Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le « vrai » goût du frais

Le « vrai » goût du frais

La nourriture dite « bio » est-elle vraiment plus saine que l’industrielle ou ne serait-ce qu’une manoeuvre marketing de plus ?


Gros méchants et gentils petits ?

Non, il ne s’agit pas de parler de caractères liés à une quelconque taille humaine...mais bien au contraire de s’interroger sur ce qui est généralement colporté tant en matière financière que dans le domaine globalement économique et plus particulièrement lorsqu’au niveau alimentaire, certains adeptes d’un raisonnement simpliste et manichéen, assènent péremptoirement que les denrées alimentaires sont toujours et sans exception de bien meilleure qualité tant chez le petit détaillant ou sur les marchés que dans les enseignes de grande distribution. 

Non seulement, dans la plupart des cas, les produits sont identiques, produits au mieux par les mêmes sources ce qui, plus souvent qu’il n’y parait, est aussi le cas des produits "bio" qui sauf erreur ne sont pas importés de Mars et, de facto, sont semés, cultivés, élevés, pêchés...dans les mêmes contraintes de pluie, sols, vents, eau que les "industrialisés mais que, par contre, le conditionnement et la fraîcheur sont probablement mieux assurés par les grandes surfaces, ne fût-ce que par un débit de vente important ainsi qu’un retrait systématique des produits périmés ou fait étonnament peu souligné par le don aux associations caritatives dont elles restent la principale source.

FRAIS OU SURGELES ?.

Autre idée reçue que celle qui voudrait que la qualité des produits frais si possible achetés sur les marchés locaux et soi-disants issus d’une production artisanale, locale exempte de toute manipulation frauduleuse est nettement supérieure à celle des produits surgelés alors même qu’il suffit de constater que sur les marchés, ces produits à l’origine trop souvent non contrôlée sont exposés dans tous les temps, sans protection particulière, au passage de quantités d’animaux, de chalands empressés de palper la marchandise sans oublier le délicieux mélange bactérien lors de l’échange des pièces et billets avec les produits étalés et servis plus par des vendeurs harangueurs en recherche de plantureux profits auprès des clients de passage que par de sympathiques petits producteurs locaux.

Soulignons aussi le transport, déballage à même le sol, mise sur étals, remballage et ainsi de suite de marchés en marchés sans que ne soit garanti ni une totale hygiène, ni un respect des conditions sanitaires de température idéale...

Tout le contraire d’un produit surgelé, certes moins poétiquement esthétique (poisson carré...) mais garant d’un conditionnement immédiat effectué dans des installations contrôlées par un personnel le plus souvent vêtu, chapeauté, ganté à l’image d’un chirurgien !.

CHER DONC MEILLEUR ?

Sauf à considérer que seul une soi-disante élite peut se permettre de manger des produits meilleurs achetés dans de petites boutiques spécialisés laissant à la masse prolétaire l’obligation de se rendre en grandes surfaces, il est indéniable que ce raisonnement ne peut être défendu que par des consommateurs fâts et surtout ignorants.

La puissance d’achat des grands groupes leur permet de s’adresser directement aux producteurs alors que les détaillants non regroupés se voient contraints de multiplier les intermédiaires et d’afficher des prix supérieurs sans relation aucune ni avec la qualité, ni avec une aimable préoccupation du "petit" producteur au sein d’un commerce dit équitable !.

SNACKS ou FAST FOOD

Croyez-vous sincérement que les produit "frais" du sympa petit resto du coin peu fréquenté mais à la carte si abondante seraient toujours aussi goûteux sans quelques accomodements...ou encore que ces sandwiches à base de viandes et autres denrées cuites (surcuites) dans une graisse dégoulinante sur des tours exposées elles aussi à toute condition climatique et humaine soient vraiment plus saines et moins caloriques que ce qui vous est débité dans un fast-food ?

Souvent, il leur est reproché de provoquer l’obésité sans qu’une étude ne s’attarde sur le type de clientèle souvent peu encline aux exercices physiques, sports qui fréquente ce genre d’établissements.

Mens sana, corpore sane...

Manger moins gras, varié (et non avarié) en quantités raisonnables tout en s’adonnant à la pratique régulière de sports est, sauf déréglements physiques, garant de qualité de vie et d’esprit.

Et pour clore en finesse, relevons le savoureux goût inimitable de ce pain livré à même le pas de porte encore tout empreint des traces de pas et déjections diverses d’animaux. On s’en lèche les... !.


Moyenne des avis sur cet article :  1.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 12 août 2010 11:10

    Bonne mise au point. Tout à fait d’accord avec vous sur vos quatre points.

    Sauf que votre sous-titre est trompeur. Où parlez-vous du « bio » ?
    Il ne faut pas confondre « qualité » et « bio », même si les deux peuvent être liés.

    Un produit Bio, c’est le respect d’un cahier des charges qui, en gros, a pour objectif une production exempte de produits phytosanitaires (pesticides, engrais chimiques...) et d’additifs de syntèse, et respectueuse de l’environnement et du bien-être animal le cas échéant.
    En France chercher le logo AB, ou Agriculture Biologique.

    Un produit de qualité, c’est la fraîcheur, des qualités nutritionnelles et gustatives préservées, des ingrédients premier choix, éventuellement une origine garantie etc. On peut avoir un produit de qualité non bio.
    Pour le label : chercher les produits « Label Rouge » par exemple.

    Bref, la philosophie n’est pas tout à fait la même.


    • foufouille foufouille 12 août 2010 11:16

      avant de faire un narticle
      on peut tester soi meme
      bien sur quand on a bouffe de la merde des la naissance,
      on a aucune sensations gustatives
      elle est bonne la tomate en plastique ?


      • Cogno2 12 août 2010 11:19

        bien sur quand on a bouffe de la merde des la naissance,
        on a aucune sensations gustatives

        C’est moi ça.
        J’ai découvert des tas de choses il y a peu, que je n’avais jamais vu, jamais gouté, je mange des choses que je n’aimait pas.
        Le problème, c’est qu’après, il est impossible de remanger de la merde, et on deviens difficile.


      • Cogno2 12 août 2010 11:17

        Attention, il existe du bio industriel, le marché deviens juteux, alors forcément, les lobby font pression et obtiennent une dégradation des conditions d’obtention du label.
        Le bio version « nestlé » va couler la vraie filière qui s’en détache et crée un autre label, contrainte et forcée.

        Mais sinon oui, il y a une différence non seulement de qualité, mais surtout de variété.
        Qui a déjà vu des tomates de la taille d’un pamplemousse, des jaunes, vertes, rouges, violettes, de toutes les formes, pleines de chair, qui connais les pêches plates, les ananas à la chaire blanche, qui a déjà mangé des fraises aussi sucrées que des « tagadas », etc, etc.

        C’est dur de trouver du bon, mais quand on en a, on le sait tout de suite, et après, c’est fini, on ne peut plus manger la merde fadasse que l’on trouve partout.

        Alors oui, ce type de produit va pourrir, c’est vrai que prenez une orange, laissez là 2 mois au frigo elle n’aura pas bougé, est ce normal ? quelle saleté chimique fait qu’il reste figé d’apparence ?
        Non ce qui est normal c’est qu’un fruit pourisse assez rapidement.

        Pour la viande c’est l’inverse, en supermarché, les dates sont à quelques jours, la viande bio par contre à des dates allant de 1 à 2 semaines conditionné sous vide.

        Je pourrais passer des heures à vous expliquer qu’il en est, mais ce n’est pas utile je crois, car de part mon expérience, l’auteur dit ce qu’il croit, pas ce qu’il sait.


        • foufouille foufouille 12 août 2010 11:44

          "Alors oui, ce type de produit va pourrir, c’est vrai que prenez une orange, laissez là 2 mois au frigo elle n’aura pas bougé, est ce normal ? quelle saleté chimique fait qu’il reste figé d’apparence ?« 

          les fruits sont ceuillis verts
          puis on les met dans une chambre ferme et on injecte un gaz qui fait »murrir"
          pas assez = plastic
          trop, ca pourri grave et ca pue
          le cas des patates


        • JL JL 12 août 2010 11:58

          @ Foufouille, je crois me souvenir que l’expéroience a été tentée avec un MsDo : au bout d’un an, il était intact. Même les vers n’en voulaient pas !


        • MICHEL GERMAIN SO ! 12 août 2010 11:32

          Bonjour,

          Le « BIO » c’est avant tout la culture telle qu’elle existait avant l’introduction (entre deux guerres) de plus en plus massive des pesticides poussant aux mono cultures. Le « BIO » c’est l’agriculture « normale ». Le circuit court, celui qui permet de voir son producteur, connaître son lieu de production, vérifier ses méthodes. Celle qui nourrissait de35 à 40 millions de Français au débuts du XXème siècle...l’urbanisation à outrance gratte sur les terres agricoles de proximité et installe les hypers où, selon vous, la nourriture serait « clean ».

          La croyance en la technologie est rassurante, c’est l’objet même de toute croyance.

          L’un de mes fils bosse en été dans les entrepôts d’un de ces hypers aux rayons si propres, sans rupture de la chaîne du froid...les pots de mayonnaise y vivent des journées caniculaires, les packs de pots de nourriture pour enfants servent de marche pieds aux chaussures « sécurité » qui piétinent le jus asticoté des briques de lait éclatées. Ensuite, rangés dans les beaux rayons, après avoir été déchargées des beaux camions, ils seront choisis par une jolie maman qui ôtera l’opercule souillé avec ses jolies mains soignées par Loréal et fera manger son joli bébé aux yeux bleus...

          C’est vrai que les vendeurs de fruits et légumes, les bouchers, ne font pas mieux...mais que voulez vous, si vous souhaitez des tomates, des courgettes, des fraises, des sardines, du thon, de l’agneau toute l’année en tapant sur un clavier rafraichi par la clim réversible, oui, que voulez vous ?

          Une bise à ma belle si elle me lit...

           


          • misso misso 12 août 2010 18:23

            Oui ta belle te lit, te guette, te bise...


          • ELCHETORIX 12 août 2010 19:40

            La même en naturel fait plus vrai , le goût est meilleure , c’est ainsi que plus poilue , donc plus vraie , quant aux produits frais , mieux vaut se les fabriquer comme le pain par exemple !
            RA .


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 août 2010 12:31

            Le meilleur« bio » est celui qui sort de son jardin, encore faut il en avoir un et savoir ce que ça use en temps. Le danger, c’est qu’après y avoir goûté, fini la bouffe fadasse comme dit Cogno.

            Le surgelé dès la cueillette est donc « frais », sauf s’il arrive de Katmandou en container, ce qui n’est pas indiqué dessus.

            Se dire que l’on est fait de ce qu’on mange devrait permettre à certains de plus justement se qualifier et donc mieux se comprendre.


            • Pyrathome pyralene 12 août 2010 21:01

              Je confirme smiley...l’auteur n’a jamais dû gouter les tomates, les salades, et tous les légumes ou fruits du jardu naturel , sinon il écrirait pas autant de conneries....


            • Traroth Traroth 12 août 2010 17:04

              Bio, ça veut dire que l’aliment a été produit sans utiliser d’engrais chimique ou de produits phytosanitaires. Et c’est ça qui est bien.


              • ozopingu 12 août 2010 19:21

                Consomm-acteur

                Pour moi, un point important en faisant mes courses c’est le message que je fais passer au commerçant ! Bien que je ne représente qu’un nano pourcent de la masse, j’espère que je ne suis pas le seul...

                Le premier message actuellement c’est ’acheter local’. Le bio c’est bien, mais s’il vient du bout du monde, c’est débile.

                Ensuite c’est effectivement le mode de culture ou d’élevage

                Puis les conditions sociales de production (si possible, label Max Havelaar)

                Enfin le prix (j’ai de la chance de ne pas être trop juste ces temps-ci)


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 août 2010 23:47

                  En même temps, on trouve de plus en plus des pommes bio vendues par quatre pour le prix du kilo, emballées dans une barquette en polystyrène recouvertes de plastique... Et pas uniquement en supermarché !


                • Salsabil 12 août 2010 22:11

                  Bonsoir,

                  Et bien ! On vous a dernièrement vendu des rillettes aux salmonelles au marché du coin, ou quoi ??? smiley

                  Enfin, bon sang ! Je ne parle pas des filières bio qui entrent dans les rayons de la grande distribution, c’est une autre affaire.

                  Maintenant, ça vous pose vraiment un problème d’acheter, sur le marché, (donc !), une salade ou des carottes encore pleines de terre ?
                  Bouh, la terre c’est dégueu !

                  Vous nous parlez d’un monde totalement aseptisé, débarrassé de saletés, parfaitement calibré, pesé, emballé. Mais quelle horreur !

                  Avez-vous seulement potassé un brin sur les méthodes de conservation des aliments et plus particulièrement des fruits et légumes ? Etes-vous bien conscient de la daube qu’on vous vend, si brillante, si belle, présentée sur des étals parfaitement éclairés voire agrémentés de quelques odeurs chimiques pour attirer vos naseaux ?

                  Le problème se pose même en tout début de vie : on en est arrivé à une telle obsession de l’hygiène (je reconnais les progrès faits en la matière lorsqu’ils sont raisonnables), que pour nos propres bébés, on manipule, on évite, on empêche, etc.
                  Au point de se retrouver avec des mômes tellement écartés de tout risque bactériologique ou viral, que quand, inmanquablement, vous les envoyez à l’école pour la 1ère fois, ils passent toute l’année scolaire malades et les 2 suivantes aussi, parce que leurs défenses immunitaires n’ont été confrontées à ... rien !

                  Bref, pour en revenir à la nourriture, vous prenez comme exemple le hamburger face au sandwich « döner » : Désormais, ils sont à mettre dans le même sac, vous pouvez donc vous goinfrer de spécialité turque les yeux fermés, les vendeurs de « viande en tour » ayant eux aussi subi l’attentat des services d’hygiène et n’ayant plus la possibilité de faire leur préparation eux-mêmes. C’est du tout prêt, comme chez Mc Do, si, si ! smiley

                  Comment peut-on à ce point être phobique de ce qui caractérise la vie, les bactéries donc, et en arriver à regarder de travers des aliments qui auraient un goût, une forme (même bizarre), une couleur, une saveur, une odeur ?

                  Je consomme, les fruits et légumes de mon jardin (pleins de boue toute sale !), j’achète mon lait dans la mesure du possible dans une ferme proche, il s’avère moins cher que chez les distributeurs et est nettement meilleur, parole de toute la famille ! Pour ce que je n’ai pas la place, ou le temps, ou la possibilité de cultiver, je vais dans une « cueillette » qui respecte des principes de base écologiques (faible consommation d’eau pour l’arrosage, pas de pesticides mais des filets ou des moyens naturels contre les parasites...).

                  Pensez-vous sincèrement lorsque vous faites vos courses dans un supermarché que des tas de gens n’ont pas touché, trituré avec leurs mains pleines de microbes et même de crobes, les produits que vous allez acheter ?

                  Je n’ai par ailleurs, rien contre les produits surgelés, il faut simplement regarder d’où ils viennent et de quelle façon ils ont été préparés. Vous risquez d’avoir quelques surprises.
                  Quant au poisson carré... Par pitié !

                  Bref, j’aurais une certaine tendance à penser que votre papier est un formidable hoax, ça me paraît difficile de l’imaginer autrement.

                  J’ai mis mes doigts sur le clavier pour écrire ce post, j’espère que vos yeux ne seront pas contaminés en le lisant ! smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès