Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le médecin victime ou complice de l’industrie pharmaceutique (...)

Le médecin victime ou complice de l’industrie pharmaceutique ?

On peut légitimement se poser la question de savoir si le médecin est bien informé sur les thérapeutiques qu'il est appelé à prescrire à ses malades, s’il agit en toute indépendance, ou s’il n’est que le dernier élément d’une vaste entreprise dont le but est de vendre à tout prix du médicament, s’en faisant ainsi le complice involontaire. L’information sur les produits qu’il va prescrire est essentiellement le fait des laboratoires, par le biais des visites médicales ou des séminaires auxquels il est convié. Il peut bien sûr parfaire sa formation à l'aide de revues indépendantes ou de participation à des congrès ou colloques, cependant les informations sur les dangers où contre-indications de ces médicaments, ne lui sont révélés la plupart du temps, que plusieurs mois, voire plusieurs années, après la mise sur le marché de médicaments qu’il aura déjà largement utilisés.

La mise sur le marché de nouvelles drogues ne donne pas lieu à un document officiel, établi par des autorités compétentes et objectives, qui serait fourni au médecin, ce sont les laboratoires qui informent le praticien des nouveautés, en ne valorisant bien sur que les effets positifs, et en minorant voire en occultant des effets secondaires pouvant être néfastes. C'est ce qui est arrivé avec l’anti inflammatoire « Vioxx » des laboratoires Merck. Ce médicament mis en service en 1999, fut présenté à l'époque quasiment comme un remède miracle. C'était un anti-inflammatoire qui ne possédait pas les inconvénients des autres. Il était sensé ne pas avoir d’effets secondaires néfastes sur le plan digestif, ce qui lui procurait un avantage notable sur ses concurrents. On pensait donc pouvoir l’utiliser sans crainte dans toute les pathologie inflammatoires et rhumatismale. Le laboratoire se gardait bien de signaler que ce produit possédait aussi une toxicité cardiaque importante, connue, mais minorée, révélée par des études qui avaient été menées en le comparant à d'autres anti-inflammatoires tels que le naproxène (étude VIGOR). Les visiteurs médicaux qui présentaient ce produit étaient très certainement de bonne foi, et ignoraient sans doute ces effets secondaires dont on avait du éviter de leur parler dans l'argumentaire de vente du médicament. Il aura fallu d’autres investigations telles que l’étude « Aprove », et quelques morts et plus, pour que le médicament soit enfin retiré du marché en raison de sa toxicité cardio-vasculaire.

Le Vioxx n'est pas le seul exemple, on pourrait en citer beaucoup d'autres avec lesquels les médecins furent abusés, et prescrirent en toute bonne foi des médicaments qu'ils estimaient utiles à leurs patients sans qu’ils fussent informés de leurs effets pervers. Le médecin recherche le meilleur médicament possible, la drogue idéale qui alliera l’efficacité au minimum de désagréments pour le malade, en tenant compte des effets secondaires connus. Effets secondaires dont hélas, il n’a pas toujours connaissance ! Combien de temps faudra-t-il attendre pour révéler les éventuels effets secondaires des vaccins que l'on administre aux nourrissons, et qui contiennent tous maintenant des sels d’aluminium, sels que l'on soupçonne de s'accumuler dans l'organisme, d’être toxique pour les neurones, et de favoriser la maladie d'Alzheimer. Résultats dans 50 ans ou plus ! Faudra-t-il attendre aussi plusieurs dizaines d'années pour s'apercevoir des effets néfastes des statines, ces médicaments que l'on prescrit pour abaisser le taux de cholestérol, qui sont semble-t-il, au vu des dernières enquêtes épidémiologiques, inutiles à un grand nombre de ceux qui en prennent, tout particulièrement chez les femmes et les personnes âgées.

Ces exemples ne sont pas isolés. Il suffit de prendre du recul vis à vis de l’information des industriels, de chercher d’autres sources d’information et de lire la littérature scientifique pour en découvrir des dizaines d’autres. C’est ce que devrait faire tout médecin ! Mais, hélas, dans un emploi du temps souvent surchargé, il lui est plus facile de s’en tenir au discours proposé par les délégués médicaux, qui viennent lui vanter les mérites de leurs produits à domicile, ou lors de réunions organisées dans des lieux sympathiques, que de faire des recherches personnelles sur le bien fondé des argumentaires de vente. Ces argumentaires ne peuvent que reprendre les données qui ont été avalisées par les autorités de surveillance ayant autorisé la mise sur le marché, alors pourquoi se méfier ! Les arguments avancés sont réels, et ont fait l’objet d’études dont la méthodologie est le plus souvent irréprochable, mais on oublie de citer les études moins favorables, et on minimise, ou on passe très vite sur les effets secondaires, s’ils sont connus. Le discours est forcement biaisé. Hélas, compte tenu du poids économique que représente l’industrie pharmaceutique, il est peu probable que cette façon de présenter l’information sur les remèdes aux professionnels de santé change rapidement.

Dr. J-M Lacroix 12 sept. 12


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 14 septembre 2012 10:43

    Bonjour

    Il est important que la formation médicale soit revue, que la formation continue (rétribuée) soit systématiquement organisée et que chaque médecin soit abonné à la revue Prescrire
    Consulter le site Pharmacritique est aussi utile par rapport aux conditionnements insidieux.


    • jymb 15 septembre 2012 11:45

      La revue Precrire a réussi visiblement un bon coup de pub auprés des simples d’esprit, des journaleux et du grand public en surfant sur la vague du chevalier blanc qui pourfend les méchants labos . A se demander pourquoi l’espérance de vie continue à augmenter.

      Ceci alors que le « sport » préféré en médecine est justement la relecture ultra critique (et parfois excessive) de toutes les études qui sortent pour chercher la faille statistique !

      Prescrire fait son business, dans son créneau virulent, mais porteur en terme de com’


    • boris boris 15 septembre 2012 16:34
      Le médecin victime ou complice de l’industrie pharmaceutique ?

      Les deux mon adjudant !


    • Robert GIL ROBERT GIL 14 septembre 2012 10:44

      Il est loin le temps où le docteur Jonas Salk, créateur du premier vaccin contre la poliomyélite, déclarait à un journaliste lui demandant à qui appartenait le brevet : « Eh bien… au peuple. Il n’y a pas de brevet. Peut-on breveter le soleil ? »

      ça laisse reveur , non ?

      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/29/medecine-sante-et-profits/


      • médy... médy... 14 septembre 2012 13:20

        Je répond victime ET complice : l’industrie pharmaceutique va de pair avec le système de prise en charge des malades. De nombreux médecins rapportent que des gens viennent les voir à leur centre médical ou aux urgences, pour des broutilles, comme s’ils avaient besoin d’être maternés, ou pour les supplier de leur donner « quelque chose ». Certains médecins choisissent donc de devenir des dealers. Des médecins sont harcelés, insultés, débordés, responsables des erreurs de leurs aides, ils sont au bout du système de prise en charge et en subissent une double pression, en amont et en aval.

        MAIS, si on enseignait une autre vision de la santé, santé qui n’a pas de prix mais qui se vend aujourd’hui, on aurait beaucoup moins de malades, et les médecins pourraient être plus sereins. On devrait même l’enseigner à l’école, manger sainement et garder un équilibre de vie permet de rester en bonne santé, adopter un mode de vie moins polluant peut sauver l’environnement et rend également moins malade.

        La plupart des étudiants que j’ai rencontré en faculté de médecine étaient motivés par le statut social et l’argent, la question de la santé des autres passant bien après. Les séries du type Urgences ou aujourd’hui Docteur House doivent avoir un effet sur la perception de ces métiers, on y rend l’exercice sexy et plein de suspense. Est-ce une campagne de communication déguisée des laboratoires pharmaceutiques, ou bien y retranscrit-on les traits et caractéristiques dominants des métiers médicaux ?

        La médecine d’aujourd’hui, pour généraliser, définit la maladie comme un défaut naturel (méchante Nature !) qu’il faut corriger avec des moyens artificiels et contre-Nature, et favorise le traitement « miracle » plutôt que la prévention plus discrète. Affaire de statut social, où le médecin est un abbé et l’OMS un Vatican de la médecine. Tout le monde y est grassement payé par le peuple crédule, les médecins qui osent proposer des alternatives non miraculeuses et technologiques sont mis à l’Index.

        Je trouve personnellement plus intelligent d’utiliser la Nature tout en la préservant, que d’inventer des formules copiées, des vaccins et des nano-technologies et ensuite de se débattre avec tous les problèmes que ça engendre. On a une première approche basée sur la patience et l’humilité, garantissant un bénéfice commun en terme de santé, et une deuxième basée sur le narcissisme et une sorte de bêtise infantile mégalomane, qui garantit des bénéfices à très court terme pour les individus les plus prédateurs et égoïstes, dont font partie certains médecins (coucou Mengele).

        Hier j’ai goûté aux orties pour la première fois, et depuis un mois je chasse de mon alimentation tous les produits industriellement transformés, et je pense que le corps médical devrait avoir honte de ne pas promouvoir la culture respectueuse des sols, sans pesticides etc, et d’occulter les merveilleuses propriétés du règne végétal, en nous proposant ses pilules à la ***. Depuis trois ans que je n’en prend plus, et que je ne vais PLUS chez le médecin quand j’ai mal à la gorge ou le nez qui coule, je suis trois fois moins malade, et j’apprends à identifier la CAUSE et à changer mes (mauvaises) habitudes. Je suis allé faire des tests MST bien entendu, mais plus de vaccins au thimérosal, et merci pour l’aluminium, je me contente de bons légumes et d’ail, et j’accueille les maladies à bras ouverts si elles veulent affronter la plus formidable défense naturelle qui soit.

        Oui je sais, l’ordinateur c’est pas bon non plus, on y travaille.

        Cordialement


        • Jacques-Michel Lacroix Jacques-Michel Lacroix 14 septembre 2012 13:42

          Vous êtes plein de bon sens mais attention a ne pas verser dans l’obscurantisme. J-M Lacroix


        • médy... médy... 14 septembre 2012 14:38

          Je n’aurais pas dû écrire un commentaire aussi long, et vous une réponse aussi courte. Perte de temps... En général, les médecins n’aiment pas que l’on donne son avis sur les problèmes de santé publique. Chasse gardée. C’est à croire qu’ils veulent toujours plus de malades, d’où ils tirent précisément la plus-value de leur activité « humaniste ». Malades dus à la plus-value des plus riches, plus-value sur la guérison des malades, et on reprend.

          J’ai des orties à aller cueillir, dans un endroit qui est sans doute bien meilleur médecin qu’un homme.


        • Louisiane 15 septembre 2012 10:23

          @ Médy

          Vous avez tout à fait raison à mon sens.

          L’auteur nous parle des médicaments aux effets néfastes et ceux qui les prescrivent puis hurle à l’obscurantisme dès qu’on aborde une solution pour remédier aux problèmes qu’il dénonce !!! 

          De quel côté se situe l’obscurantisme ? Demandez aux victimes du Médiator et autres saletés du même genre.

          Continuons à nous faire du fric sur la santé des gens...


        • kane85 kane85 15 septembre 2012 10:40

          @ médy... bienvenue au club !

          Les orties sont des plantes merveilleuses qui contiennent énormément de principes bons pour le corps.

          Excellentes pour les cheveux et les ongles, pleines de vitamines et de sel minéraux
          Les vendeurs de chevaux en mettaient dans leur picotin pour leur donner un beau poil.
          On en donnait aux poules pour que le jaune de leurs oeufs soient plus jaunes.
          On s’en frottait sur les articulations pour soulager et même éliminer les douleurs.
          On en faisait une petite cure à l’automne pour se préparer à l’hiver et au printemps pour nettoyer le corps....

          Sans compter leur fantastique capacité à faire un superbe engrais bio !

          On peut la consommer sous forme de soupe ou de tisane. La mélanger à d’autres légumes dans des tourtes ou autres. Elle a très bon goût.

          Et dire que beaucoup passent leur temps à essayer de les éradiquer ! Ils ne savent pas quel trésor ils détruisent !

          J’en garde toujours dans mes haies et comme nous somment dans un endroit où on ne traite pas car entourés de champs à vaches... Que du bonheur !

          Si vous voulez la recette de la soupe d’orties, il n’y a qu’à demander ! J’en fais régulièrement au grand bonheur de tous ceux qui la goûte ! smiley


        • le Candide des alpages le Candide des alpages 15 septembre 2012 15:07

          Tien encore un futur centenaire ( et je sais de quoi je parle ) hi hi.....
           


        • BOBW BOBW 15 septembre 2012 20:36

          @ medy Bravo :n’oublions pas que Bruxelles et cette Europe des « Marchands du temple », uniquement préoccupés par le profit, condamnent maintenant la « Médecine naturelle » et la phytothérapie et veulent interdire toute médecine par les plantes.

          Résistons et faisons passer la Santé et le bien être avant tout !


        • herbe herbe 14 septembre 2012 18:42

          Je suppose que vous connaissez, mais juste un rappel d’une approche que j’aime bien :


          • ZEN ZEN 14 septembre 2012 20:33

            Trés bien Atoute, qui est intervenu ici, animateur de ce site intéressant


            • ELCHETORIX 14 septembre 2012 20:39

              bonsoir l’auteur
              Votre article est intéressant et expose assez bien les problèmes de la médecine actuelle . !
              Pour ma part je ne fais que peu confiance en ces médecins plus soucieux de leur nombre de « clients » que de leur santé , même un spécialiste des os ( un osthéopathe ) m’avait prescrit du VIOXX qu’instinctivement je n’avais pas « consommé » car je regarde systématiquement , et en
              totalité la notice du médicament prescrit et avec plus d’attention si c’est un nouveau médicament et surtout quel laboratoire et son origine l’aurait fabriqué ou conçu .
              D’instinct je ressens si un praticien est compétent ou non .
              En attendant je dirais que la plupart des praticiens vont de pair avec le « système » économique proposé ou du moins imposé !
              Ceci écrit , j’ai plus de respect pour les chirurgiens et leur équipe ( anesthésistes - infirmières -cardiologues etc ..) , il faut dire que les progrès tehniques les aident indéniablement .
              RA .


              • njama njama 14 septembre 2012 22:24

                Il me paraîtrait important de déconnecter les médecins du « Conseil de l’ordre » ... cette espèce d’officine corporatiste sans contrôle démocratique digne du régime féodal (une juridiction suprême) qui se permet de juger ses pairs, et qui fait la pluie ou le bon temps avec les prescriptions.
                Bref, avec eux (l’académie de médecine) on est « dans les clous » ou pas.

                "Le Conseil de l’Ordre des médecins, crée sous le régime de Vichy par la loi du 7/10/1940, a pour mission d’élaborer et d’appliquer un code de déontologie. Il n’a donc pas à proprement parler de fonction scientifique. Son action est souvent contestée, et sa suppression faisait partie des propositions du candidat François Mitterrand lors de la campagne de 1981."
                http://www.pseudo-medecines.org/pages/A_propos_du_Conseil_de_lOrdre-3618484.html


                • anar75 anar75 15 septembre 2012 02:29

                  Saviez vous que les labos ont accès aux fichiers des pharmacies ?

                  Ainsi, ils peuvent voir qui est un « bon » ou « mauvais » médecin et le démarcher avec une jolie commerciale le cas échéant, en lui glissant une petite proposition de voyage ou autre.


                  • njama njama 15 septembre 2012 12:11

                    C faux !
                    Comme pour n’importe quelle entreprise, en tant que fabricants et distributeurs, il est très facile aux labos de connaître les quantités qui ont été livrées dans telle ou telle pharmacie, ce qui permet de contrôler l’efficacité de leurs commerciaux, la pénétration du produit sur le marché, ou de savoir sur quel secteur il convient davantage de travailler ...
                    Un labo ne peut pas connaître combien vend son concurrent, car il lui faudrait avoir accès aux fichiers de toutes les pharmacies, ce qui est impossible.


                  • thepouet 15 septembre 2012 04:40

                    - Ne soyez pas tristes disait un professeur de médecine, sur son lit de mort, à ses élèves venus lui rendre visite, ne soyez pas triste, je vous laisse avec les trois meilleurs médecins du monde !
                    - ???
                    - Ben oui : l’eau, la diète et le mouvement !


                    • Denzo75018 15 septembre 2012 08:59

                      Prendriez-vous les médecins pour des ignares ?

                      Sans connaître le médicament, un médecin connaissant la classe à laquelle appartient un médicament,sais les effets indésirables majeurs associables (qui ne sont jamais liés aux excipients sauf rares cas d’allergie fortes) !

                      Donc les médecins savent et doivent être intégrés dans la chaîne de responsabilité ainsi que dans celle à TROP prescrire de médicaments...et des médicaments dont ils savent pertinemment le service rendu NUL...


                      • lloreen 15 septembre 2012 09:25

                        Je ne me permettrais pas de prendre les médecins pour des ignares et telle n’est pas la question.

                        Visionnez les vidéos mises dans les liens ci-dessous pour comprendre les dessous du problème.

                        Lorsque des professeurs de médecine sont des salariés du cartel pharmaceutique -comme c’est indéniablement de plus en plus le cas, que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis-, qu’une (ex) ministre de la santé est un salarié de ce même cartel pharmaceutique, que d’autres ministres cèdent aux sirènes des cartels énergétiques, militaires, énergétiques ou financiers, ce qui revient au même, il est URGENT de réagir.

                        Des millions de gens sont TROMPES et la plupart des médecins ou d’autres professionnels de la santé ne font certainement pas délibérément ( du moins je l’espère fortement !) du tort à leurs patients.

                        Et naturellement, aucun des acteurs rémunérés par le cartel pharmaceutique ne va le crier sur la place publique.
                        Je connais très bien une personne haut placée dans un très grand laboratoire pharmaceutique que je ne citerai pas.
                        Au minimum 8 fois par an, cette personne va assister à des congrès (tous frais payés s’entend) aux quatre coins de la planète.
                        Conférences auxquelles il est obligé d’assister et pendant lesquelles il « dort » .
                        Les compartiments de recherche sont tellement fragmentés, que personne ne connait en fait le but ultime de son travail.

                        Cette façon de travailler est commune à tous les cartels.
                        Seules quelques personnes dans les instances décisionnelles sont au courant.Les autres sont les « petites mains » éparpillées dans les usines du monde entier.

                        Faites vos propres recherches.


                      • Gabriel Maisonneuves Gabriel Maisonneuves 15 septembre 2012 09:33

                        Denzo, peut-être pourrions-nous prendre un peu de recul. Lorsque vous avez été formé, et continuez de l’être grâce aux subsides des laboratoires, le point de vue est malheureusement légèrement teinté d’une certaine culture. 

                        Mais pour autant il convient de ne pas mettre tous les praticiens dans le même sac. 
                        Les médecins sont confrontés, comme le soulignait l’un des commentateurs de l’article, à une demande croissante de la part de leurs patients, qui viennent chercher la pilule miracle et se contrefichent des conseils d’hygiène prodigués par leur praticien. 
                        Si le médoc fonctionne, alors tout va bien, et pas besoin de changer de vie. 
                        Je suis, comme le cueilleur d’orties qui s’exprimait plus haut (désolé, en phase écriture, on ne peut plus lire les commentaires ni donc les noms...) relativement poussé à ne pas fréquenter les médecins, sauf lorsque le bon sens, l’hygiène et les « simples » ne fonctionnent pas. 
                        Nous avons perdu pour la plupart d’entre nous la capacité d’écouter notre corps, et du même coup, la capacité à diagnostiquer ce qui sort un peu de l’ordinaire. 
                        Pour autant, consulter un médecin pour avoir son diagnostic ne veut pas dire absorber les yeux fermés les prescriptions qu’il peut faire. 
                        Puisque vous parlez de responsabilités, je pense qu’il est aussi juste d’intégrer le patient dans ce processus de « medicamenteries » ;) .
                        En ce qui me concerne, je crois que tant que la médecine moderne découpera le vivant en carpaccio pour comprendre comment cela fonctionne, elle ratera quelque chose d’essentiel.

                      • Denzo75018 15 septembre 2012 11:04

                        Alors si je comprends bien votre raisonnement, il suffit de demander aux médecins pour obtenir !
                        Quelle connerie ....Certes ils ont une pression que je reconnais ! Mais à refuser, que perdront-ils ? Quelques patients ? Compte tenu de la pénurie des médecins, cela ne changera rien à leurs revenus ...


                      • Gabriel Maisonneuves Gabriel Maisonneuves 18 septembre 2012 10:27

                        Il existe encore quelques praticiens qui aiment leur métier et le font du mieux qu’ils peuvent. Ceux-là ne cèdent pas aux requêtes mêmes s’ils prennent en considération les désirs de leurs patients. Chimie, pas chimie... C’est toujours trop facile de faire des généralités sur tout. c’est manquer de respect envers ceux qui ne trahissent ni leur conscience humaine, ni leur conscience professionnelle, et dans le cas des médecins, leur sens de la compassion.


                      • lloreen 15 septembre 2012 09:10

                        Une vidéo incontournable à diffuser autour de soi : les affaires du cartel pharmaceutique
                        Vous trouverez la réponse à de nombreuses questions.

                        http://www.ubest1.com/?page=video/38332/%22Les-affaires-du-cartel-pharmaceutique%22-par-le-Dr-Rath#null

                        L’appel du Dr Rath aux populations d’Allemagne, d’Europe et du monde.

                        http://www.youtube.com/watch?v=zkooBI-HPCU

                        Parce CHACUN est concerné.De près ou de loin.


                        • Unevoixoff Unevoixoff 15 septembre 2012 09:28

                          Ayant suivi d’assez près les affaires de médicaments dangereux, je suis persuadé que les médecins ont une lourde part de responsabilité dans la prescription. Il faut quand même rappeler qu’après 7 années d’études (ils savent nous le rappeler) voire davantage, ce ne sont pas des naïfs. Ils possèdent tous un Vidal (annuaire des médicaments qui décrit aussi les effets secondaires). Nous faire croire qu’un médecin est ignorant de ce qu’il prescrit est une tartufferie.


                          • lloreen 15 septembre 2012 10:54

                            Il n’est pas ignorant de ce qu’il prescrit mais il peut-être ignorant des desseins poursuivis par les manipulateurs en coulisses.
                            Si vous avez visionné la vidéo que j’ai mise en lien beaucoup de coins d’ombre se dissipent.
                            Chacun doit faire un travail d’information à son niveau.C’est comme cela qu’il sera possible de contrecarrer leurs plans démoniaques.


                          • kane85 kane85 15 septembre 2012 11:06

                            J’aimerais avoir l’avis de l’auteur sur les médicaments déremboursés qui sont toujours prescrits pas les médecins ! Parce que, voyez vous, je trouve qu’il y a là un problème d’entendement !

                            On nous dit qu’un médicament est déremboursé parce qu’il n’a pas fait preuve d’efficacité !!!! Alors pourquoi continuer à le prescrire et, surtout, pourquoi continuer à les vendre ?

                            D’un autre côté, certains médicaments déremboursés n’ont pas été remplacé par un équivalent remboursé !!!! Par exemple les désinfectants intestinaux que l’on doit prendre en cas de « tourista »... Est-ce qu’on considère qu’en cas de coliques dues à un microbe, il faut ne rien prendre ? Ou alors on considère qu’on n’a qu’à payer de notre poche pour ne pas crever des dits microbes ? Et qu’en est-il pour le magnésium que certains doivent prendre régulièrement parce qu’étant en manque chronique ? (personnes dont je fais partie) Lui aussi n’est pas efficace ? Alors pourquoi ne pas nous prescrire quelque chose d’efficace à la place ?

                            Pour ma part, je refuse tout médicament déremboursé même s’il n’a pas d’équivalent remboursé... La dernière fois que j’ai fait ça, mon médecin m’a dit : mais si vous l’achetez pas, vous prenez un risque pour votre santé !!!! Ce à quoi je lui ai répondu : je ne vois pas pourquoi je le prendrait puisqu’il est dit ne pas être efficace !!!!

                            Voilà ! tout est dit ! Ces médicaments ne sont pas « efficaces » mais on prend un risque pour sa santé si on ne les utilise pas !!! Faudrait savoir tout de même !

                            Il est évident que moins on prend de médicaments, mieux on se porte !... C’est même une lapalissade puisque ne pas en prendre du tout c’est être en bonne santé smiley

                            Cela fait plus de deux ans que je n’ai pas vu un médecin !...

                            (Pour ceux qui auraient besoin de prendre du magnésium, suivre la piste du chlorure de magnésium, pas cher du tout sous forme de nigari dans les boutiques bio. 25 gr pour 1 l d’eau, un verre à liqueur par jour ; par contre pas bon du tout à boire !! Mais c’est mieux que de payer hors de prix des « médicaments » qui, chez moi, font moins d’effet que le chlorure de magnésium. De plus, cela ne rempli pas les poches des labos pharmaceutiques ! :-> Renseignez-vous à ce sujet sur internet)


                            • BOBW BOBW 15 septembre 2012 20:46

                              Bravo et Merci pour votre « tuyau » sur le Nigari.


                            • kane85 kane85 16 septembre 2012 13:54

                              De rien ! Si ça peut aider, c’est le principal ! smiley


                            • lloreen 15 septembre 2012 11:12

                              Pensez-vous que les pro-vaccination (fabricants qui engrangent des milliards) parleront de ceci dans les amphithéâtres des facultés de pharmacie ou de médecine ?
                              Faites l’expérience...

                              http://fr.sott.net/articles/show/7474-Les-fondements-de-la-theorie-vaccinale-s-effritent-car-la-science-revele-l-inutilite-des-anticorps-pour-combattre-les-virus


                              • kane85 kane85 15 septembre 2012 11:21

                                Merci pour le lien.

                                Pas vaccinée (ou revaccinée) depuis l’âge de 20 ans malgré 34 ans en Afrique noire et plusieurs voyages récents de 3 à 5 mois en Inde où, soit dit en passant, on ne vous exige pas de vaccin pour y aller...

                                Jamais de grippe, même entourée de malades !

                                56 ans et une excellente résistance aux maladie...

                                Un minimum de précautions élémentaires et tout va bien !

                                Cherchez l’erreur !


                              • lloreen 15 septembre 2012 11:39

                                Il n’y a pas de quoi .

                                Cela a un rapport lointain avec le sujet mais concernant la médecine vétérinaire, le business est le même.
                                En France, il faut faire vacciner tous les ans son chien contre la rage.
                                En Belgique, le vaccin (exactement le même !!) est valable... deux ans.

                                Quant au puçage obligatoire des animaux, n’en parlons-même pas.

                                Une assistante vétérinaire m’a dit que plein de chiens ont développé un cancer de la peau et ont eu des problèmes très sérieux (épilepsie) après l’utilisation des pipettes FRONTLINE (contre les tiques, puces) à tel point que certains vétérinaires (sérieux) n’en vendent plus.
                                Les chiens ont de plus en plus de cancers, de même que les humains.

                                On paie de plus en plus et on est de plus en plus malade . Qui est le grand « gagnant » dans cette « affaire » très lucrative : le cartel pharmaceutique.


                              • clostra 15 septembre 2012 11:21

                                On nous répétait encore dans un documentaire qu’en 2001 l’OMS a qualifié notre système de santé comme le meilleur du monde...

                                C’est en effet une belle part de gâteau, facile à calculer si on compte les cotisations et finalement bien appétissant.

                                Comme disait un médecin entre autres cet été encore : les mutuelles peuvent bien rembourser nos dépassements.

                                Alors, allons-y : cet été j’ai du faire appel en août à un des seuls dentistes présent sur ma ville de 45 000 habitants. J’ai choisi l’heure qu’il m’a proposée, tôt dans l’après-midi. Il s’agissait d’un petit morceau d’une couronne qui avait sauté et d’un angle aigu qui blessait ma langue. La couronne était toujours OK. Il a juste « limé » ce petit angle aigu (3 mn à peine).

                                total des courses : 56 euros avec la mention URGENCE

                                remboursement : sécu+mutuelle : 50%

                                cotisation mutuelle annuelle : >800 euros

                                J’y crois pas !


                                • lloreen 15 septembre 2012 11:29

                                  Simples questions de bon sens .
                                  « La santé n’a pas de prix mais elle a un coût », formule cynique des cartels pharmaceutiques.
                                  Or, avec les milliards que ces marchands de maladies engrangent , celles-ci devraient être éradiquées...
                                  Or, bizarrement, il y a en a de plus en plus.
                                  Révélateur, non ?

                                  Les cartels pharmaceutiques, financiers, industriels et militaires sont les différents doigts de la même main : celle qui étrangle.
                                  Ce sont ceux qui sont à l’origine des pollutions diverses et variées qui engendrent les déséquilibres naturels.
                                  La nature DONNE.Elle ne vend rien.Faire croire le contraire est de la manipulation .
                                  Demandez donc aux civilisations traditionnelles combien elles payaient les herbes sacrées.

                                  Mais les criminels ont bien évidemment aussi déjà leurs mains sales dans ce business puisqu’ ils leur donnent maintenant de l’argent en échange de leurs récoltes...


                                  • mortelune mortelune 15 septembre 2012 11:40

                                    Chaque année, nous consacrons trois mois et demi de notre salaire uniquement pour payer notre assurance maladie.

                                    Je renvoie sur un long article dont voici le lien.

                                    Le docteur canadien Ghislaine Lancôt n’hésite pas à parler dans son livre de « mafia médicale ». A vous de voir !

                                    Elle ajoute « la dictature sioniste : Une véritable pourriture, le cancer de l’humanité »

                                    J’ai le sentiment qu’elle répond à la question posée en titre de cet article.

                                    Mes amis médecins n’osent pas parler de l’argent qu’ils gagnent et je reconnais qu’ils le gagnent ’facilement’, surtout ceux qui sont urbanisés. Cependant nombreux sont ceux qui n’alourdissent plus les ordonnances et cela est à porter à leur crédit. 






                                    • jacques lemiere 15 septembre 2012 12:17

                                      victime ou complice ??? un peu des deux...les médecins sont des hommes ..



                                      Les patient sont aussi nombreux qui sollicitent les médecins pour des médicaments particuliers...et des médecins cèdent parfois en raison je présume de leur volonté de conserver une patientèle.

                                      Le fait que les médecins ont leur revenus reposant sur le fait qu’une partie de la population soit malade est bien sur malsain. rendez vous compte, pour des médecins la bonne santé publique est ruineuse ! ce devrait être le contraire, on devrait se réjouir que les médecins gagnent bien leur vie en bullant, un peu comme les militaire ou les policiers !
                                      J’exagère à peine, le taux de maladies que les patient pourraient soigner eux m^mes en changeant de mode de vie doit être fort élevé.
                                      Le fait que médecins s’acharnent à calmer les symptômes de patient ayant un mode de vie altérant leur santé
                                      A mon opinion, il est illusoire d’espérer que les forces destructrices du système de santé mis en place se régulent elles m^mes, ce sont les mesures de contrôle des médecins et des médicaments qu’il faut toujours renforcer. Et on devrait sans doute mettre en place un système de malus dans l’assurance santé pour les personne adoptant délibérément et sans y être contraint un mode de vie délétère ( il me semble que les gens qui pratiquent des sports à risque doivent prendre une mutuelle..pourquoi par les fumeurs, buveurs, sedentaires, etc....). On ne doit pas oublier que la collectivisation de notre assurance santé implique nécessairement des contraintes pour le patient.




                                      • lloreen 15 septembre 2012 12:36

                                        La vidéo suivante intitulée David contre Monsanto illustre de façon parfaite comment ces criminels procèdent par petites touches et par palier.
                                        Faites circuler cette vidéo autour de vous et aidons toutes ces personnes qui donnent de leur temps, de leur énergie et de leur personne pour chacun d’entre nous.

                                        http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/david-contre-monsanto-36314


                                        • lloreen 15 septembre 2012 12:41

                                          Tant que les patients seront des "consommateurs... avant de se considérer comme un être et une personne souveraine, les dérives continueront.

                                          Les médecins me font un peu penser à des panseurs de plaies (au sens propre et figuré), qui sont bien souvent spirituelles avant d’être médicales.
                                          Mens sana in corpore sano dit l’adage latin.

                                          Lorsque l’esprit n’est plus sain le corps trinque.
                                          Et la solution n’est pas médicale.


                                          • lloreen 15 septembre 2012 12:58

                                            L’union européenne, première escroquerie sans laquelle rien de ces manipulations contre l’humanité ne tiendrait.
                                            Résumé en images.

                                            http://www.youtube.com/watch?v=WTnvUY_-_g0&feature=player_embedded

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès