Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le monde de la Pub se fout de votre santé !

Le monde de la Pub se fout de votre santé !

Le ministre de la santé, Xavier Bertrand, mène un combat contre l’obésité et la « malbouffe » en proposant une démarche éthique aux annonceurs publicitaires. Il est cependant à craindre que son action soit entravée, du fait des lobbies hyper puissants du monde publicitaire. Pour autant, ce type de démarche correspond à une démarche de responsabilité, dépassant le concept restrictif de la société capitaliste, qui veut qu’une entreprise adopte une attitude responsable au-delà de la stricte recherche de bénéfices. On se demande pourquoi il y a encore tant de réticences face à de telles démarches citoyennes. Alors, si vous pensez, après avoir lu ce qui suit, que cela vaut la peine de s’impliquer, n’hésitez pas à diffuser cet article, ou à le faire lire à des amis.

Xavier Bertrand, ministre de la santé, a présenté un texte en conseil des ministres le 12 octobre 2005, qui impose aux annonceurs du secteur alimentaire d’accompagner toutes leurs publicités d’un message sanitaire, afin de mettre en garde les consommateurs sur les risques d’obésité.

Concrètement, les annonceurs auront l’obligation de rappeler les effets néfastes du grignotage et de préconiser l’exercice physique. A défaut de s’y plier, le gouvernement prévoit l’instauration d’une taxe en contrepartie, s’élevant à 1,5% de leurs investissements dans les campagnes publicitaires. Cette mesure, qui ne concernait au départ que la télévision, la radio et les actions de promotion, serait en fait étendue à l’ensemble des médias -presse, cinéma, affichage et Internet.

Le texte, qui sera examiné dans le cadre du débat sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale, avant la fin de l’année, pourrait faire l’objet de nombreuses discussions révélant les contradictions et les ambiguïtés de nos représentants politiques. Certains députés, comme le socialiste Jean-Marie Le Guen, avaient ainsi proposé, en 2004, une taxe de 5%. D’autres, en revanche, pourraient vouloir infléchir le dispositif. Les annonceurs - et les médias - font en effet valoir que les accords Sarkozy sur la baisse des prix dans la grande distribution les ont obligés à diminuer leurs budgets publicitaires. C’est en fait l’ensemble du marché de la communication dans son ensemble qui entend faire pression sur les parlementaires, pour négocier le retrait de ce dispositif, ou tout au moins l’alléger.

Ainsi, l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA) a aussitôt dénoncé le dispositif. Son président, Jean-René Buisson [E1] , a déclaré que « l’une des conséquences immédiates de ce nouveau texte serait un nouvel alourdissement important des charges pesant sur notre secteur. L’instauration de cette taxe de 1,5% sur les dépenses médias de nos entreprises, le lancement de nouvelles campagnes de publicité dévalorisant nos produits alimentaires, orchestrées par l’INPES et le ministère de la santé, et la pression sur la baisse des prix, ne peuvent conduire les consommateurs qu’à se détourner de nos produits, et engendrer ainsi, une situation de déséquilibre par rapport à nos concurrents internationaux ». Et les industriels de l’industrie alimentaire de s’interroger sur « la finalité des actions menées actuellement par les pouvoirs publics et sur leur volonté pourtant affichée de favoriser le développement de la première industrie française ».

A lire ces déclarations, on comprend le fossé qui sépare le simple consommateur, auquel on impose une augmentation de sa participation à l’équilibre de la sécurité sociale, et les industriels qui ne pensent qu’à augmenter leurs bénéfices, sans assumer un tant soit peu les conséquences sanitaires de la vente de leurs produits. Or, comme l’indique Joël de Rosnay dans un livre récent - Une vie en plus - la qualité de l’alimentation a une grande incidence sur la qualité de notre vie et de notre santé.

Alors, soyons citoyens, saluons l’initiative de Xavier Bertrand et soutenons-le ... Merci de votre soutien !

[E1]Il est à noter que la nouvelle présidente du Medef, Laurence Parisot, a justement choisi J.R. Buisson pour prendre la vice-présidence de la CNAM en lieu et place de Guillaume Sarkozy. Or la CNAM est censée être enquise des problèmes de santé publique.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Stef (---.---.20.123) 24 octobre 2005 16:47

    Et que dire du matraquage publicitaire, montrant 2 êtres du même sexe s’embrasser sur de grandes affiches dans le metro Parisien, alors que des enfants sont encore innocent et bien influent !!!

    Vive les medias et leur vision du monde. Qui est bien loin de la réalité de chacun.


    • citoyen citoyen 24 octobre 2005 17:16

      Il me semble qu’il existe une différence importante entre le sujet de mon article et l’objet de votre récrimination ci-dessus.

      Pour ce qui me concerne, l’objectif de la publicité c’est de faire acheter le plus possible d’un produit dont on sait, ou devrait savoir qu’il n’a pas que des effets bénéfiques sur la santé.

      Tandis que l’objectif de la publicité à laquelle vous faites référence porte justement sur un message de tolérance qui consiste à dire que dans la société, l’hétérosexualité ne constitue pas le principe de vie de tout le monde et que cette différence est respectable en soi.

      Vous l’aurez compris, non seulement, je ne partage pas le même sentiment que vous à propos de cette affiche, mais en plus je considère qu’il s’agit d’une démarche tout à fait positive. Qu’est-ce qui vous gêne dans le fait que des enfants puissent voir cette affiche ? Avez-vous peur que vos propres enfants deviennent homosexuels simplement en regardant cette image ? Rassurez-vous, la science n’a jamais rapporté à ce jour de telle conversion ! Au contraire, cette affiche permet de faire comprendre à chacun que cette différence est importante pour ceux et celles qui la vivent. Et qu’il faut savoir la respecter.

      Maintenant, si vous me répondez que cette image est immorale, je vous dirai par avance que c’est votre attitude qui me pose question ...

      Au fait, la publicité dont vous parlez concerne la Rainbow Attitude Il suffit de cliquer dessus pour s’ouvrir l’esprit


      • Mathieu (---.---.212.160) 24 octobre 2005 17:35

        « Pour ce qui me concerne, l’objectif de la publicité c’est de faire acheter le plus possible d’un produit dont on sait, ou devrait savoir qu’il n’a pas que des effets bénéfiques sur la santé. » Je pense plutôt que l’objectif de la publicité c’est de faire acheter le plus possible un produit, c’est tout


        • (---.---.50.145) 9 novembre 2005 22:39

          DEVINETTE : combien de morceaux de sucre dans un yaourth aux fruits : 5 ! A quand les étiquettes : ce produit favorise le diabete et l’obésité...


          • l’orangier (---.---.106.27) 13 mars 2006 19:19

            Les GOUTERS formellement interdits à l’école publique !! voilà une mesure prise par l’éducation nationale, et acceptée dans l’école de ma fille, une primaire en ZEP.

            Pour cause de lutte contre l’obésité, pas de discussion possible avec la directrice « l’éducation nationale fait très bien les choses ».

            les ZEP serviront encore à tester bien des choses semble t-il

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

citoyen

citoyen

 


Voir ses articles







Palmarès