Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Mediator : Le Terminator du contribuable

Mediator : Le Terminator du contribuable

En ouvrant le journal, en ce matin ensoleillé du 8 mai, surprise, un article intitulé : Médiator, les médecins vont-ils payer ?

Intrigué je poursuis ma lecture, et là, effaré, je découvre que le Conseil des Ministres va débattre mercredi prochain, 11 mai, d’un texte visant à créer le fond public d’indemnisation du Médiator.

Oyez, oyez braves gens, le Ministre de la Santé vient d’indiquer que « d’autres acteurs de santé » comme les médecins pourraient être appelés à « rentrer dans la procédure d’indemnisation des victimes du médicament Médiator si ces dernières le jugent bon ou si le laboratoire Servier le demande ».

En clair, Servier se dédouane complètement de son erreur avec le Médiator. Trop fort.

L’article continue en disant qu’au préalable, une expertise médicale devra toutefois avoir établi la part de responsabilité des médecins. Réalisé par un comité d’experts placé auprès de l’Oniam (Office national d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales), cette expertise médicale sera chargée de déterminer l’étendue des préjudices et d’identifier les responsabilités pour chaque cas. Les victimes devront quant à elles déposer leur dossier à l’Oniam qui leur avancera l’argent.

Pour l’heure, les associations de victimes de l’anti-diabétique Mediator doivent être reçues prochainement au Ministère de la Santé pour prendre connaissance du texte.

Quant au texte créant le fonds public d’indemnisation des victimes du Mediator, il doit être présenté mercredi en Conseil des Ministres, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative.

En clair, les fonds publics ainsi que les médecins vont payer l’erreur des Laboratoires Servier. Fabuleux. Des gens sont morts, mais ce sont les contribuables qui vont payer les familles des victimes.

Incroyable mais vrai. Comment les laboratoires Servier ont-ils réussi ce tour de force ? Mystère, en tout cas, c’est proprement scandaleux et il devient nécessaire que Servier assume seul la responsabilité de cette affaire. C’est à lui de payer, pas à nous.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • PhilVite PhilVite 9 mai 2011 12:21

    A approfondir, mais je crois que c’est pour facilité l’indemnisation des victimes, l’Etat se retournant ensuite contre Servier pour rentrer dans ses sous.
    Bon, ça c’est la théorie, faudra suivre le truc pour savoir dans 20 ans qui aura réellement casqué. Et là il y aura sûrement des surprises...


    • Clojea Clojea 9 mai 2011 13:42

      @ PhilVite. Exact, à approfondir, mais j’ai bien peur que ceux qui vont casquer, (air connu), c’est nous, les contribuables.


    • Jinha 9 mai 2011 13:04

      Le dernier reportage d’Envoyé Spécial ne vous a donc pas donné la réponse à cette question ? Servier est la 9ème fortune de France... vous ne voyez pas le rapport ? Le groupe Servier est également composé de politiques et de militaires ? Toujours pas saisi ?


      Le pourquoi du comment ce groupe à pu camoufler ce médicament aux yeux de tous c’est qu’il a une influence politique (quelque soit le parti) et financière plus qu’importante.

      Sous l’excuse de vouloir indemniser plus vite les victimes, l’État monte un fond d’indemnisation payé par les contribuables (la plus grosse tirelire)... dans le passé de nombreux cas similaire et aucun fond n’a été monté... Encore une fois, seul le temps nous le dira, mais Servier n’est pas inquiété pour les 20 prochaines années. L’État n’a jamais levé le moindre petit doigt contre les grandes fortunes françaises et grands groupes, je doute qu’un jour il le fasse... Il ne font que retarder l’échéance pour que atténuer la douleur.

      • Clojea Clojea 9 mai 2011 13:46

        @ Jinha. Merci de l’intervention. Je n’ai pas regardé Envoyé Spécial, donc j’ignorais. Effectivement ceci explique cela. On est vraiment victime d’un « aServierssement ». Les contribuables ont bon dos. Cela vaudrait le coup de se monter en asso pour contrer Servier.


      • velosolex velosolex 10 mai 2011 00:39

        Des chèques risquent en effet de circuler, mais au dessus de la tête des victimes.


      • gaijin gaijin 9 mai 2011 15:11

        mystère
        définition : ce qui se passe quand les corrompus jugent le corrupteur
        boonne nuit les petits !


        • Clojea Clojea 9 mai 2011 18:23

          A peu près ça, à mettre dans le même sac


        • Muriel74 Muriel74 9 mai 2011 17:11

          Il faut peut-être distinguer les médecins ayant prescrit une ordonnance de complaisance de Médiator* en tant que coupe- faim à des personnes n’ayant aucun diabète et les autres, mais c’est toujours un produit présenté comme non dangereux qui a été fabriqué par Servier


          • Clojea Clojea 9 mai 2011 18:22

            @ Muriel74 : N’empêche que Servier se dédouane bien. Même si des médecins sont coupables, ils ont quand même la plus grande part de responsabilités. Merci pour votre passage.


          • lala 9 mai 2011 18:35

            Il serait normal que lesmédecins acceptent leurs responsabilité.

            D’une part ils doivent prescrire une molécule et non le médoc d’une marque 
            D’autre part ils ont gracieusement détourné ce médoc comme coupe fin.

            Et oui vendre du régime c’est déjà une faute.
            C’est vrai servier est en première ligne mais aussi l’agenge pour les médocs.
            mais aussi les politiques qui ont magouillés

            alors ne regarder pas seulement celui qui a de l’argent mais tous les acteurs.

            • Clojea Clojea 9 mai 2011 18:49

              C’est pas faux lala, mais c’est vrai que j’ai eu une montée d’énervement en voyant que Servier va s’en tirer à très bon compte. Merci de votre passage.


            • lala 9 mai 2011 19:27

              Pour moi ce qui m’énerve ce sont les politiques qui fuient leurs responsabilités qui s’auto amnistie alors que ce sont les premiers responsables.

              Servier a fabriqué un médoc pour une chose et on l’utilise comme coupe faim.

               

              ce qui m’énerve ici c’est un médoc mais que fait-on pour la cigarette (60000 morts par an).

              Ce qui m’énerve c’est d’entendre xavier bertrand dire avant tout procès ce n’est pas aux médecins de payer mais ce sont bien eux qui prescrivent  surtout qu’ils doivent savoir qu’ils n’y a aucun médoc sans risque.









              • velosolex velosolex 10 mai 2011 14:38

                MORALITE : Ce n’est pas demain la veille que les labos créeront un médicament coupe faim
                contre le capital !


              • velosolex velosolex 10 mai 2011 14:14

                Ce scandale est en fait celui de la privatisation de la médecine, et des pratiques associées.
                 Il serait temps de faire un grenelle de la médecine, pour mettre un terme à cette gabégie, et aux scandales sanitaires. Combien de milliards la sécu à verser déjà pour le remboursement de ces médicaments, tel le médiator, qui non seulement sont inefficaces, mais de plus, sont dangereux. Il faudrait réellement se poser une question importante, et se donner les moyens d’y répondre.
                Un laboratoire a t’il vraiment intérêt à mettre sur le marché une molécule efficace ?... Il me semble que ce serait se tirer une balle dans le pied.
                 L’aspirine est un traitement efficace et peu couteux contre certaines affections cardiaques, mais les succédanées distribués par les laboratoires ne sont pas plus efficaces, mais sont des dizaines de fois plus couteuses pour la sécu.
                M.Servier a su établir un partenariat, et s’infiltrer politiquement, comme avait su le faire M.craus marie, de sinistre mémoire, en s’attifant d’une blouse blanche pour arnaquer les français sur le marché de la générosité.
                D’accord je commence à être hors sujet, mais pendant qu’on y est continuons.
                Arrêtons de pleurer sur la désertification du territoire français. Plus de médecin dans la creuse, nous dit-on. Ils préfèrent s’installer sur la côte d’azur, et de vivre de leurs clients fortunés et hypocondriaques. Ma foi, le remède est simple. Il suffirait simplement de supprimer le numerus clausus. Et de donner des bourses à des étudiants méritants mais peu fortunés, qui s’engageraient par contrat pour travailler dans les régions sinistrés.
                Le problème, c’est que le terme de marché est associé maintenant aux valeurs humaines.La médecine et la pharmacie sont des têtes de pont.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès