Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Mangez des oranges et des citrons cancérigènes traités à l’Imazalil

Mangez des oranges et des citrons cancérigènes traités à l’Imazalil

Ils sont beaux, ils sont jaunes et toxiques… mes citrons. Oh merci Mr Edouard Leclec de proposer avec votre marque discount Eco+ des agrumes pas cher pour les classes populaires, les distraits ou les stressés de la vie. Rassurez-vous chez Auchan : ils font différemment et pire.
Là en magasin, on vous affiche le nom de chaque traitement avec le numéro en face. Numéro que vous retrouvez sur les panonceaux de chaque corbeille d’agrumes. Sur l’autel de la transparence, l’usage des pesticides est pleinement assumé.
Car répéter à chaque fois des noms imprononçables en lil ou en ol, pourrait faire fuir la clientèle.
Et puis, le client est pressé, alors il n’ira pas voir à quoi se rapporte le numéro. Quant aux étiquettes à même le produit, il les consultera après achat voire pas du tout. L’essentiel c’est de vendre, n’est-ce pas ?

Mais alors Imazalil c’est quoi. Ce qui pourrait faire penser à une destination de vacances voire une ile paradisiaque est en fait un fongicide couramment employé. Un produit tellement inoffensif qu’il faut…une autorisation de marché. Notre wikipédia préféré nous informe sobrement que :
« Selon l’Environmental Protection Agency U. S. EPA l’Imazalil est classée comme cancérogène probable, car se sont produits dans les études chez l’animal »
« Chez les souris, l’Imazalil conduit à des troubles du développement et de la reproduction. »

Un produit que vous ingérez tellement sympa que les bidons le contenant portent les logos (Source images : wikipédia.org) :
Upload image
Upload image
Et si on mettait ces logos sur les fruits et légumes traités ?

Oui le deuxième signale une pollution et une nocivité sur l’environnement. Réjouissant non ?
Cpolitic vous propose de vous vacciner d’acheter ce genre d’agrumes en vous invitant à aller sur pesticideinfo avec un joli résumé :
Toxicity : Link to information on toxicity to humans, including carcinogenicity, reproductive and developmental toxicity, neurotoxicity, and acute toxicity.
Water : Water quality standards and physical properties affecting water contamination potential.
Poisoning Symptoms : Signs and symptoms of poisoning, first aid, and links to treatment information for this chemical.

En français, dans le texte : une véritable saloperie probablement cancérogène qui peut aussi affecter le système nerveux comme vos capacités de reproduction. Un petit cancer des testicules ou des ovaires, ça vous dit ?

Et de nous interroger comme le fait cet autre blog, sur les taux résiduels de pesticides et la qualité des contrôles s’y rapportant, comme sur le mariage des produits pesticides et fongicides, le mélange faisant un cocktail encore plus dangereux pour la santé publique.
C’est d’ailleurs la technique de Monsanto pour avoir l’accord des autorités : la législation, influencée voire créée par son intense lobbying, exige des contrôles sur chacune des substances actives…mais pas sur les combinaisons de ces substances, même si elles se trouvent dans le même produit final.
D’où l’impunité de leur fameux Round Up comme de leurs semences transgéniques ou des OGM tueurs d’abeilles !

De la même manière que l’Imazalil, éviter son collègue, le Thiabendazole, E233, un produit toxique et écotoxique dont l’utilisation est étroitement régulée au Canada, interdite en tant qu’additif en Russie mais autorisée en Europe !
Diantre ! La même substance ne produirait-elle pas la même réaction avec la même dose suivant notre nationalité ou l’endroit de consommation ?
D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les additifs alimentaires suspectés d’accroître l’hyperactivité infantile

Ne souhaitant pas vous empêcher de consommer des agrumes (orange, clémentine, mandarine) mais aussi pommes de terre – et oui Imazalil demeure multi-usage – voici deux solutions :
- préférez le jus de citron acheté en bouteille avec du disulfite de potassium, un conservateur et antioxydant moins toxique que l’imazalil. On le retrouve sous l’appellation poétique E224. Comme tout produit chimique, ne pas en abuser et limiter les doses, d’autant qu’il peut être source d’allergie, à éviter les asthmatiques. (attention il peut dénaturer le goût du citron avec le temps)
- meilleure solution, l’ultime même : les produits Bio certifié AB.

A propos de ces produits Bio….
L’objectif réel n’est pas de devenir des gourous du bio, sans trace, sans produits toxiques, mais simplement, de limiter au maximum ces horreurs inventées par l’Homme, jouant aux apprentis sorciers. Car c’est la dose qui fait le poison (comme les fréquences d’exposition à celui-ci), des poisons inévitables de part leur longue utilisation (imprégnation des sols et nappes phréatiques) ou les contraintes commerciales (longue durée, apparence, résistance aux bactéries, champignons, goût…)
Faites la comparaison : souvent prendre un produit Bio revient aussi cher que prendre du milieu ou du haut de gamme non bio. Alors pourquoi se priver ? Êtes-vous à quelques centimes ou euros prêts ? Préférez vous mettre en danger votre vie sur le long terme comme celle de vos proches.
Sans être alarmant ni alarmiste, force est de constater que le pollution chimique de nos aliments (comme de l’air et nos eaux) possède certainement un lien avec la flambée de cancers que nous connaissons.
Respectons le simple adage : mieux vaut prévenir que guérir.

Côté Politique, on ne peut encore que constater les dégâts des campagnes de lobbying intenses comme de la corruptibilité de certains de nos élus, acceptant moult cadeaux ou ne voulant pas aller à l’encontre de précieux emplois. L’Etat devrait toujours rester au-dessus des entreprises et de leurs intérêts.

Propositions Concrètes :
Nous n’allions pas nous arrêter là en si bon chemin. Demandons :
- un étiquetage clairement visible sur chaque emballage avec un logo (E2XX cercle sur fond rouge) et un résumé des dangers du produits (les logos noirs sur fond orange)
- la mise à disposition de produits discounts non traités dans tous les supermarchés et hypermarchés ou vendre les produits BIO de ces gammes à prix coutant
- augmentation d’au moins 15% des moyens humains et financiers à l’échelle nationale de la DGCCRF pour renforcer les contrôles.(la récente affaire de tapis-puzzle en plastique mou pour les enfants prouve une fois la nécessité de contrôles)
- un suivi médical renforcé des manutentionnaires de fruits et légumes directement et quotidiennement exposés à ces produits (contact, respiration…)

Histoire que la grande distribution comme les producteurs de fruits et légumes ne nous prennent plus pour des poires.

Plus d’infos : L’intolérance ou l’allergie aux sulfites : Les manifestations
Le site de l’International Labour Organization concernant l’Imazalil

Cpolitic.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (102 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • antonio 16 décembre 2010 10:23

    Merci pour ces informations.


    • Marina Mars Marina Mars 16 décembre 2010 10:32

      Bonjour à vous et merci pour cette information !


      • kiouty 16 décembre 2010 10:50

        Merci, je ne connaissais pas ce produit et ferai dorénavant attention aux étiquettes des agrumes.


        • Agronomephyto 16 décembre 2010 16:25

          Tenez : http://e-phy.agriculture.gouv.fr/
          Si vous voulez connaitre tous les produits homolgués en France, vous serez servi ! ;)


        • Redrogers 16 décembre 2010 10:52

          Merci pour cet article.

          « augmentation d’au moins 15% des moyens humains et financiers à l’échelle nationale de la DGCCRF »

          La DGCCRF n’aurait-elle pas été dispersée « façon puzzle » il y a un ou deux ans par nos chers gouvernants ? Histoire de laisser le business tranquille bien sûr...


          • alberto alberto 16 décembre 2010 11:11

            Article salutaire : merci l’auteur !

            Là où je me marre, c’est après avoir constaté avec quel acharnement les « instances sécuritaires », censées protéger les populations, ont tenté d’interdire de purin d’ortie, utilisé par les dangereux jardiniers bio !

            Bien à vous !


            • Robert GIL ROBERT GIL 16 décembre 2010 11:20

              Il faut utiliser des produits naturel comme le purin d’ortie, c’est un répulsif naturel pour les pucerons et les acariens mais il a d’autres vertus : il sert également d’engrais, il stimule la croissance, et renforce les défenses naturelles des plantes. Il peut être ainsi utilisé aussi en prévention contre certaines maladies. Il est facile à préparer et il est …gratuit ! voici le lien de l’article...

              http://2ccr.unblog.fr/2010/11/27/a-jeter-aux-orties/


              • TSS 16 décembre 2010 18:14

                le purin d’ortie suivant son dosage va du desherbant à l’engrais !

                le meilleur desherbant est l’eau bouillante !

                pour les fruits traités :les laver à l’eau tiède melangée avec du bicarbonate de soude et rincer !

                dans mon jardin j’ai 2 herissons(tres utiles) et je laisse un carré de bourraches pour les

                butineuses... !!


              • Kevorkian 16 décembre 2010 11:44

                Merci pour cet article de nécessité publique. Il y aurait donc bien volonté de la part des « puissants » de stériliser les populations les plus modestes tout en se donnant bonne conscience d’avoir « averti » les consommateurs.
                J’essaie d’acheter bio au maximum et je vais continuer mais il faut rester vigilant quant aux critères qualité du logo AB, l’industrie agro-alimentaire voit d’un mauvais oeil tout ce qui ne rentre pas dans le cadre du codex alimentarius.


                • foufouille foufouille 16 décembre 2010 11:58

                  "Faites la comparaison : souvent prendre un produit Bio revient aussi cher que prendre du milieu ou du haut de gamme non bio. Alors pourquoi se priver ?"

                  grosse rigolade
                  6 oeufs bio = 12 plein air


                  • cmoy patou 16 décembre 2010 16:09

                    @foufouille,


                    Surtout que le Bio beaucoup de monde s’est infiltré dans ce filon et tous les produits que l’on retrouve sur les étals avec l’inscription Bio ne le sont pas en réalité.

                    J’achète mes pommes régulièrement a un agriculteur sur le bord de la route à chaque fois que je dois aller sur Strasbourg , les dernières brillaient tellement que j’aurai pù les accrocher au sapin de Nöel , en les lavant l’au est devenue Jaune de chez jaune, je vais les lui r’amener et là il vient de perdre un client de longue date.



                  • foufouille foufouille 16 décembre 2010 17:54

                    je passe a tout moi meme
                    deja les oeufs, faut un couteau pour les casser et mette plus longtemps a cuire
                    les legumes sont pas en plastiques non plus


                  • Artius 16 décembre 2010 19:57

                    L’exemple des oeufs est mauvais :

                    qu’un oeuf soit bio ou non, sa qualité nutritionnelle est strictement la même, ce qui fait le prix de l’oeuf bio, ce sont les conditions d’élevage de la poule qui le pond.


                  • foufouille foufouille 17 décembre 2010 11:29

                    le gout est pas le meme
                    mais ca doit etre dans la tete des gens
                    comme les residus d’hormones, antibio, etc


                  • blogcpolitic blogcpolitic 16 décembre 2010 14:04

                    @foufouille
                    Rappel : « souvent » signifie « pas toujours mais fréquemment
                    Donc exemples concrets : du thé, du potage en brique chez Carrefour Market ou Auchan
                    De quoi calmer votre rigolade smiley

                    @Kevorkian
                     »stériliser les populations" ce n’est pas leur intention mais juste par pur souci de rentabilité en fait. Un dommage collatéral en somme


                    • foufouille foufouille 16 décembre 2010 15:05

                      ca doit etre rare
                      quand on a pas de thunes, on achetes le moins cher
                      pareil pour les fruits et legumes
                      en plus « bio » .........
                      d’ailleurs la coquille des oeufs est toute fine, donc mauvaise alimentation et elevage en hangar

                      les amap pas cher sont rare aussi


                    • Vent d'est Vent d’est 16 décembre 2010 14:09

                      Les industriels financiers n’ont plus aucuns scrupules, ils n’hésitent pas à nous empoisonner si les « affaires marchent ».


                      • franchamont franchamont 16 décembre 2010 14:36

                        Les riches peuvent acheter du Bio et vivre plus longtemps.

                        Les pauvres peuvent crever à petites doses journalières : on n’a plus besoin d’eux.

                        C’est ça le Nouvel Ordre Mondial de « l’ Elite » et des « Leclerc » : l’eugénisme à petit feu.

                        Hitler et ses disciples se tordent de plaisir dans leurs tombes ou dans leurs cendres.

                        • Kevorkian 16 décembre 2010 15:14

                          @ Blogcpolitic : au risque de sombrer dans la parano et comme le dit franchamont ça se rapproche de certaines idées autour du NWO. Et pour en rajouter, rappelons que le codex alimentarius, qui autorise l’usage de centaines de produits chimiques dans la nourriture, est l’initiative d’anciens dirigeants d’I.G. Farben, sympathique entreprise philanthrope qui produisait... le Zyklon B utilisé dans les camps.
                          Quant à moi je ne suis vraiment pas riche mais j’ai choisi de me nourrir sainement, dussé-je y mettre le prix.


                          • clostra 16 décembre 2010 15:20

                            J’ai ouïe dire que le communément appelé « bicarbonate » pour rincer ses fruits et légumes les débarrasserait des pesticides. Des infos à ce sujet ?

                            Il resterait cependant, la pollution de l’eau de rinçage...à moins que le bicarbonate n’en modifie les propriétés physico chimiques ?


                            • Surya Surya 16 décembre 2010 18:57

                              C’est d’ailleurs pour cette raison que, en dehors de toute considération de prix, certaines personnes vont jusqu’à recommander les produits congelés par rapport aux produits dits « frais » qui ne le sont donc plus tant que ça.

                              Personnellement j’ai opté pour le bio depuis quelques mois, et ma facture alimentaire a augmenté, c’est vrai, ce qui m’oblige à faire encore plus attention qu’avant sur le reste, mais si on y réfléchit ça n’a pas pas augmenté tant que ça par rapport au supermarché du coin où les prix étaient quasiment aussi élevés, mais pour des produits insipides (en plus les produits bio sont souvent meilleurs au goût), et de plus si on consomme uniquement des fruits et légumes de saison, les seuls produits que je trouve au supermarché bio d’ailleurs, on s’en sort pas trop mal.
                              Car si on fait le compte de tout ce que l’on peut dépenser inutilement en « extras » (renouvellement d’un ordi ou d’une télé qui marchent encore très bien mais ne sont plus au top de la technologie, pour ne citer que ce genre de dépenses) je pense que ça vaut la peine de revoir très sérieusement nos priorités.

                              Le bio reste cher en France car, d’après les chiffres de 2003 consultables sur wikipedia, dont je ne connais pas l’évolution pour 2010, nous sommes encore largement à la traîne par rapport à d’autres pays européens quant à notre surface de terres cultivées en bio. Par continents, l’Amérique du Nord arrive en dernier.

                              (Au fait, au tout début de la vidéo que vous avez mise, dans la pub de 1960, la voix américaine en arrière plan, on dirait celle de Ronald Reagan. smiley )

                              Logiquement, plus il y aura de demande de produits bio, plus il y devrait y avoir d’hectares cultivés en bio, et donc plus le prix de la bio devrait baisser. Je rêve du tout bio où les gens pourraient manger sans risquer de s’empoisonner à chaque bouchée, malheureusement on en est encore très loin.


                            • chria chria 16 décembre 2010 15:49

                              Faites gaffe aux zestes


                              • Tiberius Tiberius 16 décembre 2010 16:14

                                On a trois solutions :

                                – Soit on laisse crever les 3/4 de nos cultures et par voie de conséquence la même proportion d’humains.

                                – Soit on utilise ces produits chimiques cancérigènes. 

                                – Ou alors on se rabat sur des cultures OGM. 

                                Et comme apparemment il n’y a aucune bonne solution, alors je vote pour la première d’entre elles, sous réserve toutefois qu’on ne vienne pas me montrer des affamés à la télé pendant que je mange.


                                • Georges Yang 19 décembre 2010 02:04

                                  Les commentateurs n’ont pas le sens de l’humour noir


                                • Agronomephyto 16 décembre 2010 16:22

                                  Pfff.... Pathétique ! Attention, lachez les loups, je travaille dans les « pesticides », et je me suis inscrit juste pour votre article, tellement j’étais énervé de voire un pareil tissu d’ignorance et de naïveté...

                                  Alors étudions un peu l’article, vu par un ingenieur agronome, on est OK ?

                                  - « Un produit tellement inoffensif qu’il faut…une autorisation de marché » ...MAIS HEUREUSEMENT QU’IL FAUT UNE AUTORISATION DE MISE EN MARCHE POUR LES PRODUITS PHYTOSANITAIRES !!!!! Vous vous imaginez quoi ????? sinon n’importe quel clampin pourrait aller balancer du mercure, ou je ne sais trop quelle merde dans les champs, et ça serait légal !!
                                  Les produits phytosanitaires suivent un processus d’homologation stricte, qui dure une bonne 10aine d’année, où TOUT est étudié : les risques environnementaux, les risques utilisateurs, la toxicité, les résidus, etc. En gros, ça suit un processus similaire à l’homologation des médicaments, sauf que là, c’est pour les plantes.
                                  (Pour la petite histoire, mes collègues qui font l’homolgation de ces produits, sont toutes des gentilles jeunes mères de familles, qui ne rèvent que d’une chose, bien évidemement, c’est que leurs enfants soient empoisonnés par des pesticides, c’est logique !!)

                                  Alors, au terme de ces années d’homologation est rédigé un dossier d’homologation, qui sera alors soumis à un comité d’étude totalement indépendant (et Dieu sais à quel point ils nous emmerdent d’ailleurs ;) , mais c’est pour notre bien !!) qui s’appèle l’AFSSA, et qui va étudier point par point tous les risques du produit ainsi que son interet agronomique ; au terme de cette étude, le produit sera soit refusé (assez rare, parce que les firmes phyto ne dépensent pas d’argent pour un produit qui n’aura pas de chances d’être homologué : il est abandonné avant), soit accepté avec des restrictions d’usage (dans la majorité des cas), soit accepté.

                                  Avec l’homologation sont attribuées des phrases de risques, liées au risques UTILISATEUR. Donc, prenons le cas de l’Imazalil, puisque c’est l’exemple :
                                  Alors, sur e-phy (http://e-phy.agriculture.gouv.fr/), (le site qui registre tous les produits homologués en France), on apprend que 8 produits commerciaux sont homologués en France à base d’Imazalil. Prenons par exemple le « Diabolo », homologué par la firme Certis : on apprend qu’il a comme phrases de risque R41, R51, R53 Xi, et N.

                                  Ce qui signifie pour un agriculteur :
                                  R41 : peut provoquer des lésions occulaires graves : lors de l’utilisation, l’agriculteur devra faire très attention en cas de projection du produit dans les yeux (ce n’est pas de la soupe, c’est un produit à usage professionel, qui s’utilise avec des consignes de sécurité (masque, gants, etc.))
                                  R51/53 : dangers pour les organismes aquatiques : TOUS les produits homologués possèdent cette phrase de risque, pour que les agriculteurs ne fassent jamais de traitement qui risqueraient de polluer les nappes)
                                  Xi : Irritant ; ben oui, ce n’est pas de la soupe : le dossier d’hologation adeterminé cette caractéristique pour ce produit
                                  N : dangereux pour l’environnement : tous les produits sont estampillés « N », pour ne pas que l’agriculteur fasse n’importe quoi avec, par exemple nettoyer son fond de cuve n’importe où, etc.

                                  Maintenant, parlons du risque consommateur ! Le connaissez-vous ?
                                  Comme je vous l’ai dit, lors de l’homologation, des études de toxicité sont réalisées : sur rat, lapin, oiseaux, vers de terre, etc. Lors de ces études est determinée une dose à partir de laquelle l’animal étudié va présenter des symptomes (de quelle nature que ce soit). Cette dose est enregistré, et on lui applique un coefficient de division de 100 pour obtenir la « dose sans effets ». Dans le dossier d’homologation, cette dose sans effets, est encore divisée d’environ 300 à 500 fois pour obtenir la limite maximale de résidus (LMR) autorisée dans l’aliment final. Autant vous dire que cette LMR est très largement inférieure au µg pour 100g d’aliment : il n’y a quasiment plus rien dans l’aliment final, et rien qui puisse développer le moindre risque chez le consomateur !!!

                                  Je vous passe les 10aines de restrictions, de limites d’utilisations et de contraintes que l’agriculteur à pour appliquer ces produits, ça prendrait beaucoup trop de temps, et je ne suis pas un formateur, mais autant vous le dire simplement : la reglementation qui encadre les produits phytopharmaceutiques (pesticides) en France est une des reglementations les plus stricte au monde !! De conneries ont été faites, notamment dans les années 70, avec des produits qui ne se dégradent pas, des produits toxiques, etc., et depuis la reglementation n’a fait que s’amplifier, pour éviter absolument que ce genre de connerie ne soient répétées.
                                  L’alimentation est la chose pour laquelle les gens font le plus attention, car elle est directement relié à notre santé ! C’est pourquoi PERSONNE en France ne pourrait se permettre de mettre en marché un produit qui serait dangereux pour le consommateur ! Ca serait dramatique, pour le consommateur bien sur, mais surtout pour l’industrie phytopharmaceutique elle-meme, qui bénéficie déjà d’une image suffisamment ternie à cause des conneries faites par nos parents !


                                  • foufouille foufouille 16 décembre 2010 17:59

                                    pauvre technocrate
                                    les poules pondent 5 a 10a


                                  • Agronomephyto 16 décembre 2010 18:09

                                    XD

                                    ...Pas compris !! smiley
                                    Mais, bon, si ça vous soulage !!! J’aurais fait ma BA de la journée ! smiley


                                  • franchamont franchamont 16 décembre 2010 18:46

                                    Vous êtes bien trop sûr de vous l’agro ! C’est hélas le problème avec pas mal de technocrates comme vous. Vous faites confiance à l’AFSSA. Et que dites-vous de son rôle pour faire passer petit à petit la pillule des OGM ? 

                                    Monsanto fait peut-être partie de vos amis, puisque, avant d’acheter la firme de barbouze Xe mieux connue sous l’ancien nom de Blackwater, elle fut aussi le créateur de l’édulcorant Aspartame. Comme ces gens sont doux ! L’AFSSA n’a jamais condamné cette molécule du mensonge sucré, puisqu’il fallait bien laisser se vendre le Coca Light en France, n’est-ce-pas ?

                                    L’Aspartame tue à petit feu ceux qui absorbent régulièrement en leur offrant de beaux cancers, s’ils ne sont pas crétinisés avant.

                                    Au fait, ce produit est fabriqué à partir de la phénylalanine sécrétée naturellement par une bactérie. Oh que c’est bien, c’est naturel ! Mais savez-vous que Monsanto a génétiquement modifié la bactérie pour qu’elle produise encore plus vite son poison sucré ?


                                    L’agro, votre propre conscience est génétiquement modifiée. Vous vous êtes fait le complice du fascisme scientifique ! N’avez-vous pas peur de payer cher un jour les mensonges de l’AFFSA et de son homologue européen que vous soutenez ? Et puis, pour vous rassurer tous, si vous lisez l’anglais, allez ruminer ces jolis pronostics sur les effets de la technologie non régulée et débridée : Thirty-six predictions for the world : 2010 – 2012 

                                  • Agronomephyto 17 décembre 2010 09:56

                                    Mais non, on ne s’est pas compris : non sommes d’accord : supprimons l’AFSSA ! smiley On pourra enfin mettre n’importe quoi sur le marché, et une homologation ne coutera plus rien !!

                                    Si vous souhaitiez faire un plaidoyer pour la bétise humaine, vous n’auriez pas mieux fait !! smiley Vous faite un amalgame entre produits phytosanitaires, OGM et compléments alimentaires, et vous osez me dire que je suis trop sur de moi (alors que je vous explique mon métier, faut le faire !!), vous qui vous vous perdez sur 3 sujets différents dans la même phrase ?!?

                                    Fascisme scientifique ??? Avez-vous la moindre idée du poids de cette expression ? 95% de gens approuvent cet article, alors que l’auteur démontre sa méconaissance du secteur dès l’introduction, et vous me parlez de fascisme scientifique ? Moi j’appèle ça plutôt de l’obscurantisme ! Expliquez-les choses de manière posée, et vous devenez un technocrate ??? Vous vous rendez-compte de ce que vous faites ? Vous crééz un monde où le cretin moyen peut envisager de critiquer un argumentaire scientifique, pas en contrant les arguments, mais en développant simplement un dogmatisme idéologique !?! Le pire, c’est que je vous ai démontré que l’homologation et faite pour protéger le citoyen des débordements potentiels des firmes phyto, tout en assurant la production alimentaire, et vous appelez ça de la téchnocratie (pour rappel : technocrate= personne faisant passer la technique avant les critères sociaux et citoyens) ; Vous vous souvenez des émeutes de la faim en 2007 ? En 12 ans, la production de blé au monde n’a été que 3 fois supérieure à la consommation ! Alors très bien ! Passons au tout-biologique et laissons crever de faim l’Afrique ! Espèce d’égoïste Bobo ! smiley

                                    Vous me dites que les politiques soutiennent les firmes phytosanitaires ? Vous semblez être un internaute averti, non ? Dites moi : quand, pour la dernière fois, avez-vous vu un documentaire serieux sur les chaines nationales, qui critique la VO du 11/9, le fonctionnement des banques,la politique de Sarkozy, etc. Vous ne trouvez pas ? Et quand avez vous vu sur ces chaines pour la dernière fois un argumentaitre contre les pesticides ? TOUS les jours ! Soyez un politicien, racontez n’importe quoi sur les pesticides, et vous serez soutenus par 95% de la population ; ça dépasse les clivages droite/gauche : c’est parfait pour faire peur aux gens et les rassembler, au même titre que Ben Laden ou la grippe A ! Du vrai pain béni, auquel vous adherez volontier par votre méconnaissance et vos peurs instinctives... Vraiment, vous brillez pour votre sens critique ! Félicitation !


                                  • BOBW BOBW 17 décembre 2010 10:47

                                    Massacre autorisé

                                    Le Cruiser autorisé malgré la mortalité considérable des abeilles :

                                    "L’AFSAA considère le risque comme acceptable pour une application en enrobage de semence de maïs et recommande d’éloigner les ruches à une distance de 3 kilomètres des cultures traitées ou de cultures suivantes et susceptibles de contenir des résidus de thiaméthoxam. Il est autorisé pour le maïs (nom commercial Cruiser), ce que déplore l’Union nationale de l’apiculture française mais il est interdit de planter une culture mellifère sur la même parcelle l’année suivante (tournesol, colza, etc., ...)."



                                  • foufouille foufouille 17 décembre 2010 11:33

                                    le technocrate prefere que le bio lui soit reserve
                                    et jouer avec les cours du riz


                                  • bo bo 16 décembre 2010 16:22

                                    Il existe de nombreux produits déjà marqués non traités

                                    Pour ceux qui n’ont aucune marque et que l’on ne pèle pas il faut les passer sous l’eau chaude, les brosser si possible.....notamment pour les ananas, il faut laver et bien peler : ce fruit est traité non seulement avec des conservateurs mais encore la couleur de ce fruit est obtenue par la vaporisation de produits pour présenter une couleur « attrayante » juste avant d’être cueilli
                                    En effet, il y a de nombreux produits que l’on ne peut brosser et qu’il faut laver en plusieurs eaux : tous les riz en sachet, lentilles, haricots etc... Là il s’agit des conservateurs obligatoires que l’on vaporise pour éviter la prolifération des petites bêtes qui d’en délecte......... Quand j’écris conservateurs obligatoires, il faut bien comprendre qu’après la récolte, la conservation et le transport sont des étapes importantes et délicates.....et qu’il be sert à rien de marquer BIO par exemple si vous fumigez votre riz ensaché et transporté par bateau qui est fumigé à un rythme de 15 jours la dose..........pendant le transport et qui a été traité avant et après le transport en entrepôt avec des conservateurs
                                    Parmi, ces produits seul ceux qui subissent une « importante transformations sont sains ; exemple le café et la cacao qui voyage avec leur coque le sont réellement ...car on procède à plusieurs lavages avant le »cracking et l’extraction des fèves« ....car le procédé industriel l’impose et on ne peut faire autrement (par souci d’économie et de meilleures marges !!)...Pour les autres produits et bien cela dépend du sérieux du »distributeur« car le traitement a un prix !!!........à note que le nom des produits conservateurs utilisés n’est spécifié dans les »remises documentaires" accompagnant la marchandise.......Et, Il est à craindre que les distributeurs aient d’autres soucis que la marge et la rentabilité........

                                    Alors production BIO.........ne suffit pas c’est toute la chaine commerciale qui est en cause. IL FAUT donc consommer les produits marqués BIO avec les mêmes précautions que les autres.... sauf à les acheter directement au producteur sur ou labellisé.


                                    • Agronomephyto 16 décembre 2010 16:29

                                      Savez vous que si le café devait suivre le même processus d’homologation que les produits phytosanitaires, il ne pourrait pas être homologué ?

                                      D’ailleurs voici la DL50 du café : 50 tasses par jour : ce qui signifie que si 100 personnes consomment 50 tasses par jour, 50 mourront sur l’échantillon ! ;)


                                      • Agronomephyto 16 décembre 2010 17:06

                                        J’oubliais : plutôt que d’acheter des citrons qui viennent d’Argentine, essayez déjà plutôt d’acheter des citrons espagnols ou italiens, au moins vous consommerez un citron qui n’a pas consommé 20000km de kérozène pour assaisonner votre petit cocktail !! Ca sera déjà ça de fait pour la planète ! ;)
                                        En plus vous aurez le guarantie que votre citron a été produit suivant les strictes normes européennes, contrairement à un produit originaire d’Amérique du Sud !


                                        • patroc 16 décembre 2010 17:38

                                          Surtout ne pas acheter de produits espagnols !.. Monsanto domine le marché, on a droit à de l’ogm, aux pesticides les plus dangereux et à une exploitation humaine digne des chinois..

                                          Quant aux citrons, je les prends bio à Bioasis : 1,80 euro le kilo. Au casino d’à côté, avec les pesticides, 2,10 euros le kilo.. Non seulement on nous empoisonne, mais çà coûte cher en plus..


                                          • Agronomephyto 16 décembre 2010 17:46

                                            XD !!! Je viens de regarder la gamme de produits Monsanto !
                                            Ils n’ont que des herbicides, et un seul fongicide, qui est homologué sur piétin échaudage, sur céréales.

                                            Donc pas de panique : Monsanto n’interviens pas dans la protection phytosanitaire du citronier Espagnol ! smiley Alors continuez d’acheter du citron espagnol, si c’est Monsanto qui vous fait peur !


                                          • foufouille foufouille 16 décembre 2010 18:01

                                            monsanto cherche a breveter le porc


                                          • BOBW BOBW 17 décembre 2010 10:18

                                            Pour info voir sur wikipédia le lien sur Montsanto "Bienfaiteur humanitaire , philanthrope et désintéréssé ! smiley


                                          • Georges Yang 16 décembre 2010 17:55

                                            Comme il n’est pas signalé la dose toxique pour l’homme, par mg/kg de ce produit, que l’on ne donne pas la concentration du produit sur la peau de l’agrume et que les « études » parlent de « probablement » cancérigène, cet article est tout juste alarmiste, sans apporter de preuve

                                            La peur « des produits chimiques » existe depuis l’apparition de la chimie et l’on retrouve cuivre, plomb, arsenic dans la nature
                                            Ce n’est pas le produit qui est toxique en soi mais la dose ingérée
                                            Revenez nous alarmer quand vous aurez des concentrations et des doses toxiques


                                            • Clojea Clojea 16 décembre 2010 18:26

                                              Merci à l’auteur pour cet article. Comme quoi il faut toujours être vigilant et toujours dénoncer les cartels pétro-chimiques pour ce qu’ils sont : Des criminels à combattre sans relâche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

blogcpolitic

blogcpolitic
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès