Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le stress coûte cher !

Le stress coûte cher !

La réaction de stress est salutaire pour l’individu ; sinon, nous n’existerions simplement pas ! Il n’en demeure pas moins qu’un stress trop important, ou la répétition de multiples agressions, entraîne des réactions inadaptées et inappropriées. Le corps commence alors à se fatiguer et à vieillir prématurément. C’est ici que le stress coûte cher ! Il coûte cher à l’individu, aux entreprises, à la société.

Le stress est un problème de société et de santé publique :

Une souffrance « stupéfiante » en France
Actuellement, entre 4 et 5 millions de personnes ont un problème avec l’alcool et si l’on considère l’entourage (violence subie, culpabilité, honte...) cela représente plus de 10 millions de personnes qui souffrent, ou 1 Français(e) sur 6...
• 23 000 décès directs (11 000 cancers, 9 000 cirrhoses, 2 500 par alcoolo-dépendance)
• 22 000 morts indirectes (troubles mentaux, maladies cardiovasculaires, accidents...).
Tous les ans, 5000 à 7000 bébés naissent en France avec des malformations graves en raison de l’alcoolisation de la mère. [1]

La proportion d’usagers réguliers de cannabis de 17 ans a plus que triplé entre 1993 et 2002. [2]

1 adulte sur 10 consomme régulièrement des médicaments psychoactifs. (pendant au-moins 6 mois dans l’année !) [3]

Au cours de l’année 2000, la consommation de psychotropes aura concerné près d’un quart de la population (24,5 %). [4]

Actuellement, il y a entre 12 000 et 14 000 suicides par an en France...
Et plus de 160 000 tentatives... [5]

Pas besoin de s’appeler Sherlock Holmes pour s’apercevoir qu’il y a un gros problème en France... Un problème urgent à traiter.

Y a-t-il un point commun à tous ces faits, chiffres et statistiques ?
Oui... le stress !

C’est d’ailleurs en étudiant l’alcoologie, qu’il m’est apparu que le stress était à la base de tous les comportements inadaptés et particulièrement, les dépendances. (boulimies, drogues légales, ou illégales...)

De plus, beaucoup de pathologies sont liées au stress et ne sont pas prises en compte dans les chiffres cités plus haut (dermatoses, diabète...).
Par exemple, beaucoup de maladies dermatologiques sont influencées, déclenchées ou entretenues par le stress.
Le docteur Pomey-Rey a écrit plusieurs livres à ce sujet et a jugé important de lier la psychiatrie à la dermatologie pour mieux traiter les dermatoses. [6]

Un coût certain
Selon le Bureau international du travail, le stress professionnel coûterait à lui seul 3 % du PIB, soit plus de 50 milliards d’euros pour la France !

Ce qui veut donc dire qu’un plan de prévention qui connaîtrait 80 % d’échecs suffirait à combler le trou de la Sécurité sociale !
Et cela, juste pour la prévention du stress au travail ...

Prise en charge des conséquences du stress
En résumé, une énorme souffrance mentale et psychologique, un coût exorbitant pour la prise en charge des conséquences du stress, une perte importante en termes de productivité des entreprises...
Tout cela pourrait être traité et pris en charge.

Or, ce qui se passe, c’est que tous ces problèmes sont traités comme des causes au lieu d’être traités comme conséquences...
Si ce soir je rentre chez moi, et que par mégarde, le robinet n’a pas été fermé, je ne vais pas commencer par passer la serpillière ou éponger le lavabo : je vais fermer le robinet !
En m’attaquant à la cause plutôt qu’aux conséquences, je dépense moins d’énergie et je gagne en efficacité !

Loin de moi de donner de quelconques leçons à nos décideurs, mais je me trouve confronté du fait de mon métier à un gâchis humain et financier.

En tant que citoyen et contribuable, je trouve scandaleux tout ce temps perdu face à cette urgence.
Je ne peux qu’observer.

Il manque à ce pays une volonté politique de prendre cette question à bras le corps !
Il y a quinze ans, l’objection était : « Vous avez les chiffres ? »
Aujourd’hui, une pléthore d’études ont été menées et convergent toutes dans le même sens : le stress coûte cher à la société, aux entreprises et surtout à l’individu. Il est de première importance de prendre en compte ce problème.
Et aujourd’hui, quelle objection pourrait passer pour une objection valable ?...

[1] http://www.ofdt.fr/BDD_len/seristat/indexpro.xhtml
[2] http://www.ofdt.fr/BDD_len/seristat/00010.xhtml
[3] Source : Consommation d’alcool et de tabac - enquête sur la santé et les soins médicaux 1991-1992, INSEE - CREDES - SESI - Documents statistiques n°262, SESI, 1996

[4] Source : Médicaments psychotropes : consommation et pratiques de prescription en France métropolitaine. I. Données nationales, 2000
Lecadet, Vidal, Baris, Vallier, Fender, Allemand et le groupe Médipath
http://www.bdsp.tm.fr/FullText/Show.asp?Ref=282909

[5] http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/34_010405.htm#2001

[6] http://www.cerdp.org/index.php


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (114 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • yoda (---.---.63.52) 11 avril 2007 13:00

    Le stress est une menace d’agression necessitant une debauche d’energie pour eviter cette agression. ELle est ainsi souvent vécu comme une souffrance.

    Il va donc de soi qu’en tant que souffrance, elle coute a la societe.

    Mais dans le contexte d’une société capitaliste, en tant que menace d’agression, le stress rapporte beaucoup plus qu’elle ne coute. En stressant l’individu pour qu’il produise davantage (en le menacant du chomage, de la misere ou de la prison), une société de type capitaliste s’enrichit et se goinfre meme si cela ne profite qu’a une minorité...

    Bref LE STRESS RAPPORTE GROS surtout a celui qui l’exerce !!! smiley


    • bulu (---.---.1.42) 11 avril 2007 13:57

      oui, mais ce sont surtout les consequences du stress qui rapportent :
      - l’alcool, la drogue, les psychotropes sont des marches tres juteux, et d’autant plus qu’ils sont addictifs
      - la medecine liberale (alopathique ou alternative) fait vivre du monde.


    • paullombard paullombard 13 avril 2007 20:13

      Et pan sur la médecine ! Elle profite de la laine du mouton stressé. Elle est pourtant tout aussi stressée que n’importe qui. Renvoi à la politique car vous trouverez peu de médecins spécialisés dans ce domaine. Les remèdes ne relèvent pas du médicament et encore moins de la chirurgie.


    • Marc P (---.---.224.225) 11 avril 2007 13:39

      Bonjour,

      Et que dire de la carte de fréquence comparée des suicides en Europe ? Qu’est ce qui explique la spécificité de la France sur cette question ?

      http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/etpays/Europe/EurDoc2.htm

      Cordialement.

      Marc P


      • personne (---.---.42.18) 14 avril 2007 15:39

        Sur le lien que vous fournissez, on constate surtout que l’Angleterre et l’Allemagne qui ne sont pas en reste par rapport à nous au niveau « pression capialiste » enregistrent des taux de suicide inférieurs (mais quid de la fiabilité des statistiques ?)...

        Le grand méchant capital n’est peut-être pas responsable de toux les maux comme cela est sous entendu dans les première réactions à cet article.

        Par contre les 35 heures y seraient pour beaucoup (produire autant avec moins de temps) et cela c’est une mesure socialiste.

        Vu la pression salariale internationale due à l’ouverture des frontières, il était prévisible que les patrons français, pour éviter toute perte de compétitivité, préféreraient reporter les conséquences des 35 heures sur les travailleurs déjà embauchés en leur demandant de fournir plus, plutôt que d’embaucher de nouveaux travailleurs. Sans parler des heures sup’ qui coûtent trop cher.

        Pour argumenter, je vous renvoie à l’excellente émission « c dans l’air » de la semaine dernière dont le titre était « se tuer au travil » et qu’on peut encore regarder pendant quelques jours en ligne ici : http://www.france5.fr/cdanslair/index.cfm


      • Marc P (---.---.71.189) 14 avril 2007 17:55

        Merci Personne pour votre remarque.

        J’avais vu l’émission de Calvi et noté ce qu’a dit le psychiatre spécialiste du stress ; à savoir que contrairement à ce que laissait penser le medecin de la CGC, les ouvriers et les employés souffraient plus de surstress que les cadres et les dirigeants ; j’ai déjà entendu et lu cela ici. Principale raison : sans doute un manque de reconnaissance et un manque de prise sur son travail, un manque de sens à ce qu’il fait..

        J’ai aussi noté que le harcèlement est plus fréquent dans le publique que dans le privé...

        Tout cela va contre les idées reçu...

        Enfin vous avez raison, les 35 heures s’accompagnent d’un stress accru pour le grand nombre....

        Enfin je suis reconnaissant à l’auteur de cet article... et espère que d’autres suivront car l’avis des spécialiste est indispensable est très édifiant sur ce genre de sujet.

        Marc P


      • IMBERT (---.---.8.182) 11 avril 2007 15:20

        SUICIDES : Nous sommes consternés par le chiffre des décès par suicide publié dans la presse. En effet, selon une étude de l’Inserm 10798 personnes, se sont donné la mort en 2004. Avec la « dissimulation » reconnue officiellement et s’élevant à environ 20 %, cela fait en pratique plus de 13000 morts !

        Seule consolation une baisse des suicides chez les adolescents.

        Pour autant, malgré nos interventions à l’Assemblée Nationale et au Sénat en direction du Ministre de la Santé, aucunes mesures destinées à faire diminuer les prescriptions de « tranquillisants et de somnifères » n’ont été prises.

        Les médicaments anxiolytiques (à ne pas confondre avec les antidépresseurs) de la classe des benzodiazépines comme le Valium®, Lexomil®, Xanax®, Lysanxia®, Stilnox®, Imovane®, Tranxene®, Rohypnol®..., favorisent les actes de violence contre soi-même et parfois autrui.

        C’est grâce à la complaisance de quelques « médecins experts judiciaires » sous l’influence des laboratoires pharmaceutiques, que ces psychotropes sont toujours autorisés sur le marché, sans aucune mesure de prévention contre le suicide. Ces drogues légales ne doivent pas être ordonnées à un patient dépressif, suicidaire ou psychotique.

        Notre Association demande au Ministre de la Santé la modification du R.C.P. de ces « médicaments » afin que cette mention de prévention des suicides soit ajoutée.

        Georges Alexandre Imbert Président de l’AAAVAM


        • philippe delcroix (---.---.117.74) 11 avril 2007 15:45

          Les conditions de travail ressortent en France comme particulièrement stressantes.Chez nos voisins allemands, la considération de la hiérarchie pour chaque rouage de l’entreprise est privilégiée. Cette considération se traduit par : une meilleure estime de soi, de meilleures conditions de travail( ergonomie des postes de travail, lutte contre les tms) de meilleurs salaires, tout cela fait que le travailleur allemand mieux dans sa peau, peut être productif en étant beaucoup moins stressé. C’est du gagnant gagnant ( et quel économie pour la sécu !) et ça ne devrait pas être trop difficile à mettre en place !


          • Fred (---.---.20.123) 11 avril 2007 17:20

            La productivité en France n’est pas mauvaise... il n’y a qu’à voir les société du CAC 40, toutes aux 35h qui dégagent des bénéfices records !!


            • (---.---.24.44) 12 avril 2007 09:09

              Aaahhh bon,et bien j’achéte !!!!!! Et ensuite,je revendrai......


              • marie (---.---.57.3) 12 avril 2007 10:01

                Voici un bon exemple de sadisme administratif,fréquent dans notre beau pays : une dame, 2 enfants, commerçante, pas très florissante, travaille aussi à remonter des murs en pierre sèche, action menée par un Conseil général pour 1 an. fin de la mission, elle se rapproche des ASSEDIC. cette dame a le tort de ne pas avoir de CARTE d’identité (ce n’est pas une immigré,nom français etc..etc..)elle a un passeport, un permis de conduire, une adresse, cela ne suffit pas : elle ne pourra prétendre à toucher ces revenus assedic qu’à la production de sa carte d’identité. Côté service délivrant cette carte : 3 mois d’attente pour l’obtention de cette carte. En attendant, elle fait comment ? ET QUE DISENT NOS CANDIDATS ? Il est vrai que ce sont des « petits problèmes », indignes de ces gens et pourtant ce sont ces petits détails qui en disent long sur le type de société et à l’évidence, cette dame stresse un maximum !


                • (---.---.52.140) 14 avril 2007 13:15

                  Comme vous le dites, il faut trouver les causes et les conséquences dans le stress.

                  Pour lutter contre les conséquences du stres,il suffit de lutter contre les causes qui sont :

                  travail trop dur physiquement et/ou moralement

                  manque d’argent qui occasionne beaucoup de stress en allant de la recherche pour payer des dettes à la malnutrition

                  problèmes familiaux (relation enfants/parents)

                  Tous ces problèmes relèvent du social or le social est (ou devrait être...) au coeur de la politique d’aujourd’hui avec la présence de nombreux candidats d’extrême gauche qui luttent à leurs manières contre le stress.


                  • passe par là (---.---.220.239) 14 avril 2007 13:54

                    Sur la question du stress, avec un slogan « travailler plus pour gagner plus », on ne va pas arranger les choses. Conserver le très bon taux de productivité du salarié français s’est fait en augmentant la pression et les rythmes de travail. Augmenter la durée du travail sans ajuster le bien être de celui qui le fournit contribuera donc très problablement à accroître le taux de stress.

                    Parole entendue il n’y pas longtemps en parlant de la hiérarchie au travail : « On nous méprise et nous broie. »

                    Cela dit, en France, il existe un très bon anti-stress qui a été utilisé régulièrement : les pavés et les barricades.


                    • jojo (---.---.2.22) 14 avril 2007 21:42

                      Le stress est une technique utilisée par le grand patronat français, ce qui fait qu’il n’est pas prêt de disparaître smiley


                      • mjmb (---.---.38.170) 15 avril 2007 11:19

                        @Jojo : une petite lueur d’espoir tout de même : Pensez à Mittal et à l’ex Péchiney.

                        On peut penser que sous quinze ans, le patronat Français (du CAC 40 entre autres) aura été largement délocalisé. Les industries nationales seront alors gérées par de vrais industriels, ou dévorées par des financiers (pour le plus grand plaisir des Décroissants).

                        Dans les deux cas, le stress au travail diminuera. Le travail aussi, hélas...

                        Regardez comment les industriels Allemands d’Airbus sont en train de rouler dans la farine les politocrates français : ils embauchent pour faire le travail en retard (en Allemagne) tandis que M. Gallois licencie (en France surtout) pour faire des économies.


                      • Janis (---.---.115.50) 15 avril 2007 12:55

                        Ce que je trouve incroyable c’est qu’il faille dire que quelque chose coûte cher pour que quelqu’un agisse, et encore ... ce n’est qu’un premisse de stimulus. Pour l’ecologie, c’etait pareil, des qu’un fameux economiste a chiffre les pertes FINANCIERES engendrees, ça a bouge, par contre, concernant les especes disparues, les maladies chroniques, les deces, la beaute du monde simplement, ça non, ça ne suffit pas, ce n’est pas assez interessant. Marx disait que les grands capitalistes etaient des eunuques, moi je rajouterai des sans couilles (dans le sens courage et aussi dans celui de « frustré sexuellement »), des sans amour, des insensibles, des robots en somme, rien ne les touche, si ce n’est la case ARGENT. Le malheur dans tout ça, c’est que nous nous complaisons dans une servitude volontaire a ces gens, alors qu’il suffirait de dire stop et d’agir en consequence, malheureusement les boeufs au sein de la societe se font de plus en plus frequents, ils ne font que regarder passer le train, sans rien comprendre, en ne faisant que ruminer ce qu’on leur apporte sur un plateau. Voila pourquoi, je crains que sarko gagne ... comme bush a gagne aux USA, par faineantise d’esprit, recherche de la facilite, individualisme et rejet d’un interet public quelconque.


                        • léontine (---.---.71.55) 15 avril 2007 14:57

                          Complétement hors-sujet.

                          Que viennnent faire l’écologie, Bush, sarko dans un article sur le stress ???


                        • Janis (---.---.115.50) 15 avril 2007 15:25

                          J’illustrais mes propos, a savoir : rien ne bouge tant qu’on ne parle pas de fric. Sachant qu’ici, il est question du stress qui coute de l’argent, et que c’est donc pour cette raison qu’il faut faire quelque chose, et surtout pas avant d’avoir fait une analyse des degats occasionnes sur les finances ; la sante, on s’en tape ... Je faisais un parallele avec la question de l’ecologie qui a ete reglee de la meme maniere, le fric ; et des gens, précisement les boeufs qui se laissent manipuler et asservir volontairement afin que ce genre de choses puissent arriver. Puisqu’il faut quand meme etre extrement endormi en masse pour laisser faire tout ça. Le stress, c’est une frustration, celle de ne pas pouvoir dire a son boss qu’il abuse, j’appelle ça de la servitude volontaire. Je connais une personne qui voulait une pause dans ses 6 heures de boulot, on lui a repondu en rigolant : c’est fou, tu es le premier a nous demander ça ... je suis tombee des nues en me rendant compte que beaucoup de gens crevent de peur au lieu d’affronter un obstacle et d’exiger leurs droits, voila d’ou vient le stress a mon avis. Ce qu’il faut changer, c’est cette fausse idee que quand tu ouvres ton clapet, il va t’arriver les pires malheurs. Au contraire, plus tu l’ouvres, plus tu te bats pour tes droits et ca destresse :p


                        • caro & milou (---.---.46.104) 16 avril 2007 10:21

                          Moi je reste persuadée que le salut de notre société réside dans la prévention du stress : shiatsu, massages divers, yoga, microkynésiethérapie...et bien sûr apprendre a mieux se nourrir car la nourriture industrielle nous pompe les vitamines et minéraux nécessaires pour lutter contre le stress ! Mangez bio


                          • (---.---.115.50) 16 avril 2007 13:47

                            a caro & milou

                            je ne sais pas si se battre contre les consequences au lieu de se battre contre les causes va servir a quelque chose. Comme disait un intervenant, « lorsque je rentre chez moi et que c’est inonde, je ne vais pas eponger le sol en premier, je vais d’abord fermer le robinet » :)


                          • Jean Krakowiecki Jean Krakowiecki 17 avril 2007 10:21

                            Bonjour

                            Une simple prise de conscience objective permet de voir que l’intérêt commun est bien de prendre en charge ce stress et cela, indépendamment de toute coloration politique. Si des considérations sociales sont en jeu, il y a aussi des considérations économiques. Et c’est bien connu que l’argent est le nerf de la guerre !

                            A mon avis, l’information précède l’action. Si peu d’entreprises font face au stress professionnel, c’est par manque d’information et aussi, je dois le reconnaître, aussi à l’effet « tabou ». Mais aussi, pour beaucoup de dirigeants, le stress des employés est nécessaire pour faire avancer le schmilblick, « Un employé non-stressé est un faignant qui ne s’implique pas dans son travail ! ».

                            Souvent trop simplifié, (ce sujet est complexe et vaste), le concept de stress fait référence à beaucoup de « pensées automatiques », de lieux communs qui ne sont pas forcément vrais : par exemple, le stress professionnel est du aux 35 h... je connais des entreprises où l’on travaille plus de 35 h et où le personnel est plus stressé que n’importe où... et d’autres entreprises où l’on travaille encore moins que 35 h et où le personnel est à un niveau de stress acceptable !

                            Plutôt que de parler des 35 h, abordons le sujet sous l’angle de la « charge de travail ».

                            Autre idée reçue, il ne s’agit pas non plus de faire de notre pays celui des bisounours : il y aura toujours du stress au travail ! L’étymologie du mot « travail » est « tripalium », engin de torture qui servait à empaler ....

                            Il s’agit donc de faire en sorte que le niveau de stress soit acceptable pour l’intérêt de tous : la société, le monde du travail, l’individu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès