Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) devra maintenant être prescrit (...)

Le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) devra maintenant être prescrit en anglais !

Depuis le printemps 2008, il s’appelle désormais Measles-mumps-rubella. La prescription dans une langue étrangère est illégale, mais, fort heureusement, sa dénomination officielle sera MMRvaxPro° (doc. en pdf), limitée aux acronymes, et le packaging – heu, je veux dire l’emballage, la présentation – offrira en sous-titre une phrase explicative en français « vaccins vivants associés contre la rougeole, les oreillons et la rubéole ».

1. La rougeole n’est pas une maladie du passé : un canton de Suisse a récemment connu suffisamment de cas pour qu’on puisse parler d’épidémie.

Ce n’est pas une maladie bénigne, pas plus que les oreillons, puisque toutes deux peuvent avoir des complications sévères (pneumonie, encéphalite, surdité, ainsi que orchite pour les oreillons, risque malformatif).

2. L’explication technique donnée par le groupe Sanofi-Pasteur-MSD, c’est qu’il ne s’agit plus du même vaccin ; l’albumine humaine sérique a été remplacée par de l’albumine humaine recombinante, et la quantité de virus des oreillons (atténué) a été augmentée, dans le cadre d’une harmonisation des vaccins des différents pays de l’Union européenne.

Un essai clinique de non-infériorité a été mené en double aveugle, en vue d’une AMM (autorisation de mise sur le marché) européenne.

A noter que, selon la commission de transparence, ce « nouveau » vaccin MMR n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V), c’est-à-dire qu’il n’est ni plus efficace, ni mieux toléré.

Sur le sujet complexe de l’AMM européenne (née en 1995), on se réfèrera à divers articles :
Revue des affaires sociales
La revue prescrire a fait une excellente synthèse de l’AMM européenne versus reconnaissance nationale.
Sur Wikipedia
Un article sur l’AMM européenne conditionnelle :
« La revue Prescrire a toutefois noté la tendance de la Commission européenne à oublier de plus en plus la protection de la santé publique et à privilégier la compétitivité des firmes pharmaceutiques. En particulier, lors de l’élaboration de la Directive 2004/27/CE et du Règlement (CE) 726/2004, il a fallu toute la détermination du Collectif Europe et Médicament et d’autres représentants de la société civile, pour éviter que le cadre législatif qui s’applique aujourd’hui au médicament ne s’écarte pas des objectifs de santé publique. »

L’UE concentre ainsi tous les conflits d’intérêts, tous les influençages, depuis la bataille pour faire accepter la publicité des médicaments (rebaptisée informations des consommateurs !) jusqu’à la gestion de la pharmacovigilance, dont les modalités ne sont pas encore fixées : l’UE va-t elle en confier les rênes à l’industrie pharmaceutique, ou à une agence européenne indépendante ? Les conflits d’intérêt des experts seront-ils rendus publics ?

« Lorsqu’émerge une affaire de pharmacovigilance, la chute des cours boursiers de la firme impliquée montre à quel point ces affaires sont préjudidciables aux intérêts économiques des firmes (a)(6,8). Confier aux firmes les missions de recueil, d’alerte, d’analyse, et d’information sur les effets indésirables de leurs médicaments, c’est les mettre dans une situation de conflits d’intérêts insurmontables. Pourtant, les propositions de la Commission vont dans ce sens. »
(Article récent sur les enjeux de la pharmacovigilance européenne)

3. Ainsi, conséquence de l’AMM européenne - on remplace une terminologie française, bien connue des parents, par son équivalent anglophone, ce qui ne va pas dans le sens de la transparence et de l’éducation.

De traduction et d’emballage différencié par pays et par langue, il n’a jamais été question ! Cela peut paraître anodin, car le vaccin MMR est sous-titré en français, mais il faut bien comprendre que ce n’est qu’un premier pas vers une généralisation de l’anglais dans l’UE, qui gagne progressivement tout l’espace public, les médicaments mais aussi l’étiquetage des aliments (il y a déjà eu plusieurs tentatives), les jouets, etc. Au travers du vocabulaire de nombreux métiers, c’est chaque langue qui est menacée, atteinte, car l’harmonisation européenne est synonyme de normalisation, d’une standardisation qui se fait en anglais sans qu’aucun débat ni vote n’ait eu lieu à ce sujet.

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, l’UE n’est pas plurilingue, mais anglophone, comme l’atteste, parmi de nombreuses autres coopérations professionnelles, le site de l’EMEA (European Medicines Agency)
Et la discussion concernant ce vaccin
Pour la traduction, faire une demande à la Commission européenne !

4. On commence par les vaccins, mais demain ce seront peut-être les enfants qui seront rebaptisés par l’UE à la mode anglophone. Avez-vous remarqué la multiplication des Kevin, des Kate et Cindy dans les écoles ?

Déjà, il y a peu, ma fille a vécu en classe une étrange expérience, digne de la série « La quatrième dimension » : leur professeur d’anglais leur avait demandé à tous de se choisir un prénom à consonance anglophone (encore qu’il doit exister des André ou des Antonio en GB, mais passons), et à chaque cours de poser l’étiquette sur leur table, afin qu’ils s’adressent entre eux par leurs nouveaux prénoms ! Cette dépersonnalisation a duré plusieurs mois ! Terrifiant lavage de cerveau, non ? Heureusement, une remplaçante est arrivée, qui a trouvé ça trop prise de tête : rendez-vous compte, elle doit déjà mémoriser une trentaine de prénoms de sa nouvelle classe (à multiplier par plusieurs classes), elle ne va pas en plus se casser la tête avec une trentaine de pseudos !

Avouons qu’il y a là quelques éléments troublants.. D’aucuns, plus paranos que moi, pourraient penser qu’il s’agit là de ballons d’essai, de tests préparatoires à une anglicisation massive des noms et prénoms de tous les Européens...

Conclusion

Trêve de complots, et restons-en aux faits avérés : la prescription dans une langue étrangère est probablement illégale en France (ce qui est raisonnable, considérant le risque d’erreurs des médecins et de malentendus avec les patients), et c’est seulement la dénomination en acronymes MMR qui a permis cette astucieuse anglicisation de la dénomination, à l’occasion d’une AMM européenne (autorisation de mise sur le marché). Regrettons que l’Institut Pasteur soit complice de ce recul du français. Gageons que ce ne sera pas le dernier exemple : à quand F ou I (pour Flu ou Influenza) pour le vaccin européen antigrippal ? Hier les jouets, aujourd’hui un vaccin, demain l’étiquetage alimentaire, après-demain... L’UE poursuit sa marche linguistique vers le tout anglais.

(Nota : les lecteurs les plus attentifs auront deviné que, si l’article est informatif, le chapitre 4, quoique véridique, est farfelu et à prendre au second degré).

Documents joints à cet article

Le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) devra maintenant être prescrit en anglais !

Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • docdory docdory 1er décembre 2008 13:40

     Cher Krokodilo 

    J’ai engueulé la visiteuse médicale du labo responsable à ce sujet .
    Je continue à prescrire ROR sur mes ordonnances , le pharmacien rectifie .
    A noter que ce changement de dénomination m’a fait commettre un légère erreur une fois : une mère était venue avec ce qu’elle croyait le 2ème ROR pour sa fille , parce que son pédiatre lui avait dit qu’il fallait le faire . J’ai donc fait cette injection , mais en remplissant le carnet de santé , j’ai vu qu’elle avait déjà eu un ROR par moi et un MMR par un autre médecin, qui était passé inaperçu du pédiatre !


    • Krokodilo Krokodilo 1er décembre 2008 15:58

      Docdory,
      merci de ce témoignage, des confusions étaient effectivement inévitables.
      Pour les mots standardisés au niveau international, ça ne pose pas de problème (sartans, furosémide, enzymes, etc.). Finalement , la question qui se pose est celle d’une terminologie internationale (et des conférences de consensus des spécialistes), ou au minimum « occidentale ». Et avec elle, la vente de cette terminologie à des logiciels pour faire de petites machines portables de traduction, de voyage, etc. Je crois que des universitaires français travaillent depuis des années sur le sujet d’une harmonisation du vaste vocabulaire médical, essentiellement pour harmoniser anglais et français puisque dans ce domaine ces langues dominent, mais je n’ai pas l’impression que ça avance beaucoup, outre les problèmes nosologiques, j’ai du mal à obtenir des renseignements à ce sujet.
      Ce qui est sûr, c’est la place de plus en plus forte du vocabulaire anglo-saxon alors que dans le domaine médical, l’étymologie a toujours été très largement latin-grec, y compris dans l’anglo-américain. Ce MMR est un des mots où le vocabulaire diverge fortement, et l’UE a préféré leur version…

      Je sais que tu ne partages pas mon enthousiasme pour l’espéranto, mais dans le cas présent, c’eût été un bon compromis et une terminologie neutre, tout en respectant l’étymologie traditionnelle : morbilo, mumpso (ou urlio), rubeolo.
      Pour morbilo, on connaît déjà en français les éruptions morbiliformes, donc c’était tout bon, pour rubéole aussi, et mumpso est au contraire germanique, chacun y retrouvait un peu de soi. Curieusement, ça donnait aussi MMR !



    • Krokodilo Krokodilo 1er décembre 2008 18:51

      Oublié de dire que moi aussi j’ai râlé auprès du visiteur ! Enfin, espérons qu’ils répercuteront, mieux vaut quelques protestations que pas du tout...


    • foufouille foufouille 1er décembre 2008 15:04

      ca serait bien aussi de supprimer les listes de composants ecrite en latin sur les medocs ou les produits de beaute


      • Krokodilo Krokodilo 1er décembre 2008 16:06

        Pour les produits de beauté, je ne sais pas (les crocos ont la peau douce !), mais les médicaments, il me semble que les composants sont en DCI (dénomination commune internationale, donc parfois en latin, mais c’est à vérifier).


      • docdory docdory 1er décembre 2008 19:23

         @ foufouille 
        Les noms en latin sont uniquement sur les " médicaments " homéopatiques , sur les autres , c’est en DCI .


      • foufouille foufouille 1er décembre 2008 21:20

        non
        j’ai appris un peu de latin
        je le reconnais quand je le vois. mem si c’est des "denomination internationale"
        les shampoing et autres sont en latin "international ?"


      • janequin 3 décembre 2008 07:24

        ce qui revient au même, car paracétamol ne signifie rien pour le français moyen, pas même paraacétamidophénol. D’ailleurs ce terme non plus ne leur dit rien. Si on leur dit CH3-CO-NH-C6H4-OH, cela reste du sanscrit.

        Alors, en latin, en javanais ou en quechua, quelle importance. De toutes manières, il ne comprendront pas comment ça marche vraiment, puisque même les meilleurs chimistes ne sont pas encore d’accord sur son mécanismle réel d’action.


      • Romain Desbois 1er décembre 2008 15:20

        Bravo Krokodilo mais que peut on attendre d’un état qui accepte que l’institut Pasteur ne publie qu’en Anglais ?


        • Krokodilo Krokodilo 1er décembre 2008 16:02

          Je crois que tous chez Pasteur n’en sont pas forcément fiers, mais il ne fait pas bon pour une carrière de le faire savoir et d’avoir trop l’air d’un militant francophone de nos jours.


        • eugène wermelinger eugène wermelinger 1er décembre 2008 15:25

          Et dans quelle langue le futur vaccin contre la connerie ?
          Idem pour celui attendu contre "l’aplatventrisme anglo-saxon " ? 
          Ces deux maladies font pourtant des ravages universels. 

          Saluton. 


          • Krokodilo Krokodilo 1er décembre 2008 16:00

            Le problème, c’est qu’il n’y aurait plus d’idiots, seulement des non-vaccinés ! Et on ne saurait plus contre qui râler...


          • appoline appoline 2 décembre 2008 12:42

            @ Eugène,
            Vous m’enlevez les mots du clavier. Oui cher Docteur Krocodilo, faites une bonne action contre la connerie, il doit y avoir un texte en latin qui traîne quelque part.
            A vouloir être immunisé contre tout, l’affaiblissment nous guette.


          • Caveman Caveman 1er décembre 2008 16:52

            C’est donc une manoeuvre de Sanofi Pasteur pour nous fourguer l’équivalent du ROR, qui lui n’est pas obligatoire , n’en déplaise à certains ! www.infovaccin.fr/


            • Bof 2 décembre 2008 11:13

              Et après un tel effort, ....de combien va monter le prix du vaccin ? ...En 35 ans, je n’ai jamais vu un nouveau médicament moins cher que le précédent.


              • Neris 2 décembre 2008 11:58

                Krocodilo

                C’est pas nouveau le coup des prénoms anglophones.

                Ma rentrée en Sixème en 1973 !
                Mais nous, on n’a pas eu de chance, ça a duré toute l’année.


                • Wlad Wlad 2 décembre 2008 13:41

                  "D’aucuns, plus paranos que moi"

                  À part Henri "Vendredi" Masson, ça existe, ça ?


                  • Cobalt-59 2 décembre 2008 14:43

                    Krokodilo,
                    Vous est-il venu à l’esprit qu’il pouvait être plus aisé et plus fluide d’introduire des prénoms anglais dans une phrase prononcée en anglais ?
                    Si vous demandez à un collégien de prononcer "Jean-Pierre is wearing glasses" , soyez sûr qu’il prononcera "Jean-Pierre" comme vous et moi et le reste de la phrase avec un accent sinistrement français. Au contraire, un pseudonyme comme "John" évitera à l’élève de jongler entre son accent et celui avec lequel il tente de se familiariser. Ca ressemble plus à une subtilité pédagogique qu’à une cabale anglo-saxonne si vous voulez mon avis.


                    • Krokodilo Krokodilo 2 décembre 2008 15:53

                      C’était trop subtil, je n’avais pas compris le but ! Quand je pense que certains disent l’enseignement des langues faiblard, ça vole trop haut pour nous aut’


                    • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 3 décembre 2008 14:53

                      Approximativement 98 % des concepts que vous manipulez vous échappent, cher K. Ce qui ne vous empêche (hélas) pas de l’ouvrir pour nous rebattre les yeux ( les oreilles n’étant que peu sollicitées par l’écran ) de vos inepties mensongères.
                      Vous vous croyez surement spirituel quand vous écrivez dans votre profil qu’intervenir sur des sujets dans lesquels vous n’avez aucune compétence vous laisse un large champ d’intervention, mais la triste vérité est encore bien pire...

                      The Man Behind Winkie’s, Typhon


                    • Krokodilo Krokodilo 4 décembre 2008 10:57

                      C’est quoi un concept ? Je ne me rappelle pas en avoir manipulé, même pas des petits.


                    • Wlad Wlad 5 décembre 2008 13:23

                      Un concept, une notion, une idée...


                    • Krokodilo Krokodilo 2 décembre 2008 18:33

                      Doc et tous les collègues un brin allergiques à la progression de l’anglais dans l’UE seront "heureux" d’apprendre que peut-être dès 2010 tous les professionnels de santé auront la joie d’avoir une carte européenne bilingue langue nationale+ autre langue européenne, sans précision ! Bonjour l’hypocrisie :

                      http://www.hprocard.eu/fre/description/description-2.html

                      Encore un sujet d’article en perspective !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès