Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Les médicaments dangereux seront maintenant vendus aux « riches (...)

Les médicaments dangereux seront maintenant vendus aux « riches »

Les traditions françaises résistent à l'épreuve du temps. Certaines sont mêmes complètement inoxydables. Parmi elles, l'art de conserver par nostalgie ces vieux "trucs" rendus obsolètes par une époque qui file toujours de plus en plus vite : un vieux téléphone que le mobile a tué, un tourne-disque détrôné par le mp3, la Banque de France vidée de ses fonctions par la BCE, et des autorités de santé dont qui tentent de survivre face à l'Agence Européenne du Médicament, la seule pourtant qui a un droit de vie et de mort sur un médicament.

Le cas de la varénicline (Champix) illustre ces propos. Ce médicament utilisé pour arrêter de fumer figure sur la liste des 77 médicaments sous surveillance publiée en début d'année.

Un article est paru ce mois-ci dans la revue Prescrire : Varénicline : seulement "déremboursée" dans le sevrage tabagique, mais pas de retrait du marché. Nous y apprenons que le Champix ne fait plus partie des médicaments donnant droit à un remboursement par l'assurance maladie. (La sécurité sociale rembourse dans un forfait annuel de 50 € certains traitements pour arrêter de fumer, 150 € pour les femmes enceintes).

Pourquoi ce médicament n'est-il plus remboursé ? Car "sa balance bénéfices-risques n'est pas favorable".

La revue Prescrire reproche au Champix des effets neuropsychiatriques allant jusqu'au suicide, des troubles cardiovasculaires allant jusqu'à l'infarctus, des diabètes, des réactions d'hypersensibilité, etc.

Selon un bilan de l'AFSSAPS publié en juillet dernier, près de 3000 effets indésirables ont été notifiés en 4 ans, dont 373 effets indésirables graves.

1. Des problèmes cardiologiques

Dans le dernier numéro d'Impact Médecine, à l'issue d'une conférence organisée par Pfizer, le Professeur Thomas, président d'honneur de la Fédération Française de Cardiologie calme le jeu en expliquant qu'une étude canadienne a certes démontré une augmentation du risque cardiovasculaire sous Champix mais qu'il reste cependant très faible en valeur absolue. Il dénonce par ailleurs des problèmes méthodologiques liés à cette étude.

Un doute subsiste.

Sachant que des alternatives moins risquées existent, peut-on accepter que 2 patients sur 1000 développent un problème cardiaque suite à un traitement pour arrêter de fumer ?

En 2007, ce Professeur Thomas s'était fait épingler par le Formindep pour ne pas avoir déclaré ses liens d'intérêts avec ... Pfizer, la firme qui commercialise le Champix.

2. Des problèmes psychiatriques

En ne s'interrogeant que sur les effets cardiovasculaires du Champix, Prescrire et Pfizer passent à côté de ses effets neuropsychiatriques. En juillet dernier, CNN annonçait qu'aux Etats-Unis, 2000 procès étaient en cours sur le sujet, dont un tiers pour des suicides qu'ils aient abouti ou non.
Sans compter les dommages collatéraux. Dans cet article, CNN cite par exemple le cas de cet homme sous Champix vivant en Pennsylvanie qui a tué sa femme avant de se suicider ou celui de cette femme qui s'est suicidée devant ses enfants 4 jours après avoir commencé une cure de Champix pour une histoire de sandwich au beurre de cacahuètes. Toute la question réside ensuite de savoir si ces suicides sont imputables au Champix.

Les troubles psychiatriques induits par le Champix ont conduit les autorités de santé américaines à imposer au Champix et au Zyban une "black box", c'est à dire l'avertissement le plus fort qui soit, pour informer les patients d'un risque accru d'hostilité, d'agitation, de dépression et d'idées et comportement suicidaire.

Le 22 mai 2008, aux USA, l'Administration Fédération de l'Aviation a interdit l'utilisation du Champix par les pilotes et les contrôleurs aériens. Un doute subsiste. Et ce doute subsiste depuis de nombreuses années ! Prescrire a publié de nombreux articles sur le sujet :

Depuis février 2008, Prescrire crie à qui veut l'entendre que le Champix est associé à des dépressions et idées suicidaires. Contrairement à Prescrire, l'AFSSAPS s'alignant docilement sur la position européenne a répété que la balance bénéfices-risques restait positive.

 

Une fois de plus, Prescrire prêche dans le désert...

Jugement de Salomon au ministère

Xavier Bertrand déclarait dans l'Express : "Il y a des questions qui sont posées sur le Champix, donc j'ai décidé qu'il ne serait plus pris en charge par l'assurance maladie, au titre de ce pack, de cet ensemble remboursé au titre des substituts nicotiniques"

Vous avez bien lu : "Des questions sont posées." Il en coûtera donc simplement plus cher au malade. Le rôle de Xavier Bertrand consiste-t-il à dire : le produit est dangereux, nous ferons des économies à ne plus le rembourser, pour le reste je m'en lave les mains ?

Une telle mesure tiédasse bénéficiera pour une fois aux plus démunis qui n'auront pas les moyens de s'acheter ce médicament. Les autres le payeront plein pot... deux fois !

Le problème avec le Champix, c'est qu'il possède une autorisation de mise sur le marché européenne, ce qui rend les autorités françaises, et le ministre de la santé Xavier Bertrand aussi utiles qu'une boule de Noël dans un sapin. C'est décoratif, et on aurait des regrets à s'en passer. Pour ce qui est d'assurer utilement la santé des français, c'est une autre histoire.

Après le Zyban, une amphétamine encore commercialisée dans le sevrage tabagique, le cas du Champix met une fois de plus en doute la sincérité de Xavier Bertrand lorsqu'il promet qu'il y aura un avant et un après Mediator. Simple effet de manche et de communication d'un ministre qui sait bien qu'il n'a pas le pouvoir de contrôler réellement le médicament en France et qui tente en agitant les bras de justifier sa fonction et son salaire aux yeux de l'opinion.

A quand une réforme du médicament réaliste et efficace qui intègrerait cette fois-ci en toute logique les institutions européennes ?

Source :

Varénicline : seulement "déremboursée" dans le sevrage tabagique, mais pas de retrait du marché, Prescrire, Décembre 2011

Champix reste une option thérapeutique dans le sevrage tabagique, Impact Médecine, n°381, 1 au 7 décembre 2011

La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?, Formindep, 01/12/2007

Heart risks added to Chantix health concerns, CNN, 04/07/2011

Public Health Advisory : FDA Requires New Boxed Warnings for the Smoking Cessation Drugs Chantix and Zyban, FDA, 01/07/2009

F.A.A. Bans Antismoking Drug, Citing Side Effects, The New-York Times, 22/05/2008


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès