Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Lignes haute tension : La santé de nos enfants en danger ?

Lignes haute tension : La santé de nos enfants en danger ?

Après, les dangers des OGM, des antennes-relais, des pesticides, du plombage dentaire, des lampes fluo… voici le danger des lignes haute tension. Petit tour d’horizon.


Pas de danger sous les lignes selon l’AFSSET

En avril, un avis de l’AFSSET s’est intéressé aux dangers des lignes haute tension ou plus précisément des champs électromagnétiques d’extrêmement basse fréquence (EBF). L’AFSSET annonce très clairement qu’il n’y a aucune preuve d’un quelconque danger lié aux champs électromagnétiques EBF et qu’il n’y a donc pas lieu de revoir les valeurs limites.

Ce qui donne en langage AFSSET : « Les experts de l’Afsset partagent les conclusions du consensus international (OMS, 2007) qui considère que les preuves scientifiques d’un possible effet sanitaire à long terme sont insuffisantes pour justifier une modification des valeurs limites d’exposition actuelles. »[1]

Une association statistique dans le cas des leucémies infantiles

L’AFSSET souligne qu’il existe des études scientifiques montrant « une association statistique entre l’exposition aux champs électromagnétiques produits par les lignes de très haute tension et des leucémies infantiles ».

C’est cette association, qui a déjà permit à l’OMS[2] de classer en 2002 les champs de basse fréquence comme cancérogènes possibles pour l’homme, soit pour l’OMS la « catégorie 2B » (où l’on retrouve le nickel, le café, les légumes au vinaigre…[3]).

Cependant, l’AFSSET rappelle qu’« aucune étude biologique n’a démontré un mécanisme d’action explicitant la survenue de ces leucémies », or c’est nécessaire pour prouver une relation de cause à effet au-delà de l’association statistique (Voir l’article « Notion de base en épidémiologie »[4]).

Pas de preuves, mais 100m de précaution

L’AFSSET recommande pourtant « de ne pas installer ou aménager de nouveaux établissements accueillant des enfants (écoles, crèches…) à proximité immédiate des lignes à très haute tension, et de ne pas implanter de nouvelles lignes au-dessus de tels établissements » (à « proximité immédiate » correspond à 100m sur l’avis complet[5]).

Un tel cheminement est scientifiquement particulièrement surprenant. D’ailleurs, les scientifiques et les parlementaires n’ont pas manqué d’ailleurs de le faire savoir.

Les scientifiques de l’AFSSET contre l’AFSSET

Pour comprendre le décor, l’AFSSET, pour produire ses avis fait appel à l’un des 6 Comités d’Experts Spécialisés (CES) composés de plusieurs dizaines de scientifiques. Ces derniers sont nommés par l’AFSSET après avis du CES. Par la suite, le CES sur demande de l’AFFSET a alors à charge de rédiger différents rapports sur l’« état de la science », dits « rapports d’expertise collective ». Notons qu’en réalité, un groupe de travail réduit est nommé pour rédiger chacun de ces rapports[6].Dans notre cas, le groupe de rédacteurs du rapport de l’AFSSET (170p[7]) sur les champs électromagnétiques EBF comporte 6 experts. Or, trois de ces derniers ont signé courant mai une lettre ouverte à R. Bachelot et JL Borloo accusant l’AFFSET de « tromper délibérément le public et bafouer l’expertise scientifique ».

Ils y dénoncent notamment un avis « faisant fi des experts, auxquels l’Afsset demande compétence et transparence ; c’est manifestement un amateur qui a rédigé l’avis et préconisé sans concertation aucune et contre toute justification scientifique, la création "d’une zone d’exclusion" de 100 m. »[8]

Les parlementaires critiquent également ouvertement l’AFSSET

L’OPESCT[9] est en accord avec l’avis de l’AFSSET sur le fait que « les normes internationales de protection (limite de 100μT à 50 Hz) sont efficaces pour protéger la population des effets à court terme liés aux expositions aigues. Il n’est donc pas nécessaire de les modifier. ».

Mais l’OPECST n’en déduit pas pour autant qu’il faille proposer une recommandation de mettre en place une zone d’exclusion de 100m. L’OPECST composé de 18 députés et 18 sénateurs jugent qu’il convient, comme le demande l’OMS, de "trouver des solutions à très bas coût compte tenu de l’incertitude scientifique", et la création d’une zone d’exclusion aurait sans doute « un coût élevé » et une « efficacité limitée »[10]. En particulier, l’OPECST note « qu’un enfant de 0 à 6 ans passe plus de temps à son domicile que dans une institution collective ».

Dans ce contexte, l’OPECST propose : une nouvelle évaluation par l’AFSSET en 2015 et, d’ici là, de relancer les recherches (y compris sur un éventuel mécanisme), et d’éviter d’augmenter le nombre d’enfants exposés. Dans l’intervalle, le gouvernement prendrait, comme aux Pays-Bas, une recommandation de prudence, soumise localement à un choix bénéfice-risque, de ne pas implanter de nouvelles constructions conduisant à une exposition de ces enfants à plus de 0,4 µT en moyenne. [11]

Cette limite elle-même qui concernerait uniquement les enfants de 0 à 6 ans est très basse. En moyenne l’exposition aux champs EBF dans les domiciles (même sans ligne haute tension) se situe autour de 0,2 microT et cela monte très vite à 0,7 microT devant une télé ou un écran d’ordinateur, et jusqu’à 50 microT dans un train ou un tramway[12]. Le paradoxe est même que, avec cette limite, tous les enfants peuvent être concernés. Rien qu’en passant 1 heure par jour dans un tramway, un enfant dépasserait de 5 fois la valeur de 0,4 microT en moyenne (50/24h=2,1 microT) !

Difficile principe de précaution

Encore une fois le principe de précaution semble bien difficile à appréhender, car le problème est simple : sans preuve scientifique, où mettre le curseur ?

L’OMS fait déjà preuve de précaution dans ses normes ; dans le cas du champ électromagnétique EBF 50 Hz, la limite des 100 microT ne correspond pas à l’apparition du danger. En effet, l’OMS a appliqué un facteur de sécurité de 50 par rapport à l’apparition des premiers effets « scientifiquement prouvés », bénins et réversibles (soit 5000 microT)[13].

Sans preuve scientifique est-ce normal de proposer par précaution de telles limites sur la base d’un raisonnement surprenant, que l’on peut qualifier d’interprétation excessive du principe de précaution.

Rappelons que la mortalité infantile due aux accidents domestiques, 1ère cause de mortalité chez les enfants[14], est responsable de plusieurs centaines de morts d’enfants chaque année, dont deux cent rien que par la « privation d’oxygène »[15]. Y applique-t-on pour autant le principe de précaution ?


SOURCES

[1] AFFSET – Introduction à l’avis de l’Afsset sur les effets sanitaires des champs électromagnétiques d’extrêmement basses fréquences

[2] Plus précisément le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), IARC en anglais

[3] Voir le Tableau sur Pseudo-Science « Faut-il avoir peur des champs magnétiques liés à l’électricité ? » ou la liste Catégorie 2B sur Wikipédia

[4] Pseudo-Science - Notions de base sur l’épidémiologie

[5] Voir page 7 de l’avis de l’AFSSET sur les champs électromagnétiques basse fréquence [PDF 1,4Mo]

[6] AFSSET : Les CES

[7] Rapport de l’AFSSET sur les Champs Electromagnétique EBF (PDF 170 pages 2,3Mo)

[8] AFIS : Ondes électromagnétiques : à quoi bon réunir des experts pour s’affranchir de leur avis ?

[9] Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques

[10] AFP : Lignes haute tension : les parlementaires contre la zone d’exclusion de 100 m

[11] Communiqué Sénat : Lignes à haute et très haute tension, santé et environnement

[12] OMS : Exposition maximum typique pour le public

[13] OMS : Que sont les champs électromagnétiques ?

[14] Vidéo Accidents domestiques : 1ère cause de décès chez les enfants

[15] Evitez les accidents domestiques à vos enfants


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Asp Explorer Asp Explorer 5 juin 2010 11:55

    Les lignes à haute tension
    Les ondes des portables
    Les enfants pas attachés à l’arrière des voitures
    Le tabagisme passif
    La radioactivité du nuage de Tchernobyl
    L’hépatite A B C D E F G...
    Les OGM
    Les aliments irradiés
    Les boîtes de conserve pleines de E-quelquechose
    Les particules des diesels
    Le réchauffement climatique
    L’eau du robinet aux nitrates de cochons
    ...

    Mon dieu, dans quel monde dangereux vivons nous ! Quel monde laisserons-nous à nozenfants ! C’est incroyable de voir comme nozenfants sont soumis à tant de périls mortels et que personne ne fait rien ! Nozenfants, nozenfants !

    Nozenfants devenus grands vivront dans une société fasciste et sécuritaire, et ne trouveront pas de travail dans une société ravagée. Ravagée par quoi ? Par tous ces gens pleins de bonnes intentions et qui n’ont que ça à faire de leurs journées que de se trouver une cause absurde à défendre jusqu’à ce qu’on passe une loi liberticide pour s’en débarrasser.

    On devrait interdire ce genre d’associations.


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 5 juin 2010 17:00

      Asp : tu oublies l’espéranto dans ton énumération. (La langue internationale équitable) C’est aussi ton ennemi : il faut le dire sinon je vais croire que tu as viré de bord. 

      Saluton stultulo. 

    • Asp Explorer Asp Explorer 5 juin 2010 18:18

      L’espéranto n’est en rien nocif pour les enfants. Inutile oui, mais sans doute pas nocif.


    • Filterman 5 juin 2010 13:03

      Déjà le groupe de rédacteurs du rapport de l’AFSSET les EBF comporte 6 experts. Or, trois de ces derniers ont signé courant mai une lettre ouverte à R. Bachelot et JL Borloo accusant l’AFFSET de « tromper délibérément le public et bafouer l’expertise scientifique ».
      Sauf qu’il faut préciser que plusieurs des signataires de la lettre sont aussi membres de l’association AFIS sur les pseudo-sciences dans laquelle nous retrouvons M. Brugère (signataire) comme parrain scientifique, MAIS AUSSI le Dr Aurengo de l’académie de médecine qui est au comité/conseil d’EDF. 

      L’auteur de cet article a été précis, mais on peut rajouter qu’à 100 µT aucun ordinateur ne pourrait fonctionner, déjà à 10 mG (1µT) 50% partent en vrille, alors pour les humains...
      Ensuite en Suède on applique 2 mG pour 8 heures d’exposition dans la nome MPR90, car au delà il a été constaté un doublement ou triplement des leucémies infantiles.


      • finael finael 5 juin 2010 17:17

        L’AFIS : Association Française pour l’Information Scientifique n’est pas consacrée aux pseudo-sciences mais à l’information scientifique.

        Elle est constituée de nombreux scientifiques et experts de domaines variés. Que l’un de ces experts travaille à EDF n’a rien d’infamant. A moins d’être convaincu qu’EDF n’a pour but que de mettre en péril la vie des gens, y compris de son personnel, de leurs proches et de leurs enfants.

        Elle dénonce les « pseudo-sciences » mais je ne vois pas en quoi ce serait une « bonne » raison pour la dénigrer.


      • Ploucman 5 juin 2010 17:43

        « L’auteur de cet article a été précis, mais on peut rajouter qu’à 100 µT aucun ordinateur ne pourrait fonctionner, déjà à 10 mG (1µT) 50% partent en vrille, alors pour les humains... »


        Avec un ordinateur en plastique, et encore... mais les boitiers métallique de ces derniers les protèges généralement de toute forme de champs magnétiques. 

        De plus, vous trouvez parfois a l’intérieur des boitiers d’ordinateur des ferrites antiparasite de l’ordre de 100µT, bien sur le champ de ces derniers est concentré en son centre, mais prétendre qu’un ordinateur par en vrille a 1µT ... je demande a voir vos sources et les conditions des tests.

        vous terminez votre phrase par « alors pour les humains... », et bah quoi pour les humains ? quel rapport entre la prétendu résistance d’un ordinateur au champ magnétique et celle d’un humain ?

      • WDR 7 juin 2010 22:19

        J’aime bien la théorie du complot selon Fiterman !!

        - X et Y sont membres de l’AFIS.

        - M. Aurengo est aussi membre de l’AFIS.

        - M. Aurengo est membre du conseil d’EDF (NB : à titre bénévole).

        - Donc M. Aurengo est suspect (NB : pourquoi une société ne s’entourerait-elle pas de l’avis de scientifiques éminents ?).

        - Donc l’AFIS est suspect.

        - Donc X et Y sont suspects.
         
        Ca n’est qu’une version plus sophistiquée de :

        - Tous les chats sont mortels.

        - Socrate est mortel.

        - Donc Socrate est un chat.
         
        La réalité est plus sobre. Au nom de la vérité scientifique, l’AFIS pourfend les pseudo-sciences et les charlatans. Cela gêne ceux qui usent et abusent des raisonnements pseudo-scientifiques, qu’on peut classer en 3 catégories :

        - Les idéologues, qui sont prêts à tordre la vérité scientifique au profit de leurs idées (dans des domaines comme l’écologie, l’alimentation et la santé…).

        - Les égotistes, qui sont prêts à s’opposer au consensus scientifique international pour faire parler d’eux (il n’y a pas que ceux qui effrayent les populations en dénonçant des dangers très loin d’être prouvés, comme le Pr. Belpomme, mais il y a également ceux qui font le contraire, comme M. Allègre).

        - Les marchands de la peur, qui font commerce en jouant avec des dangers très loin d’être prouvés (comme Mme Sage, coordinatrice du rapport Bioinitiative, qui est consultante en ondes électromagnétiques).
        http://forums.futura-sciences.com/environnement-developpement-durable-ecologie/295691-criirem-scientifique-catherine-gouhier-independant.html


      • Clojea CLOJEA 5 juin 2010 14:29

        Je n’aurais pas envie de vivre sous une ligne à haute tension ou a proximité. D’une part, comme décor y’a mieux, d’autre part ca grésille sans arrêt, et ça fait cauchemarder. Ensuite, on peut se douter que ce ne doit pas être génial pour le corps humain. 
        Le problème est facile à régler, interdiction de construire en dessous et à moins de 100 mètres des lignes à haute tension. Interdiction aussi de passer sur des constructions. 
        Quand aux experts, s’ils y en a qui sont pour, et bien ils peuvent aller habiter dessous, et grésiller en coeur. (Peut être verront-ils la lumière ????) smiley 


        • Bobby Bobby 5 juin 2010 15:43

          Bonjour,

          Article intéressant, merci !

          Il est fort étonnant que la réalité des chiffres... suive la politique générale du pays dans lequel elle s’établit.

          En Espagne, j’ai eu vent que c’était sur pas moins de 300 mètres que la faune subissait des métamorphoses... constatées aux abords des lignes haute-tension.

          En Belgique, je suppose que l’on votera une loi pour faire payer les contribuables pour avoir enfin le droit de faire bâtir dans un périmètre privilégié à proximité de la fée...

           


          • Ploucman 5 juin 2010 17:28

            De mémoire les sèches cheveux et rasoir électrique émettent quelque chose comme 1000µT et 2000µT quelques cm ... 




            • Filterman 6 juin 2010 15:03

              Elle (l’AFIS) est constituée de nombreux scientifiques et experts de domaines variés. Que l’un de ces experts travaille à EDF n’a rien d’infamant.
              mais je ne vois pas en quoi ce serait une « bonne » raison pour la dénigrer.
              Je suis tout à fait d’accord, sauf qu’il faut préciser aussi par honnêteté leur lien avec l’industrie, comme pour ceux qui sont dans les académies et membres des comités des industriels.

              Avec un ordinateur en plastique, et encore... mais les boitiers métallique ???
              en plastique ou métallique, le champ électrique oui, on le bloque, mais pas un champ magnétique, il passe toujours y compris pour les cages de faraday.
               
              des boitiers d’ordinateur des ferrites antiparasite de l’ordre de 100µT
              Il ne faut pas croire que les ferrites bloquent tout, car elles sont utilisées qu’au niveau des câbles. Pour ce qui est du rasoir vous ne le mettez pas dans l’ordinateur, et vous ne l’utilisez pas plus 5 minutes chaque jour - Ceux qui ont commis l’imprudence de mettre une salle d’ordinateurs/serveurs avec un transformateur THT (20 mG mesuré) de l’autre côté du mur, ont compris combien cela leur a coûté. Ils ont été obligés de déplacer leur salle, en raison de pb tous les mois sur les disques durs. Depuis plus de pb.


              • nightflight nightflight 6 juin 2010 23:35

                « Elle (l’AFIS) est constituée de nombreux scientifiques et experts de domaines variés. Que l’un de ces experts travaille à EDF n’a rien d’infamant. »

                Si, il y a un conflit d’intérêts évident !

                L’éthique exigerait pour le moins que les experts soient indépendants.


              • TheKing TheKing 14 juin 2010 17:40

                Les experts de l’AFFSET sont choisi d’une manière à éviter les confits d’intérêts, et leurs écrits sont validé par un comité de scientifique varié (voir source [6] CES).

                Dans notre cas, si ces 3 experts de l’AFSSET ont écrit dans l’AFIS, c’est parce que l’AFIS est une association dédiée à la protection de l’information scientifique. Rien de plus.

                Le rapprochement entre ces experts et Aurengo et tordu : Vous pensez donc que ces 3 scientifiques ce sont laissés manipuler par Aurengo pour écrire cette lettre ?

                De plus, Aurengo n’a aucun pouvoir particulier dans cette asso, il n’est même pas membre du conseil d’administration http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article65

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

TheKing

TheKing
Voir ses articles







Palmarès