• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Les soins psychiatriques, ça tue !

Les soins psychiatriques, ça tue !

Samedi 6 février à la prison de Rouen, un adolescent se donne la mort. Le jeune homme était passé à plusieurs reprises entre les mains des psychiatres. 1 mois plus tôt, un jeune de 21 ans s'était lui aussi suicidé dans le service médico-psychiatrique de la même prison. Une prison où le personnel aurait été formé à la "prévention suicide" élaborée par le psychiatre Jean-Louis Terra. Efficace ?

Une mère infanticide avait été internée à plusieurs reprises avant d'assassiner son enfant à la fin de l'année passée, pour "lui faire un cadeau". Elle était sous traitement médicamenteux psychiatrique.

Au mois de Mars dernier, un forcené de 45 ans, François G., tire sur les gens avant de se suicider. Il était sous traitement et suivi à l'hôpital Saint-Anne en psychiatrie.

Ce sont des faits divers, mais à chaque fois que vous rencontrez ce genre de faits divers, une enquête bien souvent succincte vous apprendra que ces gens sont presque toujours sous traitement psychiatrique lorsqu'ils commettent l'irréparable.

Pour qui a déjà lu la notice d'un antidépresseur ou d'un antipsychotique, il n'y a pas de surprises.
 
L'augmentation du risque de suicide sous anti-dépresseurs a été démontré de nombreuses fois, au point que ni les labos, ni les psychiatres, ni l'AFSSAPS qui autorise la mise sur le marché de tels "médicaments" ne disent le contraire. Bien souvent, les recommandations de mise sur le marché de ces produits comporte la mention mais ne celle-ci n'est pas rédhibitoire pour l'autorisation. Comme pour le Prozac, qui pourtant a été récemment autorisé à la prescription dès l'âge de 8 ans.

Les psychiatres, eux, réclament des fonds, comme si l'argent pouvait tout régler. L'argent pourrait améliorer les choses si les soins qu'ils donnaient avaient une quelconque efficacité. Voire si au moins ils n'étaient pas destructeurs, alors oui, on pourrait faire en sorte de leur donner des fonds pour offrir une vie plus décente aux internés.

Une question me vient souvent à l'esprit : si ces gens n'ont pas tués où n'ont pas tenté de se suicider AVANT d'être sous traitement... n'est-il pas évident que le traitement n'a rien amélioré ? Voire a induit la maladie (peut-être à partir d'un malaise existant, je ne le nie pas) ?

Bref, avant d'être mis sous traitement pour guérir d'un malaise, réfléchir à deux fois pour savoir si l'on veut passer de la catégorie dépressif occasionnel à suicidaire compulsif ou forcené assassin.

Les tribulations du DSM

Le DSM, c'est la bible de la psychiatrie. Toutes les maladies y seraient répertoriées, et d'édition en édition la liste augmente. En ce moment c'est le DSM 4 qui est en vigueur. Si vous l'ouvrez, je doute que vous ne vous trouviez pas une petite douzaine de maladies nécessitant un traitement gentiment indiqué par le manuel.

Mais le DSM 5 est en cours d'élaboration et devait sortir en 2012. Le problème des DSM, c'est que les maladies qui y sont répertoriées ne sont pas le résultat de recherches comme dans d'autres branches de la médecine. Elles sont votées ! Par un comité de psychiatres qui se consultent pour décider ensemble ce qui cette année pourra-t-être rajouté à la longue liste.

En ce moment, vous pouvez même aller donner votre avis sur les maladies qui y figureront sur le site de l'Association Psychiatrique Américaine (véridique, suivez le lien). Car la psychiatrie, c'est démocratique, et surtout plus il y a de maladies plus il y a de malades. C'est ce que dénoncent même d'anciens collaborateurs du comité qui élabora le DSM 4. Pour eux, Robert Spitzer and Allen Frances, le nouveau DSM va tellement ouvrir le champs de la "maladie mentale", que 11 millions d'américains se retrouveront sous traitement lourd alors que ce traitement sera nocif pour eux.

Ils expliquent aussi que les maladies psychiatriques n'ont aucun fondement médical ou biologique. Aucun test réel et fiable n'existe. Aucune certitude. Et des médicaments sont très dangereux.

Ils dénoncent le fait que cet élargissement du spectre des maladies "mentales" n'est fait que pour augmenter les prescriptions de médicaments. 56 pour cent des psychiatres du comité qui s'occupe du DSM 5 ont des liens d'argent avec l'industrie pharmaceutique. Même chiffre que pour le DSM 4 d'ailleurs, annonce la revue New Scientist.

Pour comprendre comment cet élargissement fonctionne, un petit exemple : auparavant, une personne qui avait perdu un proche récemment était exclue de la catégorie dépressif, pour éviter des diagnostics faciles qui mènent à la dépendance aux antidépresseurs pour une perte douloureuse (que tout le monde traverse un jour ou l'autre). Le DSM 5 a prévu de faire fi de cela. Vous avez perdu un être cher, vous êtes triste : vous êtes malade, et il faut vous soigner, avec des antidépresseurs. Une manne formidable pour l'industrie la plus riche du monde, l'industrie pharmaceutique, et les psychiatres coupables de collusions à tous les niveaux.

Pour ceux qui pensent qu'en France c'est différent, lisez le rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales sur les "programmes patients", rapport que j'évoquais il y a quelques jours dans un autre article. Mêmes conclusions sur l'emprise de l'industrie pharmaceutique sur la médecine et la création de nouvelles maladies.

Etat des lieux

En Belgique, ces trois dernières années ont vu le nombre d'enfants à qui l'on prescrit des psychotropes pour "hyperactivité" tripler (passant de 6000 enfants à 23 000). Le nombre de jeunes qui atterrissent en psychiatrie (hospitalisés) a été multiplié par 7 en 5 ans. Une étude scientifique a montré que c'était la résultante des effets secondaires des médicaments utilisés pour le traitement du Trouble de l'attention qu'on donne aux enfants, et qui induit des comportements psychotiques chez les jeunes. Encore une fois, au lieu de guérir les gens, on crée la maladie, on crée des fous artificiellement.

En France, nous sommes le pays qui consomme le plus d'antidépresseurs au monde... 8,9 millions de consommateurs occaisonnels et presque 4 millions de consommateurs réguliers et dépendants.

Alors qu'est-ce qu'on fait, on se regarde "vol au dessus d'un nid de coucou" avec Jack Nicholson (je recommande) en s'avalant une pilule, ou on se bouge ?
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • curieux curieux 13 février 2010 13:41

    Bien sûr, les anti-dépresseurs mènent plus sûrement au suicide. Environ 13000 par an en France. Mais la grosse Vache et les labos sont derrière. On préfère soigner une fausse grippe A qui a tué 300 personnes (encore à voir ) avec 3 milliards d’euros et passer sous-silence les anti-dep car ils rapportent trop d’argent à ces rapaces.


    • coudjouac 14 février 2010 14:37

      Nouvelle preuve aujourd’hui de ce qu’avance l’auteur : un autre meurtrier sous soins psychiatriques.
      Et la psychiatrie réclame encore des fonds... L’article parle même d’un autre à Rocquebrune.
      Faut arrêter de faire croire qu’avec plus d’argent ils feront mieux. Leurs statistiques montrent que plus ils « soignent », plus il y a de morts.


    • sara 26 septembre 2011 00:09

      excellent l’article et les gens n’ont que tres peu d’idées sur ce qu’est cet pseudo science


    • ZEN ZEN 13 février 2010 14:19

      L’auteur exagère
      Certains antidépresseurs ont fait leur preuve dans certains types de troubles psychiques, même si on ne sait toujours pas bien comment ils agissent et comment il faut les adapter aux sujets, selon leurs particularités
      Mais il a raison de souligner l’emprise des modèles de l’industrie pharmaceutique us ,qui a fini par imposer ses catégories et des traitements , qui mettent à mal la psychiatrie française traditionnelle, bannissant peu à peu le relationnel et l’approche psychoanalytique, souvent si nécessaire, soit comme accompagnement, soit comme terme
      Le pragmatisme et le tout-biologique deviennent roi

      Les liens financiers entre la toute puissante APA (Association Américaine de Psychiatrie) et l’industrie pharmaceutique se concrétisent dans le contenu de la « bible des psychiatres » : le DSM IV
      Vers une mise en tutelle chimique de cerveau disponible ?

      -"La majorité des auteurs du principal manuel de diagnostic des maladies mentales sont liés financièrement à l’industrie pharmaceutique.La moitié des experts psychiatres qui ont participé à la rédaction du plus célèbre manuel de classification diagnostique des maladies mentales sont payés par l’industrie pharmaceutique« (F.Bouchon)_________________

      - »Nous sommes entrés dans l’ère d’une psychiatrie postmoderne, qui veut allouer, sous le terme de « santé mentale », une dimension médicale et scientifique à la psychiatrie. Jusqu’à présent, cette discipline s’intéressait à la souffrance psychique des individus, avec le souci d’une description fine de leurs symptômes, au cas par cas. Depuis l’avénement de la santé mentale, émerge une conception épidémiologique de la psychiatrie, centrée sur le dépistage le plus étendu possible des anomalies de comportement.Depuis l’avènement du concept de santé mentale, émerge une conception épidémiologique de la psychiatrie, centrée sur le dépistage le plus étendu possible des anomalies de comportement. Dès lors, il n’est plus besoin de s’interroger sur les conditions tragiques de l’existence, sur l’angoisse, la culpabilité, la honte ou la faute ; il suffit de prendre les choses au ras du comportement des individus et de tenter de les réadapter si besoin." (C.Prieur)_


      • ZEN ZEN 13 février 2010 14:50

        Absurde
        Qui a dit ça ?
        Ce à quoi on assiste, c’est à une grande dérive des soins psychiatriques depuis des années, à une « biologisation » toujours plus grande des diagnotics et des soins et à des thérapeutiques de type anglo-saxon, qui font gagner du temps et qui ne sont pas administrés par des personnes toujours compétentes
        La formation spécifique infirmière a été abandonnée..On se débrouille
        Je vis non loin d’une unité de S.P. C’est édifiant, quand on entend parler le personnel soignant
        Peu de médecins ont une formation spécifique et prescrivent « au pif », n’ayant aucune notion de médecine psycho-somatique.Trop pressés...


      • coudjouac 13 février 2010 15:40

        L’article cite des sources absoluments non « soucoupistes ». Un journal scientifique, le site de l’Association Psychiatrique Américaine, des articles de journaux... Bref, quand on ne veut pas voir la réalité en face, on prétend que tout le monde est « soucoupiste ».


      • herbe herbe 13 février 2010 16:32

        Trolléon,

        Ce n’est pas vous ? dans cet article « soucoupiste » où un certain « léon » s’exprime !

        http://www.forum-ovni-ufologie.com/la-vague-belge-1989-1992-f102/observations-multiples-d-ovnis-de-1990-a-1992-en-belgique-t4770.htm

        Non non je ne peux le croire ce serait schizophrène ..

        Allez j’ai fini ma blague tentante ..


      • coudjouac 13 février 2010 16:54

        Cher Philippe, ne vous en déplaise, vous devriez savoir que les électrochocs (rebaptisés sismothérapie) sont encore largement en usage dans nos hôpitaux français, de même que la camisole, les patients attachés, etc. Quant à la camisole chimique, elle fait autant de dégâts que les électrochocs.


      • brieli67 13 février 2010 17:25

        Qu’en sais tu docte Philippe Renêve ?

        Tu as des références sur l’électrosismothérapie ? Récentes et anciiennes ?


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 février 2010 17:32

        On a vu le résultat d’ une électrosismothérapie récente , même deux .

        Un des deux s’ appelle Villach .....l’ autre a pas fini son secouement ..... smiley


      • brieli67 13 février 2010 17:48

        Pardon Rosché ?
        Une réponse du docte Renêve stp !

        Même aux US on revient aux é_chocs pour des cas « incurables » de dépressions atypiques.


      • brieli67 13 février 2010 18:06

        Monsieur Renève se renseigner avant de sabrer , pour un bon mot , une thérapie efficace si bien indiquée. C’est comme pour les (psycho)_analyses..
        Et c’est un pharmaco « moléculaire/chimique » de formation qui vous l’affirme haut et fort.


      • Arcane 13 février 2010 18:21

        Concernant les « électrochocs moins traumatisants », on appelle ça aujourd’hui le Taser.

        Et mieux vaut être en bon état de santé qu’en mauvaise état d’arrestation ...

      • brieli67 13 février 2010 18:33

        oH prof Marcel

        Non ! ce n’est pas BB ni Célimène
        http://www.cite-sciences.fr/derosnay/evasion/image/DeneuveJR.jpg
        in http://www.cite-sciences.fr/derosnay/evasion/orsurf.html

        Non ! Les média ne font pas un bon scientifique mais une réputation.
        Prof Barnard le modèle.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Christiaan_Barnard
        Si la chance sourit aux plus audacieux - avec une portion de délinquance dans le « caractère »,
        l’Ethique http://www.ccne-ethique.fr/ progresse et s’impose.


      • Arcane 13 février 2010 18:45

        Blague à part, c’est article est empli d’une inquiétante étrangeté.

        Que certaines pages du DSM IV soient proprement hallucinantes, j’en conviens aisément. A tout vouloir étiqueter, on met n’importe quoi sur les étiquettes. 
        Que derrière ces « diseases », il y ait souvent des produits pharmaceutiques à vendre, j’en conviens aussi.

        Mais de là à insinuer dans ce papier une corrélation entre ces traitements et le suicide de personnes sous traitement, il y a un abîme ! 

        Il serait tout aussi inepte de dire que les traitements anticancéreux provoqueraient très souvent des décès sous prétexte que les personnes décédées étaient à majoritairement sous traitement.

        Il est des personnes suicidées qui n’étaient pas sous traitement et plein de personnes sous traitement qui ne se suicident pas.

        Ceci étant dit, ce qu’il y a d’effrayant actuellement, c’est la disparition progressive de considérer le traitement dans la perspective du sujet. En effet, il est beaucoup plus rapide de poser une étiquette et filer des cachets que d’entamer une réelle cure avec des personnes qualifiées dans des endroits adaptés. Cela met plus de temps, nécessite des professionnels , des lieux de prise charge ... donc de l’argent.

        Au lieu de cela, on file des pilules (de la soft jusqu’à la camisole chimique vous transformant en légume) , et le symptômes devient moins voyant et plus supportable par l’entourage.

        Mais c’est la maladie mentale et non ses symptômes qui sont a soigner. Le traitement chimique peut être aidant s’il est ponctuel et accompagné d’une psychothérapie.

        Bien souvent d’ailleurs le traitement sert moins au malade (dans le sens ou c’est un outil et non une solution) qu’à son entourage pour qui il parait plus supportable donc accessible à et par l’autre.


      • Reinette Reinette 13 février 2010 18:57


        le lien  smiley  un ...Léon sur le forum ufologie, avec un accent belge

        trop drôle !  smiley


        pour l’article, c’est la poubelle direct


      • ZEN ZEN 13 février 2010 18:59

        Arcane
        Tout à fait en phase avec vos propos
        Merci de l’avoir dit mieux que moi


      • Louise Louise 13 février 2010 19:02

        J’étais infirmière dans un hôpital psychiatrique. Je n’ai jamais vu, autrement qu’en photo, une camisole de force !

        Quant à la sismothérapie, elle est rarement utilisée, uniquement dans des cas très précis, où elle se révèle souvent efficace.

        Pourquoi croyez-vous que les personnels, médecins et infirmier(e)s ne seraient que des brutes sans coeur ? Ils sont les mieux placés pour savoir à quel point les malades psy peuvent souffrir !
        Et si, souvent, les patients sous traitement ont l’air endormis, ensuqués comme on dit, dites-vous bien que sans ces médocs, ils seraient terrassés par l’angoisse, ou au contraire prêts à passer à l’acte de manière violente. C’est bien beau de critiquer...
        Qui critique les médecins qui prescrivent des chimios qui font perdre leurs cheveux à des jeunes femmes atteintes d’un cancer du sein ? Un mal pour un bien... Beaucoup de médicaments utiles ont des effets indésirables, malheureusement. La bêtise consiste à y voir une intention !

        Mais c’est tellement facile de dire n’importe quoi, sans savoir...


      • Roseau Roseau 14 février 2010 00:30

        Les électrochocs sont toujours aussi dangereux, avec pour seule différence qu’ils s’appellent electrosismothérapie et qu’ils sont fait sous anesthésie, pour éviter les fractures. Les dégats sur le cerveau sont les mêmes qu’avant. Ils sont pratiqués par milliers aujourd’hui en France chaque année, et pas sur des cas « lourds ». Pour donner un exemple personnel récent, une amie à moi est devenue suicidaire après 1 an d’antidépresseur donné pour des « angoisses ». Après sa tentative de suicide, elle se retrouve à l’hopital. Après quelques jours ou l’on continue à la surcharger d’antidépresseurs, comme elle semble ne pas aller mieux (qui irait mieux ?), on lui parle de la sismotothérapie (le chef de service) comme de la thérapie appropriée... Elle a pensé à me poser la question : c’est quoi la sismothérapie ?


      • JL JL 13 février 2010 14:27

        Je voudrais, à l’occasion de la lecture de cet article, évoquer les suicides récents à France.

        Les menaces de déclassement qui ont pesé sur nombre de salariés pendant cette période de « chasse aux sorcières » ont généré de l’angoisse dans une population qui par nature est plutôt bien intégrée.

        Beaucoup d’agents se sont fait prescrire des tranquillisants : ceci explique cela.


        • coudjouac 13 février 2010 15:38

          D’après ce que j’ai entendu, la majorité des « suicidés de France Télécom » étaient sous antidépresseurs. Une enquête serait la bienvenue pour confirmer ou infirmer (ou informer).


        • 5A3N5D 13 février 2010 15:45

          « la majorité des »suicidés de France Télécom« étaient sous antidépresseurs. »

          Voulez vous dire que, sans ces antidépresseurs, ils ne se seraient pas suicidés ? Vous pouvez le prouver ?
          Un peu simple d’établir une telle relation de cause à effet, non ? 


        • JL JL 13 février 2010 16:13

          « Voulez vous dire que, sans ces antidépresseurs, ils ne se seraient pas suicidés ? Vous pouvez le prouver ? » (5A3..)

          Faites le malin ! J’espère qu’un jour viendra où ceux qui évaluent les médicaments ne seront plus ceux qui les fabriquent.

          Ceci dit, ça commence à se voir, votre truc ! Quand je parle de truc, c’est celui que vous défendez et qui consiste à remplacer partout où c’est rentable pour le capital, la part de génie et de travail humain par des machines : en l’occurence, des machines à prescrire.


        • 5A3N5D 13 février 2010 16:19

          Vous êtes certain d’aller bien, J.L ? Où voyez-vous que je parle du système capitaliste dans mon commentaire ?


        • JL JL 13 février 2010 16:31

          5A3... il semble que vous n’ayez pas beaucoup d’autres arguments que l’insulte : est-ce besoin de demander si je vais bien parce que vous ne comprenez pas ? Vous ne comprenez rien parce que, soit vous le faites exprès, soit vous êtes un idiot utile. Non, idiot utile n’est pas une insulte.

          Ce n’est pas parce que vous n’avez pas explicitement parlé de capitalisme que je devrais m’interdire ce mot dans ma réponse.


        • 5A3N5D 13 février 2010 16:36

          On va laissr JL penser et croire que je suis fabricant de médicaments, ou pharmacien, ou prescripteur. Puisque c’est ce qu’il croit. Et en plus, il s’étonne d’avoir des réponses un peu « vives » à ses délires.

          Non, monsieur, je ne « roule » pour personne, et surtout pas pour les « médecines alternatives. » Croyez ce que vous voulez.


        • JL JL 13 février 2010 17:07

          Mais non 5A3, je ne pense rien, relisez bien : j’ai écrit soit lobbyiste, soit idiot utile. C’est pas clair ?


        • ZEN ZEN 13 février 2010 17:39

          Faux problème
          Certains antidépressseurs, mal administrés peuvent être sources de désordres psychiques pouvant pousser à l’acte suicidaire
          Mais il ne faut pas psychiatriser tout passage à vide. Un soutien moral, une psychothérapie courte ou longue sont souvent suffisants et permettent d’aller à l’essentiel au lieu de traiter les symptômes. Mais on manque de personnes formées...
          Le choix de l’antidépresseur, souvent nécessaire provisoirement ou sur un temps long est fondamental. D’où l’importance de l’expérience su souscripteur
          Mais je me répète...
          J’ai bon, docteur ?


        • brieli67 13 février 2010 17:56

          Pof Pof le professeur .......

          Le plus chouette trouvaille était la copulation entre une benzo et antidépresseur central tricyclique... imaginé par le bon docteur Laborit.

          Les pavillons brûlaient, brûlaient....


        • ZEN ZEN 13 février 2010 18:03

          Pof, pof ?
          Traduit de l’alsacien, ça donne quoi ?
          Allusion à Vol au dessus d’un nid de coucou ?
          Laborit fut (par hasard) un pionnier
          Mais comprend-on mieux que lui comment ça marche ?


        • ZEN ZEN 13 février 2010 18:07

          La nanotechnologie ( et non pas la nanothermite !)en matière médicamenteuse a un grand avenir:meilleur ciblage, réduction ou disparition des effets secondaires, etc...
          On en discute...


        • brieli67 13 février 2010 18:50

          Laborit était « anesthésiste » dans l’équipe chirurgicale du Val de Grâce. La molécule avait déjà été vendue par Rhone Poulenc, semble t il un trésor de guerre d’IG-Farben.
          Ce futur neuroleptique a été prescrit aux USA larga manu comme anti-vomissements ( cf thalidomide) et les patientes notaient des troubles psychiques...
          L’Etat français a tenté de récuperer un brevet !! Voilà le fin mot de l’histoire.

          Le scénariste du couple Laborit - Resnais c’est lui
          http://www.canal-u.fr/auteurs/karli_pierre/%28filter%29/K
          visionnez la conférence ou plongez vous dans ses Mémoires


        • 5A3N5D 13 février 2010 19:46

          @ J.L.

          « Non, idiot utile n’est pas une insulte. »

          Dans ces conditions, puis-je me risquer à dire que vous êtes l’idiot utile des médecines alternatives (en ce sens que vous tirez contre votre camp à chacune -ou presque- de vos interventions) ?

          Non, non, ce n’est pas une insulte. smiley


        • JL JL 13 février 2010 21:57

          5A3, vous êtes ridicule : je ne saurais tirer contre mon camp pour la bonne raison qu’en l’occurence, vous seriez incapable de dire quel est mon camp. Sauf à dire n’importe quoi. Mais attention, gare à vous : je pourrais alors démontrer que, à l’instar d’un incertain ici qui poste furtivement des âneries au sujet de soucoupistes et marchands de perlimpinpin qui n’existent que dans son délire, vous dites n’importe quoi !


        • JL JL 13 février 2010 22:01

          Mon pauvre renève, tes tentatives ridicules ne font rire que plus bête que toi ! En aucune façon, ce que tu dis là n’a de sens. Mais es-tu seulement capable de comprendre ça, toi qui fais profession de paraître ?


        • JL JL 13 février 2010 22:41

          léon, je préfère fois avoir mille ennemis comme toi qu’un seul copain dans ton genre. On n’est jamais trop prudent, alors un ennemi de plus, si tu savais ... !  smiley


        • hunter hunter 13 février 2010 15:50

          Salut à tous,

          Attention quand même, comme le dit Trolléon, à ne pas sombrer dans une anti psychiatrie primaire et binaire ; n’oublions pas que c’est un des chevaux de bataille d’une certaine secte d’origine étatsunienne, implantée entre autre du côté de la rue Legendre à Paname !

          Qu’il existe une dérive de la psychiatrie à l’anglo-saxonne, certes : ça s’inscrit dans une logique marchande : on augmente l’éventail des pathologies, donc on augmente aussi le panel de futurs « clients », auxquels on distribuera du médoc à tire larigot.
          Tout le monde y trouve son compte, enfin surtout les bibs(boulot facilité)et les labos (thunes engrangées) !

          Ce qui serait plus judicieux, c’est de combattre cette dérive, et pas se contenter de dénoncer le cadre ( psychiatrie) dans lequel elle s’inscrit.

          Il existe des psys sérieux, qui ont à cœur d’aider au plus possible leurs patients, avec les moyens dont ils disposent.

          Comme le disait Furtif, alors dans ce cas, il faut arrêter de soigner les gens ?
          Je rejoins Trolléon, faire un tel amalgame est dangereux.

          Mais peut-être que comme traitement, vous préférez ça :

          http://french.rtc.org/religion/pg002.html

          Chacun fera son choix........

          Cordialement

          H /


          • snoopy86 13 février 2010 17:42

            Merci Hunter de ce rappel salutaire

            Mais sur ce site citoyen les sectes sont sous contrôle smiley

            Le prosélytisme n’y est pas toléré sauf sur les questions
            - de santé publique
            - d’économie
            - de politique intérieure
            - de politique internationale
            - de société

            Les rubriques sports et parodie leur sont strictement interdites smiley 


          • 3°oeil 13 février 2010 15:55

            exactement les antidépresseurs qui favorisent le passage à l’acte du fait de leurs effets désinhibiteur ne devraint ètres délivrés que sous une stricte surveillance et pas par des généralistes comme c’est souvent le cas..


            • brieli67 13 février 2010 20:11

              Pardon ? un généraliste ne peut pas ?
              Vous avez combien d’années d’études au compteur ?


            • brieli67 13 février 2010 20:34

              de l’oeil
              ne devraint ètres délivrés que sous une stricte surveillance et pas par des généralistes comme c’est souvent le cas..

              oK ?


            • brieli67 13 février 2010 20:43

              Ce sont les années d’études qui font l’intelligence ?

              Renève cette remarque - botter en touche- on te la rappellera souventes fois.
              Tas de chance ! J’ai vraiment ot’chose à foutre que de soigner ton Ego.

              Des excuses plates et sincères de Lefurtif et de la band’à Léon ( Retraité, Dulcinée & Rejeton) tardent...


            • brieli67 13 février 2010 23:58

              Très bien ! Léon !!

              Merci à l’EN ! Je suis au minimum médecin généraliste : examen, diagnostic et si possible mise en place d’une thérapeutique.

              Ton expression de solution de continuité (trou) est très opportune.
              Continue de te soigner sur les média de Revelli. Profite !! 
              C’est gratuit !

              http://www.canal-u.fr/producteurs/universite_de_tous_les_savoirs/dossier_programmes/les _conferences_de_l_annee_2000/le_cerveau_les_comportements_et_les_passi ons/le_cerveau_des_affects_et_des_emotions
              Va écouter un peu le spécialiste de l’ag/g/ression


            • brieli67 14 février 2010 15:12

              Depuis des mois , des années tu as cherché en vain à me dénoncer et à mettre en lumière mes pseudos multiples
              La panique qd tu ne pouvais plus venir sous ta « tête de pierre » ... vint cette allégorie « mandragore » en fait une main rhumatismale historique, avec deux zizis...
              Qu’importe .... tu ne peux nier que tu trolles et que tu existes sous divers pseudos.

              Pour les « c comme çà chez les Léon » je sais que ça fâche de souligner la thérapie familiale sur Avox, que d’explications biscornues, de versatilités lors de l’épisode voile en Vosges... A l’origine, une intervention de Léon. Madame Claude canardait en solidarité. D’une part, elle vendait la gélatine de pomme des Mulots Fernex- De Durckheim.... D’autre part, je doutais de la qualité de son lait industriel :le Cesium radioactif du nuage d’Ukraine ne pouvait que persister dans ses champs et ses prés situés en contrebas de la Schlucht, le micro-climat le plus sec de France, moins que 35omm d’eau par an.

              Super le Renève qui part au quart de tour ! Tout pour plaire...

              Sincèrement, j’ai d’autres chats à fouetter.
              cf Deneb sur le fil : les e-chocs, entr’autres, ont facilité la prise en charge d’une personne en dépression grave.


            • brieli67 14 février 2010 19:17

              concluons concluons !

              ce trouduc de Brieli (dont on se demande d’où il connaît si bien les traitements en HP)

              Trois hypothèses : bourré, défoncé, ou givré.

              .Imagine un peu si je me permettais de jouer sur des pseudos multiples....

              Pas le temps de rechercher Didier dans les archives cet épisode « Anastasie » avec avatar de main à nodules rhumatologiques Heberden.
              Me souviens même que tu disais n’être que rarement sous cet autre pseudo....
              Mais... je te crois sur paroles.
              suis sincère et naïf, je sais


            • 3°oeil 16 février 2010 17:58

              de la dizaine de cas que je connais tous ont été délivrés par des généralistes,consultation vingt minutes, pour des gens qui sont à deux doigts de se foutrent en l’air,deux l’ont fait merci docteur


            • 3°oeil 16 février 2010 18:15

              alors que des mots suffisaient...


            • 3°oeil 16 février 2010 18:18

              40 ans d’études et vous ?


            • odile31 odile31 13 février 2010 15:56

              Merci de ne pas confondre les soins de psychiatrie et les traitements : aujourd’hui, le manque de personnels et les labos poussent à une surconsommation de spychotropes mais cela ne doit pas remettre en cause l’intérêt d’une thérapie


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 13 février 2010 21:05

                Holà.

                Fort heureusement, des voix s’élèvent contre un nartic, un de plus, qui, sous prétexte de citoyenno-journalisme, affublé d’un titre complètement délirant, produit une strate de plus dans le monde multidimensionnel du Net, où absolument tout et n’importe quoi se vautre et se gargarise, au nom de l’Ego, de la liberté du Soi, une strate de plus que de pauvres hères acculturés confondront avec de l’information.

                En ce sens, celui de l’information, celui de la transmission, c’est criminel.

                Il est criminel de déclarer que « les soins psychiatriques, ça tue ».


              • Roseau Roseau 14 février 2010 00:35

                Je n’ai compris que la dernière phrase de votre discours, mais je trouve moi que c’est salutaire de le dire. Mais si vous les aimez tant que ça, je n’empêche personne d’en profiter de son propre gré.


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 février 2010 16:07

                Moi qui suis sous Carambar , j’ vous dis pas les ravages .... smiley


                • Reinette Reinette 13 février 2010 19:09


                  Carambar ? gaffe au surdosage !

                  Moi c’est Chamalow en injection  smiley


                • hunter hunter 13 février 2010 16:10

                  Odile31 a très bien résumé la situation, qui engendre les dérives précédemment évoquées.

                  La lutte contre cette dérive, sera sans doute de permettre aux médecins et personnels soignant de la branche psychiatrie, de pouvoir faire leur travail en toute quiétude, à l’abri de la dérive productiviste qui anime le gouvernement de notre pays, et qui s’exprime d’ailleurs dans toute la sphère médicale.

                  H /


                  • Louise Louise 13 février 2010 16:18

                    Il ne faut pas mêler les soins psy et les traitements médicamenteux.

                    Parmi les dépressifs, nombreux sont ceux qui arrivent au CHS à la suite d’une tentative de suicide. Si, par la suite, et sous traitement antidépresseur, l’un d’eux « réussit » son suicide, à quoi- ou à qui- faudra-t-il l’imputer ?

                    Les psychiatres ne peuvent pas résoudre tous les problèmes de chacun. Beaucoup de dépressions résultent de la perte de son emploi, d’un divorce, d’un deuil non surmonté.
                    Les médecins soignent les symptômes, non pour aller vite, mais parcequ’il n’y a pas 36 solutions...

                    Il y a toujours des personnes pour inciter les patients à arrêter leur traitement. Elles sont à l’origine de bien des rechutes !

                    Le début du traitement, dans les cas sérieux, se fait à l’hôpital où la levée éventuelle de l’inhibition peut être contrôlée.

                    Effectivement il y a des gens qui ne parviennent pas à se sevrer de leur antidépresseur. Eh bien, après tout,ce n’est pas plus dramatique que n’importe quel autre traitement « à vie ».


                    • arnob 26 décembre 2011 16:25

                      « Effectivement il y a des gens qui ne parviennent pas à se sevrer de leur antidépresseur. Eh bien, après tout,ce n’est pas plus dramatique que n’importe quel autre traitement »à vie« . »


                      si, justement c’est dramatique. Un anti-dépresseur (et TOUS les psychotropes) fausse la vision qu’a le patient de la réalité. La réalité devient autre, comme sous tout drogue et ce n’est pas la vie.

                      Et c’est inacceptable, les anti-dépresseurs (qui sont de bon smédicaments par ailleurs) ne devraient être donné que pour des périodes courtes. S

                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 février 2010 16:20

                      j’ disais à mon pote que j’ étais allé voir le sy

                      qu’ est-ce que t’ avais me dit-il  ?

                      3000 euros ....


                      • marie81 13 février 2010 17:20

                        question bête : Qui va soigner les psychiatres ?


                        • brieli67 13 février 2010 17:30

                          Faut vaiment vous répondre ?
                          Selon votre formulation
                          TOUS LES PSYCHIATRES DOIVENT SE SOIGNER / ILS SONT MALADES !

                          Où en êtes-vous Marie avec la forclusion de votre Père ?


                        • brieli67 13 février 2010 17:59

                          pourtant à lire la prose de « c comme ça chez les Léon »

                          Jamais que celà lui viendrait à l’idée de s’excuser.


                        • marie81 13 février 2010 17:25

                          Qui a laissé sortir Nicolas ?


                          • brieli67 13 février 2010 17:31

                            Qui a voté ou fait voter pour lui ? Et qui ne fait rien depuis ?


                          • marie81 15 février 2010 09:26

                            effectivement il n y’ a pas que lui, et il n’y est pour rien
                            c’etait juste une interrogation sur la« normalité »,sur une certaine « normose »




                              • brieli67 13 février 2010 17:41

                                Y a pas que Ducros qui se décarcasse Zut et rezut

                                http://www.manche-sante.fr/v1/index.php?option=com_redaction&Itemid=422

                                On doit trouver l’équivalent dans les services de votre Département


                                • Danic Daniel Ichbiah 13 février 2010 18:02

                                  BRavo de dénoncer cette imposture.


                                  • Krokodilo Krokodilo 13 février 2010 18:10

                                    Article qui présente des problèmes réels de façon caricaturale et trop succinte. Déjà, en France nous sommes beaucoup plus prudents et modérés que les USA, par exemple sur le diagnostic d’hyperactivité de l’enfant (ou TDHA) qui est porté (sans critères bien fiables) beaucoup moins souvent qu’aux USA - proportionnellement à la population bien sûr. Exact aussi la stratégie des labos pour élargir les indications de leurs médicaments (impuissance rebaptisée troubles de l’érection, extension aux troubles féminins, etc) et pour créer de nouvelles maladies difficiles à confirmer.
                                    Mais si vous voulez lutter contre l’influence du DSM sur la psychiatrie française, n’oubliez pas que l’influence globale de la science et de l’idélogoie Etats-unienne passe par ses revues scientifiques, par l’hégémonie de sa langue, et s’exerce de nombreuses façons différentes et qui se renforcent mutuellement (revues, congrès, médias, économie, politique).
                                    Il faut soutenir la création de revues scientifiques francophones financées par toute la francophonie, la création d’un index des chercheurs tenant compte aussi des pubnlications en français, voire obliger à la pré-publication en français (ce qui aurait évité le procès Montagner-Gallo et beaucoup d’argent perdu par Pasteur).

                                    Si vous voulez combattre cette influence exercée sur la recherche dans son ensemble, et privilégier la diversité des approches, il faut s’opposer à l’anglicisation de l’UE, demander la fermeture de la télévision French 24 (également connue sous le nom de France 24) et soutenir soit un vrai plurilinguisme, soit l’espéranto comme langue-pont entre les cultures. Il ne suffit pas de dénoncer, à chacun de faire un effort.


                                    • Krokodilo Krokodilo 13 février 2010 18:57

                                      Les chercheurs japonais, du moins ceux qui sont financés par l’Etat, ont l’obligation de publier d’abord en japonais... La Chine et le Japon savent préserver leur identité. Cette dérive n’est qu’un reflet de l’abandon de la francophonie par une bonne partie de nos élites fascinées par le monde anglosaxon. Les USA sont le seul pays qui n’a nul besoin de faire de l’espionnage économique, car les chercheurs du monde entier leur envoient toutes leurs recherches ! Lorsque la revue demande son avis sur le papier à d’autres chercheurs du même domaine, la tentation est grande de copier l’idée - et c’est impossible à prouver juridiquement... Il suffit de lancer une étude voisine en retardant un peu la parution de l’article.
                                       Quant les gens prennent le « Shuttle » ou « l’ Eurostar », ils intègrent inconsciemment l’idée de la supéroirité scientfique américaine, alors qu’ils roulent français ! Et l’effet publicitaire à l’étranger est désastreux. l’idée qu’on vendra mieux les produits français en anglais ets une absurdité. Vous ne verrez jamais des anglophones négocier dans une langue étrangère, eux au moins savent à quel point l’influence linguistique est liée à l’influence économique, politique, et scientifique, ici le DSM psychiatrique qui est devenu la bible de beaucoup de nos psys.
                                      Pour recentrer sur le sujet, en se laissant glisser vers le tout-anglais, on se retrouve de plus enh plus avec des manuels de médecine, de psychiatrie traduits de l’anglais.


                                    • ZEN ZEN 13 février 2010 19:14

                                      @ Kroko, bonjour
                                      C’est vrai que le véhicule linguistique n’est pas neutre
                                      L’ anglais facilite la soft intrusion des modèles et des normes
                                      On le voit aussi en économie
                                      Si les médecins français se mettaient à s’abonner et à coopérer à l’excellente revue Prescrire, ils pourraient avoir accès à une source indépendante des groupes pharmaceutiques et feraient baisser le coût de la revue, qui est , paraît-il un obstacle...
                                      Mon médecin change de 4*4 tous les ans , mais trouve l’abonnement un peu cher... smiley


                                    • brieli67 13 février 2010 19:37

                                      Normal le français est différent structurellement de l allemand et de l’anglais.
                                      Pour toutes les Sciences dites humaines( y compris économie), il faut invariablement revenir aux définitions, sinon on ne sait plus de quoi on cause.
                                      L’Ethnologie a un passé sulfureux ... mais à quoi bon parler/inventer une discipline Anthropology ou socio-anthropologie.

                                      Le Champ freudien/lacanien a souffert des traductions à la volée d’une Bonaparte.

                                      Faut revenir à la bonne sémiologie clinique du Docteur Ey
                                      http://www.amazon.fr/Manuel-psychiatrie-Henri-Ey/dp/2225812861
                                      et un psychiatre est un médecin et se doit d’examiner son patient en entier. Que de brucelloses aux dérivés de laits bios de chèvre.... Même des tabès, des syphilis tertiaires dans la « restauration » ...

                                      Encore faux pour l’Institut Pasteur !! L’agent viral a été trouvé (et prouvé par après) par pur raisonnement... intellectuel oui !. Ce Prix Nobel n’aurait jamais du être partagé avec les bandits et escrocs de chez Abbott

                                      La tradition des aliénistes français : ne jamais coller une étiquette sur le contenant.
                                      Si outr’atlantique on rafolle de border-lines et de traitements minute, laissons les.


                                    • Krokodilo Krokodilo 13 février 2010 20:42

                                      Bonjour. L’abonnement à Prescrire coûte exactement 245€/an, plus des extras, comme un test de lecture qui valide pour la formation continue, ou des formations en ligne. A noter que cette revue comprend une page de formation à l’anglais médical... au motif que les références pour faire la synthèse sur un sujet sont presque toutes en anglais, excellente illustration de l’effet boule de neige de l’hégémonie que la francophonie a laissé s’installer. Il existe malgré tout d’autres bonnes revues francophones payantes auxquelles certains médecins sont abonnés, comme Le Concours médical, La revue du praticien, mais on peut se contenter des revues envoyées gratos parce qu’elles sont financées par la pub des labos...
                                      A vrai dire, la question des publications en anglais ne concerne pas les généralistes (sauf profils particuliers, relecture pour des revues, etc.), mais plutôt les spécialistes, et plus encore les chercheurs ou praticiens-chercheurs. Une revue de cardio est ainsi passée à l’anglais voici quelques années, sans raison vraiment valable, sinon l’illusion d’acquérir une stature internationale. Tant que la France ne prendra pas de smesures énergiques pour fédérer la francophonie derrirèe des projets précis et des mesures plus concrètes qu’envoyer Raffarin aux JO d’hiver, ça continuera ainsi, au détriment de la diversité de pensée dans les sciences. En outre, selon des enquêtes sérieuses, la plupart des ces publications ne sont jamais lues !
                                      Celles qui sont réellement innovantes sont estimées ) 2 ou 5%, auxquels on peut ajouter 10% qui amènent un développement intéressant à un problème déjà connu.


                                    • Clojea CLOJEA 13 février 2010 18:21

                                      La Psychiatrie est une imposture. Elle ne soigne rien et tue. Oui, je le dis, la psychiatrie tue. Les Psychiatres sont des charlatans et ne devraient pas avoir le droit d’exercer. Les anti dépresseurs et autres pilules du même genre tuent, et conduisent au suicide voire à des homicides. L’électrochoc a été inventé par un psy italien. Ce dernier a eu la « révélation » en voyant que des porcs, avant d’entrer dans la chaîne d’un abatoir, se tenaient plus tranquilles après avoir reçu un électrochoc. Et hop ! application sur un cobaye humain qui après avoir reçu la première décharge a déclaré « Arrêtez c’est mortel ». Evidemment les psys ont continués. Dans le même style, les chocs à l’insuline, les camisoles chimiques, bref ! le massacre. Mais là ou cela devient encore plus pernicieux, c’est que les psys donnent de la Ritaline aux enfants. C’est quoi la Ritaline ? Une amphétamine... Et oui, Kurt Cobain, chanteur de Nirvana est mort d’une overdose, mais quand il était gamin, un « bon psch lui a fait prendre longtemps de la Ritaline ». Un exemple parmi tant d’autres. Chercher l’erreur. Félicitation a l’auteur pour cet excellent article.


                                      • Le péripate Le péripate 13 février 2010 18:42

                                         smiley 


                                      • Krokodilo Krokodilo 13 février 2010 20:46

                                        Ce qui tue le plus sur Terre, ce sont les hommes ! Après, ou juste avant, ce doivent être les maladies endémiques des pays sous-développés, puis, loin derrière, les catastrophes naturelles, la route, l’alcool, les suicides, la misère sociale.


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 février 2010 20:50

                                        La première cause de la mort , et ceci dans le monde entier c’ est l’ arrêt de vie .

                                        Quelles que soient les antécédents .


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 février 2010 21:16

                                        oupla , quels que soient .....


                                      • Clojea CLOJEA 13 février 2010 18:39

                                        a Trolléon : Un souçi ?


                                        • brieli67 13 février 2010 21:04

                                          des soucis ? Clojea ?
                                          qu’en automne après les colchiques


                                        • ZEN ZEN 13 février 2010 19:05

                                          Clojea
                                          N’avez-vous pas l’impression que vous « simplifiez » un peu smiley


                                          • brieli67 13 février 2010 21:02

                                            Zen,

                                            J’ai pas de 4X4 mais au moins deux tracteurs ...
                                            Prescrire suis abonné depuis 3o ans... et dans l’assoce..
                                            Je me refuse de publier dans la revue et de participer tant que j’ai mailles à faire professionnellement avec l’Industrie et les forces collatérales.

                                            J’ai tout bon ? Tu changes quand d’Officier de Santé ? Si le consommateur change trois fois de médecin, il est dans la bonne voie de Santé : bon diagnostic et thérapeutique sélective, spécifique et personnalisée.

                                            Et un Gewürz ! Santé !

                                             


                                          • Clojea CLOJEA 15 février 2010 18:59

                                            @ZEN : Simplifiez... Je le voudrais bien, mais la réalité brutale de la Psychiatrie m’oblige à dénoncer cette soi disant science, car elle ne soigne rien. Par contre, ils touchent un max de blé, et ça ce n’est pas tolérable. Ajoutez à cela que pas mal de psychiatres sont actionnaires de Labos, et vous aurez tout compris.
                                            Impossible disais-je de simplifier, car je pourrais en parler pendant plusieurs pages, cela ne suffirait pas. J’ai été plongé malgré moi dans l’univers de la Psychiatrie. Deux parents très très proches ont eu, à des époques différentes une dépression. (Cela arrive à tout le monde d’avoir des hauts ets bas, pas très grave en fait). Le « bon médecin de famille » contaminé par les labos, ordonna de son écriture patte de mouche, des pilules rose, bleu jaune. Traduisez par Mogadon, Temesta, Lexomil etc... Trop jeune à l’époque pour réaliser quoi que ce soit, à part l’incompréhension de voir quelqu’un que j’aimais beaucoup complètement droguée et hébétée. Je ne cherche aucune compassion en écrivant ceci, juste je relate des faits. La première parente ne s’est jamais sortie de la dépression et elle a terminé sa vie prématurément. (Les pilules du bonheur....). L’autre parente à terminé Azheilmer.
                                            Plus tard, j’ai cherché à comprendre et je me suis plongé dans l’univers nauséabond de la Psychiatrie. Quelle histoire ! Depuis l’apparition de cette « science » vers 1880, édifiant. Camisole, plongeon dans des bains d’eau glacée, électrochocs (pardon sysmothérapie, cela fait plus chic), un électrochic, un électrochoc, bon bref ! Je continue les horreurs, chocs à l’insuline, leucotomie transorbitale et lobotomie préfontale. Hou là, quésako ? Noms ronflants pour deux actes de barbaries qui consiste à plonger un pic à glace (petit) derrière le globe oculaire pour aller dans le cerveau et couper quelques ligaments, nerfs etc... Vous êtes candidats ? Pas moi. Y’avait même un psy américain qui se déplacait dans les foyers faire ça à domicile. La Lobotomobile qu’il appelait ça l’abruti. Cela pourrait prêter à rire, sauf que quand il sortait de la maison ou il avait officié, la patient était réduit à un légume pour le restant de sa vie. Je suis rentré dans un hôpital psychiatrique plusieurs fois pour enquêter. J’aime pas ce que j’y ai vu. La suite à un prochain numéro. Par contre, je suis persuadé que la maladie d’Azheilmer pourrait trouver sa source à cause des molécules ingurgités par les gens. Car, beaucoup trop de gens carburent à ces pilules, et nul ne sait si à la longue cela ne modifie pas ni ne détruit les cellules du cerveau d’ou Azheilmer. Si quelqu’un à des infos la dessus, qu’il me le dise. Merci d’avance. 


                                          • curieux curieux 13 février 2010 20:44

                                            A tous les troll d’agoraVox. Sur la notice des anti-dépresseurs, il suffit de lire(si vous savez) les risques suicidaires sont indiqués dans les effets indésirables.
                                            En fait, on soigne le mal par le mal.
                                            La psychiatrie guérit toutes les personnes qui s’en serait sorti sans passer par l’hopital et les anti-dépresseurs.
                                            Le reste n’est qu’une arnaque, comme la grippe A


                                            • Krokodilo Krokodilo 13 février 2010 22:25

                                              Ne pas guérir n’est pas forcément une arnaque ! La médecine ne guérit pas tout, loin de là, on peut même dire que la guérison est rare et les maladies chroniques nombreuses (Diabète, hypertension pour les plus connues). A côté de la guérison, il y a la stabilisation et/ou le soulagement des symptômes. Le cerveau est encore largement terra incognita, malgré le s progrès de l’imagerie fonctionnelle, mais ce n’est pas une raison pour rejeter en bloc la psychiatrie et nier les apports bénéfiques de ces molécules, utilisées à bon escient ; c’est d’ailleurs en grande partie empirique.


                                            • rikiki 13 février 2010 22:27

                                              Cher Léon Troll, ce n’est pas donné à tout le monde d’être fou !

                                              Comme disait un spécialiste de la psyché : Devenir fou ne relève pas de l’art ; mais extraire de la folie la sagesse, voilà tout l’art. La folie est la mère des sages, mais jamais l’intelligence.


                                              • Noor Noor 13 février 2010 22:43

                                                Jai toujours pensé que les médicaments nous abrutissaient plus(c’est pourquoi je n’en prend que trés rarement )mais le penser soi même et se le voir confirmer ce n’est pas la même chose..... Ca fait quand même froid dans le dos.


                                                • JL JL 13 février 2010 22:48

                                                  Noor, connaissez vous ce très beau mais douloureux et implacable film-reportage que Sandrine Bonnaire a réalisé concernant sa jeune soeur ? Je vous le recommande, il a parfaitement sa place dans ce débat..


                                                • fdriss 13 février 2010 23:57

                                                  ca va fort..

                                                  de manière générale, lors d’une dépression, un Anti-depresseur est co-prescrit avec un Anxiolytique pour justement empêcher le passage à l’acte, le suicide ; les psys le savent depuis déjà assez longtemps que prescrire un anti-depresseur seul, pour une dépression majeure, est criminel !

                                                  « le nouveau DSM va tellement ouvrir le champs de la maladie mentale », ce qui est tout à fait normal puisque la pathologie Psychiatrique est très complexe et reste encore à découvrir ; à l’heure de la neuro-biologie, de moyens d’exploration du cerveau et du champs sémiologique qui ne cessent de se développer.

                                                  Je vous rejoins sur le fait de la répertoration des pathologies psychiatriques dans le DSM semblent très arbitraire. Comment se baser sur un simple vote ?(souvent fait à main levée)

                                                  Mais enfin, pour revenir au vif du débat, sur le suicide ; une conduite suicidaire ne se résout pas par une simple prescription médicamenteuse, elle nécessite tout un cadre thérapeutique dont de nombreuses séances de psychothérapie, en somme rien qui relève du miracle..

                                                  Votre article soulève un point interessant : de trop nombreuses conduites suicidaires, même chez des patients suivis et sous traitement. Je dirais que la montée du taux de suicide n’est autre que le fruit de notre socièté actuelle. Il est bon de citer qq facteurs de risque : Isolement familial et social, mauvaise qualité de l’entourage, difficulté financière et professionelle, Evenement de vie stressant, Impulsivité, Abus ou dépendance à un produit psychoactif, pathologie somatique, trouble psychiatrique, maltraitance ou abus sexuel dans l’enfance..


                                                  • Deneb Deneb 14 février 2010 09:32

                                                    La psychiatrie est une de seules branches de medicine qui n’a pas profité des découvertes d’asepsie et d’antibiotiques des siècles passés.


                                                    Les croyances freudiennes, basées sur la soi-disant expérimentation mais en réalité des mises en scène ont fait beaucoup de dégats. L’intérêt thérapeutique des approches freudiennes est inexistant.

                                                    La seule issue d’une vraie pathologie psychiatrique, pas un coup de blues comme il en arrive parfois dans la vie de chacun, est la médication savamment dosée. Un psychiatre est comme un cuisinier, sachant melanger des ingrédiants pour que le malade souffre moins et puisse vivre en société. L’etat du patient est comme un plat : reussi, avec gout ou insipide et indigeste. 

                                                    Le suicide d’un patient est un echec pour le medecin, mais nombreuses autres maladies sont mortelles, aussi. Quelqu’un présentant une pathologie mentale a tout de même bien plus de chances de se suicider qu’une personne saine d’esprit.

                                                    • Deneb Deneb 14 février 2010 10:55

                                                      Chantecler : j’ai très bien pu voir ça chez un proche qui a fini aux électrochocs après avoir essayé une approche analytico-thérapeutique qui n’a fait que singulièrement aggraver son êtat (et allèger son portefeuille). C’est dur à dire, mais la sismo a été efficace au diable. Ca fait 4 ans que la personne est sorti de ses crises d’angoisse et de souffrance pour vivre une vie normale et heureuse. Aujourd’hui elle est toujours sous traitement chimique, mais minime. Je ne croyais pas à l’époque que c’était possible, je me rends aujourd’hui à l’évidence. Il n’y a que les imbeciles qui ne changent pas d’avis.


                                                    • ZEN ZEN 14 février 2010 10:08

                                                      Deneb
                                                      Sur le psychanalyse, il faudrait revoir votre copie
                                                      Un cliché de plus
                                                      Je sais , c’est la mode de faire de l’antifreudisme..


                                                      • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Webster Rorschach 14 février 2010 10:20

                                                        Je pense que l’époque ou nous vivons est extrêmement malsaine. Nous en sommes rendus à considérer la dépression comme une maladie.

                                                        Définition succinte de la dépression selon la wikipédia francophone

                                                        « Une maladie [...] ou un syndrome dont la manifestation centrale est un état mental caractérisé par une lassitude importante, une dépréciation de soi, un pessimisme qui entraînent des perturbations importantes dans les rapports psycho-affectifs  »

                                                        Or, le fait d’être malheureux n’a rien d’une maladie. Il y a des tas de gens qui sont malheureux pour des raisons tout à fait précise et logiques, et ne cesseront de l’être que si la cause extérieure disparait.

                                                        Il y a bien des gens qui souffrent d’une dépression pathologique. Des gens qui sont riches, bien portant, entourés par une famille aimante, des amis sincères, et qui ont une vie amoureuse sans arriver à être heureux, et il est probable qu’une aide psychologique (je ne me mêlerais pas de discuter laquelle) puisse leur venir en aide.

                                                        Toutefois, la majorité des gens en état de dépression ne sont pas dans cette configuration.

                                                        La dépression est un état mental qui n’a rien de pathologique, c’est une réaction à certaines conditions désastreuses dans l’existence comme le rire est une réaction aux films des monty pythons, et vouloir soigner la dépression sans toucher aux conditions de vie qui la provoquent, à coups de pilule, c’est d’un ridicule achevé.

                                                        Voila, c’était ma minute de raisonnement absurde basé sur une ignorance totale du sujet et des supputations non moins absurdes. Bon trollage.

                                                        Typhon


                                                        • 5A3N5D 14 février 2010 11:41

                                                          @ Rorschach, Chanteclerc

                                                          La tristesse n’est pas une dépression :

                                                          http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=depression_pm


                                                        • Marie 14 février 2010 12:55

                                                          Enfin un article qui ne mâche pas ses mots sur un sujet tabou. Il y a des voies de sortie à explorer, la première étant que tout patient devrait recevoir un examen médical approfondi avant d’être traité en psychiatrie. Cela réglerait un pourcentage non négligeable des cas, une maladie physique non décelée créant parfois des troubles mentaux. Pourquoi cela n’est-il pas fait ? Par ailleurs, il est vrai que les antidépresseurs mettent la personne dans un état second dans lequel elle ne contrôle plus ses actes. Nombre de personnes sous « traitement psychiatrique » qui ont tué père, mère ou femme et enfants, ont été rétrouvés dans un état hagard, ne sachant plus ce qu’ils avaient fait, ni pourquoi. Ils ne peuvent s’expliquer leur geste. Il me semblerait important également de vérifier dans quelle proportion les personnes qui se suicident, en prison, dans l’entreprise comme à France-télécom, dans la vie ordinaire, et en hôpital psychiatrique où le taux de suicide est loin d’être négligeable, ne sont pas d’abord des personnes sous l’emprise d’un antidépresseur avant que d’être victime d’une circonstance sociale. Les êtres sont, en règle générale, costaud devant les difficultés de la vie. Tuer ses enfants après un divorce, se suicider en prison ou dans un moment plus dur économiquement ou au travail, ce ne devrait pas être aussi courant que ce que l’on voit se produire aujourd’hui. Or, parallèllement, aujourd’hui, il se passe une chose : ces mêmes personnes consomment des antidépresseurs. Il y a bien matière ici à enquête. Cela est demandé depuis plus de dix ans : qui bloque cette enquête ? Quant aux électrochocs, c’est de la barbarie. Comment appeler thérapie un acte qui consiste à détruire des cellules et à affaiblir le corps ?


                                                          • brieli67 14 février 2010 13:18

                                                            Comment appeler thérapie un acte qui consiste à détruire des cellules et à affaiblir le corps ?
                                                            Des liens svp !

                                                            médecin des prisons
                                                            http://xuihtecuhtli.over-blog.com/article-veronique-vasseur-medecin-chef-a-la-prison-de-la-sante-42896719.html
                                                            le bouquin, ant_gouvernement Jospin
                                                            http://www.amazon.fr/M%C3%A9decin-chef-%C3%A0-prison-sant%C3%A9/dp/2253151734

                                                            voir Wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9ronique_Vasseur
                                                            Au lendemain de sa défaite à la mairie du XIII, dénonçant un « lâchage » de l’UMP Parisien et les guerres intestines, elle annonce qu’elle ne siégera pas au conseil de Paris, démissionne de l’UMP et décide de se retirer de la vie politique.

                                                            En dépit de ce coup de gueule, les problèmes pénitenciers restent entiers : gouvernements de Chirac, de Sarko...NADA ! Et on fout les « personnes autorisées » à la porte en attendant la privatisation.


                                                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 février 2010 13:07

                                                            On est tous fous .

                                                            Quelques uns se contrôlent .


                                                            • Jojo 14 février 2010 15:43

                                                              Et oui, même les meilleurs peuvent à l’insu de leur plein gré être hors la loi smiley  http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=7585


                                                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 février 2010 13:13

                                                              Ambroise Paré , médecin de quatre rois --- Henri II François II, Charles IX , et Henri III ne put jamais se guérir lui-même de l’ irrépressible terreur , allant jusqu’ à l’ évanouissement , qui le prenait à la vue d’ un plat de’ anguilles .


                                                              • poesophie 14 février 2010 16:16

                                                                Article excellent !
                                                                Une page édifiante corrobore ce que vous dîtes :
                                                                http://planete.over-blog.net/article-et-si-les-psychotropes-vous-poussaient-au-suicide-sous-le-vernis-la-verite-sur-la-psychiatrie—36694568.html
                                                                Arrêtons de jeter l’argent par les fenêtres, ou plutôt arrêtons d’en donner à ceux qui fabriquent ou empirent des criminels. Pourquoi eux auraient droit à ce que des gens meurent pendant leur traitements alors que des bienfaiteurs peuvent à peine tousser quand ils veulent soigner ?
                                                                Merci !


                                                                • Jojo 14 février 2010 16:23

                                                                  Si j’étais commerçant, je ne tuerais pas mes clients…

                                                                  Poesophie ? Antro ?


                                                                • Jojo 14 février 2010 16:24

                                                                  Anthro pardon !


                                                                • brieli67 14 février 2010 17:21

                                                                  Pour nous guider vers la confrère Docteur Rima Laibow
                                                                  la copine Codex du Jardinier Eugène
                                                                   
                                                                  http://planete.over-blog.net/

                                                                  Anthroposophie Steiner Jojo ?
                                                                  ou carrément une autre obédience ?


                                                                • Jojo 14 février 2010 17:56

                                                                  Bonjour Brieli

                                                                  Ne me dites pas que le départ de Borat était définitif, si ?

                                                                • brieli67 14 février 2010 19:49

                                                                  @ Jojo

                                                                  Je crains que oui !
                                                                  Gazi existait sous un autre pseudo sur Avox, avant. Là, l’été dernier, il désirait se glisser dans un nouveau personnage., mais c’était toujours et toujours du Gazi au clavier.
                                                                  Ah ! les ludions ! Une Créature peut devenir harassante à la longue.
                                                                  Faut respecter son choix de vouloir tourner la page.
                                                                  Avox est autre depuis : c’est la vie !


                                                                • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 février 2010 19:00

                                                                  Mais où qu’ il est passé Gazi ?

                                                                  Une encyclopédie sur pied le gars ....


                                                                  • Deneb Deneb 15 février 2010 05:06

                                                                    Il doit être en pèlerinage à la Mecque. Depuis le temps qu’il rêvait de hadj.


                                                                  • ZEN ZEN 14 février 2010 19:57

                                                                    Chantecler
                                                                    Le lien ne marche pas
                                                                    J’ai essayé
                                                                    Le site est injoignable. Peut-être en travaux ou en déménagement


                                                                    • Krokodilo Krokodilo 14 février 2010 20:38

                                                                      Ou en googlant « pharmacritique », ça marche aussi.


                                                                    • biesablof biesablof 14 février 2010 22:34

                                                                      Je crois que l’on aurait tort de dire que les psychiatres sont TOUS des criminels.


                                                                      Dans le lot, on trouve aussi des obsédés sexuels smiley

                                                                      • Danic Daniel Ichbiah 14 février 2010 22:46

                                                                        ca me rappelle une chanson que j’avais commencé à écrire...

                                                                        Un digne représentant de cette caste ratrice y chantonnait quelque chose comme ceci :

                                                                        Regardez-les dans les coulisses..
                                                                        Ces justiciers de pacotille
                                                                        Pour qui se prennent ces détectives
                                                                        Qui viennent fouiller dans nos cliniques ?

                                                                        Ils sautent sur le moindre fait divers
                                                                        Une banale erreur médicale
                                                                        Un surdosage dans la cuillère
                                                                        Ou un suicide bien regrettable

                                                                        Il n’y aurait pas de quoi fouetter un chat
                                                                        S’ils n’en faisaient un tintamarre
                                                                        Et alertaient les médias
                                                                        Je le dis, vraiment oui, y’en a marre !
                                                                        (rétablissons la vérité…)

                                                                        Non non non les psychiatres, ne sont pas tous des criminels !

                                                                        Les plus vils de nos détracteurs
                                                                        Prétendent que c’est nous les cinglés
                                                                        Que nos diplômes comptent pour du beurre
                                                                        Que nos théories sont biaisées

                                                                        Qu’ils viennent nous le dire d’homme à homme
                                                                        Je leur dirais ma façon de penser
                                                                        Enfermés dans une camisole
                                                                        Le cerveau, j’m’en vais vais leur laver

                                                                        Avec toutes ces histoires salaces
                                                                        Ils salissent la profession
                                                                        Et font croire à la populace
                                                                        Qu’on des escrocs polissons
                                                                        (c’est ça !… et on pue des pieds aussi ?)

                                                                        Non non non les psychiatres, ne sont pas tous des criminels !

                                                                        Si vous insistez je la termine smiley)


                                                                        • JL JL 15 février 2010 08:30

                                                                          Oui, j’insiste, svp !


                                                                        • Clojea CLOJEA 16 février 2010 11:29

                                                                          @ Daniel : Excellent ! A quand un CD sur fond de rock ?


                                                                        • JL JL 15 février 2010 08:28

                                                                          « Si les savants ne peuvent pas faire des expériences sur le corps des hommes individuels, ils ne demanderont pas mieux que d’en faire sur le corps social, et voilà ce qu’il faut absolument empêcher » (Bakounine)

                                                                          L’affaire du H1N1 est caractéristique de l’évolution en cours : décomplêxée et à grande échelle.


                                                                          • 5A3N5D 15 février 2010 09:55

                                                                            « L’affaire du H1N1 est caractéristique de l’évolution en cours : décomplêxée et à grande échelle. »

                                                                            Oui, mais ce n’est pas le sujet de l’article, juste une obsession de J.L. smiley


                                                                          • JL JL 15 février 2010 10:29

                                                                            bonjour 5A3ND,

                                                                            vous préfèreriez que je cite la délivrance de psychotropes et neuroleptiques par des généralistes ? Il y a un vingtaine d’années, lors d’un épisode passager comme cela arrive plusieurs fois dans une vie, j’étais un peu fatigué et je dormais mal. Comme je craignais que mon travail s’en ressente, j’étais allé voir mon généraliste : il m’a « délivré » du Rohypnol ! Comme ça, sans crier gare. J’ai vite compris et après un ou deux essai j’ai jeté le reste ! Autre chose ?


                                                                          • Nut’ 25 mai 2013 21:43

                                                                            Tout ceci est malheureusement vrai... 


                                                                            J’ai 18 ans, et j’ai vécu l’ENFER dans des hôpitaux psychiatrique. Mon pire souvenir date de décembre 2012 et j’en serai traumatisée à vie. J’ai été attachée, enfermée dans un service pour adultes car je suis majeure (les autres avaient tous entre 25 et 80 ans). J’étais avec des gens ayant des pathologies mille fois plus lourdes, peut-être même des meurtriers (oui, il y a quelques années, il y avait eu un meurtre dans le service voisin...)
                                                                            Ils m’ont aussi drogué aux médocs. Ils m’ont filé CINQUANTE gouttes de Tercian (non, non, je ne plaisante malheureusement pas). Résultat, j’ai eu des maux de têtes et des vertiges abominables, je me suis écroulée à deux reprises dans les couloirs, totalement inconsciente. Je n’avais JAMAIS fait de malaises aussi terribles de toute ma vie. Ils n’en avaient rien à cirer.

                                                                            Ils m’ont laissé sortir sous contrainte, ils m’ont dit que si je récidivais, je resterai dans cet asile de fous pendant un mois & demi voir plus.
                                                                            En gros, je vis comme une criminelle qui, si elle recommence son crime (tentative de suicide), retournera en prison.
                                                                            Car en l’hôpital psychiatrique et la prison, il n’y a pas de grande différence. Sur certains forums, des anciens détenus m’ont carrément avoué avoir préféré la prison...

                                                                            Maintenant, une chose est sûre : si j’ai à nouveau envie de me suicider un jour, je choisirai une méthode sûre et je ne me louperai pas, ça c’est sûr. 
                                                                            Parce qu’il vaut MILLE FOIS mieux mourir plutôt que d’être internée dans ce genre d’endroits qui mène à la folie ou qui rend encore plus dépressif qu’on ne l’est (pendant cet horrible séjour, mes envies suicidaires n’ont fait que s’accroître).

                                                                            D’ailleurs, j’aurais bien aimé me tuer là-bas, en laissant une lettre. Qui sait, après, ils auraient peut-être posté un article comme ci sur le Net, avec pour titre : « Une adolescente de 18 ans se suicide dans un hôpital psychiatrique »
                                                                            Et en article plus bas : «  »Samedi dernier, une jeune fille de 18 s’est donné la mort dans un hôpital psychiatrique de Seine-Saint-Denis. Avant de commettre l’irréparable, elle a laissé une lettre, où elle explique que son profond mal-être a été grandement accentué par son internement." [...]

                                                                            Cela aurait peut-être fait ouvrir les yeux ? 
                                                                            Qui sait, ça arrivera peut-être un jour. 

                                                                            En y repensant, mes larmes coulent. C’est un véritable TRAUMATISME. Les séquelles me resteront à vie.


                                                                            • Nut’ 25 mai 2013 22:14

                                                                              Tout ceci est malheureusement vrai. 


                                                                              J’ai 18 ans. Etant dépressive depuis l’âge de 13 ans, j’ai vécu l’enfer dans les hôpitaux psychiatriques. Mon pire traumatisme date de Décembre 2012.
                                                                              J’avais menacé de me suicider sur Internet. Un internaute avait prévenu les pompiers et la police. Ceux-ci sont venus me chercher chez moi et m’ont embarqué de force, alors que j’étais en pyjama dans mon lit. 
                                                                              Aux urgences, j’ai vu une horrible psychiatre, qui m’a dit que j’allais être hospitalisée de force. J’avais beau crier que je ne voulais pas, pleurer, elle s’en fichait complètement. Elle me disait juste : « On vous laisse pas le choix Mademoiselle, sinon j’appelle la préfecture de police et le maire ! »
                                                                              Je n’avais qu’une envie, jeter toutes ses affaires, lui cracher dessus, m’enfuir en courant, me jeter sous une rame de métro pour ne pas être internée dans un horrible endroit appelé « hôpital psychiatrique ». 
                                                                              Malheureusement, quand j’ai tenté de me sauver, elle a hurlé « On va la contentionner ! On va la contentionner ! »

                                                                              Imaginez-vous l’impact que ce genre de paroles « On va la contentionner ! » peut avoir sur une jeune fille en souffrance. Honnêtement, plus on entend ça, plus on a envie d’en finir, et au plus vite. Cette salope m’a rattrapée. Elle a demandé à des infirmiers de m’attacher. 
                                                                              Ils m’ont enlevé le haut de mes vêtements (soutien-gorge y compris), puis m’ont sanglé sur un lit durant 20 minutes. Un pur enfer, qui ne faisait que commencer.
                                                                              Ensuite, ils m’ont transféré dans le service de psychiatrie « adulte » (puisque j’ai 18 ans et que je suis majeure, je suis considérée comme une « adulte », alors que bien évidemment, je n’en suis pas du tout une, d’ailleurs même physiquement je ne fais pas plus de 14/15 ans...)
                                                                              Dans l’asile de fous où ils m’ont interné, les autres patients n’avaient pas 18 ans, mais entre 25 et 80 ans. Autant dire que moi, je n’étais qu’une petite fille par rapport à eux.
                                                                              Ensuite, ils avaient quasiment tous des pathologies mille fois plus lourdes que la mienne. Certains avaient des hallucinations, ne comprenaient rien à ce qu’on leur disait, n’était absolument pas lucides. Il y avait un handicapé en fauteuil roulant qui bavait, tournait des yeux et était totalement incapable de se nourrir seul. Des vieilles venaient me demander à ce que je leur enlève leurs vêtements, même leurs soutiens-gorges !!! Je refusais : elles ne comprenaient pas, elles insistaient...

                                                                              Bref, ils étaient gravement atteints. De vrais fous... Alors que moi, je suis parfaitement lucide, j’étais juste là-bas parce que j’étais malheureuse. 
                                                                              Ces patients me faisaient très peur, d’autant plus qu’il y a quelques années, il y a eu un meurtre dans le service voisin. Sans compter les innombrables vols dont nous parlaient les infirmières...

                                                                              De plus, nous n’avions pas le droit de sortir, nous étions enfermées du MATIN AU SOIR. Service fermé. Mon problème : dépendance affective. Je suis obsédée par une personne, je pense à elle jour et nuit.
                                                                              Alors quoi, c’est en m’enfermant du matin au soir que je vais cesser d’être obsédée par elle ? Au contraire : cette horrible dépendance ne fera que s’accroître en agissant de la sorte !
                                                                              Il en est de même pour les jeunes filles anorexiques qui sont enfermées dans des chambres d’isolement. Elles qui sont déjà obsédées par leurs poids, plus on les isole, plus elles sont obsédées, puisqu’elles n’ont aucun moyen de se changer les idées ni de penser à autre chose.
                                                                              D’ailleurs, on le voit bien, dès qu’elles ressortent, elles rechutent toujours, car l’anorexie est avant tout une maladie de l’âme...

                                                                              A propos d’anorexie, moi je n’étais pas dans cet asile de fous pour anorexie, j’ai un poids tout à fait normal, et pourtant, ils ne cessaient de me répéter qu’ils ne me laisseraient pas sortir si je ne mangeais pas !!!
                                                                              Mais leur nourriture est dégueulasse. Tellement dégueulasse que j’ai fini par manger des nuggets pour qu’ils me laissent sortir alors que je suis végétarienne....
                                                                              Et je culpabilise beaucoup (je suis végétarienne à cause de la torture envers les animaux...)

                                                                              Dans cet asile de tarés, ils m’ont également donné CINQUANTE gouttes de Tercian (oui, oui,CINQUANTE, je ne blague pas !)
                                                                              Résultat : Vertiges, malaises, chute de tension, pâleur extrême, impossibilité de tenir de bout, je me suis écroulée à 2 reprises dans les couloirs. Je n’avais JAMAIS fait de malaises aussi terribles de toute MA VIE !

                                                                              Ces connards disaient que ces malaises étaient dus au fait que je ne « mangeais pas assez » : comment réagir face à une telle connerie ?!
                                                                              Il m’est déjà arrivé de jeûner deux jours de suite sans avoir le moindre malaise. 

                                                                              Ils m’avaient donné ce neuroleptique pour soit-disant « m’apaiser ». Ah, c’est ça qu’ils appellent « apaiser » ? Qu’ils revoient leurs dicos ces enfoirés...

                                                                              Mais ça leur plaît. Même s’ils savent qu’ils nous détruisent, ils s’en foutent, puisque comme dit maintes et maintes fois, les médicaments, ça fait le bonheur de l’industrie pharmaceutique. Alors plus on en vend, mieux c’est !!!

                                                                              J’ai même l’exemple de mon médecin généraliste qui a voulu me prescrire du Zyprexa. Il m’en a prescrit alors qu’il ne connait strictement RIEN de mes problèmes, que je ne lui ai JAMAIS RIEN DIT, jamais parlé. Mes parents lui ont juste dit que j’étais « déprimée ». Point à la ligne. 
                                                                              Donc voilà, les psychiatres et les médecins généralistes peuvent même nous prescrire leur poison avec ZERO minutes d’entretien, uniquement si une personne de votre entourage leur dit que vous êtes « déprimé », et ce même si vous êtes majeur !!!!!!!!!!

                                                                              Le plus horrible, c’est de se sentir impuissant face à toute cette atrocité. 

                                                                              Vous connaissez le livre « Le Pavillon des enfants fous » de Valérie Valère ?
                                                                              Elle décrit tellement bien l’enfer des hôpitaux psychiatriques.
                                                                              Elle ne cessait de répéter : « Ils ne m’auront pas !! »
                                                                              Elle a de la chance, elle s’est suicidée, ils ne l’ont pas eue... Moi non plus, ils ne m’auront pas !!!!!!!!!!

                                                                              Honnêtement, si on l’avait mieux traitée, peut-être irait-elle mieux et serait-elle toujours en vie ? Tout comme Solenn, la fille de Patrick Poivre d’Arvor, qui a dû subir DEUX MOIS d’isolement. La pauvre... Moi, je n’ai passé que 4 jours en service fermé, et j’en serai déjà traumatisée à vie (pourtant, j’avais le droit de voir ma famille), alors j’ose à peine imaginer ce qu’elle a dû enduré.

                                                                              Qu’elle se soit jetée sous une rame de métro, ça ne m’étonne pas.
                                                                              Quand on est déjà malade comme elle, c’est déjà super dur, alors pour nous aider, on a besoin d’amour, d’affection, de renfort et de soutien.
                                                                              Au lieu de ça, on a enfermé cette jeune fille qui souffrait déjà, on lui a interdit tout contact avec sa famille, on l’a coupé de tout ses liens. L’isolement renforce la dépression.

                                                                              Et après, on s’étonne qu’elle se soit suicidée —’
                                                                              Mais c’est pourtant parfaitement LOGIQUE !
                                                                              Au moins, à la Maison de Solenn, ils n’agissent pas ainsi, ils n’interdisent pas le contact avec les proches. Ils pensent au contraire que la famille est très importante pour la guérison.
                                                                              Bon, le seul truc que je déteste là-bas, ce sont encore les médocs qu’ils prescrivent, mais cet endroit est quand même bien mieux qu’un HP...

                                                                              Voici une vidéo, que j’ai créé en son hommage : http://www.youtube.com/watch?v=F-1s6QnoKrU


                                                                              Le séjour que j’ai vécu en décembre 2012 me traumatisera à vie. Je dirais même qu’il s’agit du pire traumatisme de toute ma vie. Et je préfère encore mourir plutôt que de vivre à nouveau un tel calvaire. Les séquelles me marqueront à vie.

                                                                              Je le répète, les personnes qui vont mal ont besoin d’aide, d’amour, de soutien et de réconfort.
                                                                              Allez en HP, et vous ne récolterez QUE l’inverse. L’amour et l’affection, on vous les retirera DES votre entrée... et ce n’est même pas sûr que vous pourrez les retrouver un jour.
                                                                              Car si votre séjour est trop long, vous risquez de devenir réellement fou...

                                                                              Ah oui, tous mes proches le savent : ils sont eux aussi persuadés que si j’étais restée là-bas, je serai devenue complètement cinglée. Ou bien, j’aurais trouvé un moyen de mettre fin à mes jours là-bas !

                                                                              Et qui sait, il y aurait peut-être eu un article sur le Net ensuite, comme celui-ci, avec pour titre : « Une adolescente de 18 ans se suicide dans un hôpital psychiatrique »

                                                                              Et avec comme article : « Samedi dernier, une jeune fille de 18 s’est donné la mort dans un hôpital psychiatrique de Seine-Saint-Denis. Avant de commettre l’irréparable, elle a laissé une lettre, où elle explique que son profond mal-être a été grandement accentué par son internement. » [...]

                                                                              Qui sait, peut-être que ça arrivera un jour d’ailleurs ?

                                                                              Puisque dorénavant, je vis comme une criminelle. Ah oui, les médecins me l’ont dit, si je refais une connerie, c’est retour en prison (non, pire que la prison peut-être...)

                                                                              Tu commets un crime, tu vas en taule. Tu fais une tentative de suicide, tu vas à l’hôpital psychiatrique. Quelle différence ? 
                                                                              J’ai lu des témoignages de certains détenus sur des forums, qui disaient avoir préféré la prison à l’HP...

                                                                              En tout cas, une chose est sûre : si j’ai un jour à nouveau envie de me suicider, il est sûr que je ne me louperai pas. Oui, il vaut mille fois mieux mourir plutôt que d’être enfermée dans un « hôpital psychiatrique ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès