Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Management par objectif des dépenses de santé

Management par objectif des dépenses de santé

Récemment, certains se sont félicités qu’un groupe de médecins accepte des objectifs financiers en matière de santé. A l’heure de la crise, à l’heure où, pour pallier les dépenses inconsidérées des états pour soutenir les banques, il va falloir songer à faire des coupes budgétaires, on voit poindre une première voie de recherche d’économies en direction de la santé.

Cela est bien entendu inacceptable moralement. Des pays, occidentaux en particulier, qui font passer la santé financière des banques avant la santé de leurs citoyens, voilà un crime historique, contre l’humanité, qui est en voie d’être perpétré. En effet, s’il faut bien maîtriser les dépenses de santé dans le sens d’éviter les gaspillages, il est en train de s’instiller dans la société une notion bien plus délétère qui consiste à décider, sur des critères pour l’instant plutôt flous, de savoir si un soin vaut la peine. Cette notion ne se trouve cependant pas que dans la sphère médicale mais dans bien d’autres domaines de l’activité humaine. Son passage par la case médicale, vaut la peine d’être soulignée car il témoigne de la généralisation du critère de décision humaine sur une base uniquement monétaire.

J’ai montré dans « Ainsi marchait l’humanité  » comment le genre humain, ayant inventé l’argent, avait ouvert la boîte de Pandore, en mettant en place un outil d’équivalence sans le border par un système de valeurs absolu. Cela laissait la porte ouverte à la prévalence de la loi de l’offre et de la demande et imposait alors au genre humain la recherche incessante du profit qu’il soit indu ou non. Les activités industrielles ont été les secondes à expérimenter cela, juste après les activités bancaires qui consistent, peu ou prou, en le commerce de l’argent.

Transférer cet état d’esprit dans le domaine médical est particulièrement délétère et va susciter des questions qui n’avaient pas lieu d’être auparavant et ne devraient pas avoir lieu d’être. En voici un échantillon.

1- Sachant qu’un individu coûte, en moyenne, sa dernière année de vie, l’équivalent des 7 années ayant précédé celle-ci, vaut-il la peine de le soigner ? Ne vaut-il pas mieux une euthanasie, sujet sur lequel on oriente lentement mais sûrement la société française ?

2- Y a-t-il des pathologies qui ne valent pas la peine d’être soignées en fonction de l’âge ? Cette question est d’autant plus cruciale qu’il semble qu’à partir de l’âge de 75 ans, on n’est d’ores et déjà plus traité comme les autres (sous-entendu moins bien).

3- Dans un accident (de voiture, du travail,…), selon la gravité, vaut-il la peine de soigner l’individu, sachant qu’il ne récupérera jamais la totalité de ses facultés, qu’il sera un poids pour la société, et que cela va coûter très cher ?

J’arrêterai là les questions saugrenues, mais je remarquerai que cet état d’esprit est déjà bien présent dans l’état d’esprit de la société, un exemple représentatif étant donné par un sentiment qui me semble, hélas, majoritaire en France à propos de l’avortement. En effet, combien de personnes pensent que selon les conditions que l’on va offrir à un enfant à venir, la vie, pour lui, sera plus ou moins supportable et, en conséquence, on décide pour lui soit de lui donner naissance soit l’avortement. Rappelons ici que la vie est caractérisée par 2 choses qu’il faut bien avoir à l’esprit. La première, c’est une part de chance intrinsèque (naissance, capacités physiques et intellectuelles,…) à laquelle s’ajoute une part de chance extrinsèque (opportunités…). La deuxième, c’est l’effort qu’on va faire soit pour fabriquer de la chance (opportunités) soit pour se dépasser dans un domaine par rapport à ses capacités intrinsèques et ainsi réussir mieux que prévu (voir, par exemple, à ce sujet, le film intitulé « bienvenue à Gataca »). Bien entendu, ceux qui réfléchissent à l’avortement, en général, ne se posent pas ces questions car ils ne peuvent pas avoir de réponses, même probabilistes, à l’avance. Je conclurai donc ce point sur une pensée simple : pour avoir de la chance et pour pouvoir se dépasser, il faut être vivant. Les autres, les morts, n’ont aucune chance ! Rappelons aussi, à ce stade, un point fondamental : il n’y a de richesse que d’hommes, donc, à l’inverse de bien des malthusiens, je pense que plus nous serons, plus nous serons riches selon un critère de richesse intrinsèque et non nécessairement monétaire. Les problèmes de surpopulation sont une vue malthusienne et erronée de notre monde comme l’a, à maintes reprises, déjà montré l’Histoire[1].

Ainsi, la maîtrise des dépenses de santé ne devrait viser qu’à éliminer les gaspillages patents, mais en aucun cas l’état futur de la personne, son âge, son espérance de vie au moment des soins, etc., ne devraient être pris en compte dans ce cadre.

Est-ce bien ce qui se passe aujourd’hui ? Et n’est-on pas en train de déraper ?

Rappelons, s’il en est besoin, que le but de toute activité humaine doit être l’homme. L’argent n’est qu’un support à l’échange et n’aurait jamais dû devenir un but. Quand cette recherche incessante de l’argent conduit à trier entre les humains quant à leur santé future, on a, assurément, franchi une ligne rouge.



[1] Au XVIIIe siècle la France était surpeuplée avec 22 millions d’habitants alors qu’aujourd’hui elle est sous-peuplée avec 65 millions.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • savouret 10 juillet 2009 23:31

    excellent article qui met en évidence les effets néfastes potentiels d ’une politique de la santé qui fait prévaloir les interets financiers sur les interets humains, ce qui est totalement inacceptable sur le plan moral.

    ceci nous démontre bien, qu ’en dépit de ses discours récents d’inspiration sociale démocrate , notre président demeure bien un partisan du néolibéralisme, doctrine qui est fondée notamment sur l’idée que toutes les sphéres de l ’activité humaine doivent etre régies par le profit.

    il reste à esperer que si la crise venait à perdurer, elle délegitimerait reellement les postulats de cette idéologie .


    • jeanclaude 14 juillet 2009 12:22

      Si on reste dans le cadre d’analyse que vous posez, on ne peut qu’être d’accord. Malheureusement il est trop étroit.

      1) pour apprécier le commentaire de @savouret, c’est une question qui dépasse les orientations politiques du moment. Depuis 50 ans tous les gouvernements, par des moyens plus ou moins avoués et affichés, ont appuyé sur le frein de la progression des dépenses de santé. Un exemple : sous la gauche de Mitterand le directeur général du ministre de la santé, Jacques de Kervasdoué, a été un chaud partisan de la limitation du nombre de médecins à former par l’université. C’est un exemple de non rationalité de gestion, il y en a beaucoup d’autres.

      2) la santé, c’est aussi de l’économique, des sous. Dans nos pays dits développés, ce secteur représente désormais 10 % de l’activité nationale. Il n’y a pas de raison qu’on n’y applique pas des mode de gestion éprouvés dans d’autres sphères économiques ;

      3) il faut mal connaître le monde de la santé pour croire que jusqu’à présent tout baignait dans l’huile et que ce sont les méchants libéraux au pouvoir qui détériorent le système.
      Disons globalement avant 2000, le grand patron médecin hospitalo-universitaire qui avait un pied ou des amis dans la politique locale ( le maire est président du conseil d’administration) et qui avait le bras long, voyait son service et ses moyens privilégiés, même si les experts savaient que cela ne répondait pas à un besoin de la population desservie par l’hôpital en question. En poussant à cet endroit on créait automatiquement une inégalité avec un autre endroit en France, où il n’y avait pas ce levier d’influence.

      Ensuite depuis toujours il y a eu des choix implicites. Ainsi depuis 10 ans la psychiatrie est freinée au détriment de l’hôpital général.

      De même que voyons-nous dans nos maisons de retraite ? Une part appréciable des résidents qui sont déprimés, ou qui sont sourds et qui ne communiquent plus avec leur entourage, faute de pouvoir se payer (vraiment ou parce que leurs futurs héritiers l’estiment inutile) une prothèse auditive.

      Si on met en balance d’un côté une personne atteinte d’une grave maladie, à issue fatale, dont on va encore prolonger la vie pendant quelques semaines ou quelques mois, par une intervention chirurgicale, ou des médicaments à 200-500 € pas jour. Et en face une personne qui a un problème mental, si elle est jeune elle a encore 50 ans à vivre ; si elle est âgé encore quelques années. Dans les deux cas qui vivent très mal, qui souffrent en permanence psychologiquement,

      De ces deux cas où faudrait-il mettre les moyens ? Moi je dis carrément vers ceux qui ont encore le plus de temps à vivre. L’ennui c’est que ces gens là ne relèvent pas des classes sociales qui ont le plus de voix au chapitre, alors que les premiers sont capables d’ergoter et de mettre en difficulté un médecin ou une équipe médicale de haut niveau pour une erreur d’appréciation d’un patient.

      Je préfèrerai donc de loin que ce soit l’ensemble des citoyens qui puissent prendre part à ces choix. Et pas des lobbies ou des gens bien placés, ou les classes sociales dominantes.

      En conclusion, si vous élargissez la problématique, vou devriez revoir votre copie. Je le répète qui est indépendante de la couleur politique dominante du moment, à laquelle sont confrontés tous les régimes politiques.

      Cette difficulté est aggravée par le fait que la rentabilité de la santé diminue au fur et à mesure qu’elle se sophistique. Quand vous voyez tout l’argent consacré aujourd’hui dans les hôpitaux pour combattre les risques d’infection, avec une généralisation de l’usage unique, vous ne pouvez pas continuer à ne vous baser que sur les critères moraux, certes légitimes, qui sous tendent votre article pour les années à venir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès