Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le fructose rend bête et les omégas 3 rendent intelligent

Le fructose rend bête et les omégas 3 rendent intelligent

Une nouvelle étude (1) de l’UCLA (Université de Californie à Los Angeles) montre qu’une consommation importante de fructose ralentit le cerveau, entrave la mémoire et handicape l’apprentissage ; elle indique également que l’ajout, dans les repas, d’une plus grande quantité d’aliments contenant des omégas 3 peut relativement rééquilibrer un tel régime nutritionnel. Nous avions déjà relevé une étude (2), début mai, sur l’impact bénéfique des omégas 3 pour lutter contre l’accumulation de béta-amyloïde dans le cerveau ainsi que la diminution des performances cognitives, notamment la mémoire. De même, une étude (3) de février 2012, publiée dans Neurology, nous rappelait que le degré de déficience en omégas 3 est, chez l’Homme, proportionnel au déclin cognitif prématuré, aux pertes de mémoires à court, moyen et long termes, ainsi qu’à la survenue de divers troubles cognitifs (diminution notable des capacités de raisonnement complexe, de raisonnement abstrait, de mémoire, de mémorisation, de fonction exécutive, de résolution de problème et de mémoire de travail). Les auteurs de l’étude déclaraient (4) également dans leur revue de presse, que « les personnes avec un niveaux moins élevé d’acides gras omégas 3 présentaient [en moyenne] un volume cérébral d’une atrophie équivalent à deux ans de vieillissement structurel du cerveau ».

Les fructoses en cause sont moins ceux que l’on trouve dans les fruits (dont les quantités sont limitées et qui se présentent toujours avec des antioxydants agissant immédiatement dans l’organisme), que ceux que l’on peut absorber via la consommation de plats cuisinés industriels (contenant souvent d’important additifs sucrés), ou encore les différents sodas, ainsi que, entre autres, les jus de fruits reconstitués. Concernant les fruits, nous avons également publié récemment un article (5) sur les effets bénéfiques et anti-âge (notamment pour le cerveau) des fraises, myrtilles, et aliments similaires, dont le taux de fructose, pourtant, est parmi les plus élevés des fruits et légumes.

Ici, les recherches (6) de l’UCLA, réalisées par le docteur Fernando Gomez-Pinilla, ont été conduites sur des rats. Deux groupes d’animaux ont ainsi été comparés, chacun était nourri de la même manière, avec un même taux de fructose élevé. L’un des deux groupes cependant avait également droit à un acide gras polyinsaturé, le DHA ou acide docosahexaénoïque – connu, entre autres, pour prévenir la détérioration synaptique. Avant et après ce régime de six semaines, la mémoire des rats est testée à de nombreuses reprises grâce à une expérience réalisé au moyen d’un labyrinthe de Barnes (Barnes maze), consistant en un disque plat percé de multiples trous à ses extrémités (photo ci-contre), dont un seul est une sortie. Cette surface éclairée incite fortement le rat – qui n’aime pas se retrouver ainsi exposé, à fuir le plus rapidement possible via l’unique sortie. Après 1 mois et demi, les rats alimentés au fructose se révèlent beaucoup moins rapides que les mêmes rats avant ce mois et demi, et présentent souvent une insulino-résistance. Quant aux rats consommant du DHA en plus du fructose, ils se révèlent plus rapides que leurs congénères et ne présentent pas d’insulino-résistance. La conclusion est simple : une consommation régulière de fructose induit, au moins à moyen-terme, des troubles de la mémoire et de l’apprentissage.

Relativement à l’ensemble de la littérature scientifique actuelle sur le sujet, ce qui comprend les études conduites chez l’Homme, on peut raisonnablement avancer que ces résultats obtenus avec des rats sont parfaitement transposables à l’être humain. Fernando Gomez-Pinilla recommande une consommation d’1 gramme de DHA par jour, ce qui représente un demi-filet de saumon par semaine. Parmi les aliments riches en acides gras polyinsaturés omégas 3 (dont le DHA), on trouve, pour n’en citer que quelques uns : les noix, l’huile de lin, les graines de lin et les poissons. Il convient, également, de limiter les apports en sucres industriels.

(1) http://newsroom.ucla.edu/portal/ucla/this-is-your-brain-on-sugar-ucla-233992.aspx 
(2) http://amplicog.fr/2012/05/le-cerveau-fonctionne-mieux-grace-aux-aliments-riches-en-omega-3/
(3) http://www.neurology.org/content/78/9/658
(4) http://www.aan.com/press/index.cfm?fuseaction=release.view&release=1045
(5) http://amplicog.fr/2012/04/fraises-et-myrtilles-previennent-le-declin-cognitif/
(6) http://jp.physoc.org/content/590/10/2485

Auteur : A. E.


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Acid World Acid World 12 juin 2012 12:57

    Merci pour ces infos précieuses. Le soda a bon dos aujourd’hui, même en France. Je n’ai qu’à voir la consommation de Coca dans mon entourage... Lequel le considère même comme un médicament !


    • soimême 12 juin 2012 14:36

      Je ne sais vous l’avez mis en corrélation cette étude avec la dégénérescence qualitative de l’alimentation.

      Cette étude répond trop bien au lobby agroalimentaire, qui est toujours à la recherche d’une poule aux œuf d’or !

      Le bio à le vent en poupe, le faux bio aussi !


      • Thorgal 12 juin 2012 15:02

        mmmm, le titre semble passablement provocateur.

        Ce qui rend surtout bête, c´est de bouffer des truc indutriels bourrés d´additifs divers, surtout du sel et du sucre raffiné (saccharose quasi-pur, une infamie) et manger avec excès (trop de ceci, pass assez de cela, etc).

        Bouffez varié et naturel, sans excès, et y a pas d´raison de s´en faire !


        • Nums Nums 12 juin 2012 15:12

          J’ai banni le sucre de mon alimentation mais pas le fructose vu que je consomme pas mal de fruits. Je consomme des omega 3 sous forme de sardines, maquereaux et saumon + des capsules d’huile de poisson et malgré cela, je suis toujours aussi con. smiley


          Bref, merci l’auteur pour cet article dont le contenu ne m’étonne guère.

          • papi 12 juin 2012 23:38

            @ l’auteur

            Je vous crois sur parole, d’ailleurs lorsque l’on regarde la consommation de sodas aux états unis, je finis par comprendre pourquoi leur politique internationale est si désastreuse !
            Le problème est que pour endiguer et corriger leur bêtise crasse, il faudrait leur faire ingurgiter de l’huile d’olive avec un entonnoir !! voir de leur conseiller d’essayer l’olive directement en suppositoire !!
            Au bout de plusieurs années peut être que la paix refleurirait dans le monde ..Mais ce n’est
            qu’une supposition, ..


            • Patricia 17 juin 2012 02:55

              Au moins vous apportez une solution, celle de se marrer en vous lisant.. Merci !


            • CHIMERE 13 juin 2012 07:45

              Bonjour,


              Des études auraient déjà prouvé que l’ingestion de « sirop de fructose/glucose » ou « de sirop de fructose » ou de « sirop de glucose »,ou « sucre inverti »,perturbe l’activité endocrine de l’intestin grêle,c’est à dire les mécanismes hormonaux qui régulent l’appétence,la satiété,
              (essayer de manger un « cheese-burger,voire deux ou trois,+ un »grand coca« ,vous aurez quand même faim 1 heure après,qu’importe les calories absorbées.. !!),ainsi que la transformation de ces glucides en acides gras( la »graisse« ),qui serait gravement augmentée.

              En conséquence,cela se traduirait par de l’obésité,du diabète de type 2,des maladies cardia vasculaires,etc...
              Ces »sucres« sont utilisés dans toute l’industrie agro-alimentaire,car leur coût de production est très inférieur au coût de production du sucre de canne ou de betterave.
              Ils proviennent de l’agro-industrie du maïs,essentiellement trans-génique.
              Leur pouvoir sucrant est environ 1.6 fois celui du saccharose (sucre de canne ou betterave)

              Si on superpose les courbes,d’un coté,l’introduction de ces sucre industriels,et par dessus,les courbes d’apparition des épidémies de diabète et d’obésité aux états unis,elles se correspondent...cherchez l’erreur...

              L’introduction en Europe s’est faite plus tard...les effets sont également plus tardifs...

              Seulement,voila, l’agro-industrie du maïs,on l’a vu avec les »arracheurs volontaires« ,est très puissante,et a noyauté de nombreuses administrations...

              A partir de maintenant,vérifiez bien sur chaque emballage de nourriture que vous achetez,en particulier sur les biscuits pour vos enfants,le type de »sucre" utilisé...
              Et surtout,rappelez vous,qu’aucune obligation ne contraint les industriels à le préciser...en fait,tous les sodas,et pratiquement tout ce qui est industriel en contient... demandez également à votre pâtissier artisanal...vous aurez des surprise s’il est honnête...

              Enfin,lorsque vous marchez dans la rue,regardez le nombre d’obèses,surtout chez les jeunes,et posez vous les justes questions...

              Revenez au vrai sucre,de canne ou de betterave,ou bien encore au miel,en toute modération,bien sûr...

              Et bon appétit...

              Quelques liens :




              • CHIMERE 13 juin 2012 09:36

                Un autre lien qui interessera ceux qui veulent en savoir plus...



              • ung do 17 juin 2012 01:41

                Il faut aussi démolir un mythe : le coca comme arme magique contre la diarrhée ,la gastroentérite . Le coca dans ces cas , c’est comme du napalm sur le feu .La seule situation où il faudrait boire du coca quand on a la diarrhée , en désespoir de cause , c’est en plein désert ou brousse où il n’y a pas d’eau saine , potable et qu’il n’a que du coca en canette et qu’on VA MOURIR de SOIF . Et encore dans ce cas il faut juste humecter ses lèvres ou la langue 

                C’est extraordinaire , le lavage de cerveau que Coca Cola a effectué sur la planète entière ; j’ai entendu dire que les médecins ou les infirmiers des urgences prônent ce poison en cas de diarrhée et/ou de vomissements .Les infirmières scolaires l’administrent aussi dans ces cas ; alors les écoliers en manque de coca vont les voir en prétendant avoir la diarrhée ou des vomissements .

                • S.antonio 18 juin 2012 16:39

                  Il faut aussi démolir un mythe : le coca comme arme magique contre la diarrhée ,la gastroentérite . Le coca dans ces cas , c’est comme du napalm sur le feu .La seule situation où il faudrait boire du coca quand on a la diarrhée.

                  moi je me rappelle une époque,ôu le COCA s’utilisait comme moyen de contraception , en douche vaginale, véridique je déconne pas ,Goebels n’aurait pas osé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

mccartney


Voir ses articles







Palmarès