Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > « La santé et son sous traitant : La médecine »

« La santé et son sous traitant : La médecine »

Doit on considérer la santé comme un produit de la médecine ?

Etre en bonne santé physique et morale qu'est-ce que c'est ?

D'où vient notre santé ?

Sauf erreur de ma part, elle vient de nos géniteurs, de notre alimentation, des exercices et contraintes que nous proposons à votre corps, des expériences et satisfactions qui alimentent notre esprit, de notre vie familliale et sociale.

Où en sommes-nous dans la société d'aujourd'hui ?

A consommer du soin, du médical, de la remise en forme, du ravalement de fesses ou de façade, du psy, du vélo de salon, du régime amaigrissant, du club de rencontre etc.

Mais alors ! Si nous vivons dans une "société développée" performante, compétitive, à la pointe des technologies et des sciences, comment expliquer notre état de santé physique et moral ?

Pourquoi tant d'inquiétude, de fatigue, de dé-moralisation ?

Comparaison n'est pas raison mais...

Le plus simple, à mon avis, c'est de comparer "du vieux développé" et "du vieux sous développé" au féminin et au masculin. C'est un bon moyen d'évaluer ce que donnent 80 années de vie ici et ailleur...et surtout autrement.

Comment se fait-il qu'un vieux ou une vielle "sous développé(e)" vive encore à 80 ans debout, en bonne santé, active...et souriant(e) alors que nous sommes classés vieux et inutiles à 40 ?

Ajoutons notre cholestérol, notre surpoids, notre "stress", nos rides, le point de beauté suspect, le cardio vasculaire qui va bien mais qui, selon la pub, ira forcément mal un jour... on doit aussi, en cherchant bien, se trimbaler un cancer ou au moins quelque chose de grave.

Tout est dit !

Là où on traverse la vie avec un potager, des voisins, une source d'eau de qualité, du social, des activités et le peu de soucis existants parcequ'on n'a pas les moyens "développés", il ne peut y avoir que de la santé. (sauf accident)

Un peu schématique comme démonstration ?

Pas du tout ! Je ne parle pas des sous développés/esclaves qui travaillent pour nous, mais des sous développés suffisamment non rentables pour être exclus des capacités de croissance et de PIB. Comme ils sont répartis sur toute la planète, on ne peut attribuer leur longévité, leur santé et leur qualité de vie à un climat, un continent ou une culture.

Le marché de la santé.

Nous vivons dans une société où la santé est un marché. S'il y a un déficit qui se chiffre en milliards dans les comptes de l'assurance santé(je dirais plutôt maladie), c'est que ces milliards alimentent un marché. Il est plus difficile de vendre une savonnette que de vendre de la peur. Cette dernière est infiniment plus rentable.

Pour faire court.

L'isolement, la machine à rouler, internet, nous éloignent de notre santé physique.

Plus de bancs publics mais des caméras. Jeux de ballons et pelouses interdits. Plus d'épicerie et de marchands mais très loin, la zone commerciale qu'on fréquente pour ne pas s'ennuyer.

Plus de centres de vie où l'on rencontre les voisins et ou l'on tisse du social pour la santé de notre esprit.

Comment accuser nos gamins de paresse alors qu'on les condamne à twitter, regarder la télé en mangeant des chips ?

Leçon du passé.

En Chine, il y a quelques siècles de celà, on formait des médecins.

A leur prise de fonction, les autorités leur attribuaient une population donnée avec pour mission de veiller à la bonne santé de tous. La rémunération de ces médecins était fonction de l'état de santé ET des dépenses de santé.

Plus les populations étaient saines, moins les dépenses étaient importantes, plus le médecin gagnait bien sa vie.

Des médecins qui devaient, à mon avis faire de la prévension et rechercher les remèdes les moins coûteux.

L'inverse du marché de la santé qui nous ruine et que nous connaissons...en tant que développés !!!!


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • philippe913 14 octobre 2014 08:38

    —> vous parlez de quels vieux sous-développés" en bonne santé ? vous voulez des graphiques d’espérance de vie selon les pays ?

    —> les médecins chinois antiques étaient ils efficaces ? euh, comment dire, les petits trous dans la peau et l’absorption de corne de rhino, c’est pas super efficace. Oui, je caricature, certaines plantes ont de vrais effets, mais pas en prévention...
    vous le dites vous même, la bonne prévention générale : activité physique modérée et régulière, bonne alimentation, bon sommeil, bonne vie sociale pour être bien dans sa tête, le reste n’est que littérature.


    • Robert GIL ROBERT GIL 14 octobre 2014 09:44

      Malgré les coupes sombres imposées aux retraites, aux soins, aux prestations familiales, le prétendu “déficit” se creuse, et devrait s’accroître en 2015. Le “retour à l’équilibre” est à nouveau reporté à 2017. Mais qui sont donc les responsables de cette situation ?

      voir : SECURITE SOCIALE : Retour à Germinal ou aux Misérables …


      • ecolittoral ecolittoral 14 octobre 2014 09:58

        philippe913 J’ai pris soin de préciser que la santé n’est pas une question de pays mais de mode de vie. Les médecins de la Chine antique pratiquaient la prévention et, bien sûr qu’ils avaient des remèdes efficaces et d’autres douteux...vu de notre 21 ème siècle. Mais à l’époque, on ne disposait pas de nos moyens d’analyse.

        Quand aux trous dans la peau, je n’ai pas d’opinion sur le sujet.

        Peut être faudrait il que j’essaie au moins une fois « pour voir » !

        Par sous développés, j’entend ceux qui sont obligés de faire de l’exercice, qui les oblige par une « saine » fatigue, à bien dormir, qui sont obligés de tisser des liens de proximité pour l’entre aide et le travail, qui sont obligés de cultiver sans pesticides, engrais chimiques OGN...faute de revenus suffisant pour les acheter.


        • foufouille foufouille 14 octobre 2014 11:59

          on vit plus vieux et les faibles survivent, ils seraient morts dans le passé


          • ecolittoral ecolittoral 14 octobre 2014 12:40

            On vit vieux partout ou les conditions sont réunies.

            Même si on ne retient que les espérances de vie au moyen âge, il y en a qui vivaient vieux.

            Pas la noblesse et le clergé, sous perfusion et entretenue par les esclaves économiques.

            Mais ceux qui, faute de rentabilité, étaient ignorés.

            Une grippe dans un palais ou une bonne santé au fin fond de la campagne.

            Le tétanos à la cour du roi ou la « tisane » dans le hameau.

            Des milliards en machines, technologies, molécules, « prestations » ou une petite vie quelques part au Mexique, au Japon, en Chine, à Cuba et ailleurs.


          • foufouille foufouille 14 octobre 2014 14:59

            « On vit vieux partout ou les conditions sont réunies. »
            pas en moyenne. l’espérance de vie est bien plus faible en amazonie


          • Ronny Ronny 14 octobre 2014 13:00


            Ne mélangeons pas santé (physique et mentale) et moral.

            SI j’en juge aux courbes de mortalité et aux stat d’espérance de vie (y compris vie dite en bonne santé), y’a pas photo, je préfère vivre aujourd’hui plutôt qu’au moyen âge même plutôt qu’au début du 20ème siècle. Mon père né en 1912 a perdu deux de ses soeurs de maladies infectieuses qui aujourd’hui ont été quasi éradiquées à la fois en raison de l’élévation de l’hygiène, et mais aussi en raison de l’apparition de vaccins et d’antibiotiques. Il a perdu sa mère à l’âge de 15 ans d’une pneumonie non soignable à l’époque. Tout cela est révolu.

            On peut regretter le culte de l’image qui aboutit à recourir à la chirurgie pour un nez de travers, ou des seins trop petits, on doit dénoncer l’usage sans doute abusif des médicaments, on peut (et on doit) se méfier du lobby de l’industrie pharmaceutique... Reste que notre état de santé est bien meilleure que celui de nos parents. Je vois ce que je suis capable de faire à bientôt 60 ans, et l’état de fatigue de mes parents au même age., là aussi y’a pas photo. La médecine dans mon cas y a largement contribué en me sauvant 2 ou 3 fois d’une mort certaine. 

            Pleurer sur notre santé aujourd’hui est un luxe d’enfant gâté, de citoyens de pays riche... Cette attitude mentale me fait penser à certains des ayatollahs de l’écologie qui sévissent sur Avox et qui se prenant pour des lanceurs d’alerte patentés dénoncent pêle même le nucléaire ou la bagnole, confortablement installés au chaud chez eux, devant PC, tablettes ou smart phone et prêts à aller chercher leur pain à la boulangerie du coin en voiture...


            • ecolittoral ecolittoral 14 octobre 2014 14:29

              Qui pleure sur la santé et qui se réjouit de l’industrie de la santé ?

              Qui est prèt à faire un Km à pied pour aller chercher le pain ou se rendre au travail ?

              Pas besoin d’effort puisqu’il y a la pharmacie et le médecin au coin de la rue...tant qu’on peut payer !

              Et puis, quelques litres de carburant c’est pas cher...pour le moment.

              La médecine est un sous traitant de la santé. Les composants de la santé sont décrits en premières lignes de l’article.

              J’étais (59 ans) sur le « billard » de ce sous traitant, le 5 septembre dernier.

              Pourquoi y aurait il contradiction et pleurnicherie ?


              • alinea alinea 15 octobre 2014 00:51

                Bravo, merci !!
                Et je vous trouve gentil ; parce que la santé telle qu’on nous la vend, c’est la démission de soi-même, or, pour être en bonne santé, il faut non seulement se connaître soi-même, avoir le mode de vie que vous décrivez mais le plus possible connaître les remèdes à nos maux, et aux maux de nos proches ! Donc s"assumer, se prendre en charge, pour notre santé aussi !! Je parle bien sûr des maux courants, pas génétiques. parce qu’il peut toujours y avoir des coups de fatigue - mauvaise gestion de l’énergie- de temps en temps, des excès, des stress, des chagrins, donc des rhumes, des grippes des maux de têtes, des épidémies de maladies bénignes, etc.
                Tout ça bien sûr parce que nous ne sommes pas maîtres du lien social et sommes plongés, malgré tout, dans le vacarme !!!


                • ecolittoral ecolittoral 15 octobre 2014 11:37

                   « nous ne sommes pas maîtres du lien social ».

                  Si !

                  On nous le vend sous forme de club de rencontre, télé communicants et autres communautés en remplacement des bancs publics.

                  C’est la moitié de notre santé (morale, psychique, mentale).

                  Préférez vous rigoler avec les voisins, assise sur un banc, sur le rebord d’une fenêtre, sur la grand place, en surveillant les gamins qui jouent dans la rue ou....

                  Twitter, surfer, tchater avec des inconnus...à distance ?

                  Préférez vous le lien social qui entre par tous les pores de votre peau dans des échanges physiques ou...

                  Le lien binaire avec mot de passe sur le site internet bourré de pubs pour clubs de rencontre, complémentaires santé, assurance vieillesse, perte de poids, placements bancaires, sites pornos etc... ?

                  Lien sur lequel vous (moi aussi) avez déposé quelques lignes en commentaires ou articles !

                  Je m’éclate en jouant au taros ou en pratiquant le dessin avec d’autres. Je marche (à pied)...quelques fois sur plusieurs Kms et, comme il reste quelques bancs publics, malgré les 23 caméras !!! installées dans mon village, je m’assois et rencontre du monde.

                  Nous sommes maître de nos liens sociaux. Il suffit souvent de descendre l’escalier.

                  Problème !!! Pour ça, il faut (RE)prendre SON temps.

                  Ce temps qu’on nous a volé, parce qu’il est gratuit et ne rapporte pas en anti dépresseur ou anxiolytiques.


                • alinea alinea 15 octobre 2014 13:40

                  Non ecolittoral !
                  En tout cas, chez moi, il y a des tas de gens qui me nuisent, des teigneux, des soumis, qui m’ont pourri la vie !
                  Mes amis, mon petit « réseau » ne fait pas tout ; nous ne pouvons pas vivre dans une bulle, la folie du monde nous rattrape !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès