Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Les Français ignorent la mort cérébrale. Les médecins ne savent pas tous la (...)

Les Français ignorent la mort cérébrale. Les médecins ne savent pas tous la diagnostiquer

La mort est définie dans le dictionnaire : « Qui a cessé de vivre ». Voilà une définition bien succincte. La mort est donc la « non-vie », mais où est la limite ? Quand est-on encore vivant ? Quand est-on mort ? Est-ce à un instant « t » ou bien est-ce progressif ?

Autrefois, c’est le clergé qui tenait les registres de l’état civil et le registre des sépultures. Le 20 septembre 1792, la Révolution française lui retire cette fonction. Les registres d’état civil sont transférés aux mairies et plus particulièrement à un officier d’état civil. Celui-ci doit constater la mort et délivrer le permis d’inhumer. Deux proches doivent faire une déclaration de décès à la mairie dans les 24 heures et l’officier d’état civil doit alors se transporter auprès du défunt et constater le décès.

L’officier d’état civil ne connaît pas en général la personne décédée. Il n’est pas considéré comme un spécialiste de la mort. On ne lui reconnaît guère de compétence dans ce domaine. Souvent, l’officier d’état civil ne se déplace pas et donne le permis d’inhumer sans « voir » le défunt, il se fonde simplement sur la déclaration de deux témoins. Il n’y avait donc aucune vérification médicale de la mort.

Le croque-mort "vérifiait" la mort par stimulation nociceptive sur l’hallux. Puis on pratiqua le test du miroir devant la bouche du cadavre pour "vérifier" l’arrêt respiratoire par absence de condensation. Enfin on constata l’arrêt cardio-circulatoire par l’abolition des pouls périphériques. On se doute que des erreurs de diagnostics avaient lieu.

La peur d’être enterré vivant est une angoisse jusqu’au XIXe siècle. En 1896, le comte Karnice-Karnicki, chambellan du tsar de Russie, avait fait breveter et commercialisait un dispositif permettant à une personne qui aurait été inhumée par erreur d’actionner un drapeau et de faire tinter une cloche. Le système était loué quelques jours, puis, quand plus aucun espoir de survie n’était permis, était retiré et placé dans une autre sépulture.

Ce n’est que le 28 mars 1960 que le médecin a l’obligation technique de constater la mort, l’officier d’état civil conservant la mission de la constatation juridique. Deux documents attestent de la mort : le procès-verbal de décès et le certificat de décès, ils doivent être signés simultanément. Le procès-verbal affirme la mort d’un point de vue scientifique, mais c’est le certificat qui entraîne les conséquences juridiques du décès pour le défunt.

Le diagnostic de mort a longtemps été géré par des circulaires. La circulaire du 3 février 1948 définissait la mort comme étant la cessation de toute activité cardiaque et circulatoire.

Celle du 24 avril 1968 est un tournant dans cette définition juridique de la mort. Elle définit la mort cérébrale. Cette mesure légale permet le prélèvement d’organes.

Rappelons que la première transplantation cardiaque a eu lieu le 27 avril 1968. Simple coïncidence de date ? Ou volonté politique de redéfinir la mort pour permettre la greffe ?

De nos jours, ce ne sont plus des circulaires qui définissent la mort, mais un décret : celui de décembre 1996. La définition de la mort est laissée aux médecins et est entérinée par un simple décret.

Les Français sont-ils aptes à comprendre une définition aussi délicate ?

Herpin et Paterson ont étudié sur des Français en 1997 leur conception de la vie et de la mort, ainsi que leur rapport au don d’organes.

Les résultats montrent que :

- 14 % des personnes interrogées déclarent ignorer ce qu’est la mort cérébrale ;

- 28 % pensent savoir ce qu’est la mort cérébrale, mais donnent une réponse erronée à la question : ils pensent que la mort cérébrale n’est pas la destruction définitive du cerveau ;

- 33 % savent que la mort cérébrale est l’arrêt définitif des fonctions du cerveau et considèrent qu’une personne en état de mort cérébrale est décédée : c’est en accord avec la loi en vigueur ;

- 25 % savent que la mort cérébrale est l’arrêt définitif des fonctions du cerveau, mais considèrent qu’une personne en état de mort cérébrale est entre la vie et la mort.

Passons du côté des professionnels

Qui mieux qu’un médecin connaît la mort ? Le docteur est un savant en qui on a confiance. Cet homme de science concentre tous les pouvoirs. C’est lui qui établit la définition de la mort et c’est lui qui signe le certificat de décès. C’est au médecin d’indiquer le jour, l’heure et le lieu du décès : personne ne peut mettre en doute sa compétence.

La thanatologie s’enseigne. Le Dr François Paysant, du service de médecine légale du CHU de Rennes, définit la thanatologie comme la science de la description clinique de la mort et de la recherche des mécanismes et des causes aboutissant à la mort. Il précise dans son cours que la définition de la mort est "approximative et variable suivant le contexte".

La lecture du master en éthique médicale présenté par Jean-Christophe Tortosa de la faculté de médecine Paris V sous la direction du Pr Christian Hervé, en 2005, intitulé « Acceptation, par les professionnels de santé, des prélèvements d’organes sur des sujets en mort encéphalique, sur des patients victimes d’atteintes cérébrales majeures et sur des patients en arrêt cardiaque. Résultats préliminaires d’une étude pilote menée dans deux centres hospitaliers, en France » est sidérante.

[ source ]

« Par ailleurs, plusieurs travaux de DEA réalisés au sein du laboratoire d’éthique médicale, Paris-5, montrent que pour une partie significative des professionnels de santé en France (paramédicaux et médicaux), la question du diagnostic de mort encéphalique n’est pas claire. En effet, dans une étude, Philippe Romano (DEA 1994) constate que pour 6 % des médecins interrogés (n=28, travaillant dans des équipes de réanimation) les critères de mort encéphalique ne sont pas précis. De même, Nora Berri (DEA 2000) constate un taux similaire, de 6,3 % (n=253). J.-C. Tortosa (maîtrise 2003) constate que ce taux s’élève à 28 % lorsque l’on demande aux médecins de qualifier les sujets en mort encéphalique. Dans cette dernière étude, seulement 18,18 % des médecins considèrent que le prélèvement sur un sujet coeur arrêté est moins problématique que le prélèvement sur le sujet en mort encéphalique. Dans une perspective plus théorique, David Rodríguez-Arias a soutenu que la mort mérite d’être pensée plus comme un processus, que comme un phénomène ponctuel. Par ailleurs, il conçoit que la mort est une construction sociale : la mort ne serait pas un phénomène qui s’imposerait aux individus, mais plutôt le résultat d’un consensus intersubjectif. A l’hôpital, on ne découvre pas le moment de la mort : mais on choisit plutôt, de façon consensuelle, le moment à partir duquel on arrête de considérer la personne comme vivante. Comme tout consensus, celui qui nous a permis de nous mettre d’accord sur les conditions permettant d’identifier une personne comme morte, est historique et évolutif. En effet, en 1968, deux considérations pragmatiques ont fait élargir l’ancien critère de mort cardio-respiratoire jusqu’au critère consensuel de mort encéphalique :

1) le besoin social et collectif d’avoir de plus en plus d’organes de qualité pour la transplantation ;

2) l’importance que la société, les proches des donneurs en particulier, maintiennent leur confiance sur les systèmes de don d’organes.

Pour déterminer la mort, il a été procédé à un recadrage légal des critères en 1968 qui a été un succès durant des années, même si cette notion n’a pas toujours été parfaitement comprise. Aujourd’hui, le seul critère de mort encéphalique peut s’avérer insuffisant : certains patients qui ne sont pas en état de mort encéphalique, mais qui se trouvent dans une situation gravissime et irréversible peuvent théoriquement être « candidats » au don d’organes. En France, les protocoles de prélèvement sur des donneurs à coeur arrêté impliquent un retour vers l’ancien critère de mort cardio-respiratoire tout en conservant celui de la mort encéphalique. Cela permettra sans doute d’augmenter les dons et de diminuer le nombre de personnes qui décèdent actuellement en l’attente d’un organe. »

Est-ce que cela redonnera la confiance des Français dans la transplantation ?

L’étude de M. Tortosa consiste à présenter à des professionnels quatre scénarios cliniques :

un patient A en état de mort encéphalique,

un patient B en état végétatif permanent,

un patient C en arrêt cardio-respiratoire (catégorie II de Maastricht),

un patient D en arrêt thérapeutique (catégorie III de Maastricht).

Les résultats sont ahurissants :

« Sur les 22 soignants qui pensent que le sujet A est vivant, 17 sont prêts à accepter un prélèvement d’organe. »

« Sur les 59 personnels qui considèrent que les patient B est légalement vivant, 5 considèrent qu’il peut être prélevé. »

« 55 personnels répondent que le patient D n’est pas légalement mort et 16 acceptent le prélèvement. »

La conclusion de cette étude est pudique :

« Cette enquête, qui sera étendue à d’autres centres en France, laisse apparaître un besoin continu de formation dans le domaine du prélèvement d’organe, tant sur le plan juridique qu’éthique. En effet, la part du discours tenu par les professionnels de santé dans les médias ou auprès des familles lors de l’annonce du décès joue probablement un rôle dans les refus de prélèvement de ces dernières. Or, les résultats de notre enquête pilote, avec les limites que nous lui connaissons, montre que ce discours peut être amélioré. D’autre part, le législateur ayant récemment encadré la possibilité des limitations ou arrêts thérapeutiques, sous condition, il est à attendre, en France, un débat sur les prélèvements sur sujet à coeur arrêté ou sur la transgression de la règle du donneur décédé, débat foisonnant dans le monde anglo-saxon et confidentiel dans l’Hexagone. »

Si les comportements révélés dans cette étude sont le reflet de pratiques réelles lors de prélèvements d’organes, il faudrait attirer l’attention des pouvoirs publics sur le fait qu’elles constituent des délits réprimés par la loi.

Il est assez inquiétant de constater que depuis la circulaire Jeanneney de 1968 les spécialistes ne sachent toujours pas établir convenablement le diagnostic de la mort.

Il est encore plus effrayant de découvrir qu’il en est de même dans d’autres pays, comme la Suisse.

« Nous rapportons une enquête d’opinion auprès du personnel médical et infirmier des soins intensifs, des urgences et du bloc opératoire, effectuée dans le cadre du projet Donor Action. Cette enquête effectuée par questionnaire anonyme portait sur les attitudes envers le don et la transplantation d’organes. Elle a été effectuée dans un hôpital universitaire, centre de transplantation et dans un grand hôpital régional sans programme de transplantation. Les principaux résultats montrent une attitude plus positive dans l’hôpital régional, face à ces questions. Le don d’organes et la transplantation soulèvent de nombreuses interrogations auprès du personnel médico-infirmier, tout particulièrement sur la mort cérébrale, pour laquelle il est à noter que seuls 80 % des soignants des deux hôpitaux considèrent que cette dernière est une confirmation de la mort. Ce résultat démontre qu’il n’est pas possible d’aborder la question de la mort à l’aide de la seule science médicale. » (Revue Médicale Suisse n° 628) http://titan.medhyg.ch/mh/formation/article.php3?sid=21788 )

En qui avoir confiance de nos jours pour ne pas être déclaré mort précipitamment et dépouillé de ses organes ?

Alain Tesnière


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • haddock 24 janvier 2008 13:17

    Le croque-mort "vérifiait" la mort par stimulation nociceptive sur l’hallux.

     

    A vos souhaits !


    • Harald 24 janvier 2008 16:04

      Ah ! Vous êtes revenu ?

      M’étant absenté je fouillais les forums et je ne vois plus les Tall et autres Demian.

      On m’aurait caché quelque chose ?


    • maxim maxim 24 janvier 2008 20:02

      salut Haddock ...

      au fait ,c’était quoi cette oraison funèbre à laquelle nous avons eu droit il y a quelques semaines ???

      c’était orchestré ?c’était un gag ?,j’avoue ne pas comprendre ....

      qui est le vrai et le faux Haddock maintenant ?


    • Gasty Gasty 24 janvier 2008 13:52

      Merci pour cet excellent article. Du croque mort à nos jours.


      • roOl roOl 24 janvier 2008 15:30

        Remarque : La mort cerebrale n’est en rien revelatrice.

        Sinon Lerma serait deja enterré.


        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 24 janvier 2008 16:47

          "Aujourd’hui, le seul critère de mort encéphalique peut s’avérer insuffisant : certains patients qui ne sont pas en état de mort encéphalique, mais qui se trouvent dans une situation gravissime et irréversible peuvent théoriquement être « candidats » au don d’organes. En France, les protocoles de prélèvement sur des donneurs à coeur arrêté impliquent un retour vers l’ancien critère de mort cardio-respiratoire tout en conservant celui de la mort encéphalique."

          Ce passage est rigoureusement incompréhensible car il confond deux choses très différentes : la définition légale et scientifique de la mort , comme mort cérébrale, qui est tout à fait claire et suffisante pour un prélèvement d’organe et l’idée non scientifique voire anti-scientifique que s’en font les familles et une minorité de professionels de santé . C’est cette image de la mort qu’il faut changer et non pas sa définition scientifique ce qui veut dire qu’il faut refuser un quelconque retour réactionnaire vers l’ancien critère (mort cardio-respiratoire) qui ne fait qu’embrouiller les choses dans les esprits au point de menacer le prélèvement d’organe.

          Le cerveau et non le coeur (qui peut être remplacé, à la différence du cerveau tout au moins pour le moment ) est la condition centrale ou sine qua non de la vie en l’état actuel de notre savoir et de nos techniques.


          • Bof 25 janvier 2008 12:45

            @ monsieur Reboul : nous sommes pour le don d’organes et vous écrivez : "

            Le cerveau et non le coeur (qui peut être remplacé, à la différence du cerveau tout au moins pour le moment ) est la condition centrale ou sine qua non de la vie en l’état actuel de notre savoir et de nos techniques. "

            et vous savez que l’on peut très bien vivre avec un cerveau gros comme une noix ...il faudrait donc rapidement revoir la physiologie du cerveau pour continuer les dons d’organes et certainement revoir la conception du corps Humain car des expériences arrivent de toute part et notre pays stagne.

            Nous avons donc des conditions aux dons d’organes et elles ne sont pas du tout les mêmes. Pour moi, je fais confiance en "MON" médecin que j’ai pu choisir librement . Si c’est celui agrée par les organismes despotiques et dispendieux avec les experts type d’Outeau , il n’y aura plus de dons d’organes , même pour rendre service et pour les spécialistes du cerveau ... qu’en connaissent-ils actuellement ? "Mon" médecin doit posséder une autre compétence que celles reconnues par les facultés , c’est celle d’être "intuitif" ; certainement une compétence que vous ignorez et que vous voulez continuer à ignorer malgré les expériences qui disent l’inverse.

             Nous arrivons à notre début de refus d’accepter le monopole "diplomant" des universités pour cause d’incompétance notoire d’accepter les faits scientifiques nouveaux.


          • Kookaburra Kookaburra 24 janvier 2008 20:12

             

            Sylvain, c’est la réponse du rationaliste qui vous êtes et que je respecte, mais sur des questions aussi épineuses que la mort le rationalisme ne me suffit pas complètement. Je pense que l’ancienne tradition de veiller la mort montrait plus de circonspect et finalement plus de respect devant le phénomène si difficilement compréhensible pour l’être humain qui est la mort. Je trouve l’article intéressant parce qu’il tourne autour de cette question fondémentale.

             


            • Catherine Coste Catherine Coste 24 janvier 2008 21:04

              Je me suis posée la question : vais-je souffrir à ma mort si on me prélève mes organes ? Cette question peut sembler incongrue. Pourtant, et ça peu de gens le savent, le donneur d’organes "mort" est ... un peu anesthésié :

              "(...) ces patients [en état de mort encéphalique] sont le plus souvent maintenus sous morphine à petites doses.

              Le problème de la réanimation de ces patients en vue de prélèvements est différent. Je vous répondrai que cette réanimation est limitée dans le temps et qu’elle est douloureuse pour les soignants. Si nous faisons cela, ce n’est pas pour faire souffrir une famille mais pour sauver d’autres vies." (Professeur Louis Puybasset, responsable d’une réanimation de neurochirurgie qui s’occupe beaucoup de prélèvements d’organes, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière).

              Lien :

              http://ethictransplantation.blogspot.com/2005/09/la-mort-encphalique-le-consentement-au.html

              Qui est un tant soit peu en contact avec le milieu médical, et en particulier avec les chirurgiens transplanteurs, sait :

              - que le donneur d’organes décède au bloc. Auparavant, il est dans un état de "mort prévisible", c’est-à-dire qu’on peut prévoir son décès. C’est justement pour ça que le prélèvement des organes est possible.

              - que le diagnostic de décès du donneur d’organes pose problème sur le plan de l’éthique, pour les prélèvements à coeur arrêté comme pour les prélèvements sur donneurs en état de mort encéphalique. Il suffit de constater que les médecins ne considèrent pas tous que la mort cérébrale et l’état d’arrêt cardio-respiratoire persistant équivalent à la mort. Mais tous les médecins s’accordent à dire que ce sont là deux états qui conduisent au prélèvement d’organes. Le principe est le suivant : puisqu’on peut prévoir le décès, alors on va pouvoir prélever les organes.

              Sur la question "douleur et prélèvement d’organes", voir l’enquête réalisée entre 2005 et 2007 :

              http://ethictransplantation.blogspot.com/2005/09/enqute-sur-la-mort-encphalique-et-le.html

              Hier soir, un documentaire sur M6 intitulé "Urgent, la vie en suspens", présentait des patients en attente de greffe, ou ayant été greffés. Ce documentaire très intéressant montrait bien que le corps médical subit une pression énorme pour pratiquer les greffes. Cette pression est nécessairement reportée sur les familles confrontées au don d’organes. Ces familles doivent se décider, et surtout témoigner de la position du patient potentiel donneur d’organes, en très peu de temps ! Dans certains cas, les familles avaient une heure pour témoigner et décider, voire une demi-heure dans certains cas de prélèvements "à coeur arrêté" !...


              • 65beve 24 janvier 2008 23:29

                Bonsoir,

                8 réactions seulement ?

                les thanatonautes ne sont pas nombreux sur AV


                • Bof 25 janvier 2008 12:22

                  Et encore un enfant qui survit à dix minutes d’arret cardiaque ce week-end ..quel desordre. ... !!!!! que d’erreurs de nos spécialistes ! heureusement de cet article pour bien responsabiliser les pauvres qui ne savent pas !


                  • Peanut Peanut 25 janvier 2008 13:56

                    Tu m’as bien embrouillé (j’ai cru comprendre qu’en se limitant mieux - et heureusement ! - aux prélèvements sur les personnes encéphaliquement mortes on augmenterait les dons d’organes ? pas tout capté moi), mais j’aurais au moins appris ce qu’est "la stimulation nociceptive sur l’hallux"...


                    • alexdred 12 janvier 2009 12:25

                      Pour plus de renseignements sur la carte de donneur d’organes
                      et sur la journée mondiale du don d’organes
                      et des chiffres sur le don d’organes

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès