Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le Zyprexa : d’une pierre, deux coups (de fouet)

Le Zyprexa : d’une pierre, deux coups (de fouet)

Cet article est la suite de ceux intitulés Le Mediator... et les autres (1/3) et Avandia, le tueur en série.

L’une des affaires les plus marquantes, ayant donné lieu à plusieurs procès fleuves, est le scandale du Zyprexa. Ce médicament est un antipsychotique, destiné aux patients schizophrènes. Mais le Zyprexa fait grossir. En fait, il fait manger sans s’arrêter. Le Mediator était utilisé (à tort d’ailleurs) comme un coupe-faim, le Zyprexa est un donne-faim. Le patient mange. Le patient grossi. Le patient devient si gros qu’il fait du diabète. Le patient a du diabète qui provoque des problèmes cardiovasculaires, qui, parfois le tuent. Pourtant tout allait d’autant mieux qu’Eli Lilly, le fabricant, est aussi l’un des leaders du marché des produits contre le diabète.

Eli Lilly, c’est l’entreprise qui a fait récemment parler d’elle avec ses spots publicitaires détournés. Dans l’un d’eux, on voyait une panthère fouetter un homme en costume pour qu’il se déshabille. A l’origine une publicité pour les cachous Lajaunie, le texte était réécrit pour en faire une publicité pour le Zypadhera (le petit frère du Zyprexa). Ainsi la panthère fouette l’homme, et le spot de conclure : « Zypadhera, prescrivez-le, ou ça finira mal ». Autrement dit, messieurs les représentants médicaux, débrouillez-vous pour que les médecins le prescrivent, ou ça finira mal. Bien sûr, la direction de Lilly assure ne pas avoir été au courant de cette vidéo (1, 2). En revanche, que certains salariés se suicident n’a rien à voir avec leur vie professionnelle, dixit Lilly (3).

Pendant des années, le laboratoire Eli Lilly a dit que le Zyprexa ne provoquait ni décès ni diabète. Et pour cause, le produit se « contente » de faire manger toute la journée. Le laboratoire a été poursuivi et condamné. En effet, des notes internes prouvent qu’il était au courant, et il formait ses propres représentants médicaux à mentir et à dissimuler la vérité (4). Mais le scandale va plus loin.

En effet, tout en mentant, l’entreprise a vendu son produit comme une poudre de perlimpinpin. Le Zyprexa pouvait tout guérir ! La dépression, l’hyperactivité, l’anxiété, la mélancolie, tout ce qui touche de près ou de loin à ce qui se passe dans la tête. Cette fois c’est une amende record de 1,4 milliards de dollars qui a été infligée (5).

Le diabète est une maladie pernicieuse qui tue sur le long terme. Sur les 7 premières années, le Zyprexa n’a fait « que » 1005 victimes aux Etats-Unis. Seulement voilà : ce nombre de décès a « explosé » de 2005 à 2007, avec 2450 mort en 2 ans (6). Si le produit est toujours commercialisé, les patients sont désormais surveillés de très près. Certains ont du prendre de l’Avandia. Dire qu’ils auraient pu prendre du Mediator !

On peut se demander pourquoi on ne parle pas plus du Zyprexa… Mais le PDG au moment des faits, Sidney Taurel, a été décoré en 2001 de la légion d’honneur (7), c'est donc qu'il doit donc être irréprochable.

 

1. « Lilly France zypadhera », http://www.youtube.com/watch?v=xqnu2zRRZk8

2. « Des visiteurs médicaux dopés par une vidéo sado-maso », Le Telegramme, 2 Février 2011

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/labos-des-visiteurs-medicaux-dopes-par-une-video-sado-maso-02-02-2011-1195007.php

3. « Un troisième suicide chez Lilly France », Julie Saunier, L’Express, 28 Avril 2011, http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/un-troisieme-suicide-chez-lilly-france_987378.html

4. « Lilly Trained Reps to ‘Neutralize’ Zyprexa-Diabetes Link », Jacob Goldstein, Wall Street Journal Health Blog, 31 Juillet 2008, http://blogs.wsj.com/health/2008/07/31/lilly-trained-reps-to-neutralize-zyprexa-diabetes-link/

5. « Lilly Fine for Zyprexa Off Label Marketing : $1.4B », Howard Brody, Hooked, 23 Janvier 2009, http://brodyhooked.blogspot.com/2009/01/lilly-fine-for-zyprexa-off-label.html

6. « FDA Finds Zyprexa Has Killed 3,400 People, Worse Than Vioxx », Philip Dawdy, Furious Seasons, 17 Novembre 2008, http://www.furiousseasons.com/archives/2008/11/fda_finds_zyprexa_has_killed_3400_people_worse_than_vioxx.html

7. « Les soucis d'Eli Lilly ou comment vivre sans prozac », Jacqueline Mattei, L’Expansion, 26 Février 2011, http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-soucis-d-eli-lilly-ou-comment-vivre-sans-prozac_16204.html?p=3


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • docdory docdory 15 juillet 2011 17:34

    @ Pharmaflox

    Tous les neuroleptiques font grossir et peuvent donner du diabète, le zyprexa pas plus ni moins que les autres.
    Malheureusement, les neuroleptiques, dont le zyprexa, sont les seuls traitements de certaines maladies mentales très graves et invalidantes, telles que la schizophrénie, par exemple. 
    Le zyprexa est un neuroleptique atypique, qui donne plutôt beaucoup moins d’effets secondaires que les neuroleptiques « classiques » ( haldol, tercian, loxapac, nozinan etc ... ), lesquels donnent souvent des effets secondaires très pénibles.
    Par ailleurs , les nouveaux neuroleptiques ( risperdal , solian, zyprexa ) sont parfois actifs dans des problèmes non résolus par d’autres neuroleptiques.
    J’ai personnellement deux patientes dont l’état mental n’est amélioré que par le zyprexa.
    L’une d’entre elle avait une maladie mentale extrêmement invalidante qui l’empêchait de sortir de chez elle, même pour faire ses courses et lui interdisait toute vie sociale. Depuis qu’elle est sous Zyprexa , elle a pu retravailler , sortir de chez elle et mener une vie sociale normale, elle n’a pas spécialement grossi d’ailleurs. ( Ça fait des années qu’elle en prend. ) . Elle a essayé à peu près tous les autres psychotropes, sans le moindre succès.
    Si le zyprexa était retiré du marché, ce que vous semblez préconiser, ce serait la condamnation de cette patiente au chômage et à l’enfermement à vie chez elle. Est-ce cela que vous souhaitez ?



    • Chaos 15 juillet 2011 22:30

      Je pense qu’au moins les patients doivent être prévenus des risques. Lorsqu’ils prescrivent du zyprexa, les médecins disent-ils aux patients « Ce traitement améliorera votre quotidien et vous permettra de reprendre une vie, mais vous prenez le risque de raccourcir celle-ci et de mourir du diabète » ?


    • sterne 16 juillet 2011 01:00

      docdory,

      si vous êtes réellement médecin, soit vous n’avez pas eu de cours sur les statistisques, la pharmacologie, la méthodologie d’accès à l’AMM(Autorisation de Mise sur le Marché)des médicaments,etc, soit vous n’y avez pas été assidu. Sinon vous n’écririez pas ce que vous avez écrit. Ce n’est pas parce que deux de vos patientes tire un bénéfice d’un médicament que cela doit être un argument suffisant pour justifier la commercialisation d’un médicament statistiquement préjudiciable. Si vous interrogez vos confrères vous en trouverez surement un qui parlera de patients ayant profité des effets du Médiator.

      Si on devait retenir toutes les molécules ayant un effet positif sur quelques personnes , le Vidal ne se résumerait pas à un tome de 10 cm d’épaisseur, mais il en comporterait autant qu’une encyclopédie. Une substance peut avoir un effet très positif par son seul effet placebo, qui est lié en grande partie à la confiance que le patient a en son prescripteur. La compliance également.

      Enfin il semble que le Zyprexa induise une prise de poids importante statistiquement beaucoup plus fréquente que les autres neuroleptiques.


    • Pharmafox 16 juillet 2011 12:34

      Docdory,


      Il me semble que vous n’avez pas pris le temps de lire a première partie de cet article : http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/le-mediator-et-les-autres-1-3-96726.

      En effet, je ne cherche pas à préconiser le retrait du Zyprexa, qui, et j’aurai sans doute du le préciser, est le meilleur antipsychotique à ce jour.

      Mais cela autorise-t’il Eli Lilly à le prescrire pour des maladies pour lesquelles il ne sert à rien ? Non. Cela autorise-t’il Eli Lilly à refuser d’admettre que le produit provoque du diabète, et donc à laisser les patients dans l’ignorance de la menace qui les guette ? Non.

      Car le produit provoque du diabète, quand les études sont correctement menée. C’est une vérité qui a été cachée par divers artifices : d’une part, un suivi médical plus appuyé empêchait les patients de trop manger. D’autre part, les études sur ce point précis portaient sur 6 mois. Or, si les antipsychotiques font prendre du poids, ils ne le font pas tous de la même façon. Le Zyprexa fait manger en agissant sur les hormones de l’appétit et en réduisant le métabolisme, effets qui ne se font sentir que sur le long terme.

      Aujourd’hui, Lilly a reconnu ses tort, au moins en partie. Les patients sous Zyprexa doivent être attentivement suivis pour éviter de développer un diabète. Mais tous les médecins ne sont pas conscient du risque, et encore moins les patients. On peut donc continuer à le prescrire.

      Enfin, si vous aviez lu la première partie, vous auriez pu me faire remarquer que le Clozaril, le plus proche cousin du Zyprexa, est, en nombre de victimes, plus dangereux. Mais son fabriquant n’a, en aucun cas, essayé de tricher. La grande différence, c’est que beaucoup des morts du Zyprexa étaient évitables.

    • ricox 14 janvier 22:00

      @docdory

      Et puis la phrase : « Par ailleurs , les nouveaux neuroleptiques ( risperdal , solian, zyprexa ) sont parfois actifs dans des problèmes non résolus par d’autres neuroleptiques. »

      C’est bien gentil mais parler de « nouveaux » pour le risperdal sorti en 1995 et le solian en 1986 sur un article datant de 2011, c’est pas sérieux.

      Bizarrement vous avez omit de citer l’abilify, le plus récent, sorti en 2007 car lui a une véritable différence avec ceux cités plus haut, il agit sur les symptômes négatifs.

      Si vous êtes psychiatres, je suis la reine d’Angleterre.

    • Spip Spip 15 juillet 2011 23:55

      Allons un peu plus au fond des choses, ce que ne fait pas cet article.

      Le Zyprexa fait partie des nouveaux neuroleptiques dits « atypiques » dont l’ancêtre commun est le Solian. Leurs résultats sont supérieurs aux « vieux » neuros (haldol, etc.) comme le dit doctory.

      Pourquoi ? Ce ne sont pas des molécules miracles, mais comme ils ont beaucoup moins d’effets secondaires, le patient est moins tenté d’arrêter son traitement, tout simplement !

      Or, en psychiatrie, le gros problème c’est les interruptions de traitement. Pas mal de patients arrêtent leurs médicaments pour plusieurs raisons : Quand ils se sentent mieux ils ne voient pas la nécessité de continuer. Ou dans certains délires, le médicament est là pour les empoisonner. Ou encore, plus réel, les effets secondaires sévères les découragent. Avec comme résultat inévitable la rechute et la ré-hospitalisation. L’avantage des nouveaux neuros est de réduire voire d’éviter ce scénario bien connu.

      Alors c’est vrai, le Zyprexa, s’il ne déclenche pas automatiquement des diabètes, a un effet indésirable majeur : la prise de poids et le rôle du prescripteur est de faire la balance bénéfice/ risque pour son patient. Cette molécule a des indications qui se limitent à : schizophrénie, troubles bipolaires, états maniaques. Toute prescription pour autre chose est abusive, point-barre !

       Si les labos, dans un souci de rentabiliser au maximum leurs molécules, arrivent à faire de l’intox c’est aussi parce que beaucoup de généralistes n’ont aucune formation sérieuse concernant la psychiatrie et ses médicaments (ce n’est pas une attaque, c’est un fait)


      • docdory docdory 16 juillet 2011 10:06

        @ Spip

        La prise de poids sous Zyprexa me paraît nettement moindre qu’avec les neuroleptiques « classiques » . Le reste des effets secondaires est infiniment moindre, et la qualité de vie, ainsi que l’insertion sociale, des patients sous zyprexqa , risperdal ou solian est effectivement infiniment meilleure, en général, que celle que l’on observe avec les ancien neuroleptiques.
        Par ailleurs, j’aimerais avoir l’opinion de l’auteur sur la légalisation du cannabis. Dans une France sans cannabis, il y aurait 60 000 schizophrènes de moins, et d’autant moins de traitement par les neuroleptiques ( que ce soit le zyprexa ou les autres ) .
        Enfin, la schizophrénie est une maladie qui peut être mortelle , soit directement par suicide, soit indirectement par conséquences des consommations excessives d’alcool, tabac et drogues qu’elle peut entraîner, soit indirectement par passage à l’acte hétéroagressif au cours d’un épisode délirant.
        Comme pour les cancers, les effets secondaires des traitements doivent être mis en balance avec la gravité de la maladie.


      • ricox 14 janvier 21:41

        @docdory

        C’est insupportable cette désinformation, surtout émanant d’un pseudo qui se prétend médecin.

        Tout le monde sait que le zyprexa est LE neuro qui fait grossir énormément car il donne faim et comme c’est en même temps une camisole chimique, les gens végètent et ne bougent plus.

        Je vous défie de prouver que d’autres neuros font plus grossir que le zyprexa, aucune étude sérieuse ne viendra appuyer votre désinformation.

        Si le laboratoire Lilly a été condamné à payer de telles sommes de dommages et intérêts à cause du zyprexa, pourquoi d’autres firmes ne l’ont pas été si, selon vous, leurs médicaments sont moins bons ?

      • Spip Spip 16 juillet 2011 13:11

        @ doctory

        Non, vraiment, la prise de poids sous Zyprexa est bien spécifique. J’ai pu l’observer sur plusieurs années, depuis le début des essais en phase IV (Olanzapine versus Haldol) jusqu’à l’AMM et donc la prescription au plus grand nombre.

        Concernant le cannabis, j’ai pu aussi voir les effets sur des psychotiques. Dans un premier temps, amélioration apparente par les effets relaxants du THC, puis, assez rapidement, élévation importante du syndrome dissociatif avec les résultats qu’on devine... De plus, interférences avec le traitement rendant le suivi médical (dont l’ajustement de la prescription) encore plus difficile.

        Donc, fausse bonne idée : vous l’évoquez le risque vous-même en parlant de consommation excessive de drogues par des schizophrènes.


        • ricox 14 janvier 21:31

          On m’a prescrit durant 15 ans du zyprexa, j’ai pris 25 kilos, mais j’ai vu d’autres personnes, surtout des femmes en prendre 30-40 !


          Aujourd’hui, j’ai 40 ans et on m’a découvert un diabète sévère de type 2...

          Non seulement, ce médicament tue mais il n’est pas efficace contre les symptômes négatifs de la schizophrénie, je n’ai jamais été aussi angoissé et zombifié que ces 15 années sous zyprexa.Le laboratoire Lilly a abusé les psychiatres puis les généralistes et maintenant il fabrique un stylo à insuline contre le diabète qu’ils ont provoqué.

          Et tout le monde applaudit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès