux ne consulte spontanément pour « maladie » mais pour différents malaises dont ils voudraient être débarrassés. Des schizophrènes patentés ne consultent que sous pression, car eux, ils ne se sentent pas « malades », par définition. " il est dommage que ce texte ne soit pas signé mais il ne m’étonnerait pas que vous en soyez l’auteur.

                      J’aime à rappeler ma devise à ce sujet : celui qui ne reconnait pas, librement voire tristement, qu’il est normalement atteint par la folie, l’est complètement. Thomas Fuller. Conclusion, tout le monde est fou, mais les plus dangereux sont ceux qui l’ignorent.


                    • Radis Call 4 juin 2010 19:48

                      Oui, mais encore une fois il s’agit d’une conception « philosophique » de la maladie mentale ou de la folie...S’il n’y avait pas d’effroyables souffrances liées aux maladies mentales , la médecine n’aurait pas à s’en occuper...

                      Ca doit pas être facile d’être Napoléon ou de bavarder en permanence avec Dieu , ou d’entendre des voix qui t’imposent de faire ceci ou cela , y compris de pousser un quidam devenu le diable, sous une rame de métro ou de sauter par la fenêtre , ou d’avoir des hallucinations et de voir débarquer des martiens par exemple , ou des fantômes, à tout moment de la journée...

                      L’ethnopsychiatrie est très intéressante à étudier , car on voit les différentes manifestations de la folie ,ses fondamentaux que l’on retrouve quelle que soit les civilisations et surtout les solutions apportées : rôle du sorcier, du chamane,de la tribu ,de la prise en charge collective...Il est évident qu’un élément qui rend particulièrement douloureux la m.m , c’est l’isolement dans lequel beaucoup de malades se retrouvent rapidement confinés , et à cela les médicaments ne peuvent rien apporter , sauf s’ils permettent une « resocialisation ».


                    • Radis Call 4 juin 2010 19:51

                      Un petit lien mais à compléter sur Google...

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9rapie_de_groupe


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 juin 2010 01:58

                      Pour ceux qui sont allé jusqu’ici et qui n’ont toujours pas compris :

                      Les souffrances psychiques vécues mais contenues depuis la jeunesse ou l’enfance, le sont par manque de soutien familial. Justement l’actualité témoigne du fait que les réformes atteignent les structures liées à l’enfance : http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/micmac-au-senat-sur-le-defenseur-26550 Rompre les structures existantes pour je ne sais quel service administratif, c’est garantir le maintien jusqu’à l’age adulte de troubles à guérir.

                      D’autres articles du site témoignent des mouvances tournant autour de la psychiatrie aux US : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-secte-psychiatrique-73224 http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/gouverner-par-la-peur-une-histoire-60140 Il vaut mieux prévenir que guérir.

                      Le coût exorbitant des suivis ont entrainé une nouvelle race de charlatans qui profitent des failles que crée la société en l’absence de garanties de bien être, surtout avec les crises orchestrées. La nouvelle mode tend vers la fonction de coach et autre ser-vices du bien être à domicile et si l’effet peut être momentanément bénéfique, le coût n’en est pas moins lourd. Le bien-être social est un droit pour tous et l’assurer est un devoir social d’État.

                      Bonne chance à tous. L.S.


                      • Radis Call 5 juin 2010 08:44

                        Certains « timbrés » font d’excellents dictateurs , chefs d’état , directeurs ou managers de multinationales , de banques ou encore d’idéologues... C’est leur façon de se soigner en « nous soignant » !


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 juin 2010 08:54

                        « Certains »timbrés" font d’excellents dictateurs , chefs d’état , directeurs ou managers de multinationales , de banques ou encore d’idéologues... C’est leur façon de se soigner en « nous soignant  ! » Fort justement, c’est avec ce genre de conclusion que s’est programmée le dernier plus grand génocide mondial et tout porte à croire qu’un autre pire est en gestation.

                        « Si le Peuple avait la moindre idée de ce que nous avons fait, il nous traînerait dans la rue et nous lyncherait. » - George H.W. Bush, Président des Etats-Unis d’Amérique, 1992

                         


                      • marcel et yvette marcel et yvette 5 juin 2010 09:29

                        ne pas oublier également que les maladies psychiatriques peuvent avoir des origines hormonales et même virales modifiant à certains épisodes la substance blanche ...

                        la Bipolarité peut provenir d’une tare génétique ,les maniaques-dépressifs issus d’une autre forme de Bipolarité également ...les borderlines en sont un autre dérivé ...

                        les schizophrenes sont un cas à part ....

                        toutes ces maladies psychiques doivent être prises en compte par la psychiatrie,avec un suivi et traitement à vie du patient ,avec hospitalisation, cures de repos,chimio-thérapie .....etc...

                        il est déplorable de constater le nombre d’officines douteuses assimilées ni plus ni moins à des rebouteux ayant pignon sur rue fassent leurs choux gras sur la détresse humaine,tant la maladie mentale est un fléau autant pour le malade que pour l’entourage .


                        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 juin 2010 10:12

                          Une partie non négligeable de ces maladies dont vous parlez sont directement issues du monde médical et des traitements cobayes mis sur le marché en dehors de précautions notoires. quantités de médocs interdits aujourd’hui ont investi les organes jusqu’au plus profond. Le mal est fait pour les vingt ans qui viennent, mais sont déjà programmés des plans Marschal du vaccin ( 125 nouveaux d’ici vingt ans, ) et nouvelles maladies psychiatriques. Pire, l’espèce d’endormissement général que subit sans le savoir le peuple accro au médocs ( XX % de l’ensemble ) est déjà peut-être généré par la lobotomie cérébrale médicamenteuse, institutionnalisée en drogue légale publique.


                          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 juin 2010 10:17

                            Les camisoles chimiques sont aussi des atteintes à l’intégrité physique. Un antipsychotique parmi d’autres, prescrit à tout va (et très lucratif pour le laboratoire qui le produit), le Zoloft, cumule les effets secondaires suivants :

                            . Affections hématologiques et du système lymphatique
                            . Affections du système immunitaire
                            . Affections endocriniennes
                            . Troubles du métabolisme et de la nutrition
                            . Affections psychiatriques
                            . Affections du système nerveux
                            . Affections oculaires
                            . Affections de l’oreille et du labyrinthe
                            . Affections cardiaques
                            . Affections vasculaires
                            . Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
                            . Affections gastro-intestinales
                            . Affections hépatobiliaires
                            . Affections de la peau et du tissu sous-cutané
                            . Affections du rein et des voies urinaires
                            . Affections des organes de reproduction et du sein
                            . Des cas d’idées et de comportements suicidaires ont été rapportés durant le traitement par ZOLOFT ou peu après son arrêt
                            . levée de l’inhibition psychomotrice, avec risque suicidaire
                            . inversion de l’humeur avec apparition d’épisodes maniaques
                            . réactivation d’un délire chez les sujets psychotiques ;
                            . manifestations d’angoisse.

                            Si ça s’est pas une atteinte à l’intégrité physique...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès