Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le Bisphénol A favorise l’obésité

Le Bisphénol A favorise l’obésité

Il faut avoir confiance dans les autorités sanitaires, elles prennent de bonnes décisions, surtout en 2011, quand l'EFSA a décidé d'interdire l'utilisation du Bisphénol-A (BPA) dans la fabrication des biberons. On a envie de dire, il était temps. Maintenant, une étude de plus vient jeter la pierre sur ce composé chimique qui reste toujours autorisé pour tout contact alimentaire, autre que dans les biberons.

C'est assez étrange qu'on puisse d'ailleurs interdire sa présence dans les biberons mais que son contact avec le contenu des petits pots pour bébé ne soient aucunement remis en question. Mais non, c'est moi qui me fourvoie, le BPA ne se détache des revêtements plastiques que lorsqu'il est soumis à une grande chaleur. Donc cela ne concerne que les biberons. Enfin, toujours est-il que nous retrouvons du BPA dans le corps de toutes les populations, bébés, enfants et adultes. Qui plus est, ce que vient (re)mettre en évidence cette étude récente (publiée en Juillet 2012), c'est que la concentration de BPA dans le sang est directement corrélée au surpoids chez les enfants.

On le savait déjà, manger des plats préparés industriellement n'est vraiment pas recommandable. Ils sont trop sucrés, trop salés et bourrés d'additifs en tout genre. On ne pensait pas qu'ils pouvaient aussi agir sur notre tour de taille par certaines substances qui s'y introduisent et viennent dérégler nos hormones.

Pour arriver aux résultats de cette étude, les chercheurs ont compilé les données d'une enquête nutritionnelle durant laquelle avait été prélevé l'urine de plus de 3000 enfants agés de 6 à 19 ans. En analysant les données pour ajuster les facteurs externes pouvant influer sur les résultats, les chercheurs ont réussi à déterminer que les enfants présentant plus de BPA dans leur urine avait significativement plus de chance d'être obèses.

Ainsi, si nous savions déjà que le BPA était un perturbateur endocrinien (une substance qui dérègle les hormones), plus d'indices viennent nous montrer que ce composant des plastiques pourrait avoir son rôle à jouer dans l'épidémie d'obésité qui frappe tous les pays développés.

Heureusement, il éxiste des méthodes éprouvées pour se protéger des dangers de ce composé chimique quasi-omniprésent. Tout d'abord, bien évidemment, l'éviter au maximum. Dans les conserves, les bouteilles plastique (à moins que cela ne soit clairement indiqué), les tickets de caisse, les cannettes, les plombages dentaires en composite et les emballages de manière générale, on trouve du BPA qui se libère et pénètre dans notre organisme. Un groupe de chercheur a découvert que les effets toxiques du BPA peuvent être quasiment totalement évités grâce à la consommation de folates et de génistéine. Les folates, on les trouve en plus grande concentration dans les légumes verts à feuilles tels que les épinards. Pour la génistéine, on en retrouve en grande concentration dans le soja mais également dans de nombreuses légumineuses comme les haricots rouges (pour ces messieurs qui ne voudrait pas trop manger de soja ;-).

A quand une interdiction globale ? Faut-il attendre qu'une étude montre des rats à 2 têtes ? Probablement, tant que la masse garde sa tête dans le sable.

Diffusons l'information de notre salut.

"Il est plus facile de nier les choses que de se renseigner à leur sujet."

Mariano José de Larra

 

Sources pour cet article :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22852093

http://blogs.webmd.com/health-ehome/2010/02/bpa-protection-spinach-and-soy.html

http://www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/bisphenol.htm


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • cilce92 26 septembre 2012 15:41

    Merci pour votre article, je suis convaincue de sa toxicité depuis longtemps déjà, mais surtout merci d’indiquer la manière d’éviter les effets du BPA "grâce à la consommation de folates et de génistéine. Les folates, on les trouve en plus grande concentration dans les légumes verts à feuilles tels que les épinards. Pour la génistéine, on en retrouve en grande concentration dans le soja mais également dans de nombreuses légumineuses comme les haricots rouges" !

    C’est une info que je diffuse souvent autour de moi même si la plupart ont du mal à le croire !


    • louviellas louviellas 26 septembre 2012 16:41

      @ L’auteur.

      Le problème des biberons étant réglé, nous avons néanmoins d’autres inquiétudes.

      Je ne suis ni pharmacien, ni chimiste.
      Simplement un internaute qui s’égare souvent sur des sites rébarbatifs peu prisés du grand public.

      C’est ainsi que je suis tombé sur une proposition de loi adoptée par l’assemblée Nationale le 3 mai 2011, laquelle, dans son article unique, se résumait en ces termes :

      « Interdiction de la fabrication, de l’importation, de la vente ou de l’offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols. »

      Outre les produits cosmétiques et industriels, une liste de 400 médicaments contenant du parabène était accessible sur Internet, au sein desquels figurait le plus connu des dentifrices fluorés.

      Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, plus bas, un remède de grand- mère, la Jouvence de l’abbé Soury...

      Comment diable l’herboriste en soutane était-il parvenu à assurer une parfaite conservation de sa décoction bien avant l’invention du parabène ?

      Un vieux dictionnaire Vidal vint combler ma curiosité : le conservateur originel n’était autre que l’alcool.

      Le parabène, classé CMR, est-il moins dangereux que l’alcool à dose homéopathique ?

      Au terme d’un débat qui fleurait bon la fumisterie, le Sénat, sans doute ému par la catastrophe financière qui menaçait l’empire de Dame Liliane et celui du Baron Servier a cru bon d’annuler ce projet de loi.
      Comptons d’abord les morts, puis nous y reviendrons.

      Belle mentalité qui honore nos « Sages ».


      • sirocco sirocco 26 septembre 2012 17:53

        Je suppose que la production de Bisphénol-A en France (si tant est qu’il soit produit chez nous) ne doit pas générer des milliards d’euros. C’est sans doute une « petite » industrie.

        Alors pourquoi ne pas l’interdire complètement ? 
        Est-il si indispensable, industriellement parlant ?
        Quels sont les véritables enjeux autour de ce produit ?

        Si quelqu’un a des réponses, merci de bien vouloir nous en faire profiter.


        • jjwaDal jjwaDal 27 septembre 2012 11:00

          On sait depuis plus de 20 ans environ qu’une multitude d’agents de charge des plastiques (déjà la classe des alkylphénols) sont des imposteurs endocriniens et ce fut démontré pour la première fois via des cultures de cellules cancéreuses hormonodépendantes qui était grandement stimulées en changeant le plastique des éprouvettes de culture. Des plastiques devenaient du coup de puissants stimulants de toute une gamme de cancers.
          Comme on crée bien plus vite les plastiques qu’on ne peut étudier leurs propriétés biologiques il est inévitable d’avoir de mauvaises surprises. A noter que le bisphénolA est déjà cité en 1997 comme un tueur potentiel chez l’être humain. Still there after all those years ?...
          Se méfier pour l’obésité entre corrélation et causalité. On a longtemps cru qu’une alimentation riche en matières grasses favorisait le cancer, hélas c’était une corrélation l’agent causal étant des résidus de traitements lipophiles. Plus on mangeait de MG non bio plus on se chargeait en ces substances CQFD. Plus on mange plus on se charge en bisphénolA plus on grossit. Qui fait quoi, bien malin celui qui sait.


          • Julien Coblence Julien Coblence 27 septembre 2012 12:11

            @ louviellas

            Nous sommes tous des chimistes à notre insu ! Notre corps est une véritable centrale de chimie nucléaire organique (qui utilise probablement les principes de la fusion froide pour transmuter certains éléments...mais je m’égare). De nos jours, nous sommes obligés de nous intéresser de près à la chimie et de connaître des noms aussi barbare que 2-(4-(beta-D-Glucopyranosyloxy)phenyl)-5-hydroxy-6,7-dimethoxy-4H-1-benzopyran-4-one

            Je suis d’accord avec vous et j’ajouterais juste que cela montre à quel point les hommes politiques ne sont pas des « sages ». Comme le mentionnait un autre auteur d’Agoravox, il faut remettre la science au coeur de la formation politique. Si les politiciens n’ont pas l’esprit scientifique, ils ne peuvent pas juger d’affaires qui ont pourtant un impact si important.

            @ sirocco

            Les enjeux autour de ce produit ? Tous les produits importés de pays ne l’ayant pas interdit. Cela ferait un certain tollé diplomatique, il me semble.

            Mais je suis d’accord avec vous, bien entendu.

            Merci pour vos discussions sur le sujet smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès